Bienvenue jeunes padawans. ♥ Le forum est officiellement rouvert!
Soyez originaux, mes chéris. Priorisez les opposants et les sang mêlés qui ne descendent pas directement des Trois Grands. Nous nous donnons le droit de les refuser. Merci ♥ Cliquez.
N'oubliez pas d'aller voter ici aux deux heures pour nous ramener pleins de nouveaux amis/ennemis. ღ

Partagez | 
 

 Tout le monde veut aimer et court après le bonheur[Travis]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité
Invité

MessageSujet: Tout le monde veut aimer et court après le bonheur[Travis]   Jeu 16 Oct - 18:27

Travis ∞ Lily
Wait, wait, wait ? C’est quoi cette armure de pacotille?  De toute façon, je savais bien que je serais moche à en mourir avec une armure digne du moyen âge sur les épaules. Je pouvais presque sentir le métal s’acharner à vouloir pénétrer ma peau. Quand j’y réfléchis, tout est fait pour qu’on déprime en venant ici. Je ne sais pas qui range cet endroit, mais ce n’est certainement pas un enfant d’Aphrodite, c’est le bordel monstre, ça doit venir des enfants d’Ares, ah ils sont mignons les loulous, aucun doute mais niveau rangement, c’est un peu… les derniers de la colonie. L’ambiance était lugubre, en passant un doigt sur une ampoule, me brûlant le doigt au passage et esquissant une grimace sous la douleur, je constatais qu’en plus de la belle brûlure que je venais d’écoper, une belle couche de poussière trônait fièrement sur mon doigt. Si le décor était franchement détestable, je dois dire que les armures étaient magnifiques, brillantes à souhait. L’ambiance guerrière ne me déplaisait pas vraiment, il vaut mieux prendre soin du matériel de combat mais de là oublier les règles de bases qu’il faut nettoyer toute la pièce et non pas seulement ce qui nous intéresse. Le pire ce n’était pas ça, non c’est plutôt mon reflet dans le miroir, je ressemblais à un tatou, et c’est loin d’être un flatteur je vous assure. J’avais beau tourner dans tous les sens pour essayer de trouver un angle correct, rien à faire j’étais incroyablement mal foutu avec ce truc-là.

Aussitôt, mon moral retomba, j’avais l’impression d’avoir des pics de malheur et de bonheur ces derniers jours. J’avais envie de voir Matthew, j’avais l’impression désagréable de ne plus vivre. Je regrettais presque d’avoir laissé mon couple mourir. Mais que pouvais-je faire d’autres, un an qu’on se lançait des regards lorsque nous étions séparés. Merde nous avions toute la vie devant nous et je ne sais pas mais je n’ai pas l’impression de dire beaucoup de choses si je ne les pense pas. Je le détestais d’être si ingrat envers moi, même si ce terme est mal choisi, il ne me devait rien. Il n’empêche qu’il me manquait, que son regard brillant me manquait, sans parler des soirées blottit l’un contre l’autre à parler de tout et n’importe quoi. Ce n’était même pas le contact physique qui me manquait, même si ça avait sa place dans le manque, sa personne me manquait. Savoir qu’il était ici et ne pas pouvoir courir dans ses bras pour l’embrasser me faisait un mal de chien. Pourtant, j’essayais vraiment de me changer les idées, déjà pour éviter qu’Hailey me tire partout derrière elle comme un chien, c’est super chiant d’ailleurs une Hailey qui décide de… je ne sais pas trop quoi, Hailey est chiante quand elle s’inquiète. Parce qu’au lieu de garder ça pour sa petite personne elle fait une annonce à tout le monde. J’imagine si je tombais malade, mais une maladie importante hein pas un petit rhume. Tout le monde serait obligé de passer me veiller au risque d’avoir mon amie complètement taré qui les menace avec tout et n’importe quoi. Du coup, voulant sauver les grecs des menaces hyper flippantes de ma fille de Nyx préférée, je me changeais les idées. Malheureusement pour moi, j’avais eu la bonne idée de vouloir enfiler une armure pour combattre. Non parce que mon esprit, un peu niqué d’ailleurs cet esprit, me disait de protéger mon ventre, et donc j’écoutais, il se trompait souvent mais sait-on jamais. Il n’empêche que j’aurais quand même bien aimé pouvoir plaisanter avec Grey de cette armure. Je fermais les yeux en sentant la tristesse m’envahir, la refouler, se dire que ce n’était rien même si cette rupture me faisait bien plus mal que toutes les autres. J’avais besoin de lui.

Un bruit derrière moi m’offrit la distraction dont j’avais besoin, malheureusement pour cette personne. Je me tournais rapidement envoyant valdinguer l’armure que j’avais enfilé et qui me déplaisait fortement, non mais de toute façon. Je n’avais plus envie de me battre, je voulais rester au frais et faire le ménage n’en déplaise à monsieur Alatir. Je lui adressais un sourire sournois avant de me rapprocher de lui, observant quand même les alentours, s’il trouvait le moyen de me faire une mauvaise blague je lui faisais bouffer l’armure en entier, ça lui apprendrait. Convaincue que je ne risquais rien, je le rejoignais rapidement et le fixai d’un air appréciateur. Non pas de la manière physique, plutôt dans le fait qu’il avait l’air en forme et qu’il n’allait certainement pas râler, après tout j’avais de forte chance qu’il ressemble à Emy. Edelweiss étant parfaite, son frère devait certainement être non loin de la perfection. Je demandais, suppliant presque du regard le fils d’Hermes de ne pas refuser.

« Tu ne voudrais pas me filer un coup de mains pour nettoyer un peu le bazzar ? J’ai besoin de penser à autre chose et je ne suis pas sûr que quelqu’un soit assez… fou pour s’approcher de moi ces derniers jours. Ce sera rapide et j’ai pleins de questions à te poser au passage. Tu acceptes Travis ? »

J’aurais peut-être dû le menacer avec une arme, non mais qu’est ce qui me passait par la tête, on ne menace pas les gens. On dirait Octave, c’est horrible que de se comparer à un gars aussi détestable que l’augure. Penny aurait dû le noyer dans le lac, j’en suis convaincu, et il fallait que je parle à Travis d’ailleurs de ma pote fille d’Eole. Je trouvais qu’ils se ressemblaient assez mentalement pour que j’essaie de les rapprocher, discrètement. Quoi que quand j’y pense, mon couple, ex couple, était pour moi la perfection, je m’étais plantée en beauté et je ne voulais pas faire subir à une de mes meilleures amies cette douleur. Je secouai la tête, refusant de me laisser aller et de penser à Matthew, même si c’était compliqué, trop compliqué. Il fallait que Travis accepte, il était ma seule chance d’oublier quelques instants le fils d’Héphaïstos qui détruisait mon cœur ces derniers temps.
code by Silver Lungs
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Tout le monde veut aimer et court après le bonheur[Travis]   Lun 20 Oct - 22:43


Why me ?


C'était injuste, d'abord. Travis était sûr que Connor avait triché au jeu de courte paille. Et dire que lui il se l'était joué honnête, pour une fois. Voilà ce que ça lui apportait, il avait perdu. Et à cause de ça, il devait aller à l'armurerie à la place de son frère pour chercher TOUTES ( j'ai bien dit TOUTES ) les armures du bungalow des Hermès, pour que tout le monde puisse les utiliser pour l'entraînement. Sérieusement, c'était injuste. Travis regrettait amèrement de ne pas avoir lu dans les pensées de Connor. Mais bon. Un deal est un deal.

Le fils d'Hermès alla donc à contrecoeur jusqu'à l'armurerie ( oui parce qu'en plus de ça, l'armurerie était loin. Et il fallait qu'il ramène toutes les armures. Non mais vous imaginez ? ) et en ouvrit la porte, un gros soupir à la clé. Il se vengerait totalement pour cette corvée chiante. Mais quand il ouvrit, il vit une fille. Une fille d'Aphrodite lui sembla-t-il, mais il avait oublié son nom. Il ne le fit évidemment pas remarquer. Surtout que la fille n'avait pas l'air de se sentir très bien. Et qu'elle était en train de proposer à Travis de rester avec elle. En grand gentleman qu'il était ( hemhem ), il décida de rester avec la jeune fille. De toutes façons, ce serait toujours mieux que de devoir ramener toutes les armures des Hermès. Les autres attendront.

- C'est un challenge que tu me lances ? Genre je dois rester aussi longtemps que possible avec toi, plus longtemps que personne ne l'a fait ? Je marche.


Et aussitôt, il prit un balai, et se mit à aider la jeune fille à nettoyer l'armurerie. Il devait l'avouer, il trouvait ça cool de se faire demander un coup de main par une fille aussi jolie. Mais bon ça, évidemment il ne le dit pas. Déjà qu'il ne se souvenait pas de son nom.. Mieux valait éviter la baffe, du moins, dans les trente premières secondes de la conversation.

Mais la jeune fille n'avait-elle pas dit qu'elle avait des questions à poser à Travis  ? Sur quel sujet ? Le jeune homme ne voyait pas trop ce qu'il avait en commun avec elle. Peut-être qu'elle voulait des cours sur des blagues ? Ca, il saurait faire.

- T'as dit que t'avais des questions pour moi ? Dis-moi tout. J'suis prêt. Au fait, rappelle-moi ton prénom, déjà..?


Il posa cette question pour entamer la discussion, tout en continuant à nettoyer les armures. Il était content de pouvoir trouver un prétexte pour faire attendre les Hermès et surtout Connor, qui l'avait fait perdre à la courte paille.

© Nye-Hael sur Epicode
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Tout le monde veut aimer et court après le bonheur[Travis]   Jeu 23 Oct - 15:05

Travis ∞ Lily
Y-aurait il un truc que je n’ai pas saisi sur les fils d’Hermes. Je fronçais les sourcils suite à sa phrase, un défi ? Je ne voyais pas les choses ainsi, surtout que je ne pouvais pas être aussi infernale que ça. Rester avec moi ne me semblait pas un challenge dont il fallait se méfier. Néanmoins, si je ne le laissais pas croire cela, il me laisserait seule et c’est fou mais je n’avais plus envie d’être seule. Ressasser ses problèmes sans pouvoir malgré tout changer la donne, ce n’est pas une thérapie excellente, en fait je voulais rentrer chez moi, retrouver les bras de mes parents, les paroles de réconforts de ma mère quand ça n’allait pas. Mon estomac se tordit sous la piqûre de rappel, seul mon attachement pour elle faisait de cette personne ma mère. Peu importe en fait, Aphrodite ne m’apportait aucun réconfort, pas une seule fois je n’avais senti sa présence pour m’aider à combattre la douleur de la rupture. Je voulais bien admettre qu’elle était ma génitrice, mon don le prouvait sans que je puisse le nier. Il n’empêche que je refusais de la considérer comme ma mère, tant qu’elle ne pousserait pas Matthew Grey à se remettre en question, je préférais me débrouiller pour oublier et si pour cela il fallait jouer à Cendrillon dans Disney, soit j’en étais capable. Je cherchais du regard les chiffons, là dans une petite caisse en bois peinte en vert. Je les attrapais un pour chacun avant de me rendre compte que mon camarade s’était empressé de prendre un balai. Je clignais des yeux, Emy avait contaminé tout le monde avec ses problèmes d’Harry Potter, je lui fis un léger sourire, presque factice. Je n’étais plus très sûre de savoir sourire, j’avais besoin de compagnie tout en redoutant qu’une personne me balance que j’avais eu tort de laisser tomber Matthew. Cela me posait un véritable problème de conscience, j’aimais vraiment mon ex-petit ami et je ne le laisserais certainement pas tomber comme ça. J’étais prête à détruire la fille qui oserait l’approcher, c’est dire l’ampleur de mes sentiments. Il n’empêche que la confiance que je pensais acquise m’avait sauté en pleine tête sans que je puisse oublier son air, il ne blaguait pas, j’aurais préféré mais non. Il avait cru une inconnue, donc si mon copain doutait de moi, c’est bien que j’avais des problèmes, j’étais incapable de les identifier.

Sans répondre à Travis et son challenge, j’essuyai minutieusement les armures, envoyant la poussière au sol, essayant désespérément d’aller plus vite que le fils d’Hermes pour ne pas mettre de la poussière sur ce qu’il venait de nettoyer. Si j’avais pu rester dans le silence, je n’aurais pas hésité un seul instant, la simple présence de Travis me réconfortait. Il ne semblait pas au courant et j’avoue que ça me détendait de ne pas avoir peur d’une réaction. Sauf que Travis est un peu comme Emy, il n’est jamais capable de fermer sa bouche, je me tournais vers lui lorsqu’il me demanda comment je m’appelle. Je lui balançai mon chiffon sur la tête tout en répondant joyeusement.

« C’est grave de ne pas retenir le prénom de la meilleure amie de ta sœur ! Lily, ça doit être au moins la trente troisième fois que je te le dis, tu devrais te faire un post it. »

Je me tus un instant, est ce que c’était à lui que j’avais répété mon prénom ou à son frère Connor, à vrai dire je m’en souvenais plus tellement. Mon cerveau était dans un brouillard continuel ces derniers temps et s’il m’offrait une distraction pendant quelques minutes, dès que je serais à nouveau seule, je broierais du noir. Je devrais peut être dormir avec Emy. Non, si je faisais ça mes angoisses allaient la déprimer, je ne voulais pas rendre mes amis malheureux. En fait je ne voulais pas en parler aux autres de ce qui m’arrivait. Je frissonnais avant de demander un peu plus sûr de moi, surtout dans ce genre de sujet.

« Parles moi de toi, j’ai besoin d’entendre les gens étaler leur bonheur. T’as une petite amie ? T’es intéressée par une fille ? »

Normalement quand on est bien élevée mademoiselle Steele, on évite ce genre de question. Je crois bien que j’avais de gros problèmes mais ce gars semblait joyeux. Et j’avais promis à Penny, ça me semblait si lointain cette discussion. Mon regard se voila à ce souvenir, je me souvenais avoir parlé de mon couple en toute confiance pour qu’à peine quelques jours plus tard ce soit complètement démoli. Elle était au courant, une des seules au courant, je ne sais plus pourquoi j’avais parlé, certainement qu’elle m’avait demandé comment ça allait et j’avais craqué. Je trouvais que Travis pouvait être une bonne chose pour Penny, par sa présence et son enthousiasme. Elle qui avait un peu de mal avec les sentiments, même si les progrès étaient louable, j’avais un peu trop peur qu’elle retombe dans le piège vicieux d’Octave Summers. Mais est ce que j’étais capable de former des couples lorsque le mien avait brisé en éclat tous mes rêves d’avenirs. Je m’appuyai contre l’armure pour empêcher le chagrin de me submerger à nouveau, suppliant mentalement Travis de s’exprimer. Peu importe ce qu’il disait, sa voix m’aiderait à sortir de cet état, j’en avais conscience. J’aurais pu agir mal, j’aurais pu aller dans les bras de Wyatt me consoler, mais je n’étais pas ce genre de fille. Même si je serais persuadée que Matthew réagirait, je n’avais aucune garantie qu’il viendrait me voir. Et si nous nous acharnions à nous rendre jaloux, surtout en utilisant les autres, je ne donnais pas cher de notre couple.
code by Silver Lungs
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Tout le monde veut aimer et court après le bonheur[Travis]   Dim 26 Oct - 19:28


Why me ?


Le chiffon qui arriva sur la tête de Travis le fit réaliser que demander son prénom à une fille qu'on avait déjà vu plusieurs fois et qui ne semblait pas aller bien n'était peut-être pas l'idée la plus brillante au monde. Il se dit cependant qu'il l'avait mérité. Mais comment un simple chiffon pouvait-il faire aussi mal, sérieusement ?

- Ouch ! Ok ok je le note, mais m'agresse plus avec un chiffon, s'teuplaît !

Sur ces mots, Travis rebalança le chiffon vers son expéditrice, et continua ce qu'il faisait. Il les attendait toujours, c'est question. Cela dit, pourquoi Lily voulait-elle lui poser des questions à lui en particulier ? Il ne lui avait fait aucune blague - pas une méchante du moins et il n'était pas pour ainsi dire proche d'elle. La preuve, il avait même du mal avec son prénom ( même s'il lui semblait qu'il ne le lui avait jamais demandé et qu'il ne comprenait pas d'où venait l'idée de Lily qu'elle le lui avait beaucoup répété. Un malentendu, peut-être ? ).

C'est quand la fille d'Aphrodite posa sa question qu'il comprit. Elle avait dû parler avec Emy, et peut-être même avec Penny des amours de Travis. Ah lala, les filles et les commérages, sérieusement. De toutes façons, il ne le savait pas lui-même s'il était amoureux, et il s'en fichait pour ainsi dire. Qu'est-ce que ça changeait de toutes façons ? L'amour, ça ne faisait pas tout dans une vie. Travis ne put s'empêcher de rougir cependant à la question de Lily - ce qui en disait long.

- C'est quoi ces questions ? T'es Sherlock Holmes maintenant ?

Sans comprendre pourquoi, il avait immédiatement pensé à Péneloppe quand Lily lui avait parlé d'amour et de fille qui l'intéressait. Etrange. Il ne lui avait parlé qu'une fois, et c'était pendant qu'il passait la nuit dans son bungalow après qu'elle l'ait aider à cacher du PQ.

.. Ouais, ça pouvait sonner un peu étrange comme ça, mais vraiment, Travis ne la connaissait pas bien. Il la trouvait très chouette, mais il ne la connaissait pas bien. Il commença à passer le chiffon sur les armures un peu plus rapidement, comme s'il voulait en finir vite avec cette conversation. Ca paraissait suspect, il le réalisa. Et il se dit donc que la meilleure manière pour avoir l'air moins suspect était de répondre une fois pour toutes de manière négative à la question de Lily. Il rougissait toujours.

- Nan, aucune fille m'intéresse, nan.


Il voulut se détendre, alors il décida de faire une blague.

- Je sais que t'es intéressée mais ça va pas être possible.


Petit rire débile en fond.

© Nye-Hael sur Epicode
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Tout le monde veut aimer et court après le bonheur[Travis]   Mar 28 Oct - 13:35

Travis ∞ Lily
Mais quel mauviette ce gars. Je lui lançais un regard dépourvu d’inquiétude, je ne pouvais pas faire du mal avec un chiffon. Il sortait de quel monde ce petit lutin. Comme un mauvais tic dont je ne serais plus capable de me passer, je levais mes yeux au ciel sans pour autant lui dire que je ne le referais pas. Cela dépendait uniquement de son intelligence et de sa mémoire à se souvenir d’une syllabe à répéter deux fois, ce n’était pas non plus comme si je m’appelais Agathe ou bien même Marguerite. Lily c’est quand même simple à retenir je trouve. Je me baissai avec précipitation lorsqu’il me lança le chiffon sur la tête, certainement pas, hors de question que ce truc ne heurte mes cheveux ou ma tête. Je dus cependant me pencher pour ramasser le chiffon, le secouer d’un air absent tandis qu’il se plaignait. Lorsque je l’observais, je me demandai s’il se moquait de moi ou s’il était atteint d’un syndrome étrange ou tout ce qui le touchait lui faisait mal. Avec les enfants d’Hermes, c’est compliqué de se rendre compte, la différence entre la blague et le sérieux est tellement ténue que j’avoue m’y perdre. Dans le doute, je voulais bien faire attention, je le reprenais quand même espérant qu’il retiendrait.

« Si t’arrives à te souvenir que je m’appelle Lily je jure solennellement que je ne te balancerais aucun chiffon sur la tête. »

M’échinant à nettoyer une tâche de rouille sur une armure, je faillis louper son rougissement. Je ne sais par quel miracle je me tournais au bon moment. Un petit sourire satisfait sur le visage, je décidais cependant de ne pas plaisanter sur ses sentiments. Je connaissais depuis peu les malheurs du cœur et infliger des blessures aux gens sur ce drôle de sentiment me paraissait une bien mauvaise idée. Lorsqu’il posa la question à savoir si j’étais Sherlock Holmes, j’attrapais un objet ressemblant assez à une pipe, fit mine de fumer du tabac avant de pointer un doigt sur mon suspect. D’un air moqueur, je vins me poster devant lui, plongeant mon regard dans le sien tout en lui répondant assez fier de moi-même si j’aurais préféré lui souffler de la fumée au visage. Comme je ne fumais pas, c’était tout bonnement impossible.

« Un Sherlock Holmes très doué visiblement puisque je suis maintenant persuadé que tu éprouves des sentiments pour quelqu’un. Dois-je faire la liste de toutes les filles de la colonie jusqu’à ce que tes joues deviennent écarlate et me révèle la vérité ou parleras tu de toi-même. Telle est la question. »

Peu importe qu’il essaie de mentir en prétendant qu’il n’aimait personne dans la colonie. J’étais proche de la vérité, je le savais et je trouvais ça intéressant de persévérer pour obtenir ce que je voulais. Surtout que je ne demandais pas non plus la lune. Enfin ça dépend, il pouvait être amoureux de la lune, je ne jugerais pas promis. En fait si, être amoureux de la lune je jugerais, c’est trop bizarre.

Je crois que de toute ma vie, je n’ai jamais regardé un homme aussi étrangement. Intéressé, non mais là, il avait loupé une trilogie de livre. Comment expliquer que le but de ma question n’était absolument pas de me trouver un copain. Même si par moment je me demandais si ça réveillerait mon copain d’embrasser un autre. Je crois que ça aurait l’effet inverse. Ce qui n’était pas très encourageant je dois le reconnaître. Je ne savais que trop répondre, comment lui dire que j’aimais Matthew à un tel point que me réveiller le matin sans lui, devoir faire comme si de rien était, c’était insupportable et ça me rendait complètement malade. C’est donc évasivement que j’évitais la question.

« Il ne s’agit pas de mes sentiments, mais des tiens. Moi je les connais les miens. »
code by Silver Lungs
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Tout le monde veut aimer et court après le bonheur[Travis]   

Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Tout le monde veut aimer et court après le bonheur[Travis]
» Tout le monde s'en fout...
» DSL tout le monde
» bon tout le monde a joué au foot
» Un jour je ferai comme tout le monde c’est promis… (ou pas).

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Heroes of Honor :: Les anciens RPs-