Bienvenue jeunes padawans. ♥️ Le forum est officiellement rouvert!
Soyez originaux, mes chéris. Priorisez les opposants et les sang mêlés qui ne descendent pas directement des Trois Grands. Nous nous donnons le droit de les refuser. Merci ♥️ Cliquez.
N'oubliez pas d'aller voter ici aux deux heures pour nous ramener pleins de nouveaux amis/ennemis. ღ

Partagez | 
 

 Sweet dreams are made of this [Pv Asher]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité
Invité

MessageSujet: Sweet dreams are made of this [Pv Asher]   Dim 14 Sep - 22:58


Sweet dreams are made of this


Asher&Vasily ▽ Smooke&Beer; Sexe&Drog&Rock'nRoll  
Le sachet plastique dans ma poche bruissait à chacun de mes pas tandis que la nuit annonçait déjà une soirée géniale. J'avais tellement l'habitude des fêtes nocturnes que rien qu'à l'air de la soirée je pouvais prédire comment cette dernière allait finir. Un packs de bière dans une main et une bouteille de vodka dans l'autre, je m'avançais vers l'hôtel que j'avais réservé pour passer la soirée en compagnie d'un de mes potes. Mon problème de lieu se faisait tout simplement par ce que je ne pouvais pas me pointer au Qg des partisans comme si de rien n'était. Sa serait tellement cramé et je n'aurais plus qu'à m'enfuir de le colonie en prenant mes jambes à mon cou. Sauf que s'était pas mon genre et j'avais plutôt envie de continuer ce double jeu qui mettait ma vie constamment en danger. Cela me permettait de ressentir cette étrange pointe d'adrénaline que j'aimais tant. Une autre addiction que j'avais développée avec le temps. Oui, je ne m'étonnais plus de tout ce que je devenais dépendant. Que cela me détruise les poumons, me nique les dents et face de moi un phénomène de foire qu'est ce que cela pouvait bien me faire. J'aimais ce que j'étais devenue, j'aimais tout ce que cela me faisait. Et si, parfois, cela pouvait paraître complètement dingue tout cela me paraissait pourtant normal. Je m'approchais de ma destination lorsqu'un passant se mit à me dévisager avec insistance. Je redressais alors la tête lui adressant une sacré grimace qui le fit reculer un peu. Ouais mon vieux, ne vient pas me chercher des embrouilles, je n'étais pas du genre à ne pas répliquer et j'avais déjà tabasser des gens pour moins que ce que tu venais de faire. Une chance pour lui que j'avais déjà un truc de prévu qui m'intéressait assez. Je ne craignais rien à vrai dire, j'avais rarement peur en fait... J'arrivais à l'hôtel, passait à l’accueil pour récupérer les clés et montais dans la chambre. Se n'était pas le grand luxe mais, il y avait une télé, un bureau, un lit, en gros tout ce qui était nécessaire pour faire la fête. Il y avait même une salle de bain à peu prêt propre. Je m'installais sur le bureau et commençais à roulez les joints qui allaient nous permettre de nous défoncer complètement. Asher ne devrait plus tarder à arriver. En tout les cas, je n'allais pas l'attendre pour commencer à boire. Je sortis une première bouteille de bière et prit aussi une gorgée de Vodka. Oh yeah! Il ne manquait plus qu'à commander une ou deux pizzas et le tour serait jouer. Quelqu'un toqua à la porte alors que je finissais de faire mon cinquième joint. Je me levais pour ouvrir à mon blondinet favoris. Toujours aussi sexy d'ailleurs mais, je savais très bien que je ne l'intéressais pas.

-"ASHER! Purée mon vieux! Mon dieu le temps que sa fait qu'on ne s'est pas vue! Sa commençai à me manquer. Fumer tout seul cela manque franchement d'intérêt!"

Si j'aimais planer avec ce gars là, s'était tout simplement par ce qu'il savait partir loin, très loin et qu'on était sur d'atteindre la lune ensemble voir les confins de la voie lactée en gros! Lorsque je l'avais rencontré j'avais sue immédiatement que ce mec serait bien s'amuser. Et moi, je n'étais ami qu'avec des gens qui savaient s'amuser, qui savaient comment prendre les choses du bon côté. Je m'approchais du meuble et lui tendis une bière et de quoi commencer à s'enjailler. Je pris moi aussi ma fumette et l'allumait avec mon briquet que je posais sur un autre petit meuble qui devait servir de chevet ou de range-clé, enfin bref un truc pour poser des machins en somme. La première bouffée commença déjà à me faire me sentir plus relaxée.

-"Prêt pour voir le monde sous un autre angle? Moi, je crois bien que cela commence déjà!"

J'enlevais alors ma veste de cuir et ma casquette pour être plus confortable et me jetais sur le lit en regardant le plafond, prenant une seconde bouffée avec un plaisir non dissimulé. Et si mon esprit embrumé ne faisait que rendre le monde plus beau, je savais aussi qu'il n'allait pas tarder à avoir un impact sur mon imagination, qu'il lui ferait prendre un tournant encore plus fertile et divergent. Que des images incroyables prendraient place dans mon esprit sans jamais réellement s'effacer. L'habitude d'avoir des milliers d'addictions faisaient que je me souvenais quasiment de tout ce qui se passait lorsqu'en réalité je n'étais plus vraiment là. Il était vraie que cela avait parfois des conséquences un peu gênante mais, je n'étais pas du genre à m’embarrasser pour quoi que se soit.
(c) AMIANTE

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Sweet dreams are made of this [Pv Asher]   Lun 15 Sep - 23:10

i'm here for your entertainment. En voyant Asher, la tête haute, l’air fier, bien habillé, on pourrait croire malgré son sourire au coin présent assez souvent que c’était un garçon sage. Il était vrai qu’il avait l’air sérieux, et qu’il semblait savoir exactement où aller et quoi faire – ce qui n’était pas faux. Mais de là à ce qu’on le range du côté des sages ? Non. Les stéréotypes pareils étaient bien trompeurs, croyez-moi... Vasily, en revanche, quand on le voyait, les gens le mettaient directement dans la catégorie des débauchés. Et cette fois, ils ne se trompaient pas. Quoiqu’il en soit, les deux ensembles, Asher et Vasily, ça sonnait bien, ça allait bien. Oui, très franchement, ôtez votre air ébahi de votre visage, Asher considérait Vasily comme un pote. Un pote avec qui s’amuser, vous voyez le genre. Au moins, même s’ils ne se voyaient pas si souvent que cela, le partisan était certain de passer une bonne soirée en compagnie du tatoué.
Alors, lorsqu’il était revenu à New-York et avait croisé Vasily, Asher avait directement accepté sa proposition. Toi. Moi. Hôtel. Fête. Les teneurs de l’hôtel devaient sûrement se dire que le tatoué attendait une petite-amie ou une pute, au choix, mais non, ce n’était qu’un pote. Dommage, n’est-ce pas. Ou pas. Asher savait qu’il n’allait pas être déçu. De toute façon, il ne disait jamais – ou à moins d’avoir vraiment quelque chose d’important à faire – une partie de ce genre. Il aimait s’amuser, malgré les apparences… Tant qu’il n’en crevait pas, honnêtement, ça lui allait ! Et il n’y avait rien de tel que de planer… ça faisait disparaître toute nervosité, toute anxiété et surtout cette fichue hyperactivité qui faisait que vous ne teniez pas en place – le cas de tous les demi-dieux. Ça faisait rêver, aussi et, putain que ça faisait du bien. Surtout ça…
Au pire, comme on dit : on ne vit qu’une fois.

Plus ou moins à l’heure – Vasily n’allait pas râler sur ça quand même – Caem, de son deuxième prénom, rejoignit le lieu de la soirée improvisée, et dans un cercle intime plait-il – quoi, je ne vous ai pas dit qu’ils n’étaient que deux invités ? Le bonheur. Ils n’avaient pas besoin de se retrouver dans une party de centaines de personnes pour s’éclater, eux ! Quelques trucs pour se revigorer et s’envoler, leur présence, et le tour était joué ! C’était pour cette raison que le jeune homme appréciait beaucoup Vasily : parce que ce dernier ne se prenait pas la tête, parce qu’il avait toujours un bon plan et surtout de bonnes doses de paradis. Le seul problème, c’était qu’il était impatient… alors, comme il s’en était douté, lorsque Vasily vint ouvrir la porte à laquelle Asher venait de toquer, il était déjà à moitié stone. Cela fit sourire mesquinement le fils d’Héphaïstos, qui entra, pénétrant dans la chambre tout en répliquant au teneur de la soirée. « Ouais, j’étais pas trop à New-York ces derniers temps. Des trucs à régler à Boston. » Il haussa innocemment un sourcil, jetant sa veste sur une chaise et ne se priant pas pour prendre la bière et le joint que lui tendait son ami. Toujours un sourire au coin, il reprit. « Et c’est pas comme si t’étais toujours dispo non plus ! » Clin d’œil évidemment au statut d’espion de son cher pote de soirée, alors que celui-ci enchainait sur un « Prêt pour voir le monde sous un autre angle ? Moi, je crois bien que cela commence déjà ! » Asher eut un léger rire, se retenant de lui balancer un « Sans blagues ! » Plus poli que ça, il alluma tranquillement son joint avec un petit air décalé, sans jamais quitter Vasily du regard.

« Je remarque ça… Tu aurais pu m’attendre ! Je ne te manquais donc pas tant que ça non ? » Nouvelle pique, sans grand objectif. Il tira une fois sur le stick – comme disaient les américains purs, et soupira. « Va falloir que je te rattrape. »

Vasily semblait, en toute honnêteté, à peine l’écouter. Déjà. Tant pis. Le truc cool avec les joints, c’était qu’on pouvait y mettre tout et n’importe quoi. Même des mélanges de soft et de drogue dure, par exemple… quoiqu’avec l’alcool que Vas’ avait prévu, ça, ce serait risquer un peu sa vie. Débauché, mais prudent, tout de même ! Sinon, là, tout de suite, un joint, ça détendait. Ça relaxait. Avec l’alcool en plus – parce qu’Asher partit vite sur la vodka plutôt que les bières – les effets étaient bien plus précoces, et c’était le but. Vasily était déjà monté bien plus haut que lui, il devait le rattraper, ne pas se laisser distancer. Voyez ça comme une compétition, mais lorsqu’on partage un moment comme ça, c’était bien plus simple d’être sur la même longueur d’ondes. Sinon, il y avait conflits d’intérêts.
A force de consommer avec Vas’ le connaisseur, Asher savait plus ou moins ses propres limites – à nouveau par souci de rester en vie, n’est-ce pas. Mais ça allait… Franchement, ça allait très bien. Il pouvait monter vite, haut, et aller loin, voire très loin… Plusieurs joints, et il se sentit tout de suite bien mieux, plus calme, détendu, comme si on avait rempli sa tête et son corps de boules de coton. Ne plus penser à rien. Ne plus réfléchir. C’était le pied. Et paradoxalement, ces joints-ci permettaient d’être encore assez lucides pour tenir une conversation et ne pas l’oublier le lendemain… Enfin, ça, bien évidemment, c’était si on ne buvait pas en parallèle… ce qui n’était pas le cas des deux garçons. Mais personnellement, Caem s’en foutait royalement. Il voulait planer. Il planait. Point barre. Et avec Vas’, c’en était d’autant plus mieux !
Il le rejoignit finalement sur le lit, auparavant occupé à déambuler dans l’espace plutôt restreint de la chambre, s’allongeant tranquillement un joint entre les lèvres et sa précieuse bouteille dans une main. « Arrête. Même tout seul, j’suis sûr que tu prenais ton pied. » Il pencha légèrement la tête, le regard brillant. « T’as pas besoin de moi pour t’éclater, Vas’, uh ? » Vois ça comme un défi, Blàs !
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Sweet dreams are made of this [Pv Asher]   Sam 20 Sep - 13:24


Sweet dreams are made of this


Asher&Vasily ▽ Smooke&Beer; Sexe&Drog&Rock'nRoll  
Il y avait dans ma tête comme une sorte de sourire indicible. S'était comme se balader dans le ciel sans aucunes emprises, sans aucunes limites. L'infinie qui s'ouvrait sous mes pieds, me faisait valser comme un enfant aux prises avec ses songes jusqu'à ce que mon joint me brûle les doigts. Je venais de le finir sans m'en rendre compte. Sérieusement Vasily... Quand est-ce que tu allais apprendre à faire attention à tout ce que tu touchais? Enfin bref, je regardais d'un œil à moitié ouvert mon cher petit Asher commencer à essayer de me rattraper. Huuummm... il allait falloir qu'il fasse mieux que cela s'il voulait pouvoir espérer devenir aussi frappadingue que moi. Mais, j'appréciais les efforts du gamin. Ok, se n'était pas vraiment un gamin mais, j'avais le droit de rêver non? J'aimais bien me sentir un peu plus âgé mais, lui et moi, nous avions exactement le même âge. La bouteille de vodka dans ma main, je me redressais pour en prendre une grande gorgée et sortait un nouveau joint. En fait, j'étais sur de continuer sur cette lancée, de continuer à prendre mon pieds et malgré moi, cela me faisait penser des choses bizarres. Il y avait une chose que je devais vous avouer. J'aimais les hommes autant que les femmes alors disons que j'étais plutôt du genre à relooker ce qui était là devant moi. Je ne me sentais pas gêner de le faire et ceux qui me connaissaient bien s'étaient accoutumer à mes petits regards en coin, à mes petits sourires appréciateurs. Mais, je n'étais pas du genre à m'imposer là où je n'étais pas inviter. Cela ne m'empêchait pas de draguer à mort dès que quelqu'un me plaisait. Je ne l'avais jamais fait à Asher, pourquoi? Je n'en savais rien mais, je devais avouer que se soir, je n'étais pas vraiment en état de contrôler mes propres habitudes. Désolé mon petit blond mais se soir, je risquais d'être un peu lourd. Je détaillais son corps allonger et si je n'avais pas eut mon deuxième joint à la bouche, je me serais pourlécher les lèvres comme un enfant devant une glace au chocolat ou des marshmallows fondus au feu de camps. D'ailleurs je n'en avais jamais manger. Quel goût pouvait avoir ce truc qui ressemblait à un morceau de plastique fondu? Ouais, je m'en posais de drôle de questions et parfois même un peu trop. En entendant la remarque de mon ami, sur le fait que je pouvais m'éclater sans lui, j'eus un bref éclat de rire. Ce que je faisais pour m'éclater quand il n'était pas là n'avait rien à voir avec la décrépitude délassante de cet instant. Je me redressais, prenant appuis sur mes coudes et le fixait avec un petit sourire mesquin:

-"Mon vieux, on arrive pas à se voir assez souvent pour que je ne fasse pas la fête quand tu n'es pas là! Après tout, sans ça, je deviendrais complètement givré entouré par ces bouffons tous sourires! Mais, sache le, il n'y a qu'avec toi que je fume ce genre de truc. Ne soit pas jaloux Asher voyons!"

Je me moquais de lui, je le taquinais par ce que je savais que cela allait provoquer une réaction intéressante. Ce que je savais aussi s'était que ce mec était un vrai canon. J'étais d'humeur joueuse, intéressée aussi. A vrai dire, une chose était sur le peu de raison que j'avais s'était envolée lorsque j'avais tirer la première latte de ces petits chef d’œuvres. Mais, je n'étais pas du genre à me soucier de ces états d'âmes là, ni même de regretter ce que je faisais. Je posais ma bouteille sur le sol, dans un soucis de précaution. Alors, je me jetais sur lui pour commencer à la chatouiller, ne m'expliquez pas la raison de ce comportement, je n'avais pas envie de le savoir et de toutes les manières il n'y avait pas de petit docteur Freud avec nous dans cette pièce. Et dans ce méli-mélo qui suivit mon attaque surprise, tandis qu'il essayait de se défendre, je grimpais à califourchon sur son ventre pour avoir une meilleure prise. J'étais hilare, mon visage tatouer faisant que les dessins de dents tout comme les vraies s'étiraient jusqu'à mes oreilles. Je me penchais vers son oreille, mes mains toujours entrain de le soumettre à cette délicate torture:

-"Et puis on est ici pour s'amuser pas pour savoir comment l'un comme l'autre on passe le reste de notre vie non?"

Le joint que j'avais commencer à fumer était toujours dans ma bouche et je lui soufflais alors la fumée dans la figure avec un grand sourire satisfait. J'attrapais sa bouteille qui heureusement pour moi n'était pas finit et en bu une grande gorgée avant de lui rendre. Je n'avais pas bouger toujours assis à califourchon sur lui. S'était plutôt confortable à vrai dire et je ne comptais pas le laisser partir de si tôt. Lui faisant un clin d’œil j'ajoutais:

-"Alors mon vieux, on est incapable de résister à mes attaques! Mais quel entraînement est-ce qu'on te fait faire chez les partisans?"

Provocation, toujours. Pourquoi? Pour qu'il se batte et que nous soyons encore en contact physique. S'était bête et j'étais stupidement guider par certains instincts mais... Je n'étais même pas sur de m'en rendre compte à ce moment là. Je n'étais plus que dans une optique de prédateur qui voulait ferrer sa proie. Sauf que Asher n'était pas une proie, il était mon ami. Est-ce que j'en étais vraiment sur?

(c) AMIANTE

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Sweet dreams are made of this [Pv Asher]   Dim 21 Sep - 22:20

sweet dreams are made of this ; who am i to disagree ? Question défonce, il était tout à fait certain que Vasily avait une bien plus grande expérience que lui. Ça, il ne pouvait le nier de quelque façon. Son pote était effectivement du genre… accro. Asher était même presque certain que si Vas’ pouvait ne faire que fumer et boire à longueur de journée, il le ferait. D’ailleurs, n’était-ce pas ce qu’il faisait le plus en vingt-quatre heures ? Il était assez curieux de savoir, en fait… Outre ses activités de débauche et d’espionnage, que faisait Vas’ de sa vie ? Bonne question. Personnellement, les addictions, ce n’était pas son truc. Du moins, fumer, boire, s’éclater de temps en temps, c’était le pied – littéralement – mais de façon régulière, non, pas vraiment. Cela ne concernait pas uniquement les joints et autres, mais aussi l’alcool. A vrai dire, Ash ne sortait que lorsqu’on lui proposait – bien évidemment, parfois, c’était lui qui allait vers son cercle de potes pour les amener en soirée. Même si avec Vas’, il ne pouvait pas refuser.
L’avantage toutefois, c’était que même si Vas’ était déjà beaucoup plus loin que lui, Ash n’avait pas peur de le rattraper. Prudent, certes, mais il voulait planer. Et il savait qu’il n’en était pas encore à ce niveau à cent pour cent, contrairement à son ami qui était déjà monté plutôt haut. Alors, ouais, le défi était de taille, n’est-ce pas, et il tira sur son joint une fois de plus, histoire de le terminer. Lorsqu’il rouvrit les yeux, ayant savouré son petit moment, il constata que son ami le dévisageait avec ce qui semblait être de l’appétit.
Soyons clairs. Concrètement, Asher n’était jamais allé loin avec un homme… sauf avec Vasily. Le déclic, qu’est-ce qu’on en savait. Fallait dire qu’être shooté, ça aidait, ça rendait tout tellement flou, brumeux, léger comme du coton, comme si on vivait sur un petit nuage. Et puis, au final, tout était une question d’attirances. Avant Vasily, bien que d’une nature provocateur, Asher s’était toujours tourné vers les femmes. Comme quoi, la roue pouvait toujours tourner, et en découvrir sur soi-même pouvait arriver tous les jours.
La façon donc dont Vas’ le regardait ne l’étonnait pas, et il eut même envie d’en jouer, mais s’en abstint, encore trop conscient sans doute. Ou pas assez. Putain, il ne savait plus trop. Il sut juste qu’il haussa un sourcil face au commentaire, ou plutôt à la réplique de son pote. Merde, s’il allait sur ce terrain-là lui aussi, ils n’étaient pas sauvés. Asher se prit volontiers au jeu et répondit calmement, fixant son interlocuteur. « Je suis jaloux. » Puis il prit une gorgée de vodka.
Ou du moins, il voulut prendre une gorgée de vodka, mais eut juste le temps de redresser la bouteille avant d’en renverser son contenu au sol puisque Vasily venait littéralement de se jeter sur lui… en le chatouillant ! En le chatouillant, ouais, bordel ! Pas qu’il était quelqu’un de foncièrement sensible physiquement, il n’était pas chatouilleux d’ailleurs, MAIS lorsqu’un mec se jette sur toi en te torturant comme ça, t’es OBLIGÉ de partir dans un fou rire malgré toi. Même le plus froid des gorilles éclaterait de rire, aucun doute là-dessus. Asher eut le réflexe premier de rire, et ensuite de se rendre compte qu’on le chatouillait et, pire encore, qu’on l’avait pris au piège, alors il tenta ensuite de se défendre. Ouais, bon, pas très pratique lorsque votre assaillant vint carrément s’asseoir à califourchon sur vous… Et en riant comme un idiot, en insultant Vasily de tous les noms, c’en était d’autant moins facile. Sérieusement. Pris au piège par des CHATOUILLES. C’était ridicule, mais honnêtement il n’en avait rien à faire, assez loin de la réalité pour y songer à peine. Rien là ne le dérangeait, outre le fait qu’il était mort de rire en essayant de se débarrasser de son pote, et qu’il devait faire attention à ne pas trop pencher sa bouteille de vodka qui n’était pas vide – ce serait du gâchis, franchement !
Il n’empêche que Vas’ était maintenant super proche, et que ce n’était pas un bon point pour se concentrer, ça. Parce que le bougre s’était penché au-dessus de lui… Genre c’était déjà pas assez qu’il l’écrase en le chatouillant, non, bien sûr ! Asher eut un petit sourire au coin toutefois. Oui, certes, ils s’en fichaient de comment ils passaient le reste de leur vie. Tout ce qui comptait, c’était le moment présent… Et avec les effluves d’alcool et de drogue, ce n’était même plus sûr qu’ils pensent encore à quoi que ce soit. Ash, en tout cas, ne pensait plus à rien, outre l’envie de s’amuser, de jouer. Mais Vasily aussi en avait envie, visiblement, car le fils d’Enyo ne trouva rien de mieux à faire que de lui souffler la fumée de son joint dans la figure, avec un air très fier de lui, pour ensuite lui voler sa bouteille de vodka. Asher aspira sans se poser de questions la fumée, avant de récupérer sa bouteille, non pas en la prenant lui-même : Vas’ lui rendit, tout bêtement…
… pour encore le provoquer ! Si Ash avait été si silencieux jusqu’ici, c’était simplement pour mieux profiter des effets de chaque joint, chaque gorgée de vodka… Et pour mieux réagir face à Vasily. Merde, il ne pouvait pas se laisser rétamer comme ça ! Souriant, faisant abstraction des chatouilles, il attrapa son pote par le col de son t-shirt et se redressa, se rapprochant forcément de lui et se retrouvant plus ou moins en position assise, avec son éternel air espiègle. Ah ? Tu veux jouer, Vas’ ? T’es sûr ? Il se rapprocha encore, plissant légèrement les yeux pour les darder dans ceux de son compatriote. « En fait j’ai mon entraînement personnel, tu vois. » Hé, sérieux, qu’est-ce qui l’empêchait d’embrasser chacun de ces tatouages ?? Le jeu. La provocation. Il voulait provoquer Vas’, l’allumer. En restant à cette distance, par exemple… Et en prenant la fumée du joint de son ami entre ses lèvres, avec un air faussement innocent. Et en gardant cette proximité, aussi. Et toi, Vas’, t’es capable de résister ? … Parce que moi pas.
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Sweet dreams are made of this [Pv Asher]   Jeu 25 Sep - 19:46


Sweet dreams are made of this


Asher&Vasily ▽ Smooke&Beer; Sexe&Drog&Rock'nRoll  
Vous connaissez l'histoire d'Adam et Ève? Moi, je comprenais mieux le dilemme d’Ève quand le serpent était venu lui murmurer ses paroles venimeuses à l'oreilles. Mon soucis s'était que les paroles venimeuses étaient les actions même de la pomme dans laquelle je devais croquer, enfin dans la pomme à laquelle je tentais de résister. Un entraînement spécial hein? J'étais sur que ce que j'avais envie de te faire serait le meilleur entraînement de toute ta vie mon pote. Mais, est-ce que je pouvais me permettre d'avoir de telles pensées mesquine là maintenant. Je me sentais presque jaloux de ce qu'il venait de dire, signe que j'étais vraiment partit très loin. Peut-être que je n'aurais pas du dépasser les doses prescrites par le médecin. Je fixais son visage comme si je me demandais quelle partie j'allais manger en premier. Je n'étais plus qu'à moitié conscient de propre corps, il n'était plus qu'une vaporeuses sensation ponctués d'une chaleur incandescente aux endroits où mon corps touchait le sien. Je savais que si jamais nous continuions dans cette voie, ce brouillard se dissiperait et deviendrait un véritable incendie. Comment je pouvais savoir cela? A votre avis, vous croyez que c'est la première fois de ma vie que je suis sous substances avec une personne qui m'attirait incroyablement? Disons simplement que ma dernière et seul fois dans ce genre de conditions avait été avec une totale étrangère. Nous étions simplement défoncés et excités, deux paramètres qui avaient engendré un certains résultats. Pas de regrets, pas d'arrière pensées, juste du plaisir aussi purement et simplement que possible. Ses lèvres qui aspiraient la fumée de mon joint semblaient délicieuses et la bouteille d'alcool qui aurait pu détourner mon attention d'elles était trop loin pour que je l'attrape. J'aurais pu tâter dans le vide pour en être sur et certains mais, je n'étais pas vraiment sur de vouloir de partir de là où j'étais, à califourchon sur lui, nos visages si proches l'un de l'autre. Je sentais son parfum par dessous l'odeur persistante de weed, une odeur qui ne faisait qu'accentuer mes envies sauvages. J'étais comme un fauve affamé à l'intérieur de ma tête et quand je lui murmurais d'une voix rauque, s'était à peine si je pouvais me contenir.

-"Ouvre la bouche, tu recevras un peu plus de fumée!"

Ma main vint saisir le joint de ma bouche et j'approchais ma bouche de la sienne expirant la fumée en sa direction, qu'il puisse la saisir et en profiter à son tour. S'était un jeu, mais je n'étais pas douer dans les jeux, pas assez patient m'avait-on souvent dit. J'étais d'accord avec cela. Tellement d'accord. J'envoyais valser mon mégot entièrement consumé par cette dernière taf loin derrière moi tandis qu'une de mes mains se saisissait de sa chemise comme pour éviter qu'il ne retombe en arrière et que je me redressais légèrement pour éviter que tout mon poids ne pèse sur lui trop longtemps. Faut dire que je n'étais pas vraiment du type léger, plutôt musclé. Je fixais ses yeux un instant avant de me dire que je faisais des efforts inutiles pour reculer un inévitable pour lequel nous étions tous les deux d'accord. Je tirais sur son haut pour qu'il se redresse jusqu'à moi alors que mes lèvres se posaient sur les siennes, brutales, désireuses, presque cruelles en un certains sens. Je tentais de garder l'équilibre pendant que je lui offrais un baiser enflammé dont l'ardeur était accentuée par l'alcool et les drogues précédemment consommées. Je relâchais sa bouche presque à contrecœur et glissais la mienne jusqu'à son oreille:

-"Dit moi, parle moi de cet entraînement qui a l'air si... intéressant!"

Pourquoi murmurer alors que nous étions seul? Je crois qu'il n'y avait pas vraiment de logique particulière et j'en étais encore plus d'accord que je n'avais pas envie de me poser de question, déposant une ligne de baisers dans son cou me maintenant à moitié surélever dans un équilibre si précaire qu'il aurait été très facile de me faire tomber en cet instant sans que je ne puisse rien y faire. J'avais craquer, je n'avais pas su résister à l'appel de la chair fraîche de cet enfoiré sexy. Asher, tu as gagné j'avais craqué!
(c) AMIANTE

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Sweet dreams are made of this [Pv Asher]   Sam 27 Sep - 21:21

some of them want to use you. some of them want to get used by you. Le principal but d’Asher en ce moment-même était d’être le plus fort… En d’autres termes, il voulait faire craquer Vasily, si possible avant de craquer lui-même. Le faire tourner en bourrique. Le pousser à bout. C’était franchement tout ce qu’il voulait, en plus de Vas’ lui-même. Oui parce qu’il ne pouvait pas le nier, hein, il n’allait pas planter son pote quand même – ce serait salaud. Et débile. Et totalement incompréhensible, surtout. Dans d’autres circonstances, il aurait pu – parce que oui, absolument tous les moyens étaient bons pour parvenir à ses fins, même le fait d’allumer quelqu’un… mais pas là. Il s’agissait peut-être d’un jeu, mais pas d’une manipulation. Mine de rien, il avait du respect pour son compatriote. Ou peut-être était-ce parce qu’il avait, à moindre échelle que Vasily certes, l’esprit embrumé. Bref, il n’en savait rien, de tout ça, et il s’en fichait pas mal. Ce qui comptait, c’était l’instant présent, là, tout de suite. Vas’ qui le dévorait des yeux, littéralement. Ou la fumée d’un joint passant d’une bouche à l’autre. Ou l’atmosphère devenue soudain étouffante, électrique, presqu’irrespirable. On n’a pas besoin d’eau pour se noyer, vous savez. Et on n’a pas besoin de l’enfer pour se damner.
Ash n’aurait su dire pourquoi Vasily et pas un autre, pourquoi il lui plaisait assez pour s’imaginer à l’embrasser, pourquoi cette attirance. Parce que ce n’était pas uniquement à cause des drogues et de l’alcool, forcément ! Ces substances y jouaient peut-être un peu, mais pas totalement… Peut-être était-ce les tatouages. Après tout, le fils d’Enyo était une œuvre d’art sur jambes, et Ash aimait un tant soit peu les belles choses. Mais à nouveau, pourquoi se poser ces questions ? Ça ne l’avancerait à rien… Ni lui, ni Vas’.
Malgré leur proximité déjà quasi-parfaite, Asher ne s’était attendu qu’à moitié à ce que Vas’ attrape sa chemise pour le redresser encore un peu plus contre lui. Cette fois, c’était impossible de faire marche arrière. Et, en toute honnêteté, il n’en avait aucune envie. Il s’y attendait. Il s’attendait à tout. Et, en même temps, il y avait cette excitation de déjà savoir, et de patienter. Mais Ash savait d’ores et déjà qu’il avait gagné, et les lèvres du beau tatoué s’écrasant brusquement sur les siennes ne fit que le prouver. Le blond n’eut qu’un grognement, une légère résistance avant de le laisser faire, de répondre même, cherchant à s’imposer face à la bouche inquisitrice, brûlante, violente, de son compagnon de débauche…
Lorsqu’on atteint son but, normalement, on s’arrête, on se pose, on se dit qu’on l’a eu, que c’est tout, que c’est fait. On passe à autre chose. Là, Ash voulait aller plus loin, ne pas en rester là. Et c’était tellement drôle de provoquer Vas’, en plus !
Avant cela toutefois, il laissa les lèvres de ce dernier remonter jusqu’à son oreille pour lui murmurer de lui parler de cet entraînement. Un sourire revint se glisser au coin de sa bouche, et il profita que Vasily soit en équilibre précaire pour le repousser en arrière et se retrouver au-dessus de lui, par pure espièglerie. Par pure envie, aussi, puisqu’il ne réfléchissait plus. Poussant le vice un peu plus loin, il se redressa, déboutonna lentement chaque bouton et se débarrassa lui-même de sa chemise blanche, la jetant par terre comme Vasily l’avait fait plus tôt avec son mégot terminé. Parce que c’était fun… et que, comme ça, il gagnait du temps ou, au contraire, il faisait avec angélisme s’impatienter son compatriote. Se repenchant vers son visage, il effleura ses lèvres dans un geste bref, voulu, calculé, et murmura à son tour doucement.

« Oh, tu sais, je ne pense pas que je saurai en parler avec des mots. »

Puis il eut l’air de réfléchir quelques secondes, et revint effleurer ses lèvres une seconde fois. Puis sa mâchoire, suivant le tatouage le long de la joue de Vas’. Il glissa ensuite son visage dans son cou, son itinéraire étant l’un des dessins, qu’il embrassait à intervalles réguliers. Ses deux mains toujours appuyées de part et d’autre de Vasily, Asher continua son petit manège comme ça un petit moment, encore quelques secondes, s’amusant à déposer sa bouche sur son cou, le haut de son torse, sa mâchoire, ses lèvres, et voir quelle réaction en ressortait. Son éternel petit sourire, il décida de ne faire que ça pour le moment, ses mains résolument appuyées sur le matelas, ses lèvres curieuses. Mais pas plus. Pas pour l’instant. Il voulait s’amuser, et provoquer, voir si ça faisait ou pas quelque chose à son compagnon, voir si ce dernier pouvait rester de glace, ou si au contraire il s’enflammait un peu plus… voir s’il avait toujours le dessus, ou non…
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Sweet dreams are made of this [Pv Asher]   Ven 10 Oct - 21:49


Sweet dreams are made of this


Asher&Vasily ▽ Smooke&Beer; Sexe&Drog&Rock'nRoll  
Pourquoi ne pas en rester là, après tout nous venions juste de nous avouer que nous avions envie de faire des choses très peu catholiques ensemble et cela me paraissait normal à vrai dire. Le pire aurait été que je me lève, que je le laisse sur sa faim, sur son désir mais, à vrai dire je n'étais pas vraiment sur d'en être capable moi-même. J'étais bien trop l'esclave de mes dépendances pour en avoir la force. S'il devait y en avoir un de nous deux qui arrêterait se serait très certainement Asher. Je le connaissais assez pour savoir que les hommes n'étaient pas son repas favoris. Pourtant j'avais réussit à le faire venir jusqu'à cet instant critique, celui où l'on se rendait compte de ce qu'on allait faire. Pour moi, cela ne changerait rien, je ne savais pas m'attacher aux gens de ce point de vue là, pour lui je n'en savais rien mais je me doutais qu'il s'agissait de la même chose. Je n'avais quasiment jamais eut de petite amie ou petit ami sérieux, des coups d'un soir ou des plans culs réguliers, comme certains pouvaient les appeler, des tonnes mais disons que je n'étais pas un enfant de la constance mais plutôt celui de son opposé, l'inconstance comme on l'appel. Si vous n'êtes pas un fan de Théâtre vous pourriez ne pas comprendre ce à quoi je faisais allusion mais, disons que dans mon esprit tout avait un sens. Et oui, je n'étais pas seulement un bourrin sans conscience dans un petit coin de mon esprit se cachait une intelligence insoupçonnée. Et surtout une poésie étrange et langoureuse qui en ce même instant prenait terriblement forme dans mon cœur et dans mon corps. Les drogues avaient toujours des effets particulièrement perturbants. J'aurais aussi du me douter que le petit Asher profiterait de cet instant pour me renverser. Est-ce que cela me gênait? Pas du tout, s'était d'un confortable même. S'était sexy au possible. Et puis enlever sa chemise de cette façon était clairement un moyen de me tourmenter et de me faire perdre les pédales. Mais, je ne devais pas craquer, j'avais déjà assez concéder de terrain à mon camarade, il ne devait pas non plus penser qu'il était irrésistible. J'étais peut être faible quand il s'agissait de résister à mes pulsions mais, ensuite, quand j'arrivais à un certains point, j'aimais aussi reprendre le contrôle du jeu, me gagner un avantage contre lui. Mais il me narguait à moitié nu, ses lèvres effleurant les miennes, son petit jeu avec mes tatouages me rendant fou. Mes sens étaient en feu et je n'arrivais pas à me mettre en condition pour le repousser. Je fis glisser ma main sur ses abdos en me disant que ce mec faisait vraiment du sport, certainement pas autant que moi mais il était vraiment bien foutu:

-"Est ce qu'on t'a déjà qu'il était interdit d'être aussi provocant, c'est comme appeler sa propre fin? Se serait plutôt paradoxal ne penses-tu pas?"

Je l'attrapais par les épaules brusquement et le repoussais pour pouvoir me glisser en dehors de son étau. D'un mouvement vif, j'attrapais la bouteille de vodka et la portait à mes lèvres pour en avaler une gorgée de plus. Il ne fallait pas oublier non plus le but de notre soirée, boire et être complètement défoncé. Pas que j'avais besoin de quoi sur se soit de plus dans mon sang pour être attiré par lui mais, par ce que s'était tout simplement ce que nous avions prévu. Je m'approchais de lui, posant mon index sur sa bouche avant de le faire glisser le long de son menton, de son cou, de son torse jusqu'à arriver à la lisière de sa ceinture , je crochetais mon doigt sur le bord de son pantalon, lui tendant la bouteille sans lui laisser le choix avant d'enlever de cette main libre mon débardeur. Mes tatouages reluisaient sous la lumière et je savais très bien quel effet il produisait. Tout dépendait après de comment la personne en face le prenait. Est-ce que cela l'effraierait, le fascinerait, tout était une question d'appréciation. J'eux un petit sourire satisfait avant de lui attraper le cou et l'embrasser, mes mains appréciant ses muscles et s'aventurant au niveau de ses fesses:

-"Dit moi, petit Asher, est-ce que tu es bien sur de ce que tu fais?"

Pourquoi lui laisser le choix encore un peu? Par ce qu'il était mon ami et que se n'était pas son genre mais, aussi par ce que même dans un état second, je n'étais pas du genre à m'imposer là où je n'étais pas le bienvenu.
(c) AMIANTE

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Sweet dreams are made of this [Pv Asher]   Jeu 6 Nov - 0:07

bedroom hymns. Il était interdit d’être aussi provocant ? Asher eut un fin sourire, une mimique presqu’imperceptible. Vous savez, il n’était pas spécialement dragueur ou séducteur ou Don Juan quitte à employer les grands mots… Il était plutôt du genre charmeur. Charmant. Provocateur. Et provocant. Plutôt ironique pour le fils du dieu le plus cocu de l’Olympe puisqu’il s’agit là de caractéristiques qui iraient davantage à des enfants de la femme de ce dernier. Si Asher utilisait ce qu’il savait du charme la plupart du temps intentionnellement, il fallait admettre que parfois cela le dépassait et son ignorance ou innocence à propos de cela ne tenait pas de la prétention.
De même, appeler sa propre fin, comme disait Vasily, ne le dérangeait pas plus que ça, encore moins dans un moment pareil. S’il fallait se damner, autant le faire en beauté, non ? Honnêtement, ce n’était pas un secret qu’il préférait les femmes… Mais Vas’ ? Avec l’alcool, la drogue, la tentation et la provocation, il n’en avait strictement rien à faire d’une prétendue hétérosexualité. Il ne se proclamait d’ailleurs pas comme pur et dur hétéro, sérieusement… Enfin, cela n’empêchait pas qu’avec Vasily, c’était encore différent. Pas parce que c’était son pote ou quoi que ce soit, mais il y avait quelque chose de fun là-dedans, d’excitant. Même si ce fameux pote avait décidé de la lui mener dure, visiblement, puisqu’il se retrouva poussé sur le côté, ce qui eut le don de le faire rire.

« Quoi, j’étais pas bien là-haut ? »

Au lieu de revenir à la charge, il resta allongé sur le côté, observant toujours les moindres faits et gestes de son compagnon – entre autres, prendre la bouteille, en boire une gorgée puis finir par s’approcher à nouveau. Asher était aux aguets – un peu dans les vapes, certes, mais on se comprend, et puis de toute façon Vasily était encore plus loin que lui – donc ça ne comptait pas, tant pis. Le partisan fut cependant surpris, ou plutôt curieux lorsque son compatriote posa son doigt sur ses lèvres, et suivit son tracé jusqu’à la ceinture. Il haussa un sourcil. Non mais au point où ils en étaient, de toute façon…
Mais non, bien sûr, c’était au tour de Vasily de le faire patienter, visiblement, puisqu’il lui donna la bouteille d’un geste qui ne pouvait pas se refuser et se déshabilla calmement, limite au ralenti. Bon, hein, fais comme tu veux, mec. Il décida de finir la bouteille en attendant, histoire de s’occuper intelligemment – et faire genre qu’il ne reluquait pas du tout Vasily. Pas.du.tout. Putain, merde, au risque de se répéter, dans les pensées d’Asher, ça faisait vraiment : ce mec est pas humain, c’est une putain de sculpture, avec les tatouages en prime – ce qui était encore mieux. Et le noir et blanc, dans le noir, ô magie, ça brille ! Ça le fascinait, tout ça. Il avait l’impression d’être dans un monde parallèle, surréaliste – peut-être même qu’il dormait, au final. Au pire, il s’en fichait, hein.
Ils s’embrassèrent à nouveau. Ne sachant toujours pas s’il voulait jouer, laisser faire Vasily ou que sais-je encore, Asher se dit quand même que ça ne pouvait pas durer éternellement ce petit jeu de touche c’est toi le chat. Qu’ils se dessapent, et boum boum boum, qu’on en parle plus. Puis cigarette – toute simple, cette fois, pas besoin d’être trop gourmand non plus – et encore de l’alcool pour continuer la soirée ; ouais, tout était prévu. Enfin, ça, c’était s’ils se décidaient à se bouger.

« Dis-moi, petit Asher, est-ce que tu es bien sûr de ce que tu fais ?
- Je ne suis pas petit. »

Ce fut la première réaction d’Ash, comme un gosse. Si ça n’avait tenu qu’à lui et pas au fait qu’il était un adulte responsable et vacciné, il se serait redressé pour voir la différence de centimètres entre eux – mais lorsque Vasily est trèèèèès proche de vous, non, cette pensée ne vous traverse pas l’esprit, pas même un peu.
Ensuite seulement, après avoir laissé s’couler un long silence, Asher percuta le reste de la question. Il eut ce sourire typique, malicieux. « C’est vrai. Peut-être que je ne suis pas sûr de ce que je fais… » Foutaises, everybody. Faux ! Ce mec est un menteur ! C’était reparti pour la provocation ! Sauf qu’il ne bougea pas, ne fit rien, juste regarder Vasily avec un petit air moqueur et suffisant. Innocent, riant de sa propre feinte, tel un idiot – non mais franchement. « C’est vrai que j’pourrai te planter et partir avec une bouteille de vodka, en mode hasta la vista baby ou quelque chose du genre. » Il soupira, joyeux, resta silencieux quelques secondes de plus pour faire durer le suspense, et finit par déclarer avec le même air satisfait. « Mais je suis bien ici, j’crois que j’vais rester. »
Et non, il ne ferait pas le premier pas. Jamais. NEVEEER. Parce que c’était marrant de laisser Vasily guider. Dans tous les sens du terme.
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Sweet dreams are made of this [Pv Asher]   Jeu 5 Fév - 0:33


Sweet dreams are made of this


Asher&Vasily ▽ Smooke&Beer; Sexe&Drog&Rock'nRoll  
On pouvait dire que la première réponse d'Asher m'avais totalement fait beuguée. Je penchais la tête sur le côté pour le regarder l'air de dire *maiiisss qu'est ce que tu me racontes*. Disons que l'alcool et la drogue ne m'aidait pas à réussir à tenir une conversation intelligible. Enfin, plutôt à me rappeler la continuité ce que j'avais dit. Et puis même si j'avais pu me souvenir du "petit" que j'avais ajouté avant le nom de mon compagnon, j'aurais très certainement eut la même réaction décalée. Est-ce que je devais jouer l'incompris? Mais mon cerveau embrumé était incapable de tenir une telle réflexion. Il était bien trop abîmé pour cela. Abîmé, écorché, rayé, n'importe quel adjectif pour expliquer que mon cerveau n'était plus intacte, qu'il ne ressemblait plus vraiment à ce qu'il était supposé être. Sans doute que mon cœur était dans un état similaire. En même temps je n'allais pas allé passer un irm pour avoir la réponse, je m'en contrefichais. Seul comptait pour l'instant les yeux blonds et les cheveux bleu; ouupps les yeux bleus, les cheveux blond et le corps musclé qui se trouvait prêt de lui. Seul comptait l'envie, le désir de le dévorer tout entier. Aaahhh, attendre, écouter ça réponse devenait une torture supplémentaire et l'absence d'alcool en plus ou de cigarette rendait le tout d'autant plus insupportable. Même en lui ayant posé la question, en lui ayant laisser le choix, est-ce que je serais capable de le laisser partir si il me disait qu'il voulait s'arrêter là? Serais-je capable de résister à cette pulsion presque brutale qui grandissait en moi depuis le moment où on avait commencer à flirter étrangement? L'enfer m'attendait probablement les bras ouverts et un crime de plus à mon actif n’alourdirait pas la peine à perpétuité qui m'attendait, là, en bas. D'un autre côté, il s'agissait de Ash', n'importe qui d'autre et ma conscience très limité n'aurait certainement pas refait surface entre deux de mes pensées impures. Nan, je ne pouvais pas faire de mal à Ash', il restait quand même une des seules personnes que je réussissais à apprécier réellement. Me rendre compte de cela me fit émettre un grognement discret et inintelligible. A vrai dire peut-être que je l'avais tout simplement entendu à l'intérieur de mon crâne, peut-être qu'il n'avait jamais existé dans la réalité. Le fils d'Héphaïstos se moquait de moi, quelle idée de lui avoir laissé ce putain de choix! Si il se casse maintenant tu fais quoi? Tu restes là comme un pauvre con? Mais la drogue aurait très certainement adoucît l'humiliation et tu n'aurais sans doute tout simplement pas été capable de te dire que tu venais de te prendre un râteau. Cela n'aurait pas été le premier de toutes les manières. Heureusement pour moi, il "était bien ici". Il allait être encore mieux dans quelques minutes. Sa réponse m'arracha un sourire. Ma langue passa délicatement sur mes lèvres. Finalement ma main qui était restée en suspend au dessus de l'avant de son jean déboutonna son pantalon. Juste assez pour s'aventurer plus bas, allant à la rencontre de ce qui se trouvait dans ses sous-vêtements.

-"Si tu es bien ici, c'est que je dois pas être aussi froid, ennuyeux et effrayant que ce que certains me disent!"

Je lui offris un grand sourire tandis que je continuais de le caresser. Il ne voulait pas prendre les devants, pas de soucis, j'étais du genre à bien aimer lancer les événements, à me faire remarquer en quelque sorte. Par ce qu'être toujours le premier arriver, le premier à monter sur scène, cela permettait de se la jouer, d'être au centre de l'attention de tout ceux qui arrivaient derrière. Certains trouvait que cela faisait simplement ringard. Mais moi, je ne pensais pas comme tout le monde. Ma logique me disait que prendre les devants s'était tout simplement assumer ce que l'on voulait. Bizarrement, je pense qu'il n'y avait pas plus franc que moi quand il s'agissait de mes pulsions. Au moins on savait dans les minutes qui suivaient ce que j'avais en tête. Ma bouche se posa sur la sienne, moins brusque, plus appliquée. Par ce que je savais qu'il ne s'enfuirait pas et par ce que, j'avais envie de lui faire passer un bon moment. Le pauvre n'avait certainement pas l'habitude d'être avec quelqu'un d'aussi masculin et sexy que moi. Ma main quitta son caleçon pour tirer sur son pantalon, il fallait bien le mettre à l'aise après tout. Et quitte à continuer sur notre lancée autant ne pas s'arrêter là. Je caressais son torse, m'arrêtant un instant sur ses tétons, histoire de le titiller.

-"Hey, au fait, t'as une idée de comment on fait avec un homme? Ou j'ai le droit de t'appeler gamin par ce que tu n'en sais rien?"

Je lui mordis la lèvre, pas jusqu'au sang, mais histoire de lui rappeler que malgré tout, je restais une bête sauvage. Une bête qui avait besoin de se nourrir et dont il allait très certainement être le plat principal. Prêt à servir de dîner? Après tout, après une bonne "cigarette" et un verre d'alcool, quoi de mieux que de passer à table?
(c) AMIANTE

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Sweet dreams are made of this [Pv Asher]   Dim 22 Fév - 0:34


Sweet dreams are made of this, who am I to disagree?
Travel the world and the seven seas, everybody's looking for something.
14 septembre 2010, New-York.


C’était étrange, sinon pas fascinant, lorsqu’on y pensait. Les attirances et tous ces trucs. Asher avait été bien plus souvent avec des femmes que des hommes, même plus tôt, même plus jeune, et encore maintenant de façon générale. Pour être tout à fait honnête, Vasily était le premier homme avec qui il avait été, et c’était devenu au fil du temps une évidence que son attirance pour le jeune homme était de loin bien plus importante que celles qu’il avait avec, disons, Lyudmila ou Riley, de précédentes petites amies ou de précédentes amantes, par exemple. Physiquement, en tout cas – puisqu’il était tout de même relativement lié à Lyudmila.
Alors oui, c’était curieux et, au fond de lui, il se disait que les drogues en tout genre, l’alcool, les joints, le reste, n’étaient pas les seules raisons expliquant cette attraction. C’était juste… naturel. Même sobre. Peut-être que ça aidait aussi, leur amitié, à moins qu’ils ne soient juste potes de débauche ; ce qui était bien aussi, remarque. Tant que Vasily ne lui prenait pas la tête, ça allait. De toute façon, les gens qui lui prenaient la tête, Asher les évitait, presque comme un réflexe. C’était plus facile comme ça ; « Ignorer les problèmes jusqu’à ce qu’ils disparaissent » était comme une devise personnelle. Ne pas songer à quelque chose d’irritant n’irritait pas, n’est-ce pas.
Parce qu’il était un salaud, Asher aurait pu vraiment partir, dire que la fête était finie, qu’il avait d’autres choses soi-disant plus importantes à faire, retourner au QG des partisans ou il-ne-savait-où ; bref, il pouvait planter Vasily ici avec ses cigarettes et ses bouteilles, avec en prime un grand sourire provocateur aux lèvres, et même le petit geste d’au revoir de la main pour bien remuer le couteau dans la plaie. Mais il ne le ferait pas. Comme il l’avait dit, il était bien aussi, au milieu de la fumée des simples cigarettes aux joints et les effluves d’alcool de toutes sortes. Et auprès de Vasily, aussi, leurs corps presque nus. Et les baisers, et les caresses ; et les frissons, et les grognements, grondements. Celui de son partenaire arracha un léger rictus au blondinet, jusqu’à ce que ce même partenaire décide à le titiller en glissant presque nonchalamment sa main dans son caleçon, lui arrachant un soupir, tandis que Vasily répliquait tout simplement. « Si tu es bien ici, c’est que je dois pas être aussi froid, ennuyeux et effrayant que certains me disent ! » Le fils d’Héphaïstos haussa rapidement un sourcil en se mordillant l’intérieur de la joue et répondit, la voix plus rauque. « Ils ne te connaissent pas. » Vasily n’avait absolument pas l’air froid, là, tout de suite, hein. Et ennuyeux, il ne l’était jamais. Sur le dernier point, d’accord, les tatouages le rendaient légèrement intimidants, du moins c’était ce qu’Ash pensait vu qu’il n’avait guère peur de lui, personnellement. La seule chose qui pouvait le repousser chez le partisan espion, c’était peut-être sa personnalité quelque peu… addictive. Ce n’était un secret pour personne ; en tout cas pas pour ceux qui connaissaient un tant soit peu Vasily. Ce mec était un accro. A tout. A rien. A n’importe quoi. Le contraire même de la stabilité, quoi. Alors effectivement, c’était l’unique défaut qu’Ash redoutait, même s’il avait l’air de s’en foutre.
Les lèvres de Vas se retrouvèrent à nouveau sur les siennes, mais d’une manière moins brusque. Alors qu’Asher brûlait, littéralement, et avait simplement envie de le renverser sur le matelas et le prendre ainsi. Ce qui l’en empêcha ? Le baiser, justement, dans lequel il se perdit. Parce qu’il était différent, celui-là, et que ça le troublait, voilà. Sans compter que la main de Vas, tortionnaire, finit de le déshabiller et remonta jusqu’à son torse, quittant sa place initiale – et Ash grogna de mécontentement, pour le coup. Mais Vasily n’avait pas fini la provocation, au contraire. « Hey, au fait, t’as une idée de comment on fait avec un homme ? Ou j’ai le droit de t’appeler gamin parce que tu n’en sais rien ? » Pff. N’importe quoi. Ce n’était pas la première fois. Ce n’était pas non plus celle d’une longue série, certes. Quel enfoiré quand même. Asher plissa les yeux à cette remarque, vue comme une pique, prêt à grogner quand sa lèvre lui piqua – mais agréablement – parce que ce bel enfoiré tatoué l’avait mordu, un peu, mais mordu quand même.
Asher l’agrippa par les épaules et le renversa brusquement sur le matelas, le dominant d’abord, contre lui, et après l’avoir brièvement embrassé, souffla. « Ta gueule et fais ton boulot. » Le truc aussi, avec Vas, c’était que ce bougre prenait limite plaisir à être meilleur qu’autrui, premier partout, bref en un mot à commander, à dominer, à être supérieur, au-dessus des autres. Bon, dans ce cas-ci, c’était à prendre au sens littéral. Mais Asher préféra d’abord le forcer à rester plaqué sur le dos, afin d’effleurer ses lèvres, l’embrasser encore une fois, avant d’opter pour inverser les positions. Ça ne le dérangeait pas plus que ça que Vasily mène la danse. A vrai dire, il était plutôt du genre à s’adapter, ou à littéralement se moquer de se trouver au-dessus ou en-dessous. Honnêtement. Ça se passait un peu au feeling, c’était comme ça.
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Sweet dreams are made of this [Pv Asher]   

Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Sweet dreams are made of you ♦ Dalia
» (Tear) sweet dreams are made of this.
» Sweet Dreams Are Made Of This - Wasae
» ☞ sweet dreams are made of this.
» Ryuji (+) Sweet dreams are made of this

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Heroes of Honor :: Les anciens RPs-