Bienvenue jeunes padawans. ♥ Le forum est officiellement rouvert!
Soyez originaux, mes chéris. Priorisez les opposants et les sang mêlés qui ne descendent pas directement des Trois Grands. Nous nous donnons le droit de les refuser. Merci ♥ Cliquez.
N'oubliez pas d'aller voter ici aux deux heures pour nous ramener pleins de nouveaux amis/ennemis. ღ

Partagez | 
 

 Et lorsque tombe la nuit, ton coeur guide mes pas [Hailey]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité
Invité

MessageSujet: Et lorsque tombe la nuit, ton coeur guide mes pas [Hailey]   Ven 5 Sep - 23:59

Hailey ∞ Lily
On fera une sortie culturelle. N’importe quoi, traîner Hailey, vous ne vous rendez pas compte du calvaire. Elle n’est jamais contente, à croire que visiter les musées c’est chiant. Bon arrêtons-nous tout de suite. Hailey c’est quand même, la seule que j’entraîne partout avec moi, ok elle râle pour la forme. Oui oui râler c’est loin d’être une option chez elle. Elle râle mais elle me suit, preuve en est. Le camp jupiter, je sais bien qu’elle n’aime pas trop les romains. Trop étant un euphémisme, je crois que si je n’étais pas là, elle aurait lancé l’attaque dans le camp, furtif, efficace, ma guerrière à moi quoi. Mais bon, elle suivait et n’avait fort heureusement pour nous rien fait. Je ne dis pas que seule, elle ne s’en serait pas sorti, mais j’utilise mes talents différemment du combat. Du coup, il y aurait eu de forte chance que je sois tétanisée à côté de Reyna sans penser à fuir.

Aujourd’hui, c’était la journée prévue dans le calendrier de la semaine, celui entouré d’un cœur rouge au rouge à lèvre justement. Pas le mien, celui d’une de mes sœurs, elle me l’avait offert, mais pas un cadeau gentil non parce qu’il ne lui plaisait pas. Espèce de débile, j’aurais dû le lui faire bouffer par les trous de nez. Je m’évade du cours de l’histoire. Non, si ce jour était marqué d’un cœur, c’était parce qu’aujourd’hui on serait ensemble loin de tout ce peuple. J’avais beau aimé vivre ici, avec tout ce monde. Par moment souffler, c’était important, elle était ma porte d’évasion. Cela nous permettait surtout d’être tranquille à faire des choses pas toujours recommandé, m’en fiche de toute façon on ne se trahirait jamais.

Si j’ai parlé de sortie culturelle, c’était ce qui était prévu, ça avait fait un de ces flops, vous n’imaginez même pas. Hailey a ce don si particulier d’effacer tout autour de nous, les murs deviennent flou, les gens sont complètement dénués d’intérêts. C’est bien simple, quand elle est là plus rien n’existe. Par rien, je n’invente pas ce mot au hasard, oui normalement je devais vérifier les monstres sur la carte, mais je passais surtout mon temps à parler, parler à un tel point qu’à la fin de la journée, ses oreilles devaient siffler de désespoir. Du coup, comme à chaque fois ça avait dérapé. J’ai un réflexe vieux comme le monde. Dans ma tête monstre=danger, danger=fuite. Alors entouré ou non je détale comme un lapin.

C’est comme ça que j’ai perdu mon âme sœur dans la grande pomme. Si habituellement la solitude n’était pas non plus un problème pour moi, aujourd’hui c’était catastrophique. Je me mélangeais les pinceaux, est ce que je devais l’attendre bien sagement, priant pour qu’elle me retrouve. Mais je suis hyperactive, comme tous les demi-dieux, j’étais restée quoi dix minutes immobile puis j’étais partie à sa recherche. Là, ça devient catastrophique. Imaginez-vous quand même que retrouver une fille dans l’immensité des gens, ce n’est pas une mince affaire. Surtout que les humains sont quand même vachement snob, surtout que mon anglais avait un magnifique accent français, la plupart du temps ils sortaient l’air déprimé « Frenchies » Impossible de ce fait de demander s’ils avaient vu Hailey. Ils me tournaient tous le dos. A force de marcher, de me perdre, de tourner en rond, revenir sur mes pas. Je dois bien avouer que j’étais complètement perdue, mes pieds me faisaient mal. Le pire cette déception d’avoir gâché une journée qui aurait pu être merveilleuse.

Vers 19h, je trouvais, par hasard, ne vous méprenez pas, un bar. Je jetais un regard en arrière, pas le moindre signe de mademoiselle Hailey. Normal, comment aurait-elle pu venir ici de son plein gré. Je pénétrais à l’intérieur, l’odeur étrange me prise au dépourvu. Un tel mélange d’alcool, de  jus de fruits en tout genre, c’était vraiment surprenant. Très agréable cependant, j’avais l’impression que j’aurais pu mourir de plaisir. Vous savez ce qu’on dit sur les âmes sœurs, même à des kilomètres de distance, leurs chemins feront tout pour se retrouver. Je ne sais pas comment ça marche, ni pourquoi ça fonctionne si bien avec Hailey, nos destins étaient liés pour toujours se rejoindre. Un instinct primaire me fit aller vers l’arrière de la salle. Non même hors. Comment expliquer simplement ? Le bar se divisait en plusieurs compartiments, un ou tous picolait comme des trous, un pour des choses plus intimes que je n’avais pas du tout envie de visiter, même avec Grey, je ne ferais certainement jamais ce genre de chose, je tiens à mon intimité, faut pas exagérer non plus. Le troisième compartiment était accessible par une baie vitrée qu’il fallait ouvrir. Attention, il y avait cependant une marche. Chose que je ne remarquai bien évidemment qu’en trébuchant dessus.

Quelle idée remarquable que d’aller là-bas sans raison me direz-vous, surtout sans bouteille, ni verre. J’ai oublié, j’étais comme attiré là-bas, à la manière d’Aurore qui va se piquer le doigt à la pointe d’une quenouille. C’est écrit, on ne peut rien y faire. C’est en arrivant devant le siège qu’occupait une certaine demoiselle que je compris que quoi qu’on fasse, qu’importe ce qui arriverait, on se retrouverait. Elle était certainement plus logique que moi et s’était bien douté que je lui tomberais dessus. Posant mes mains sur mes hanches, je lui décochais un véritable sourire plein de tendresse avant de lui demander moqueuse.

« Hailey ? Tu noies ton chagrin dans l’alcool ? Tu sais que je te retrouverais tout le temps ? Tu te débarrasseras jamais de moi Hailey, ça peut prendre des jours mais je reviendrais toujours vers toi »

Je lui sautais dessus, oui vraiment, pas à côté ou essayant au mieux de ne pas lui faire du mal. Non je sautais sur elle, sentir sa chaleur me faisait un bien fou. J’avais cru l’avoir perdu, entendre son cœur battre dans sa poitrine me rassurait. Je ne lui demandais pas si elle avait terrassé le monstre, je la connaissais, aucun monstre, non pardon RIEN dans ce monde ne résiste à Hailey. Je pris son verre posé à côté d’elle, trempai doucement mes lèvres dedans pour goûter le breuvage. Mes yeux se mirent à pétiller de joie, ça ne ressemblait à rien que je connaissais, il faut dire que ma culture au niveau de l’alcool, c’est pitoyable. Je bus quelques gorgées ravie de pouvoir finalement passer du temps avec Hailey, journée entouré d’un cœur rouge non gâché par mademoiselle j’ai la trouille des monstres. Pitoyable quand on est une demi déesse, oui je sais. Je ne lui ai pas encore avoué que j’ai faillis me faire buter par un griffon, mon bras a bien cicatrisé même si on voit encore une légère marque, qui va s’effacer, que personne ne s’inquiète.
code by Silver Lungs
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Et lorsque tombe la nuit, ton coeur guide mes pas [Hailey]   Dim 7 Sep - 22:48



J’avais accepté cette journée. Pourquoi ? Bonne question ? Parce que je restais toujours aussi incapable de résister aux bouilles des enfants d’Aphrodite ? Certaine, très certainement. Je n’avais pas beaucoup d’amies et toutes les deux, étaient capables de me déstabiliser. Merci les potes. Me détourner de ma logique aussi, bon on va arrêter de leur faire des compliments à celles-là. Je vais reste avec Emy, ce serait sans doute mieux. Quoique à force, elle soit capable de ne plus me supporter. Bon je ne pensais pas être à ce point-là chiante pour perdre Lily. Ou était-ce Lily qui m’avait perdu. Bonne question. Il n’empêche qu’on avait été séparé dans cette foutue ville bien trop grande à mon goût. Du coup, je me mis en mode chasse à Lily, sauf que je n’avais pas la moindre idée d’où elle aurait pu se rendre.

Les magasins ? Encore possible mais hors de question que j’y mette les pieds en ce jour. Il y a avait bien trop de monde et puis, je serai capable de faire des emplettes. Elle avait réussi à me contaminer pour cela. La retrouver. C’est ce que je m’employais à faire pendant des heures et des heures, sauf qu’au final une lueur de lucidité s’immisça dans mon crâne. Et si on se cherchait toutes les deux ? Bah ouais, ce serait légèrement dur de se retrouver si on bougeait sans cesse, arpentant tous les recoins - bon pas tous - de la ville pour trouver l’autre fille. Sérieusement, je crois que pour le coup, plus débiles on ne pouvait pas faire. Je maudissais mon cerveau de ne me prévenir que maintenant alors qu’il m’indiquait parfaitement avoir retenu les mêmes panneaux publicitaires, les mêmes ruelles sordides, les mêmes mecs trainant au bas des immeubles, même le type qui se baladait pieds nus.

Ouais merci cerveau mais là, ça sert juste à rien du tout tes capacités. Ce n’allait pas l’arrêter pour autant mais pour le coup celle qui galérait c’était bien bibi. Résultat, au bout de quelques heures de recherche, je décidai de m’arrêter de chercher et attendre un miracle... le miracle serait que nos routes se croisent mais d’après moi, il restait encore quelques possibilités que cela se fasse. En attendant j’avais faim et soif. Alors, mon chemin me mena dans un bar assez connu et plutôt « tranquille », on se comprend. Bref, saluant légèrement un employé, je faufilais pour aller me trouver une place à l’écart de tous et commandais une tequila.

Tranquillement assise, je n’eus pas longtemps à attendre - vive la probabilité de dingue - avant que Lily ne me rejoigne d’une manière très expressive. A tel point, qu’elle avait bien failli me faire tomber du petit banc. Bordel. Je grognais légèrement alors que je l’étreignais rapidement contre moi avant de la relâcher et contempler ses traits charmeurs. « Tu ne sais pas te tenir, on ne saute pas sur les gens. » Lui lançais-je avec un petit sourire innocent. J’étais bien mal placée pour lui faire la moral sur la façon de se tenir en public, surtout moi et surtout moi dans un bar. Je ne vais pas vous faire un dessin mais disons que depuis ma mort, j’aime profiter de la vie. En râlant ? Et bien oui, cela fait parti de ce que j’appelle mon charme. Je l’invitais à s’assoir avec moi et faisais signe au serveur de revenir pour prendre sa commande.

Elle devait être autant assoiffée que moi. « Non, je fêtais en fait. Je pensais t’avoir échappé pour de bon. » Un grand sourire accompagna ma phrase alors que je me préparais à me prendre une pour dire ce genre de chose. En fait, Lily j’aimais bien la taquiner avec mes sales manières comme elle disait - comme si j’étais un gosse qui ne savait pas se tenir, rolala. « Tu veux boire quoi ? » Mon regard plongea dans le sien puis me mordant la lèvre j’avouai ce que je pensais. « Je suis contente que tu m’aies retrouvée même si tu en as mis du temps, Steele. » Je ne pouvais pas être clairement sans sincère sans petit pique, ce ne serait pas moi. J’espérais qu’elle n’avait rien quand même, histoire que je ne m’en veuille d’avoir laisser agir mon esprit pratique.

lumos maxima
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Et lorsque tombe la nuit, ton coeur guide mes pas [Hailey]   Mar 9 Sep - 12:11

Hailey ∞ Lily
L’abus d’alcool est dangereux pour la santé. Jure il y avait écrit ça sur un petit panneau. C’est un bar pour les demi-dieux, et autres divinités, je veux bien que nous ne soyons pas réputés pour savoir lire des mots américains, quelle joie d’ailleurs que ce problème m’ait épargné, lire en grec et latin, c’est bien choupi mais il faut s’ouvrir à toutes sortes de cultures et j’aurais été malheureuse si je n’avais pas lu tous ces livres d’adolescentes complètement paumée, qui voulaient une vie trépidante. Leurs petites aventures, on les vivait au quotidien chez les sangs-mêlés et même si je n’étais pas une pensionnaire très ancienne, la mort ça n’a rien de drôle. Personne n’en sort totalement indemne. Je pense que si un psychologue venait nous voir, il perdrait la tête, nous étions des cas sociaux. Il n’empêche que je trouvais ça très ironique de dire que l’alcool était dangereux pour la santé, vous voulez qu’on parle des monstres qui nous traquent comme du gibier, des partisans qui passent leur temps à nous faire des coups bas. Non sérieusement, une autre devise aurait été bien mieux comme celle de Socrate « Connais-toi toi-même. » Cela voudrait dire hé les jeunes ne faites pas d’abus mais ça ne nous servirait pas des leçons de moral à deux balles. Surtout qu’ils auraient pu l’écrire en grec et en latin, afin d’éviter des conflits internes entre deux peuples bien plus proche qu’ils ne voulaient bien le croire.

Hailey n’était pas la personne la plus caline au monde, chose que j’ai du mal à comprendre, je débordais littéralement d’amour, avec tout le monde et pour tout le monde. Attention pas ce genre d’amour qui rend complètement stupide, celui ou tu chiales dès qu’on s’oppose à toi, non le mien était bien plus puissant et bien plus dur aussi. Je pouvais faire la part des choses et devenir la plus implacables des ennemis, j’attendais mon heure pour me venger mais je ne me loupais pas. Ce n’est pas de la vantardise, je connaissais mes faiblesses mieux que personne, je savais que j’avais tendance à chercher la bonté chez les gens, je savais aussi qu’à force d’être protégée, je m’étais mis en tête que me couvrir ne servait plus à rien. Le problème c’est que ma vie n’était pas non plus indestructible, si je ne faisais pas attention, un jour quelqu’un pourrait la briser, il est si simple de tuer. J’étais la première au courant, même si pour certains la blessure semblait cicatriser, parfois je me demandais qu’est ce qui nous différenciait des criminels recherchés par interpol, je ne me sentais ni psychopathe ni sociopathe, j’avais de la compassion pour les âmes qu’ont envoyaient faire un tour chez Hadès, Pluton peu importe,  ce dieu là quoi. Mais ça ne m’empêchait pas de le faire comme les autres, et le pire c’est que j’avais beau me convaincre que c’était une mauvaise chose de vouloir leur mort, qu’il valait mieux les enfermer, être humain, lorsque j’étais lancée, mon arme tirait et ne loupait pas. J’étais bien contente que je ne le fasse pas souvent, les cauchemars étaient affreux lorsque je tuais. Est-ce que lorsqu’on meurt on a tout notre passé qui défile devant nos yeux, nos choix et nos défaites. Il allait y avoir une ribambelle de monstres qui allaient venir me voir pour se venger, des partisans certainement, la liste continuerait à augmenter, je n’en doutais même pas. Et ce satyre, le satyre de malheur, sa mort m’avait consolée sur le coup, d’ailleurs la rancœur envers ses paroles était toujours présente et si je croisais son apparence floral je la piétinerais. Tien tu sais ce qu’elle te dit la meurtrière pauvre con.

J’esquissais un sourire faussement penaud à l’égard de Wilson, moi j’étais mal élevée. Je croisais les bras sur ma poitrine comme si c’était l’insulte la plus grande qu’on pouvait me faire. Et attends, ce n’est tout de même pas moi qui noie mon chagrin dans l’alcool, pendant qu’elle faisait le tour de tous les alcools possible et in-imaginaux, moi je la cherchais. Avait-on rendez-vous ici ? J’avais oublié mais c’était fort probable. Je la taquinais à mon tour, nos batailles verbales se terminant toujours bien, je ne voyais pas l’utilité de ne pas relever, en plus c’était marrant de toujours se chercher.

«  Hailey, je ne suis qu’une pauvre humaine n’ayant jamais vécu en public, j’essaie d’apprendre mais quand je vois quelqu’un je lui saute dessus pour un calin. Estimes toi heureuse de ne pas être mon copain, on aurait fait l’amour devant tout le monde. »


Un toussotement accompagnant assez bien mes paroles pendant que je m’installais à côté d’elle, sous le regard complètement choqué du serveur qui me tendait sa carte. Non jure, il avait gobé celui-là. Devais je lui préciser que je rigolais ou alors je le laissais penser que j’étais une fille d’Aphrodite complètement à la masse et qui ne pensait qu’au sexe. Oh ouai après tout, je ne le reverrais jamais, je ne venais pas ici avec Matty, il ne faudrait pas choquer son âme de petit garçon à cet imbécile de serveur. J’attrapais la carte qu’il me tendait silencieuse, détaillant les coktails, purée les couleurs de certains ne devaient pas être naturelles. Mais qu’est-ce que je raconte, je m’en tape royalement des colorants artificiels, mourir de ça c’est toujours plus sympa que bouffer par un griffon, dire que je voulais l’adopter, il était tellement mignon, avant qu’il décide que j’étais la proie la plus sympa. Ah je suis meilleure que les souris qu’il devait chasser en attendant sa taille adulte, je veux bien le croire mais ça n’avait pas été très gentil. En parlant de gentillesse…

Le coup partit tout seul à l’arrière du crâne d’Hailey lorsqu’elle osa prétendre qu’elle pensait être débarrassée de moi. Vraiment cette fille est tout simplement insortable, un jour j’allais lui mettre sa tête dans un lac jusqu’à ce qu’elle me supplie de l’épargner. Je t’en foutrais moi des je pensais être débarrassée de toi. Impossible ça, depuis le temps que j’étais là maintenant, elle devait bien se douter que c’était impossible.  Je marmonnais oubliant légèrement le gars à côté de nous qui devait écouter toute la conversation, même si ça m’importait peu.

« Tu ne seras pas invitée à mon enterrement, je laisserais la consigne à Matty, prière d’empêcher cette fille hyper mal élevée de venir. Comme ça tu pourras fêter ma mort toute seule ici avec pleins d’alcool sans que personne ne vienne te sauter dessus en public. Ils s’éclateront tous sans toi tu verras. Bon peut être que ça ne sera pas cool non plus, j’en sais rien j’ai jamais été à un enterrement. »

Je me souvins du serveur, du choix crucial que je devais faire uniquement lorsqu’Hailey me demanda ce que je voulais boire. Oh je suis tête en l’air dis donc. Je commandais exactement la même chose. Pauvre serveur, il devait se dire qu’il était tombé sur des cas, dix minutes à feuilleter une carte pour répondre ça. Je m’en servais presque voulue. Mais peu importe, je lui rendis sa carte pendant qu’il s’éclipsait. J’aurais dû lui dire de nous la laisser, à mon avis on ne prendrait pas qu’un seul cocktail, il fallait que je trouve quelqu’un pour qu’il nous les paie. Han mademoiselle Steele va manipuler pour se faire payer ses consommations, c’est mal. J’avoue et j’emmerde les rabats joies. J’éclatais de rire devant la franchise de mon amie. Il est vrai qu’elle n’avait pas tort, j’avais eu quelques petits soucis pour la retrouver. Ce n’est pas si facile de lui en vouloir quand elle sort ça avec sa petite bouille de fille malheureuse.

« Tu te rends pas compte, la ville est super grande, j’ai atterri trois fois devant le même cinéma. Un gars m’a dit que tu étais rentrée dans un taxi avant de me demander à quoi tu ressemblais déjà. Sérieux, on va se donner un point de rendez-vous facile pour la prochaine fois ou alors tu fais des signaux de fumée,  c’est classe ça… Bon avec la pollution on ne verra pas grand-chose. Trouves quelque chose toi qui est un être civilisée Wilson. »

Mon serveur favori s’était fait remplacé par un gars un peu plus costaud qui me tendit le verre, quel lâche ce serveur, on l’avait quand même pas traumatisé. C’est fou ce que les gens prennent tout au premier degré, heureusement qu’Hailey et moi ne sommes pas comme ça, on ne serait plus amies depuis des lustres sinon. Je buvais mon verre en attendant qu’elle réponde.
code by Silver Lungs
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Et lorsque tombe la nuit, ton coeur guide mes pas [Hailey]   Sam 13 Sep - 19:11



Je regardais mon amie avec un léger sourire. C’était toujours ainsi entre nous et c’était très bien comme ça. Pas besoin de réfléchir, il suffisait de rester nous même. Je préférais largement ce genre de relation à celle ou il faut se retenir de chaque parole ou geste. Non avec Lily, c’est simple et facile. Cela me convient parfaitement bien que nous ayons parfois voir même souvent des désaccords. Mais bon, voilà peut-être ce qui rendait notre amitié si solide. Pas seulement parce que Lily restait l’une de mes plus proches amies mais pour bien d’autres raisons que j’ai encore parfois du mal à comprendre. J’ai une facilité à parler avec elle que je n’ai pas avec tout le monde.

D’autres personnes me laissent percevoir cette once de paix quand je peux être moi, libérer de toutes chaines, comme Charlie. Parce qu’elle sait. Mais sinon, qui d’autres ? Personne. Ce n’est pas un fardeau que je puisse me permettre de partager. Quelle justice, je sais. Mais Lily n’a pas à porter cela. Je ne vois pas voir la tristesse dans ses yeux, le pire serait d’y trouver de la pitié. Au moins, Charlie ne me porterait jamais un regard de ce genre. Ce n’est pas que je n’ai pas confiance en mon amie, fille d’Aphrodite, très loin de là. Mais j’agis pour protéger la flamme dans ses yeux. Je me sens bien quand elle me regarde et ce ne serait plus le cas, si je l’avais mise au courant. Mon secret est gardé. Pour le moment, je n’ai eu que quelques petits accidents sans trop de gravité, sauf pour celui du mur d’escalade.

J’efface rapidement la grimace qui s’est imprégné sur mes traits pour ne pas que ma compagne ne la remarque, vaudrait mieux pas lui mettre la puce à l’oreille encore - alors que j’essaie de la préserver de tout. Je suis contente de pouvoir passer du temps avec elle, oubliant les derniers évènements que toutes les deux. Ne pensant qu’à rire et boire ? A supposer que le serveur nous lâche la grappe, vu sa tronche il avait l’air tenace. Je levai les yeux au ciel et reportais mon attention sur mon amie Grecque belle comme un coeur et blonde comme les blés. C’est pourris, oui, je sais. Je levai mes sourcils en l’entendant me dire que si j’avais été son mec on aurait... bordel. Elle était obligée de parler si haut. « Lily, tu veux bien éviter d’attirer l’attention sur tes prouesses sans doute spectaculaires. Quand je disais que tu ne savais pas te tenir » lâchais-je en pouffant rien qu’en voyant la tête des serveurs.

Bah quoi ? Mon amie avait bien le droit, sexy comme elle est, et mordue comme pas d’eux à mon meilleur ami, le fils d’Héphaïstos. Dans cette colonie, on finira tous ensemble, j’en suis certaine, entre les frères, les soeurs, ceux de cœur, les meilleurs amis. Quel joyeux bordel ! Mais ça me plait plutôt bien, malgré tout cela, c’est ma maison. Une maison ça se défend avec le coeur et l’âme et bien sûr le corps, bien que dans mon cas, seule l’âme soit vraiment efficace. J’adressais un clin d’oeil au serveur, qui semblait indisposé suite aux paroles de mon amie. Je gardais un sourire joyeux, les yeux pétillants un peu. Je m’amusais comme une petite folle, oui j’avoue. Même si je préférais que Lily évite de m’indiquer que nous aurions pu... enfin vous voyez quoi. Ce genre de truc, c’est trop contact ... avec tendresse, très peu - très, très peu pour moi. Ce n’est pas demain la veille qu’on va changer la bonne vieille Hailey.

Oh non, la demoiselle Wilson restera la même pour un bout de temps. J’accueillis sans broncher sa frappe derrière ma tête, la laissant faire, sachant que je le méritais un peu, juste un peu. « Tu fais dans la violence maintenant, et bah dis-donc, va falloir que j’en parle à Matt. » Je reprenais ma boisson pour y tremper les lèvres, suivant les silhouettes présentes des yeux. On n’est jamais trop prudent. Comme dirait quelqu’un, vigilance constance. A la suite de ses paroles, je marmonnais légèrement boudeuse « C’est tout vu, tu ne mourras pas... » Ce n’était qu’un marmonnement mais assez audible pour que ma blonde l’entende à la perfection. Je savais pertinemment que ce serait moi qui mourrait en premier, pas question de laisser Emy, Charlie, Matt ou Lily mourir avant moi - même Tobias et Kieran. Non, ils sont chers à mon coeur, je ne laisserai personne me les enlevé. Je la laissais commander, me muant dans un silence sans équivoque.

La mort. J’y repensais bien trop souvent à mon goût. Je n’avais pas peur. Enfin pas vrai, juste une légère appréhension, mais c’était mon destin pourtant celui que je cherche à changer depuis ce fameux jour. Je vais prouver à tous ces gens que même avec un handicap fulgurant on peut vivre longtemps et avoir une belle vie. Pour cela, il va me falloir faire un petit effort pour la question du sale caractère mais ce n’est qu’un détail. Les yeux dans les vague, je clignais des paupières, retournant la tête vers Lily, lui donnant « Hummm » avant de remettre vraiment dans la discussion ravie d’avoir une très bonne mémoire qui enregistrait tout. « On pourrait simplement éviter de se séparer. Ou alors, je pourrais t’attacher à moi avec une corde, je suis sûre que Matt doit en avoir une à quelque part. » ajoutais-je légèrement taquine, faisant tout pour qu’elle zappe qu’il y a deux secondes j’étais ailleurs.

lumos maxima
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Et lorsque tombe la nuit, ton coeur guide mes pas [Hailey]   Ven 19 Sep - 15:41

Hailey ∞ Lily
S’il y a une remarque à faire sur Hailey c’est les expressions qui parcourent son visage, elle est tout bonnement incapable de rester parfaitement immobile, peu importe à quoi elle pense, il y a toujours son visage qui la trahit. Le problème c’est qu’elle ne dit pas toujours à haute voix ce qui la fait se décomposer ou même sourire. S’y habituer a été très difficile, mais bon je ne suis pas assez désagréable pour lui faire la gueule parce qu’elle a ses secrets. J’ai le mien, seul Dante a eu le droit à ce passage. Ce n’est pas que je n’ai pas confiance en d’autres personnes, au contraire, je les aime trop pour que leur vision sur ma personne change. Je suis presque sûre que c’est exactement pareil pour Hailey, on se ressemble bien trop, deux têtes de mules qui sont toujours en conflits alors que nos intérêts sont les mêmes. Le seul détail, important comme détail tout de même, c’est juste qu’on ne peut pas demander à Hailey de tout m’avouer si de mon côté je garde le silence sur mon passé. Son secret doit être important mais je n’ai pas envie de la séquestrer, la torturer pour savoir une chose qu’elle refuse de me dire. C’est donc avec un grand contrôle de moi-même que je décidais de ne pas poser de questions sur l’air qu’elle s’efforçait de cacher de son mieux afin d’écouter ce qu’elle avait à me dire. Oui parfois il vaut mieux laisser parler les gens plutôt que de tout vouloir contrôler, tout connaître sur tout.

Je me pris un reproche, habituel celui-ci. Ce n’est pas ma faute si on est tombé sur un serveur coincé, je croisais les bras d’un air indigné tandis qu’elle pouffait de rire. Mes prouesses n’étaient pas si spectaculaire que cela, pour le coup c’était juste un préjugé sur les enfants d’Aphrodite, je savais parfaitement me tenir en public, contrairement à ce que j’avais dit, ce qu’elle confirmait. Non je n’aurais jamais fait l’amour en public à Matty, il y avait des lieux tellement plus insolite à visiter avec un gars pour que je fasse ça ici. Non et puis je n’aurais jamais trompé Matty même si Hailey avait été un gars. Je n’ai pas envie d’être avec quelqu’un d’autre même si je reconnais que pour toutes les fois où j’ai dormi contre Hailey, ce n’était pas désagréable, en même temps je dors n’importe où tant qu’il fait nuit noire, donc même contre la fille de Nyx tout se passe à la perfection. Même si souvent elle me vire un peu, soit disant que je suis collante dans un lit. Ce n’est pas de ma faute si j’aime me blottir contre les gens, je n’aime pas être seule.  Heureusement que Matty était moins chiant qu’Hailey sur ce point, même si Hailey n’a pas de moto qui passe avant moi. J’essayais d’avoir l’air un peu peinée, ou tout du moins d’être mal à l’aise tandis que je répondais.

« Oui Hailey, c’est dur d’apprendre à se tenir en public, tu sais je suis une pauvre petite fille d’Aphrodite qui saute sur tout ce qui bouge… Ah non pardon ça c’est ton ex pote… complètement barge soit dit en passant. »

Je manquais de m’étouffer lorsqu’elle osa prétendre que je faisais dans la violence. Moi je suis violente et il faut en parler à Matthew, n’importe quoi. Tout d’abord je doute que Matthew soit du côté d’Hailey, il ne dirait rien même si j’abimais mon amie indigne, tout d’abord parce qu’elle n’était même pas capable de me retrouver dans une grande ville, tu parles d’une amie, mais en plus parce que Matt ne voudrait pas qu’on se dispute pour une pseudo violence. Je n’eus pas le temps de répondre que son petit air boudeur revenait sur son visage tandis qu’elle râlait sur ma mort, je n’avais pas l’intention de mourir non plus, ça tombe bien qu’elle râle sur ce sujet. Mais bon, j’étais un peu moqueuse, comme toujours et je ne résistais pas au plaisir de me moquer d’elle, gentiment. Je levais les yeux au ciel avant de rétorquer joueuse.

« Matt m’idéalise, il trouvera un moyen de te faire comprendre que tu as tort, Hailey je suis parfaite, tout le monde le sait et personne ne te croira. Quant à ma mort, si je compte sur toi pour me protéger je crois que je suis mal barrée, on a mis une journée entière à se retrouver, et ce n’est pas grâce à toi. Heureusement que je me suis souvenue que ma pote Hailey était une alcoolique. »

A nouveau, je l’avais perdue. Je m’en rendis compte presque immédiatement. Je dardais un regard anxieux sur elle, qu’est-ce qu’elle avait ? Pourquoi me cacher quelque chose qui l’inquiétait. Elle répondait humm uniquement lorsqu’elle m’écoutait à moitié, pour ne pas vexer, je vous dit je la connais cette fille, j’étais incapable de la comprendre pour le coup mais je savais qu’elle n’était pas connectée sur moi. Bien sûr Hailey a une mémoire excellente, ce qui nous aide pas mal lorsqu’il faut retrouver notre chemin, elle se souvient de tout ce qu’on dit, tout ce qu’on fait. Ce qui est très chiant d’ailleurs lorsqu’on se dispute et qu’elle trouve des choses qui datent d’hyper longtemps, que moi j’ai complètement zappé, comme dirait les flics tout ce que vous direz sera retenu contre vous. Je manquais de m’étouffer lorsqu’elle revint dans la discussion en force, attendez elle comptait vraiment m’attacher avec une corde. Non même comme si cette idée n’était pas assez étrange, voilà qu’elle rajoutait qu’elle allait la demander à Matthew. Non mais je rêve ils allaient pas commencer à comploter contre moi pour m’attacher. Je lui décochai un sourire rempli de malice tandis que je posais ma main sur la sienne, la fixant dans les yeux tout en demandant profitant du fait qu’aucun serveur n’était dans le coin.

« Si c’est un de tes fantasmes que de m’attacher, sache que je ne le partage pas, que je hurlerais tellement à la mort que tu seras contrainte de me libérer avant que tu aies tous les flics de l’état sur le dos. Et tu demandes rien à Matty, ça lui donnerait des idées pour pas que je m’éloigne. Je me débrouille très bien seule. »

Oh oui Matty serait prêt à l’écouter et à m’attacher pour ne pas que je me mette en danger, je ne le comprends pas. Tous les demi-dieux se mettent en danger, c’est même la description première des demi-dieux, alors pourquoi ils pensaient que les monstres m’éviteraient de leur plein gré, c’était logique que je sois aussi en danger. Être en danger ne signifie pas mourir, donc ils n’avaient rien à craindre, Maelys me protégeait à la perfection. Non vraiment, être attaché ce n’était pas vraiment mon délire, en plus ça fait un peu sado maso, ce n’est pas mon truc du tout !
code by Silver Lungs
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Et lorsque tombe la nuit, ton coeur guide mes pas [Hailey]   Sam 20 Sep - 19:17



Je sentais que la soirée allait me plaire. Comment on soirée avec ma chère Lily ne pourrait pas me plaire d’ailleurs. Je riais déjà en voyant la tête du pauvre serveur. Ah ma Lily. Quand elle s’y met je vous assure que vous passez les meilleurs moments de votre vie. J’adore cette fille. Elle est géniale quand même, il n’y pas de doute. C’est tellement bon de la voir jouer de ses charmes même si parfois elle ne s’en rend pas compte, sûrement un truc de fille d’Aphrodite, je sais pas.

A vrai dire, je ne me suis jamais demandée si je dégageais quelque chose de spéciale en tant que fille de Nyx. C’est dur à dire. Peut-être que je plonge les gens dans une profonde déprime peut-être pas, en fait la conclusion est la même je m’en tape tant que je ne connais pas les gens, ce n’est pas exactement important. Ouais j’ai des définitions des mots différentes des autres gens - ceux qu’on qualifie de normaux, moi c’est l’inverse. Evidement je ne vous donne pas une pierre dans la main ou la pancarte pour dire moquez-vous de cette fille, elle n’a rien compris à la vie. Disons que vous risqueriez de perdre la votre en agissant aussi stupidement. Oui, parce que j’ai des couteaux voyez-vous et je lance plutôt bien disons que j’aime la chance et que grâce à elle, étrangement je choppe souvent un organe vital, amusant non ? Bon aussi, complètement flippant donc on va gentiment changer de sujet hein.

Je secouais la tête. « Je te signal que mes potes sont tes potes d’accord, alors ils sont complètement flippants pour toutes les deux. Et puis, une fille d’Aphrodite ne serait pas sensée draguer pour que le gentil servir là-bas nous serve tout gratuitement ? » lui demandais-je avec un petit sourire malin. Il faut dire que ça peut servir d’être hyper sexy comme ma chère Lily. Je ne me décris pas, bien que je ne me sois jamais pensé moche ou autre. Je suis peut-être quelconque ou alors une brunette ténébreuse et tout ça. En fait, ça aussi je m’en fiche tant qu’on me fout la paix et qu’on offre ce que je désire en soirée, ça me convient parfaitement. Je ricanais de bon coeur à ses prochaines paroles. C’est vrai que Matt - oh mon pauvre Matt - semblait complètement mordu et accroché à ma Lily, quelle drôle d’idée.

Non franchement, j’étais ravie qu’ils se soient trouvés tous les deux, bien que je ne pourrais jamais dire à voix haute qu’ils forment un couple mignon. Non, vous imaginez ce genre de parole sortir de ma cavité buccale, jamais. Hors de question. Hailey a une réputation à tenir, mes chers. « Premièrement, je ne suis pas alcoolo. J’ai juste jugée que c’était plus intelligent d’attendre à un point fixe au lieu de se courir après dans une ville très ... grande. Deuxio, ton mec est carrément à tes pieds ce qui n’est vraiment pas normal, enfin je ne m’immisce pas dans votre couple. Troisièmement, je ne veux même pas savoir ce que tu fais pour le tenir si bien en laisse. » agrémenter d’un petit clin d’oeil un peu coquin, bah autant s’amuser et puis avant elle ne s’était pas gênée pour me faire avoir certaines images dans la tête pas forcément très adéquate.

Puis un rire franc franchit mes lèvres, je mis quelques temps à m’en remettre me tapant royalement du regard du serveur qui revenait. Bah quoi ? Rire c’est interdit ? Quel andouille celui-là. « Je suis sûre et certaine que Matt n’a pas besoin de moi pour avoir ce genre d’idée. Il n’empêche que je préférais aussi te savoir à nos côtés plutôt que n’importe ou en vadrouille. » La fin de ma phrase était sérieuse, oui parce que Lily comptait beaucoup pour moi et que je n’avais pas envie de la perdre bêtement. « Je trouverai autre chose que la corde, ne t’en fais pas. » je lui murmurais ses mots comme une promesse, oui parce que dans le fond c’était une promesse. On touche pas à mon amie. Je retournais sa main, pour y glisser mes doigts avec un sourire franc. Je n’avais pas honte d’être en sa présence. Elle était mon amie, en qui je pouvais compter, et une fille qui comptait énormément à mes yeux. « Je crois que le serveur est déçu de ne plus avoir ton attention », lui dis-je à son oreille en riant un peu.
lumos maxima
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Et lorsque tombe la nuit, ton coeur guide mes pas [Hailey]   Mer 24 Sep - 15:57

Hailey ∞ Lily
Ne jamais sous-estimer Hailey, elle ne manquait jamais une occasion de me rappeler que nos vies sont bien trop semblables pour que ses amis ne fassent pas parties de mon cercle d’amis. En soit cela n’a rien d’étrange, nous vivons au même endroit, les gens que nous fréquentons l’une et l’autre finissent par faire partis de notre petit groupe. Cela n’est certainement pas dû à mon pouvoir de fille d’Aphrodite, je ne tisse pas de liens entre les gens. Nul besoins, mes amis sont déjà parfaits, ils ne peuvent que s’entendre, cependant je suis d’accord pour le coup surtout pour le mot flippant qui correspond à la perfection au trio Wyatt, John et Matthew. Ces trois-là ensemble sont véritablement flippants, en plus ils s’attirent toujours des tas de problèmes, pas un pour rattraper les deux autres, cela c’était déprimant. Ouai non mais les gars du groupe font vraiment flipper, à côté Emy et ses phrases sur Dumbledore, c’est tout simplement un modèle. Je lui tirais la langue lorsqu’elle prétendit, sale gosse et petite voleuse celle-là, han j’y crois pas. Ok j’avais eu le même genre de pensée quelques minutes avant mais ça change tout quand ça vient de ma meilleure amie. Non mais attendez, c’était censé être le modèle à suivre, bon peut-être pas… Il n’empêche qu’inciter les gens à utiliser leurs pouvoirs sur des serveurs un peu coincé, ce n’est pas bien. Néanmoins, je n’allais pas la laisser s’en tirer sans le moindre effort, je me penchais vers elle en chuchotant

« Qu’on soit bien clair, si j’utilise mon don et qu’il me saute dessus, tu interviens, je m’en fiche de la façon dont tu résous le problème mais il est hors de question que je trompe Matthew même par une étreinte parce que j’ai voulu qu’on nous paie un verre. Deal ? »

Et le pire ce n’était même pas d’avoir ce genre de pensée, plutôt que je voulais l’épater alors que mon don se foutait une fois sur deux de ma gueule en fonctionnant comme il voulait. M’en fous je suis tellement têtue que je vais prouver que je suis une vrai fille d’Aphrodite et que si j’ai décidé que monsieur coincé nous paiera les consommations, et bien il le fera.  Je lançais un regard faussement indignée à mon adorable fille de Nyx lorsqu’elle prétendit qu’elle n’était pas alcoolique, elle n’enjôlait pas les gens, elle serait bien incapable de me faire gober qu’elle buvait du jus de pomme depuis tout à l’heure. Non mais quelle mauvaise foi Hailey, bon sang on dirait moi ! Bon pour le coup c’est vrai que se courir après dans tout New York c’est stupide, je comprends qu’elle ait besoin d’oublier sa bêtise en buvant, de toute façon je la ramènerais dans son lit l’assommant avant d’arriver, sinon elle risquait de brailler des absurdités et Chiron nous chopperait et on allait devoir faire la vaisselle pendant un mois. Et on sait tous que les filles d’Aphrodite, enfin tout le monde même, n’aime pas faire la vaisselle et je risquais de noyer Hailey pour me venger. Je toussotais un peu lorsqu’elle lâcha que mon mec était à mes pieds, j’aurais bien voulu nier moi mais bon, elle ne m’aurait même pas crue. Je levais les yeux au ciel lorsqu’elle balança qu’elle ne s’immisçait pas dans mon couple, elle aurait voulue qu’elle n’aurait pas pu de toute façon, mon pauvre Matty, qu’est-ce qu’elle pensait de lui. Sa dernière phrase me fit carrément sourire, ah ouai on part sur ce terrain-là, d’un air de fille très sûre d’elle, alors qu’en vrai, je ne suis pas sûre que ce soit ça qui rythme ma vie de couple, je lâchais très fière de moi et assez fort, histoire de bien emmerder tout le monde à la ronde, les voir tous se dandiner gêner, Hailey la première.

« Le sexe, il n’y a que ça de vrai ma chère Hailey, le sexe partout, à toute heure voilà la façon de garder son copain. »

Et là le serveur me regardait, en plus Hailey rigolait, ce qui n’est pas du tout la meilleure façon de passer pour des sains d’esprits. Je regardais le verre qu’il tenait l’air de dire, et moi je n’ai même pas bu mon coco. Par contre, jamais je n’emmènerais Matthew ici ou alors que je me teindrais en brune juste avant, sinon mon pauvre copain, il n’allait pas comprendre le regard des serveurs qui semblaient vraiment gober toutes nos bêtises, attends ils étaient quand même vachement crédule là, ça se voyait qu’on n’était pas sérieuse. Surtout qu’Hailey en rajoutait à chaque fois une couche, déjà que le level est déjà bien haut, voilà qu’elle parlait de corde, d’idées que pourraient avoir Matthew pour m’attacher. Son passage sur ma vadrouille aurait presque pu passer inaperçu mais je savais que ça l’inquiétait sérieusement, non je l’inquiétais sérieusement, pas vraiment le fait que je vadrouille, c’était ma santé qui l’inquiétait. Je lui lançais un drôle de regard ayant pour but de la réconforter même si je savais que ça ne fonctionnerait jamais.

« Hailey à chaque fois que j’ai eu de gros problèmes, comme la dernière fois avec le griffon, Maelys est intervenue, tout le monde s’évertue à me protéger. Du coup je tiens à vous dire que si je meurs c’est parce que vous m’aurez tellement couvée que je ne serais plus capable de faire la part des choses. Vous me prenez tous pour une enfant. »

Les marques de tendresse d’Hailey sont à prendre très au sérieux, je savais qu’elle n’aimait pas être collée, que si elle acceptait sans broncher mes câlins, cela n’était pas au top 10 de ses cadeaux de noël. Du coup le fait qu’elle me prenne la main me fit sourire, pire que ça j’étais totalement attendrie, sans pour autant le montrer. J’espérais pourtant même si je crois que mon regard sur nos mains liées était assez éloquent. Je savais aussi que son dernier murmure était une promesse, quoi que je fasse, même si j’étais capable de détruire un titan – chose dont je suis incapable bien entendu-  elle me prendrait toujours pour une enfant et essaierait toujours de se placer devant moi, putain pourquoi cette imbécile de Morgane s’était cassée, il y a eu une espèce de transfert de protection, comme si j’en avais besoin moi. Le murmure d’Hailey me fit regarder notre pauvre serveur qui s’éloignait de nous. Les gens s’imaginent des choses il n’avait pas l’air déprimé, en fait j’en sais rien. Je marmonnais un peu inquiète.

« Tu crois vraiment que j’attire les garçons comme un aimant ? »


Oui ça m’intéressait de savoir sa pensée. Est-ce qu’elle disait ça uniquement pour me taquiner ou est-ce que les gars bavaient réellement sur ma personne. Non ça ne m’effrayait pas tant que ça, moi je sais où je vais et avec qui surtout. Il n’empêche que je n’avais pas vraiment l’impression d’être une fille intéressante physiquement, ils ne se tournaient quand même pas sur mon passage… j’en sais rien en fait je m’en tape tellement de ce qu’ils pensent que je n’y fais pas gaffe, d’où la présence d’Hailey, elle devait bien remarquer ce genre de chose, elle qui voit tout, qui sait tout. Putain que je l’aime cette fille
code by Silver Lungs
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Et lorsque tombe la nuit, ton coeur guide mes pas [Hailey]   Sam 4 Oct - 15:23



Je ne sais pas d’où me venait cette habitude de tout prendre à la légère ... peut-être de ma mort qui sait. Il n’empêche que parfois, j’avais bien l’impression de ne rien ressentir. Un manque d’émotions, sauf l’anxiété de la nuit que je n’osais avouer même si je me doutais que Charlie ou Lily l’aurait remarqué. Est-ce qu’elles se posaient des questions à ce sujet ? En tout cas, ni l’une ni l’autre ne m’en avaient fait part.

Disons que ce n’était pas le genre de la première et pour la fille d’Aphrodite peut-être craignait-elle de ne jamais avoir de réponse plus satisfaite que le mot basique qui sort souvent, j’ai nommé : insomnie. Dans le fond, ce ne serait pas un mensonge. Mais avouer que la nuit me fout la trouille, ça jamais. Pourtant c’est bien le cas. Je suis terrifiée à l’idée de retrouver perdue entre deux existences, impuissante et assaillie de mon petit passage furtif dans le monde des morts. Ce n’est pas une expérience qui va vous donner des frissons d’adrénaline et vous donnez envie de dire « encore ! » oh que non. Dans mon cas, ce serait plutôt « par pitié plus ça » et c’est vraiment lamentable d’avoir ce genre de pensées.

Je ne suis pourtant pas une fille qui baisse facilement les bras, en fait dans mon genre je suis carrément la patiente trop chiante qui n’attend plus qu’on lui retire tout ce qui l’empêche d’être libre. Qui râle sans cesse. Ouais, ça c’est moi. Je ne suis pas connue pour être la fille la plus cool du monde, ce serait un euphémisme. Je ne pouvais m’empêcher de river mes yeux ailleurs que sur Lily, ces dernières allusions me mettaient mal à l’aise - je ne suis pas la fille plus portée sur le sexe ça c’est sûr, même sur les garçons disons que je ne sais pas ressentir les émotions qu’elle peut avoir avec Matt. Enfin encore heureux que je n’en ai pas pour elle ou pour Matt - grand dieu... le beau bordel que ce serait ... personne n’a trouvé grâce à mes yeux.

Ce n’est que purement physique rien d’émotionnel dans mes relations. Pas sûre que j’en cherche. Je suis très bien comme ça avec Lily et Matt, Emy et tous les autres Grecs même John... pourtant ce mec c’est quoi son délire à chercher sa nana partout. C’est presque déprimant enfin chacun son truc. Je me laissais aller en arrière étirant mes longues jambes, les yeux dans le vague quand Lily me chuchotait ses paroles. Dressant un sourcil, un léger sourire me vint aux lèvres. « Genre je lui tranche la gorge avec mon couteau... ? » Je lui jetais un coup d’œil rapide avant de secouer la tête. « Je n’interviens pas dans les affaires de... s-e-x-e, ma chère. »Autrement dit j’ai beau adorer le petit couple qu’elle forme avec mon meilleur ami, pas question que je commence à faire la groupie en frappant tous ceux qui reluquent un peu trop mon amie, bien que... je suis pas vraiment fan des regards pervers appuyés sur son fessier heureusement à présent hors de porté.

Je fronçais les sourcils en l’entendant, détestant ce sujet. « Le sexe ou les sentiments ? », pour ma part je n’y connaissais rien en sentiment mais il était clair qu’une relation ne pouvait pas que se baser sur le fait de passer du bon temps dans un lit dès qu’il y a une dispute mais après tout, j’étais novice dans les affaires de couple. « Je ne peux pas croire que tu ne chuchote pas de mots doux à Matty.... » je tirais une grimace me redressant « Oh merde... j’y crois pas ... non pas ce genre d’images ! ». Franchement dégoutée de les imagines à poils se chuchoter des ... oh bordel. Je me frappais doucement le crâne en secouant la tête pour remettre mes pensées en place, fallait en plus que ma mémoire soit quasiment parfaite - bon dieu. « Lily, change de sujet par pitié. Je vais en cauchemarder. » Ce qui n’était pas faux mais pas exactement en imaginant Lily et Matty faire leurs petites affaires. La suite ne me plaisait pas plus de me rendre compte que mon amie ne pourrait pas survivre très longtemps toute seule. Il allait vraiment falloir que j’en touche un mot à Matt ou Quinn, c’en devenait déprimant de l’imaginer gisant par terre n’ayant que son charme pour survivre. Je n’aimais vraiment pas cette idée.

Levant mon bras, j’allais tâter avec un petit ricanement son bras. « Pourtant tu vois la petite bosse qui se contracte c’est du muscle, tu devrais t’en servir - tu peux certainement t’en servir. » déclarais-je laissant retomber ma main sur la table et la regardant avec sérieux. « T’as pas intérêt à crever, Lily. » J’ai besoin de ta tête blonde dans ma vie sérieux. Je m’enfonçais au possible sur le siège détestant ce que j’avais à lui dire. « Si les gens te protègent, c’est parce qu’ils t’aiment... moi aussi. » rajoutais-je rapidement surtout les derniers mots avant de regarder ailleurs. « Hum ? » Avant de la regarder comme si c’était l’évidence même. « Tu es Lily-Rose, fille d’Aphrodite et en plus de ta mère... faut bien avouer que tu as ce qu’il faut là ou il faut et t’es plutôt intelligente pour une blonde donc oui. » Je venais de débiter mes paroles facilement comme à mon habitude, parler n’était pas mon fort mais pour le coup répondre à des questions logiques, c’est cool.
lumos maxima
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Et lorsque tombe la nuit, ton coeur guide mes pas [Hailey]   Lun 6 Oct - 21:56

Hailey ∞ Lily
D’accord j’ai perturbé cette pauvre Haley avec mes propos sur les garcons. Je crois que je me suis liée d’amitié avec toutes les personnes au monde n’y connaissant absolument rien à l’amour. On s’y habitue me direz-vous ? Pas vraiment, par moment je me demandais comment elles faisaient pour ne pas regarder les garçons ou tout du moins ressentir ce genre de sentiments, c’est pourtant pas très difficile, il suffit de se concentrer un peu pour remarquer les garçons attirants, ou même les filles, peu importe je les aimerais quand même. J’avais surtout l’impression qu’elles seraient prises au pièges par leur âme sœur, ce serait certainement drôle à observer, mais autre chose à vivre. Quelle idée de ne pas s’entraîner avant. Je devais être plus mature qu’elles deux sur ce sujet. Non mais il faut voir la façon dont Hailey semblait réfléchir à chacun de mes propos sur les hommes, les sentiments. J’avais envie de lui dire qu’il faudrait peut-être qu’elle cesse de voir les hommes comme des babouins, certes la plupart le sont et ils sont incroyablement stupide mais peu importe puisque la perle rare, au moins à nos yeux, est différente et parfaite. Ou alors on pardonne beaucoup de chose par amour, j’ai pardonné à Matthew son problème avec les motos, oui excusez-moi de voir ça comme une tare, je ne trouve pas vraiment classe le fait de passer des heures entières dans la poussière. Avoir du cambouis sur les mains, j’ai beau trouver que Matthew est géniale, ça frisait l’obsession même si j’avais conscience qu’il faisait des efforts.

Je fis une grimace sans même avoir à me forcer, comment ça lui trancher la gorge. L’espace d’une seconde je cru même qu’elle parlait de Matthew, étrangement l’idée même qu’Hailey veuille du mal à Matty ne me plaisait pas guère. Mais en voyant qu’elle observait le serveur en souriant je compris. Non seulement elle blaguait mais en plus ça ne s’adressait pas à ce pauvre Matthew. Bon en même temps, Hailey n’était pas du genre à faire des attaques sournoises, j’étais sûre que ça ne lui viendrait même pas à l’idée, malgré toute sa réserve, cette fille est un trésor et rester en sa compagnie n’était jamais un problème. Je levais les yeux au ciel lorsqu’elle osa dire qu’elle n’intervenait pas dans les affaires de sexe. Je ne peux pas nier que c’était tout de même bien envoyé. Je l’observais attentivement cette fille de Nyx, j’avais bien envie de tester si elle disait ces paroles en l’air ou les pensait réellement. Cependant peu importe ce qu’elle ferait, si elle intervenait ça m’embêterait de l’avoir provoqué –et puis j’étais sûre qu’elle interviendrait- en revanche si elle ne bougeait pas –ce dont je doutais vraiment – je serais contrainte de m’en sortir seul et si j’en étais capable le mépris de mon amie me blesserait à vie. Feignant la stupeur et le dégoût je marmonnais d’une voix un peu sèche bien que mes yeux pétillaient de joie.

« Je trouve vraiment que j’ai des mauvais amis, tu vois c’est pour ça que je deviens pote avec les romains, ils ont des valeurs et protègent leurs A-M-I-S du viol, oui parce que désolé Hailey de t’apprendre brutalement les choses ma blanche colombe, mais quand la fille n’est pas consentante cela ne s’appelle plus du sexe mais un viol, tu vois la différence ? »


Et nous en étions malgré moi, je vous jure, revenu à la conversation qui visiblement perturbait beaucoup Hailey. Je jouais avec l’agitateur de mon verre pendant qu’elle parlait de ce qui semblait l’intéresser même si elle ne voulait pas l’avouer. Le bruit des glaçons m’apaisaient même si c’est vrai qu’elle soulevait le vrai point de l’histoire les sentiments. Effectivement cela me permettait de garder mon copain avec moi mais si je répondais cela, est ce que ça ne faisait pas fille qui enjôle son petit ami. J’aurais été fille d’Athéna ça serait passé directement mais les préjugés sur les filles d’Aphrodite sont trop présents pour que je dise oui. Si une des personnes les plus proches de Matthew pensait que je le manipulais, il douterait, il avait beau m’aimer il restait humain, tout comme moi et les doutes font partie de notre vie. Je restais donc silencieuse à ce sujet, détachant cependant mon regard avec étonnement lorsqu’elle parla de mots doux échangés avec Matthew. La simple énonciation du fait qu’elle nous imaginait me fit la regarder avec étonnement, mais le genre qu’est-ce qu’elle me raconte là. Comment ça des images, elle nous imaginait nu là ? Elle imaginait mon Matthew nu. Cette fille est à côté de la plaque c’est pas vrai, j’avais envie de lui coller une baffe pour que le neurone défectueux, là-bas, cesse d’enquiquiner ses petits camarades qui bossaient dur avant ça. Certainement qu’Hailey-perverse-comme-amie eut la même idée car elle se tapa la tête à petits coups. Je détournais légèrement la tête pour ne pas que tout le monde se fasse des idées comme quoi c’était mon don, il manquerait plus que ça. En plus voilà que je me faisais engueuler à devoir changer de sujet, ce n’est pas ma faute si à défaut de sa personne, son imagination était fertile. J’ai pas inculqué ce genre de savoir dans son cerveau, je ne veux pas être responsable de la dépravation mentale de cette fille.

Pour lui faire plaisir, vraiment et pour ne pas être tenu responsable devant les trois juges des morts, je comptais atteindre l’Elysée pour bonne conduite. Je changeais donc de sujet avec diplomatie tout de même. Je n’aurais pas dû, le rouge me vint aux joues à l’instant même où elle parla de mes talents plus que douteux en combat. Je ne savais pas trop si elle plaisantait ou non mais ça ne me faisait pas vraiment plaisir. J’esquissai un sourire pour la forme, croyez moi que ça ne me plaisait pas vraiment de me faire rabrouer de la sorte. Heureusement qu’elle rajouta tout de même des paroles un peu plus gentille. J’avais cependant l’impression, non loin de la vérité, que je lui arrachais les mots de la bouche. Je levais donc la main pour qu’elle arrête de s’exprimer puisque ça lui plaisait qu’à moitié.

« Hailey, tu sais, tu n’as pas besoin de le dire. Je suis au courant que tu m’apprécies, ça se voit à la façon dont tu comportes avec moi et je te connais, donc arrête de te faire du mal de cette façon. De toute façon, je tiens à la vie et je n’irais pas chez Hadès tout de suite. »


Le reste de ses paroles me plongea dans un profond mutisme. Putain c’est pas assez chiant d’être fille d’Aphrodite et de devoir supporter les rires moqueurs des gens débiles au fond, qui pensent que nous avons été livrés sans cerveau. Pauvres idiots, je deviendrais présidente des états unis et je leur prouverais à tous qu’il est peut être temps de réfléchir avant de se faire des idées sur les gens. Bon bien sûr, je gardais cette idée pour moi, l’ambition chez les demi-dieux ce n’est jamais bon. Il n’empêche qu’Hailey m’avoue ce qu’au fond de moi, j’avais toujours su. C’était déplaisant même si je ferais toujours de mon mieux pour m’élever au-dessus de ma condition de fille d’une déesse non guerrière et considérer comme une fouteuse de merde bien roulée, ce qui n’est pas faux et j’allais vite en faire les frais. Je resterais à tout jamais comme quelqu’un qui profite de ses formes et j’étais sûre qu’Hailey parlait de mon cerveau uniquement pour ne pas me déprimer. Je plissais les yeux vers mon verre le finissant d’un trait agacée et faisant signe à mon serveur favori, le coincé, de venir me voir. Tout en marmonnant.

« Génial, je ne vois pas vraiment comment ça pourrait être pire. »
code by Silver Lungs
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Et lorsque tombe la nuit, ton coeur guide mes pas [Hailey]   Dim 16 Nov - 14:14



J’aimais bien la présence de Lily. Il me semble avoir toujours aimé être proche de la petite blonde. Plutôt apaisante au moins avec elle, je n’avais pas besoin de me creuser la tête pour trouver quelque chose à dire. Elle comblait les vides de manière intéressante, pas pour dire des conneries sur conneries. Non j’aimais bien. J’avais besoin d’elle dans ma vie. C’était une partie importante de ma vie justement qu’elle s’arrête dans quatre, six mois ou une année ou bien plus. Je resterai toujours heureuse d’avoir pu la compter comme mon amie. Même si ce n’est pas demain la veille que je lui dirai tout ça, peut-être dans mon testament. Il faudra bien que je glisse son nom, celui de Matt,  Charlie... bordel trop compliqué finalement un testament. On va en rester là.

Même si parfois, je dois avouer que les conversations tournées sur ses relations sociales ou sentimentales me larguaient complètement mais bon, je faisais semblant de suivre et comprendre. Elle n’avait jamais eu besoin de moi pour résoudre ses problèmes. Certes ses cheveux sont blonds mais son cerveau fonctionne vraiment bien, je vous assure. Elle est parfaite ma Lily, que voulez-vous. La fille d’Aphrodite me faisait du bien aussi, ça me plaisait de l’avoir comme amie proche. Je ne cherchais pas à être quelqu’un d’autre en sa présence, je restais moi-même et ça passait très bien. Et si je devais la déprimer plusieurs fois, au moins elle n’en faisait pas vraiment cas. Une perle rare. Une partie de moi se plaisait à se dire que Lily serait toujours là pour moi. Dans un sens, ce serait sans doute moi qui lui ferait sans doute défaut.

Pour moi, Lily restait la fille loyale et clairement douée pour tout. Je penchai la tête vers le bar, scrutant les gens qui y passaient, jetant des regards mauvais au serveur avant de secouer la tête, un air légèrement sournois sur les traits. Ce mec, un crétin comme les autres qui se pensaient irrésistibles. Trop banal. Un abrutit comme un autre. Je regardai ensuite mon amie blonde. Comment pouvait-elle passer autant de temps avec Matt ? Bon ok, je reconnaissais que le garçon relevait le niveau de la gente masculine mais quand même. Je ne comprenais pas vraiment. Être seule sans attache, sans un con qui vous court après pour vous mettre dans son lit quand ça lui chante, non c’est bien sans aussi. J’avais tenté. J’avais été déçue, très déçue et pas seulement de la performance, le tout ne m’intéressait pas du tout.

J’en aurai presque pu en avoir des frissons désagréables, non là pour le coup, je ne comprenais pas mon amie. Je reportai mon attention sur notre conversation avec un léger sourire. « Les Romains balancent des cailloux sur les gens, c’est pas terrible quand même. » lâchai-je doucement, en repensant au drôle de mec - quand je vous disais que les mecs c’est du n’importe quoi hein. Je tournai mon regard, cherchant le sien avec simplicité comme une veille habitude, « C’est au mec de défendre l’honneur non ? Mais vu comment ils sont doués, le premier qui t’approcherait sans ton consentement aurait vraiment un couteau en plein cœur. » avant de hausser les épaules. Niveau physique c’est sûr que j’avais de grosses lacunes, mais je compensais grâce à mes couteaux et mon arbalète.

Je dressai un sourcil suite à son mouvement, la regardant fixement pour écouter ce qu’elle avait à dire. Levant les yeux au ciel, je détournai mon regard gênée, « Pour une fois que je m’exprime, tu pourrais éviter de me couper. Je compte bien éviter que tu rejoignes Hadès. » Pas Lily. Ce devait être la dernière personne à devoir mourir, à mériter de mourir. Pas elle. Pas tant que les gens qui l’aiment seraient vivant, même si je préférais la voir ayant confiance en ses capacités parce qu’elle semblait réellement penser être nulle. Je restai persuadée du contraire. S’il le fallait, elle se battrait. J’en étais certaine. En fait, j’avais trop confiance en elle pour me dire le contraire. Je comptais aussi sur elle. J’ai toujours eu besoin de cette fille, ça ne changera jamais. J’avais reporté mon attention sur le mur d’en face, j’apprécie toujours la déco quand j’entendis Lily marmonner.

Sans la regarder, je déclarai, « Tu sais que cette phrase, il ne faut jamais la prononcer ? » sur le ton de la conversation. Était-ce une légende urbaine ou alors était-ce réelle que dès qu’on disait quelque chose de genre un truc très moche et pas beau nous tombait sur la tête ? Dans notre cas, j’espérais que ce n’étais qu’une légende. Je posai mon regard sur le serveur qui était à notre table et lui redemandait deux verres, prenant de vitesse mon amie. Je suivais des yeux le regard qu’il lui lançait en soupirant, avant d’ajouter bien fort exprès, « Je déteste les mecs avec des piercings pas toi ? » Oui bon désolé mon gars mais ma copine est déjà prise. Retente ta chance sur une pauvre âme en peine tu auras peut-être de la chance. Le garçon dégagea rapidement et j’aurai juré qu’il avait rougit. Levant un sourcil, je trouvais cela intéressant, vraiment trop bizarre.

lumos maxima
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Et lorsque tombe la nuit, ton coeur guide mes pas [Hailey]   Jeu 11 Déc - 19:48

Hailey ∞ Lily
Serais ce une forme d’humour auquel se risquait Hailey. C’est qu’elle faisait des progrès la petite grecque. Bon le souci c’est que faire de l’humour ok, le réussir encore mieux mais de la contredire ma personne, quel manque total de savoir vivre. Surtout qu’elle avait légèrement raison sur le fait qu’il lapidait comme on dit beaucoup plus sauvagement. Mon côté civilisée me poussait à dire que Reyna devait être contre ce genre de pratique mais en même temps on parlait d’une société ultra conservatrice qui devait passer des épreuves pour rentrer dans les rangs. Société qui ne tolérait pas vraiment les écarts de conduite, faut malgré tout reconnaître qu’ils n’avaient aucun membre de la légion ayant rejoint les forces obscures de Dark Vador, ce qui n’était clairement pas le cas des grecs alors je dois reconnaître qu’il fut possible que même Reyna sur qui je n’avais que très peu de reproche à faire devait avoir sa part d’ombre. Je grimaçai sans savoir s’il fallait prendre la défense de nos alliés ou s’il fallait laisser couler. Puisqu’aucune des deux réponses ne me convenaient, je la charriais à mon tour avec toute la délicatesse, le savoir vivre et la bienséance dont j’étais capable.

« Heureusement pour toi que tu n’es pas romaine, tu ne m’as pas l’air capable d’obéir sans broncher aux ordres. Tu passeras ta vie aux latrines ma pauvre Hailey. »


Oh non parce que si le moindre centurion ou préteur osait envoyer MON Hailey là-bas, croyez moi que je ferais tout ce qui est en mon pouvoir pour devenir centurion et puis préteur quitte au passage à foutre les boules à l’augure. Est-ce qu’un grec bien discipliné peut devenir préteur ? Han si c’est le cas, rien que pour emmerder Octave je postule ! Ce n’était certainement pas possible et de toute façon, je n’allais pas laisser les grecs se débrouiller sans moi. Même si j’avais eu un peu de mal à trouver ce camp, c’était ma famille à moi et donc j’allais rester avec eux quoi qu’il arrive. De toute façon on s’entraiderait tous pour toujours, s’épaulant si le malheur venait à s’abattre sur l’un ou l’autre d’entre nous. D’ailleurs lorsqu’on y réfléchit, je n’étais pas vraiment la fille la plus virulente et la plus dangereuse. Bon même si je pouvais faire des dégâts, je pense pouvoir dire sans trop me tromper qu’Hailey est bien plus dangereuse que moi. Lui confier ma vie sur le champ de bataille ne serait clairement pas une perte de temps ni même quelque chose qui m’effrayait. Je lui lançai un regard noir pour la forme, histoire qu’elle ne pense pas un seul instant qu’elle était mon dieu vivant sur terre, même si je dois reconnaître que nous en étions pas loin. Elle était sérieuse, si le moindre mec me faisait du mal, il se retrouverait avec la fille la plus vengeresse de la galaxie sur le dos. Cela n’avait rien à voir avec son parent divin, c’était le caractère d’Hailey et c’était agréable d’être choyée par elle, surtout que j’étais privilégiée avec cette fille. Je n’étais pas aveugle et je voyais bien la façon dont elle se comportait avec les autres, avec moi c’était totalement différent. Elle n’était jamais dure, ses regards noirs à mon égard étaient inexistants. Non vraiment, j’avais à faire à une part d’Hailey que les autres ne pouvaient que soupçonner.

« Comment tu veux que Matthew puisse me défendre, t’es plus protectrice que lui à mon égard et j’en suis ravie, au moins je sais que tu seras là pour veiller sur ma sécurité. »


J’essayais au maximum d’éviter les mots doux avec elle, c’était une tête de mule et plutôt que d’avoir l’effet escompter, cela semblait la perturber. De toute façon, il fallait faire une étape par une étape. Non mais le pire c’est que même lorsque j’essayais de l’aider en lui disant que ses sentiments elle n’avait pas besoin de les révéler. Je ne voulais pas qu’elle s’écorche la bouche pour moi, je n’étais pas sadique. Voilà que je me faisais presque gronder, je la regardai feignant le désespoir envers sa dureté même si ça me faisait plutôt marrer de la voir ronchonner. Ah pas de doute c’est bien ma Hailey, on ne me l’a pas échangé celle-là. Je ne doutais pas un seul instant qu’elle puisse aller voir Hadès pour discuter de ma présence en ses lieux, nul doute qu’elle serait assez convaincante pour qu’il se sente obliger de me relâcher. La fille de Nyx était sidérante lorsqu’elle voulait quelque chose, j’avais hâte de la voir avec son copain même si d’une certaine manière je lui souhaite bien du courage à celui-là. Il va s’en mordre les doigts mais la morsure en vaut la peine, je ne doutais pas que mon trésor valait la peine qu’on se heurte à sa mauvaise humeur apparente. Par contre, voulant éviter qu’elle ne prenne des mauvaises habitudes avec moi, je lui balançais une phrase avec le genre de regard doux que je maitrisais à la perfection. Prends toi ça dans la tête ma râleuse, ça t’apprendra.

« Me râle pas dessus, garde ça pour les autres mon amour tu veux bien. »


De toute façon, nous avions déjà embrayé sur le sujet du pire. Elle était du genre superstitieux ? M’enfin  Hailey, il ne faut pas s’inquiéter, les mots n’ont aucun pouvoir sur les gens ce sont les actions qu’ils font et l’intonation. Mais il est certain en revanche que si l’on croie qu’il va nous arriver malheur, ce dernier frappera à la porte pour nous donner raison. C’est que le malheur est bien élevé faut pas croire. Il n’empêche que moi, ça ne m’effrayait pas du tout de dire cela, franchement, je ne voyais pas ce qui pouvait m’arriver de mauvais. Oh non mais de toute façon, il est évident que ça ne voulait rien dire. Du coup je la réprimandais juste avant que le serveur ne se pointe.

« Arrête d’être parano. »


Donc que dire du serveur, bon déjà je n’eus pas le droit de placer un mot que déjà Hailey commandait. Que voulez-vous, c’est mon mentor, mon amie, mon maître et mon emmerdeuse de copine qui ne me laissait même pas dire ce que je voulais. Ok, elle connaît mes goûts mais pour le principe je suis en colère. Le regard non pardon, les regards appuyés que me lançait le serveur m’énervait sans pour autant me mettre mal à l’aise. D’ailleurs, même Hailey qui n’était pourtant pas tellement observatrice intervint pour me filer un coup de main. Phrase à laquelle je répondis par une nonchalance exemplaire.

« J’aime pas les hommes tout court. »


Ok je grillais mes futures chances de me le faire mais vu que je n’en avais même pas l’intention, cela ne me posait aucun problème. En plus c’est tout rougissant, sans savoir laquelle de nos phrases l’avaient gênés, qu’il s’éloigna de nous rejoignant le bar pour faire nos verres. Est-ce qu’on allait finir bourrés et si c’était le cas, comment est-ce qu’on allait rentrer à la colonie, non parce que je n’ai pas de portable et il n’est pas vraiment recommandé de prendre un taxi la nuit. Après moi pour ce que j’en dis… Je pouvais tirer une balle dans la tête du mec, est ce que le bronze ça fait mal aux humains et d’abord si ce n’est pas le cas, comment expliquer qu’une balle tirée à bout portant esquive la personne. Genre elle s’évapore dans l’air, oulah tout cela devenait bien trop compliqué pour mon esprit.
code by Silver Lungs
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Et lorsque tombe la nuit, ton coeur guide mes pas [Hailey]   Dim 4 Jan - 19:24



Autant dire que d’essayer de se détendre un peu avec Lily c’est légèrement mission impossible surtout quand elle semble de si bonne humeur, sans doute le fait d’être loin de notre lieu de résidence actuel. ça ne pouvait que nous faire du bien de nous éloigner quelques si nous sommes capable de ne pas tomber sur un monstre particulièrement peu sympathique ou même un poil attirant. Oui, je sais, il ne manquerait plus que de baver sur les monstres un peu trop sexy.

D’ailleurs pourrait-on encore les appeler monstre ? Sûrement qu’il faudrait changer pas mal de vocabulaire pour les définir, ce qui serait dommage parce qu’il y en a que j’affectionne tout particulièrement mais je vais éviter de les citer ici. Fronçant les sourcils, décidément mon amie blonde s’était décidée à me taquiner tout à coup. Je secouai la tête avec un air légèrement dégouté. « J’ai beau ne pas tenter de tuer tous ce qui tentent d’une manière ou d’une autre d’attirer mon attention, ce n’est pas pour autant que je souhaiterais rejoindre ces... nos collègues. » Ahem bien Hailey tu t’améliores. Non parce que déjà le mec aux cailloux c’était déjà le grand final de mon histoire d’amour avec les Romains. Je les tolérerais tant qu’il le faudrait mais sans plus faut pas rêver.

Jugeant utile de la contredire sur le point que j’étais incapable de suivre les ordres ce qui est totalement faux suffit que l’ordre soit intelligent et que je ne déteste pas la personne - plus difficile ce point je l’accorde - et ouais je pourrais obéir sans faire trop d’histoires. Je ne suis pas débile non plus. « Je capable d’obtempérer à des ordres, ma chère, pas aux crétins certes mais quand même. » C’est important de préciser le petit côté avec lequel je parle des andouilles qui ne savent même pas lacer leurs sandales. C’est certain qu’il n’y pas tous les pensionnaires de la colonie qu’on se dit wouaaah ce gamin est le futur Percy Jackson. Sûr et heureusement que ce n’est pas le cas. On aurait beaucoup à perdre je vous le dis. Non pas que je n’aime le fils du poissonnier, il a été très utile mais il est très remuant aussi ce mec faut le dire. Bref, reportant mon attention sur me pote blonde, plissant un peu les yeux maudissant que l’andouille ne soit pas revenu avec nos verres. Je n’avais envie que de ça boire.

« Faut pas faire confiance aux gars. » Je lui jetai un coup d’oeil rapide, « Enfin vous deux ça doit être différent. Le couple de l’année ou des années. » je riais un peu sous mes paroles, parce que ouais Lily et Matt, c’était quand même le couple de la colonie depuis que... poisson et cerveau n’étaient plus là pour leur piquer la place. Du gâchis. Mais bon, toutes nos vies ne sont bonnes qu’à ça finalement alors j’étais très heureuse pour Lily d’avoir trouvé son homme. Elle vivrait au moins l’amour avant la fin. Bien que ce ne soit pas exactement dans mes plans de la laisser mourir comme ça. « A ton service, tu le sais. » oh j’avais beau avoir un coeur qui déconnait, j’étais capable d’être assez mortelle quand je le voulais, alors tuer pour défendre ça me semblait être une affaire réglée d’avance. Je lui fis un sourire un peu plus tendre que la moyenne avant de reprendre une expression plus ... Hailey quoi.

Ma mâchoire aurait pu se décrocher alors que je soufflais à Lily « Arrête ça... » je poursuivais mon échange de regards avec elle avant d’ajouter en ronchonnant « c’est vraiment pas drôle. » oh je détestais quand elle faisait ce genre de trucs avec son regard et tout ça, qu’est-ce qu’elle pouvait me mettre mal à l’aise. Mon amour. Et puis quoi encore. Qu’est-ce qu’elle avait encore comme idée la blondinette que je mette à genou et la demande en mariage pour que les verres arrivent plus vite ? Oh là non, on va laisser ça à Matthew. Grognant encore j’ajoutais avec une mine boudeuse « Je ne suis pas parano... »Je préfère juste voir toutes les options pour plus de sûreté c’est tout. Je pensais qu’on pourrait bien s’amuser à remballer le serveur mais finalement elle s’évertuait à chercher à me chambouler.

La bouche quelque peu ouverte je la regardais et lui attrapais le bras une fois le serveur repartit, « Hey mais ça va pas, il va encore croire qu’on est ... ensemble. » Oh bordel, manquerait plus que ça. Elle voulait ma peau, voilà le but de cette sortie. Vu sa tête d’ailleurs ça devait être ça, soit il était gêné de ressembler à un sapin de noël en fin de vie, soit c’était la phrase de Lily qui l’avait mis ko. Dans ce cas-là, ça allait être compliqué comme soirée. « J’y crois pas que tu l’aies dis ça. » Oui j’hallucinais et je m’impatientais de ne pas pouvoir me détendre avec un verre, non que dis-je une bouteille ce serait parfait. Oh ouais une bonne bouteille. Suivant des yeux le serveur, je disais à mon amie, « Heureusement que Matt n’est pas là. » Bon à savoir que je ne sais pas si le fils d’Héphaïstos se serait mis à frapper le pauvre garçon ou à démonter d’une manière pas du tout subtil que la blonde était à lui et à personne d’autre. Trop compliqué de comprendre un mec alors l’analyser non merci. Je la regardais du coin d’œil prête à la réprimander si elle se fichait encore de moi.

lumos maxima
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Et lorsque tombe la nuit, ton coeur guide mes pas [Hailey]   

Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Tatoue moi sur ton coeur [TERMINE]
» SEILA ✘ Si la nuit, ton coeur se voile, si tu cherches un soleil. C'est la deuxième petite étoile à droite au fond du ciel.
» Quand la nuit tombe [Privé Utopie]
» Douce pluie, tombe comme un rêve. Bruit de coeur en évaporation. [PV Fye-le-doudou]
» Solitude, amie de mes nuit, et tombe, tombe la pluie... [Privé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Heroes of Honor :: Les anciens RPs-