Bienvenue jeunes padawans. ♥️ Le forum est officiellement rouvert!
Soyez originaux, mes chéris. Priorisez les opposants et les sang mêlés qui ne descendent pas directement des Trois Grands. Nous nous donnons le droit de les refuser. Merci ♥️ Cliquez.
N'oubliez pas d'aller voter ici aux deux heures pour nous ramener pleins de nouveaux amis/ennemis. ღ

Partagez | 
 

 Saphir Benaglia - fille de Trivia

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
Coalition ψ Combattant
Ω Tablettes : 1633
Voir le profil de l'utilisateur

Qui es-tu?
Ω Objets:
Ω Relations:
Ω Compétences:

MessageSujet: Saphir Benaglia - fille de Trivia    Ven 19 Déc - 14:02


Saphir Benaglia
« Tu as l'impression de m'apercevoir, mais ce n'est qu'une simple illusion qui se retournera contre toi. »


NomBenaglia Prénom(s) Saphir Surnomsla magicienne Date de naissance5 juin Âge18 ans Lieu de naissanceLas Vegas OrigineItalienne Années passé dans votre campQuatre ans Statut social •  Célibataire Orientation sexuelle •  Hétérosexuel AvatarDanielle Campbell CréditConfectionner par mes soins

ÉlémentIllusion Parent divinTrivia Pouvoir ( un seul) Permutation contre un objet de son imagination : la zone de "déplacement rapide" ne va pas au delà d'un cercle de 10 mètres de rayons laissant un leurre à la place initiale du personnage. Arme et objet magique (une arme et un objet ou deux armes et pas d'objet)Un bâton de magicien se transformant en appuyant sur un mécanisme en une arme ayant deux lames en or impérial aux deux extrémités et un chapeau pouvant faire apparaître une fois par jour un objet non magique de son choix Camp choisiRomain Rêve d'avenirdevenir la plus grande magicienne de la nouvelle Rome
..IL ETAIT UNE FOIS..
..IL Y A BIEN LONGTEMPS.
.

« Papa, tu ne m’as toujours pas dit pourquoi je n’avais pas de maman ? ». Je savais que c’était la question qui fâchait et qu’il allait encore une fois ignorer ma requête. N’étais-je pas en droit de le savoir ? J’étais la seule fille de mon école n’ayant aucune maman et j’avais pu constater l’anormalité de cette situation. Mes yeux le fixaient essayant de détecter la moindre réponse silencieuse. Seulement, c’était un très bon comédien et il savait parfaitement cacher ses états d’âme. Je soupirais et je lançais sèchement. « Ce n’est pas parce que j’ai six ans qu’il faut me cacher des choses, papa ! » A mes paroles, un simple sourire en coin s’afficha et il m’ébouriffa les cheveux tout en s’esclaffant. « Si tu arrives à me rapporter une bonne note, peut-être que je te répondrai. » Je faisais non de la tête tout en râlant. « Ce n’est pas juste ! Mauvais papa ! Mauvais papa ! » Ne lui laissant pas le temps de me gronder, je filai droit dans la chambre en claquant évidemment ma porte. Il n’était pas dupe, il connaissait mes problèmes de dyslexie et de concentration, ce qui me valait d’être l’âne de la classe. J’avais beau travailler, me forcer à lire ces lignes, j’avais l’impression que tout s’inversait dans mon esprit. Mon père avait bien tenté de régler le problème en me faisant consulter une spécialiste. Or, celle-ci avait simplement dit : « Mettez-là au sport et abandonnez l’idée qu’elle fasse de longue étude. ». Malheureusement, j’étais en plus une fillette très active et difficile à suivre ce qui me coûtait d’aller un nombre inimaginable de fois au coin. Oui, je n’étais pas une fille facile pour un père célibataire mais on avait quelque chose en commun étant à l’origine de notre complicité habituelle : la magie. Je ne vous parle pas de voler sur un ballet ou de transformer mes camarades en grenouille. Il s’agissait plus ou moins d’illusion, de tromperie et de leurre pour transformer une action basique en quelque chose de merveilleux. Mon père était un célèbre magicien exerçant ses talents tous les soirs dans un grand casino de Las Vegas. Donc en résumé, je manquais absolument de rien juste de connaître mes origines. Je m’interrogeais sur moi-même me demandant même si je n’avais pas été adopté pour que mon père me cache la vérité. Même si je lui ressemblais, certain de mes traits de visage ne correspondait absolument pas comme mes yeux bleus par exemple.

Malgré le fait que je n’arrivais pas écrire le nom de mon père sans faire de fautes, je savais réfléchir et surtout inventer des nouveaux tours de magie. Bien sûr, il n’y avait rien de comparable avec les talents de mon père mais parfois, j’arrivais à le duper ou alors, il faisait semblant pour me faire plaisir. La réussite scolaire ne m’intéressait pas, je voulais simplement devenir la meilleure des magiciennes de Las Vegas. Néanmoins, mon cher papa n’était pas de cet avis m’encourageant plus dans la voie scolaire. « Tu n’aurais pas oubliée quelque chose, Saphir ? » Je fis une grimace tout en ramassant mon cartable et sortant de la chambre pour affronter le grand magicien Alessandro. Faisant une mine toute triste, je pris ma petite voix adorable. « Tu m’avais promis que le jour de mon anniversaire, je n’irai pas à l’école ! Tu m’as menti ? » Je relevais la tête prête à verser des larmes s’il le fallait mais je ne m’attendais pas à voir son expression surpris. Il toussota, remit une mèche en place et s’exclama. « Je te faisais marcher ! » Je croisai délibérément mes bras tout en haussant les épaules. « Puis, la magie existe pendant que tu y es ! » Il se mit à rire et je ne pus contenir le mien. « J’ai une surprise pour toi, mais il faudra attendre ce soir. Ton père est loin d’être sénile pour oublier le jour de l’anniversaire della mia principessa. » Au mot surprise, je fus toute excitée et je sautillai partout autour de lui en lui répondant. « Mio padre è grande ! ».

La journée passa rapidement vu que mon père m’avait emmené dans un parc d’attraction et que je n’avais pas franchis les portes de l’école. Mais je m’interrogeais sur cette fameuse surprise, me demandant bien ce que mon père avait en tête. Alors qu’on était en voiture, j’observais à travers la vitre tout en reconnaissant la route qu’il prenait. Je bafouillai à son encontre. « Mais… Mais on va à ton travail, papa ? » Tournant ma tête vers lui, j’attendais une réponse de lui. Seulement, il ne laissa échapper qu’un petit sourire en coin. Qu’avait-il en tête ? Ne pouvant plus réellement tenir en place, je m’agitai dans la voiture en tripotant mes mains. Le voyage fut des plus longs et quand enfin, on arriva, tout mon corps était secoué de frisson. « Tu sais, si tu ne te sens pas bien, on peut rentrer ? » A ses paroles, je fus de nouveau calme et je faisais des signes négatifs de la tête. Je voulais ma surprise, un point c’est tout ! En prime, j’eus le droit à un ébouriffage de cheveux. Au moment de franchir les grandes portes du casino, je vis une affiche représentant moi et mon père. Seulement, je n’arrivais pas à lire ce qu’il y avait de marquer. « C’est quoi cet affiche ? ». Bien sûr, il ne daigna pas me répondre et il me prit par la main tout en chuchotant. « Patience… » Ce mot m’était inconnu au dictionnaire. En entrant dans sa loge, il me montra du doigt une tenue et me demanda si j’avais pris mon paquet de cartes. Ma réponse fut bien évidemment positive et ses prochains mots me firent monter haut dans le ciel. « Dans dix minutes, tu vas monter sur scène devant des milliers de spectateurs ! Es-tu prête ? » Sans même lui répondre, je me jetai simplement dans ses bras tout en fondant en larme tellement j’étais heureuse. « C’est à toi de briller ce soir ! » Reprenant petit à petit mes esprits, je me dégageai de l’étreinte pour aller me préparer. Je sentais le stress m’envahir tout en marmonnant. « J’ai peur. » Toute façon, il était trop tard pour reculer et je n’allais remettre nullement mon rêve à demain. « J’ai confiance en toi Saphir ! Et je serai à tes côtés sur scène. » J’hochai frénétiquement la tête tout en étant rassurée par sa présence.

Mes pas résonnaient sur scène et en me tournant face au public, je fus totalement aveuglée par les spots. Seulement, je ne me laissai en rien impressionner et je sortis de l’une de mes poches un paquet de cartes. « J’aurais besoin d’un volontaire ! » Ma voix tremblait légèrement mais mon doigt indiqua la personne à venir sur scène. Celle-ci monta sur le plateau sous les tonnerres d’applaudissement. Je lui fis signe de se placer à côté de moi et lui demanda de ma petite voix tout en explosant les cartes. « Vous allez devoir choisir une carte… Mémorisez-la et montrez-la au public… Maintenant, remettez-la dans le paquet sans que je puisse voir la carte, c’est très important ! » La personne fit ce que je lui demandai et je me mis à mélanger mes cartes. « Je vais jeter les cartes pour créer une pluie de carte et je vais rattraper la carte que vous aviez choisi ! » Je lançai le paquet en l’air, naturellement, au cours de cette pluie de papier, mes mains entourèrent une unique carte et je la montrai au spectateur. « Est-ce cette carte ? » Je n’eus pas besoin de sa réponse étant donné que les applaudissements m’indiquèrent la réussite de mon tour. Plus les minutes passèrent, plus je reprenais en assurance et plus je me sentais à l’aise. J’eus même la chance d’effectuer un tour avec mon père. Cette soirée fut la meilleure de ma vie et le début d’une descente aux Enfers.


***


Je n’avais aucunement envie de rentrer, m’attendant à une nouvelle dispute avec mon père. Cependant, il fallait que je l’affronte et que je lui explique encore une fois. « Dis-moi que ce n’est pas vrai Saphir, dis-moi que tu n’as rien fait ! C’est la troisième fois en un mois que je dois donner des pots de vin à l’école pour que tu ne te fasses pas virer ! Qu’est-ce que tu as encore fait ? Si on oublie le fait que tu as des notes catastrophiques ! » Je soupirais, j’avais l’impression d’entendre ce disque en boucle et comme d’habitude, je n’avais aucun échappatoire. « Ma prof a voulu faire un pari et qu’en gagnant, j’aurais une bonne note. Le but était que je lise une phrase en latin et… Et j’ai réussi ! A ce moment-là, elle s’est mise à rire et à dire que c’était une blague qu’elle ne me mettrait pas de bonne note ! J’étais énervée, ok. Sous le coup de la colère, j’ai fait disparaître ses vêtements. » Mon père me fixait d’un regard hébété. Sans lui laisser le temps de réagir, je lui adressais. « Désolé papa ! ». « Je ne sais pas qui est ta mère, mais en tout cas, tu ne tiens absolument pas de moi ! Je n’ai jamais eu ce genre de comportement, ce n’est pas un jeu la magie ! Non ti capisco ! » J’eus envie de lever les yeux au ciel.

Or, je ne m’attendais pas à ce qu’il mentionne ma mère et qu’il me donne la réponse à une de mes questions étant petite. Je fus bouche bée. Des larmes se mirent à couler le long de mes joues et je le fixai d’un regard noir. « Comment ça tu ne connais pas ma mère ? Pour faire un enfant, il faut bien une femme et un homme, non ? » En disant ma phrase, je venais de réaliser une chose. Comment mon père aurait pu être avec une femme, alors qu’il aime les hommes ? Comment ai-je pu être aussi idiote à l’époque ? « Je crois que tu es assez grande pour connaître la vérité Saphir. Un soir après une représentation, j’ai… J’ai eu une agréable surprise, un berceau avec un adorable bébé était devant ma loge. Au début, j’étais surpris me demandant à qui pouvait appartenir cet enfant mais… Mais, il y avait un mot posé : émerveille cette petite, comme tu sais le faire sur scène. Tu sais que j’aime les hommes, pourtant, mon cœur a été chamboulé un soir par une femme et je n’eus plus de nouvelle à par ce mot et notre enfant. J’ai mis du temps à faire le rapprochement et ce n’est qu’en ayant eu le résultat du test de paternité. Tu étais ma perle rare, mon joyau, ma Saphir à moi. Cependant, toutes mes recherches concernant ta mère ont mené nulle part… Je suis désolé il mio tesoro. » Mon visage se décomposait au fil et à mesure que j’apprenais la vérité. Je venais de me prendre une gifle en pleine face. Mes croyances brûlaient en mille morceaux et tout d’un coup, je me sentais perdue. Qui étais-je réellement ? Pourquoi ma mère ne m’avait jamais contacté ? N’étais-je rien à ses yeux ? Ma tête se mit à dire non et sans m’en rendre compte, ma bouche mimait le son de la négation avant que celui-ci sorte de ma bouche réellement et résonne dans mon esprit. « Je serai toujours là, Saphir ! ». C’est à ce moment que mon corps me lâcha et que je sombrai tout simplement.

# Tout d’un coup, je me retrouvai transporter dans une forêt sinistre. Je sentais mon cœur battre la chamade tout en regardant partout autour de moi avec le sentiment d’être en dangers. Où étais-je ? Cet endroit ne me disait absolument rien. En regardant mes mains, puis mon corps, je me rendis compte que je venais de prendre quatre ans facilement. Seulement, à donner de l’attention à mon physique, mon pied écrasa une simple brindille et je sus mon erreur à l’instant où j’entendis un grognement. Mes jambes tremblaient et j’avais beau demandé à mon cerveau de courir, celui-ci ne transmettait aucuns signaux nerveux. Des gouttes de sueur dégoulinaient de mon front et mes yeux fixaient à l’endroit du grognement. Quel était cet animal ? Devais-je m’attendre au pire ? Je claquai des dents et mes doigts s’enfonçaient dans la chair de mes cuisses. Or, au moment d’entrapercevoir la bête, je fus secouée brutalement entendant une voix criée mon nom.

« Saphir ! Saphir ! Mon ange reste avec moi ! Je suis prêt à lâcher ma carrière pour t’aider à trouver tes origines ! Mais, s’il te plait, NE PARS PAS ! » Je sentais des gouttes s’écraser sur ma joue. Je clignai légèrement les yeux tout en remplissant d’air mes poumons. Je n’arrivais pas à ouvrir les yeux à cause de la lumière mais je n’étais plus paniquée et je ne flairais plus l’odeur de la sève typique des forêts. D’une voix pâteuse, je répondis à mon père. « Je… Je suis là. » J’entendais au loin les sirènes des pompiers et j’étais certaine qu’ils venaient pour moi. Mais mon corps était d’un coup trop faible pour rester un instant de plus éveiller.

# Il faisait noir, tellement noir que cela paraissait anormal. J’avais beau forcé sur mes yeux, je ne voyais absolument rien et je ne percevais aucune lueur telle la lune ou le soleil. Etais-je morte ? Je n’avais aucune idée de l’origine de ces ténèbres et ma lucidité me criait que seul le trépas pouvait en être la cause. Pourtant, tous mes autres sens fonctionnaient, je pouvais toucher, sentir et… Et entendre. Mon ouïe percevait un léger fracas d’eau. Je n’avais jamais entendu une rumeur de cascade en Enfer mais quel était cet endroit ? Mes mains caressèrent une texture froide et rugueuse et en continuant ce geste, je sus exactement où je me trouvais. J’étais dans une grotte car mon odorat indiquait une humidité plus élevée. Pourtant, je n’avais aucunement froid, je me sentais limite en sécurité comme si personne n’aurait le courage de franchir ces ténèbres pour me blesser. Où était partie le monstre de toute à l’heure ? Etait-ce la réalité ? Je ne comprenais absolument rien…

J’entendais un bip répétitif me ramenant brutalement à la réalité. N’arrivant pas à combattre la douleur de mes yeux provoqués par cette sadique lumière, j’usais de mon touché pour savoir où j’étais. Or, il ne me fallut pas longtemps pour me souvenir de mes derniers instants avant de tomber. Je devais certainement être à l’hôpital. Au moment où j’allais appeler mon père, je l’entendis discuter non loin avec une personne dont la voix ne me disait absolument rien. « Que lui est-il arrivé ? » Un léger silence s’installa avant que l’inconnu réponde d’une voix calme et concentré. « Je soupçonne une crise de panique amplifiée qui aurait provoqué son malaise. S’est-il passé quelque chose avant qu’elle perde connaissance ? » Mon père se racla légèrement sa gorge avant de soupirer et de s’exclamer d’une voix lasse. « Je lui ai dit la vérité concernant ses origines que je ne connaissais nullement sa mère… Je ne m’attendais pas à ce qu’elle réagit de cette manière ! » J’entendis un contact entre les deux avant que le médecin ajoute de nouveau. « Elle se remettra mais soyez patient avec votre fille, elle a dû être sous le choc… Peut-être serait-il préférable que vous l’emmenez consulter un spécialiste ? Dans tous les cas, elle peut rentrer et si cela devait se répéter… Bien, il lui faudra une cure particulière. Bonne soirée monsieur Benaglia. » Au moment où la porte s’ouvrit, je n’avais pas la force de l’affronter, préférant faire semblant de dormir. J’avais besoin de réfléchir, de respirer et de trouver le chemin à prendre. J'en avais conscience, j’étais loin d’être une fille normale et il était plus ardu de prendre des décisions.


***


La vie reprit son cours et mon père essayait vainement de la rendre plus agréable en me laissant une fois par semaine être à ses côtés sur scène. Bien sûr, j’avais mis une bonne année à me remettre de cet épisode et à m’encourager dans mon rêve : devenir une grande magicienne. Même si j’avais repris le collège, mon père avait cessé de m’embêter avec mes notes et Il ne me grondait plus pour une histoire de mauvais comportement. N’étant qu’une enfant, je profitais qu’il ait le dos tourné pour me venger de certains professeurs. J’étais loin d’être adorable, on me qualifiait de crapule et je ne pouvais leur donner tort. Toute chose se paye dans la vie et la moindre grasse à mon égard se transformait en une riposte bien plus cruelle. La seule professeur que j’appréciais dans ce collège, était celle du latin. C’était la seule matière où j’avais des excellentes notes et où je me passionnai réellement. Je faisais toujours mes devoirs et je donnais toujours le meilleur de moi-même pour sentir la fierté de mon enseignante. J’adorais lire les histoires concernant la fondation de Rome, la mythologie ainsi que l’aspect géopolitique de l’empire et le plus étrange était que je n’avais aucune difficulté à comprendre. Comme-ci, tout ce savoir m’était destiné.

Cependant, en rentrant de ma longue journée de cours, mon père m’annonça que sa patronne venait manger ce soir. Je ne l’avais jamais rencontré et c’était bien la première fois qu’il invitait une femme à la maison. J’étais plus habituée à voir des hommes, alors pour rigoler je lui répondis. « Monsieur le grand Magicien a cessé à avoir de l’intérêt pour les beaux hommes musclés ? » Il se mit légèrement à rire et j’eus le droit à ce qu’il s’amuse avec mes cheveux. Il me mit une petite tape sur l’épaule et me conseilla de m’habiller de manière plus formelle. Je compris rapidement que ce repas allait déterminer une augmentation de son salaire. Sans perdre une minute, je me dirigeai dans la salle de bain et j’allais bien me comporter pour une fois. Après tout, pour me maintenir dans mon collège, il devait payer une fortune alors je lui devais bien une belle prestation de ma part.

La sonnette retentit dans l’appartement ce qui annonçait l’arrivée de notre invité. Habillée d’une simple petite robe noire, je sortais de ma chambre et je venais me poster non loin de mon père. Il ouvrit la porte, serra la main de cette femme et en voyant son corps, je crus à une hallucination. Elle n’avait pas de jambes, son corps était celui d’un dragon alors que son buste était humain. « Je… Je vous prie de m’excuser, je ne me sens pas bien. » En tournant le dos à cette créature, je sentis son regard suivre mes mouvements. Rejoignant la salle de bain, je me jetai de l’eau au visage tout en toisant mon reflet d’un air interrogateur. Etait-ce le jeu de mon imagination ? Les monstres n’existaient pas ! J’avais dû rêver ou sans le vouloir consommer la drogue. Pourtant, je pouvais sentir mon corps en alerte comme autrefois dans ce rêve étrange. De la sueur perlée le long de front et mon cœur battait à la vitesse de la lumière. Je me cramponnai à mon évier tout en m’interrogeant sur ce que j’avais vu. Je devais y retourner, je devais revoir cette femme et être sûre que ce n’était pas une quelconque hallucination.

En sortant de la pièce, je vis mon salon vide avant que je ne découvre mon père inconscient près du panorama. Au moment où je m’approchai de son corps endormi, j’entendis des griffes rappées le parquet. Je me retournai vivement et je fus nez à nez avec cette bête monstrueuse. Mes jambes se mirent à trembler comme jamais et ma voix fut telle un cristal brisé. « Qui… Qui êtes-vous ? » Le monstre se mit à ricaner et à enrouler mes jambes de sa queue. J’émis un petit cri lorsque je sentis les écailles s’enfoncer dans ma chair. « Laisse-moi te déguster, ça sera rapide ! » Me QUOI ? Mes yeux voulurent sortir de mes orbites et ma respiratoire s’accéléra fougueusement. Ce n’était pas possible, je devais être dans un mauvais cauchemar. Ce… Ce monstre me disait vaguement quelque chose mais je n’arrivais pas à y mettre un nom. Néanmoins, je n’avais pas le temps d’y réfléchir, je… Je devais m’échapper et appeler la police ? Et si j’hallucinais… On allait me prendre pour une folle. Sans m’en rendre compte, j’hurlai à moi-même. « REVEILLE-TOI ! REVEILLE-TOI ! » J’essayais vainement de me débattre mais, plus je bougeais, plus elle resserrait son étreinte. Je ne voulais pas mourir ! J’avais encore des choses à découvrir et je ne pouvais pas croire qu’un dragon humanoïde pourrait être à l’origine de mon trépas. Au moment où cette femme allait planter ses griffes, je fus transportée comme par magie à cinq mètres du monstre. Je vis à ma place initiale une pluie de carte. « Si tu fuis, je vais devoir tuer ton père et après, ça sera ton tour ! » Elle voulait toucher à mon père ? Je n’avais aucune échappatoire mais pour autant, je n’allais pas laisser ce lézard ailé avec l’homme qui m’a tout donné. Je n’avais pas le droit de l’abandonner, je devais faire quelque chose. Portant de l’attention au corps de mon père, je le fis gigoter légèrement et me montrer un certain placard.

Sans même réfléchir, je me précipitai à ce placard et au moment où ce monstre allait me faire découvrir toute sa dentition. Je tirai trois fois avec un pistolet dont je n’avais jamais vu la couleur. Les trois balles avaient atteint le thorax, la tête et le bras de la bête. Le corps s’écroula sur le sol avant qu’il ne commence à disparaître. J’étais à la fois choquée et totalement secouée par ce qu’il venait de se passer. Etait-ce un songe ? Comment un monstre pareil pouvait vivre dans notre monde ? Je déposai vivement l’arme dans ma main avant de me ruer vers mon père. « Co…Comment te sens-tu ? » Mon père me fixait ahuri et se mit limite à crier. « Comment as-tu pu faire disparaître cette chose et en plus avec un lance pierre ? » Avec un QUOI ? Qu’est-ce qu’il avait pris sur la tête ? « Dis-moi que tu as consommé quelques choses car ce n’était pas un lance pierre ! » A son regard noir, je compris qu’il ne blaguait aucunement. Pourquoi n’avait-il pas vu la nature de l’arme ? « Je te rappelle que c’est toi qui m’a montré ce placard ! Ne… Ne me dis pas que tu ne savais pas ce qu’il y avait à l’intérieur ! » Mon visage devint d’un coup livide imaginant la scène si j’avais trouvé autre chose qu’un pistolet. Je l’entendis marmonner dans sa barbe avant qu’il n’essaya de se relever. « Papa, tu étais inconscient toute à l’heure, reste allonger s’il te plait. » Ma voix prit un aspect doux et je lui lançai le regard d’une petite fille inquiète. « Très bien, très bien ! Je ne sais plus quand j’ai reçu ce présent mais, je me rappelle qu’il y avait encore un satané mot disant d’ouvrir la boîte en cas de force majeur. Je n’ai pas trop compris pourquoi et c’est pour cette raison que je l’ai rangé dans ce placard et que je n’ai pas eu la curiosité d’ouvrir la boîte. Tu sais… Je n’aime pas trop les armes et c’est bien pour ça que je ne fais pas le tour de magie consistant à donner l’illusion de couper en deux morceaux mon assistant et ne compte pas sur moi pour te l’apprendre ! » Un cadeau ? Un objet que mon père ne voyait pas ? C’était étrange si j’oubliais qu’il a servi à tuer une femme ailé écaillée. C’était la première fois que je prenais une arme en main… J’avais tué une chose dont je n’avais même pas idée… Etait-ce simplement le fruit de mon imagination ? Si c’était le cas, je demanderais à mon humble cerveau de me sortir de cette folie. Pourtant, j’avais senti ses écailles rentrées dans sa peau… Je soupirais me demandant comment en une soirée, une vie pouvait dégénérer à ce point. Mes yeux se posèrent sur mon père et je fus surprise de constater qu’il dormait profondément. Je me relevai, me dirigeai vers sa chambre et mis sa couette sur lui tout en plaçant un coussin sans le réveiller. Allais-je arriver à dormir ? Au vu de ce qui c’était passé, j’avais juste envie de partir, loin d’ici… Je sus bien plus tard que cette arme avait été un réel miracle et que je pensais fortement qu’il s’agissait de ma mère. Cette soirée particulière m’apprit une chose : je voyais des choses que les autres n’avaient même pas idée et c’est à cet instant que nulle part où j’allais, je me sentais en dangers.

Et c’est un soir, en rentrant du collège totalement essoufflé que je dis tout simplement à mon père. « Nous devons partir ! Sinon, je ne donne pas chère de ma peau ! ». Il me fixa l’air surpris tout en m’interrogeant du regard. « Si je te disais ce que je voyais, papa, tu me prendrais pour une folle ! Alors jures moi de me croire sur parole ! Je sais que je n’ai pas toujours été honnête mais il se passe quelque chose d’étrange et je n’en sais même pas la raison ! » Il s’approcha simplement de moi et tout en m’enlaçant, il me chuchota. « Sei la mia ragazza, ti credo, promesso ! ». J’eus envie de fondre en larme comme une petite fille, or ce n’était pas le moment et je commençai à lui raconter ce que j’avais vu. « J’ai posé des questions à ma professeur de latin aujourd’hui ! Bien sûr, en donnant comme excuse que je voulais faire un exposé sur les monstres mythologiques et qu'il me fallait des précisions. Elle a confirmé mes craintes ! Je vois des monstres mythologiques et ils arrivent à me voir aussi. J’ai essayé d’en suivre un après les cours et il semblait ignorer complètement les gens autour mais… Mais au moment où il a posé ses yeux monstrueux sur moi, j’ai senti son envie de me tuer ! Il s’est passé exactement la même chose avec ta patronne ! Je repris ma respiration avant de reprendre plus lentement. Je… Je ne sais pas comment j’ai réussi à le semer. On doit partir ! » Je pus constater après ma tirade que le teint de mon père était devenu blanchâtre au point que j’ai eu peur qu’il fasse une attaque. Il devait forcément me prendre pour une folle ! Qui pourrait croire à des choses aussi fantasques ? Pourtant, sa réponse me surprit. « Ça te dit d’aller en Californie ? Peut-être que là-bas, tu ne verras plus ces choses. » J’acquiesçai légèrement de la tête avant de filer droit dans ma chambre et de plier bagage. Je prenais le stricte minimum et emportant avec moi quelques souvenirs. Je décidai de mettre ma tenue de magicienne car étrangement, je me sentais plus forte, plus confiante et plus maline. Je pris en prime quelque accessoire de magie comme un parapluie feu d’artifice, les caches se trouvant au niveau du dessus de mes deux mains, deux paquets de cartes et ma baguette pouvant s’agrandir. Je partais pour un nouveau numéro et je devais être équipée pour ce qui allait venir.


***


« S’il te plait papa, change de musiques. » Au moment où il posa un instant ses yeux sur mon visage d’un air choqué, je lui fis ma bouille d’ange habituelle. Il se mit à ronchonner en disant que je n’étais pas une fille normale de ne pas aimer Rihanna et mit un requiem de Mozart. A entendre les premières notes de cette symphonie, je me mis à expirer lentement comme si tout mon monde se transformait en un nuage doux et moelleux. Je me mis d’un coup à bailler et je sentis déjà les bras de Morphée se refermer autour de moi. Cela faisait déjà deux bonnes heures qu’on était parti. Depuis la dernière fois, je n’avais aucunement réussi à dormir, me réveillant sans cesse en apercevant les yeux émeraude de cette drakaina. Puis, il m’arrivait même de sentir son souffle chaud contre ma joue et croyez-moi que j’avais les chocottes. Je n’avais pas spécialement peur des reptiles mais quand il s'agit d'un dragon humanoïde, il est difficile de rester impassible. Je me demandais encore comment j’avais pu garder mon calme et ne pas me mettre à hurler tout simplement. Tout humain raisonnable n’aurait jamais tenté le diable. Mais… Mais je n’aurais jamais laissé cette femme touchée à mon père, c’était impossible. Je me revoyais encore prendre le pistolet entre les mains et ne pas hésiter une seule seconde pour tirer. C’était comme si ce mécanisme était ancré dans tête, comme si j’avais fait ça toute ma vie. Avais-je eu peur ? Énormément cependant, la perte d’un être proche avait été plus forte.

Soudainement, j’ouvris brutalement les yeux et je pouvais entendre les pulsations de mon cœur. Je lançai un regard à mon père et je fus rassurée de le voir concentrer sur la route avant qu’il me lance d’une voix inquiète. « Tu vas bien ma chérie ? » Je n’eus même pas envie de répondre par des mots, je fis un simple non de la tête tout en regardant à travers la vitre. J’avais toujours cette crainte au fond de mon âme me criant de fuir pendant qu’il était encore temps. Mais où je pouvais aller ? Etait-ce réellement une bonne idée d’aller en Californie ? Pourquoi ces monstres seraient dans un état particulier ? J’avais tant questions sans réponses que j’avais conscience de foncer droit dans l’inconnu et qu’il y aurait des conséquences de mon imprudence.


***


Je pouvais encore discerner le bruit de l’explosion… Comment avais-je pu m’en sortir réellement ? Je regardais mes mains ensanglantées tout en sentant des gouttes chaudes tombées abruptement. Je n’avais même pas la force de dire ce mot et je n’avais qu’une envie me faire ce satané monstre ! Une haine grandissait fougueusement en moi et je pouvais sentir mes yeux me brûlées. Tout mon corps s’embrassait d’un même désir, d’une même folie et d’une même aliénation. Il… Il ne me restait plus que ça ! Plus que ce désir de vengeance ! Mais… Mais comment j’allais pouvoir m’en débarrasser étant donné qu’à part un simple bâton de magicien, je n’avais absolument rien. Je ne pouvais accepter aussi facilement ma défaite, il fallait que je trouve une solution, je ne le laisserais pas s’en sortir indemne. Malgré l’épuisement qui s’abattait de plus en plus sur moi, une flamme venait de s’allumer et j’allais puiser jusqu’à ce que les dernières braises ne s’éteignent. Mes jambes se mirent à courir d’eux même et je pouvais voir son énorme corps filé droit dans la forêt à côté de l’autoroute. Je ne lâcherais pas d’une semelle ! Je traversais d’un coup l’autoroute me fichant de me faire percuter et le bruit des klaxons m’indiquèrent que j’avais évité de justesse de trépasser. Je perdais carrément la tête, voulant à tout prix me venger. Seulement, avant de pouvoir avoir la satisfaction de le rendre poussière, je devais trouver quelque chose pouvant remplir mon objectif. Je le suivais discrètement, mettant toujours au moins dix mètres entre sa position et la mienne. Je faisais attention à où je posais les pieds. Mon cerveau était en pleine ébullition, réfléchissant à mille à l’heure. Je ne sus pas combien de temps je le pris en filature mais… Mais tout d’un coup, je perdis sa trace et j’avais beau tourné autour et jusqu’à inspecter ses empreintes de pas, il avait tout simplement disparu. Je serrai les dents pour contenir ma rage, mon impuissance et mon incompétence. J’aurais dû me jeter sur lui seulement, serais-je encore là aujourd’hui ? C’était trop difficile, je lâchais prise et un hurlement sortit de ma bouche. Je n’arrivais aucunement à m’arrêter… J’allais forcément m’attirer des ennuis. Néanmoins, j’avais trop mal et ce cri apaisait ma douleur. Une haine s’était ancrée en moi et si un jour, je devais croiser ce monstre … Je ne donnais pas chère de sa peau et encore aujourd’hui, je me rappelai de son visage…


***


Je ne savais pas où j’étais, j’avais l’impression de tourner en rond depuis plus d’une heure dans cette forêt. Je n’arrivais aucunement à m’orienter et je ne laissai aucune minute pour repenser aux évènements passés. J’avais fait une erreur et cette erreur m’avait conduite ici, loin de tout, ayant tout perdu en quelques secondes. J’étais anéantie psychologiquement mais mes jambes continuaient d’avancer. J’allais m’écrouler d’une minute à l’autre et je pensais que ça serait mieux ainsi. Comment ma vie avait-elle pu dégénérer à ce point ? Je n’avais aucune réponse à fournir et je me demandais si ça valait le coup de continuer. « Bats toi Saphir, je suis sûr que quelque chose t’attend ! » Papa, ce n’est pas le moment ! Tais-toi ! Je… Je ne devais pas pleurer, j’étais plus forte que ça, du moins, je l’espérais. Or, mes pieds se prirent dans une branche et je tombais nez au sol. La boue maquillait mon visage et mes vêtements étaient bons pour aller à la poubelle. « Fais chier ! » J’eus voulu rester étaler dans la terre mais le bruit d’un hurlement de loup m’encouragea à me relever et à ne pas fléchir. Je devais semer ce satané loup ! Je n’avais aucune envie de finir dans son estomac, je préférais largement mourir autrement. Mes mains étaient égratignées, mes bras ressemblaient à un champ de bataille et ma tête n’était absolument pas présentable. Je continuai ma course jusqu’au moment où je fus encerclé par au moins six loups. Au moindre de mes mouvements, ils grognèrent tous en cœur. J’étais foutue… Mes jambes tremblées ainsi que tout mon corps. J’allais… J’allais mourir, n’est-ce pas ? Pourtant, je ne voyais aucune issue et je me demandais bien comment j’allais renverser une telle situation. Je ne pouvais aucunement les appâter par un petit tour de passe-passe et je n’avais aucun autre talent. A l’instant où je voulais baisser les bras et en finir vite, une louve plus impressionnante fit son apparition. En la regardant dans les yeux, j’eus l’étrange sensation qu’elle était différente de ses congénères. Mais le plus surprenant fut d’entendre sa voix dans ma tête. D’après ses paroles, si je voulais survivre et ne pas finir en sandwich, je devais réussir deux épreuves choisies par ses soins.

Je pris d’un coup conscience du sens du mot survie. J’avais beau être triste, j’avais toujours cette hargne de vivre. Seulement, je ne m’attendais pas du tout à ce genre d’épreuve et je voyais subitement la petite lumière d’espoir s’éteindre lentement. Comment allais-je pouvoir m’en sortir ? La louve me jeta un regard froid comme si elle semblait déçue. Sentait-elle que j’étais sur le point de lâcher prise ? *As-tu si peu d’estime pour ta propre vie ?*. La voix de ma propre conscience me glaça le sang. « Très bien ! Je suis PRÊTE ! ». Je devais tenir deux heures face un loup guerrier et si je m’écroulai ou abandonnai, j’étais morte. Le plus gros des loups se mit en face de moi et me montra ses belles crocs pointues pouvant déchirer mon bras en deux secondes. Je ne serais vous dire comment j’avais pu réussir cet épreuve mais je l’avais fait et c’était le principal. Je ne m’en sortais absolument pas indemne étant donné que mes bras étaient ensanglantées et mon ventre avait une balafre. Il me restait encore une dernière épreuve et je ne savais absolument pas à quoi m’attendre. D’un coup sec, j’arrachai un bout de mon pantalon et je me fis des bandages de fortunes.

La louve annonça la deuxième épreuve et elle consistait à ce que je trouve la sortie d’une grotte souterraine. A ce mot, j’eus un flash ! Etait-ce celle dans mon rêve ? Je le serais bien assez tôt. J’avais deux jours pour sortir de cette caverne sinon elle enverrait les loups et je finirais dans leur estomac. Néanmoins, je ne m’attendais absolument pas à ce qu’un loup m’assomme tout d’un coup, annonçant le début. Reprenant peu à peu connaissance, je me rendis compte avec effroi qu’ils m’avaient transporté dans la cavité. J’avais un mal de crane affreux et mes bras me faisaient énormément souffrir. Je tâtonnai autour de moi, étant donné qu’il faisait noir. J’étais entourée de roches et je n’avais même pas la place de me mettre à quatre pattes. J’allais devoir ramper sur un sol rugueux, prenant pitié de ma peau. Je pris appuie sur mes bras laissant échapper un petit gémissement de douleur. Je me mis à ramper sans savoir réellement où allait ce qu’il me valut de cogner plusieurs ma pauvre tête. J’essayais de me guider par rapport au clapotis de l’eau et c’était loin d’être facile. Plus j’avançais, plus mes bras étaient écorchés et plus je me demandais si j’allais pouvoir tenir. En plus, je détestais être dans le noir et je me maudissais ne pas avoir un briquet sur moi. Une simple petite lumière aurait été la bienvenue. Seulement, le pire était de ne pas savoir combien de temps il me restait et d’avoir peur que les loups débarquent à tout moment. J’avais toujours eu un problème avec l’orientation et si je n’avais pas un plan décrivant chacun de mes mouvements, j’étais incapable de me rendre à un quelconque endroit. J’étais foutue ! Il faudrait un miracle pour que je sorte de cette satanée grotte. Tandis que je me laissais abattre par cette obscurité pesante, j’en oubliais mes priorités. Je ne savais pas combien d’heures, j’avais pu perdre en n’ayant aucune confiance en moi et en doutant sans cesse de ma réussite. Mais comme une grande, je sus prendre sur moi pour aller au bout de cette épreuve. Je me laissai guider par mes instincts et celui-ci devait être bon car je pus me mettre rapidement à quatre pattes, puis enfin complètement debout apercevant au loin un halo de lumière. La sortie était proche et j’en avais les larmes aux yeux. J’avais dû mal à trainer mon corps en lambeau et je ne rêvais que d’une chose : un bon lit douillet.

En franchissant toute cette blancheur, je dus fermer douloureusement mes yeux, ne supportant pas ce contraste. Mais je me rendis compte que la louve m’attendait car elle s’adressa à moi sur le fait d’avoir réussi mes épreuves et que j’aurais la vie sauve. Mais elle alla plus loin plaçant une pièce maîtresse dans mon puzzle car tout naturellement, elle m’avoua ma nature de demi-déesse. Je fus totalement hébétée et je sortis tout naturellement. « Puis votre mère est la reine d’Angleterre… » A l’entendre grogner, je sus que ma remarque lui avait déplu. « Disons que je vous crois, il se passe quoi après ? » Je commençai à pouvoir de nouveau ouvrir les yeux et je pus constater qu’elle me montrait une direction tout en me conseillant de la suivre rigoureusement. Ainsi, mon périple était loin d’être fini et bien sûr, elle ne me donna pas plus d’indice. Peut-être se vengeait-elle de ma remarque déplacée dans tous les cas, je savais où aller même si je n’avais aucune idée où ça me mènerait exactement.


***


Durant deux bonnes semaines, je dus vivre dans la nature ce qui m’était auparavant inconnue. Bien sûr, j’arrivais à me procurer de la nourriture en volant tout simplement par un simple petit tour fait maison. Il était si simple de les duper que ça en était devenu un jeu. Mais il m’était impossible de dormir dans un lit douillet étant donné que je n’avais plus un rond et que je n’avais pas la capacité de manipuler les gens. J’avais essayé une fois de baratiner un hôtelier, seulement, il avait failli appeler la police et je n’avais aucune envie d’aller faire un tour en prison. Je ne savais pas combien de kilomètres j’avais pu faire avant d’atteindre ce fameux endroit. Néanmoins, j’étais toujours sceptique à propos de ma nature divine. Malgré mon ouverture d’esprit, j’avais toujours pris les mythes pour des mythes et savoir qu’il y avait une part de vérité, me terrifiait mais m’excitait aussi. Depuis que j’avais commencé le latin, je m’étais imaginée parfois être à la place d’Hercule ou encore de Romulus mais, je n’avais jamais été plus loin. Quelquefois, je me chuchotais de me réveiller de ce mauvais rêve et pourtant, le lendemain n’avait pas changé et la vérité était toujours la même. Las Vegas me manquait et il ne me restait de cette ville des souvenirs inoubliables. J’espérais trouver des réponses, en apprendre plus sur ma nature et découvrir de quels dieux je pouvais descendre. En tout cas, il était impossible que je sois la fille de Minerve ou encore de Vénus, ça sonnait tellement faux. Heureusement que durant ces quelques jours, j’avais pu me dégoter de nouveaux vêtements et pouvoir me prendre une bonne douche. Même si mes bras n’étaient pas totalement guéris, je voulais atteindre le plus vite ce lieu car sentir cette épée de Damoclès constamment au-dessus de ma tête était réellement pesant. Il m’arrivait de me réveiller en pleine nuit totalement paniquée et pensant qu’un monstre était proche de ma position. Ne me pensez pas pour une parano juste qu’à un moment donné, une crise de panique m’avait réellement sauvé, échappant de peu aux griffes d’un chien des enfers et je suis certaine d’avoir battu le record du monde de vitesse.

Le périple se finissait enfin, j’apercevais au loin des collines et le sentiment d’insécurité s’en allait. J’avais l’impression de revivre de nouveau mais j’étais loin de me douter ce qu’il m’attendait réellement. Je mis du temps à m’adapter à ce mode de vie particulier à cause de mon caractère mais, les points positifs étaient que j’étais apaisée, je m’étais fait des amis et mes blessures se refermaient petit à petit. J’avais appris peu de temps après mon entré dans le camp qui était mon parent divin et une part de moi était ravie car je ne pouvais rêver mieux de descendre de la magie. Durant ces années jusqu’à aujourd’hui, je m’étais entraînée et j’espérais un jour rendre fier mon père même s’il n’était plus là pour le voir. Parfois, j’avais l’impression de voir son reflet ou même de sentir sa présence près de moi. C’était peut-être mon imagination mais cela me permettait de me remettre dans le droit chemin. Je n’avais évoqué à personne son existence car il m’était encore trop difficile d’aborder ce point sans fondre en larmes. Malgré mes attitudes de crapule, j’étais loin d’être insensible et j’avais parfois des difficultés à cacher mes émotions. Mais une chose n’avait absolument pas changé chez moi, j’aimais toujours faire des tours de magie et depuis la dernière fois, j’en avais inventé des nouveaux même un que j’avais appelé « le tour du grand Alessandro ». Rassurez-vous, j’ai fait d’autres choses intéressantes comme participer à la bataille du mont Orthrys et me sentir mal à l’aise étant donné que ma mère n’était pas dans le même camp. Puis, après les Titans, il y a eu le réveil de la déesse mère qui ne s’est pas totalement arrangé et je ne vous parle même pas des grecs. Je n’ai absolument rien contre eux mais en regardant certains, j’ai l’impression de voir des chiots apeurés. Tant qu’aucun ne se met devant mon chemin, je n’ai absolument aucune raison de leur en vouloir. Même si mon rêve de devenir la plus grande magicienne de Las Vegas avait lentement coulé dans les profondeurs du Tibre, je n’abandonnais pas l’idée d’être la plus grande magicienne chez les romains. Maintenant, même si je n’avais aucune idée de ce qui pouvait se passer dans les jours à venir, je n’étais plus personne et je savais qui j’étais ce qui avait radicalement changé ma vie.  





Ton prénom ou surnomMarine Ton âge 18 ans ! Que penses-tu du forum ?è magnifico T'es arrivé là comment ?par des bonnes recherches Code règlementSensationnelle Boisson *sifflote* Un dernier mot Jean-Pierre ?Non, désolée, je suis flemmarde de nature :3
CODES BY RAINBOWSMILE


Dernière édition par Saphir Benaglia le Jeu 26 Mar - 14:31, édité 23 fois
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Saphir Benaglia - fille de Trivia    Ven 19 Déc - 14:06

Comment qu'elle est trop choupinette notre petit joyau <3

Bienvenue ♥ bon courage
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Saphir Benaglia - fille de Trivia    Ven 19 Déc - 19:54

On a tout plein de défaut, mais pas assez de qualité :(

Comme promis, je viens dire: BIENVENUE! sur ta fiche

Voilà ange
avatar
Coalition ψ Combattant
Ω Tablettes : 1633
Voir le profil de l'utilisateur

Qui es-tu?
Ω Objets:
Ω Relations:
Ω Compétences:

MessageSujet: Re: Saphir Benaglia - fille de Trivia    Ven 19 Déc - 19:56

Merci vous êtes choux ♥
Kieran : Pouet, je n'ai pas fini d'abord *gros boudin*

édit : je finis ma fiche !
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Saphir Benaglia - fille de Trivia    Dim 21 Déc - 5:23

Bon bon alors, comme promis, me voici, j'ai relevé le défi et ait lu ta fiche jusqu'au bout ( je mérite un salaire /pan/)

Donc, on arrête avec les conneries et on passe à la partie sérieuse. Je vais te faire une analyse point par point de ta fiche.

Premier point: Nous sommes en 2010 sur le forum. Donc, ta date de naissance ne correspond pas. Si tu veux un petit conseil, tu n'es pas obligé d'écrire l'année Wink

Deuxième point: Ton pouvoir. Alors, je vais devoir avoir besoin d'explications concernant celui-ci. Si tu pouvais me donner un exemple concret, ce serait bien. De plus, je préférerais que tu suives la liste des pouvoirs que nous avons mis que j'ai insérer ci-contre.

Troisième point: Alors, ton caractère. Je dois t'avouer qu'il attire un peu mon attention. Quelqu'un de Charismatique est par définition Captivant. J'ai des doutes franchement à ce qu'une personne que l'on dit Joueuse peut aussi être à la fois Mesquine. Et aussi Persévérant et Têtu sont la même chose. Donc, en bref, pour le premier trait de caractère nommé et le dernier à savoir le charisme/captivant et persévérant/têtu, je te demanderais d'en choisir un des deux par souci de logique et de remplacer l'autre. Pour les autres traits, je vais aussi devoir te demander d'en changer un. Sinon, tout est parfait pour moi à ce niveau là.

Quatrième point: Ton bâton, il faut préciser qu'il est en or impérial, du moins les lames parce que sinon, ça n'aura aucun effet sur les monstres. Et pourquoi un paquet de carte s'il n'est pas magique?

Cinquième point: Bon alors, ton père. J'aime bien comment tu as amené ton histoire et le fait qu'il t'ai trouvé sur le pas de sa porte, lui qui voulait tant un enfant, mais, de façon logique, ça ne marche pas vraiment. Les dieux/déesses confient leurs enfants au parent mortel pour qu'ils les éduquent, nourrissent et etc. Donc, c'est impossible que par simple gratitude, Trivia ait décidé de déposer sa fille sur le pas de sa porte comme ça, surtout qu'elle a un père. Donc je vais devoir te demander de changer ça s'il te plaît.

Sixième point: Bon alors, par souci de logique, je ne peux pas accepter le pistolet aux balles de bronze céleste caché dans le placard pour la simple et unique raison que je ne vois pas pourquoi quelqu'un lui donnerait ça si personne ne sait que sa fille adoptive est une demi-déesse. De plus, les armes utilisant ou fait en bronze céleste ou or impérial n'apparaissent pas comme des armes ordinaires aux mortels.

Septième point: L'ellipse entre le départ de Las Vegas et tes épreuves avec Lupa, ça donne beaucoup de fil a retordre pour suivre. Qu'est-il arrivé? Le père est mort? Qu'est-ce qu'il s'est passé pour qu'elle se retrouve là?

C'est tout pour le moment, si tu as des questions, n'hésite pas à venir me voir, je suis là pour ça Very Happy
avatar
Coalition ψ Combattant
Ω Tablettes : 1633
Voir le profil de l'utilisateur

Qui es-tu?
Ω Objets:
Ω Relations:
Ω Compétences:

MessageSujet: Re: Saphir Benaglia - fille de Trivia    Dim 21 Déc - 9:28

Bon, j'ai envie de débattre sur certains points, si tu le veux bien et je vais expliquer le mieux possible. Pour la date, c'est une grosse boulette de ma part (surtout que j'ai regardé la chronologie) donc j'ai modifié.
En ce qui concerne le pouvoir, j'avais demandé l'accord de Reyna mais durant l'histoire, je ne l'ai abordé une fois car tu m'avais précisé à un moment sur la CB qu'à l'arrivé, on ne contrôlait pas encore notre pouvoir. Donc, je n'ai pas pu dévoiler son intérêt. La permutation, c'est un leurre permettant d'esquiver ou de faire un effet de surprise. Dans le premier point, il s'agit d'éviter un coup fatal en se déplaçant rapidement à un point B alors qu'elle était au point A. A ce point A, il y a désormais à sa place un objet quelconque (de petite taille, elle ne va pas mettre un dragon) et cet objet, il n'est pas réel, en soi, c'est une illusion. Pour le second point, c'est de faire une feinte en se déplaçant dans le dos de l'adversaire. Pour le moment, elle n'a pas conscience de son pouvoir et qu'il peut être à la fois offensif et défensif. Pourquoi ce pouvoir ? C'est une magicienne et se pouvoir lui permettra des tours de folies sans user de l'aspect position et angle pour faire une illusion. Ma première idée était qu'il serve à faire des tours de magie :3

Pour son caractère, en fait, Saphir a un double visage, elle peut être adorable comme détestable. Vois-tu où je veux en venir ? Les adjectifs se ressemblent même si ce n'est pas complètement des synonymes.

    - Commençons par le duo mesquine/joueuse, tu remarques l'aspect positif et négatif (et encore une fois, ce n'est pas des synonymes). Saphir peut s'amuser mais ça s'amuser d'une manière plus méchante. Elle est rancunière et c'est à ce moment là que son côté mesquine resort réellement.
    - Persévérant/Têtu : le têtu, je le vois plus comme elle n'accepte pas facilement qu'elle a tort et que par conséquence, elle ne lâche pas le morceau. Je vois persévérant dans le sens déterminé, quand elle a un objectif, elle va l'atteindre, certes, il va lui arriver de douter mais à la fin, le résultat ne changera pas. Encore une fois, il y a un aspect moral et physique puis un aspect négatif et positif. Ceci peut être contradictoire, mais une personnalité est loin d'être logique, on se contredit en permanent dans nos actes mais par contre, on suit un certain chemin mettant au commun tous nos défauts et qualités.
    -Charismatique/Captivant : charismatique a plusieurs sens et peut être abordé par le fait de savoir s'exprimer et de faire passer un message. (c'est très jeu de rôle) En soi, elle n'est pas timide et elle s'est parlée à une foule sans faillir. Puis, effectivement, elle a une certaine présence. L’adjectif captivant était plus pour accentuer le fait qu'elle fait de la magie et que grâce à ça, elle suscite l'émerveillement. En soi, c'est des faiseurs de rêve, il arrive à rendre quelques choses irréalisable en possible par un jeu de lumière, angle et technique. Mais ça se ressemble.Je me rends compte qu'il aurait été plus simple de décrire réellement sa personnalité et qu'il est parfois compliqué choisir les bons adjectifs. Si je dois modifier certains, je mettrai qu'elle est contradictoire :3

Pour l'arme, je vais le modifier de suite !
En ce qui concerne son père, je t'ai parlé de mon problème d'écrire à la première ou à la troisième, ce qui explique que je n'ai pas pu développer mon idée comme je le voulais. Le père et la fille ne connaisse pas les raisons du pourquoi et pour eux, c'est une sorte de gratitude. Mais en réalité, c'est autre chose. Hécate/Trivia fait ses enfants à la façon d'Athéna. En fait, elle lui a confié son enfant pour plusieurs raisons : son enfant allait vivre dans un monde touchant à l'illusion, lui donnant la possibilité de développer des capacités hors du commun (tout le monde n'est pas capable d'effectuer un bon tour de magie, c'est un art !); elle est admirable par le talent d'Alessandro puis, aussi, elle n'a pas été insensible à son charme (même si elle a compris qu'il était gay); puis en soi, ils "déposent" leur enfant car ils sont un but particulier et on pourrait qualifier Saphir de prototype; en dernier point, Alessandro est un bon gars, gentil, attentionné mais souhaitant voir sa fille allée loin (même si l'accident de la révélation l'a fortement refroidie), il ferait absolument tout pour elle et c'est ce qu'il a fait.

Pour le pistolet, j'ai hésité car c'est farfelu mais il y a de l'idée. Je ne voulais pas que son père meurt tout de suite car, mon personnage aurait eu un trop gros traumatisme et je voulais qu'elle rencontre son premier monstre. Et c'est là que j'ai fait apparaître cette fan mystérieuse, ce n'est pas n'importe qui, c'est Trivia. C'est une déesse ayant des dons de divinations et elle est malgré tout protectrice envers ses enfants. Elle a été en soi "bouleversée" par l'énorme perte de ses enfants lors de la deuxième titanomachie. En soi, sans cette arme, Saphir serait soit morte, soit elle aurait mal fini (se prenant pour une folle). Tu peux être extravertie mais quand ça touche au domaine divin et que tu n'es toi même pas croyante, tu as du mal à y croire. C'est osé mais j'aimais bien l'idée de la patronne, c'est fourbe :3

Par rapport à l'ellipse, je t'en ai parlé mais j'ai de l'idée quand même, ce n'est pas inconscient ce que j'ai fait. Je dis à la fin qu'elle n'a jamais parlé de ce qu'il s'est passé car elle en était complètement incapable. Je souhaite carrément le développer. En soi, je dois sauter peut-être quelques mois voir quelques semaines, ça me tente de le raconter en rp. Puis, en plus, personne pour le moment connaît l'existence de son père à part peut-être Lupa qui l'a forcément sondé donc c'est à développer dans un futur proche ! Mais, je ne le dis pas forcément clairement, son père est mort.

Je pense en avoir fini, avant de faire mes dernières modifications, j'aimerais réellement que tu comprennes mon point de vu. Dans l'histoire, j'ai voulu montrer l'aspect "destin" d'où ce satané pistolet. Pour le caractère, elle a deux facettes.

Je chipote mais je suis têtue aussi :3

Edit : j'ai oublié un point ! Donc par rapport au paquet de cartes, il est assez basique néanmoins, il y a une carte double face. Elle le porte toujours sur elle au cas où si l'envie lui vient de faire un tour de cartes.
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Saphir Benaglia - fille de Trivia    Dim 21 Déc - 19:32

Bon alors, je comprends très bien tout ce que tu m'as dit, mais il reste qu'il y a des corrections à faire.

Premier point: Ton pouvoir, je voulais une explication de ce que c'était parce que j'ai mal compris l'explication donnée. Et comme tu t'en doutes, je ne suis pas Reyna Razz. Et je me souviens effectivement de ce que j'ai dit, et j'ai aussi mentionné que le pouvoir pouvait être utilisé, mais surtout en situation de panique/stress et etc. Ce n'exclut pas une manière de le décrire. Par exemple, je vais prendre un de mes persos pour te l'illustrer, Dael est un fils d'Arès qui peut se transformer en métal. Et son pouvoir est apparu lorsque sa soeur adoptive a failli lui transpercer le pied avec une fourche. La peur a activé son pouvoir et pouf, le pied s'est transformé en métal. C'était ça que je voulais dire l'autre fois. Razz Mais il est accepté et je l'aime bien. Très original. Donc c'est accepté.

Deuxième point: Ton caractère. Je maintiens ce que j'ai dit. Enfin sur deux points. Je sais que ce n'est pas la même chose de décrire que de mettre des adjectifs, mais en mettant les adjectifs, il faut que ce soit logique et c'est l'une des premières choses que je regarde. Donc, je ne peux pas accepté Persévérant/Têtu parce que lorsque l'on est persévérant on ne peut pas vraiment être têtu. Persévérant est le bon côté et Têtu est le mauvais côté. C'est soi un ou soi l'autre. Désolé. De même que Charismatique/Captivant. Par définition, si tu es une personne charismatique, tu n'as pas besoin d'être captivant pour tenir ton auditoire, tu as déjà ce don en toi sans problème. C'est soit ou soit l'autre encore une fois. Je peux te laisser le mesquine /joueuse, parce qu'effectivement il existe différentes sortes de personnes joueuses.

Troisième point: Je vais te donner un exemple concret pour appuyer mes dires, parce que je peux comprendre ce que tu as voulu faire pour le père, mais ce n'est pas le genre de personne de confier un de ses enfants à un pur inconnu, même lorsque l'on est sous son charme. De plus, l'enfant à un père, on ne peut pas avoir des enfants comme ça, même en étant une déesse, donc l'enfant a aussi un père mortel qui a le droit d'avoir son enfant. Et pour finir, ce n'est pas le genre d'Hécate/Trivia d'éprouver ce genre de pitié. C'est une déesse plus dure... Moins tendre. Elle n'est pas simplement la déesse de la magie, elle est aussi la déesse des carrefours et ça rend sa personnalité moins douce. De plus, dans tous les personnages de livres qui ont été crées, aucun n'a été donné à un pur inconnu. Tout le monde a vécu avec son parent mortel ou du moins lui a été refilé. Après, oui, on peut se faire adopter, on peut aller dans un orphelinat, mais les parents divins donnent l'enfant à leur parent mortel. Donc, je suis désolé, mais je me dois de le refuser.

Quatrième point: Ton pistolet, je peux te l'accorder, mais je voudrais que tu expliques tout ça dans ta fiche. Parce que sinon, c'est très disons tiré par les cheveux et pas très réaliste. D'autant plus, si le père est mortel, il ne voit pas l'arme comme une arme en soit parce qu'il ne voit pas au-travers la brume. Donc, tu pourrais jouer sur ça. Mais il me faut des explications dans la fiche.


Cinquième point: Je sais que que tu as de la difficulté à écrire, mais l'ellipse est trop grande. On perd des détails et tout ce qui a été autour du perso a subitement disparu. Avant, on parle d'aller en Californie et d'un coup, pouf, nous sommes dans la forêt sans raison apparente. Si tu pouvais étoffer un peu, juste pour que l'on sache pourquoi. Je ne demande pas un pavé, je voudrais juste disons une raison.

Sixième point: Si ton paquet de carte ne te servira pas pour tes pouvoirs de demi-dieux, tu n'est pas obligé de l'écrire et de le mettre là. Parce qu'il n'est pas magique. Les demi-dieux ont des objets personnels qui ne sont pas magiques et ils ne sont pas tous là. Je te laisse le choix de le changer pour un objet magique ou tu peux le laisser là. Ce point n'est pas une correction, juste de la curiosité Razz

Voilà, c'est tout pour le moment. Bon courage Wink
avatar
Coalition ψ Combattant
Ω Tablettes : 1633
Voir le profil de l'utilisateur

Qui es-tu?
Ω Objets:
Ω Relations:
Ω Compétences:

MessageSujet: Re: Saphir Benaglia - fille de Trivia    Lun 22 Déc - 10:45

Bon, j'ai enfin fini les modifications, en espérant que ça soit bon pour cette fois. Je t'avoue, je ne me suis pas trop attardée sur de longue description mais je pense que ça tient la route. Mais, je laisse un certain mystère sur ce voyage et j'espère que ça ne te posera pas de soucis.


édit : si je ne révèle pas la nature du monstre, c'est fait exprès, si un jour, elle devait en croiser un du genre, elle pétera un plomb.
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Saphir Benaglia - fille de Trivia    Lun 22 Déc - 13:18

Bienvenue à toi ! Very Happy
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Saphir Benaglia - fille de Trivia    Lun 22 Déc - 16:03

Bon alors j'ai deux petites choses à te faire corriger:

Premier point: La prof de latin, si elle est mortelle, elle ne peut pas voir les monstres et les mortels qui peuvent voir au-travers de la Brume dans ton cas à toi, il ne dirait rien. Du coup, je vais devoir te demander de changer. Tu es une fille d'une déesse mineure, tu n'as pas tant d'ennui que ça, ton odeur n'étant pas si forte qu'un enfant d'Athéna par exemple.

Deuxième point: Echnida. Je suis vraiment désolé, mais je dois dire non. Elle ne se déplace pas pour une fille de déesse mineure. Tu ne peux pas l'avoir rencontré. Comme je l'ai dit plus haut, les enfants des demi-dieux mineurs ont une odeur moins forte que les demi-dieux normaux et ceux-ci sentent moins fort que les demi-dieux enfant des trois grands. Je vais devoir te demander de changer ça.


Pour le reste, tout est bon. Courage, c'est la dernière ligne droite
avatar
Coalition ψ Combattant
Ω Tablettes : 1633
Voir le profil de l'utilisateur

Qui es-tu?
Ω Objets:
Ω Relations:
Ω Compétences:

MessageSujet: Re: Saphir Benaglia - fille de Trivia    Lun 22 Déc - 16:50

Merci beaucoup Hailey,
Bon, j'espère mettre un point final à cette histoire et j'annonce avoir fait les modifications !
--
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Saphir Benaglia - fille de Trivia    Lun 22 Déc - 17:01



Ω Fiche Validée Ω


Qui c’est qui est validé ?


Félicitation, tu viens d'être validé avec les honneurs du jury. A présent tu peux venir faire la fiesta avec tout le monde.

Comme promis, suite à cette correction, je te valide. C'est terminé, tu peux être fière de toi Razz. Très belle fiche, j'ai bien aimé te lire. Bienvenu parmi nous ,bon jeu, amuse-toi bien et bienvenue dans la cinquième cohorte Mademoiselle Benaglia.

Cependant il y a quelques petits détails presque rien à régler, une formalité disons le:
Ici tu pourras réserver ton avatar, et oui ce serait bête qu'on te le pique.
Pour te faire des amis, des ennemis ou tout simplement avoir des liens c'est ici
Là c'est pour faire des rps avec tous pleins de monde
Et ici c'est pour que les admins t'aiment, pour que le forum t'aime et pour avoir pleins de nouveaux amis-ennemis

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Saphir Benaglia - fille de Trivia    

Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Mémore Histoiremon, fille de Trivia
» Saphir Benaglia - un petit tour de magie vous tente ?
» Océan, soeur de Ambre et fille de Neige et Saphir.
» Solution Saphir Alpha - Rubis Omega
» De Saphir et d'Or

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Heroes of Honor :: Les anciennes fiches de présentations-