Bienvenue jeunes padawans. ♥️ Le forum est officiellement rouvert!
Soyez originaux, mes chéris. Priorisez les opposants et les sang mêlés qui ne descendent pas directement des Trois Grands. Nous nous donnons le droit de les refuser. Merci ♥️ Cliquez.
N'oubliez pas d'aller voter ici aux deux heures pour nous ramener pleins de nouveaux amis/ennemis. ღ

Partagez | 
 

 From Naples with hatred

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité
Invité

MessageSujet: From Naples with hatred   Mar 9 Sep - 13:10


Dante Vitale Villa
«  Le solitaire est un diminutif du sauvage, accepté par la civilisation.  »


NomVilla Prénom(s) Dante, Vitale Surnoms/ Date de naissance25 Aout 1992 Âge18 étés Lieu de naissanceNaples OrigineItalienne Années passé dans votre campTrois semaines seulement Statut social •  Célibataire Orientation sexuelle •  Hétérosexuel AvatarLiam Hemsworth CréditGoogle Images

Élément/ Parent divinAres Pouvoir (un seul)Berserker : Possède une force supérieure à la moyenne durant une certaine période. (Le joueur est épuisé après utilisation) Arme et objet magique (une arme et un objet ou deux armes)Une lance à la hampe souple, faite d'un bois dense, et à la pointe extrêmement acérée, et un bouclier rond en métal, tout simple. Camp choisiLes Grecs Rêve d'avenirAucun projets futurs
..IL ETAIT UNE FOIS..
..IL Y A BIEN LONGTEMPS.
.


Naples, Campanie, Italie – Troisième Trimestre 2010

Les vieux quartiers de Naples, résidence de Dante, étaient les mêmes. Jamais ils ne changeaient, ou ne changeraient. La drogue, la prostitution…la mafia bien sûr, qui contrôlait le trafic des ordures, faisant de la ville autrefois si belle une sorte de poubelle à ciel ouvert. Et dans une poubelle, il y’a des déchets. Ceux sur lesquels butait parfois le jeune homme, alors qu’il traversait la vieille ville en direction du centre, mais aussi les personnes qui peuplaient les environs. Brigands de toutes espèces, commettant des crimes allant du vol à main armée au trafic d’humains. Les gens, surtout les guides touristiques, disaient que Naples était une ville comme une autre. Ils ne connaissaient pas le mal de la ville. Donc si l’on ne traînait pas en bandes, souvent rattachées à des organisations criminelles, de près ou de loin, on était une proie de choix. C’était le cas de Dante, qui s’était toujours efforcé de se défendre correctement, parfois trop peut-être. Récemment encore, il avait fichu une dérouillée à un prétendu gangster, et voilà qu’un tas de ses larbins voulaient lui faire la peau. Étrangement, cet événement correspondait parfaitement avec l’apparition en Dante d’une envie précise. Quitter la ville, quitter l’Italie, quitter l’Europe, même. Il se sentait de plus en plus étranger chez lui. Sa seule famille, sa mère, Ornella, était en sécurité à l’hôpital. Un infarctus l’avait laissée pour morte, et elle vivait maintenant dans un état quasi végétatif à l’hopital, sous machine. Elle arrivait à articuler quelques mots, au prix d’un terrible effort…Et pourtant, dans cette condition terrible, elle avait accepté que son fils parte. Elle semblait avoir compris quelque chose qui échappait au jeune Dante, et celui-ci pensa immédiatement au déroulement anormal de sa vie. Son enfance sans père, dont il n'avait jamais rien su à part une histoire contée par sa mère, quand elle travaillait encore en tant qu'infirmière libérale. A la sortie d'une intervention de nuit, en urgence, elle s'était faite agresser. C'est à ce moment là que le père présumé de Dante serait apparu, comme dans les films, en sauvant sa mère. Dès cette rencontre, tout serait allé très vite ( trop vite selon certains ), et après quelques rendez-vous, un couple s'était formé, et encore quelques mois après, l'annonce d'un bébé à venir. Le prénom du père n'avait jamais été dévoilé à Dante " Pour que tu ne sois pas tenté de le rechercher " disait sa mère. Et dès le lendemain de la naissance de l'enfant... plus rien. En tout cas, c'est ce qu'avait raconté sa mère. La chose qui le tracassa le plus, après avoir pensé à son enfance, c'était le papier que sa mère lui avait donné, une simple feuille déchirée où était inscrite une adresse :

Camp de Sang-Mêlé, Colline de Sang-Mêlé, Farm Road 3.141 Long Island, New York 11954

Elle avait simplement dit que son père, il y a longtemps, lui avait donné cette adresse au cas où, pour qu'il ait un endroit où se réfugier, et elle jugeait que c'était le moment. Dante ne posa pas plus de questions, car il savait d'expérience que parler de son lâche de père avec sa mère ne faisait que la rendre triste. Et elle ne lui disait jamais rien de toute manière.

Retour à la réalité. Le sac de sport en cuir noir que portait le jeune homme sur son épaule commençait à peser, mais ce qui l’avait sorti de ses pensées, c’était l’endroit dans lequel il se trouvait. Un vieux club de boxe dont Dante faisait partie jusqu’à il y a quelques jours. De nature solitaire, le jeune Italien s’était pourtant bien intégré, avait trouvé la force de se contenir, d’avoir des valeurs nouvelles, d’apprendre et de respecter. De plus, le coach, au courant de la situation de la mère du garçon, lui avait prêté main forte, une aide financière légère mais bienvenue, et une oreille attentive, quand vivre seul devenait trop pesant pour le garçon. La salle marquait aussi la fin des mauvais quartiers, et était juste à cinq minutes d’un arrêt de bus qui le conduirait à l’Aéroport de Naples. Dès cet instant précis, le temps sembla s’accélérer, et Dante vécu le tout comme s’il son corps agissait tout seul. L’attente d’une navette, le trajet, lui qui demandait un billet pour Rome puis New-York à la guichetière, qu’il put payer grâce à des sous durement gagnés, lors de travaux pas forcément légaux. Le passage de la sécurité : il n’avait rien de dangereux bien sûr, uniquement un et ses papiers étaient en règles. L’embarquement ensuite, et le voyage jusqu’à Rome. Le ciel était extrêmement couvert, rare dans cette partie de l’Italie, et le temps se fit pire durant le vol jusqu’à New-York. De l’orage, du tonnerre, et des turbulences, beaucoup de turbulences. Et une sorte d’appréhension demeurait dans le cœur de Dante sans qu’il puisse l’expliquer ( plutôt sans qu'il puisse s'avouer qu'être enfermé a des milliers de mètres d'altitude, dans une boite en métal flanquée de deux réacteurs, et ben ça lui foutais les jetons ), et de nombreux souvenirs de son enfance solitaire revinrent dans sa tête : des attaques, espacées parfois de plusieurs semaines, parfois de plusieurs années, de personnages singuliers. Et il avait toujours eu de la chance, réussissant à s’échapper in extremis, ou frappant étonnement précisément. Cette soudaine envie de partir était-elle liée à l'hyperactivité dont le jeune homme était atteint depuis son plus jeune âge ? Il savait qu'elle était déjà la cause de sa dyslexie ( impossible pour lui de lire quoi que ce soit sans bugger une fois par phrase ), qui au passage lui avait causé bien des ennuis pour trouver les bonnes portes d'embarquement à l'aéroport. Quoi qu’il en soit, après plus de dix heures de vol, il atterrit. Les contrôles de sécurité se firent plus nombreux, et bien qu’il ait quitté l’école dès que possible, Dante avait de bonnes bases en anglais, de quoi se débrouiller. Il sentait qu’il approchait de sa destination, et en pensant que hier encore il était à Naples le rendait bizarre. Il était si rapidement parti, sans même dire au revoir à sa mère ( il était sûr qu’elle comprendrait )…

Il était maintenant à l’extérieur de l’aéroport, et une masse de véhicule circulait devant. Comme dans les films qu’il avait pu voir, il héla un taxi, et monta dedans, pressé. Un afro-américain, aux dreadlocks imposantes, se retourna vers lui :

« Où est-ce que je t’emmène, mon gars ? »

Dante n’y avait même pas réfléchi, mais les mots sortirent de sa bouche, par automatisme, avec un accent un peu trainant car il ne s’exprimait pas dans sa langue natale :

« J’aimerais aller à Long Island…Montauk. »

Hochant la tête avec un air détaché, le taxi commença le trajet, qui allait durer à peu près deux heures trente. De quoi laisser à Dante le temps de penser au passé, encore. Il ne s'était jamais senti à l'aise auprès des autres, et ressentait des choses que les autres ne sentaient ou comprenaient pas. Après s'être fait traiter de fou plusieurs fois, il avait laissé tomber, persuadé qu'il était juste un enfant à l'imagination fertile. Mais ces sensations l'avaient poursuivi durant son adolescence, et alors qu'il approchait l'âge de la majorité ( du moins en Europe ), elles étaient toujours présente. Elles se manifestaient de bien des façons, mais une manière récurrente était la soudaine impression d'un danger imminent. Et ça s'avérait vrai... certaines fois. Toutes les agressions dont il avait été victime, il était persuadé que c'était simplement les conséquences d'une vie dans les quartiers pourris d'une ville pourrie. Pourtant, il jurerait avoir vu des choses, chez ses agresseurs... Durant de courts instants, mais il était sûr de ne pas avoir rêvé : des griffes, des dents étrangement longues et acérées... A chaque fois, la situation avait été extrêmement tendue jusqu'à qu'il réussisse par miracle a s'enfuir dans les ruelles de Naples, ou... Ou parfois, étrangement, il avait l'impression d'avoir réussi a porter des coups dévastateurs sous l'effet de la panique. Pourquoi, alors qu'il n'était même pas adulte, avait il réussi a mettre au tapis des adversaires plus grands, et d'apparence adulte ? Le seul point commun entre toutes ces confrontations était la fatigue imposante qui les suivaient.

De nouveau, retour à la réalité brusque. Le coup de frein du chauffeur venait de sortir Dante des méandres de ses pensées, et il se rendit compte qu'il devrait payer. Sortant ses dernières économies, il les tendit au chauffeur qui les accepta après une brève hésitation. Bien entendu, de la monnaie Européenne, ICI, c'était particulier. Sortant de la voiture, comme dans un rêve ou son corps se déplaçait seul, il prit son sac en cuir qu'il remit sur son épaule, et commença à marcher. Assez longtemps pour que cette sensation d'errance se dissipe, et que Dante se retrouve seul, face à un porche entouré de torches, qui disait " Colonie des Sang-Mêlés ". Dante ne se rendit même pas compte qu'il avait lu ça sans difficultés, ni qu'un porche entouré de torches dans la nature, ça n'était pas normal du tout. Il le passa juste, et suivit le chemin qui continuait après l'arche.

3 semaine plus tard


Ah, il s'en était passé des choses. Accueilli sans trop de cérémonies, Dante avait eu une longue phase de déni. Pour lui, les demi-dieux, les dieux tout courts, les SATYRES NON PLUS ça n'existait pas. Il avait fallu qu'il se rende à l'évidence que c'était le cas quand il avait assisté à nombre de spectacles irréels. Apparemment, chaque pensionnaire de la colonie avait un parent divin, qui s'était manifesté à un moment ou un autre, ce qui les assignait alors à un bungalow. Sauf pour certains, Dante y compris. Son père, qui qu'il soit, et pour quelque raison, n'avait pas reconnu le jeune homme en tant que fils... inutile de dire qu'il vivait ça comme une déception. Bien entendu il avait reçu le soutien des résidents du bungalow d'Hermès, qu'ils soient ses fils ou des demi-dieu non reconnus. A force d'entrainement il avait même réussi à se rendre compte qu'il avait la faculté, au prix d'un immense effort et sous le coup d'une violente émotion, d'augmenter sa force à des niveaux incroyables. De quoi dormir quelques bonnes journées après. Quant aux autres... Ils étaient sympa, mais Dante était d'un naturel solitaire. Il préférait passer son temps libre dans son bungalow, a écouter de la musique, ou a explorer les environs.

Un dernier problème demeurait : les conflits récents. S'il avait bien compris, un camp de romains faisait une sorte de concurrence à la colonie des sangs-mêlés ( c'était bien la peine d'avoir fait tout ce voyage ). Cependant, au vu des récents événements, certains voyaient d'un bon oeil l'éventuelle formation d'une alliance entre les deux. Convaincu que ça ne fonctionnerais pas, Dante ne s'impliquait pas plus que ça dans les voyages des émissaires entre les deux camps. Quoi qu'il en soit, les temps à venir allaient être dur, et il serait peut-être bon qu'il s'ouvre à quelqu'un. Qu'il se fasse, peut-être, des amis. Il avait beau le vouloir, il savait au fond de lui qu'une bataille seul est plus laborieuse qu'à plusieurs, et d'après les explications qu'il avait reçu, les forces en jeu ne se laisseraient pas abattre par un demi-dieu non reconnu, aussi brave, habile de sa lance, et haineux soit-il.





Ton prénom ou surnomEnzo Ton âge 17 ans Que penses-tu du forum ?Il est sympa, et tout neuf ! Le code de la fiche est un peu embêtant par contre, à mon goût ça manque d’espace T'es arrivé là comment ?En visitant un topsite ! Code règlementAprès avoir galéré pour comprendre : Désir, Vanité, Volt Un dernier mot Jean-Pierre ?J’ai hâte de vous rejoindre parce que vous avez tous l’air super sympas !
CODES BY RAINBOWSMILE


Dernière édition par Dante V. Villa le Dim 14 Sep - 2:02, édité 8 fois
Invité
Invité

MessageSujet: Re: From Naples with hatred   Mer 10 Sep - 1:07

Coucou et bienvenue parmi nous Gale ange oui oui j'ai compris, je sors /pan/

Donc, c'est moi qui s'occupe de ta fiche mon tout petit

J'ai quelques petits points à revoir avec toi, mais ne t'en fais pas, je ne suis pas méchant, je ne mords pas et même je donne des cookies Surprised

Premier point: Donc, je dois t'avouer que bien que tu fais presque le double de lignes requises, ton histoire me semble courte. On ne sait pas grand chose sur Dante avant, on ne sait pas comment sa maman à rencontré Arès, ce qu'elle faisait, ce genre de chose. Tu ne nous parle pas du TDAH ni de la dyslexie, trouble de tout les demi-dieux. D'autant plus, on sait pas si ton perso sait qui il est, ni comment il est arrivé à la colonie. Enfin, tu vois un peu le genre. D'autant plus qu'étant un fils d'Arès, l'odeur qu'il a, l'odeur de demi-dieu, est passablement forte. Il devrait se faire remarquer par les monstres, d'autant plus que comme tu le sais, ils sont beaucoup plus présent en Europe. J'aimerais savoir comment Dante a fait pour s'en sortir. S'il avait ses armes à ce moment là? La colonie. Tout ça.

Sinon, ton style d'écriture est très bien. C'est très agréable, même plus que très

Je repasserais une fois que tout sera terminé. N'oublie pas le sujet pour indiquer que ta fiche est terminé ange Ma boite a mp t'es ouvert pour les questions en cas de soucis
Invité
Invité

MessageSujet: Re: From Naples with hatred   Mer 10 Sep - 11:25

hiiiiiiiiiiiiiii c'est mon tit frère *saute sur Dante pour caliinou*
Invité
Invité

MessageSujet: Re: From Naples with hatred   Jeu 11 Sep - 3:49

EDIT:

Je refais cette analyse de fiche parce que suite à une concertation du staff, nous avons trouvé certains points qui sont à corriger.

Premier point: Il manque de détails sur ta fiche. On ne sait pas vraiment de chose sur son enfance.

  • On ne sait pas qui est sa mère
  • On ne sait pas qui s'occupait de Dante alors sa mère était à l'hôpital
  • Pourquoi Dante décide de partir?
  • Ce n'est pas possible que Dante se dirige à la colonie comme ça, pas instinct. Il faut qu'il sache pour la colonie, soit parce qu'Arès aura dit à sa mère, lui en aurait parlé ou bien parce qu'un satyre est venu le chercher. Sinon, ça le fait pas.
  • Dante n'a pas de pouvoir de divination, donc comment il peut faire lorsqu'il ressent le danger?
  • Qu'est-ce qu'il se passe pour lui une fois qu'il est à la colonie?


Deuxième point:  Tu ne parles pas de l'intrigue, des guerres, de ce qu'il se passe autour de nous. Il faudrait que tu en parles.

Il s'agit des corrections que tu dois faire.

Le staff
Invité
Invité

MessageSujet: Re: From Naples with hatred   Dim 14 Sep - 2:03

Bump, j'ai tout modifié, j'espère que ça conviendra ! Sinon je modifierais encore :)
Invité
Invité

MessageSujet: Re: From Naples with hatred   Dim 14 Sep - 16:36





Ω Fiche Validée Ω


Félicitation, tu viens d'être validé avec les honneurs du jury. A présent tu peux venir faire la fiesta avec tous le monde.

Nous y sommes enfin Very Happy Beaucoup de correction certes, mais voilà, c'est fait, la validation est là. Comme je te l'ai déjà dit, tu rédiges très bien, c'est très agréable à lire. Je sais que tout ça a été long pour toi, mais comme on dit: La patience est toujours récompensé. Je te demanderais de remplir la partie " Dans ton sac" de ton profil pour tout ça Very Happy. Si tu as des questions, sache que le staff est là pour t'aider et ce en tout temps. Bon jeu parmi nous Very Happy

Cependant il y a quelques petits détails presque rien à régler, une formalité disons le:
Ici tu pourras réserver ton avatar, et oui ce serait bête qu'on te le pique.
Pour te faire des amis, des ennemis ou tout simplement avoir des liens c'est ici
Là c'est pour faire des rps avec tous pleins de monde
Et ici c'est pour que les admins t'aiment, pour que le forum t'aime et pour avoir pleins de nouveaux amis-ennemis

©️ code de night sky. gif de tumblr.
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: From Naples with hatred   

Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» SSC Naples
» SSC Naples
» zoom sur MURAT
» [Topic à supprimer SVP] Mes screens FSX
» Hatred VS attraction {FT cade}

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Heroes of Honor :: Les anciennes fiches de présentations-