Bienvenue jeunes padawans. ♥️ Le forum est officiellement rouvert!
Soyez originaux, mes chéris. Priorisez les opposants et les sang mêlés qui ne descendent pas directement des Trois Grands. Nous nous donnons le droit de les refuser. Merci ♥️ Cliquez.
N'oubliez pas d'aller voter ici aux deux heures pour nous ramener pleins de nouveaux amis/ennemis. ღ

Partagez | 
 

 Skye - Ceux qui pensent que ce n'est pas possible, sont priés de ne pas déranger ceux qui essaient.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité
Invité

MessageSujet: Skye - Ceux qui pensent que ce n'est pas possible, sont priés de ne pas déranger ceux qui essaient.    Mer 25 Mar - 19:04


Skye Amber O'Reilly
«Quand je finis mon verre, j'ai deux options. Soit je pars, soit j'en reprends un.»

   

NomO'Reilly Prénom(s) Skye Amber SurnomsEuhhh... à remplir plus tard Date de naissance7 octobre Âge20 ans Lieu de naissanceBoston OrigineAméricaine/i] Années passé dans votre camp6 ans Statut social •  EN COUPLE AVEC JACK DANIELS Orientation sexuelle •  Alcoolique ? Ah euh hétéro. AvatarCailin Russo Créditécrire ici



Parent divinMonsieur D Pouvoir (un seul)Transformation en loup de Sibérie avec un anneau à la patte avant. Arme et objet magique (une arme et un objet ou deux armes)Dagues de combat en bronze céleste qui se rétractent en bagues et une gourde avec capacité illimitée contenant de l'eau l’alcool. Camp choisiGrecque Rêve d'avenirAvoir son propre bar Particularités (tic, manies, signes distinctifs, peur)Se déplace jamais sans sa gourde, sa casquette et ses converses. Mets toujours du vernis flashy.

..IL ETAIT UNE FOIS..
   ..IL Y A BIEN LONGTEMPS.
.



C’est dingue ça quand même, il est incapable de se souvenir des prénoms sauf le mien. Ah ah, la blague. Non là, j’avoue je suis perturbée. Ah ouais donc non avec les prénoms pourris, ils s’en souvient ! Ah ? Vous vous demandez de qui je présente les exploits linguistiques, pas vrai ? Donc pas besoin de faire durer le suspens, je parle de mon père bien sûr. Le meilleur directeur que la colonie ait eu jusqu’alors, j’ai nommé Dionysos le magnifique. Bon mis à part ça, je l’aime bien mon père, sauf quand il hurle AMBER ben voyons genre l’autre c’est Peter mais moi non tu captes le prénom quoi. Bon, on va pas en revenir là-dessus. Mon père ce n’est pas le plus fort, pas le plus beau mais il reste mon père. Il me semble que nous sommes sensés les soutenir... ouais enfin en théorie. Non, parce que dans les cours d’histoire j’ai plutôt l’impression que c’est plutôt assassinons notre père pour prendre sa place, mais attention on éprouve des remords... et puis c’était quelqu’un de bien et de brave - on l’aimait quoi. N’importe quoi, vive l’hypocrisie, tout pour soulager sa conscience. Bon en clair, le mien n’a pas trop à s’inquiéter. Déjà je ne suis pas du genre à être ambitieuse et depuis ma petite enfance mon rêve n’a jamais été de devenir un jour directrice d’une colonie loufoque pour adolescents à moitié divins. Je critique pas le choix de vie hein, juste qu’il n’a pas trop  à s’en faire à mon propos. Pour le coup, j’oublie les aspects plus importants que mon vieux père enfin il en fait parti forcément puisque c’est lui la petite graine et tout ça. Donc, comment suis-je venue au monde ? Disons que mon père a eu le coup de foudre pour ma mère. Oui, je sais ça ne suffit pas, c’est ce que l’on dit aux enfants ça. Mais ce n’est pas tout - ouais ce serait trop simple faut croire. Les enfants ! Vous voyez où je veux en venir ? Non, allez encore un indice. Vous trouvez ça normal vous les capacités des dieux ? Toujours pas, donc allons-y. Enfin vous restez hein ! Bref, on s’est compris. *attrape sa gourde, boit quelques gorgées*Navrée gosier sec, faut toujours l’hydrater c’est très important. Je vous assure ! Non parce qu’en plus de se choper un nombre incalculable de femmes ou d’hommes - papa, éclaire-moi -, les dieux peuvent concevoir un enfant du premier coup, voilà, voilà. Tout est normal n’est-ce pas, aucune injustice dans ce bas monde, peuf. Oh, j’ai zappé la présentation ? Pas grave, ça vient plus tard héhé. Ouep, suspens, bon ça va râlez pas, c’est marqué juste au-dessus. Bon pour la petite histoire, ma mère était un peu le genre d’adolescente rebelle. Donc très vite, elle chercha à s’émanciper de ses parents. Il faut dire que ce n’était pas vraiment évident pour eux, comprenez il s’agissait de leur fille unique. En clair, ma mère sauta sur l’occasion pour s’évader loin... très loin de la maison familiale au grand déplaisir de ses vieux. Elle s’en alla donc à l’université cursus psychologie. Je vous l’ai pas dis ? Ma mère aime ce qui est décalé, l’étant elle-même aussi, en clair elle se baignait comme un petit poisson. Mes grands-parents ne roulaient pas sur l’or, ils ne pouvaient pas assumer seuls les frais de ma petite maman. Alors ma chère mère, en paix avec son état d’esprit, trouva un petit job dans un bar du coin. Et c’est ainsi que lors de sa dernière année, elle fit la connaissance du cher paternel. Comment ? Vous n’allez pas y croire. De la manière la pus romantique possible, non mais si je suis sérieuse ! Clairement pas en fait - oui j’ai un sens de l’humour développé avec l’alcool enfin l’eau qui se trouve dans ma gourde, eau bénie non pas celle à la quelle vous devez penser, boisson parfaite... - la mienne quoi. Pas de longs regards échangés, pas regards appuyés et langoureux, de premières paroles gênantes et destinées à évaluer ses chances de conclure ou non, ni même de sauvetage hyper chevaleresque. Non, non, ma mère a simplement durant son temps de travail, renversé son plateau sur lui dans son intégralité bien sûr - dans la famille on ne fait rien à moitié vous savez. Talent qui se transmet depuis des siècles. En clair, il n’a pas apprécié. Ma mère non plus, soit disant l’un se trouvait sur le chemin de l’autre, en clair une cacophonie pour faire valeur ses droits. Encore aujourd’hui je ne pourrais pas vous dire qui a vraiment fait la « bêtise » de sa vie. A mon avis, c’est monsieur le père, encore une tactique de drague trouvé dans un bouquin, la drague pour les nuls. Rien d’enviable, assurez-vous de ne pas écouter les conseils des dieux, à mon avis leur aura fait le sale boulot. Héphaïstos... m’voyez ? Comment ça je suis désagréable ? Je n’énonce que des faits qui sont plus que plausibles vu que j’ai des arguments pour les défendre. Bien, ils se sont donc pris la tête du diable, à tel point qu’ils allaient faire fuir tout le monde oui même les bourrés c’est pour dire... - enfin pour moi ce sont juste des gens qui ne tiennent pas l’alcool, aucune maitrise - du coup le patron de super maman est intervenu. Ma mère a vraiment pas aimé mais le client est roi parait-il, dans un sens, je trouve ça con. Enfin bref, je ne vais pas ouvrir un débat là-dessus poursuivons sinon la taverne va fermer avant que j’ai terminé de vous raconter mon histoire. Oui, un de mes préceptes, c’est de ne jamais être en retard à la taverne, très important pour gagner une santé physique impressionnante et aussi le sens des affaires, en contre partie certains perdent le sens de l’équilibre mais bon, n’est pas buveur qui le veut. En somme si on part de cette logique, le premier gars avec qui je m’embrouille au point de souhaiter lui enfoncer la tête dans la machine à laver avec de l’acide chlorhydrique comme condiment ... bref ça risque d’être lui, le mec des mes rêves, le prince charmant tout ça, tout ça - mon homme pour la vie quoi. Je sais pas si je dois m’en réjouir ou pas ?  Ce sera à voir, ne déclamons pas de jugements hâtifs. Flippant je sais. Mais c’est comme ça, vive la vie ! Boire c’est mieux, franchement, au moins jamais la bouteille ne critique ou n’insulte non, non elle supplie d’éviter  de se noyer avec tout ce liquide. Donc revenons-en à maman et papa. Je suis mignonne de les appeler comme ça non ? Le patron a quelque peu forcé ma mère a s’excuser tout ça, tout ça, pour éviter que le bar ne se vide en trente secondes.

Le comble, le lendemain il était à nouveau là et oui. On s’en doute maman a pas vraiment trop aimé ce petit coup-là et vue qu’on est de bons amis, je vais le dire, relativement énervée. Il est très clair que mon père n’avait pas dans l’idée de laisser tomber avec maman. Don voilà, le lendemain on pouvait voir monsieur D à la même place, et surtout pour le plus grand bonheur de miss barmaid, de retour. Autant vous dire que ma mère a tout d’abord essayé la technique de l’esquive, peu concluante franchement. Tenace le papounet et oui. Je crois que ma mère a tenu bon durant trente minutes, avant de foncer à sa table furieuse de ses regards appuyés, souhaitant connaître de manière musclée - musclée avec la langue, enfin voyez pas un truc moche, juste la parole quoi mais vu que sans langue... je m’égare ?, les raisons de sa présence ce nouveau soir. Bon on l’a tous compris lui hurler dessus en somme. Sauf que Dionysos, n’attendait vraiment que ça lui, ah le bon je vous entends de là. Navrée, mais à partir de là, il me manque quelques détails que je préfère ne jamais connaître. On va éviter hein pour notre santé à tous, je vous assure c’est mieux. *Reprend sa bouteille pour se donner du courage*Il a attendu que son service soit terminé et ensuite ils sont partis ensemble, voilà pourquoi je vous dis que le premier gars avec qui je me prends genre réellement la tête, c’est le bon. Enfin, techniquement, mon père n’a pas mis longtemps à retourner à ses obligations, laissant ma mère enceinte. Heureusement qu’elle arrivait au bout de ses études. Ma mère a terminé ses derniers examens quelques temps avant d’accoucher. Heureusement elle n’était pas ronde de chez ronde pour la remise des diplômes, mais ses parents - mes grand parents, tenaient dans leur bras un joli petit bébé tout rond. Vous l’aurez compris, moi. Ma mère semblait hésiter sur beaucoup de prénom, ce qui donna un truc du genre « Amber Skye Joy O’Reilly », oui je vous dis pas le complexe quand on te dit écris ton nom à l’école. C’est pour cela que, moi Skye, extrêmement douée pour tout ce qui est de l’orthographe, grammaire et surtout la lecture, je n’ai gardé que Skye. C’est plus simple et assez joli il faut dire. Non pas que je n’aime pas Joy, ça me plait bien, mais on en avait déjà une dans la classe. Il y a juste mon père pour m’appeller Amber, à croire qu’il a reçu le fairepart de naissance de ma mère. Blague à part, elle aurait été capable de lui envoyer hein. Bref, vous le saurez, moi c’est Skye point barre. Donc, la petite fille trop mignonne et géniale était bien là, ma mère avait ses diplômes en poche et mes grands parents adoraient pouvoir me dorloter même s’il trouvait leur fille relativement jeune pour avoir déjà un bébé surtout sans père. Ah ouais, ça je vous dis pas comment ça coinçait. Pour une peu qu’un bébé parvienne à se souvenir, j’aurai le petit nourrisson dans les bras de mon grand père qui tentait de calmer sa femme légèrement entrain d’incendier ma mère sur son avenir pour elle et moi. Bien sûr le bébé aurait observé la scène avec de gros yeux ronds sans comprendre, juste content d’être cajoler par son grand père. Bah finalement, ça ne s’est pas si mal passer.

Au départ, maman et moi sommes restés avec ses parents dans leur maison jusqu’à mes un an. Après, ma mère a repris le cours de sa vie à sa manière. Nous avons déménagés dans une autre ville et débutées notre nouvelle vie toutes les deux. Ma mère est devenue psychologue, rejoignant un cabinet regroupant deux autres camarades. Et moi je passais du temps entre mes grands parents qui venaient de temps en temps et la voisine qui me gardait souvent ainsi que d’autres enfants. Elle est devenue la nounou attitrée du quartier en clair, mais cette femme, Nelly, adore les enfants alors c’est un job comme un autre. Je grandissais, passant par toutes les étapes si importantes pour les bébé, passant aussi par un stade bien chiant celui du pourquoi. D’après ma mère, elle n’avait jamais vu un enfant aussi curieux, enfin bref ce n’est que son avis. Très vite, dès que j’ai su marcher, elle a compris que je n’étais pas comme les autres enfants. Elle m’a avoué que mon père lui avait laissé une lettre après... voilà quoi, très charmant je trouve, expliquant ma réelle nature à ma mère pour qu’elle soit un peu préparée. Mes grands parents n’ont jamais été au courant, donc un peu frustrés d’apprendre que leur petite fille avait quelque défaut comme l’hyperactivité et un sévère trouble de l’attention, sans parler de ma dyslexie une sainte horreur pour moi. J’ai redoublé tellement de fois avant de rejoindre la colonie, autant dire que je ne me souviens même plus... bon si, mais je vais garder ça pour moi. J’ai souvent eu la honte avec mes problèmes scolaires quand les autres gamins s’éclataient à montrer leurs prouesses littéraires, moi je restais dans mon coin et refusais tout bonnement de parler lorsque le professeur m’interrogeait. Je ne voulais pas, une mauvaise expérience de lecture m’avait conduis pleurer dans les toilettes à la récréation. Depuis, jamais je n’ai ouvert ma bouche en classe. J’avais bien trop peur qu’on se moque à nouveau. Non pas que je n’avais pas une fort caractère pour me défendre mais ça, la lecture je n’y arrivais pas et ne comprenais pas pourquoi les autres oui. Ma mère m’a payé des cours supplémentaires pour m’aider un peu, mais rien n’y faisait. C’était et c’est toujours mon fardeau, un très gros traumatisme dont je ne suis pas capable de passer au-dessus. Je sais à présent que tous les demi-dieux ont ce problème, mais le blocage est bien là, je n’essaie même plus et préfère m’esquiver. Je sais c’est sûrement lâche et débile mais c’est plus fort que moi, je les revoie encore se moquer ouvertement devant mon incapacité à lire la moindre phrase sans tout inversé ou buter sur chaque mots. Mis à part ça, j’excellais à la gymnastique. Souple, rapide, précise, j’avais toutes les qualités pour esquiver les ballons, pour courir plus vite que les autres ou simplement grimper comme un singe. Au moins un avantage sur les autres, malgré mon côté clairement garçon manqué, d’ailleurs vous ne me verrez jamais en jupes hein, je porte mes converses, une casquette et du vernis plutôt voyant aux ongles. Voilà, ça c’est Skye O’Reilly. Ma mère m’a inscrite à des cours de gymnastique, en clair elle s’était dit que je pourrais utiliser mes capacités autrement que pour voler ou faire des coups foireux à mes profs ou petits camarades. J’entends par-là de voler deux, trois stylo, cacher leurs affaires en bref, si on m’emmerdait je trouvais toujours un moyen de me venger, pareil pour nos professeurs. Toute petite déjà je détestais certains professeurs et même si je ne leur disais pas ouvertement, je leur faisais des coups bas histoire de bien être innocente à la fin. Bien fait hein. J’assume parfaitement mes actes. Un jour, j’ai glissé une grenouille de la sacoche de la prof de littérature. Déjà sa branche ne lui donnais pas vraiment une bonne place dans mon coeur mais en plus elle se plaisait à envoyer les plus nuls au tableau, c’est-à-dire moi et quelques autres. A quoi bon donner une raison aux autres de se foutre de nous ? Comment pensait-elle qu’on allait le prendre franchement ? A part nous traumatiser d’autant plus. Je n’ai jamais compris cette méthode stupide mais peu importe, à présent je n’en ai plus besoin. Donc la gymnastique, je n’avais rien à voir avec toutes les filles ou garçons qui pratiquaient ce sport. J’ai assez vite rangé le justaucorps hein. Ma mère a donc cédé avec appui de grand maman pour le hip hop, ça c’était bien mieux ! Et ça me correspondait. J’ai dansé des années durant jusqu’à la colonie en clair. Dans mon cours du soir, j’ai rencontré ma meilleure amie Malia. Une chouette fille d’une année mon aînée. Mais elle a toujours été sympa avec moi et m’a prise sous son aile, nous sommes devenues un binôme plus explosif. Elle était en quelque sorte le cerveau et moi je faisais le clown ou les coups bas comme dit précédemment. Ma mère était ravie que je me fasse enfin une amie et moi aussi, c’est grâce à elle que j’ai pu m’ouvrir au monde et même en me sachant clairement nulle contrairement aux autres, j’avais ma place en dansant, en étant drôle, souriante, je n’avais pas besoin d’avoir de bonnes notes en cours pour m’épanouir. Alors tranquillement, ce que me disait les autres élèves ou professeurs ne me faisaient plus rien, j’avais une mur de béton face à moi et je savais que le soir je trouverais ma meilleure amie.

Pendant plusieurs années, je vécus ainsi heureuse malgré tout. J’avais même quelques amis qui, en grandissant, se fichaient du fait que j’étais le cancre de la classe, au contraire ils ont commencé à m’apprécier pour mes qualités, oubliant mes défauts et il faut dire que c’est toujours amusant d’être pote avec le clown du groupe. Donc tout allait pour le mieux, ma mère ne m’a jamais engueulé à chaque fois que je lui ramenais un carnet, elle me félicitait même quand ce n’était pas trop bas. J’appréciais qu’elle ne me voit pas comme une déception. J’ai commencé à voyager avec mon groupe de hip hop avec Malia, sa mère notre professeur nous inscrivait à de petits concours et représentations. J’adorais voyager. On s’amusait toujours beaucoup. Et puis, un soir alors que je rentrais chez moi, une terrible chose s’est produite. Ma mère avait un rendez-vous galant ce soir-là ! La mort je vous dis pas ! La mère de Malia s’était portée volontaire - genre je suis un démon - pour m’accueillir chez elle pour le reste de la soirée et de passer la nuit là-bas pour que ma mère soit libre avec son ... rencard. J’ai mis des heures à débouder autant vous dire, même les attentions de Malia n’y faisaient rien. Comment maman pouvait me faire un truc pareil ? Et puis, j’avais peur qu’elle m’abandonne pour son mec. Je n’étais qu’une gamine avec des problèmes de comportement, redoublante bientôt détentrice du record, et ma mère si jeune, avec un job confortable, une belle maison. Elle voulait sans aucun doute construire sa vie comme j’avais entendu grand mère lui demander de faire, elle lui avait dit de prendre du temps pour elle. Pour elle ! Pas pour Skye, non pour elle seule ! Ma mère ne voulait peut-être plus de moi. Assise sur le lit de mon amie, je m’étais confiée à elle. Elle s’était marrée. Ouais ça c’était du Malia, intelligente vraiment intelligente, elle n’en ratait jamais une pour se moquer de son petit canard comme elle disait. Mais voyant que j’étais plus que sérieuse, elle m’avait vite rassurée et racontée que son père avait retrouvé une femme et ce n’est pas pour autant qu’il l’avait oublié. Finalement, un peu rassurée, nous avons pu profiter de notre soirée pyjama et puis on avait eu le droit à faire des crêpes et de manger devant la tv. Puis, dans notre lit, on avait parlé pendant des heures, sa maman était venue nous dire de faire moins de bruits il était tard vu sa tête. Alors une fois, la porte fermée on s’était esclaffée bien trop fort au goût des autres membres de la maison. Donc, on a du se taire mais on a continué à pouffer silencieusement avec des regards complices, puis on s’est endormies. Par contre, le lendemain, j’en voulais terriblement à maman. En arrivant à la maison, j’ai filé dans ma chambre, j’ai pas tenu la promesse à Malia de lui parler de mes tracas. Alors, en râlant, je suis redescendue pour la voir. Elle rayonnait la maman je vous dire pas ! Et puis, elle me lançait la bombe en pleine figure. Son mec, ouais parce qu’on me l’a fait pas le coup de l’ami à moi hein, allait venir nous voir le week-end prochain. J’aurai bien voulu inviter Malia, moi. Mais soi-disant qu’elle voulait qu’on soit que nous trois. Bah, j’ai passé la semaine à me préparer à faire face à Evan. C’est un prénom fourbe ça ! On dirait un nom de mec sympa, mais je me méfiais quand même.

En clair, à 19h tapante, j’étais dans le salon après avoir passé des heures au téléphone avec ma meilleure amie qui allait me soutenir à distance, ma mère avait essayé de me faire enfiler des vêtements potables mais j’avais gagné. Je portais un vieux jeans, un t-shirt à la mode hein, et ma casquette sur la tête bien enfoncée. Ma mère avait finalement abandonnée l’idée de me faire arrêter de porter ces « choses » parce que je l’écoutais pas et que je les collectionnais depuis toute petite. Et puis, Evan débarqua, embrassa MA mère sur la joue, hého mec. Et dire que je n’avais même pas donné mon autorisation, il se permettait de la bécoter. Je tirais déjà la tronche et abaissais ma casquette sur ma tête, avant de me lever d’un bon à l’entente de mon prénom. Okay, j’allais la jouer comme dans le western que j’avais vu chez Malia, la tête haute et un sourire aux lèvres genre viens mon petit approche, je vais te bouffer. Le problème qui me gênait beaucoup, c’est que le Evan, il jouait bien son rôle, vraiment bien même. Il sourit à mon regard assassin, quel con. Ou alors, il pensait que c’était parce que j’étais petite que je n’étais pas dangereuse. Toujours est-il qu’il trouva ma casquette stylé.. ouais enfin pour moi c’était juste un commentaire visant à faire ami-ami avec moi. Et non, quand on touche à ma mère - la mienne hein - ça passe très moyen ce genre de méthode. C’était tendu malgré toutes les tentatives du prétendant de ma mère, non parce que je n’allais pas me laisser faire. Il faut dire que j’étais plutôt fière de mes coups. Malia m’aurait engueulé mais bon, elle n’était pas là pour voir mes « bêtises » et moi j’appelais ça de la légitime défense hein. Il viole mon territoire le gars. Dès qu’ils avaient le dos tournés, je rajoutais du sel dans son verre de vin. Puis, j’ai involontairement renversé mon verre dans son assiette durant le repas. Ah mais c’est qu’il était tenace, il gardait le sourire ! Il me rendait folle et ma mère et ses regards noirs. Quoi ? Je ne faisais pas exprès d’être aussi maladroite quand même. On est arrivé au troisième round et j’étais menée au score ! Mais il ne gagnerait pas si facilement, oh ça non, ce serait mal connaître Skye. Après le repas, on est retourné au salon. Bordel, il avait proposé à ma mère de faire la vaisselle. C’était quoi ce gars ? Bon sang, dur à déloger. J’allais m’installer à côté de lui sur le canapé, mais maman a du flairer le coup surtout que la bougie sur la table faisait partie de mon plan, alors elle m’envoya me laver les dents et piqua ma place. J’avais grincé des dents mais je m’étais exécutée parce que c’était maman quoi, tout en jetant un regard lourds de sens à monsieur je te pique ta maman, sans rancune. Quand je suis redescendue monsieur Evan re-bécotait maman, alors je suis remontée en claquant la porte, le cœur brisé. Quelques minutes après, maman était là derrière la porte. J’avais fermé à clé. Elle est restée derrière à me parler jusqu’à que j’accepte d’ouvrir et me réfugie dans ses bras. On est restait longtemps comme ça. J’ai tenu ma promesse à Malia et je lui ai tout dit, mes peurs d’être abandonnée, d’être remplacée. Elle m’a rassurée sur tous ces points et promis de ne jamais m’abandonner. Il faut savoir qu’elle a tenu parole et m’a fait promettre de faire un effort avec Evan parce qu’elle l’aimait beaucoup et qu’il la rendait heureuse. Bon, dans le fond, à force de le côtoyer il n’était pas si nul. Un jour alors que maman était malade, il est venu me chercher après l’école et on est allé se balader et manger une glace. J’ai laissé tomber mes défenses progressivement parce qu’il aidait maman et qu’elle souriait beaucoup plus, et puis, il était plutôt bon au jeu vidéo. On s’éclatait bien quand maman devait travailler et on mangeait des pizzas, il me permettait aussi d’inviter Malia mais elle aimait moins nos jeux alors on regardait des dvds. Ma mère pensait avoir deux enfants à la maison, mais son visage rayonnait en disant ça, alors je souriais aussi. Je pouvais bien accepter cet homme dans notre vie, il plaisait à maman et il aimait ce que j’aimais. Puis, maman m’a autorisé à avoir mon propre animal - un beau chat européen nommé Jefferson. J’étais inspirée oui je sais. Du coup, nos soirées canapé avait un personne de plus à accueillir, il essayait même de manger nos pizzas. Comme disait ma meilleure amie, j’avais tout pour être heureuse alors il fallait que j’arrête de tirer la tronche. Notre groupe de hip hop se portait bien, on gagnait même des compétitions. Bon je ramais toujours autant à l’école mais voilà, je nourrissais le rêve de finir danseuse. Pas besoin d’être un génie pour ça.

Mais j’avais treize ans, quand j’ai commencé à voir des trucs étranges. Des ombres, des impressions d’être suivie, ça me faisait flipper un truc de dingue. Et un soir en rentrant à pied de mon cours, une ombre se dressa devant moi. Je n’eus pas le temps de voir exactement de quoi il s’agissait. Tout ce que je sais c’est que j’ai hurlé et que je me suis mise à courir le plus loin possible. Et ce n’est qu’après avoir semé l’ombre, que j’ai réalisé que je n’était plus une humaine mais une sorte de chien. J’étais à deux doigts de m’évanouir, je vous jure ! Trop flippant. Je tournais en rond en priant pour que je me réveille, à deux pas de ma maison, je ne pouvais pas rentrer chez moi comme ça ? Et j’allais faire quoi sonner à la porte ? Non, je flippais, j’étais incontrôlable. Et puis, en dérapant complètement, je suis parvenue derrière ma maison et là, j’étais à terre, moi-même. Je n’ai rien compris. J’ai été sous le choc durant de nombreuses heures, Evan devait s’occuper de moi ce soir-là, autant dire qu’il a vite appeler ma mère en disant que je n’allais pas bien. Et c’était vrai, j’étais assez troublée pour ne pas piper un mot de toute la soirée, de la nuit même quand maman me serra dans ses bras. J’étais terrifiée. Je devenais un monstre peut-être comme dans les films ? Le lendemain, j’ai eu droit à la grande discussion avec maman. Elle était finalement parvenue à me tirer les vers du nez, désavantage d’avoir une maman comme elle. Le truc c’est qu’elle a commencé à paniquer après que je lui ai raconté toute ma mésaventure dans les détails ou presque - non parce que le coup d’être un chien c’était trop bizarre quand même et que je ne savais pas si c’était une hallucination due à la panique ou quoi. En bref, Evan parvint à calmer maman et moi je les regardais les deux, le regard vide. Et puis, elle revint s’asseoir me déballa toute l’histoire, toute cette histoire. Evan s’était éclipsé dans la cuisine, peut-être qu’il ne voulait pas entendre, ou alors il voulait nous laisser de l’intimité. Disons que je ne m’occupais pas vraiment de ça, les révélations de ma mère étaient assez bouleversantes comme ça. Mon père, un dieu, moi une demi-déesse. D’accord. Au début je n’y ai pas cru du tout, et puis les souvenirs de ce qui s’est passé me sont revenus de plein fouet et finalement, croire en l’existence des dieux, d’une colonie pour leurs enfants, c’était pas si invraisemblable hein. J’ai posé beaucoup de question - ouais y’en avait vraiment beaucoup je vous jure - maman a du se dire bon sang elle recommence avec ses questions à la con. Mais bon faut dire que niveau découverte ces deux derniers jours, c’était plutôt fort quoi. Après toute cette longue discussion ponctuée par mes questions qui pouvait aller jusqu’à y’a des toilettes privés à cette colonie ? Bref. Ma mère a décidé que je devais y aller pour ma sécurité et en apprendre plus sur moi et tout ça, tout ça. Donc, quelques jours plus tard, j’étais partie, j’avais dis à Malia que je partais à la colonie pour les vacances et qu’on se reverrait après. Bien sûr on était déçues mais j’avais peur qu’il lui arrive quelque chose à elle aussi, alors pour la première fois depuis notre rencontre, je lui ai mentis. J’ai donc débarqué à la colonie vêtue comme d’habitude et franchement, j’ai trouvé le t-shirt orange trop classe ! Le seul problème c’est que j’y ai rencontré mon vrai père après avoir suivi trois demi-dieux qui patrouillaient dans la forêt, heureusement parce que je galérais moi. C’est quoi ces indications à la con, tu vas trouver ne t’en fais pas ! Ben voyons, y’a pas le mode GPS avec le côté demi-déesse hein !

Donc bref, là-bas, on m’a amené à Chiron. Les gars, franchement on se paie le prof quoi, un cheval. Un cheval. Si Malia savait ça. Ouais Malia... elle me manque plus que tout. Et mon super génial père qui n’arrête pas de m’appeler Amber. Est-ce que c’est si compliqué de dire Skye. Visiblement oui. Il fait exprès. J’ai même pas répondu à la question de ma mère, il est comment ton père.. Euhhh on va éviter le sujet c’est sans doute mieux. Bon ce n’est pas si terrible que ça au premier abord c’est légèrement flippant mais au final on s’y fait. Et puis, peu à peu je suis devenue une pensionnaire permanente de la colonie. Je ne suis pas la plus forte, ni la plus stratège d’entre tous, mais je me défends avec mes dagues, je suis plutôt vive et ça m’aide pas mal contre les gros malabars comme les enfants d’Arès. Quant aux montres, mon délire c’est plutôt de les éviter hein. Oh pour la petite histoire, ma mère est tombée enceinte, j’ai un petit frère Milo de 5 ans. Il est adorable et Evan est très fier. Ma mère est heureuse, donc je m’éloigne un peu. Peut-être que j’ai hérité de la même envie - du besoin d’être libre et de m’émanciper. Jefferson me manque mais je sais que Milo s’en occupera bien quand il sera plus grand. J’ai perdu contact avec Malia depuis quelques années, impossible de la retrouver. On m’a dit que sa famille avait déménagé mais elle ne m’a pas laissé de mot, ça me rend très triste. C’était ma première amie, ma meilleure amie. Je n’avais qu’elle donc forcément c’est douloureux. A mes dix-sept ans, j’ai pris conscience que mon père avait plus d’influence que ce que je pensais, j’ai hérité d’une super gourde dans lequel le liquide est illimité - inutile de vous dire lequel. Et mes dagues. Et puis, ça me suffit je n’ai pas besoin de plus que cela. Ah mon pouvoir, et bien j’avais presque raison, ce n’est pas un chien mais un loup de Sibérie. Ouais, je me transforme en clebs. Les demi-dieux trouvent ça cool, surtout pour le flair et tout ça et les crocs ça peut faire mal. Mais je contrôle pas vraiment donc c’est un peu inutile pour le moment, on verra plus tard. Et puis, le délire d’être la pisteuse moyen-moyen, surtout quand on veut sécher. Ah oui, je suis toujours une cancre, on ne change pas ça. Malgré ça, j’apprécie ma vie à la colonie. Et puis, les guerres et le trouble sont arrivées. Je faisais partie de ces demi-dieux qui se sont battus à Manhattan. J’ai d’ailleurs une cicatrice sur le flanc qui le prouve, une sorte de marque de guerrière, ça me plait bien. Sinon, je hais Gaïa et tout ce que représente les partisans, ce ne sont pas les bonhommes qui me dérangent mais leur but que je trouve complètement débile il faut le dire. A quoi bon détruire le monde ? C’est vraiment ridicule. Donc voilà, ce sont les rares moments ou je n’ai pas une goutte d’alcool... bon très bien les rasades pour le courage ce n’est pas interdit si ? En clair, je soutiens les demi-dieux à 200 %. Par contre, je réserve encore mon jugement sur les Romains. Il faut dire qu’ils sont trop sérieux ces mecs et le pire, ils n’ont pas de taverne alors qu’ils ont une ville oh les gars ! Du coup, on verra bien. Mais si pour rayer les partisans, il s’allier alors pourquoi pas. Je ne suis pas assez chieuse pour refuser l’alliance. Pour le reste, le temps nous le dira.


   



Ton prénom ou surnomTaynie Ton âge 18 ans Que penses-tu du forum ?Il donne envie en tout cas. T'es arrivé là comment ?Top-site Code règlementSaut d'Oreille Raté Un dernier mot Jean-Pierre ?Ayeeee sir !

   CODES BY RAINBOWSMILE


Dernière édition par Skye O'Reilly le Jeu 26 Mar - 21:20, édité 2 fois
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Skye - Ceux qui pensent que ce n'est pas possible, sont priés de ne pas déranger ceux qui essaient.    Mer 25 Mar - 20:09

Bienvenue mademoiselle ! Very Happy
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Skye - Ceux qui pensent que ce n'est pas possible, sont priés de ne pas déranger ceux qui essaient.    Mer 25 Mar - 20:24

Bienvenue l'alcoolique de service, tu vas bien t'entendre avec Hailey (l'incite pas à boire... pitié)
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Skye - Ceux qui pensent que ce n'est pas possible, sont priés de ne pas déranger ceux qui essaient.    Mer 25 Mar - 20:36

Bienvenue

Fairy tail, je suis fan !
avatar
Divin ψ Olympus team
Ω Tablettes : 263
Voir le profil de l'utilisateur

Qui es-tu?
Ω Objets:
Ω Relations:
Ω Compétences:

MessageSujet: Re: Skye - Ceux qui pensent que ce n'est pas possible, sont priés de ne pas déranger ceux qui essaient.    Mer 25 Mar - 20:51

Bienvenue l'ivrogne ! Very Happy
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Skye - Ceux qui pensent que ce n'est pas possible, sont priés de ne pas déranger ceux qui essaient.    Jeu 26 Mar - 16:29

Comment j'ai une fausse réputation quoi

Merci les petits loups !
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Skye - Ceux qui pensent que ce n'est pas possible, sont priés de ne pas déranger ceux qui essaient.    Jeu 26 Mar - 16:35


Les ivrognes c'est la vie



Félicitation, tu viens d'être validé avec les honneurs du jury. A présent tu peux venir faire la fiesta avec tout le monde.

Décidément, je pars quelques mois et ils recrutent une espèce d'alcoolique. Bon j'aime bien la jalousie de ton perso et sa façon de voir le monde quand elle est gamine. Le beau père à l'air hyper sympa et j'espère sincèrement que tu nous fera ta meilleure amie en pv. Elle envoie du pâté. J'aime bien le code sinon. Bref rien de plus à dire sinon bienvenue dans notre monde demi-dieu, évite de trop boire.

Cependant il y a quelques petits détails presque rien à régler, une formalité disons le:
Ici tu pourras réserver ton avatar, et oui ce serait bête qu'on te le pique.
Ici tu pourras réserver ton prénom et nom de famille parce que tu es unique après tout
Pour te faire des amis, des ennemis ou tout simplement avoir des liens c'est ici
Là c'est pour faire des rps avec tous pleins de monde
Et ici c'est pour que les admins t'aiment, pour que le forum t'aime et pour avoir pleins de nouveaux amis-ennemis
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Skye - Ceux qui pensent que ce n'est pas possible, sont priés de ne pas déranger ceux qui essaient.    

Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» TERMINEE ••• Ce ne sont pas les plus forts qui gagnent, mais ceux qui savent survivre.
» Ce que les enfants pensent de leur père!!!
» Pour ceux qui n'ont toujours rien compris à Matrix ^^
» Tu vois, le monde se divise en deux catégories : ceux qui ont un pistolet chargé et ceux qui creusent. Toi, tu creuses [Rochers maudits, Rang D, Qu'importe, Mine powa]
» Pour ceux qui veullent jaser de trade...Dallas recherche!!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Heroes of Honor :: Les anciennes fiches de présentations-