Bienvenue jeunes padawans. ♥️ Le forum est officiellement rouvert!
Soyez originaux, mes chéris. Priorisez les opposants et les sang mêlés qui ne descendent pas directement des Trois Grands. Nous nous donnons le droit de les refuser. Merci ♥️ Cliquez.
N'oubliez pas d'aller voter ici aux deux heures pour nous ramener pleins de nouveaux amis/ennemis. ღ

Partagez | 
 

 Josh' - Wandering's end

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité
Invité

MessageSujet: Josh' - Wandering's end   Sam 15 Nov - 0:17


Joshua Miles Eddison
« Le monde pourrait nous appartenir,  il suffit de le vouloir »


NomEddison PrénomsJoshua, Miles SurnomJosh' Date de naissance9 Novembre 1989 Âge21 ans Lieu de naissancePhiladelphie, Pennsylvanie, USA OrigineBritannique Années passé dans votre camp8 ans Statut social •  Célibataire Orientation sexuelle •  Hétérosexuelle AvatarMarlon Teixeira Crédittumblr

ÉlémentFeu Parent divinVénus Pouvoir Morphing Arme et objet magique (une arme et un objet)Un pugio (épée courte) en or impérial camouflé en briquet. Une veste avec une doublure en peau du Lion de Némée Camp choisiRomains Rêve d'avenirSurvivre
..IL ETAIT UNE FOIS..
..IL Y A BIEN LONGTEMPS.
.

Me voilà. Je suis Joshua Miles Eddison. Ouais, comme l'inventeur de l'ampoule, du phonographe et de la chaise électrique, mais avec deux D. Je suis né sur le glorieux territoire des Etats-Unis d'Amérique, à Philadelphie, Pennsylvanie. La date : le 9 Novembre 1989, jour de la chute du mur de Berlin synonyme de victoire de notre impériale patrie sur le diable communiste... Ce qu'il faut pas entendre.
Je suis issu d'une famille de riches bourgeois britanniques venus faire fortune aux Etats-Unis qui profita des opportunités occasionnées par le dérèglement des prix du pétrole en amenant de l'or noir de leur plateforme offshore située en Mer du Nord directement sur notre côte Est.
J'ai eu une enfance plutôt... solitaire. Jamais personne à la maison beaucoup trop grande, jamais personne à ma table au self... Il fallait dire que je faisais rien pour. Je préférais utiliser mon physique pour en mettre plein la vue aux autres, passant au passage pour un gros prétentieux souffrant du syndrôme HADA (hyperactivité avec déficit de l'attention) ainsi que de dyslexie. Heureusement que j'ai bien changé depuis... Mon rêve à l'époque ? Devenir un grand avocat, dans le droit des affaires.
Les rares fois où mes parents étaient là, c'était pour se disputer. L'objet de leur discorde était toujours le même : le fric. C'est ces disputes qui ont rythmé mon enfance. L'une d'entre elles marqua un tournant dans ma vie. On était en 2001. Les troupes américaines s'étaient engagées dans la guerre d'Afghanistan ; sur fond d'opération anti-terroriste notre cher gouvernement lorgnait en vérité sur les importantes ressources en hydrocarbures du pays. Maman voulait profiter de cela pour étendre l'action de leur société jusqu'au Moyen-Orient. Papa quant à lui avait été rattrapé par sa conscience et voulait reconvertir leur société pour agir dans l'humanitaire international, afin d'aider les populations sur les zones de guerres, accueillir les réfugiés politiques... Ils finirent par divorcer. C'est maman qui est partie, du jour au lendemain sans même me dire au-revoir. J'avais douze ans à l'époque. Elle attaqua papa en justice et il perdit tous ses droits sur leur société. C'est alors qu'il sombra dans l'alcool. De mon côté, je gagnais chaque jour en indépendance. Je m'occupais d'à peu près tout. Mon père traversait une grosse période de dépression, je ne pouvais lui en vouloir... Et puis sa sœur, un canon de beauté tel que je me demande quel était leur lien de parenté venait régulièrement nous aider à la maison. Papa disait que je tenais d'elle au niveau physique.
Un soir, papa rentra ivre, un fait devenu banal à la longue. Seulement voilà, il était bien plus bavard que d'habitude. Il m'avoua des choses. Sur ma naissance. D'après lui, ma mère n'était pas ma mère biologique. Même ma naissance n'était pas naturelle. Il m'avait même qualifié de... demi-dieu. Ma mère serait une déesse romaine à la beauté foudroyante avec qui il aurait eu une aventure extra-conjugale. Je me souvins avoir eu du mal à avaler ça. D'ailleurs la première chose que je fis en l'apprenant fut de vomir un bon coup. Puis je suis entré dans une phase de déni. J'ai carrément pété un plomb.
À l'âge de treize ans, soit un mois après ces révélations – auxquelles mon père ne fit plus aucune allusion – je m'enfuis. Je vécus pour un temps comme un vagabond dans la cité de l'amour fraternel. J'étais assez débrouillard à ce moment-là. Je trouvais toujours les bons plans pour dormir au chaud ou à l'abri de la pluie. Je volais pour me nourrir, et fuyais les policiers qui me couraient après... Cette vie était vraiment dure, mais une haine en moi m'aidait à le supporter, comme une flamme me réchauffant le cœur. J'avais la haine contre mon père, qui ne prenait pas sa vie en main. Contre celle qui avait toujours prétendu être ma mère, pour son avidité sans limite, oubliant son fils. Et contre ma vraie mère, quelle qu'elle fût, pour ne jamais s'être enquise de mon sort. La vie me dégoûtait, et l'hiver approchant l'espérance de vie d'un gamin des rues de treize ans ne frisait pas les sommets...
Mon salut vint sous la forme d'un étrange postier aux allures de coureur olympique. Ce qui m'intrigua fut le fait qu'il était venu me trouver dans un entrepôt désaffecté et désert. Je me souviendrai toujours de sa voix chantonnante :
« Joshua Eddison ? Un courrier pour vous. »
Une seconde d'inattention et il avait disparu en laissant la lettre sur place. Je l'ouvris et tentai tant bien que mal de la déchiffrer malgré les caractères qui dansaient devant mes yeux. Elle stipulait que Margaret Blackwood ex-Eddison – ma mère adoptive – était décédée et que par conséquent me revenaient de droit toute sa fortune, ainsi que sa société pétrolière, et que je ne pourrais débloquer cet héritage que le jour de mes dix-huit ans, conformément à la loi en vigueur au Royaume-Uni. J'étais désormais quelqu'un de riche, mais je n'en avait que faire... Je poursuivis mon existence en marge de la société, jusqu'à une seconde étrange rencontre... Je mangeais un hot-dog volé, dans une ruelle déserte, quand un énorme rottweiler vint pour me piquer mon casse-croûte. C'était pas la première fois, et dans ces cas-là la fuite est toujours la meilleure option. Seulement là je n'avais pas d'issue, c'était un cul-de-sac. La bête s'approcha dans la lumière d'un réverbère et je vis qu'il ne s'agissait pas d'un chien mais d'un loup. Grandiose. J'étais désemparé et attendait la mort, seulement quelque chose clochait. L'animal n'était en rien hostile. Il semblait même m'inviter à le suivre. Cela éveilla ma curiosité, et c'est là que j'entendis cette voix dans ma tête. Le loup parlait directement dans mon esprit... enfin c'était plutôt une louve vu le ton féminin de la voix. La louve me tint des propos étranges... Il était question d'épreuves à surmonter, d'un lieu de sécurité... et de ma mère. Un loup télépathe me sortait le même baratin que mon père ! Mais bizarrement, peut-être que ces longues semaines de vagabondage ont agi en ce sens, je la croyais. Notre route fut longue. Et les gens autour ne semblaient voir rien d'autre qu'un gros chien avec moi. En quelques mois c'est toute l'Amérique que nous traversâmes d'Est en Ouest. Sur la route, de nuit, au niveau du Tennessee ou de l'Arkansas, nous rencontrâmes une énorme créature. Une bête mi-femme mi-oiseau, avec des serres énormes et des crocs de carnassier. Lupa – la louve – m'apprit qu'il s'agissait de ma première épreuve. Je devais en venir à bout. Le combat fut acharné. J'étais au plus mal. Je finis pas tomber à genoux, prêt à accepter que la stryge m'achève, quand je trouvai un objet qui brillait sur le sol. À première vue, c'était un objet anodin : un briquet. Dans un élan de dernière chance, je m'en saisis pour essayer d'au moins lui brûler les plumes, mais c'est une lame d'un métal inconnu qui surgit, en transformant le briquet en une épée courte, dont je me servis pour terrasser la stryge qui tomba en poussière. Ma seconde épreuve vint à moi presque aussitôt. Je m'étais endormi à même le sol, les muscles endoloris par mon rude combat. Je me mis à faire un rêve des plus étranges. J'étais chez moi, à Philadelphie, avec mon père et ma mère. Ils se disputaient. Jusque là, rien ne sorte de l'ordinaire. Sauf que la dispute se fit plus violente. Saisissant un couteau, ma mère tua mon père, sous mes yeux. Une lueur démente brillait dans son regard, et elle s'approchait de moi comme si ça allait être mon tour. Je voulus fuir, mais j'étais lent. Beaucoup trop lent, et elle gagnait du terrain en brandissant la lame sanglante. Le désespoir me prit pour cible, jusqu'au moment où je me retournai pour l'affronter en face. Je ne bougeai pas et la lame traversa ma gorge sans la toucher. Je fis un pas en avant et ma mère recula. Puis m'armant de courage je lui fonçai dessus et à l'instant précis où je devais la toucher je me réveillai. Lupa se tenait à côté de moi. Visiblement j'avais surmonté avec succès la deuxième épreuve, et j'étais fin prêt pour intégrer la légion. Lupa était satisfaite, et nous continuâmes notre périple jusqu'à la baie de San Francisco et l'entrée d'un énorme campement : notre destination. Tout se passa alors très vite. Avec un vrai souci de la procédure, on m'informa que j'étais arrivé au Camp Jupiter. Un genre de colonies de vacances pour demi-dieux, la guerre en plus. On me proposa d'y rester. J'acceptai. Je n'avais pas fait tout ce voyage pour rien ! On m'installa dans une caserne avec tous les autres pensionnaires. C'est là que je fis sa rencontre. Kathleen Everdeen. Elle était plus âgée que moi d'un an et demi. Vraiment belle. Et super gentille, serviable, dévouée aux autres. Une fille d'Apollon. J'ai su aussitôt que je pouvais lui faire confiance. Kathleen Everdeen. Ce n'était pas le cas de tout le monde ici... Elle m'aida à m'intégrer au Camp Jupiter, ce que je fis avec brio. Apparemment j'avais des prédispositions naturelles pour le combat à l'épée, et physiquement j'étais au top, même si je n'étais pas au niveau des plus expérimentés. Tant mieux. Enfin un endroit où je me sentais chez moi.
Je ne me liai pas trop aux autres, juste Kathleen comptait au début. Elle était vraiment là pour moi, en toutes circonstances. Sa présence me faisait chaud au cœur. Pour une fois ce n'était plus de la solitude que je ressentais. Avec le temps naquirent dans mon cœur des sentiments à son égard. Mais je perdis vite tout espoir de ce côté-ci. Elle n'était visiblement pas tactile. Je savais qu'il y avait une raison en rapport avec sa vie avant le camp, mais elle était d'un mutisme total à ce sujet et je ne préférais pas insister. J'eus des liaisons avec d'autres filles, mais jamais rien de sérieux. Mon cœur me ramenait toujours à elle. Je voulais tellement la couvrir d'amour. Mais impossible. Cela ne nous empêchait en rien d'avoir une complicité à toute épreuve, et ça nous aidait considérablement pour le combat en équipe : elle me couvrait à longue distance avec ses flèches, tandis que je faisais des dégâts en combat rapproché.
À ce propos, même si je savais désormais que les propos de mon père ce fameux soir étaient fondés, aucune preuve ne s'était présentée à moi sur l'identité de mon parent divin. Ce jour vint durant ma troisième année au camp. Je m'étais réveillé un matin comme les autres. Une fois de plus, j'avais rêvé de Kathleen. La caserne était encore endormie, et je partis me laver la figure. Ce que je vis en me regardant dans la glace me choqua. J'avais les traits exacts du sujet de mon rêve ; je m'étais transformé en Kathleen. Un clignement d'yeux et la métamorphose prit fin, mais aussitôt une colombe se posa sur mon épaule. Un légionnaire expérimenté entrait dans la salle de bain à ce moment-là. Pour lui, pas de doute : ma mère n'était autre que Vénus, déesse de la beauté et de l'amour. J'aimerais pouvoir dire que la joie me submergea, mais il n'en était rien. D'accord, je savais d'où venait ce don de séduire facilement, mais et après ? Je ne me reconnaissais en rien dans Vénus. Pour moi ce n'était rien d'autre qu'un canon vantard. J'étais rongé par la frustration, mais un soir je fis un rêve étrange. Ma tante, celle qui nous aidait papa et moi quand maman est partie, me parlait. Elle semblait au courant pour le Camp Jupiter, pour tout. Elle était vraiment apaisante. En me réveillant, je compris tout. En fait ma tante n'étais jamais venue. Il s'agissait de ma mère. À partir de ce jour, ma mère fut vraiment présente – si je puis dire. Elle m'envoya quantités de songes pour me guider dans mes choix – sentimentaux, mais pas uniquement. J'aurais aimé qu'elle m'aide avec Kathleen, mais il n'en était rien. Et au final je m'en fichais. Je me sentais aimé.
Les années passèrent au Camp Jupiter. Je gagnais en expérience et en maîtrise de mon pouvoir : le morphing. Je pouvais prendre l'apparence d'une personne que j'avais déjà rencontrée, hormis les dieux. Ce pouvoir était très utile pour se camoufler et semer la confusion chez l'ennemi.
Vint le jour de mes dix-huit ans. Mercure, le dieu messager, vint au camp pour me remettre un chèque : mon héritage de deux millions de livres sterling, soit 3 133 800 dollars, ainsi que le titre de propriété de la société pétrolière. Je m'empressai de supprimer toute activité en Afghanistan. Ensuite, je me décidai d'envoyer une lettre à mon père, la première depuis ma fugue. Je lui fis don de la société, elle lui revenait de droit, ainsi que de la moitié du pactole. Je ne reçus jamais de réponse, et ma vie reprit son cours, sauf qu'à présent j'étais millionnaire. Etrangement ça ne m'atteignait pas. Pourtant, un fils de Vénus aurait dû s'empresser de dilapider sa fortune dans une foule d'accessoires plus bling-bling les uns que les autres. À vrai dire, je n'y pensais même pas. Peut-être que j'en ferai l'usage quand je quitterai la légion, mais pour l'instant cela ne faisait pas partie de mes projets.
Il y a peu de temps une guerre fut évitée contre nos homologues grecs, fraichement découverts, vivant à l'autre bout du pays. La cause de la querelle était la disparition d'une relique de Minerve, l'Athena Parthenos. Le conflit tourna plutôt en guerre froide, bien moins destructrice que le genre de disputes qu'on règle sur un champ de bataille. Ainsi va la vie au Camp Jupiter.





Ton prénomHafid Ton âge 16 piges Que penses-tu du forum ?Euh... c'est cool ? xD T'es arrivé là comment ?Top-sites Code règlementJ'ai Mangé une Epée Un dernier mot Jean-Pierre ?Valide-moi sinon je brûle ta maisooooooon
CODES BY RAINBOWSMILE


Dernière édition par Joshua M. Eddison le Sam 15 Nov - 22:56, édité 3 fois
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Josh' - Wandering's end   Sam 15 Nov - 15:06

Coucouuuu ! What a Face

Bienvenue donc

J'ai lu ta fiche *w* Euh, fais gaffe, les armes dans le camp romain sont en or impérial, (le bronze céleste reste pour les grecs). Et l'objet est pas crédible malheureusement =/ Le Lion de Némée n'a pas été scalpé pour qu'on utilise sa peau en manteau XDDDD

Du coup, pour la seconde épreuve, ce n'est pas possible ange Le lion... Non mais, Josh, il aurait fini en club sandwich hein (délicieux, certes, mais un sandwich quand même). Le lion est énorme, et très féroce. Sa peau est impénétrable, ses crocs et ses griffes sont puissants, et un demi-dieu seul et sans formation ne peut pas vraiment en venir à bout. =/ Reste près de la Louve, et ne pars pas au Nouvelle Mexique, et tu inventes une deuxième épreuve, n'importe quoi, mais pas trop haut level non plus. Il a 13 ans ton gnome à ce moment-là, alors ce n'est pas obligé que ça soit bien compliqué, hein. Surtout qu'il a déjà battu une volaille humaine What a Face

En tout cas, bravo pour le reste ange

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Josh' - Wandering's end   Sam 15 Nov - 15:09

ça rouuuule je change ce qu'il faut changer de ce pas ! ^^ Pardonne mon manque de réalisme ^^
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Josh' - Wandering's end   Dim 16 Nov - 11:02



Ω Fiche Validée Ω


Qui c’est qui est validé ?


Félicitation, tu viens d'être validé avec les honneurs du jury. A présent tu peux venir faire la fiesta avec tout le monde.

Oh mon brother <3<3<3 ça fait quel effet de manger une épée ? ça a bon goût ?
Donc mon petit camarade Romain, bienvenue chez nous, tout est bon en même temps Kath a veillé au graind (elle est bien cette petite) Que dire... Fais gaffe avec ta mère, elle a tendance à bousiller les couples, moi je te conseillerais de ne JAMAIS lui demander d'aide avec tes copines, ça va se retourner contre toi sinon. Quant au fait de ne pas dilapider ta fortune pour des futilités... je t'admire, moi j'aurais craqué chui sûre. Bref bienvenue parmi nous <3


Cependant il y a quelques petits détails presque rien à régler, une formalité disons le:
Ici tu pourras réserver ton avatar, et oui ce serait bête qu'on te le pique.
Pour te faire des amis, des ennemis ou tout simplement avoir des liens c'est ici
Là c'est pour faire des rps avec tous pleins de monde
Et ici c'est pour que les admins t'aiment, pour que le forum t'aime et pour avoir pleins de nouveaux amis-ennemis

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Josh' - Wandering's end   Dim 16 Nov - 11:43

Ahahahhh merciiii beaucoup ! ^^
J'ai hâte de commencer à rpppp Very Happy
Sinon moi les épées j'aime bien du moment que c'est bien assaisonné...
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Josh' - Wandering's end   Dim 16 Nov - 12:11

FÉLICITATIONS POUR TA VALIDATION

*repart*
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Josh' - Wandering's end   Dim 16 Nov - 15:20

Merciii Nyan Kath' <3 *sort loin et ne revient jamais*
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Josh' - Wandering's end   

Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Josh Price [TERMINE]
» Signature de contrat - Josh Bailey
» Prolongation de contrat RFA - Josh Gorges
» Who is Josh Groban? Kill yourself!
» Josh Bailey à MTL

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Heroes of Honor :: Les anciennes fiches de présentations-