Bienvenue jeunes padawans. ♥ Le forum est officiellement rouvert!
Soyez originaux, mes chéris. Priorisez les opposants et les sang mêlés qui ne descendent pas directement des Trois Grands. Nous nous donnons le droit de les refuser. Merci ♥ Cliquez.
N'oubliez pas d'aller voter ici aux deux heures pour nous ramener pleins de nouveaux amis/ennemis. ღ

Partagez | 
 

 when the darkness comes.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
Coalition ψ Combattant
Ω Tablettes : 96
Voir le profil de l'utilisateur

Qui es-tu?
Ω Objets:
Ω Relations:
Ω Compétences:

MessageSujet: when the darkness comes.    Lun 13 Mar - 0:52


When the darkness comes
Neil et Cassiopée


Sans une once de nervosité, mon esprit vagabonde alors que j’enfile silencieusement des habits sombres. La frénésie coule dans mes veines, en pensant à l’acte que je m’apprête à poser. J’ai longtemps tergiversé à une façon subtile de quitter le camp l’espace d’une nuit. Ce soir, c’est le jour J, car je vais enfin mettre mon plan à exécution. Je ne peux tout simplement pas passer une soirée de plus ici. Il m’est impossible d’arrêter de me faire un sang d’encre à propos de Sam. Cela fait déjà un MOIS que je n’ai pas posé mon regard sur les fossettes adorables qui creusent ses jours. Un mois, que je n’ai pas caressé sa crinière dorée ni serré son corps tout contre moi. Sam, c’est la première personne avec qui j’ai usé de mon pouvoir de télépathie. Nous sommes comme cul et chemise. Au début, maman n’arrêtait pas de nous scruter, intriguée, alors que nous riions à des blagues qu'elle ne pouvait entendre. Un sourire nostalgique sur les lèvres, je sors enfin à l’extérieur, bien décidée à franchir la barrière invisible du camp des sang mêlés.

Le vent frais me mord les joues et les poils de mes bras se dressent. Je mets ma capuche et commence mon long périple. La lune me guide, telle une veilleuse dans la pénombre caractéristique de la nuit. Çà et là, des étoiles illuminent le ciel, malgré que d’épais nuances cachent l’essentiel du spectacle. Le regard rivé sur la voute céleste, je respire à plein poumon l’air frisquet. Aux aguets, je tente de faire le moins de bruit possible. Le principal, c’est de passer inaperçue. Je sais pertinemment que je dois être vigilante, car des demi-dieux font des tours de guets. J’arrive enfin tout près de la fameuse tour qui leur permettent de voir le camp dans son ensemble et, oui, la nervosité pointe le bout de son nez. Maladroite. Trop maladroite, je m’emmêle les pinceaux en trébuchant sur une racine d’arbre et me retrouve au sol. Je jure silencieusement, scrutant l’obscurité pour détecter une quelconque présence ayant pu entendre ou même voir la scène.
© BLACK PUMPKIN




carpe diem
Nymphadora Tonks ☽ You deserve every star in the galaxy laid out at your feet and a thousand diamonds in your hair. You deserve someone who’ll run with you as far and as fast as you want to. Holding your hand, not holding you back.
avatar
Coalition ψ Combattant
Ω Tablettes : 546
Voir le profil de l'utilisateur

Qui es-tu?
Ω Objets:
Ω Relations:
Ω Compétences:

MessageSujet: Re: when the darkness comes.    Lun 13 Mar - 8:08

La nuit est belle. La voûte céleste me surplombe, les étoiles billent par million décorant ce sublime ciel nocturne. Dans un murmure accompagné d'une légère buée causé par le froid je dis :

Nyx, tu es particulièrement en beauté ce soir.

Je réoriente ma tête vers la terre ferme et je reprends ma patrouille. Enfin, techniquement celle de Steve, mais on va pas chipoter. J'ai besoin de dormir que deux heures par nuit, avantage que les autres sang-mêlées n'ont pas, donc autant en profiter pour rendre service.
Je longe le secteur de la barrière où je dois patrouiller, mais je m'ennuie affreusement. De toute façon, les rondes au niveau de la barrière sont les pires. Soit il ne se passe rien et on se fait chier, soit il se passe quelque chose... Et le truc c'est que personne ne veut qu'il se passe quelque chose avec la barrière.
Bref, le poste nul par excellence.

Une petite demi-heure avant la fin de cette dernière patrouille nocturne, j'entends un bruit de pas qui s'approche. Non pas des pas venant du monde extérieur, juste des pas interne au camp. J'avoue que le bruit est très léger, furtif... ce qui élimine la possibilité d'un autre patrouilleur en armure.
J'en déduis, sans prendre trop de risque, qu'un petit malin veut filer à l'anglaise pour la nuit.
Je décide de me cacher dans l'ombre, derrière un arbre.

Les pas se poursuivent sur quelques mètres, pour ils sont remplacé par un bruit de chute. Je retiens un pouffement amusé. Je me décide à aller voir ce pauvre hère. Alors que la personne est encore au sol a regarder à droite, à gauche si elle a été surprise. Moi, arrivant par derrière j’éclaircis ma voix et je demande :

Besoin d'un coup de main ?

Je me dirige à son niveau et je lui tends ma main pour l'aider à se relever.
D'une voix amicale et bienveillante, je dis à l'encapuchonné :

Ça va aller?
Alors, qu'est-ce qui t'amène si près de la barrière à une heure si tardive ?


"On croit que les rêves, c’est fait pour se réaliser.
C'est ça, le problème des rêves :
C’est que c’est fait pour être rêvé."
avatar
Coalition ψ Combattant
Ω Tablettes : 96
Voir le profil de l'utilisateur

Qui es-tu?
Ω Objets:
Ω Relations:
Ω Compétences:

MessageSujet: Re: when the darkness comes.    Lun 13 Mar - 20:28


When the darkness comes
Neil et Cassiopée


Je sens mon genou gauche picoter légèrement. Je crois bien que j’aurai droit à un bel hématome demain. Pire, un coup d’œil m’apprend qu’une tache plus sombre se dessine sur mon pantalon. Je lève les yeux au ciel. Il ne manquait plus que ça. Voyant qu’il n’y a personne aux alentours, je soupire. Or, mon soulagement n’est que de très courte durée car, derrière moi, quelqu’un s’éclaircit la voix. Ma première réaction? Crier. Félicitation Cassie, t’es vraiment la meilleure. Je sursaute et mon léger cri de surprise raisonne dans l’obscurité. Mes muscles se tendent et je ferme les yeux instinctivement. La poisse. La poisse. La poisse. La poisse. Mes dents effleurent ma lèvre inférieure, alors que l’embarras s’empare de tout mon corps. Comme si ne pas le voir l’empêchait, lui, de me voir. Quelle sotte je fais. Je prends note intérieurement de surveiller mes arrières, la prochaine fois. Besoin d’un coup de main? Que faire? Je ne peux tout de même pas l’ignorer. Cette façon de faire serait aussi irrespectueuse qu’illogique. J’aimerais bien lui dire que je n’ai absolument pas besoin de son aide et qu’il peut retourner à ses occupations. Or, je suis bien obligée d’avouer que j’ai effectivement besoin d’un coup de main, alors que la douleur à mon genou ne fait qu’augmenter.

J’acquiesce silencieusement à sa question, toujours aussi embarrassée. Je prends la contre cœur la main de l’inconnu sans visage. Oui, parce que, pour l’instant, je n’ai vu que ses chaussures. Puis, une fois debout, je souffle un timide merci. Ça va aller? Toujours sans mot, la moitié du visage caché par ma capuche sombre, je hoche la tête en guise de réponse. En fait, non, je ne vais pas bien. Mon genou me fait un mal de chien et, en plus, j’ai foiré ma chance de déguerpir. Je préfère cependant garder ces commentaires sous silence. Puis, j’enlève finalement ma capuche, laissant mes cheveux dorés libres.  Je pose enfin mon regard sur son visage et je jure intérieurement. Il fallait qu’il soit mignon en plus. Je sens le rose me monter aux joues et, comme à mon habitude, je replace une mèche de mes cheveux en arrière de mon oreille. Décidément, ce n’est pas moi soirée. Alors, qu’est-ce qui t’amène si près de la barrière à une heure si tardive? Ce n’est pas la peine de mentir, j’imagine. De toute façon, j’ai été prise la main dans le sac. Je suis tout de même affreusement déçue car, si je n’étais pas aussi maladroite, je serais déjà presque arrivée à destination. Une moue triste au visage, je regarde piteusement mes pieds avant de répondre. Un rendez-vous important. Mais j’imagine que ce n’est plus la peine d’y penser, maintenant.  
© BLACK PUMPKIN




carpe diem
Nymphadora Tonks ☽ You deserve every star in the galaxy laid out at your feet and a thousand diamonds in your hair. You deserve someone who’ll run with you as far and as fast as you want to. Holding your hand, not holding you back.
avatar
Coalition ψ Combattant
Ω Tablettes : 546
Voir le profil de l'utilisateur

Qui es-tu?
Ω Objets:
Ω Relations:
Ω Compétences:

MessageSujet: Re: when the darkness comes.    Lun 13 Mar - 23:15

L'inconnu nocturne s'immobilise quand il m'entend. Comme si cela allait changer quelque chose... C'est mignon.
Quand je lui propose mon aide, j'ai le droit a un simple acquiescement avant et un petit merci une fois debout. Ma torche nous éclaire de la douce chaleur des flammes, mais sa capuche m'empêche de reconnaître la personne en face de moi.
Alors que je lui demande si ça va, je n'ai, une fois de plus, le droit qu'a un simple acquiescement. Il faut croire que se faire prendre a fait perdre la parole à mon interlocuteur.
Puis, c'est la révélation. Je découvre que celui qui voulait se faire la mal est en fait une jeune femme. Sa capuche enlevée laisse apparaître une belle chevelure blonde. La jeune femme me regarde et semble rougir juste avant de remettre une mèche de cheveux derrière son oreille.
Je crois reconnaître la nouvelle...Une fille d’Hermès je crois...
La demoiselle a la présence d'esprit d'être honnête, ce qui est un bon point. Elle m'explique qu'elle a un rendez-vous important, mais que ce n'est plus la peine d'y penser maintenant...

Je regarde la ravissante jeune femme en fasse de moi et je réfléchis une seconde ou deux...
Déjà, elle est nouvelle, je peux comprendre le besoin de quitter le camp quand on est là depuis un long mois. Et son honnêteté doit être porté à son crédit. Avec un sourire bienveillant je lui demande :

Cassiopée c'est bien ça ?
Écoute, puisque t'as été franche, je veux bien te laisser une petite chance... C'est quoi ce rendez-vous si important ?


Je regarde la demoiselle et mon regard passe rapidement sur son genoux et la tâche sombre qui s'y est formée. Visiblement, la chute était plus rude que je ne le pensais.
Puis je redirige mes yeux vers les siens, qui sont très beaux malgré l'éclairage sommaire de la torche. J'attends sa réponse qui a intérêt être bonne et vraie.


"On croit que les rêves, c’est fait pour se réaliser.
C'est ça, le problème des rêves :
C’est que c’est fait pour être rêvé."
avatar
Coalition ψ Combattant
Ω Tablettes : 96
Voir le profil de l'utilisateur

Qui es-tu?
Ω Objets:
Ω Relations:
Ω Compétences:

MessageSujet: Re: when the darkness comes.    Mar 14 Mar - 2:58


When the darkness comes
Neil et Cassiopée


Je hausse les sourcils, surprise en entendant mon prénom prononcé de sa bouche. J’étais loin de soupçonner qu’il sache ne serait-ce qu’un détail sur ma personne. Il doit être drôlement observateur, pour s’en rappeler. D’une autre part, sa voix rassurante et douce, sa main tendue, tous ces détails sur sa conduite me donne l’impression que c’est un mec bien. Donc, nécessairement, il porte attention aux gens qui l’entoure. Cependant, qui suis-je pour en juger? Peut-être suis-je bien loin de la vérité. J’espère néanmoins le contraire, bien entendu. Oui, dis-je à son intention. C’est bien ça, Cassiopée. Toi… hum… Tu t’appelles comment? Malgré mon embarras, étant donné la situation, je lui offre un sourire. Réagissant au vent frisquet fouettant soudainement avec plus d’entrain, je croise les bras. Écoute, puisque t’as été franche, je veux bien te laisser une petite chance… C’est quoi ce rendez-vous si important? Ainsi, j’apprends qu’il apprécie la franchise. J’avoue y être contrainte, de toute façon, car je mens très mal. Là encore, le jeune homme réussit à m’étonner. Pourquoi voudrait-il me laisser une petite chance?

Je ne fais pas la fine bouche. Je suis tout simplement curieuse de comprendre la nature de ses intentions. Je ne connais rien à son sujet et je soupçonne qu’il ne connaisse que mon prénom. C’est pourquoi sa gentillesse me prend de court. Je suis d’un naturel optimiste, mais pas naïve, après tout. Il souhaite probablement que je lui dise la vérité. Seulement, je ne suis pas prête à révéler cette partie de ma vie à cet inconnu. Ai-je le choix? Je ne peux tout de même pas refuser son aide. Je suis prête à tout pour voir Sam. Le regard du grand brun s’attarde quelques secondes sur mon genou et je grimace. Je soupire, me considérant comme vaincue. Je vais rester franche. En espérant qu’il comprenne. J’ai promis à quelqu’un que j’allais tout faire pour qu’on se voit régulièrement. Ça fait déjà un mois que je suis ici et… j’ai peur qu’il ne pense que je l’ai oublié. Je ne peux qu’afficher une détresse et une tristesse incommensurable. En effet, j’ai une trouille viscérale à l’idée qu’il pense que je l’ai abandonné à lui-même. Ce petit est courageux, mais pas insensible.

© BLACK PUMPKIN




carpe diem
Nymphadora Tonks ☽ You deserve every star in the galaxy laid out at your feet and a thousand diamonds in your hair. You deserve someone who’ll run with you as far and as fast as you want to. Holding your hand, not holding you back.
avatar
Coalition ψ Combattant
Ω Tablettes : 546
Voir le profil de l'utilisateur

Qui es-tu?
Ω Objets:
Ω Relations:
Ω Compétences:

MessageSujet: Re: when the darkness comes.    Mar 14 Mar - 6:54

La jeune femme est visiblement surprise que je connaisse son prénom. Et pourtant, je connais le prénom de chacun au camp et je mets un point d'honneur à cela ! C'est essentiel de connaître les gens... De connaître sa famille.
Cassiopée confirme son prénom et me demande le mien en retour. Avec un sourire amical, je lui réponds :

Moi c'est Neil, enchanté.

Et enchanté, ça je le suis. Déjà parce que j'adore parler avec les autres demi-dieux pour apprendre à les connaître et en plus, elle, est particulièrement belle... Ou c'est à cause de l'obscurité?... Comme en boîte de nuit.
C'est là que je lui demande quel est son rendez-vous et qu'elle me répond qu'elle a promis à quelqu'un de le voir régulièrement.
Étant donné la détresse dans sa voix et sur son visage, je me doute qu'il ne s'agit pas simplement d'un petit copain ou de je ne sais quel autre flirte. Après une fraction de seconde par élimination, je lui demande donc d'une voix douce :

C'est qui ? Un ami d'enfance ? Quelqu'un de ta famille ?


Je marque une petite pause pour lui laisser la possibilité de répondre et je reprends :

Et où est-ce que tu dois aller ?


J'attends la réponse de la jeune femme pour m'aider à décider de ce que je vais faire d'elle.
D'une certaine façon, elle a de la chance d'être tombé sur moi. N'importe quel autre patrouilleur l'aurait déjà ramené au camp et elle serait probablement déjà de corvée de nettoyage de toilette pour les deux prochaines semaines... Et encore, c'est s'ils sont gentils pour sa première infraction.
Il y a pas à dire, les romains plaisante pas avec la discipline.
Je la regarde et je l'écoute... et plus je le fais, plus j'ai envie de l'aider... En plus pour une première tentative, arriver aussi près de la barrière sans aide, c'est une jolie prouesse qui inspire le respect.


"On croit que les rêves, c’est fait pour se réaliser.
C'est ça, le problème des rêves :
C’est que c’est fait pour être rêvé."
avatar
Coalition ψ Combattant
Ω Tablettes : 96
Voir le profil de l'utilisateur

Qui es-tu?
Ω Objets:
Ω Relations:
Ω Compétences:

MessageSujet: Re: when the darkness comes.    Mar 14 Mar - 15:26


When the darkness comes
Neil et Cassiopée


Enchantée, répétais-je à sa suite. À la lumière d’une lampe de poche, ses yeux sont magnifiques. Il est à l’opposé de moi, en fait, avec ses cheveux bruns et ses yeux bleus. Mais je m’égare… J’explique à Neil ma situation, en gardant sous silence quelle personne m’attend au-delà de la barrière. Peut-être pensera-t-il que je cherche à aller rejoindre mon copain. Je ne serais peut-être pas si mauvaise, dans le rôle de l’amoureuse transie. Or, le demi-dieu semble avoir compris que ce n’est pas ce genre de rendez-vous. C’est qui? Un ami d’enfance? Quelqu’un de ta famille? C’est qu’il est plutôt curieux, Neil. J’espérais en dire le moins possible, mais il semblerait qu’il veuille les détails. Ce que je comprends, au fond. Quand on décide d’aider quelqu’un, il faut savoir dans quoi on s’embarque. Il doit s’assurer que je souhaite sortir d’ici pour les bonnes raisons. Quelqu’un de ma famille, répondis-je, un sourire mélancolique au visage. Sam n’est pas seulement quelqu’un de ma famille. Il est la prunelle de mes yeux. Cependant, c’est plus simple de le dire ainsi.

Je lui suis reconnaissante d’être aussi patient. J’ai conscience que si j’étais tombée sur un autre patrouilleur, j’aurais eu droit à des conséquences peu agréables. Où est-ce que je dois aller? Heureusement, mes parents sont déménagés à New York pour être proche de moi. Ç’aurait été une sacrée longue trotte s’ils étaient restés en Caroline du Nord. Oh, hum, ma famille vit à Manhattan. J’effleure du bout des doigts de bracelet à mon poignet gauche. Et… s’ils n’y sont pas… Il y a de grandes chances qu’ils soient à l’hôpital. Mon dernier commentaire est plus pour moi que pour lui. Je me fais énormément de souci.  J’espère que son état ne s’est pas aggravé depuis mon départ.
© BLACK PUMPKIN




carpe diem
Nymphadora Tonks ☽ You deserve every star in the galaxy laid out at your feet and a thousand diamonds in your hair. You deserve someone who’ll run with you as far and as fast as you want to. Holding your hand, not holding you back.
avatar
Coalition ψ Combattant
Ω Tablettes : 546
Voir le profil de l'utilisateur

Qui es-tu?
Ω Objets:
Ω Relations:
Ω Compétences:

MessageSujet: Re: when the darkness comes.    Mar 14 Mar - 23:01

Cassiopée est vraiment une belle femme. Une longue chevelure d'or, des yeux de biche. De surcroît, elle semble être gentille et moins prompt au mensonge que d'autre enfants d'Hermès... Enfin, d'après ce que j'ai entendu dire, c'est une fille d'Hermès.
Bref, à première vu, il semblerait que j'ai en face de moi une belle femme doublée d'une belle personne.
Et d'ailleurs sa réponse me conforte dans mon idée... C'est donc sa famille qu'elle veut rejoindre à cette heure.
Pour ce qui est de la localisation, la demoiselle me dit que sa famille vie à Manhattan. Ce qui fait une trotte depuis le camp.
Mais là où je tique c'est quand elle ajoute d'une voix plus basse que sinon, sa famille sera probablement à l'hôpital.
Évidemment, quand j'entends ça, je ne peux m'empêcher de penser à ma mère à Seattle, plongée dans le coma... Je vais la voir de temps en temps, l'espacement des visites se compte en mois depuis que je suis dans la coalition. Je ne peux que la comprendre dans son besoin d'aller voir ses proches pour le coup... Je prends un instant de réflexion...

C'est décidé, je vais l'aider !
Je prends une grand aspiration et je commence à annoncer ma décision avec un air grave :

Bon, je ne vois que deux façon de procéder et je vais te demander de bien m'écouter jusqu'au bout...
Soit je vais voir ce qui a provoqué le bruit suspect qui provient d'un buisson au loin et du coup, tu pourrais en profiter pour partir, marcher des kilomètres dans le froid avec un genoux blessé ou prendre un taxi qui te coûtera de l'argent. Le tout en prenant de gros risque d'attirer les monstres à cause de l'odeur de sang frais et en inquiétant ta famille qui te verra blessée. Ou...


Je marque un minuscule pause avant de reprendre avec un sourire amical et sincère :

Tu attends dix minutes que je finisse ma patrouille. Tu en profite pour te faire un petit bandage et changer de pantalon pendant que je vais ranger mon matériel de patrouille. Et après ça, je te conduis moi-même histoire là où tu dois aller. Comme ça, on est tous les deux sûr qu'il ne t'arrivera rien.
C'est toi qui voit Cassiopée.


"On croit que les rêves, c’est fait pour se réaliser.
C'est ça, le problème des rêves :
C’est que c’est fait pour être rêvé."
avatar
Coalition ψ Combattant
Ω Tablettes : 96
Voir le profil de l'utilisateur

Qui es-tu?
Ω Objets:
Ω Relations:
Ω Compétences:

MessageSujet: Re: when the darkness comes.    Jeu 16 Mar - 2:23


When the darkness comes
Neil et Cassiopée


Le visage de mon interlocuteur devient soudainement plus sérieux. Ses traits se teintent d’une certaine gravité. J’avoue redouter ses prochaines paroles. Je préfère de loin ne pas me faire de faux espoirs. Je sais que je devrais suivre les règles du camp, autant pour protéger ma famille que moi-même, mais je ne peux pas m’y résoudre. Bon, je ne vois que deux façons de procéder et je vais te demander de bien m’écouter jusqu’au bout… Je reste muette et bien alerte. Je regarde mes pieds, m’attendant à ce qu’il laisse de côté sa bienveillance pour me réprimander. Malgré que ce soit bien étrange, pour moi, qu’un garçon qui a sensiblement le même âge que moi me fasse la morale. Or, j’étais loin du compte. Neil m’explique qu’il pourrait éventuellement aller «voir ce qui a provoqué le bruit suspect qui produit d’un buisson au loin» pour me donner la chance de déguerpir. Il me fait, par la même occasion, comprendre que cette option impliquerait que je marche des kilomètres dans le froid avec ma blessure au genou. Avec les sang mêlés, qui dit sang dit monstre. Malheureusement. Je regarde mes chaussures, me disant qu’il n’a vraiment pas tort. J’aurais dû être plus futée. Au minimum, il aurait fallu que j’apporte Samaël, mon épée. Puis, les lèvres du jeune homme se muent en un sourire amical. Ensuite, la deuxième option arrive. Tu attends dix minutes que je finisse ma patrouille. […] Et après ça, je te conduis moi-même là où tu dois aller. Comme ça, on est tous les deux sûrs qu’il ne t’arrivera rien.

Ma mâchoire en tombe littéralement. C’est toi qui voit Cassiopée. Étrangement, mon prénom semble beaucoup plus joli lorsque c’est lui qui le dit. Je reste fichée un instant, comme si je n’avais pas compris un seul mot de ce qu’il venait de me dire. Je… Mais… Je fronce les sourcils, coupant court à mon bégayement peu éloquent. Tu..? Wow. Pourrais-je être moins claire? Non, je ne crois pas. Je prends une grande inspiration, comme si j’en avais besoin pour me donner du courage. Tu serais prêt à faire ça? Je marque une pause, le scrutant. Pourquoi? Je veux dire… on ne se connaît pas.

© BLACK PUMPKIN




carpe diem
Nymphadora Tonks ☽ You deserve every star in the galaxy laid out at your feet and a thousand diamonds in your hair. You deserve someone who’ll run with you as far and as fast as you want to. Holding your hand, not holding you back.
avatar
Coalition ψ Combattant
Ω Tablettes : 546
Voir le profil de l'utilisateur

Qui es-tu?
Ω Objets:
Ω Relations:
Ω Compétences:

MessageSujet: Re: when the darkness comes.    Jeu 16 Mar - 23:23

La jeune femme est toute penaude. Elle regarde ses pieds et m'écoute attentivement... Un peu comme une petite fille qui s'attend à ce qu'on la punisse. Je dois avouer que ça a quelque chose d'attendrissant. Je dirai même d'adorable.
Mais bien évidemment, mon discours est bien loin de la réprimande. Bien au contraire.
Puis quand j'arrive à la fin de l'exposition des possibilités, j'ai l'impression que sa mâchoire va se décrocher. Visiblement, la douce s'attendait à tout sauf à ça. Je suis ravi d'être une personne aussi surprenante pour le coup. Je la regarde amusé et je l'entends bégayer. Après quelques tentatives, elle arrive enfin à me demander ce qu'elle veut. Je la regarde avec un grand sourire bienveillant :

Bien sûr que je vais le faire, puisque je te le propose...
Ok, on ne se connaît pas, mais même si les gens ont du mal à l'admettre les premiers temps qu'ils sont ici... On est une famille. Il faut qu'on s'entraide.


Je marque une pause et j'ajoute plus sur le ton de la confession :

Et t'es pas la seule a avoir quelqu'un à qui tu tiens qui est à l'hôpital...
Actuellement, dans la chambre 214 du Memorial Hospital de Seattle, il y a ma mère... Et je sais pas ce que je ferai pour pouvoir aller la voir.
Voilà pourquoi je te propose de te conduire...


Je la regarde avec mon sourire amical et je conclue :

Bon Cassiopée... D'ailleurs c'est un nom sublime soit dit en passant... Tu choisis l'option une ou la deux ? Tu ne m'as toujours pas répondu...

J'attends sa réponse même si elle est évidente. Disons que c'est pour le principe.
Je plonge mes yeux dans le regard de la belle, en étant toujours paré de mon sourire.


"On croit que les rêves, c’est fait pour se réaliser.
C'est ça, le problème des rêves :
C’est que c’est fait pour être rêvé."
avatar
Coalition ψ Combattant
Ω Tablettes : 96
Voir le profil de l'utilisateur

Qui es-tu?
Ω Objets:
Ω Relations:
Ω Compétences:

MessageSujet: Re: when the darkness comes.    Ven 17 Mar - 0:25


When the darkness comes
Neil et Cassiopée


Toujours ce sourire bienveillant aux lèvres, Neil me répond qu’il serait prêt à faire cela pour moi. Bien sûr, il ne m’aurait pas proposé cette option s’il n’avait pas l’intention d’agir. J’avais cependant besoin qu’il me le répète, je crois. Comme si, tout d’un coup, j’avais une vision bien pessimiste du monde. Il semblerait que mon naturel positif se soit évaporé, ce soir. J’essaie de ne pas tiquer, lorsque je l’entends faire mention d’une famille. Je vis présentement dans une phase de déni, en rapport avec le camp. J’ai du mal à considérer les gens vivant ici comme ma famille. Pour moi, ce n’est pas naturel. Pas encore. Je changerai probablement de vision, avec le temps. Je comprends cependant pourquoi ils se considèrent comme une famille, tous et chacun. Après tout, nous sommes tous les sang mêlés. Nous n’avons pas à redouter l’opinion des autres, ici, car il est naturel d’être ce que nous sommes. Actuellement, dans la chambre 214 du Memorial Hospital à Seattle, il y a ma mère… Et je sais pas ce que je ferai pour pouvoir aller la voir. La pointe de curiosité dans mon regard se transforme en empathie, soudainement. Je suis très bien placée pour comprendre ce qu’il vit et ressent. Même que j’ai l’impression d’être liée, d’une certaine façon, à Neil maintenant.

Je suis désolée. Je sais à quel point c’est difficile. J’aurais presque envie de le prendre dans mes bras. Bien sûr, je ne le ferai pas. Je m’empourpre, encore, lorsqu’il complimente mon prénom, avant de le remercier. Tu ne m’as toujours pas répondu… Ah. Oui. C’est vrai. J’étais tellement surprise qu’il puisse envisager de m’aider de cette façon que j’ai totalement oublié de répondre à sa question. Un franc sourire s’installe sur mes lèvres. On se retrouve ici dans dix minutes dans ce cas. Ce Neil est un ange tombé du ciel. Plus sérieusement, je plante mon regard dans le sien. Merci, Neil. Je vais tâcher de ne pas me m’emmêler les pinceaux une nouvelle fois, dis-je pour plaisanter. Je tourne les talons et grimace en pensant à la brûlure de mon genou. Il serait judicieux de laver tout ça.
© BLACK PUMPKIN




carpe diem
Nymphadora Tonks ☽ You deserve every star in the galaxy laid out at your feet and a thousand diamonds in your hair. You deserve someone who’ll run with you as far and as fast as you want to. Holding your hand, not holding you back.
avatar
Coalition ψ Combattant
Ω Tablettes : 546
Voir le profil de l'utilisateur

Qui es-tu?
Ω Objets:
Ω Relations:
Ω Compétences:

MessageSujet: Re: when the darkness comes.    Ven 17 Mar - 23:30

Quand la jolie blonde apprend pour ma mère, elle compatit et me dit qu'elle sait que c'est difficile. Je la regarde avec gratitude et incline brièvement la tête pour la remercier. Ça me touche d'autant plus que elle sait vraiment ce que c'est d'avoir quelqu'un à l'hôpital.
Puis, je ne sais pour qu'elle raison, le rouge lui monte aux joues. Je ne sais ce qui lui est passé par la tête, mais j'avoue que ça pique quelque peu ma curiosité.
Une fois que je lui ai rappelé qu'elle ne m'a pas donné sa réponse, la demoiselle me gratifie d'un grand sourire et qu'on se retrouvera ici-même dans dix minute.
D'un air plus sérieux et ses yeux fixés dans les miens, la jeune femme me remercie, puis elle finit sur une note d'humour.
Je lui réponds amusé :

Pas besoin de me remercier... à dans dix minutes alors...
Oh, et pense à prendre une arme... Quand tu sorts du camps, tu dois toujours avoir une arme avec toi !


Puis je la regarde s'éloigner. De mon côté, je reste dans le secteur encore quelques petites minutes et je me dépêche de me rendre à la caserne pour poser mon matériel de patrouille et je reprends mes affaires personnelles. Je suis avec mon pull bleu nuit et ma veste noire par dessus. Sans oublier mes lunettes qui de toute façon ne me quittent jamais.
J'ai les clefs de ma camaro dans la poche de mon jeans. Je suis vraisemblablement prêt. Je me rends donc aussi vite que possible vers la zone de rendez-vous.
Je ne m'inquiète pas. Je connais les tours de garde par cœur et je sais pertinemment que nous ne croiserons personne.


"On croit que les rêves, c’est fait pour se réaliser.
C'est ça, le problème des rêves :
C’est que c’est fait pour être rêvé."
avatar
Coalition ψ Combattant
Ω Tablettes : 96
Voir le profil de l'utilisateur

Qui es-tu?
Ω Objets:
Ω Relations:
Ω Compétences:

MessageSujet: Re: when the darkness comes.    Sam 18 Mar - 1:12


When the darkness comes
Neil et Cassiopée


J’acquiesce silencieusement. J’avais l’intention d’aller chercher Samaël en passant. Ce n’est pas plus mal qu’il me rappelle d’emmener une arme, par contre. J’aurais, de toute façon, dû y penser avant de partir à l’aventure tantôt. D’ailleurs, l’aventure que je m’apprêtais alors à vivre a pris une tournure que je n’aurais jamais su appréhender. Je suis cependant heureuse de l’offre que Neil m’a faite. Il sera beaucoup plus simple, et plus sécurisant, d’aller chez moi avec ce demi-dieu que toute seule… et sans arme qui plus est. Je me rends sans embûches vers mon nouveau chez-moi, où j’en profite pour retirer mon jean et nettoyer mon genou avec le l’eau tiède et du savon doux. Heureusement, la plaie n’est pas aussi moche que ce que je croyais. Une fois un pansement fait, j’enfile rapidement un autre jean avant d’empoigner mon épée en or impérial et de filer discrètement vers notre lieu de rendez-vous. Un coup d’œil à ma montre me fait grimacer. J’ai pris un peu plus de dix minutes, finalement. Je trouve rapidement le jeune homme près d’une superbe camaro qui me fait sourciller. Désolée, ça a pris plus de temps que prévu. Je suis ponctuelle, d’habitude, pourtant. C’est un vrai bijou que t’as là, dis-je avec admiration devant sa bagnole. Je vois d’ici l’étincelle qui doit avoir envahie mes prunelles. J’adore les voitures. Si mon petit frère ne m’attendait pas, j’aurais probablement demandé de jeter un coup d’œil sous le capot. Peut-être, un jour. Ma curiosité est sans limite. J’adore apprendre. D’ailleurs, malgré que ce soit à distance, j’adore mes cours à l’Université.
© BLACK PUMPKIN




carpe diem
Nymphadora Tonks ☽ You deserve every star in the galaxy laid out at your feet and a thousand diamonds in your hair. You deserve someone who’ll run with you as far and as fast as you want to. Holding your hand, not holding you back.
avatar
Coalition ψ Combattant
Ω Tablettes : 546
Voir le profil de l'utilisateur

Qui es-tu?
Ω Objets:
Ω Relations:
Ω Compétences:

MessageSujet: Re: when the darkness comes.    Sam 18 Mar - 13:45

J'attends la jeune femme dans le froid nocturne. C'est fou comme le temps passe plus lentement qui il fait froid. Je me dirige lentement vers le parking qui n'est pas très loin. Je me pose vers ma voiture en espérant que la fille d'hermès retrouve son chemin jusque là.
Ma patience finit par payer. Je vois la très jolie blonde arriver avec un nouveau jeans et son épée. Je regarde ma montre et je vois que ce qui m'a paru être une longue attente n'a durée que quelques petites minutes.
La demoiselle s'excuse et je lui réponds souriant :

T'inquiète pas, c'est pas grave.

Ok, j'ai dû attendre un peu dans le froid, mais je préfère clairement ça plutôt qu'elle aille été en quatrième vitesse, que sa plaie soit mal nettoyée et qu'on se fasse attaquer par un monstre.
La belle regarde plus ma voiture que moi çà présent et je dois avouer que cela m'amuse quelque peu... Puis elle me dit que c'est un vrai bijou... J'aime beaucoup cette voiture, mais heureusement, je ne suis pas le gens d'homme a devenir fou quand on complimente son véhicule. Je me contente donc d'un sourire et d'un « Merci ».
En voyant la lueur dans son regard, je précise :

C'est une Camaro SS de 2019. Je me la suis achetée quand je vivais à Seattle.

Je me dirige vers la porte passager et je lui ouvre :

Bon, on y va ?

Une fois que nous sommes tous les deux dans la voiture je lui demande sur le ton de la plaisanterie :

Étant donné ton regard en voyant ma voiture... T'es sûr que tu serais pas un fille d'Héphaïstos ?

Quand j'allume le contacte, la radio s’enclenche aussi... Enfin, le mp3 pour être précis. La chanson Uprising de Muse se lance avec un volume relativement bas. Il faut dire que je prévois toujours une possible escapade nocturne et que ce ce fait, je pense toujours à bien réduire le son avant de quitter ma voiture... Je ne compte même pas le nombre de sang-mêlées que j'ai attrapé pendant mes patrouille justement parce que leur autoradio les avaient trahit.
Je regarde ma passagère et je lui dis amicalement :

Tu peux mettre ce que tu vaux à la radio... fais juste attention au son tant qu'on est pas loin du camp.

J'amorce la marche arrière pour rejoindre la route et je lui demande :

Alors, où est-ce que je te dépose Cassiopée ?


"On croit que les rêves, c’est fait pour se réaliser.
C'est ça, le problème des rêves :
C’est que c’est fait pour être rêvé."
avatar
Coalition ψ Combattant
Ω Tablettes : 96
Voir le profil de l'utilisateur

Qui es-tu?
Ω Objets:
Ω Relations:
Ω Compétences:

MessageSujet: Re: when the darkness comes.    Sam 18 Mar - 20:55


When the darkness comes
Neil et Cassiopée


Neil me dit que mon retard n’est pas grave, mais j’avoue me sentir un peu embarrassée. Quand quelqu’un me propose son aide, le moins que je puisse faire c’est bien d’arriver à l’heure… non? Sans que j’aie à lui poser la question, il lit dans mes pensées. C’est une Camaro SS de 2019. Je me la suis achetée quand je vivais à Seattle. Je hoche la tête, reluquant une dernière fois le bolide avant de reporter toute mon attention sur le propriétaire. Celui-ci se déplace de mon côté de la voiture et m’ouvre la porte. Je hausse les sourcils. Bon, on y va? J’acquiesce, lui offre un joli sourire et m’engouffre dans la voiture après l’avoir remercié. Alors qu’il se dirige de son côté, je murmure. Moi qui croyait que la galanterie était morte depuis belle lurette. Une fois à mes côtés, il plaisante en me demandant je suis sûre de ne pas être une fille d’Héphaïstos. Un rire léger sort d’entre mes lèvres. J’avoue que cela pourrait porter à confusion. En fait, je n’ai pas grand-chose en commun avec mon père biologique, je crois. C’est drôle que tu dises ça. Je me suis longtemps posée la question. Mais non… Je hausse les épaules, vaincue. D’ailleurs, si ce n’est pas trop indiscret, tu es le fils de quelle divinité? J’avoue être curieuse. S’il me dit Hermès, je ne saurais pas du tout comment réagir. Neil allume la radio et Uprising de Muse commence à jouer. Il me dit que je peux mettre ce que je veux à la radio, tant que je fais attention au son jusqu’à ce que nous soyons à une distance raisonnable du camp. J’acquiesce dans toucher à la radio. Cette chanson n’est pas mauvaise. Il a l’air à s’y connaît bien en invasion. Où est-ce qu’il me dépose? Tu sais où se trouve la Lenox Hill Hospital? On va commencer par là… De toute façon, mes parents se sont installés tout près. T’as l’habitude, je me trompe? Sortir du camp, c’est pas un problème pour toi.
© BLACK PUMPKIN




carpe diem
Nymphadora Tonks ☽ You deserve every star in the galaxy laid out at your feet and a thousand diamonds in your hair. You deserve someone who’ll run with you as far and as fast as you want to. Holding your hand, not holding you back.
avatar
Coalition ψ Combattant
Ω Tablettes : 546
Voir le profil de l'utilisateur

Qui es-tu?
Ω Objets:
Ω Relations:
Ω Compétences:

MessageSujet: Re: when the darkness comes.    Sam 18 Mar - 21:44

Alors que j'ouvre la portière, la jeune femme est visiblement surprise par mon geste à en juger par son haussement de sourcille. Elle m'offre en retour un grand sourire et un merci. Je l'entends murmurer qu'elle pensait la galanterie morte depuis belle lurette. De mon côté, je murmure amusé :

Moi, je pensais que c'était l'expression « belle lurette » qui était morte depuis longtemps...

Quand je blague sur sa généalogie, elle me réponds qu'elle s'est posée la question, mais que non... Puis la jolie blonde me demande de qui je suis le fils. Avec un sourire amusée je lui réponds :

Si je te le dis, tu me promets que tu me laissera conduire...
Je suis un fils d'Hypnos... Mais un des rares qui ne dort presque pas...
Une partie du travail de mon père, c'est de veiller sur le sommeil des autres... du coup, moi, je me contente de deux heures de sommeil par jour... Donc, non, je ne vais pas piquer du nez au milieu de la route.

Le jeune femme acquiesce quand je lui propose de mettre ce qu'elle veut à la radio, cependant, elle n'en fait rien.
Cassiopée m'indique le Lenox Hill Hospital et me demande si je sais où il se trouve. Je lui réponds :

C'est celui à l'Est de central Park. 76th rue si je me souviens bien... C'est bien ça ?

Oui, à force de traîner tout le temps en ville pendant deux ans, j'ai fini par bien apprendre à la connaître. D'autant plus, que j'avais regardé si un hôpital pourrait accueillir ma mère, mais les frais seraient bien trop important pour le transport.
Alors que nous sommes en route depuis peu, la demoiselle me dit que j'ai l'air d'avoir l'habitude de sortir du camp.
Avec un petit sourire amusé, je lui explique :

Je suis sans nul doute le légionnaire qui passe le plus de temps en ville... Bon, j'avoue que sortir en douce comme ce soir, c'est déjà moins fréquent... Comme je te l'ai dis, je dors presque pas. Du coup je prends certains tours de garde nocturnes des membre de ma cohorte... Le plus souvent ils me rembourse en jour de permission de sorti.

Je laisse s'écouler un petit moment et je lui demande à mon tour :

Et je suppose que toi aussi, tu vas sortir souvent... Je me trompe ?


"On croit que les rêves, c’est fait pour se réaliser.
C'est ça, le problème des rêves :
C’est que c’est fait pour être rêvé."
avatar
Coalition ψ Combattant
Ω Tablettes : 96
Voir le profil de l'utilisateur

Qui es-tu?
Ω Objets:
Ω Relations:
Ω Compétences:

MessageSujet: Re: when the darkness comes.    Dim 19 Mar - 14:17


When the darkness comes
Neil et Cassiopée


Je rougis, encore et toujours. Je ne croyais pas qu'il allait entendre mon commentaire. Je me ressaisis rapidement en répondant à une de ses blagues. Après tout, je ne devrais pas être gênée de le dire: Neil est une espèce rare de nos jours. C'est un compliment, en quelques sortes. Ensuite, je relance la conversation sur ses propres origines, curieuse. Il pique d'autant plus ma curiosité lorsqu'il me demande de promettre de le laisser conduire malgré sa réponse. Je plisse les yeux et acquiesce. Je suis un fils d'Hypnos... Mais un des rares qui ne dort presque pas. [...] Je me contente de deux heures de sommeil par jours... Donc, non, je ne vais pas piquer du nez au milieu de la route. Comment fait-il pour se contenter de deux heures de sommeil par nuit? C'est inhumain. Je suis cependant soulagée de constater qu'il n'est pas mon demi frère. Je ne suis pas prête du tout à gérer une telle situation. J'ai conscience qu'elle est inévitable, mais j'essaie tout de même de la repousser aussi loin que je peux. Vient ensuite le moment où il me demande où on va. Je lui indique le Lenox Hill Hospital et il me donne le nom d'une rue non loin. Je prends un moment pour me rappeler de la rue exacte. J'avoue ne pas faire attention aux noms de rues quand je me balade. Hum, je croyais que c'était sur la 77th. Peut-être que je me trompe...

En remarquant son aisance, je me dis qu'il doit sortir du camp souvent. Il me répond qu'il est immanquablement le légionnaire qui passe le plus de temps en ville. Il prend régulièrement les tours de gardes des membres de sa cohorte, qui lui donnent en retour leur jour de permission de sorti. Je prends le temps de penser à ce qu'il vient de me dire. Peut-être pourrais-je faire la même chose... malgré que perdre toutes mes nuits de sommeil se révélera être un sacré défi. Je serais prête à tout pour Sam. Et je suppose que toi aussi, tu vas sortir souvent... Je me trompe? Je regarde le paysage défiler par la fenêtre avant de lui répondre. Non, tu n'as pas tort. Bien que je préférerais ne pas avoir à me cacher pour le faire. Tu connais d'autres moyens, au camp, pour avoir des journées de permission de sorti supplémentaires? Je soupire, vaincue. Je suis prête à tout pour lui. Si je ne peux pas cumuler les journée de permission... alors je n'aurai malheureusement pas le choix de filer à l'Anglaise. Après tout, ce n'est pas si désagréable, finis-je en lui jetant un coup d'oeil timide.
© BLACK PUMPKIN




carpe diem
Nymphadora Tonks ☽ You deserve every star in the galaxy laid out at your feet and a thousand diamonds in your hair. You deserve someone who’ll run with you as far and as fast as you want to. Holding your hand, not holding you back.
avatar
Coalition ψ Combattant
Ω Tablettes : 546
Voir le profil de l'utilisateur

Qui es-tu?
Ω Objets:
Ω Relations:
Ω Compétences:

MessageSujet: Re: when the darkness comes.    Lun 20 Mar - 8:09

La jeune paraît surprise quand je lui révèle que je ne deux que deux heures au quotidien. Enfin, j'ai l'habitude, tout le monde réagit pareil. J'aimerai dormir davantage, mais rien n'y fait. Deux heures dans le monde des rêves est tout ce que je peux espérer. Deux heures par jours où je suis pareil à un dieu, deux heures où rien ne m'est impossible... J'avoue que c'est déjà très appréciable en fait.
En ce qui concerne notre destination, la jeune femme pense que c'est plutôt à la 77th rue... ça change pas grand chose. Je me contenterai de me trouver un parking avec un grand H au dessus.
Le temps s'écoule au rythme que le paysage défile, et réciproquement. Quand je demande à la jeune femme si elle compte sortir souvent, celle-ci me répond que oui, par tous les moyens possibles. Puis elle ajoute que filer à l'anglaise n'est pas si désagréable. Toujours en regardant la route, je souris et lui répond sur un ton à mi-chemin entre la plaisanterie et le compliment :

Et si à chaque fois que tu t'éclipses du camp, ça me donne une excuse pour faire un tour en voiture avec une belle femme, moi, ça ne me dérange pas...

Toujours avec le sourire, mais avec un ton un peu plus normal, j'ajoute :

Plus sérieusement, si tu veux plus de journées de sortis, essaie de jouer à la petite légionnaire modèle. Mon que t'es motivée, fais des entraînement supplémentaires, etc... Bon, après j'avoue qu'ils sont pas du genre à donner des jours de perm facilement...
En tout cas, si t'as besoin d'un coup de main pour une sortie légale ou non, tu peux me demander.


Je jette un rapide coup d’œil à la jeune femme pour lui faire un sourire amical. Puis je lui demande :

Sinon, comment ça se passe au camp pour toi ? Tu trouves tes marques ? T'arrive à supporter les changements ? Ou alors c'est l'enfer mais avec un cantine pas trop mal ?


"On croit que les rêves, c’est fait pour se réaliser.
C'est ça, le problème des rêves :
C’est que c’est fait pour être rêvé."
avatar
Coalition ψ Combattant
Ω Tablettes : 96
Voir le profil de l'utilisateur

Qui es-tu?
Ω Objets:
Ω Relations:
Ω Compétences:

MessageSujet: Re: when the darkness comes.    Jeu 23 Mar - 3:05


When the darkness comes
Neil et Cassiopée


À travers la fenêtre, je vois le paysage défiler. Nous nous éloignons petit à petit du camp des sang mêlés. Pendant un instant, je suis perplexe. Je croyais sincèrement que sortir du camp me procurerait un sentiment incroyable de liberté. À l’opposé, je me sens plutôt oppressée. La présence de Neil n’a rien à voir là-dedans. En réalité, je ne me rends compte que maintenant la sécurité que ce camp me donne. Là-bas, je n’ai pas peur d’être qui je suis ni d’être attaquée par des monstres. En franchissant la barrière, je suis à la merci des monstres et, en plus, ma visite surprise mettra également en danger ma famille. De plus, j’appréhende ce que je retrouverai. Et si Sam allait vraiment mal? Et s’il était mort? Il faut que j’arrête de penser à cette éventualité. Cela va me rendre folle. Aller, Cassie! Tu rentres à la maison. Tu vas voir Sam et ses yeux pétillerons en te voyant franchir la porte. Tes sentiments ne sont pas importants. Ce qui importe, c’est lui. J’avais la tête ailleurs alors que Neil répondait à mon commentaire. Du coup, je n’ai pas compris. Cependant, je reviens sur terre alors qu’il m’explique comment faire pour avoir des jours de permission. D’après lui, ce n’est pas chose aisée. Le secret est… d’être la petite légionnaire modèle. J’ai envie de froncer le nez, en pensant au fait que je devrai suivre les règles à la lettre. Il finit cependant par un commentaire me disant que si j’ai besoin d’un coup de main pour une sortie légale ou pas, je peux lui demander. Je ne souhaite pas l’importuner. Je ne veux pas abuser de ta gentillesse, Neil. Je te suis déjà très reconnaissante d’être ici, maintenant. Le beau brun met sur le tapis mon intégration au camp. Comment ça se passe. Est-ce que je trouve mes marques? J’arrive à supporter les changements? Je repense à ce qui m’a traversé l’esprit un peu plus tôt. S’il m’avait posé la question quelques heures plus tôt, j’aurais eu une façon différente de voir les choses, plus dure. Eh bien… Ça se passe bien, je crois. Si on prend en considération le fait que j’ai quitté ma famille pour aller vivre avec des inconnus. Mais… je comprends pourquoi c’est nécessaire. Puis, c’est plutôt rassurant de savoir que nous vivons tous sensiblement la même chose étant donné notre nature. Je prends une courte pause. Mais… j’avoue que j’ai un peu de mal à... considérer le fait que ces personnes, ces inconnus sont tous, d’une façon ou d’une autre, une grande famille. Je… ne ressens pas ce lien. J’appuie ma tête sur la vitre fraîche de la camaro. Je ne m’attends pas nécessairement à ce qu’il comprenne ce à quoi je fais allusion. Peut-être que son expérience a été différente. D’ailleurs, c’est bizarre, mais cela faisait un moment que je n’avais pas été aussi proche de quelqu’un. J’ai bien fait connaissance avec quelques personnes, mais Neil est le premier avec qui j’aborde les sujets qui me tracassent. Et toi, tu es au camp depuis combien de temps?
© BLACK PUMPKIN




carpe diem
Nymphadora Tonks ☽ You deserve every star in the galaxy laid out at your feet and a thousand diamonds in your hair. You deserve someone who’ll run with you as far and as fast as you want to. Holding your hand, not holding you back.
avatar
Coalition ψ Combattant
Ω Tablettes : 546
Voir le profil de l'utilisateur

Qui es-tu?
Ω Objets:
Ω Relations:
Ω Compétences:

MessageSujet: Re: when the darkness comes.    Sam 25 Mar - 15:47

Dans les premiers temps où je lui parle, j'ai du mal à savoir si la demoiselle m'écoute ou si elle s'est complètement perdue dans ses pensés. Dans les deux cas, ça me va. Étant donné les circonstances, je ne peux lui en vouloir d'être pensive... Cependant, la jeune femme me répond tout de même quand je lui propose mon aide, en la déclinant.
Avec un petit sourire je lui réponds :

Voyons, tu n'abuserais pas. Et ça reste toujours très appréciable de faire un tour avec une belle demoiselle.

Puis, quand je lui demande comment se passe son intronisation au camps, elle me répond que ça se passe bien, même si quitter sa famille est dur pour elle. Puis, elle ajoute qu'elle ne considère pas les autres sangs-mêlés comme une famille pour le moment.
D'un air bienveillant, je lui réponds :

Ne t'inquiète pas, ça va venir... Je suppose... Et même si ça n'arrive pas, tu finiras par apprendre à apprécier les autres membres du camp et à les voir en tous cas comme des amis.

Puis, la demi-déesse me demande depuis combien de temps je suis au camp. Je lui réponds alors amicalement :

Oulala... ça fais deux ans que je suis arrivé. Bon, à la base, je m'y suis retrouvé contre mon gré... C'est mon père qui m'a obligé à traverser le pays pour venir ici. Mais j'ai appris à apprécier les bons côté de cette nouvelle vie. Être avec des gens qui savent ce que je vie, se sentir en sécurité, ne pas avoir à se préoccupé de la plupart des problèmes de la vie normale...
Mais bon, je vais pas te mentir, ça vient pas en deux jours ce genre de sentiments...


Je reste silencieux quelques instant. Les lumières de la ville qui semblaient si éloignées il y a quelques minutes se sont bien rapprochées. Nous approchons du pont qui nous sépare de Manhattan. Étant donnez l'heure qu'il est, il n'y a pas d'embouteillage. Je pense que nous arriverons près de hospitalise dans moins d'une dizaine de minutes.
Pensif sur ce qu'implique d'aller voir un proche dans ce genre de situations, je demande avec bienveillance à la jeune femme à côté de moi :

Ça va aller ? T'es prête à les revoir ?
Pas trop anxieuse à l'idée de retrouver ta famille ?


"On croit que les rêves, c’est fait pour se réaliser.
C'est ça, le problème des rêves :
C’est que c’est fait pour être rêvé."
avatar
Coalition ψ Combattant
Ω Tablettes : 96
Voir le profil de l'utilisateur

Qui es-tu?
Ω Objets:
Ω Relations:
Ω Compétences:

MessageSujet: Re: when the darkness comes.    Dim 30 Avr - 17:04


When the darkness comes
Neil et Cassiopée


Évidemment, comme à mon habitude, le rose me monte aux pommettes. J'ai bien l'impression que je n'ai pas fini de rougir, en sa compagnie. Un sourire timide sur les lèvres, je glisse une mèche de mes cheveux dorés en arrière de mon oreille gauche, comme à chaque fois que je suis gênée. Après tout, un garçon ne venait-il pas de sous entendre que j'étais une belle demoiselle? Peut-être est-ce mes oreilles qui me jouent des tours. Je change rapidement de sujet en répondant à sa question avec toute honnêteté. Je ne me sens pas encore comme chez moi au camp. Cela n'est pas un secret. J'ai du mal à considérer les habitants du camp comme des membres de ma famille. Pour moi, la famille, c'est bien plus que les liens du sang. C'est pourquoi je n'ai jamais considéré Hermès comme mon père et que je ne le considérerai jamais comme tel. Neil me dit de ne pas m'inquiéter. Que ce lien se développera dans l'avenir. Or, il ne semble pas bien certain de ses paroles. Je suppose... Et même si ça n'arrive pas, tu finiras par apprendre à apprécier les membres du camp et à les voir en tout cas comme des amis. Je réfléchis quelques secondes à ses dires. Je hoche la tête positivement pour réponse. Oui, je crois qu'il a raison. La preuve, je crois bien que je suis déjà sur la bonne route, car j'apprécie particulièrement le conducteur. Curieuse, comme à mon habitude, je reporte la conversation sur lui. Depuis combien de temps il est au camp, au juste? Oulala, ça fait deux ans que je suis arrivé. Il m'explique alors qu'à la base il est arrivé au camp contre son gré, car son père l'a forcé à traverser le pays. Mais j'ai appris à apprécier les bons côtés de cette nouvelle vie. Ah oui? Saurais-je y arriver, moi? Je l'espère, car ce serait le comble du malheur de ne rien apprécier au camp en plus d'y être, en quelque sorte, prisonnière. Être avec des gens qui savent ce que je vis, se sentir en sécurité, ne pas avoir à se préoccuper de la plupart des problèmes de la vie normale... Mais bon, je vais pas te mentir, ça vient pas en deux jours ce genre de sentiments... Il a probablement raison, bien que je ne me sois pas encore rendue compte des bienfaits reliés à vivre au camp. Toute ma vie, je m'étais fait des projets. Je croyais que j'allais pouvoir vivre comme un être humain moyen. Aller à l'Université, faire la fêtes jusqu'aux petites heures du matin, rencontrer de nouvelles personnes, perdre des amis de longue date, tomber amoureuse... tout ça. Je n'aurais jamais la vie typique d'un humain, je m'en rends bien compte aujourd'hui. Et ça me rend mélancolique, pour une raison qui m'échappe totalement. Oui, je m'en doute. Sur ce, je regarde le paysage défiler silencieusement. Nous approchons à chaque seconde de l'hôpital et je sens mon coeur commencer à s'affoler. Ça va aller ? T'es prête à les revoir ? Pas trop anxieuse à l'idée de retrouver ta famille ? Je me demande bien comment il a su que tout ça me rendait nerveuse,mais je suis contente qu'il me l'ait demandé. Je prends un instant pour choisir mes mots. Ça pourrait aller mieux. Petite grimace. Je croyais être prête à les revoir, quand j'ai décidé de fuguer, cette nuit. Or, maintenant, je suis en route et... je. suis. terrifiée. Je fronce les sourcils, me demandant pourquoi je me confie ainsi à lui. Je crois que j'en ai besoin, au fond. J'ai peur de ne retrouver que deux personnes vivantes en arrivant. J'ai peur de l'état dans lequel il sera, quand j'arriverai et... j'ai peur de les mettre en danger. Rire ironique. Ils ont pas besoin de ça... Pas besoin d'un problème de plus à gérer: moi. Et pourtant, je m'obstine.Parce que je lui ai promis. Je lui ai promis que j'allais tout faire pour qu'on se voit régulièrement. Une larme glisse sur ma joue droite et, je me racle la gorge, consciente de m'être emportée. Désolée...
© BLACK PUMPKIN




carpe diem
Nymphadora Tonks ☽ You deserve every star in the galaxy laid out at your feet and a thousand diamonds in your hair. You deserve someone who’ll run with you as far and as fast as you want to. Holding your hand, not holding you back.
avatar
Coalition ψ Combattant
Ω Tablettes : 546
Voir le profil de l'utilisateur

Qui es-tu?
Ω Objets:
Ω Relations:
Ω Compétences:

MessageSujet: Re: when the darkness comes.    Dim 16 Juil - 11:33

À ma remarque sur sa beauté, la jolie blonde rougie et se replace une mèche de cheveu. Je dois bien avouer que ça a le mérite d'être adorable.
Je lui explique un peu mon parcours au sein du camp, j'essaie de la rassurer, ça se voit bien qu'elle n'est pas à l'aise dans sa nouvelle maison.Une fois mon petit récit terminé, la belle reste un instant pensive, puis, finalement, d'un air mélancolique, elle souffle un « je m'en doute ». J'espère vraiment qu'elle finira par ce plaire au camp. Ce lieu est une chance pour nous, il serait dommage qu'elle voit ça comme une punition.

Alors que le paysage défile et que nous nous approchons de la destination, je lui demande si ça va aller. Dans un premier temps, la demoiselle semble surprise que je lui pose cette question... Puis, dans un second temps, elle semble soulagé de pouvoir en parler. Elle m'explique qu'elle a peur d'aller les voir, elle a peur qu'il y ait un mort, elle a peur d'être un poids pour sa famille.
Une fois qu'elle a fini de parler, une larme coule sur sa joue. Et même si elle ne s'en est sûrement pas rendu compte, on est arrivé à destination. Je viens de me garer en face de l'hôpital.

Je me tourne vers la fille d’Hermès et la regarde avec bonté alors qu'elle s'excuse. D'un geste délicat, j'essuie la larme qui coule sur sa joue avec mon pousse. Ensuite, avec la même délicatesse, je relève son menton pour qu'elle me regarde en face et je lui dis d'une voix réconfortante :

Et, calme toi. Ça va aller. Je ne te connais pas depuis longtemps, mais je sais que tu n'est pas un problème. Je suis sûr que tu es une bénédiction au yeux de ta famille... Et je suis sûr que la personne que tu vas voir sera encore là, à t'attendre et que tu illumineras sa nuit quand elle te verra arriver.
Et si par malheur, ce n'était pas le cas, je serais là à t'attendre...
Ne t'inquiète pas, tout va bien se passer.


Désolé:
 


"On croit que les rêves, c’est fait pour se réaliser.
C'est ça, le problème des rêves :
C’est que c’est fait pour être rêvé."
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: when the darkness comes.    

Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» | When Darkness Falls
» Star Wars KotOR : Age Of Darkness V2
» mansion of darkness
» HEAVENSBEE ► hello darkness, my old friend
» « born in the darkness. » Ϟ WILLOW&OZ.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Heroes of Honor :: Les Campements :: Farny State Park :: Lieux extérieurs :: La tour de guet-