Bienvenue jeunes padawans. ♥️ Le forum est officiellement rouvert!
Soyez originaux, mes chéris. Priorisez les opposants et les sang mêlés qui ne descendent pas directement des Trois Grands. Nous nous donnons le droit de les refuser. Merci ♥️ Cliquez.
N'oubliez pas d'aller voter ici aux deux heures pour nous ramener pleins de nouveaux amis/ennemis. ღ

Partagez | 
 

 Personne ne doit être laissé à l'écart [Azaliah-Neil]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
avatar
Coalition ψ Combattant
Ω Tablettes : 546
Voir le profil de l'utilisateur

Qui es-tu?
Ω Objets:
Ω Relations:
Ω Compétences:

MessageSujet: Personne ne doit être laissé à l'écart [Azaliah-Neil]   Ven 24 Fév - 23:14

Nous sommes déjà bien avancé dans la journée. Le repas de midi a d'ors et déjà été englouti par chacun et tout le monde vaque à ses occupations maintenant.
Personnellement, j'ai mon après-midi de libre. Je flâne donc dans le camp. Saluant les gens, écoutant quelques ragots, aidant ce gamin à porter ce sac de matériel qui a l'air plus lourd que lui...

Je fais un crochet par le lac pour admirer quelques minutes la vue. Je dois avouer que l'humidité du lac couplée au froid de l'hiver à le mérite de me faire frissonner, malgré le manteau long et noir que je porte par dessus un pull gris foncé.
Après un moment, je repart dans l'autre sens. M'éloignant de la fraîcheur de l'eau. Après un bon moment, j'arrive au niveau du ranche.

Je m'approche d'un enclot, je m'accoude à la barrière pour admirer les pégases. Je me demande ce que ça fait de voler sur un pégase, mais je ne le saurai probablement jamais. Vu les sales coups que mon père a fait à Zeus par le passé, il vaut mieux que j'évite la voie des airs malheureusement.

Au bout d'un moment, je me décide à aller voir les boxes des bêtes. Je rentre donc dans le ranche qui est relativement vaste.
J'apprécie l'illusion chaleur qui réside à l'intérieur du bâtiment (enfin, il fait moins froid que dehors en tout cas) et fort heureusement, l'odeur ne me dérange pas trop.
Je me balade un peu à dans la maison de bois et je suis impressionné par le fait qu'il n'y a personne.
Je me doutais bien qu'en hiver, les gens qui s'occupent des bêtes se débrouille pour tout faire le matin et rester au chaud dans les baraquements l'après-midi... mais à ce point. Il n'y a strictement personne.

Après un certain temps à déambuler dans le ranche, je finis par entendre un bruit. Un bruit de papier, comme celui quand on tourne une page. Intrigué, j'essaie de me diriger vers la source de ce bruit à pat de loup.
Je aperçois, dans un coin un peu caché, une jeune femme assise, un carnet à la main.
Après une seconde de réflexion je la reconnais. C'est Azaliah si je ne dis pas de bêtises.
Elle est arrivée il n'y a que quelques jours au camp. Je n'ai l'ai jamais vu parler à quelqu'un. De ce que j'en sais, elle reste toujours seule, dans son coin... Comme là en fait.
C'est dommage je trouve...
C'est décidé, je dois y remédier !

Je toque à une planche non-loin comme à une porte afin de lui signifier ma présence sans pour autant la faire sursauter.
Dès que c'est fait, je lui dis d'une vois douce et amical, avec un grand sourire sur le visage :

Salut. T'as pas froid à rester ici ?


En prononçant ces mots, un peu de buée s’échappe de ma bouche signe de la température froide qui règne en ce lieu.


"On croit que les rêves, c’est fait pour se réaliser.
C'est ça, le problème des rêves :
C’est que c’est fait pour être rêvé."
avatar
Coalition ψ Combattant
Ω Tablettes : 117
Voir le profil de l'utilisateur

Qui es-tu?
Ω Objets:
Ω Relations:
Ω Compétences:

MessageSujet: Re: Personne ne doit être laissé à l'écart [Azaliah-Neil]   Ven 24 Fév - 23:53

L’après-midi débutait et je devais à tous prix m’éloigner des autres pour échapper aux activités obligatoires. Le tir à l’arc ne m’attirait guère et les cours de musique dispenser par un satyre ne ferait que m’attirer les foudres des enfants d’Apollon et de ceux ayant des oreilles en général. Bien que j’adorais écouter des mélodies tristes ou entraînantes, il fallait bien reconnaître que mon talent pour cet art était inexistant.

Je voulu d’abord me trouver un coin à l’extérieur pour écrire, mais le froid hivernal m’en dissuada rapidement. Ma veste en cuir ne me tenait pas assez chaud pour que je me permette de rester trop longtemps dans le froid. Je vis alors les écuries.
A peine rentrée que j’étais déjà réchauffée, un bon point pour cet endroit qui semblait désert. Les pégases s’agitèrent à mon entrée, ils ne devaient pas beaucoup apprécié mon père. Je soupirais, moi qui aime bien les animaux.

Je trouve un box désert dans le fond du ranch. Je m’y installe confortablement et sortit rapidement mon carnet et un stylo. La couverture de cuir noir est simple mais abîmée avec le temps. Je tenais cette sorte de journal depuis plusieurs années déjà, depuis la mort de Lucas enfaite. Je l’ouvris délicatement, prenant garde à ne pas l’abîmer plus qu’il ne l’était déjà. Je me mis alors à écrire sur ce camp. J’y mis tout ce que j’avais put observer, que se soit sur le camp en général ou sur les gens.

Un toquement retentit près de moi. Je relevai la tête et découvrit un jeune homme qui me fixait avec un grand sourire sur le visage. Il me semblait déjà l’avoir vue, sûrement lors des repas. Ca me revenait, c’était Neil, un fils d’Hypnos. Certains disent qu’il peut contrôler les rêves, j’en aurais bien besoin après réflexion. Les cauchemars me hantaient depuis longtemps mais ils se faisaient de plus en plus récurrents et violents. Je ne voyais pas que mes souvenirs de la guerre, mais bien d’autres choses plus sombres que je ne partageais désormais qu’avec mon petit carnet.
Neil m’adressa la parole :

« Salut. T'as pas froid à rester ici ? »

Je me suis mise à le fixer dans les yeux, comme pour tenter de lire à travers eux. J’aimais beaucoup leur couleur, ils étaient clair mais pas pur non plus. Derrière ce sourire amical et cette voie agréable j’avais l’impression de déceler autre chose de moins plaisant chez lui, peut-être était-ce juste ma paranoïa habituelle ? Seul le temps nous le dira.

« J’ai connu pire. »

C’était vrai, mon enfance était remplie d’hivers au froid mordant alors que je n’étais que très peu couverte. C’était étrange de parler à quelqu’un, personne n’avait tenté de discuter avec moi depuis un bon bout de temps. En temps normal je l’aurais sûrement renvoyé à ses occupations, mais quelque chose me poussait à continuer de lui parler.

« Tu es Neil c’est ça ? Que fais-tu ici, à parler avec la méchante fille d’Hadès ? »

J’avais sourit sarcastiquement à ma dernière phrase. Beaucoup me voyait comme ça à l’ancienne Colonie des Sangs Mélés, comme l’horrible fille des Enfers. Pourquoi en serait-il autrement ici ?



   
Never forget what happened

avatar
Coalition ψ Combattant
Ω Tablettes : 546
Voir le profil de l'utilisateur

Qui es-tu?
Ω Objets:
Ω Relations:
Ω Compétences:

MessageSujet: Re: Personne ne doit être laissé à l'écart [Azaliah-Neil]   Sam 25 Fév - 12:32

À peine ai-je toqué que la demoiselle lève les yeux vers moi.
On ne peut pas dire qu'elle me regarde... Non, elle me scrute ! Ses yeux se sont posés dans les miens. C'est un peu comme si la belle essayait de lire en moi et d’analyser mon âme. Fort heureusement, il m'en faut plus pour être gêné.

La jeune femme me répond qu'elle a connu pire. J'accueille sa réponse d'un hochement de tête.
Afin d'évité d'être trop insistant, je le laisse l'occasion de relancer elle même la conversation. Heureusement, cela se fait rapidement et Azaliah me demande ce que je fais là, à lui parler, à elle, la méchante fille d'Hadès.
Je remarque un air sarcastique et presque amer dans sa façon de le dire. J'en profite donc pour répondre sur le ton de l'humour.
En jouant un peu la comédie de façon légèrement exagéré je lui dis avec un air faussement sérieux :

Je suis là en mission spéciale pour te remettre sur le droit chemin et empêcher les plans de destructions du monde que tu inscris dans ton carnet maléfique...

Je laisse planer une seconde de blanc puis je m'adosse à la poutre en bois à côté de moi.
Avec un sourire amusé, je rajoute la vérité :

La réalité, c'est que j'ai mon après-midi de libre, donc je me promène un peu dans le camp...
Quand je suis arrivé ici, je t'ai reconnue et je me suis dis que ça serait sympa de faire connaissance avec la jolie nouvelle du camp.


C'est vrai, il faut avouer que c'est une ravissante jeune femme de 17 ans.
Je laisse un petit instant s'écouler des fois qu'elle ait envie de répondre quelque chose et j'en profite pour la regarder.
Ses yeux et ses cheveux sont parmi les plus sombres que je n'ai jamais vu. Probablement l’apanage des enfants d'Hadès. Je ne saurai dire en fait, je n'en connais pas d'autres.

Après ce petit moment, je lui retourne sa question :

Et toi ? Qu'est-ce que tu fais là?


J'attends donc sa réponse, toujours avec mon intarissable sourire aux lèvres et mon air se voulant amical.


"On croit que les rêves, c’est fait pour se réaliser.
C'est ça, le problème des rêves :
C’est que c’est fait pour être rêvé."
avatar
Coalition ψ Combattant
Ω Tablettes : 117
Voir le profil de l'utilisateur

Qui es-tu?
Ω Objets:
Ω Relations:
Ω Compétences:

MessageSujet: Re: Personne ne doit être laissé à l'écart [Azaliah-Neil]   Sam 25 Fév - 13:15

Son attitude me surprends, il reste souriant alors que je le scrute sans gêne et que je lui rappelle mes origines. Il m'intrigue, il faut bien le dire. Sa première réponse m'arrache un sourire amusé. Il ne savait pas à que ce qu'il venait de dire contenait une part de vérité, s'en était presque aussi drôle que son air faussement sérieux.

La réalité, c'est que j'ai mon après-midi de libre, donc je me promène un peu dans le camp...
Quand je suis arrivé ici, je t'ai reconnue et je me suis dis que ça serait sympa de faire connaissance avec la jolie nouvelle du camp.


Alors comme ça il m'avait reconnu. En même temps, une fille d'Hadès ça ne court pas les rues, je devais donc attirer l'attention de certaines personnes. A ce stade de ma vie, je ne sais plus si je dois être heureuse de l'identité de mon père. J'aurais sûrement eu pleins d'amis et une vie bien moins dure si j'avais été une fille d'Aphrodite par exemple. Mes préoccupations n'auraient pas été les mêmes et mes seuls problèmes auraient été de choisir qui charmer. Pourtant, j'avais appris à apprécier cette douleur et cette histoire qui étaient les miennes.

Le fait qu'il m'ait qualifier de jolie me fit écarquiller légèrement les yeux. Ce n'était pas comme ça que les gens me qualifiaient en général. Seul une personne l'avait fait et elle était aujourd'hui morte. Je me suis mise à le détailler, il fallait bien avoué qu'il ne me laissait pas indifférente non plus. Je le surpris à me regarder également, que pouvait-il bien penser?

Et toi ? Qu'est-ce que tu fais là?

Il tentait donc réellement de me parler. Un sourire vint habiter mes lèvres pendant quelques secondes avant que mon air impassible habituel ne reprenne le dessus.

J'essaie de m'éviter les foudres d'Apollon lui même. Je ne doute pas une seule seconde qu'il viendrait m’arracher les doigts un par un si il m'entendait jouer d'un instrument pendant le cours de musique.

J'attendis un peu, le temps d’analyser sa réaction.

Tu n'as pas peur de moi?

J'aurais voulu dire ça avec une voie forte et assurée, mais elle était devenue aiguë et presque timide à la fin. J'avais fait tellement d'horreur dans ma vie et vue tellement de regards de haine et de peur de mes congénères que cette situation me déstabilisait au plus haut point.



   
Never forget what happened

avatar
Coalition ψ Combattant
Ω Tablettes : 546
Voir le profil de l'utilisateur

Qui es-tu?
Ω Objets:
Ω Relations:
Ω Compétences:

MessageSujet: Re: Personne ne doit être laissé à l'écart [Azaliah-Neil]   Sam 25 Fév - 16:01

Ma petite blague a arraché un léger sourire à la belle brune. Et je dois bien avouer que j'en suis ravi, c'était exactement le but escompté.
Je remarque aussi ses yeux qui s'écarquillent quelques peu quand j'utilise le mot jolie pour la qualifier. Je ne saurai dire si c'est de la gène, de la joie ou juste une simplement de la surprise... Mais une chose est sûr, mon compliment ne l'a pas laissée indifférente.
Puis, quelques secondes de silence s’installent. Quelques secondes où nous nous regardons, jusqu'à ce que je lui demande ce qu'elle fait ici et qu'elle m'explique son esquive de l’atelier de musique.
D'ailleurs un joli sourire illumine son visage quelques instants quand je relance la conversation. Il semblerait que malgré son air taciturne et solitaire, ça ne lui déplaît pas que quelque ai envie de lui parler. Du coup, je suis assez content d'être venu lui parler pour faire connaissance. Après tout, les gens solitaires ne le sont pas toujours par chois, mais parce qu'il y a eu un concourt de circonstances qui les ont entraînées vers ladite solitude et que de ce fait, il peut suffire d'une personne qui fait l'effort d'aller vers eux pour brisé le cercle vicieux... Mince, je ressors des théories que les psys disaient à l'hôpital psychiatrique.

À sa façon de formuler sa réponse sur l'atelier de musique, je ne peux m’empêcher de rire un peu et en soufflant un « je vois ». Une fois que j'ai fini de rire, je repositionne mes lunettes correctement sur mon nez et je la regarde à nouveau.
La jeune femme n'a plus l'air très amusée, mais plutôt hésitante. Je comprends pourquoi quand elle me demande si j'ai peur d'elle.
À cette question, je comprends mieux sa solitude. En tant que fille du dieu des enfers, les autres ont tendance à avoir peur d'elle. Faut dire qu'avec notre sang divin, on a la fâcheuse tendance à reprocher aux enfants les fautes de leurs parents.
Mais pour ma part, je n'ai pas peur d'elle... En même temps, je suis pote avec un cyclope et j'ai déjà eu un rencard avec un gorgone... donc on peu dire la notion de peur est toute relative chez moi.

J'ai bien remarqué que qu'elle est légèrement partie dans les aigus en me posant la question, signe qu'elle a un peu peur de ma réponse.
Je lui réponds donc de suite d'une voix rassurante et sincère :

Bien sur que non !

Puis sur un ton plus léger, plus rieur, j'ajoute :

Enfin, avec ce que tu viens de me dire, j'ai un peu peur de t'entendre jouer de la musique... Mais à par ça, j'ai absolument pas peur de toi. Pourquoi, je devrai ?


Je la regarde, sincère et amical. J'attends simplement de voir sa réaction.


"On croit que les rêves, c’est fait pour se réaliser.
C'est ça, le problème des rêves :
C’est que c’est fait pour être rêvé."
avatar
Coalition ψ Combattant
Ω Tablettes : 117
Voir le profil de l'utilisateur

Qui es-tu?
Ω Objets:
Ω Relations:
Ω Compétences:

MessageSujet: Re: Personne ne doit être laissé à l'écart [Azaliah-Neil]   Sam 25 Fév - 16:34

Ça réponse me fit plaisir, bien évidemment. Mais quelque chose au fond de moi voudrait le pousser à s'éloigner de moi. J'ai cette fâcheuse tendance à attirer la mort autour de moi et mes proches sont généralement les premiers touchés, ça serait bête qu'il meurt aussi jeune. Quel âge a-t-il d'ailleurs? Je me remet à le fixer légèrement après son affirmation négative. Je dirais la vingtaine tout au plus, plus vieux que moi donc. J'espère juste que ce camp ne lui a pas donné l'optique que les jeunes devaient le respect absolu et l'obéissance à leurs aînés.

Enfin, avec ce que tu viens de me dire, j'ai un peu peur de t'entendre jouer de la musique... Mais à par ça, j'ai absolument pas peur de toi. Pourquoi, je devrai ?

Comment faisait-il pour être aussi peu craintif face à moi? Les actes de mes deux années de vadrouille solitaire ne devaient pas encore lui être parvenu. Resterait-il le même avec moi en sachant tout ce que j'avais fait? De plus, je l'ai souvent vue aller parler aux gens et écouter les ragots du camp pour les faire circuler. Si je voulais que tout le monde me rejette je savais à qui m'adresser.

En le voyant si souriant et si sincère, j'ai presque du mal à penser que son père est celui qui c'est retourné tant de fois contre Zeus. Peut-être que lui aussi est victime de l'image de son père? De plus, j'ai entendu dire qu'il avait survécu seul pendant la majeur partie de sa vie. On est peut-être pas si différent que ça après tout...

Je ne savais pas quoi lui répondre. Je n'arrivais pas à choisir quelle petite voie écouter, celle qui me hurlait de le faire fuir, qu'il ne m'apporterait que des ennuis, ou celle plus douce qui me soufflait qu'il serait sûrement l'un des seuls à pouvoir me comprendre.

Oui il devrait avoir peur de moi, rien que parce que j'ai déjà tués des sangs-mêlés de sang froid ou juste à cause de mes pouvoirs. Alors pourquoi est-ce que je ne voulais pas l'effrayer?!

Peut-être bien. Tout dépends de toi.

Après réflexion, je préférais rester vague le temps que les deux petites voies se calme et que l'une l'emporte sur l'autre. Je soupirais, la bataille qui se livrait en moi me fatiguait au plus au point. Je relève les yeux vers lui pour les plonger à nouveau dans son regard clair. C'était reposant de m'y perde, je ne saurais dire pourquoi.

Le froid me fit frissonner et je m'agrippai à ma veste en cuir comme si ma vie en dépendait. Je détestais le froid ça me rappelais de trop mauvaises choses. Sans baissé les yeux, je me suis mise à jouer distraitement avec mon anneau de fer-stygien qui se transformait en dague. Il faudrait peut-être que je lui trouve un nom un jour...

Je me demande bien à quoi il peut penser, c'est presque une obsession que j'ai avec tout le monde. Je ne peux m'empêcher de vouloir les comprendre jusqu'au plus profond de leur âme. Je me mis alors à mordiller ma lèvre inférieur, comme souvent quand je réfléchis.

Je me demande à quoi tu penses.

J'avais lâché ça sans réfléchir. Je me mis à maudire intérieurement mon impulsivité. La gêne me rongeait et je me suis mise à rougir. J'ai détourné les yeux, sans cessé de me mordre la lèvre, attendant les moqueries.



   
Never forget what happened

avatar
Coalition ψ Combattant
Ω Tablettes : 546
Voir le profil de l'utilisateur

Qui es-tu?
Ω Objets:
Ω Relations:
Ω Compétences:

MessageSujet: Re: Personne ne doit être laissé à l'écart [Azaliah-Neil]   Sam 25 Fév - 17:55

Azaliah a l'air heureuse de ma réponse. Cependant, quand je lui demande si je devrais avoir peur d'elle, elle me répond avec un peut-être. Ce qui, soit dit en passant, n'est pas du jeu.
La belle semble un peu nerveuse. À la voir jouer avec sa bague que je reconnais être du fer strygien, je me doute qu'elle est en plein cas de conscience. Je reste donc silencieux pour la laisser penser tranquille.
La douce frissonne un peu, probablement à cause du froid et elle se mordille la lèvre. Je sais que c'est ce que je fais quand je réfléchis, peut-être en est-il de même avec elle. Je me demande à quoi elle réfléchit du coup.
Et visiblement nous sommes sur la même longueur d'onde puisque dans un élan de spontanéité, elle me demande à quoi je pense. Je la vois rougir après me l'avoir demandé et détourner le regard.

Je suis amusé par la situation et je lui réponds honnêtement :

Je me demandais à quoi tu pensais...
Sinon, je me disais aussi que c'était dommage que certaine personnes jugent les autres sans les connaître... Voir même les jugent sur les actes de leurs parents.
Et je me disais aussi que je n'ai définitivement pas peur de toi...
Ce qui pourraient être effrayantes pour la plupart des gens seraient que tu sois maudites... comme les gens le pense parfois dès que quelque chose a un lien avec les enfers...
Mais je vais t'avouer un secret...on est des demi-dieux... Sans vouloir être déprimant, on attire tous la mort et la destruction d'une façon plus où moins prononcée... Sinon, on ne serait pas dans ce camp.
Et du coup, tu penses à quoi toi ?


Je pose ma question sincèrement. Je veux vraiment apprendre à connaître cette mystérieuse demoiselle.
À la fin de ma question, je fais un signe de tête en désignant l’endroit où elle est assise pour lui demander si je peux m’asseoir à côté d'elle en soufflant un discret "je peux?". Premièrement, j'en ai un peu marre d'être debout adossé à une planche et deuxièmement, si on se rapproche, on aura peut-être un peu moins froid.
Je continue de sourire en attendant un signe pour que je puisse m’asseoir et qu'à son tour elle me raconte un peu les pensées qui lui traversent l'esprit.


"On croit que les rêves, c’est fait pour se réaliser.
C'est ça, le problème des rêves :
C’est que c’est fait pour être rêvé."
avatar
Coalition ψ Combattant
Ω Tablettes : 117
Voir le profil de l'utilisateur

Qui es-tu?
Ω Objets:
Ω Relations:
Ω Compétences:

MessageSujet: Re: Personne ne doit être laissé à l'écart [Azaliah-Neil]   Sam 25 Fév - 18:11

Je le regarde, surprise. Neil était définitivement quelqu’un d'étrange mais des plus intéressants. Je comprenais désormais pourquoi tant de gens semblaient l'apprécier. Sa réponse me fit méditer un peu.

Il avait raison, les demi-dieux en général attirent bel et bien la mort et autres calvaires que peu de gens ressentent dans la vie à un degrés aussi élevé. En disant ça, je me demande s il pensait à quelque chose en particulier en rapport avec son passé. Il devait lui aussi avoir des moments sombres dans sa vie qui pouvait lui faire dire des choses comme ça, choses que beaucoup de sangs-mêlés ne s'avouaient pas.

J’acquiesçais silencieusement à ça demande de venir s'asseoir. Pourquoi ne pourrait-il pas après tout? J'eu soudainement peur qu'il ne se mette à lire dans mon carnet et le ferme vivement, bien trop vivement pour ne pas paraître suspecte. Peut-être qu'avec un peu de chance il me prendrait pour une de ses filles écrivant dans leur journal intime leurs pensées et leurs amourettes inavouées.

Dès qu'il fut assis à mes côtés, je tourna mon visage vers lui et répondit à sa première question en le fixant dans les yeux, chose que j'aimais de plus en plus faire.

Je pense à bien des choses.
Je me disais que je comprenais pourquoi autant de gens t'appréciait. Je me demandais aussi ce que tu as bien put vivre pour oser t'avouer cette fatalité qui frappe les demi-dieux.
Et puis...je pensais à mon passé aussi. Ça revient de plus en plus souvent ces derniers temps. C'est un peu comme le mal du pays mais avec l'époque.


Je reste silencieuse pendant quelques minutes, ne cessant de le regarder. Un sourire vint étirer le coin de mes lèvres. J'ajoute:

Et puis je me disais que j'adore tes yeux.

J'attends sa réaction presque impatiemment. C'est à ce moment précis que je me rends compte à quel point parler avec quelqu'un m'avait manqué. Depuis que j'étais arrivé ici, je n'avais eu le droit qu'à des indications ou des ordres, cette dernière chose me déplaisant particulièrement. J'avais un sérieux problème avec l'autorité.



   
Never forget what happened

avatar
Coalition ψ Combattant
Ω Tablettes : 546
Voir le profil de l'utilisateur

Qui es-tu?
Ω Objets:
Ω Relations:
Ω Compétences:

MessageSujet: Re: Personne ne doit être laissé à l'écart [Azaliah-Neil]   Sam 25 Fév - 21:38

La fille d'Hadès me fait signe pour que je vienne m'asseoir. Alors que je me rapproche, d'un coup, elle referme brusquement son carnet... J'avoue que ça titille ma curiosité. Réel plan diabolique, journal intime où carnet de croquis ? Un jour, je saurai ce qu'il y a dedans, peu importe le temps que ça prendra !
Je remarque aussi que ma réponse semble la surprendre et la faire réfléchir.
Après un moment de réflexion de sa part, à nous regarder mutuellement dans les yeux, elle me répond enfin.

Elle me dit qu'elle comprend mieux pourquoi les gens m'apprécient, qu'elle se demande ce qui m'est arrivé pour que je sois aussi lucide sur la vie d'un demi-dieux et qu'elle pense à son passé.
Puis après-midi un petit moment, la demoiselle ajoute qu'elle aime mes yeux.
J'avoue être surpris par cette dernière phrase, mais je lui réponds avec un sourire amical et quelque peu charmeur :

Merci ! C'est flatteur, surtout d'une jeune femme avec d'aussi beaux yeux que les tiens.

Puis je repense à ce qu'elle a dit sur mon réalisme sur la condition des demi-dieux...Je regarde en face de moi, dans le vide, en laissant mon dos tomber jusqu'à être bloqué par le mur derrière moi. Je soupire profondément en repensant à mon passé.
Après un instant à ne rien dire, je lui dis d'un ton non pas mélancolique, mais presque amusé avec un sourire en coin :

Tu sais, un accouchement qui se passe mal, des parents adoptifs qui meurent dans un accident de voiture et une famille d'accueil qui t'envoie cinq ans en hôpital psychiatrique... ça fait relativiser pas mal de chose...

Je laisse un blanc, puis en me rendant compte de ma dernière information, je tourne le visage pour la regarder et préciser :

T'inquiète pas, je suis pas fou, j'étais là-bas pour des troubles du sommeil... Étonnement, un fils d'Hypnos ça n'a pas le même cycle de sommeil qu'un mortel.

Je viens de me livrer à elle, sans le moindre complexe, dans un premier temps, parce que je ne me cache pas de mon histoire, dans un deuxième, parce que je l'aime bien cette fille des enfers.
Après quelques seconde pour qu'elle puisse digérer l'information, je lui demande à mon tour :

Et toi ? Qu'est ce qui t'as rendu si réaliste et solitaires ? Quel est donc ce passé qui revient te hanter?


"On croit que les rêves, c’est fait pour se réaliser.
C'est ça, le problème des rêves :
C’est que c’est fait pour être rêvé."
avatar
Coalition ψ Combattant
Ω Tablettes : 117
Voir le profil de l'utilisateur

Qui es-tu?
Ω Objets:
Ω Relations:
Ω Compétences:

MessageSujet: Re: Personne ne doit être laissé à l'écart [Azaliah-Neil]   Sam 25 Fév - 22:39

Je n'ai presque jamais rougis de ma vie, je tiens à le préciser. En même temps, peu son ceux m'ayant complimenter ou ayant fais quelque chose pour provoquer cette réaction de ma part. Mais Neil, peut-être ne faisait-il même pas exprès, réussi à me faire rougir deux fois en quelques minutes.

Il se met à me parler de son passé d'un coup, après s'être presque laissé tombé contre le mur. J'avais bien raison, son passé était loin d'être rose et remplis d'amour et de vie. Avec ça je pouvais sûrement le comprendre mieux que personne.

Il avait perdu sa mère à sa naissance pendant que la mienne hésitait à m’abandonner en pleine guerre. Ses parents adoptifs étaient morts dans un accident de voiture. Il devait les apprécier, rendant les choses encore plus dramatiques. Que dire de sa famille d'accueil? Ne les connaissant pas je ne pouvais pas savoir si ils avaient envoyé le jeune homme dans cet hôpital psychiatrique car ils étaient inquiets pour lui, mais vue la façon dont le fils d'Hypnos l'a tourné, ce ne devait pas être pour ça.

Il ne parle pas pendant un temps. Je ne dis rien non plus, préférant respecter son silence. Puis il rajoute:

T'inquiète pas, je suis pas fou, j'étais là-bas pour des troubles du sommeil... Étonnement, un fils d'Hypnos ça n'a pas le même cycle de sommeil qu'un mortel.

J'avoue m'être déjà posé la question sur le sommeil des enfants d'Hypnos dans un moment de questionnement sur la vie en général, comme j'en avais souvent en ce moment. Cette information ne me surpris qu'à moitié. Je me doutais bien que leur cycle de sommeil était différent, mais j'aurais pensé qu'ils dormaient plus que nous.

Je me sens touchée par ses aveux sur sa vie. Pour ma part, je ne révèle pas ce genre d'informations à n'importe qui, qu'il m'en ai parlé devait bien signifié quelque chose. Je souris instinctivement à cette pensée, avant de prendre un visage triste.

Comme tu dois le savoir, je ne viens pas de votre époque. Je suis née en 1939, j'ai donc connue la guerre très tôt. Ma mère ne pouvait pas m'assumé financièrement tout en continuant ses études, elle  on dut trouver un autre moyens de nous faire vivre. Je n'ai jamais su ce qu'elle a fait pour gagner de l'argent, je pense que je ne veux même pas le savoir en fin de compte.

Je marque une pose. Ma mère est un sujet assez sensible. Je prends une grande inspiration et continue.

Je me souviens des soirs où elle pleurait près de moi. J'avais trois ou quatre ans. Elle...elle voulait me laissé à mon sort. C'était trop difficile pour elle. Elle aurait put me laisser de nombreuses fois en cédant à la facilité, mais elle a été forte pendant un temps. J'ai vu beaucoup d'horreurs pendant ces premières années, que se soit des hommes mutilés, des bombardements ou les monstres nous poursuivant. Des fois ils reviennent me hanter pendant la nuit. Ça arrive même souvent.

Me souvenir de tout ça était bien plus dur qu'il n'y paraissait. J'étais replongé à cette époque de larmes et de sang. Je revoyait tout, j'entendais tout, je ressentais tout à nouveau comme si je m'étais téléporté là bas. Quelques larmes se mirent à couler. Je devrais arrêter, mais quelque chose a fond de moi me poussait à continuer. Je ressentais le besoin de me confier à Neil, de lui faire partager ma doublure et mon passé.

A la fin de la guerre, ma mère a rencontré un idiot du nom de John Desmond. Il était repoussant, lâche, misogyne et colérique, mais tout de même riche. C'est cette dernière chose qui poussa ma mère à l'épouser. Elle avait rapidement compris que je ne pourrais pas me balader dans les rues sans attirer les monstres, alors j'ai passé sept ans seule, sans contacte avec l'extérieur. Je ne sortais que sur le balcon et encore. Puis un jour, je les entendu discuter, John et elle, de mon futur. Elle voulait me marier le plus vite possible pour se débarrasser de moi et récupérer de l'argent, mais John soutenait que personne ne voudrait de moi. Ils avaient décider de m'abandonner. Alors je suis partie par moi même, ça m'aurait achevée si ma propre mère m'avait mise dehors en sachant ce qui allait m'arriver. J'avais treize ans.

Sayais, je pleurais. C'était un mélange de rage et de tristesse accumulées depuis bien trop longtemps. J'avais saisi sans m'en rendre compte la main du jeune homme, bien plus grande que la mienne. Je la serrais de mes deux petites mains tremblotantes. JE déteste pleurer devant les gens, je me sens faible et vulnérable, tout le contraire que je veux montrer aux autres. Et pourtant, je me sentais en sécurité avec lui, alors je m'autorisais à me lâché.

J'ai été traquée par des monstres. J'ai vécue dans la rue en mangeant ce que je trouvais dans les poubelles ou ce que je pouvais voler aux plus jeunes que moi. C'est cruel mais c'était la loi du plus fort, personne ne pouvait s'en rendre compte. Je mourais à vue d’œil et je n'ai jamais rien reçue que des regards méprisants, des insultes et même des coups. J'avais cru être sauvée en attérissant comme par miracle à la colonie des sangs-mêlés, mais tout le monde me fuyait une fois de plus. J'agissais encore comme si j'étais dans la rue, j'étais un peu comme un animal. J'aurais put rester comme ça puis j'ai rencontré Lucas.

Ma prise sur sa main se resserra quand je me mis à parler du défunt fils d'Arès. Je n'avais jamais parler de lui à personne, ce n'était pas comme si j'en avais eu l'occasion en même temps.

Il m'a aidé à retrouver mon humanité sans vraiment le savoir. C'était un fils d'Arès, on aurait dut se détester mais une complicité était très rapidement née entre nous. Je crois que je l’aimais. Et pourtant, quand cet imbécile m'a annoncé d'un coup qu'on était fait l'un pour l'autre, je n'i réussi qu'à le rejeter. J'avais peur, tu comprends? J'avais peur d'être rejeté une fois de plus...
Aujourd'hui, je ne sais pas si je regrette puisqu'il est mort deux semaines plus tard dans une quête. Tout ceux qui s'accroche trop à moi finissent par m'abandonner de toute façon...


Un petit rire nerveux me pris. Je devais être bien pathétique. La fille des Enfers froide et solitaire qui se met à pleurer. Je choisis tout de même de continuer mon récit, au point où j'en étais.

Deux mois plus tard, Hadès me revendiquait enfin comme sa fille. Je n'ai jamais été aussi détestée de ma vie. Alors comme la lâche que je suis, je me suis encore enfuie. J'ai erré pendant presque deux années entières. Je ne sais même pas comment j'ai put m'en sortir. a un moment, même des demi-dieux se sont mis à essayer de me tuer. Les Dieux ne voulaient plus de moi sur cette planète, je crois qu'il était question d'une prophétie, je n'ai jamais vraiment cherché à comprendre. Si tu te le demandes, oui je les ais tués. J'ai tués des gens de ma propre famille, éloignée ou pas.
Puis je suis entrée dans ce casino maudit où j'ai passé 70 année de ma vie, qui ne sont passées que pour deux mois à l'intérieur. Mon père m'a libéré indirectement et je me suis retrouvée ici, à pleurer dans un box.


J'ai relevé mes yeux larmoyants vers lui.

Moins effrayante tout d'un coup la fille d'Hadès hein?



   
Never forget what happened

avatar
Coalition ψ Combattant
Ω Tablettes : 546
Voir le profil de l'utilisateur

Qui es-tu?
Ω Objets:
Ω Relations:
Ω Compétences:

MessageSujet: Re: Personne ne doit être laissé à l'écart [Azaliah-Neil]   Dim 26 Fév - 1:06

Une fois de plus, la jeune femme rougie. Je dois bien avouer qu'elle est vraiment adorable le rouge aux joues.
Alors que je finis mes révélations sur mon passé, la demoiselle pense puis esquisse un sourire... Probablement heureuse de la confiance que je lui fais en lui disant tout cela.
Puis, son visage s'assombrit, je devine à son air que la belle a décidé de se confier à son tour.

Sa vie a été des plus tristes, des plus tragiques. Petit à petit, ses yeux se remplissent de larmes qui finiront plus tard par couler. Alors qu'elle parle, ses mains s'accrochent à la mienne, un peu comme pour se raccrocher au présent, par peur de se perdre dans le passé.
De mon côté, je reste silencieux et je l'écoute attentivement. La guerre, l'abandon, la mort, le rejet, la solitude... tous ces choses qui lui sont arrivés sont toutes plus horrible les une que les autres.

Au moment où elle me parle de son ami Luca, sa main se ressert sur la mienne. Ma main libre se pose sur le haut de son dos pour tenter la réconforter un peu.
Elle finit son discours complètement en larme, en me regardant et demandant :

Moins effrayante tout d'un coup la fille d'Hadès hein?

Je la regarde avec tendresse et je fais la seule chose qui me semble approprier en cet instant. Je me rapproche d'elle et je la serre dans mes bras. Alors que ma tête est à côté de son oreille, je lui murmure :

C'était pas de ta faute. Tu as fais de ton mieux pour survivre.
Ne t'inquiète pas, c'est derrière toi tout ça. Ça va aller mieux maintenant.
Et rassure toi, personne ne saura que tu t'es mise dans un tel état.


Après quelques instants, je la relâche et afin d'essayer de lui rendre un peu le sourire, je lui tends un paquet de mouchoirs que j'avais dans la poche de ma veste. Je lui dis alors avec un sourire compatissant :

Avec ce froid, tu devrais sécher tes larmes avant qu'elles ne gèlent.


"On croit que les rêves, c’est fait pour se réaliser.
C'est ça, le problème des rêves :
C’est que c’est fait pour être rêvé."
avatar
Coalition ψ Combattant
Ω Tablettes : 117
Voir le profil de l'utilisateur

Qui es-tu?
Ω Objets:
Ω Relations:
Ω Compétences:

MessageSujet: Re: Personne ne doit être laissé à l'écart [Azaliah-Neil]   Dim 26 Fév - 1:29

Quand il me serre dans ses bras, je ne peux m'empêcher de m'accrocher presque désespérément à lui. Je ne le connaissais pas depuis longtemps et pourtant, je ressentais l'exact opposé.

Je frissonne quand il me murmure à l'oreille, je n'ai pas l'habitude d'avoir une telle proximité avec quelqu'un. Ce qu'il me dit me touche jusqu'au plus profond de mon être. Même si il dit que ce n'était pas de ma faute, la culpabilité me ronge toujours. Elle s'imisse en moi tard le soir. Je les revoirs en rêve, les visages de ceux à qui j'ai arraché la vie sans pitié. J'ai survécu comme il dit, je ne sais pas ce que ça fait de vivre. Je me suis toujours contenté de rester en vie au lieu de profité.

Je suis rassurée quand il me dit que personne ne saura pour mes larmes. Je savais que je pouvais lui faire confiance, je l'ai senti.

Il se détache de moi et me rends un paquet de mouchoirs que j'attrape rapidement avant d'essuyer mes larmes qui commençaient bel et bien à geler sur mon visage rougis par le froid. Je lui souris après lui avoir rendu. Il ne jette pas sur moi un regard de pitié, il est compatissant. En certains points, il peut me comprendre après tout.

Merci.

Je n'arrive pas à dire plus. Je voudrais dire tant de chose, lui expliquer que je vais bien. Mais les mots qui, pour la plus part son des mensonges, restent bloquer au fond de ma gorge.

Son contacte me manque un peu. J'étais réchauffée contre lui et j'avais cette impression d'être appréciée et en sécurité. Quand il c'est détaché de moi, ce fut comme si la dure réalité m'était revenu d'un coup sec, sans prévenir. C'est donc sans plus réfléchir que j'attrapa à nouveau sa main et me mis à jouer distraitement avec ses doigts. Si avec tous ça il ne me prends pas pour une folle.

Désolé...C'est juste que c'est tellement étrange. Quand je te touche j'ai l'impression que rien ne m'arrivera plus.

Mon idiote d'impulsivité avait refait surface et j'avais encore une fois dit ce que je pensais sans vraiment le vouloir. Je relevais alors timidement mon regard sombre vers lui, attendant sa réaction.



   
Never forget what happened

avatar
Coalition ψ Combattant
Ω Tablettes : 546
Voir le profil de l'utilisateur

Qui es-tu?
Ω Objets:
Ω Relations:
Ω Compétences:

MessageSujet: Re: Personne ne doit être laissé à l'écart [Azaliah-Neil]   Dim 26 Fév - 10:57

Quand je la serre dans mes bras, je sans la jeune femme s'agripper à moi... Ce qui je dois l'avouer, est adorable.
Elle va même jusqu'à frissonner quand je lui murmure à l'oreille.
J'avais bien raison, elle était solitaire, juste parce qu'elle attendrait que quelqu'un aille vers elle.

Quand je la relâche, la fille d'Hadès me remercie. J'ai comme l'impression qu'elle voudrait ajouter quelque chose, mais pas un mots ne sort de sa bouche. Je respecte cela et je ne dis rien non-plus, ne voulant pas la brusquer.
Je me contente de la regarder dans ses magnifiques yeux noirs.
D'un coup, je sens quelque chose sur ma main, je baisse les yeux et je vois que c'est Aziliah qui joue avec mes doigts. Je relève la tête et je la regarde avec avec un sourire amusé et attendri.

Elle m'explique qu'elle se sent plus en sécurité quand quand elle est en contacte avec moi.
Mon sourire s'élargit. Je dirige ma main livre vers son visage afin de déposer une caresse sur sa joue avec mes phalanges.
Je rapproche un peu mon visage du sien et je lui dis tout bas :

Mais ne t'inquiète pas, il ne t'arrivera plus rien.

Puis je reprends ma position initiale, laissant ma main dans la sienne.
Je la regarde das les yeux et je lui dis d'une voix amical :

Les choses ne seront plus comme avant. Maintenant, je serai là si tu as besoin de quelqu'un.

Je me tais un moment, pour lui laisser le temps de dire quelque chose si elle le souhaite.
Je ne la connais pas depuis longtemps, mais je l'apprécie déjà beaucoup. Et je suis parfaitement sincère quand je lui dis que je serai là pour elle quand elle en aura besoin.
Elle s'est ouverte à moi, probablement pour l'une des première fois de sa vie, si ce n'est pour la première fois. Quel genre de monstre serais-je si je la laissais tomber maintenant ?

En parlant de l'aider, je repense à ce qu'elle a dit sur son passé qui revient la hanter la nuit.
Je lui dis alors :

Tu sais, si tu as des problèmes de sommeil, je peux peut-être t'aider... Je sais pas si tu le sais mais, je peux contrôler les rêves...
Je fais parti des rares enfants d'Hypnos qui protègent le sommeil. C'est pour ça que je dors presque pas. Du coup, si tu veux, si un jour tu te sens prêtes à partager tes rêves, je pourrai peut-être t'aider avec tes cauchemars.
Enfin, je te force pas, c'est comme tu veux Azaliah.


"On croit que les rêves, c’est fait pour se réaliser.
C'est ça, le problème des rêves :
C’est que c’est fait pour être rêvé."
avatar
Coalition ψ Combattant
Ω Tablettes : 117
Voir le profil de l'utilisateur

Qui es-tu?
Ω Objets:
Ω Relations:
Ω Compétences:

MessageSujet: Re: Personne ne doit être laissé à l'écart [Azaliah-Neil]   Dim 26 Fév - 11:41

Ce fils d'Hypnos ne cesse de me surprendre. Alors que je pensais qu'il me prendrait pour une folle avec ce que je venais de dire, il s'est rapproché de moi. Quand je sens ses doigts contre ma joue, je retiens mon souffle. Son beau visage s'est rapproché du miens et je ne sais plus quoi pensé, ça me perturbe tellement.

Mais ne t'inquiète pas, il ne t'arrivera plus rien.

Il reviens à sa position initiale, tout en me laissant sa main avec laquelle je joue encore, ce que j'apprécie. Il me regarde dans les yeux, j'ai tellement envie de le croire. Si seulement tout pouvait bien se passé maintenant, mais une guerre se prépare. Je ne me voile pas la face je sais que beaucoup de choses horribles vont arriver dans peu de temps.

J'aimerais tellement y croire tu sais.

Je lui souris tristement, bien consciente de mon pessimisme pourtant justifié.
Il se met alors à me proposer son aide pour mon sommeil. Est-ce déjà un rêve, y a-t-il encore des demi-dieux possédant de la bonté et de la gentillesse? Son arrivée dans ce boxe a déjà chamboulé pas mal de chose dans mon esprit et dans ma façon de pensée.

Je ne sais pas vraiment si j'ai envie de ne plus faire de ne plus faire de cauchemars. J'ai l'impression que si je ne les vois plus en rêve, j'oublierais toute cette douleur. Ça m'aide à me souvenir de mon objectif en un sens.
Et puis je ne suis pas sûr que tu es envie de rentrer dans ces rêves. Ça fait plusieurs années que je les revois et j'en sors toujours aussi terrifiée, je ne veux pas t'imposer ça...


C'était vrai, lui faire voir toutes ces visions d'horreurs serait presque cruel et totalement égoïste. Il m'avait déjà beaucoup aidé et je voulais au moins lui rendre la pareil, je déteste me sentir redevable envers quelqu'un sur un trop long laps de temps. J'ai l'impression de pouvoir être utilisée à tout moment dans ces cas là.

Mais ne te méprends pas, j'apprécie beaucoup! C'est juste que tu en as déjà beaucoup fait pour moi, tu ne me dois rien. C'es plus tôt à moi de te proposer mon aide en cas de besoin.

Je lui offre l'un de mes rares sourires avant de me rapprocher de lui jusqu'à avoir son épaule en contacte avec la mienne.



   
Never forget what happened

avatar
Coalition ψ Combattant
Ω Tablettes : 546
Voir le profil de l'utilisateur

Qui es-tu?
Ω Objets:
Ω Relations:
Ω Compétences:

MessageSujet: Re: Personne ne doit être laissé à l'écart [Azaliah-Neil]   Dim 26 Fév - 14:34

La douce me répond qu'elle voudrait y croire. Au moins, j'aurai essayé.
Elle sourit tristement et je fais de même. Elle a malheureusement raison, on est en guerre. Les beaux jours ne sont pas pour demain. Mais je continue de penser qu'en groupe, on sera plus fort !
Et même si ce n'était pas la guerre, il faudrait tout de même être solidaire, on est une famille après tout !

Puis en ce qui concerne ses cauchemars, la jeune femme m'explique que les cauchemars lui permettent de se souvenir de tout ce qu'elle a vécue
Et que, de surcroît, elle ne veut pas m'imposer l'atrocité de ses cauchemars...
Je ne dis rien, je me contente de hocher la tête de façon compréhensive, mais au fond de moi, ça m'amuse un peu. Ça m'amuse, parce qu'elle ne se doute pas des cauchemars dans lesquels je me suis déjà retrouvé par le passé... Elle n'a pas comprit tout ce que ça implique pour un enfant d'Hypnos de se retrouver dans un asile où tout le monde a des troubles du sommeil... Mais bon, je ne vais pas jouer les mec déprimant en mettant ça sur le tapis.

Par la suite, Azaliah me rassure en me disant qu'elle apprécie beaucoup ma proposition, mais que j'ai déjà fait beaucoup.
Je suis surpris, parce que je n'ai pas l'impression d'avoir fait quoi que se soit de particulier. Je me suis contenté d'être moi-même et de lui proposer une oreille attentive alors qu'elle semblait en avoir besoin... Si la belle se sent redevable à chaque fois que quelqu'un vient lui parler, elle va souvent se sentir redevable.

Puis elle me sourit et se rapproche jusqu'au contacte de nos deux épaules.
Une fois dans cette position, pose mon bras sur ses épaules pour la serré un peu contre moi. Je lui souris et je lui dis :

Tu sais, toi non plus tu ne me dois rien... C'est juste normal qu'on s'entre aide entre amis.

Oui, je la considère comme une amie maintenant. Elle m'a raconté sa vie et a pleuré dans mes bras, ça me semble être une bonne base d'amitié.
À présent, j'attends sa réaction quant-au mot ami que je viens d'utiliser. J'espère juste qu'elle ne va pas se braquer.


"On croit que les rêves, c’est fait pour se réaliser.
C'est ça, le problème des rêves :
C’est que c’est fait pour être rêvé."
avatar
Coalition ψ Combattant
Ω Tablettes : 117
Voir le profil de l'utilisateur

Qui es-tu?
Ω Objets:
Ω Relations:
Ω Compétences:

MessageSujet: Re: Personne ne doit être laissé à l'écart [Azaliah-Neil]   Dim 26 Fév - 16:42

Le sourie triste qu'il me rends me prouve bien qu'il pense comme moi pour la guerre. Nous ne serons de toute façon jamais en paix, tel est le destin des demis-dieux. Comme on dit, un grand pouvoir implique de grandes responsabilités. On pourrait rajouter que ça implique également de grandes pertes, mais peu de gens osent se l'avouer.

Je ne recule pas quand il pose son bras sur mes épaules. Le contacte humain m'avait manqué. Je ne réagis pas trop au début, puis prends confiance et pose ma tête sur son épaule. Il sent bon. Il se met d'un coup à me sourire et à me dire que je ne lui dois rien non plus, qu'on est ami.

Il n'a pas dut me comprendre, je dois passer pour une idiote. Forcément il ne pouvait pas me comprendre sur ce point là, il doit avoir des tonnes d'amis avec qui parler de ses problèmes. Pourtant, ce n'est que la deuxième personne à qui je me confie autant. Je crois que je suis un peu jalouse au fond, mais je préfère ne pas le montrer.

Le fait qu'il m'ait qualifier d'amie me fait tellement plaisir. Ce mot sonne bizarrement à mes oreilles. Je le connais mais je n'en comprends pas encore bien le sens. Je suis un peu comme une novice dans les relations humaines. C'est tellement pathétique.

Je souris. L'idée d'avoir Neil comme ami suffit à me faire ressentir plus de joie que je n'en ai ressentit en deux ans. Il est un peu comme mon refuge et mon confident. Je me sens bien avec lui et j'ai cette impression que tout ce passera bien quand je suis contre lui. Il ne se rends sûrement pas compte de l'effet qu'il a sur moi. Je me met à me demander à nouveau à quoi il peut bien penser.

Alors j'ai le plaisir de t'annoncer que tu es mon deuxième amis en 17 ans d’existence.

Je ris amèrement, je me sens nulle tout d'un coup. Je me met à bailler légèrement, la nuit n'a pas été des plus reposante.

Si tu savais comme je suis fatiguée, je n'imagine même pas pour toi.

Je laisse planer le silence quelques minutes, avant de me redresser légèrement et de le regarder. J'approche timidement ma main de son visage et finit par la poser à plat sur sa joue. Je ne sais pas vraiment pourquoi je fais ça,j'en ai envie c'est tout. Je plonge mon regard dans le sien, attendant une quelconque réaction de sa part.



   
Never forget what happened

avatar
Coalition ψ Combattant
Ω Tablettes : 546
Voir le profil de l'utilisateur

Qui es-tu?
Ω Objets:
Ω Relations:
Ω Compétences:

MessageSujet: Re: Personne ne doit être laissé à l'écart [Azaliah-Neil]   Lun 27 Fév - 23:04

La demoiselle de sourit quand je la sers contre moi. Elle m'annonce que je suis son deuxième ami qu'elle a eu dans toute sa vie.
Elle rit amèrement après avoir dit cela. Moi je suis touché qu'elle dise cela, même si ce n'était pas forcément volontaire (en tout cas dans la formulation).

Afin qu'elle ne se sente pas trop mal pour ce qu'elle vient de dire, je joue le jeu. Après tout, les amis c'est aussi là pour plonger avec toi quand tu t'enfonces.
Avec un large sourire je déclare donc :

C'est pour moi un honneur d'être ce deuxième ami ma chère !

Puis peu de temps après, la belle se met a bailler légèrement. Elle m'explique qu'elle est un peu fatiguée. Je lui réponds amusé :

Moi ça va... En même temps j'ai fait une grâce matinée, j'ai dormi deux heures quinze cette nuit.

Oui, je sais c'est bizarre pour un fils d'Hypnos de dormir si peu, mais il y en a. Nous sommes ceux qui ne dormons pas afin de protéger le sommeil des autres... Enfin, je dis « nous » mais j'en connais pas d'autres comme moi en fait.
Mais, bon, ce côté protecteur du sommeil fait parti du travail de mon père, donc je suppose que ça s'applique à certain de ses enfants.

Je suis intrigué par sa fatigue, mais avant de pouvoir dire quoi que se soit, elle me prend timidement le visage dans les mains.
Je ne sais pas quoi en penser exactement. Ce n'est pas le genre de geste qu'on rencontre souvent... Si à la limite avant d'embrasser quelqu'un... Attendez ! Elle va m'embrasser là ? Non, je ne crois pas.
Je pense que c'est juste une façon pour elle de me montrer son attachement à moi.
Enfin, j'espère. Elle n'a que dix-sept ans, je pourrai aller en prison pour détournement de mineure. À moins que ce ne sois la date de naissance qui prime au tribunal... du coup, ça serait de la gérontophilie?

Fort heureusement, je pense à tout cela très rapidement. Même pas une seconde. Quand je réalise vraiment la situation, je regarde la demoiselle dans les yeux et je lui souris tendrement avant de replacer une mèche de cheveux derrière son oreille, puis de laisser ma main contre sa joue en la caressant légèrement avec mon pouce.


"On croit que les rêves, c’est fait pour se réaliser.
C'est ça, le problème des rêves :
C’est que c’est fait pour être rêvé."
avatar
Coalition ψ Combattant
Ω Tablettes : 117
Voir le profil de l'utilisateur

Qui es-tu?
Ω Objets:
Ω Relations:
Ω Compétences:

MessageSujet: Re: Personne ne doit être laissé à l'écart [Azaliah-Neil]   Mar 28 Fév - 12:54

Neil me réponds que c'est un honneur d'être de deuxième ami, accompagné de son large sourire dont il a le secret. L'optimisme et la sympathie semble irradier de lui, voulant toucher tout le monde autour. Pourtant, je perçois quelque chose plus sombre caché tout au fond de lui. Peut-être que je me fais des idées.

Après que j'ai baillé, le jeune homme me dit qu'il a fait une grasse matinée. Qui fait une grasse matinée en ne dormant que deux heures quinze? J'avais désormais la réponse: un attirant fils d'Hypnos atteint de grave trouble du sommeil et s'employant à être un gardien du sommeil.

Après avoir posé ma main sur sa joue sans réfléchir, Neil semble se figer pendant un très court laps de temps. Si je n'avais pas été habitué à observé les gens je ne l'aurais surement jamais remarqué. Je ne sais pas ce qui lui passe par la tête mais il replace une mèche de mes cheveux et met sa main contre ma joue en me la caressant juste après. Son sourire se fait tendre et il me regarde dans les yeux. Je ne sais plus quoi penser. Je nous ai serte mis dans cette situation étrange et peu habituelle, mais je n'aurais jamais pensé qu'il réagirait comme ça.

Je finit par baisser le regard et lâche d'une voie à peine audible:

Désolé, je ne sais pas vraiment pourquoi j'ai fait ça. C'était presque instinctif...

Je ne retire pourtant pas ma main. Je voudrais l'enlever, juste pour pouvoir réussir à m'enfuir et oublier tout ce qu'il vient de se passer, mais je n'y arrive pas. Je crois d'ailleurs que je viens de comprendre pourquoi je suis autant attiré par lui. Outre le fait qu'il me plaise beaucoup et qu'il a été la première personne à s'intéresser à moi, à m'écouter et à me considérer comme une amie depuis un bon bout de temps, Neil est également quelqu’un que j'envie énormément et à qui je ne pourrait jamais ressemblé. Je nous vois comme les deux faces d'une pièces, totalement différentes mais pourtant relier par bien des choses.

Quelque chose me reviens alors. Tout ceux à qui je m'attache trop finisse par m'abandonner. Je ne dois pas m'attacher à lui! Je dois réussir à le repousser avant qu'il ne soit trop tard et qu'il me devienne indispensable.

De l’inquiétude passe alors sur mon visage. Je sers le poing de ma main libre et effectue un effort surhumain pour retirer ma main. Malgré tout, je fais l'erreur de le regarder à nouveau dans les yeux. Je n'arrive pas à me détacher totalement de lui, c'est trop difficile. Il me fais ressentir de la joie et de la sécurité, s'en est presque addictif.



   
Never forget what happened

avatar
Coalition ψ Combattant
Ω Tablettes : 546
Voir le profil de l'utilisateur

Qui es-tu?
Ω Objets:
Ω Relations:
Ω Compétences:

MessageSujet: Re: Personne ne doit être laissé à l'écart [Azaliah-Neil]   Sam 4 Mar - 16:42

La jeune femme s'excuse d'avoir pris mon visage dans ses mains de la sorte. Je lui réponds avec un doux sourire :

Pas de problème, je trouve ça mignon.

Alors que nous sommes dans cette position des plus étrange, chacun touchant le visage de l'autre, je vois que quelque chose change dans le regard de la demoiselle.
Un air triste lui obscurcit le visage et je la voit retirer sa main de mon visage à grand peine.

Puis son regard recroise le mien.
Je baisse les yeux, je lui attrape délicatement les mains pour les enfermer dans les miennes. Je murmure alors :

Arrête...

Je relève les yeux pour me plonger dans son regard triste. Ce regard que je connais que trop bien malheureusement... Un regard que j'ai trop souvent vu, un regard que j'ai trop souvent eu...
Je lui dis donc d'une voix aussi douce que possible, mais néanmoins tintée d'une pointe d'amertume :

Arrête Azaliah... Je te rappelle que j'ai perdu ma mère à la naissance, que mes parents adoptif sont mort et que ma famille d'accueil m'a laissé dans un asile pendant cinq ans, puis je me suis retrouvé ici.
J'ai donc passé cinq ans à parler avec des fous qui avaient des problèmes et deux ans avec des gens saint d'esprits qui ont encore plus de problème...
Je connais ce regard. J'ai vu ce regard... J'ai eu ce regard...
Donc oui, je vais mourir un jour, mais ça ne sera pas de ta faute. Et non, je ne compte pas t'abandonner. Si un jour je ne suis plus là avec toi, ça ne sera clairement pas de mon plein gré...
Alors s'il te plaît Azaliah, rassure toi.


Et oui, à une époque j'ai été comme elle. Seul et emplis d'une terrible peur d'être abandonner. J'étais persuadé d'être la source de tous les mots de la Terre et que je ne pourrais pas avoir d'ami... Mais j'ai appris à relativiser entre temps.
Je me suis rendu compte que tout le monde mérite d'avoir des amis. Et que la vie des demi-dieux est toujours plus compliqué et c'est justement pour ça qu'il faut qu'on s'entre-aide.


"On croit que les rêves, c’est fait pour se réaliser.
C'est ça, le problème des rêves :
C’est que c’est fait pour être rêvé."
avatar
Coalition ψ Combattant
Ω Tablettes : 117
Voir le profil de l'utilisateur

Qui es-tu?
Ω Objets:
Ω Relations:
Ω Compétences:

MessageSujet: Re: Personne ne doit être laissé à l'écart [Azaliah-Neil]   Sam 4 Mar - 20:24

Il a trouvé ma réaction impulsive mignone. Ca m'tonne, un peu comme tout avec lui enfait.
Après avoir retiré non sans peine ma main et relevé le regard vers lui avec sûrement un air triste sur le visage, c'est lui qui baisse les yeux. Il m'attrape soudainement les mains et e crois que e rougis. Il murmure un mot, un seul mot qui me traverse tout le corps et s'incrsute dans mon esprit pour se répéter encore et encore : Arrête...

Il relève son regard et le plonge dans le miens, achevant de me donner envie de pleurer. Il me parle par la suite avec une voie douce et amère à la fois. Je viens presque à m'en vouloir. Ses mots me touchent énormément. Je sais qu'il a raison, et pourtant j'ai toujours cette impression au plus profond de moi que je provoquerais ses prochaines souffrances et qu'il me fera sûrement tout aussi mal. Je ne peux pas me rassurer totalement, mais juste pour lui je crois que je peux faire comme ci.

Je baisse la tête, réfléchissant à toute vitesse. J'ai tellement l'impression d'être pathétique et je me sens idiote par moment.

Comment fais tu? Comment fais tu pour sourire après tout ce qui c'est passé? J'aimerais tellement être comme toi et réussir à faire ça. Même si c'est une façade, et j'espère pour toi que non, c'est tellement dur de sourire et de donner de la joie aux autres alors que nous même on a souffert. Tu es tout ce que j'aurais voulu être et même avec des efforts je resterais sûrement l'horrible fille du méchant Hadès pour la plus part des gens. C'est crue et injuste mais c'est comme ça. Peut-être que j'aurais mieux fait de ne pas sortir du Casino Lotus finalement.

Je marque une pause et relève mon visage où un sourire amère c'est dessiné.

Tu sais, c'était pas si mal là bas. Ma chambre était grande et confortable, je pouvais boire autant que e voulais même si je n'avais pas l'âge et je gagnais très souvent aux jeux! En plus il n'y avait aucun de ces foutus romains pour dicter leurs lois.

Je ris légèrement à ces agréables souvenirs. Ces deux mois ont sûrement été les plus beaux de ma vie.

Peut-être qu'un jour je t'emmènerais et on ressortira des années plus tard. L'organisation qui voudra notre peau sera anéantit et on poura vivre tranquillement. Tu feras ton trafic de rêve et peut-être que j'aurais enfin le courage de me rendre aux Enfers pour rencontrer mon père.


Je me tourne dos à lui et finit par m'appuyer contre son torse. Je penche la tête en arrière et le regarde dans les yeux avec un sourire innocent et enfantin que je ne me connaissais pas.

Tu imagines? Je pourrais rencontrer mon père et peut-être revoir Lucas!

Après tout ça, je pense qu'on peux me qualifier de lunatique.



   
Never forget what happened

avatar
Coalition ψ Combattant
Ω Tablettes : 546
Voir le profil de l'utilisateur

Qui es-tu?
Ω Objets:
Ω Relations:
Ω Compétences:

MessageSujet: Re: Personne ne doit être laissé à l'écart [Azaliah-Neil]   Dim 5 Mar - 17:01

La jeune femme baisse la tête. Puis elle me demande comment je fais pour réagir comme ça après tout ce que j'ai vécu.
Elle me dit qu'elle voudrait être comme moi. Dans son discourt elle va même jusqu'à dire qu'elle aurait préféré rester dans le casino lotus et là, je comprends à quelle point elle va mal.
La fille d'Hadès me dit qu'on devrait y aller, vire heureux et laisser toute cette guerre derrière nous.
J'avoue que cela peut paraître tentant, mais ce n'est pas une solution.
La jeune femme continue de parler divague un peu alors qu'elle me tourne le dos pour se blottir contre mon torse.

Dès qu'elle a fini, je lui réponds d'une voix douce et réconfortante :

Tu te rends bien compte que ce n'est pas une solution.
Le lotus est encore moins réel que les rêves que je génère.
En plus, on ne peut pas se contenter de fuir. On doit faire partie de cette guerre afin de pouvoir participer à la fondation du nouveau monde qui en résultera...
Si on fuit, on ne fera que subir et ce pour le restant de nos jours.


Je me tais une seconde et je repense à ce qu'elle a dit sur les enfers. C'est terriblement triste. Même si ce n'est que le résultat d'une moment de déprime, il faut que j'arrive à lui sortir cette idée de la tête. Je poursuis donc avec ma voix de réconfort et la serrant dans mes bras :

Tu sais, les enfers tu y iras bien assez tôt comme ça.
Vie le plus longtemps possible et n'oublie pas que le voyage vers le royaume des morts est un voyage à sens unique...
Et autant, si tu restes en vie, tu auras l'occasion de mourir plus tard si tu changes vraiment d'avis, mais si tu meurt tu ne pourras plus jamais vivre.


Je dépose un baiser protecteur sur son front.

Je sais que c'est dur à imaginer en ce moment, mais l'avenir à encore plein te choses à t'offrir.


"On croit que les rêves, c’est fait pour se réaliser.
C'est ça, le problème des rêves :
C’est que c’est fait pour être rêvé."
avatar
Coalition ψ Combattant
Ω Tablettes : 117
Voir le profil de l'utilisateur

Qui es-tu?
Ω Objets:
Ω Relations:
Ω Compétences:

MessageSujet: Re: Personne ne doit être laissé à l'écart [Azaliah-Neil]   Lun 6 Mar - 0:16

Ce que Neil me dit ne fait que me renforcer dans cette idée de m'échapper d'ici et de fuir la guerre qui ne devient que plus imminente de jour en jour. Celle que j'ai vécue étant enfant m'a largement suffit. Je souffrais pour ces gens morts ou mutilés au combat et pour leur famille. C'était au temps où j'éprouvais encore énormément d'empathie, maintenant ce mot n'a presque plus de signification pour moi. Je ne peut m’imaginer perdre des gens avec qui j'ai vécu, avec qui j'ai noué des liens et qui sont de ma famille. C'était bien trop dur pour moi. Je suis serte courageuse, mais j'ai mes limites et de perdre tous ces gens les franchiraient clairement.

Le Lotus est un beau rêve dont personne ne veut s'éveiller. J'en ai vu des demis-dieux, humains et autres créatures rentrés pour ne plus en sortir. Je ne fais que des cauchemars, j'ai bien le droit d'avoir un beau rêve non?
Et puis si j'ai bien appris quelque chose en changeant radicalement d'époque, c'est bien que les guerres ne se finiront jamais. Il y a bien du répis pour quelques mois, quelques années, mais guère  plus de temps. Ça ne sers à rien de se battre quand on peut vivre à fond en s'amusant.


Je marque une légère pause et le regarde avec un air malicieux et un sourire taquin.

Et de ce que j'ai entendu, tu n'as pas choisis de te retrouver ici. Ne vas pas me faire croire qu'avant de te retrouver aussi proche du danger tu te préoccupais de l'avenir de notre monde.


Neil me sert soudainement dans ses bras e me parle d'une voie réconfortante. Il a dut comprendre que je voulais me suicider en allant aux Enfers. Je soupire légèrement. Il me dépose d'un coup un baiser protecteur sur mon front et je me raidis d'un coup.

Je sais que c'est dur à imaginer en ce moment, mais l'avenir à encore plein te choses à t'offrir.


Il n'a définitivement pas compris ce que je voulais dire. Je ne peux pas vraiment lui ne vouloir, je dois ressembler à une folle, lunatique aux tendances suicidaires. Je rigole intérieurement. Un sourire malsain prit naissance sur mon visage.

Tu n'as pas compris, je ne vais pas aller aux Enfers parce-que je serais morte. Je vais y aller en tant que fille d'Hadès et améliorer mes pouvoirs. Je suis sûr que d'autres enfants d'Hadès l'ont déjà fait, pourquoi je ne pourrais pas en faire partie?
Rassure toi Neil, je ne mourrais pas tant que ma vengeance envers les humains ne sera pas accomplie.


Peut-être comprendra-t-il enfin pourquoi les autres avaient peur de moi maintenant? Il faut être honnête avec ses amis non? Alors je me dois d'être honnête avec lui et de lui montrer une autre part de moi. Je dois lui montrer celle plus sombre, celle emplie de haine et de désir de vengeance. La vengeance étant la seule chose qui me pousse à rester en vie.



   
Never forget what happened

avatar
Coalition ψ Combattant
Ω Tablettes : 546
Voir le profil de l'utilisateur

Qui es-tu?
Ω Objets:
Ω Relations:
Ω Compétences:

MessageSujet: Re: Personne ne doit être laissé à l'écart [Azaliah-Neil]   Jeu 9 Mar - 18:22

La fille d'Hadès persiste dans son idée de tout abandonner. Je suis un peu déçu de ne pas avoir pu la convaincre aussi vite, mais je ne désespère pas de lui faire retrouver fois en la vie. Après tout, Rome ne s'est pas détruite en un jour.
Elle me dit qu'il faut mieux laisser cette guerre de côté et profiter de la vie au maximum. Et la jeune femme achève son argumentaire en me rappelant avec un sourire emplie de malice que je ne suis pas arrivé au camp de mon propre chef.
Je dois l'admettre, la demoiselle marque un point. Un très bon point d'ailleurs.
Je lui réponds alors avec un sourire amusé :

Rassure toi, je ne m'en préoccupe pas plus aujourd'hui de l'avenir du monde.
Non, maintenant, ce qui a changé c'est que je me préoccupe de l'avenir de mes amis et de ma famille... Et ce n'est pas en les abandonnant que je vais pouvoir les sauver ou au moins les aider.
Alors oui, il y a peu de chances que je puisse les sauver des ravages de la guerre, mais si je fuis c'est sûr qu'ils vont tous mourir et je ne peux pas laisser faire.


Plus tard dans la discussion, Azalhia apporte une rectification sur le fait qu'elle veuille se rendre aux enfers. La demoiselle pense pouvoir se rendre dans le royaume des morts et d'en revenir. Malheureusement, je crains que ça ne marche pas aussi facilement et qu'enfant d'Hadès ou non, on ne revient pas ce royaume. Je ne sais pas comment le lui dire sans briser ses espoirs.
Mais la jeune femme ajoute qu'elle ne compte pas se rendre chez les morts avant de s'être vengée des humains.

Je pris une seconde pour réfléchir. Je passe ce moment, la jolie brune dans mes bras et mon menton contre ses cheveux. Quand je me décide enfin à parler, je lui dis tout bas avec une voix un peu amusé afin de désamorcer un peu la situation :

Déjà, je suis pas sûr que beaucoup d'enfants d'Hadès aient pu faire le voyage aller-retour... Donc renseigne toi bien auprès des agences de voyage avant de préparer tes valises...
Et c'est quoi cette histoire de vengeance contre les humains? Me dis pas que t'as vraiment des plans de destruction du monde dans ton carnet !?


Pour avec une voix plus sérieuse, je demande :

Tu veux te venger de quoi ? De leur cruauté ? De leur indifférence à la souffrance ?
Et tu veux te venger comment ? En étant cruelle à ton tour ? En étant indifférente à la souffrance que tu provoqueras ?
Parce que si c'est à ce genre de choses que tu penses... à part t'abaisser à leur niveau, je ne vois pas bien ce que tu vas faire.
Attention, je suis pas contre l'idée de la vengeance, mais il faut bien la penser...


"On croit que les rêves, c’est fait pour se réaliser.
C'est ça, le problème des rêves :
C’est que c’est fait pour être rêvé."
avatar
Coalition ψ Combattant
Ω Tablettes : 117
Voir le profil de l'utilisateur

Qui es-tu?
Ω Objets:
Ω Relations:
Ω Compétences:

MessageSujet: Re: Personne ne doit être laissé à l'écart [Azaliah-Neil]   Mer 15 Mar - 11:41

Le problème avec Neil c'est qu'il est bien trop optimiste et empathique pour ne pas me faire me sentir mal. Alors que lui veux se battre pour avoir une chance de sauver ses amis et sa famille, je préfère fuir pour éviter tout ces problèmes.
En y pensant, je me demandais ce qu'allait faire la PSI. Des demis-dieux continuent à se rallier à eux, mais sans pouvoir ils ne leur seront pas d'une aussi grande aide qu'avec leur pleine puissance. Ils devaient préparer autres choses histoire de nous achever une bonne fois pour toute. Mais quoi?
Après ma dernière intervention, Neil reprends d'abord avec une pointe d'humour, tout en soulignant les risques que contient mon projet que je ne réaliserais pas de si tôt. A l'évocation de mon carnet, un sourire énigmatique naquit sur mon visage.

Qui sait ce qu'il y a dedans? Tu pourrais avoir raisons comme tord.

Il me demande par la suite plus sérieusement de quoi je compte me venger et comment. Il faut admettre que se son des questions auxquelles je ne cesse de penser.

Je sais bien qu'il y a des humains justes, bons et tout ça. Il faut déjà que tu saches que je ne tuerais que ceux qui sont vraiment mauvais. Je ne vais me contenter que de les amener devant un vrai juge qui pourra faire de leur âme ce qu'il veut. Pour l'instant du moins.
Et quand à la souffrance que je provoquerais, honnêtement oui je serais indifférente à ça. Ce n'est pas mon problème.


En parler à fait resurgir en moi tant de choses. Je me dégage des bras jeune homme, mon air froid et sans émotion habitant à nouveau mon visage.



   
Never forget what happened

avatar
Coalition ψ Combattant
Ω Tablettes : 546
Voir le profil de l'utilisateur

Qui es-tu?
Ω Objets:
Ω Relations:
Ω Compétences:

MessageSujet: Re: Personne ne doit être laissé à l'écart [Azaliah-Neil]   Mer 15 Mar - 17:33

Quand je parle à la jeune femme de son carnet, elle me répond avec un sourire mystérieux, à la limite du narquois, et elle me répond que je peux avoir raison ou tord. Ce petit côté mystérieux éveil un certain nombre de sentiment très différents en moi. D'une part, cela m'amuse et m'intrigue énormément, mais il y a un certain malaise qui naît dans mon être... Une certaine inquiétude...
Attention, je n'ai pas peur de la fille d'Hadès comme beaucoup pourraient le penser, non, j'ai peur pour elle.

Azalhia m'explique sommairement son plan de vendetta. Je l'écoute très attentivement, prenant soin d'analyser chacun de ces mots.
Puis, une fois qu'elle a fini sont explication, elle prend un air froid...
Mon habituel sourire laisse place à un air bien plus triste et inquiet. Je ne lui laisse pas le temps de me demander quoi que se soit, je prends les devants :

J'avoue que là j'ai peur...


Je marque une seconde d’arrêt et je reprends :

Ne te fais pas de fausses idées... Je n'ai pas peur de toi Azalhia. J'ai peur POUR toi.
Même si je ne te connais que depuis peu, je t'apprécie beaucoup. Je ne voudrai pas que tu te lances dans des projets que tu pourrais regretter... J'ai pas vécu ce que tu as subit, je vais pas faire semblant de savoir ce que tu ressens. Cependant je peux tout à fait comprendre le ressentiment et la soif d'une vendetta.
Évidemment, si je pouvais t'en dissuader, ça serait magnifique, mais je me doute que mes chances sont minimes... Alors je voudrais juste que tu réfléchisses bien à toutes les conséquences qui découleront de tes actes...
Et sache aussi que malgré ce que tu viens de me dire, je continue d'être là.


Puis je conclue sur un air plus joyeux de plaisanterie :

Et puis mon frère Morphée avait bien lancé un sort de sommeil sur tous les mortels de Manhattan... Donc disons que vu mon passif familiale, ça serait hypocrite de ma part de t'en vouloir...

Je la regarde dans les yeux, avec mon sourire amical et sincère. J'espère pouvoir lui faire retrouver un semblant de sourire.


"On croit que les rêves, c’est fait pour se réaliser.
C'est ça, le problème des rêves :
C’est que c’est fait pour être rêvé."
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Personne ne doit être laissé à l'écart [Azaliah-Neil]   

Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Ohana signifie famille, famille signifie que personne ne doit être abandonné~ Maylea Maori
» l'homme qui n'a pas de chien...
» « ohana » signifie famille, famille signifie que personne ne doit être abandonné, ni oublié (Itzel)
» EZECKIEL. ▌ ohana signifie famille, famille signifie que personne ne doit être abandonné, ni oublié.
» Ohana signifie famille, et famille signifie que personne ne doit être abandonnée !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Heroes of Honor :: Les Campements :: Farny State Park :: Lieux extérieurs :: Le ranch-