Bienvenue jeunes padawans. ♥️ Le forum est officiellement rouvert!
Soyez originaux, mes chéris. Priorisez les opposants et les sang mêlés qui ne descendent pas directement des Trois Grands. Nous nous donnons le droit de les refuser. Merci ♥️ Cliquez.
N'oubliez pas d'aller voter ici aux deux heures pour nous ramener pleins de nouveaux amis/ennemis. ღ

Partagez | 
 

 Portrait d'une fille à peu près banale (finis)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité
Invité

MessageSujet: Portrait d'une fille à peu près banale (finis)   Ven 19 Déc - 18:00


prénom prénom nom
« citation citation citation citation citation »

       

NomRose Prénom(s) Evanna Crysta SurnomsEva’ Date de naissance21 Avril 1998 Age16 ans Lieu de naissanceSeatle OrigineAméricaine Années passé dans votre camp3 ans Statut social •  célibataire Orientation sexuelle •  hétéro AvatarAnnasophia Robb Créditécrire ici
[justifyÉlémentterre Parent divinAthéna Pouvoir ( un seul)omnilinguie Arme et objet magique (une arme et un objet ou deux armes et pas d'objet)un collier en forme de chouette qui se transforme en épée et une bague qui lui permet d’avoir accès à à une base de donnée qu’elle construit elle même Camp choisigrec Rêve d'avenirpouvoir vivre une vie normale (on peut toujours rêver [/justify]
..IL ETAIT UNE FOIS..
       ..IL Y A BIEN LONGTEMPS.
.

   

Bien. Voilà la partie la plus ennuyeuse. Ma vie. Et lorsque je dis ennuyeuse, c’est ennuyeuse. Comme je l’ai dit plus haut, je suis né à Seatle. Sympa, vraiment. Un cadre magnifique, des paysages à couper le souffle, des lacs sublimes, bref le rêve. Sauf pour quelqu’un d’aussi frileuse que moi. On peut dire que j’ai souffert là-bas. Mais là n’est pas le problème. Donc officiellement, je suis née à Seatle. Enfin, je pense pas que ce soit la vérité vu que plus tard, j’appris que ma mère enfantait par l’esprit. L’avantage, c’était qu’il n’y avait pas de problème pour aller à l’hôpital. Après, ma mère avait du se flanquer un sacré mal de tête. Bref, mon père me trouva sur le paillasson, devant sa porte. Genre “salut, la cigogne est passée, vous avez une fille, bonne journée !”. Franchement, quand on est pas préparer à ça, ça doit faire un choc. Cependant, mon père assuma ses responsabilité et je devint Evanna Crysta Rose, fille de Joseph Rose.

Parlons de mon enfance. Grosso modo, tout se passa merveilleusement bien jusqu’à mes dix ans, c’est à dire jusqu’à ce que j’entre au collège. La seule chose qui me préoccupait, c’était l’absence de mon père. Étant policier, il n’était jamais là, ou si rarement. Cependant, il fit tout son possible pour m’aider. Lorsqu’il découvrit que j’étais dyslexique, il essayait de rentrer plus tôt pour m’apprendre à lire et à écrire correctement. Quand il ne pouvait pas rentrer, il demandait de l’aide à notre voisine, une vieille dame très gentille qui avait été enseignante. Bref, je ne devint jamais quelqu’un d’extrêmement douée en lecture et en écriture, mais j’étais moins embêtée par ce problème. Ce qui était une bonne chose vu que lire était l’un de mes seuls moyens de m’évader. Alors le fait que je ne sois pas obligé de relire quinze fois la même phrase pour la comprendre était une bénédiction. Voilà, cependant, par rapport à celles de certains autre demi-dieu, mon enfance fut digne de celle d’une princesse. Ce que j’aimais le plus, c’était aller au travail de mon père. Vous auriez du voir comment j’étais chouchoutée par ses collègues. Comme il était souvent seul et qu’il ne pouvait pas abuser de la gentillesse de notre voisine, je ne compte même pas le nombre de fois où je me suis endormis sur un siège dans le bureau de mon père. Malgré ça, j’adorais être à son travail. Chaque moment avec mon père, c’était tout ce dont j’avais. Alors je les adorais.

Mais en entrant au collège, je perdis le peu de confiance que j’avais en moi. Franchement, je ne comprenais pas pourquoi mon père avait absolument tenu à déménager. C’est vrai quoi, il adorait Seatle. Mais non, on ai parti à New York. Et voilà comment j’ai dû m’intégrer dans un endroit où tout le monde se connaissait déjà. Et comme je n’étais pas la personne la plus extravertie au monde, je ne me sentais pas de taille à m’intégrer. Résultat, je n’osais aller au devant de personne. Et qui va aller intégrer quelqu’un qui ne faisait rien ? Personne. Bref, je me sentais de plus en plus mal chaque jour. Cependant, je ne suppliait pas mon père de déménager. Depuis qu’on était dans la capitale, lui aussi, il semblait souffrir. Alors je n’allais pas l’embêter avec mes petits problèmes. Je me contentais de lire, ou d’écouter de la musique. Et je rêvais. De tout et de rien, d’une vie mille fois mieux. Mais je voyais bien que papa avait d’autre préoccupations. Dès que je rentrais à la maison, il me posait plein de question bizarre. Là, il avait l’air d’un vrai flic. C’était à peine si je ne devais pas lui donner mon emploi du temps. Et enfin, un truc super bizarre est arrivé. Je rentrais chez moi, comme d’habitude, lorsqu’un clochard me demanda de l’argent. Bon, je voulais bien être généreuse, mais je ne pouvais pas donner une pièce à tous les SDF qui passaient. Alors, je continuais mon chemin comme si de rien était. Et voilà qu’il se mit à m’attraper le bras. Soyons clair, j’avais toujours été nulle en sport, alors ne me demandais pas comment j’ai réussis à repousser le type et à courir jusqu’à chez moi. Là mon père m’a ordonné de faire mes valises et puif, voilà, on a quitté l’Europe comme ça. Sans aucune explication, je me retrouvais au bord de la mer, en Californie, dans une petite maison que mon père avait déjà acheter. Et bien je peux vous dire que c’était super flippant.

Et voilà comment je me suis retrouvais en Californie, du jour au lendemain. J’avoue qu’on a eu de nombreuse discussion et dispute à ce sujet, mais c’était mon père. Peut-être qu’il m’exaspérait, mais il était tout ce que j’avais. Et puis on ne pouvait pas dire que ma vie à Londres, c’était le rêve. Ici, je me sentais bien. Et je n’avais jamais été autant avec mon père. Chaque fois que je rentrais de l’école, il rentrait en même temps que moi, on se faisait des barbecues, on allait pêcher, on s’initier au surf (on était aussi nul l’un que l’autre),... Et puis un autre truc bizarre arriva. A 13 ans, on devait choisir une autre langue. N’importe laquelle, l’avantage dans un grand collège, c’était qu’on avait du choix. Alors je choisis le français. Cette langue avait toujours était considéré comme la langue de l’amour et de l’élégance. Alors quitte à choisir, autant que ce soit une langue classe. Jusque là, rien d’anormal. Le truc, c’est qu’arriver en classe, je me rendis compte que je comprenais le français comme je comprenais l’anglais. Et voilà. Des milliers de questions. Est-ce que j’étais française. Est-ce que j’avais de la famille française. Tant de question sans réponse. Pour moi, la seule explication, c’était que comme certaines personne, je m’étais réveillée en connaissant cette langue. Seulement, moi, je n’avais pas oublier l’anglais. Car même si pour le moment, je faisais quelques fautes de langue, mon niveau était le même que celui d’un français pas très doué. En tout cas, mon père à tout fait pour soutenir cette idée.

Mais bizarrement, sa version changea le jour où alors qu’on allait au cinéma, on se fit attaquer par une jeune bimbo qui s’était mis en tête de draguer mon père. Sauf qu’en me concentrant sur ses jambes, je vis qu’elle avait une jambe de fer et une jambe de chèvre. Ouai, excusez mon étroitesse d’esprit, mais là, ma seule pensée fut “c’est quoi cette horreur ?”. Sauf que j’aurais dû fermer la bouche, parce que dès qu’elle vit mon expression, la pimbêche se précipita sur moi. Avant d’avoir pu comprendre ce qui se passait, je me retrouver sur le trottoir, la main de la blonde démoniaque sur mon coup, je me dis que ma dernière minute était venue. Je ne su même pas ce qui m'avait pris, mais je réussis à saisir une pierre et à donner un coup à la tête de la blondasse. Du coin de l'oeil, je regardais mon père chercher frénétiquement quelque chose avant de toucher avec soulagement son cou. Mais à quoi est-ce qu'il jouait ? Je me précipitai vers une barre de fer que je venais de voir et essayer de maintenir le monstre en respect. Alors, à ce moment, mon père me lança le collier qu'il avait autour de son cou. Merci papa, mais là, un flingue me serait plus utile. Devant mon regard incrédule, il me fit signe d'appuyer sur le manche de l'épée miniature. Alors une véritable épée apparut dans mes mains. Heureusement, j'eu le réflexe de plonger ma lame dans le corps de la blonde qui se transforma en poussière. D'accord, si quelqu'un pouvait m'expliquer ce qui se passait, là tout de suite maintenant, ça m’arrangerait. Et vu le regard de mon père, ce serait à lui de le faire. Après tout, il devait être au courant de ce qui se passait, vu qu'il m'avait donné ce collier. D'ailleurs, alors que je regardais mon épée en me demandant comment j’allais la cacher, elle se transforma en collier. Est-ce que c’était une bonne idée de le porter ? Après tout, il m’avait sauvé la vie. Après l’avoir attaché autour de mon cou, je me tournais vers mon père, qui, après un moment de surprise, avait repris ses esprits et m’emmenait vers la voiture comme s’il ne s’était rien passé. Sauf que là, j’en avais marre. Il se passait quelque chose et justement, mon père le savait. Sauf qu’il refusait de me dire ce qu’il se passait. Et ça, c’était pas cool. Une fois rentré à la maison, je me tournais, rageuse vers papa :

-Bien, maintenant, est-ce que tu peux me dire ce qui se passe ?!

Eh bien disons que je n’ai pas été déçu. Parce que m’entendre dire que ma mère était la déesse de la Sagesse, alias Athéna, c’était pas trop ce à quoi je m’attendais. Après de nombreux cris et de nombreuses crises de larmes, il a bien fallut que je me rende à l’évidence. J’étais une demi-déesse. Trop cool. C’est génial. Sauf que là, ça m’énervait. Parce qu’à cause de ça ma vie était continuellement en danger. Et je détestais ça. Depuis, ma relation avec mon père fut moins fusionelle. Après tout, il m’avait menti depuis toute mon enfance. Ensuite, il me parla d’un endroit avec d’autre personnes comme moi, où on apprenait à se défendre contre les monstres. Même si je n’avais aucune envie de me retrouver dans cette colonie comme si on me jetais dans un asile. Sauf que mon père insista. C’était limite s’il ne m’avait pas menacé de m'assommer pour m’emmener là-bas.

Et voilà comment je me retrouvais chaque vacances à la colonie. Bon, on ne pouvait pas dire que j’étais très connue. Cela aurait été difficile vu que je ne sortais pratiquement jamais de notre bungalow. Voilà comment je passais trois années de ma vie à ne rien faire pendant chaque vacances. Je refusais de prendre part à cette vie que je n’avais pas choisi. Non. Enfin, c’était jusqu’à ce que Luc rejoigne Chronos et que les partisans attaquent la colonie. Là, je me rendis compte que si je perdais la colonie, je perdais un havre de paix. Et ça, il n’en était pas question. Sauf que, qu’est-ce qui me disais que leur camp n’était pas le bon ? Ça faisait deux ans que j’avais appris qui était ma mère. Et à part l’apparition d’une épée, je n’avais eu aucune nouvelle d’elle.

Alors que je venais de me torturais la tête pour la énième fois et que je m’étais endormis la tête pleine de question, une dame, ma mère, qui disais venir pour m’éclairer. C’était tout ce que je me rappelais, mais en me réveillant, je remarquais une bague en argent surmonté d’une lapis lazuli à mon index droit. Intrigué, je la tournais dans tous les sens jusqu’à ce que j’appuie un peu fort sur la pierre précieuse. Une base de donnée apparut dans ma tête, avec une notation pour me dire qu’il ne tenait qu’à moi de la mettre à jour. Si une fois allumée, si je la tournais dans le sens des aiguilles d’une montre, les informations étaient projetées. Pour l’éteindre, il suffisait de ré-appuyer dessus. Suite à ça, je décidai de choisir le camp de ma mère. Ce n’était qu’un simple signe, mais je n’avais que ça à quoi m’accrocher. Puis après la disparition des héros, je décidai qu’il était tant pour moi d’agir. J’étais une demi-déesse, et je devrais bien un jour ou l’autre me rendre à l’évidence : je n’aurais jamais une vie tranquille, alors autant apprendre à s’en sortir dans ce monde de sauvage.

Et voilà pourquoi vous me voyez là, en dehors de mon antre. Vous voulez bien être mon ami ?
       

#AAAAAA]Ton prénom ou surnomGaby Ton âge 18 ans Que penses-tu du forum ?après des journées de recherche, je peux vous dire que j’ai trouvé une perle rare T'es arrivé là comment ?google est mon ami Eléphant Crame Rosbeefécrire ici Un dernier mot Jean-Pierre ?c’est mon dernier mot Jean-Pierre
       CODES BY RAINBOWSMILE


Dernière édition par Evanna C. Rose le Dim 28 Déc - 11:18, édité 3 fois
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Portrait d'une fille à peu près banale (finis)   Ven 19 Déc - 18:01

Voilà j'ai finis, par contre, je ne serais pas là toute la semaine prochaine alors je serais dans l'incapacité de répondre :)
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Portrait d'une fille à peu près banale (finis)   Ven 19 Déc - 20:02

Bienvenue et absence prise en compte ma petite dame.

Ton avatar m'a fait pensé à Charlie et la Chocolaterie et franchement Very Happy je kiff ce film *sort LOIN*
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Portrait d'une fille à peu près banale (finis)   Ven 19 Déc - 20:13

Bienvenue parmi nous

Je serais celui qui s'occupera de ta fiche, mais avant toute chose, est-ce que le tout est fini complètement? Vu que tu n'as pas posté dans le sujet à ce propos, mais qu'il est écrit fini dans ton titre, je me pose des questions ange
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Portrait d'une fille à peu près banale (finis)   Ven 19 Déc - 21:05

heu oui, désolée j'avais oubliée ^^

Et vive Cherlie et la chocolaterie
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Portrait d'une fille à peu près banale (finis)   Ven 19 Déc - 23:14

Bon alors comme promis, me voici Very Happy

Je vais te faire une analyse point par point de ta fiche.

Premier point: Bon alors, je sais que c'est un gros point de ta fiche et que je te demande de changer un truc passablement gros, mais nous n'acceptons pas les demi-dieux nés hors États-Unis. Premièrement parce que les dieux n'ont pas vraiment d'aller en Europe, ils sont basés au coeur de l'occident, donc aux États-Unis et deuxièmement, la vie là-bas, en Europe, c'est un pur Enfer. Les monstres te collent à la peau, c'est impossible d'y vivre paisiblement. Je voudrais que tu le changes s'il te plaît.

Deuxième point: Alors côté caractère, je vois quelques petites fautes de concordances. On ne peut pas vraiment être pied sur terre et rêveuse à la fois, l'un est l'opposé de l'autre. Et aussi, il y a le point juste après pessimiste que je ne comprends pas ce que tu as voulu dire.

Troisième point: Ton arme. Enfin ton affrontement avec l'empousai. Athéna, était une déesse guerrière, mais aussi une déesse de la sagesse, elle ne fera pas apparaître ton arme comme c¸a en plein combat. Son genre serait de te laisser te débrouiller pour voir ce que tu peux faire. D'autant plus, aucun demi-dieu dans les livres a reçu son arme directement de son parent divin. Si tu pouvais changer ça aussi s'il te plaît.

C'est tout pour le moment. Voilà Very Happy
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Portrait d'une fille à peu près banale (finis)   Lun 22 Déc - 20:20

Bienvenue
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Portrait d'une fille à peu près banale (finis)   Sam 27 Déc - 9:37

Merci Hestia

Voilà, normalement, j'ai modifié tout ce qu'il y avait à modifier :)
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Portrait d'une fille à peu près banale (finis)   Sam 27 Déc - 11:04

Me revoilà

Alors une dernière petite chose, sinon le reste est bon :


Ton caractère , il manque une qualité et je ne comprends toujours pas ce que tu as voulu dire par: Lle connait pas. Dans les défauts.

C'est tout Very Happy
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Portrait d'une fille à peu près banale (finis)   Dim 28 Déc - 11:19

Le "Lle connaît pas" était une faute de frappe, désolée j'avais pas remarqué ^^ . Voilà, normalement j'ai changé les dernières modifications :)
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Portrait d'une fille à peu près banale (finis)   Lun 29 Déc - 23:02



Ω Fiche Validée Ω


Qui c’est qui est validé ?


Félicitation, tu viens d'être validé avec les honneurs du jury. A présent tu peux venir faire la fiesta avec tout le monde.

Tout est bon pour moi, je valide. Très belle fiche, j'ai bien aimé. Cette fille d'Athéna a du potentiel et j'aime bien ça. Bien entendu, je vais te demander un lien, mais ça, ce n'est pas pour le moment Wink Alors, je n'ai rien d'autre à dire que bon jeu parmi nous Very Happy

Cependant il y a quelques petits détails presque rien à régler, une formalité disons le:
Ici tu pourras réserver ton avatar, et oui ce serait bête qu'on te le pique.
Pour te faire des amis, des ennemis ou tout simplement avoir des liens c'est ici
Là c'est pour faire des rps avec tous pleins de monde
Et ici c'est pour que les admins t'aiment, pour que le forum t'aime et pour avoir pleins de nouveaux amis-ennemis

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Portrait d'une fille à peu près banale (finis)   Mar 30 Déc - 11:25

Merci !
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Portrait d'une fille à peu près banale (finis)   

Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Julia de Lamerlay - Garde tes amis près de toi...
» Je serais toujours près de toi... [Mort de Saveur d'Amande: pv Dauphine, et ceux qui veulent lui rendre hommage]
» Chasse entre mère et fille
» |Selena Kristen Stiwart ♥ Une fille parmis tant d'autres...|
» Présentation de Raphaëlle Ein, l'innocente vilaine fille...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Heroes of Honor :: Les anciennes fiches de présentations-