Bienvenue jeunes padawans. ♥️ Le forum est officiellement rouvert!
Soyez originaux, mes chéris. Priorisez les opposants et les sang mêlés qui ne descendent pas directement des Trois Grands. Nous nous donnons le droit de les refuser. Merci ♥️ Cliquez.
N'oubliez pas d'aller voter ici aux deux heures pour nous ramener pleins de nouveaux amis/ennemis. ღ

Partagez | 
 

 Matthew ♖ Raising the ordinary to extraordinary

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité
Invité

MessageSujet: Matthew ♖ Raising the ordinary to extraordinary   Sam 9 Aoû - 2:45


Matthew Jake Grey
«I'm fifty shades of fucked-up»


NomGrey Prénom(s) Matthew, Jake SurnomsMatt Date de naissance4 septembre Âge20 ans Lieu de naissance Los Angeles OrigineAnglaise Années passé dans votre camp6 ans Statut social •  Célibataire Orientation sexuelle •  Hétéro AvatarChace Crawford Créditécrire ici

ÉlémentFeu Parent divinHéphaïstos Pouvoir (un seul)Force développé Arme et objet magique (une arme et un objet ou deux armes)Xiphos en bronze céleste et un bouclier qui peut se transformer en montre Camp choisiGrecs Rêve d'avenirVivre tranquillement, sans aucun souci à l'horizon
..IL ETAIT UNE FOIS..
..IL Y A BIEN LONGTEMPS.
.

Matthew J. Grey. C’est le nom que je dois écrire à chaque fois que quelque chose m’appartient. Que je reçois quelque chose venant d’une personne. Et ce peu importe ce que c’est. Parce qu’il s’agit de mon identité, de mon nom. C’est moi. Je suis Matt Grey. Que je le veuille ou non, c’est mon nom à moi. Et derrière chaque nom, il y a une histoire.

Je n’ai pas une histoire extraordinaire. Elle aurait pu être banale, sans vraiment d’accroche, si je n’avais pas été un demi-dieu. Tout commence par ma mère. Une mécanicienne qui adorait s’occuper des motos. Elle avait sa propre boutique et en vendait autant qu’elle en réparait. Elle était née en Angleterre et après s’être fait déshonoré par sa famille à cause de sa profession, de sa passion aussi, quelle honte pour une fille de s’intéresser à la mécanique et aux motos, ma mère prit un aller simple pour les États-Unis. Direction, New York. Elle avait débarqué là-bas, tenter de se trouver du boulot, mais sans succès. Et puis, à force de voyager et de faire des petits boulots, elle avait fini par trouver un emploi dans une boutique de motos et elle ne l’avait jamais quitté. Pour son bon travail, le patron, qui était un vieil homme alors, lui avait donc offert le commerce. À peine trois ans après être arrivé, elle était déjà propriétaire de sa propre boutique, elle gagnait assez d’argent pour vivre confortablement. À 25  ans, lorsque l’on était comme ça, la vie nous souriait. Tout simplement. Elle avait la chance de faire ce qu’elle aimait, de pratique sa passion tout en gagnant de quoi vivre et elle était heureuse. Tout ce qu’il lui manquait, c’était un homme, le grand amour pour combler sa vie. Étant anglais, je suis d’une nature passablement romantique, à l’eau de rose comme on pourrait le dire. Et puis quoi après? Vous croyez peut-être que ça me vient des voisins? Non, je tiens ça de ma mère. Ma mère qui est semblable à moi sur ce point-là. 25 ans et attendant le prince charmant. Voilà la vie de Rebecca Grey avant qu’elle ne rencontre mon père.  Voilà comment on pouvait décrire sa vie. En une seule et petite phrase.

De ce que j’avais appris de l’histoire de ma mère, c’était qu’un seul petit jour pouvait changer toute une vie. Un seul. Ce n’était vraiment pas énorme. Inventrice dans l’âme, elle ne faisait pas que travailler sur des motos. Elle aimait inventer d’autres choses. Et une année, l’année de ses 26 ans à vrai dire, elle prit son courage à deux mains pour aller présenter ses œuvres, ses inventions géniales qui allaient rendre la vie des gens tellement plus simple, dans une exposition. C’est là qu’elle rencontra mon père. Alors qu’elle présentait ses inventions dont une qui concernait un grille-pain pouvait faire des crêpes, je ne savais pas vraiment ce que c’était, je n’avais jamais vu la machine et ma mère se faisait très avide d’informations à ce niveau-là. C’était donc en présentant cette machine qu’elle avait vu mon père. Lui, intéressé par son invention, avait donc commencé à lui faire la conversation. Et ainsi de suite, ils avaient appris à se connaître, ils avaient vu qu’ils avaient de nombreux points communs. Beaucoup de points communs.  Durant la journée, ils ne se lâchèrent pas une seule seconde. Et le soir venu, ce qui devait arriver arriva. Ma mère était folle de désir, elle avait trouvé son prince charmant. Un homme qui la comprenait et qui serait gentil avec elle. Seulement, l’amour, le désir peut nous rendre aveugle et nous faire oublier tout ce que l’on a à l’intérieur de nous. Faire en sorte que nous sommes plus pragmatique, plus réaliste, mais bien rêveur et la tête en l’air. Ce fut un choc pour elle de se réveiller le lendemain matin, seule. Mais le plus grand choc qu’elle ait eu, c’est en découvrant qu’elle était enceinte. Que de cette nuit, elle gardait un souvenir. Moi.

Grâce à son emploi stable, elle pouvait facilement me faire vivre. Elle avait dû délaisser la réparation de moto durant un bon moment suite à ma naissance, mais dès que j’eu un an, elle recommença totalement son travail. C’était sa passion et on ne pouvait pas passer à côté. Mais maintenant, elle en avait deux. Moi et son travail. J’étais son petit chéri. Son fiston qu’elle adorait. Elle m’avait moi et c’était tout ce qu’elle voulait. Elle se souvenait de l’homme, elle était certainement très amoureuse de lui encore, même si elle ne me l’a jamais dit clairement. Mais je voyais beaucoup de chose. Je n’étais pas un enfant turbulent. En grandissant, j’avais pris goût à la création moi aussi et plus je gagnais en âge, plus je passais du temps dans l’atelier de ma mère. À observer les motos, à démonter des appareils électro-ménagers pour voir comment ils étaient faits et pour ensuite les reconstruire, les modifier ou créer autre chose. Je n’arrêtais jamais, mes doigts étaient en constante action et ce n’était pas à cause du fait que j’étais hyperactif. Et oui, malheureusement, on ne peut pas tout avoir. J’étais dyslexique et hyperactif, pas très bon à l’école, mais qui se donnait à fond. Malgré le fait que j’étais élevé par une mère anglaise, malgré le fait que j’avais des manières un peu plus British qu’Américaine. Mais malgré tout, dès que l’on me mettait dans un atelier, que l’on me demandait de créer, j’étais le plus doué. J’étais dans mon élément et j’adorais ça. Je pouvais passer des heures sans voir le temps passer et créer des trucs aussi farfelus les uns que les autres. Et je n’avais même pas dix ans. Mais, j’adorais ma vie. Je pouvais travailler très fort, j’arrivais à soulever des très lourdes charges pour mon âge sans trop savoir comment je pouvais faire. Je ne savais pas vraiment qui j’étais.

Lorsque j’eus quatorze ans, ma mère vendit sa boutique et déménagea à New York pour entrer dans une entreprise où ils créaient et dessinaient des plans de véhicules. Une compagnie d’automobile en somme. Et vu que le siège social était là-bas, enfin, nous  avions quitté notre gentille ville de L.A. pour déménager dans la grosse Pomme. Une nouvelle ville, un nouveau fonctionnement, tout était nouveau pour moi. Je devais commencer une nouvelle année scolaire sans connaître personne. Surtout que j’avais laissé derrière moi, des amis, mais aussi une petite-amie. Oh, à mon âge, ce n’était pas ce qu’il y avait de plus sérieux. Je plaisais beaucoup aux filles à causes de mon caractère, ma gentillesse et aussi parce que j’étais soi-disant beau garçon. Je n’étais pas quelqu’un qui accordait beaucoup d’importance au physique. J’étais simple. J’avais été élevé de cette façon. Peut-être un peu caractère à l’eau de rose, mais j’étais simple. Il n’en fallait pas beaucoup pour me plaire. C’est en commençant cette nouvelle année, recommençant tout à zéro que je rencontrais  Peter. Ce que je ne savais pas, c’était qu’il était un satyre. Mais j’allais finir par le savoir. Parce que lui, il avait su dès l’instant où il m’avait vu que j’étais un demi-dieu. Et je crois bien qu’à force de m’observer, il avait compris qui était mon père. Un jour, alors que nous rentrions de l’école, peinards, un monstre vint nous attaquer. Tout se passe si rapidement que je n’eus même pas le temps de le reconnaître. Peter en vint à bout parce que je fus trop surpris et qu’il l’avait vu venir avant qu’il ne soit là. Donc, il avait pu veiller à ma sécurité. Mais maintenant, je devais partir à la Colonie pour être en sécurité. Si je m’étais fait repérer, ça allait recommencer et je ne voulais pas. On ne voulait pas ça. Une fois à la maison, Peter expliqua la situation à ma mère alors que moi, je restais dehors. Je n’étais pas doué avec les mots et je ne savais pas comment lui dire la vérité que m’avait apprise mon ami après cette attaque. Lorsque ma mère sut tout, elle sortit en trombe de la maison et me serrai contre elle, m’assurant que si je voulais revenir, j’étais toujours chez moi. Mais nous savions tout le deux que c’était trop dangereux. Que tout ça, serait certainement des adieux définitifs.


Une fois arrivé, j’avais eu droit à tout un accueil de la part des pensionnaires, mon petit sac sur l’épaule, on me fit visiter les lieux. Ça ne pris pas vraiment de temps que mon père me reconnut. Et c’était sans surprise. Héphaïstos. Dieux des forges et du feu. Mon père. Le fameux inconnu. Ceux qui me connaissaient le savaient. C’était trop évident pour être autre chose. Même si j’avais un penchant beaucoup plus développé pour le travail des forges, j’aimais me battre et m’entraîner. Encore une fois, c’est en m’entraînant et en travaillant que je me découvris mon pouvoir. Et ma foi, il m’allait être très utile.  Et puis après tout ça, Cronos vint mettre son grain de sel pour faire en sorte que ce soit le dawa un peu partout. Je faisais partie des demi-dieux qui l’ont combattu. Autant en forgeant qu’en combattant à l’épée. Mes années m’avaient bien aidé et étant un permanent, on ne pouvait pas faire grand-chose d’autre que de s’entraîner pour devenir un meilleur guerrier. Nous avions gagné contre Cronos, et il s’en fallu de peu pour que ça ne soit pas le cas, mais après, quand on nous annonça le truc avec Gaïa, j’avais vraiment eu le goût d’aller lui botter les fesses pour qu’elle retourne dormir et nous laisse en paix. Tellement de problème que ça nous causait, c’était fou. Et maintenant, avec tout ce qui s’est passé… les sept, les romains…C’est difficile, très difficile, mais je tente de garder la tête haute. D’aider ceux qui ont de la difficulté. J’ai toujours été un pilier et malgré tout, j’allais le rester. Pour mes amis et pour mon camp. Pour ma famille.





Ton prénom ou surnomBlueSasquatch Ton âge 16 ans Que penses-tu du forum ?       T'es arrivé là comment ?On m'a gentiment attaché demandé de venir et j'ai dit oui. Code règlementMa joyeuse grippe Un dernier mot Jean-Pierre ?Monsieur Grey va vous recevoir What a Face
CODES BY RAINBOWSMILE
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Matthew ♖ Raising the ordinary to extraordinary   Sam 9 Aoû - 9:40



   


   
Ω Fiche Validée Ω


   
Félicitation, tu viens d'être validé avec les honneurs du jury. A présent tu peux venir faire la fiesta avec tous le monde.

   Si monsieur Grey va nous recevoir, je suis bien content d'être un gars  . Tu as été rapide à choisir ton dieu tout compte fait, ah ces maniaques du contrôle... Et puis quelqu'un a osé t'attacher pour te faire venir  sosad . Il y a des gens vraiment mal élevés c'est pas possible. Bon alors si j'ai bien compris on a un petit Roméo à la colonie. Trop bien, on va s'entendre man. Puis tu sais pour ton père et ta mère: les dieux ont quelques petit soucis à rester fidèles, c'est une constatation que j'ai faîte il y a des années. Mais bon quelqu'un qui trouve sa grippe joyeuse il a déjà un grain dans le cerveau donc voilà.
ps: Ouai je suis super rapide à valider, c'est extrêmement rare CHAMPAGNE


   Cependant il y a quelques petits détails presque rien à régler, une formalité disons le:
   Ici tu pourras réserver ton avatar, et oui ce serait bête qu'on te le pique.
   Pour te faire des amis, des ennemis ou tout simplement avoir des liens c'est ici
    Là c'est pour faire des rps avec tous pleins de monde
    Et ici c'est pour que les admins t'aiment, pour que le forum t'aime et pour avoir pleins de nouveaux amis-ennemis

   
©️ code de night sky. gif de tumblr.
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Matthew ♖ Raising the ordinary to extraordinary   Sam 9 Aoû - 11:09

Ta date de naissance me dit quelque chose.  :mdrr: 
J'adore ta fiche et surtout l'histoire.   
Je suivais ton Gif en espérant qu'il continue pour apprendre mais il s'arrête, c'est dommage.
Bienvenue chez nous mon poussin  ange 
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Matthew ♖ Raising the ordinary to extraordinary   

Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Raising Hope [Comédie]
» Matthew "Matt" Williams
» matthew & manuela ❝ apologize ❞
» Matthew Lombardi signe a Philladelphie
» [M] Matthew Gray Gubler - Indépendants

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Heroes of Honor :: Les anciennes fiches de présentations-