Bienvenue jeunes padawans. ♥️ Le forum est officiellement rouvert!
Soyez originaux, mes chéris. Priorisez les opposants et les sang mêlés qui ne descendent pas directement des Trois Grands. Nous nous donnons le droit de les refuser. Merci ♥️ Cliquez.
N'oubliez pas d'aller voter ici aux deux heures pour nous ramener pleins de nouveaux amis/ennemis. ღ

Partagez | 
 

 SPQR, c'est la vie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité
Invité

MessageSujet: SPQR, c'est la vie   Mer 18 Mar - 10:42


Ethan Oliver Allen
« Absentem lædit, qui cum ebrio litigat »

   

NomAllen Prénom(s) Ethan Oliver SurnomsEthan Date de naissance8 Août Âge22 Lieu de naissanceEn Amerique du Nord, dans un hôpital OrigineAméricaine Années passé dans votre camp10 ans Statut social •  Célibataire Orientation sexuelle •  Les filles  AvatarMax Irons Crédit...

Parent divin Auster Pouvoir (un seul)Provoque des tempêtes de sable Arme et objet magique (une arme et un objet ou deux armes)Spatha orné d’un rubis qu’il a fait forgé par caprice pour la différencier des autres. Objet : un anneau serti d’un rubis qui posé contre une porte verrouillée fait sauter le loquet Camp choisiRomain Rêve d'avenirRentrer dans l’histoire Particularités (tic, manies, signes distinctifs, peur)Se masse les tempes quand il stress, aime bien mater les culs des filles mais ça se dit pas.
..IL ETAIT UNE FOIS..
   ..IL Y A BIEN LONGTEMPS.
.


Si j’avais su qu’on me demanderait si vite de raconter ma vie, j’aurais mis un costume *enlève toute la poussière de ses habits de légionnaire*. Donc comme vous avez pu voir au-dessus je m’appelle Ethan Oliver Allen. Bon par contre, je me grouille de raconter mon histoire, vous connaissez pas le Praetor, si je suis en retard, je pourrais jamais devenir centurion et bordel je veux être centurion. Quoi c’est du charabia ? Ah oui d’accord c’est juste au hasard l’interview ? C’est pas parce que vous m’admirez ? Super… vive l’ambiance. Donc voilà je suis ce qu’on pourrait appeler le fils d’un dieu et d’une mortelle, ce n’est pas de la vantardise, sinon j’aurais choisi un dieu plus connu que Auster. Le dieu du vent chaud ? Non vraiment pas… Notos en grec… toujours pas, ok des cas sociaux, fais chier quand même c’est toujours pour moi les problèmes… Donc ma mère était en couple avec un gars quand Auster s’est dit d’un coup putain elle me plait cette fille, ma mère a dû dire un truc du genre wouuah il est beau… Tsss les femmes, il suffit de prétendre le grand amour et bim elles se font toutes avoir, je sais de quoi je parle. Du coup, est ce que papounet a un jour deviné que je n’étais pas son fils, pas sûr, pourtant chai pas il suffit de me regarder et de le regarder, je suis beau, voilà c’est tout, faut pas chercher plus loin. Non mais je pense que vu que papa avait déjà un fiston de deux ans mon aîné, il s’est dit que l’amour durerait pour toujours. Ah mon frère, il y en a qui pensent que les frères sont toujours les meilleurs amis du monde, capable de se soutenir dans les meilleures comme dans les pires moments, nous pas du tout On aurait fait un remake de Rémus et Romulus si nous avions eu des armes. En fait, il était jaloux de moi, c’est pas que petit j’étais bon au combat, non non il a deux ans de plus, il m’explosait mais j’avais la merveilleuse faculté de hurler à la mort MAMAAN PAPA et qui sait qui se faisait engueuler, le frérot. Oh ne dîtes pas que je suis injuste, premièrement j’étais petit, et deuxièmement si vous aviez le pouvoir d’arrêter qu’on vous tape dessus, vous l’utiliseriez tous.

Je n’étais clairement pas obéissant petit, déjà parce que je voulais tout faire comme mon frère, ah le délire des petits frères et je tapais un peu des crises pour rien. Bon maintenant, je sais que c’est dû à Papa Auster, ils ne peuvent pas offrir autre chose que l’hyperactivité les dieux, non c’est histoire de bien nous faire suer dès notre plus jeune âge. Donc oui j’étais incapable de comprendre qu’un crayon, ce n’est pas fait pour essayer de planter les gens, ah déjà une âme de futur guerrier. Bon mon grand frère aimait beaucoup moins le fait que j’essaie de le planter au critérium. Donc si j’avais le bonheur de le toucher, derrière je courrais pour ma survie, et on peut dire ce qu’on veut mais courir dans les escaliers comme un dératé, ça peut sauver, surtout quand l’autre hésite à poursuivre pour ne pas se faire engueuler. Oui j’étais fourbe et alors, le plus petit se fait toujours taper dessus, je ne le souhaitais pas, tout ça pour un crayon, petite nature. Bon par contre, on s’entendait très bien quand il s’agissait de s’allier pour obtenir des choses, petites racailles de récré nous voici. Au départ, je ne connais pas spécialement, je n’étais pas monsieur muscle, pas tous fils de Mars hein les gars, moi mes muscles je les ai pas naturellement. J’étais observateur et je constatais que mon frère s’y prenait comme un manche sauf qu’il n’y a que moi qui ait le droit d’embêter mon grand frère, alors un jour que je regardais mon frère se taper pour un ballon, personnellement, je trouvais ça crétin mais bon lui donna un mauvais coup. Résultat il se retrouva avec mini Allen accroché à lui comme un koala, sauf que le koala en question devait être enragé, j’essayais et je réussis à le faire chuter et je le maintins au sol faisant bien équipe avec mon grand frère, à deux on lui ficha la raclée du siècle. Raclée qui nous fut donné après que papa et maman aient été convoqués pour enfants turbulent, non non je promets, c’est le terme utilisé, j’essaie de buter un gamin et je suis juste turbulent, c’est niquel pour la formation de l’esprit de psychopathe. J’en suis pas un, vous devez vous dire ho il s’entend bien avec son frère trop mignon, non en fait vous vous en foutez… ok toujours aucun intérêt de vous parler vous deux.  En fait dès le soir ça dégénéra, j’avais déjà bien mal aux fesses après la fessée et lui il m’enleva le coussin, sous la douleur, j’étais complètement fou et je me jetais dessus en hurlant des insultes et je le mordis en courant tout en hurlant, comme à mon habitude
« MAMAN ! YOANN IL ME POURCHASSE ! » et pour la première fois, mon astuce se retourna contre moi « ARRETES DE LE CHERCHER ! » Non mais je rêvais, mère indigne, tout ça parce que le morveux avait osé dire que c’était moi qui l’avait mis à terre, il avait qu’à tenir sur ses jambes aussi. S’il me croisait maintenant, il se prosternerait certainement. Est-ce qu’il faut parler des petits mots doux des professeurs à mon égard « élément perturbateur » « Est-ce qu’Ethan est pareil chez vous ? » « Ethan pense que la sonnerie passe au-dessus de l’autorité des profs » D’ailleurs c’est faux, je ne le pensais pas, j’en étais persuadé et je le suis toujours, les cadres scolaires c’est sympa mais on ne peut pas demander à des professeurs de diriger des demi-dieux, d’accord un demi-dieu (mais le meilleur) il me fallait un cadre que seul la légion pouvait m’offrir. Alors évidemment que petit je souriais juste pour faire bonne figure, tout en essayant de donner des coups de pieds à mon frère, passe-temps fort important. Non je n’ai pas tué Yoann, ni mes parents, à ce que je sais, ils doivent être encore en vie et j’aimerais bien aller filer une bonne raclée à mon frère mais je ne suis pas certain que le préteur accepterait que je me venge des années après. Est-ce qu’ils me manquent, non pas du tout, au début c’était vrai, ça fait bizarre de passer du petit dernier de la famille à un monde de demi dieu mais maintenant, jamais je ne reviendrais, je suis chez moi.

La découverte des pouvoirs, très sympa dans mes souvenirs. Non personne ne m’avait laissé de petit mots du genre hé mon coco méfie toi, tu as une sorte de don. A la place, ils se sont dit, hey ça va être cool ces vacances à la plage à celui-là. Donc déjà 7h de route, autant dire que je ne sais pas exactement dans quel coin paumé on est allé mais je commençais à devenir dingue dans mon siège. En plus, mon frère se la jouait érudit et lisait un livre pendant que je m’acharnais sur ma game-boy. Passé le 50ème game over, je décidai d’utiliser mon temps libre et je balançai ma peluche en traitre dans la tête de mon frère qui grogna aussitôt, oui un vrai petit roquet. Mes réflexes étaient pitoyable et même en anticipant quand même la réponse, je me prie le livre dans la tête. Il y a quand même une différence entre une peluche et un livre, enfin ma peluche n’est pas pleine de lingot d’or, résultat, je lui attrapais le bras, histoire de le tordre quand maman et papa à l’unisson gueulèrent « LES GARçONS » C’est le message codé qui signifie, si on vous entend encore, vous vous en prenez une. Du coup, je me contentais de lui donner des coups de pieds à intervalle régulier tandis qu’il me poussait contre la portière. Ce qui doit expliquer que je n’aime pas vraiment les voitures, le voyage me rend chiant… encore maintenant. Une fois arrivée sur place, dans la tête des jeunes c’est toujours « cool la mer ! » et là il y a toujours les parents pour dire, on range la voiture d’abord… Super, parents synonyme de briseur de rêve. Pour une fois, j’aidais en transportant les affaires quand une jambe, m’attrapa à mi-hauteur, comme quoi, je ne suis pas le seul à chercher. Je m’explosai contre les pavés, et hop c’était reparti pour une course poursuite entre les deux frères. Nous avions été prévenus et la baffe vient nous calmer quelques instants. Une fois calmé et surtout peu désireux de s’en prendre une à nouveau, on se contentait des regards noires et des gestes obscènes jusqu’au moment d’être sur la plage. Et là, j’étais le plus excité des gamins et je courrais comme un fou, vraiment, je ne vous dis pas la quantité de sable dans mon maillot de bain, après je m’étonnais que ça gratte, pas malin à l’époque… Sur la plage, étrangement, nous faisions bien équipe avec Yoann contre les autres, au grand damn de mes parents je crois. En tout cas, je construisais le château, notre beau château et lui… il détruisait ceux des autres. Jusqu’au moment où, un gamin un peu plus vieux que nous… on l’avait pas vu avant aussi… sinon on se serait peut-être pas frotté à lui… bon si je l’aurais fait, l’envoya valser. Imaginer quand même, je n’avais pas mué et j’avais une voix de gamine… Du coup mon « he » fut un peu pitoyable, sauf que le sable qui voleta autour de moi fut beaucoup moins pitoyable. Mais qu’est-ce que c’est que ce don moisi sans notice ! J’ai paniqué, bah oui logique quand on sait au fond de soi qu’on est responsable d’un truc on panique, résultat plein de sable dans les yeux, je chouinais comme une tapette et Yoann qui trouvait ça drôle, pauvre débile, j’essayais de te défendre ! Ah c’est sûr, il me manque pas cet idiot. Du coup la partie don c’était un peu bizarre et toute la plage pensait à une mini tempête, et ouai j’allais en provoquer des ravages dans le futur mais pas dans ce domaine… Ok j’ai rien dit. Le soir même, j’essayai d’en parler à Yoann dans le lit, il m’envoya à nouveau son livre dans la tronche et cette fois, je ne répliquai pas, je ne trouvais pas ça drôle, je voulais comprendre ce qui s’était passé. Je n’étais pourtant pas fugueur, encore moins quelqu’un de très courageux mais la curiosité l’emportait sur la prudence, je descendis timidement les marches une à une, essayant de ne pas les faire grincer et j’ouvris la porte tenant ma petite peluche husky entre mes mains. Finalement, je sortis le nez dehors et je marchai jusqu’à la plage, terrifié parce qu’à 10 ans, on est pas tous hyper courageux la nuit. En plus, j’avais l’impression d’être suivi, je sais, l’esprit peut imaginer des choses mais je m’inquiétai vraiment, j’entendais comme des bruits de pattes, un chien sauvage, sûrement. Une fois sur le sable, j’essayai d’invoquer le sable, lui parler pour qu’il se soulève à nouveau, en vain. Je lançai donc du sable dans la mer un peu énervé lorsque je dus malencontreusement toucher une bestiole marine. Mes yeux s’agrandirent sous la frayeur de ce truc qui sortait des eaux et je n’eus qu’un mot d’ordre dans la tête « cours ! » Allez, courir dans le sable mais quelle partie de plaisir, vraiment, mais qui a des idées de foutre ces machins-là dehors ! Ils n’ont pas pensé à ça les dieux ?! Merde même les humains enferment les animaux sauvages, on va pas me dire que les humains sont plus intelligents, il suffit de voir Yoann pour savoir que non. Du coup je courrais comme un dératé dans le sable essayant de ne pas glisser, une fois sur la route, on se dit cool sauvez ! Ah non pas du tout je me retrouvais face une espèce de meute de loup… et je clignais des yeux à choisir entre la mort pas des trucs identifiés et un truc pas identifié, euh j’avoue que je ne savais pas trop. Je priais pour qu’ils s’attaquent entre eux comme dans les films. C’est alors que la voix d’un des loups résonna dans ma tête, Lupa a la voix la plus stressante au monde, ce n’est pas doux et ça ne ressemble pas vraiment à une voix humaine, c’est plus rauque, parfois on peut même entendre un grognement comme si la lettre ne venait pas. Bref, à ne pas trop avoir dans la tête. Elle m’expliquait certaines choses et bien sûr que ma logique à moi c’était bouffe le monstre putain. Qu’est ce que j’en avais à faire d’apprendre que j’étais un demi-dieu si je mourais sans même pouvoir voir d’autres demi-dieu. Ah mais elle était décidée à ne pas intervenir, elle me fixait de son regard sans fond attendant que je me fasse bouffer. Du coup je me tournais pour faire face à mon destin, en flippant grave mais bon, bêtement parce que sérieux qui a l’espoir de battre un monstre à main nue, je me jetais sur l’animal. Je crois même que le loup, le petit gris là il avait posé sa patte devant ses yeux l’air de dire, ho non encore un boulet. Sauf que le boulet en question n’avait absolument pas envie de mourir, puisqu’il était clair que je ne vaincrais pas le monstre, j’agissais comme avec Yoann, je le cherchais puis me repliais jusqu’à carrément me planquer derrière mon petit loup qui déprimait. J’essayais de communiquer avec du genre « bouffe le monstre, vas y chope ! » Je crois qu’ils n’ont pas tous la faculté de parler mais le monstre trouva l’idée géniale que de choper le loup, tssss mauvaise idée, on ne s’attaque jamais à une meute, tous les membres se ligueront forcément. Du coup je restais même avec eux essayant de donner un coup de pied au monstre, ouai chacun son utilité.
Mon petit loupiot gris n’avait pourtant pas l’air en forme à la fin du dit combat, ce qui m’inquiéta drôlement, raison pour laquelle je ne remarquai même pas que les monstres faisaient des paillettes quand ils mouraient, hyper viril je vous assure, allez le monstre toute sa vie il nous a gavé et quand il meurt… il fait des paillettes… tout va bien les gars. Pour la première fois, j’avais poussé quelqu’un à la mort ou presque, je restais donc à ses côtés tout en entendant à moitié Lupa dire que nous débutions seulement son entraînement. Et en effet l’entrainement dura, épuisant moralement autant que physiquement, j’oubliais sans trop oublier ma famille. Disons que je luttais pour ma survie, c’était bien plus contraignant que de se poser à table et de demander aux parents « On mange quoi ? » Sans oublier que d’apprendre à se battre, ce n’était pas du tout courir pour embêter son frère.

Une fois l’entraînement terminé, ça n’aurait tenu qu’à moi, je me serais mis au lit et j’aurais fait dodo mais je venais d’arriver dans un endroit merveilleux. Les premières heures je me perdis au moins vingt fois ce qui n’empêchait pas mon regard de briller. Par contre si le lieu était top, putain mais les gens, des relous. Je venais d’arriver et ils ont dû se dire tien ça va être sympa de le faire fracasser. Alors j’arrivais gonflé à bloc, hyper motivé pour… me faire exploser en deux gestes, allez bim prends toi ça. Je venais d’apprendre une leçon très importante, se méfier des acquis.  Le choix de la cohorte, alors je ne sais pas trop à quoi ils pensent quand ils demandent une lettre de marque. Alors qu’on soit bien clair, je venais de me faire chier avec Lupa et ses loups, des monstres à n’en plus finir, je n’étais pas motivé pour parler. En plus ils hochaient la tête comme des demeurés. Quelle logique, taiiin qu’est ce que j’étais con, j’aurais dû m’arrêter pour faire du shopping… Ah mais non attendez je courais pour ma survie. Du coup je faisais un peu la gueule me retenant de cracher à la tronche du mec qui me prenait de haut attendant ma réponse. Sérieux par contre si le choix était d’aller où on voulait, je voulais aller vers la fille Canon, putain la fille était magnifique et semblait se faire chier à mourir, je m’approchai pour taper la discute avec quand un gars trop motivé, vraiment trop motivé, me posa sur l’épaule pour annoncer qu’il se chargeait de moi, la merde, sérieux, la fille était plus motivante, je voulais être avec la fille. Mais vas te débarrasser de ton aîné. Il s’appelait Paul et devait être la personne la plus bavarde au monde, il me raconta plein de choses sur les dieux avant de m’offrir mon cadeau de bienvenue… un balai. Non sérieux, vous vous rendez pas compte du cadeau de merde que c’est…  Et son petit sourire qui dit allez on va faire les corvées. Euh mec… je viens de me taper des monstres, je suis un guerrier d’aujourd’hui et de demain –enfin avec le recul surtout de demain à l’époque- je refusais tout nettement de faire le larbin, et qu’on me dise pas que les filles se battaient. Dans toutes les sociétés les filles font le ménage, les gars se battent, j’étais tombé chez les fous ? Paul m’expliqua avec sa belle assurance et ses belles phrases que nous étions comme dans une fourmilière, chacun de nous était une ouvrière et si tout le monde restait à sa place, le tout fonctionnait, pas d’égoïsme, une solidarité sans faille. Si je faisais un peu la tronche, je dois dire que ça a servi pour la suite.

Les entrainements, alors ceux qui vous disent oui non mais moi j’ai été fort direct, alors j’ai une réponse, soit ils se tapent des délires parce que rien que pour nous prouver que nous étions des débutants, ils faisaient en sorte qu’on se tape les plus forts et le pire, c’était que j’étais souvent à côté d’un mec et nous avions l’air aussi con l’un que l’autre, ça va faut le dire, pendant que sa pote explosait les gars, non vraiment je retirais à ce moment tout ce que j’ai dis sur les filles. Elle faisait flipper, comment il faisait pour être pote et pour la féliciter. HORS DE QUESTION QU’UNE FILLE ME BATTE. Alors ouai, j’ai tout fait pour être bon, à m’en faire tomber malade. On est con nous les gars, tous un peu macho sur les bords. Et bien sûr que ça paie les entraînements, Paul grognait que j’allais me ruiner la santé pour une fille… s’il me voyait maintenant, disons que je me muscle avec les filles plutôt. Bon à l’époque pas vraiment, je voulais juste la battre mais elle était trop bien lancée. Mon père attendit vraiment le bon moment pour se dire, ah mais merde le petit asticot ça me dit quelque chose, oui papa je te kiff quand même, enfin bof. En tout cas, je triomphais, enfin, sur la fille quand un vent me souleva, enfin me brûla je crois. Je suffoquais sous l’air chaud, ma camarade aussi d’ailleurs et un petit rigolo trouva le moyen de dire qu’il était certain que c’était mon père. Non mais il avait pourri mon combat, pouvait pas attendre celui-là, bien les dieux ça ! Autant vous dire que mon année de probatio se passa extrêmement bien, je n’étais pas un agitateur, je ne le suis toujours pas. En fait, il semblerait que d’avoir un cadre stricte ait une bonne influence sur mon caractère. Le petit gamin qui tapait sur tout le monde a bel et bien disparu, les coups foireux n’étaient et ne sont absolument pas mon truc. Au début c’est vrai que c’est compliqué, que je ne comprenais ni pourquoi on devait obéir aveuglement ni pourquoi personne ne pouvait revoir sa famille. C’était un peu injuste de devoir tourner le dos aux siens –même si je n’aimais pas vraiment mon frère – alors que les legs avaient entièrement le droit de revoir leur famille. Bon peu à peu, les cohortes sont devenus ma famille à moi aussi et je crois sincèrement que si à l’heure actuelle, on me donnait le choix entre sauver mes géniteurs ou Rome, je choisirais Rome, parce que je suis un légionnaire, parce qu’en moi il y a ce désir de laisser une trace dans l’histoire. D’accord, je suis ambitieux depuis que je suis ici. La faute à l’entraînement je pense et au fait que certains montent très vite en grade. Trop vite, je préfère ne pas être monté parce qu’il manquait de bons éléments, jeune j’avais beau être obéissant, diriger des troupes auraient été suicidaire, j’étais un peu trop impulsif et même si maintenant, disons que j’attends impatiemment ma montée en niveau, je ne regrette pas de ne pas avoir été nommé avant. Encore faudrait il que seul les bons éléments montent en grade, je ne suis pas sûr que Percy ait été le choix le plus judicieux de l’année, je ne dis pas qu’il ne méritait pas cette place, à la limite pourquoi pas, nous avions perdu Jason et il nous manquait tous un peu mais de là nommer un gars qui désobéit et qui n’en fait qu’à sa tête ne suivant rien de nos us et coutumes, je l’ai eu un peu mauvaise. Ce n’est pas pourtant que j’aurais désobéi à ses ordres, de toute façon il était toujours en vadrouille donc voilà, il n’empêche qu’à choisir, s’il fallait suivre quelqu’un et donner sa vie pour un praetor, je donnerais la mienne pour Reyna et ça n’a rien avoir avec le fait que c’est une fille. Déjà parce que qu’elle n’avait rien l’air d’une fille le premier jour où on l’a vu. Je sais bien qu’on était pas vraiment un modèle de propreté, il suffit de vivre avec des loups et à moins de vous lécher, il n’y a pas cinquante solutions, rien que d’y penser, ça m’écœure. Donc notre princesse Reyna n’était déjà pas dans la forme la plus éblouissante, ouai ouai elle a peut-être oublié mais elle n’était pas du tout comme à présent. Déjà parce qu’elle a essayé d’exploser ce pauvre Jason qui n’a du rien comprendre. Elle était déjà bien flippante et nous on la regardait tous en se disant, oh non une tarée putain. Bon après il y a toujours des couillons pour aller voir les « petits » nouveaux, habituellement on évite de se lier avec la première année parce que la découverte du pouvoir + de la légion + du fait que c’est un demi-dieu, les jeunes se croient invincible jusqu’au jour ou couic a plus d’invincibilité et a plus de petit nouveau. Bon Reyna, très vite il fut clair pour tout le monde qu’elle ne se contenterait pas de mourir bien gentiment, non seulement c’était le légionnaire modèle, sérieux à côté je suis bon à retourner me coucher, ça fait un peu de mal à reconnaître ça au début, qu’une fille nous surpasse, bon déjà qu’il y avait l’autre con, voilà que maintenant on en avait deux, génial, j’ai toujours kiffé d’être explosé par des gonzesses, pffff. Et donc voilà que mademoiselle était exceptionnelle et bien foutue pour ne rien gâcher, non vraiment. Nah je sais ce que vous pensez, je ne me la suis pas tapé, hééé je me tape pas des filles qui m’explosent en combat, trop épuisant, après je me sentirais obligé de dire que je les avais laissé gagner, envisager de laisser gagner quelqu’un pour son petit ego, ce n’est pas dans mes cordes. Donc mon béguin pour Reyna fut archivé en moins d’une semaine. Surtout qu’il y avait tellement de filles plus mignonnes. Ainsi commença ma quête pour avoir le plus de fille à mon palmarès et j’étais bon, vraiment bon. Ok personne ne réussit vraiment à me faire minauder ni même à envisager une relation sérieuse. Je voulais des plans culs c’est tout et ça continuera ainsi tout le temps, les enfants ? Non jamais de la vie, plutôt crever, les enfants ça empêche de monter en grade, il faut l’empêcher de vous baver dessus, il faut l’empêcher de faire des bêtises et évidemment, ça vous retombe dessus un peu comme si votre frère faisait des conneries durant sa scolarité, vous arrivez après et les profs demandent déprimés, vous allez être comme lui ? Non pas forcément vas te faire foutre avec tes sous-entendus ! J’ai jamais dit ça à un prof, je l’ai juste pensé très fort. Donc récapitulons : pas tomber amoureux, jamais jamais, pas d’enfant, devenir centurion puis praetor, Reyna m’attend de toute façon (a).

Viens là gentille petite guerre avec Cronos, je crois que je n’avais jamais été aussi motivé de ma vie, sérieusement, j’étais au taquet, hyper envie de me battre et tout, je crois que je déprimai à lever la main à toutes les missions pour y aller. Limite si Jason et Reyna se regardaient pas en mode « et tu penses qu’il est suicidaire ? ». Non je voulais juste aider et ok avoir des faits d’armes hyper intéressants. Bien sûr qu’on a gagné, le truc c’est qu’une fois qu’Ethan est dans la place, les ennemis trépassent… pas vantard, réaliste ! Donc la vie était redevenue super sympa, bon excepté qu’Octave essayait des trucs pour emmerder Jason et Reyna, genre il a rien à faire d’autre l’augure, merde couche mec, ça te calmera vraiment. Honte sur moi, je le pris même pour un traitre lorsque Jason disparut, vraiment, je devais être le seul à nourrir des doutes sur Octave et à chercher des preuves du fait qu’il avait lâchement assassiné notre Praetor. Bon il s’avère que c’est Junon qui s’éclatait avec les demi-dieux, les dieux doivent vraiment se faire chier pour faire des plans aussi tordu mais qu’importe. Donc nous avions récupéré un fils de Neptune pour Praetor, d’accord j’étais complètement jaloux, non mais je trouvais ça dégueulasse que Reyna prenne le dernier venu, chai pas c’est pas comme si les autres, pas que moi hein, nous étions inutiles au combat mais bon les idées de Reyna ne sont pas mauvaises, disons juste que si elle choisit c’est avec sagesse même si je n’ai pas compris ce point de vue. Une dizaine de jours plus tard, il me semble, on apprenait qu’il existait des Grecs, genre le modèle archaïque de Rome, pas de chef, pas de discipline et dirigé par un Centaure, absolument normal. Sans parler du fait qu’ils se sentent quand même un peu supérieur et qu’ils ont rien trouvé de mieux que d’arriver pour nous balancer des bombes, sérieux des illuminés. Sauf que normalement, quand on essaie de faire une alliance, on ne tape pas sur ses alliés, enfin dans tous les règlements c’est écrit. J’étais bien partant moi pour apprendre à les connaître sauf que sitôt notre Praetor disparu, Octave se décida à aller les détruire, je n’avais pas tout compris les plans de Reyna, la fille elle essayait de trouver une statue mais ordonnait à ses centurions d’attaquer en même temps… Ce n’était pas très logique mais bon les ordres sont les ordres.

Quand notre Praetor revint, il semblerait qu’il y ait eu un lapsus parce qu’elle avait pas du tout l’intention de les attaquer. Il comprend rien Octave bordel, on avait tous failli faire une grosse bourde à cause de lui. Non mais c’est vrai, quand un supérieur donne un ordre, le mieux c’est de vérifier qu’on a bien compris, espèce de niais, ah non mais faut pas qu’elle le nomme lui, non mais le suicide, il faisait n’importe quoi. Donc pour notre adorable alliance avec les Grecs, sérieux je ne sais même pas si c’est une bonne chose, faut quand même reconnaître qu’ils ont des gonzesses, putain des vrais canons. Cependant, moi je ne suis pas là pour mater des culs, un peu seulement, j’obéirais aux ordres de Reyna et mieux vaut ne pas tisser de liens avec des filles de là-bas si derrière Reyna sort qu’on change notre fusil d’épaule et qu’on les abat.
   


Ton prénom ou surnomMinimoys Ton âge Que penses-tu du forum ?Il est vert d'eau non ? T'es arrivé là comment ? Code règlementElephant Orange Alcoolisé Un dernier mot Jean-Pierre ?Je dédis mon code à monsieur Sushi qui a beaucoup oeuvre pour la beauté, que dis je la magnificence de ce sublime code
   CODES BY RAINBOWSMILE


Dernière édition par Ethan O. Allen le Jeu 19 Mar - 19:21, édité 2 fois
Invité
Invité

MessageSujet: Re: SPQR, c'est la vie   Mer 18 Mar - 18:20

Bienvenue
Invité
Invité

MessageSujet: Re: SPQR, c'est la vie   Mer 18 Mar - 18:24

Bienvenue nouveau compatriote !

Évite de draguer toutes les Romaines hein.
Invité
Invité

MessageSujet: Re: SPQR, c'est la vie   Mer 18 Mar - 22:04

A vos ordres Praetor

Merci Dame Hestia
Invité
Invité

MessageSujet: Re: SPQR, c'est la vie   Jeu 19 Mar - 0:11

Bienvenue ange

Invité
Invité

MessageSujet: Re: SPQR, c'est la vie   Jeu 19 Mar - 16:49

Bienvenue !! :)

Invité
Invité

MessageSujet: Re: SPQR, c'est la vie   Jeu 19 Mar - 19:38


Ethan Oliver Allen



Félicitation, tu viens d'être validé avec les honneurs du jury. A présent tu peux venir faire la fiesta avec tout le monde.

Très belle fiche et superbe histoire ! Le coup des frères et des disputes vraiment géant !   Dans ce cas, par le pouvoir du camp Jupiter le tout puissant, je te valide. A partir de ce jour tu intègres la deuxième cohorte. Fais honneur à Rome !    Bon jeu !  Very Happy

Cependant il y a quelques petits détails presque rien à régler, une formalité disons le:
Ici tu pourras réserver ton avatar, et oui ce serait bête qu'on te le pique.
Ici tu pourras réserver ton prénom et nom de famille parce que tu es unique après tout
Pour te faire des amis, des ennemis ou tout simplement avoir des liens c'est ici
Là c'est pour faire des rps avec tous pleins de monde
Et ici c'est pour que les admins t'aiment, pour que le forum t'aime et pour avoir pleins de nouveaux amis-ennemis
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: SPQR, c'est la vie   

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Heroes of Honor :: Les anciennes fiches de présentations-