Bienvenue jeunes padawans. ♥ Le forum est officiellement rouvert!
Soyez originaux, mes chéris. Priorisez les opposants et les sang mêlés qui ne descendent pas directement des Trois Grands. Nous nous donnons le droit de les refuser. Merci ♥ Cliquez.
N'oubliez pas d'aller voter ici aux deux heures pour nous ramener pleins de nouveaux amis/ennemis. ღ

Partagez | 
 

 Keep on dreaming, don’t stop breathing, fight those demons [Hadès-Aza]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
Coalition ψ Combattant
Ω Tablettes : 117
Voir le profil de l'utilisateur

Qui es-tu?
Ω Objets:
Ω Relations:
Ω Compétences:

MessageSujet: Keep on dreaming, don’t stop breathing, fight those demons [Hadès-Aza]   Lun 24 Avr - 22:06

Mes mains et mon visage était maculé de rouge, du sang. Il y en avait partout sur mes vêtements et je fixais ce liquide frais avec un mélange de satisfaction et d’horreur. J’avais l’impression que deux personnalités bien distinctes s’affrontaient en moi. L’une était horrifiée par mes actes et me poussaient à tout stopper de la manière la plus radicale possible, l’autre prônait que ces humains le méritaient. Comment en étais-je arrivé là ? J’avais juste perdu le contrôle de moi-même, une fois encore.

J’étais sortie en douce pendant la nuit dans l’idée de me détendre et de me balader dans une ville que je connaissais pls que bien. J’y avais erré des années à différents passes de ma vie et, même malgré les différences d’époque, j’y retrouvais toujours cette familiarité rassurante qui me manque cruellement. Je ne connais plus personne de mon époque-bon à part Skyra mais elle ne compte pas vraiment-ce n’est plus la guerre et le camp des sang-mêlé n’est plus ce qu’il était. Les romains me font la vie dure et je me reteins chaque jour dans écorcher un vif.
Je me perdais presque dans les rues de Chicago et profitais du spectacle qu’offrait les gens dans les ruelles sombres de la grande ville. Une femme se faisait agresser par deux hommes derrière une benne, un homme d’affaire un peu trop sûr de lui se faisait tabasser par des jeunes du quartier en manque d’argents et des enfants aussi pauvres que je l’ai été se terraient dans leur coin pour éviter d’attirer l’attention. J’avais fréquenté cette ace caché de Chicago pendant un certains temps et ça me manque en un sens. Je savais parfaitement à quoi m’attendre et la faim ne me dérangeait presque plus. On trouve toujours comment se débrouiller. Je me rappelle qu’un couple presque aussi pauvre que moi accueillais des orphelins des rues pour les nourrir et les soigner si besoin. Un jour ils sont morts et la rude vie qui était la mienne avait recommencé. On s’entre-aidait parfois mais des plus grands venaient toujours nous voler ou nous tabasser. Heureusement pour moi, j’ai rapidement découvert mes pouvoirs et personne ne m’a plus embêté après que cette brute de Greg se soit fait brûler vif par mes soins. Même à cet âge là je n’éprouvais pas vraiment de remords. Quand on vit comme ça on ne peut pas en éprouver, c’est signe de faiblesse et il ne faut pas être faible dans un endroit où la loi du plus fort règne.
Je tombais alors sur un groupe de garçons de mon âge menaçant avec un couteau un gamin. Le petit avait un sac de course à la main et la situation me rappela bien des souvenirs. C’est donc tout naturellement que je me suis approché et les ai menacé avec un grand sourire. Evidemment je ne fais pas vraiment peur en apparence. Un démon de la pire espèce cachée sous un visage d’ange disait Lucas. Ils se sont marrer et ont commencés à frapper le garçon comme si je n’étais pas là. Le pauvre petit ne pouvait pas se défendre. Il avait la peau sur les os et les brutes faisaient bien quelques têtes de plus que lui. Décidément rien n’a changé dans se coin de la ville. Je me rappelle avoir soupiré et avoir levé les mains. La suite, elle est prévisible. J’ai brûlé les grands et me suis approché sur petit. J’avais mis trop de temps à agir, il était déjà mort. Une rage incontrôlable c’était alors emparée de moi. Je ne suis plus la même dans ces cas là. Je ne suis qu’une âme brisée qui ne vit que pour se venger. J’ai prit le couteau tombé au sol et ai commencé à poignarder violemment les corps déjà morts. Ca ne servait à rien mais je devais passer ma rage meurtrière sur quelqu’un.
Une fois la crise passée, je regardais mon œuvre avec à la fois un sourire satisfait et des yeux perlés de larmes. Il méritait ce qui leur ai arrivé, ce sont des humains. Mais alors, quesque je mérite moi qui prends la vie des gens ? La réponse à ma question est évidente : la mort. Je levais alors le couteau vers mon poignet, prête à me trancher les veines. Un fou rire me prit alors et je lâchais le couteau par terre. Non. Je ne mourrais pas tant que je n’aurais pas exécuté ma vengeance jusqu’au bout.
Un bruit me fit alors me retourner rapidement, méfiante. Il me fixait avec ses yeux bleus et je me sentit étrange. J’avais cette impression de le connaître depuis longtemps, et pourtant je ne l’avais jamais vue. Quelque chose me disait qu’il n’était pas humain, sûrement l’aura de puissance et presque effrayante qui l’entourait.

T’es qui ?

Je le fixais avec méfiance et laissait échapper quelques flammes dans l’une de mes mains, histoire de lui faire comprendre que je ne me laisserais pas faire en cas d’attaque.



   
Never forget what happened

avatar
Divin ψ Olympus team
Ω Tablettes : 34
Voir le profil de l'utilisateur

Qui es-tu?
Ω Objets:
Ω Relations:
Ω Compétences:

MessageSujet: Re: Keep on dreaming, don’t stop breathing, fight those demons [Hadès-Aza]   Lun 1 Mai - 22:22

 
Keep on dreaming, don’t stop breathing, fight those demons

Cela va faire une éternité, que je n'avais pas mis le pied dehors. Je passais beaucoup de temps, dans mon royaume. L'enfer n'était pas n'importe quel royaume qu'il fallait prendre à la légère. Chaque seconde, une personne dans le monde mourrait. Tout le monde en enfer, connaissait son rôle dans ce cas de figure et s'était de mon devoir de m'en assurer.  Je dirigeais ce monde d'une main de fer. Mon secret, c'était la peur toute personne qui faisait mal son travail ou qui se prélassait, devait être sanctionné. J'ai toujours su, que la peur était un excellent moyen de motivation, pour n'importe quel être vivant. Ce que beaucoup d'humain ignore, c'est qu'il n'existe pas que les divinités mineures qui résident au enfer, mais aussi des démons et des créatures qui dépassent leur imagination. N'oubliant pas que la prison des anciens pensionnaires de l'olympe s'y trouve.  Contrairement à mes frères qui préféraient prendre du beau temps, surtout en particulier ce morveux de Zeus, moi je me tuais à la tâche, prenant mon devoir de dieu des enfers avec le plus grand sérieux.

Me voilà maintenant dehors, il y avait plus de lumière que je ne le pensais. Cela va faire très longtemps que je n'avais plus vue le soleil de cette manière. Sentir ces rayons caressé ma beau, ne pouvait que faire le plus grand bien. Cela changeait un peu de l'obscurité, qui domine mon royaume. J'avais profité de mon temps libre, pour me rendre à la surface et plus précisément à Chicago. Le monde des humains n'avait pas bien changé, bien qu'ils arrivent à construire d'énorme building et que la technologie à un peu évolué, certains comportements sont restés les mêmes. La preuve, Chicago en était un exemple parfait.  La violence, la barbarie, la luxure l'alcool et j'en passe. Rien n'avait changé, juste que tout ceci s'était empiré. Quand je pense, que toutes ces personnes sont sous la juridiction de l'olympe, il y a de quoi ce demandé où est la responsabilité de ce dernier tout ceci. Zeus était un idiot qui n'arrivait pas à gérer convenablement son royaume. De toute façon, l'heure viendra où je siégerais sur le trône de l'olympe.  

Pourquoi Chicago ? Comme vous vous en doutez, je n'avais pas choisi de m'y rendre là-bas par hasard. Je voulais revoir ma fille et je savais qu'elle se trouvait là-bas. Je ne l'ai jamais rencontré en face et je doute qu'elle connaisse mon visage. J'avais opté pour un costume noir sur mesure, j'adorais vraiment les couleurs sobres.  Bien que, j'étais bien habillé, je n'appréciais pas beaucoup ces vêtements modernes. Il m'arrivait de revêtir mon ancienne armure antique. D'ailleurs, il m'arrive de le porter quand je suis dans mon royaume. Je suis plutôt de la vieille école.

Main dans les poches, j'observais à distance ma fille en train de donner une correction à des humains qui s'en prenaient à plus faible que soit. Au moment, où elle commençait à les grillés comme des saucisses, un sourire sadique commençait à s'afficher sur mon visage. Tel père tel fille. Lorsqu'elle se rendit compte qu'il était trop tard pour sauver le gamin, elle poignarda le corps calciné de ses victimes. Puis, elle voulut s'ouvrir les veines, je m'avançais à pas nonchalant vers elle. Je savais qu'elle ne le ferais pas et puis les parques n'avaient pas encore prononcé le jour de sa mort. Les chaussures classiques que j'avais mis, résonnais dans la ruelle dans laquelle nous nous trouvions. Ce qui me trahit.

-Ces garçon-là, l'avait bien cherché. Dis-je avec un sourire tout en regardant encore le corps calciné de ses victimes. Puis mon regard se posa de nouveau sur elle. Tu as bien grandi tu es toujours aussi belle. J'avais bien vu les flammes qu'elle avait sortit, mais je gardais mon calme olympien. Je préférais lui laisser le soin de deviner, qui j'étais. Dans le cas contraire je lui dirais qui je suis.
Codage par Libella sur Graphiorum
avatar
Coalition ψ Combattant
Ω Tablettes : 117
Voir le profil de l'utilisateur

Qui es-tu?
Ω Objets:
Ω Relations:
Ω Compétences:

MessageSujet: Re: Keep on dreaming, don’t stop breathing, fight those demons [Hadès-Aza]   Mar 2 Mai - 20:00

L’homme en costard jeta un regard aux corps carbonisés derrière moi. Si j’avais raisons et qu’il n’était pas humain, il n’allait pas se mettre à hurler et aller chercher la police comme l’un de ses hommes d’affaires égarés à qui il ressemblait vaguement. Seul l’air sombre sur son visage et l’aura qu’il dégageait me confortait dans mon idée qu’il était loin d’être ça. Ces paroles me le confirmèrent. Depuis combien de temps m’observait-il pour savoir qu’ils l’avaient mérités ? Dans ma rage meurtrière, je n’avais même pas fait attention à de potentiels témoins. Tous ce qui comptait dans ces moments là est d’assouvir ma colère.
Son regard se reposa sur moi et ce qu’il dit me fit l’effet d’une bombe. Cet homme me connaissait. Peut-être est ce que je le connais aussi, après tout j’ai cette impression de l’avoir déjà vue. Pourtant je m’en serais rappeler, je l’espère du moins. Peut-être sa voix, ou même sa présence ! Il était apparemment assez vieux pour m’avoir vue grandir. Depuis combien de temps m’observait-il dans l’ombre, me regardant évoluer et me battre pour survivre ?
Il avait l’air calme face à la menace sortant de ma main, cela me surprit. N’a-t-il pas peur du feux ? Réfléchis Azaliah, qui peut bien regrouper tout ça ? Qui n’a pas l’air d’avoir peur du feux, te porte un assez grand intérêt pour te voir grandir, a cette aura de puissance autour de lui et qui puisse te donner cette impression de familiarité ?

C’est pas possible…Papa ?

Je levais les yeux vers lui et mon visage devait clairement exprimé mon choque et ma surprise. Mais quesqu’il faisait là ? Quesque le maître des enfers venait faire à Chicago ? Il ne peut pas être venu pour moi, pas alors qu’il m’a laissé pendant des années et qu’il m’a laissé connaître toutes ses erreurs. Il n’a jamais rien fait pour m’aider, même quand ma vie était des plus horribles. Il n’a fait que me sortir de la seule bonne passe de ma vie. Mon visage se ferma peu à peu et mes poings se serrèrent. Je lui lançais alors d’un ton sec et plein de reproches :

Quesque tu fais ici, et me dit pas que c’est pour rattraper le temps perdu où jouer au père model alors que t’as été absent toute ma vie ! T’es comme les autres Dieux, ça t’amuse de voir tes enfants souffrir, donc maintenant tu viens en profiter directement ?

Je désignais alors les corps derrière moi avant de mettre en évidence mes mains pleins de sangs.

Tu vois tout ça ? C’est de ta faute si je suis devenue ainsi. C’est parce que tu m’as laissé toute seule dans une vie qui n’aurait pas dut être celle d’une enfant, tu as laissé mon seul amour mourir et tu m’as laissé moi aussi me tuer à petit feux ! C’est pour ça que tu es venu ? Tu voulais contempler ce que tu as fait de moi !

Les larmes se regroupaient dans mes yeux et menaçaient de s’enfuir à tout moment, mais je teins bon. Je ne devais pas être faible devant lui. Inconsciemment je ne voulais pas le décevoir, je suis très contradictoire il faut le reconnaître.



   
Never forget what happened

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Keep on dreaming, don’t stop breathing, fight those demons [Hadès-Aza]   

Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Jamaica struggles to fight crime
» Bite fight...
» 05_ i just can't stop loving you
» Davy Back Fight !
» People who say they sleep like a baby usually don’t have any.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Heroes of Honor :: Les Etats-Unis :: Chicago-