Bienvenue jeunes padawans. ♥️ Le forum est officiellement rouvert!
Soyez originaux, mes chéris. Priorisez les opposants et les sang mêlés qui ne descendent pas directement des Trois Grands. Nous nous donnons le droit de les refuser. Merci ♥️ Cliquez.
N'oubliez pas d'aller voter ici aux deux heures pour nous ramener pleins de nouveaux amis/ennemis. ღ

Partagez | 
 

 Présentation de Tessa

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité
Invité

MessageSujet: Présentation de Tessa    Lun 30 Mar - 18:53


Tessa Nora Morgan
«La vraie faute est celle qu'on ne corrige pas.»

   

NomMorgan Prénom(s) Tessa Nora SurnomsJe vois pas Date de naissance10 avril Âge21 ans Lieu de naissanceChicago OrigineAméricaine et Grecque Années passé dans votre camp11 ans Statut social •  Célibataire Orientation sexuelle •  Hétéro AvatarAimee Teegarden Créditécrire ici

Parent divinDéméter Pouvoir (un seul)Bourbier Arme et objet magique (une arme et un objet ou deux armes)Une hache en bronze céleste et une corne de chasse qui a la particularité de prévenir ses alliés quand elle est en danger Camp choisiColonie Grecque Rêve d'avenirVenger sa meilleure amie Particularités (tic, manies, signes distinctifs, peur)A tendance à entortiller ses cheveux lorsqu'elle est fatiguée ou qu'elle s'ennuie
..IL ETAIT UNE FOIS..
   ..IL Y A BIEN LONGTEMPS.
.


Tout a commencé quand ma mère est tombée amoureuse de mon père. Enfin je sais pas exactement si ça c’est vraiment passé ainsi ou non. Il faut dire que mon père ne m’a pas vraiment raconté ce passage-là malgré les demandes incessantes de son enfant. Il faut dire que le départ de ma mère a creusé un trou énorme dans la poitrine de mon père, ce qui est étrange d’ailleurs mais bon passons, il a mis des années à s’en remettre. Mon père n’a jamais été très riche. Il a toujours travaillé comme garde de chasse, depuis des années. En fait, depuis tout jeune dès qu’il eu terminé l’école obligatoire mon père n’avait que cette idée-là en tête alors il s’est lancé corps et âme dans ce métier qui le passionnait tant. Et c’est là que ma mère, à savoir Déméter, s’est trouvée attirée par l’homme qu’il était, passionné, fort, et surtout respectueux de la nature. Après il y a le moment création de Tessa comme vous vous en doutez. Mon père a donc eu le cœur brisé quand ma mère s’est barrée juste après lui avoir remis un couffin avec sa fille, moi, dedans comme dernier cadeau d’amour. Est-ce que ma mère l’a jamais aimé ? Je me pose vraiment la question. Je ne sais pas s’il faut croire en l’amour ou si c’est juste fait exprès pour vous briser comme mon père l’a été.

Jusqu’à l’âge de sept ans, j’ai toujours passé la majorité du temps à gambader dans les forêts avec mon père, bon au départ vu que je ne savais pas marcher ou n’avais pas l’endurance nécessaire, c’était ma grand-mère qui me gardait, ainsi qu’avec les autres petits enfants de ma tante et mon oncle. J’étais la plus jeune mais pas la moins teigneuse. Trop de fois, mon père s’est pris la tête avec son frère et sa sœur car j’avais brisé des jouets à mes cousins. Mais il s’agissait de ma réaction la plus primitive si je peux dire à une attaque, on me provoquait, je répliquai illico. Et bien souvent, je finissais par attraper les armes en plastique de mes cousins et les brisaient sur mon genou. Après tout, ils ne voulaient pas de moi dans leurs jeux de guerre et me traitaient de fille ! Qu’est-ce que j’y pouvais si j’étais une fille hein ? Je n’étais pas d’accord avec le fait que ça voulait dire que je ne pouvais pas jouer avec eux à la guerre. Mon père me comprenait mais disait que mon comportement n’était pas bien. Pas bien. Je ne voulais pas me faire marcher dessus voilà tout. Pourquoi est-ce que mes cousins avaient le droit eux de jouer à la guerre et d’avoir des armes mais pas moi ? J’ai récupéré quelques jouets quand je pouvais que je fourrais dans mes poches pour le soir quand mon père venait me récupérer après le travail. Il faut dire que mon père n’était pas la personne la plus douée et aimante, disons que c’était plus un homme bourru qui de temps en temps affichait un sourire, à vous de voir comment le prendre. Malgré tout et ses petits côtés assez froid ou réservés, j’ai toujours aimé mon père et nos moment passés ensemble je ne pense pas qu’il me soit possible de les oublier de sitôt. Il a toujours été là même si pour lui, j’avais beau être une fille, il me considérait plus comme un fils, peut-être me espérait-il un peu trop que j’hérite du même sexe que mes cousins, mais la vie en a voulu autrement. Non, je suis belle et bien une fille et pas du tout une fille à papa. Je crois qu’il m’a toujours élevé comme si je n’étais pas une fille. Après tout, il ne devait pas trop comprendre ce qu’une fille pourrait avoir besoin. Le problème c’est que mes rapports avec ma tante étaient mauvais, sans aucun doute parce que je ne m’entendais pas avec ses chéris, à savoir mes cousins. Mon oncle ne se tracassait pas trop même si d’après mes cousins, il ne comprenait pas pourquoi mon père me laissait autant de liberté. En clair, on essayait toujours de me coller l’étiquette tu es une fille, aide ta tante, fais ci, fais ça, pendant que les garçons pouvaient faire ce qu’ils voulaient comme jouer à la guerre dans le jardin et moi, je ne voulais pas faire la vaisselle avec ma tante mais aller jouer à la guerre justement !

Au fil du temps, je me suis rebellée contre ma tante et ma grand-mère. J’en pouvais plus de leur façon de vivre, oui je suis une fille et alors ? Les autres filles peuvent jouer dans le jardin comme leurs frères, elles. Pourquoi pas moi ? Parce que ma tante et grand-mère n’avaient pas évolués et se laissaient faire par les hommes de notre famille ? Très peu pour moi. Mon père a longuement essayé de me convaincre de faire des efforts et juste pour lui j’ai essayé, mais je n’ai pas tenu longtemps alors les punitions je connais. Enfermer dans la chambre pour me faire réfléchir... en fait, ma rage augmentait simplement ainsi que ma rancune.  J’en venais même à en vouloir à mon père. Pourquoi ne faisait-il rien hein ? Il faisait deux têtes de plus que ma tante mais la laissait m’élever alors que moi j’étais sa fille à lui. Petite, je n’osais rien et puis peu à peu, je lui disais tout. Il me caressait la tête en disant qu’il ne pouvait pas remplacer la place d’une mère pour moi, qu’il pouvait juste être mon père. Je détestais ces conversations à sens unique. J’avais beau me plaindre, il me sortait toujours la même chose en clair il n’était pas à la hauteur pour m’élever. Alors, j’en voulais à maman de m’avoir abandonné. Je n’étais pas heureuse du tout. Vers mes huit ans, j’ai commencé à fuguer de l’école, de la maison, j’allais toujours au même endroit dans la forêt. J’avais besoin de m’éclipser. Mon enfance n’était pas heureuse. A l’école, je n’avais pas d’amis, aucun. Sans doute la faute de mes cousins qui eux, semblaient être les rois de la cours de récréation, sportifs, drôles et forts... et moi je n’étais qu’une fille hyperactive, impulsive et dyslexique, comparé à  eux je ne faisais pas vraiment le poids du coup. Une fille qui ne se laissait pas faire, une fille qui se battait et en plus en bonne dernière dans le classement des gamins de la classe, zéro partout. J’ai essayé d’être douée à l’école mais j’ai vite abandonné en préférant jouer au cancre. Les profs ne cherchaient même plus comme ça, il savait que Tessa resterait toujours bonne dernière. Et vu que mon père ne prenait pas vraiment la peine de me dire ah c’est pas bien Tessa... bah je faisais un peu ce que je voulais, j’ai fui. Le problème quand votre père est garde chasse, c’est qu’il connaissait ma petite cachette par cœur, il me retrouvait à chaque fois. L’avantage c’est que vu qu’on se ressemblait beaucoup, nous n’avions pas besoin de parler. Je savais qu’il n’acceptait pas ce que je faisais, qu’il était déçu mais jamais il ne m’a hurlé dessus - peut-être était-ce , ce que j’attendais de lui en fin de compte. Mais non, alors ces jours-là, je travaillais avec mon père. Je n’avais pas dix ans, mais je savais déjà quel métier je voudrais faire, le même que mon père. J’avais pris l’habitude d’être une tête brûlée, je n’écoutais jamais les ordres et surtout pas ceux de ma tante. Un jour, alors que nous étions allés au lac, mes cousins, ma tante et moi, j’ai fait l’erreur de ma vie.

Au bout d’une heure à entendre ma tante me hurler dessus que j’allais finir tremper à sauter d’un rocher à un autre, j’ai finalement débarrasser le plancher et je me suis enfoncée dans la forêt, profitant de l’opportunité de mes cousins se battant pour une raison qui m’échappait totalement d’ailleurs. Je vissais une casquette que j’avais pris à mon père sur ma tête et m’enfonçais dans la forêt, je voulais voir le barrage un peu plus haut que notre position malgré l’interdiction de ma chère tante, comme quoi c’était dangereux et tout ça, mais comme j’étais une tête brûlée dès qu’on m’interdisait de faire quelque chose, moi j’y allais hein ! Dans ma poche, je gardais un couteau pris à mon père, celui de son service militaire et je pouvais enfin respirer. J’aimais la forêt, j’aimais cette ambiance, l’odeur... je me sentais à ma place dans ce monde dans la forêt. Mon père souriait toujours quand je lui faisais part de mes sensations. Je crois que c’est parce que lui ressentait les mêmes et que contre toute attente, cela nous rapprochait plus que tout le reste, on pouvait enfin être fusionnelle un vrai père et sa fille. Il m’a tout appris et je suis fière d’être sa fille, j’aurai juste aimé avoir une mère pour voir ce que c’est d’être aimée et choyée. Mon père n’est pas de ce genre-là. Et ce n’est pas avec ma tante que je pourrais recevoir l’amour qu’il m’a toujours manqué, un amour maternelle malgré celui de mon père. Néanmoins, j’ai appris à me débrouiller toute seule, j’ai un caractère fort et je sais que de ça, mon père en est très fier. Alors moi aussi j’en suis fière d’être ce qu’il voudrait que je sois. Dans le fond, il n’a jamais voulu que sa fille devienne comme sa soeur ou sa mère, je le sais et maman n’était sûrement pas ainsi. Bref, revenons-en à mon histoire, je grimpais vers le barrage curieuse de voir à quoi ça ressemblait de près. Finalement, j’y étais parvenue. Mais derrière moi, j’entendis mon prénom. Je fis volte-face et grimaçai. Mes cousins arrivaient avec un grand sourire, le premier ne se gêna pour dire qu’il allait me balancer et avant que l’autre ne puisse renchérir car je savais qu’il le ferait, je continuais mon ascension sans y prêter plus que cela attention - question d’habitude sans aucun doute. Je savais que je ne pouvais plus les semer et pourquoi le ferais-je, je tenais à voir ce barrage pas fuir mes abrutis de cousins. Je n’avais pas peur d’eux, je les ignorais très bien à la longue ma technique s’était améliorée, je n’essayais même plus de les frapper. J’étais plus vive alors je fuyais ou grimpais dans les arbres et leur lançait tout ce qui me tombait sous la mains sur la tête, je vous assure que ça calme bien. Finalement, un sourire illumina mon visage, j’y étais enfin nous... vu les deux comiques de derrière. Je me rapprochais faisant fi du panneau d’interdiction de s’approcher danger tout ça, tout ça. Je m’en fichais. Le problème c’est que mes cousins aussi passèrent le grillage comme les imbéciles qu’ils étaient. Je leur ai dis de dégager mais bon hein. Alors que je me penchais, le fils de mon oncle trouva l’idée de venir me bousculer plutôt bonne. Evidemment, autant dire que j’ai eu le coup de stress de ma vie plus la haine du monde alors je répliquais. Oh je sais que c’était complètement con, mais c’est un réflexe. Alors je l’ai poussé à mon tour et voilà, qu’on a commencé tous les deux à se barre au bord du précipice oui évidemment.  Bref, la dispute s’envenimait et on roulait au sol, sur la terre et ce qui devait arriver arriva, mon cousin bascula du mauvais côté, m’attirant avec lui. On pendouillait les deux comme des abrutis, le cœur battant à vive allure, à moitié dans le vide. Je tenais un barreau de justesse avec ma main, mais mon cousin malgré son poids plume était trop lourd pour moi. L’autre cousin débarqua à toute vitesse pour essayer de nous remonter mais faut croire que la force c’était pas vraiment leur truc. Il me retenait, tenant mon autre main, tirant pour nous hisser et si j’étais un vrai poids plume, il n’arrivait pas à nous remonter tous les deux. Malgré les gémissement de l’autre cousin qui nous suppliait de ne pas le lâcher. J’en fais encore des cauchemars aujourd’hui  et me réveille en sursaut. Des larmes coulaient sur nos joues à tous les trois. C’était peut-être le seul moment où on avait réalisé qu’on était une famille et qu’on aurait du s’aimer comme telle et ne pas se faire la guerre. Joe (le cousin qui pendouille avec moi) lâcha prise dans un hurlement terrifié. Et alors et seulement alors après avoir passé trente secondes à être pétrifiés à moitié dans le vide, Jordan (oui je sais) me remonta. Nous étions tous les deux abasourdis, horrifiés et perdus. Jordan fut le premier à se reprendre. Alors que je restais choquée devant ce désastre, j’entendis à peine la voix de mon cousin qui s’époumonait en hurlant le nom de sa mère, qu’il fallait venir tout de suite, que c’était urgent que Joe avait des problèmes. Il ne réalisait pas ce que mon cerveau commençait à faire méthodiquement... Joe était mort.

Depuis ce jour, quelque chose s’est brisé en moi. Ma tante nous a retrouvé. J’étais en état de choc et je le suis restée durant des jours, malgré les regards accusateurs de ma tante. Seul Jordan ne me fit aucun reproche, allez savoir s’il prenait complètement conscience que c’était autant sa faute que la mienne. Pourtant, j’avais accepté que c’était ma faute que j’avais tué mon cousin. Ma vie changea du tout au tout, si avant je rétorquai, je devins comme une sorte de fantôme. Mon père s’inquiéta et m’emmena même voir un médecin, je refusais de prendre ce qu’on me donnait. Je m’en voulais trop. Je n’étais plus moi-même. Le regard de mon cousin avant sa mort me hantait, je l’avais vu dégringolé de mes propres yeux. Mon comportement changea tellement qu’on me reconnaissait à peine, j’étais toujours la même certes mais quelque chose s’était éteint en même temps que le regard de Joe. Dans mon village, on m’évitait, la rumeur de l’accident était devenu pour les plus jeunes le premier meurtre de Tessa, comme si je devais encore tuer des gens. J’étais devenue pire que la peste pour les gamins. Pour les adultes s’étaient mitigés, il y avait ceux qui étaient gentils avec moi et les autres qui me méprisaient et qui refusaient que j’approche de leurs enfants. Peu importait j’étais morte moi aussi. Quand je faisais des cauchemars autant dire tout le temps, mon père ne cessait de répéter en me tenant contre lui que c’était un accident que je n’y étais pour rien que moi aussi aurais pu mourir mais que le ciel en avait décidé autrement. Mais ses câlins pourtant rares ne me réveillaient toujours pas.

Durant une année entière, je restais ainsi amorphe et puis tranquillement je reprenais un peu goût à la vie. J’évitais le village au maximum mais mon père se rassurait et espérait que je redevienne sa petite fille. Évidemment ma tante ne pouvait plus me voir alors je n’allais plus chez grand-mère, ce qui m’arrangeait au fond même si Jordan était devenu gentil avec moi, peut-être le seul qui comprenait vraiment ce que je ressentais car lui aussi était hanté par notre cousin et sa mort. Un jour, j’avais tout juste dix ans et ce fut ma première rencontre avec le monde de ma mère. J’avais fait l’école buissonnière et chaparder à la cafétéria un goûter pour changer. Je préférais passer mon temps dans ma forêt, j’avais construit une cabane comme une sorte de mini-fort sensé me protéger des démons de la vie. J’étais entrain de déballer mon sandwich quand un j’entendis un hurlement plus loin. Ma curiosité l’importa sur le côté laisser tomber ça ne te concerne pas, et puis c’était ma forêt. Mon père m’avait toujours dit qu’on était responsable de ce qui était à nous. Alors je sautai sur ma terre comme je l’appelais et me rapprochais des cris et il y avait comme des bruits de lutte. J’étais intriguée et mon cœur battait à cent à l’heure. Et puis, je me pris le deuxième choc de ma vie en pleine face. Une jeune fille faisait face à une monstruosité. Je n’avais jamais vu de bêtes pareilles et pourtant j’en connaissais un rayon sur les animaux en tout genres. Mais là autant dire que je séchais sévère. C’est incrédule que j’évitais d’un pas, la silhouette de la fille qui se fit balancer de mon côté. On en reviendra pour la discrétion. Complètement sous le choc, je la regardai se relever et me regarder aussi étonnée que moi. Surprise des deux côtés donc voir même des trois mais j’évitais de tourner mon regard vers le truc pas beau dont je n’avais pas la moindre idée de ce qu’il foutait - pardon ce qu’ILS foutaient dans ma forêt. Mes yeux lorgnaient son épée incrédule. Une épée. Une épée ? C’est normal ça ? Elle se battait contre ce truc avec une épée ? Euhhh qu’est-ce qui se passe ? La fille se reprit avant moi, les gens ont l’air tous plus vifs que moi faut dire, et me poussa sur le côté alors que le monstre chargeait droit sur nous. Elle me fit glisser derrière elle en me disant de la fermer et de rester là oh et me colla une hache dans la paume. AH ben merci, c’est beau la politesse. Et bordel une hache ? Elle m’a prise pour un bucheron ou quoi ? Je fronçais les sourcils et la regardai repartir à l’attaque. J’assistais au combat, complètement sous le charme de cette danse étrange qu’ils faisaient tous les deux, le truc c’est que ma nouvelle pote très polie avait l’air en mauvaise posture. Elle saignait à la cuisse c’était pas très beau faut dire. Alors je ne savais pas quelle est l’idée la plus débile que j’ai eu, rejoindre le bruit ou foncer en hurlant hache levée vers le bidule géant ? Aucune idée ! Mais je l’ai fait. Sous les hurlements de l’autre qui me hurlait de dégager patati-patata. Clairement l’adrénaline m’empêchait de raisonner et j’ai agi avec des réflexes purs, j’ai frappé le flanc, éviter un coup de patte qui aurait pu me scalper et refrapper. Le temps que miss râleuse se relève et me dégage pour terminer le monstre qui... moment encore plus bizarre parti en fumée ou plutôt en poussière. Quelque chose comme ça. Je lâchais la hache tout en la regardant tomber, sans trop comprendre que je venais d’aider à tuer mon tout premier monstre. La fille râla et récupéra son arme en me jetant un regard mauvais - regard que je soutien évidemment toujours, avant de la voir tituber un peu. J’attrapais son bras et ce fut à mon tour de lui dire de la fermer et me décidais à l’amener dans ma cabane. Etrangement, je n’en avais pas encore conscience mais je venais de me faire ma première amie. Champagne ! Je la ramenais donc à la cabane malgré ses jérémiades, comme quoi elle devait y aller et tout, mais bon disons que je préférais simplement lui dire de se bouger et de m’aider parce qu’elle n’était pas très légère la miss hein. Finalement, on y était, je la fis allonger sur le lit et hésitais sur la décision à prendre. Je pouvais m’occuper d’elle du moins avec mes maigres connaissances de premier secours mais je n’avais jamais fait ça sauf avec mon père. Alors, je lui ai dis de ne pas bouger et me suis prise un regard noir auquel je répondis en levant les yeux au ciel et sortis pour utiliser la corne que mon père m’avait donné et soufflais dedans. Alors que j’étais retournée à l’intérieur pour appuyer sur sa plaie et commencer à désinfecter, mon père arriva en trombe. L’avantage avec mon père c’est qu’il n’a jamais trop posé de questions, il s’approcha et soigna la jeune fille de quelques années mon aînée tout en lui jetant des regards que je ne comprenais pas, comme s’il la connaissait. Je restais en retrait et aidais quand mon père me le demandait. Puis, il alla chercher la voiture et nous ramena toutes les deux à la maison, malgré les protestation de Tanya. Une fois à la maison, je passais du temps à m’assurer que sa blessure cicatrisait bien et ce fut qui entama la fameuse conversation. J’avais gardé le silence là-dessus ne sachant pas trop quoi en penser. Mais elle me posa des questions sur moi, et finalement je me mis à parler moi aussi et à lui poser des questions. Qui était-elle ? Pourquoi avait-elle des armes ? Qu’est-ce que c’était que le truc qui l’attaquait ? Et elle révéla tout, en pensant que soit j’étais comme elle - une demi-déesse hahahaha ou une humaine qui voyait à travers la brume, bref tout s’enchaina car je lui demandais ce qu’était la brume évidemment. Et le soir quand mon père était rentré à la maison, j’entamais une discussion avec lui, avec comme appui Tanya qui foudroyait du regard mon père. Ils s’aimaient pas ça je l’avais capté assez vite. Mon père avait soupirer longuement et m’avait tout avoué que ce que disait notre protégée était vrai. Une demi-déesse. Et dire que j’arrivais à y croire que j’avais même envie d’y croire, à cet endroit où j’avais ma place.

C’est alors que j’ai décidé de rentrer avec Tanya dans sa fameuse colonie. Mon père ne m’a pas retenu. Une semaine plus tard, il nous avait conduis là-bas. Et je commençai ma nouvelle vie tout en gardant de temps en temps contact avec mon père. Ma mère, Déméter, me reconnut un mois plus tard - elle ne s’était pas pressée. Tanya, la fille d’Arès, resta mon amie durant de longues années et m’aida à m’habituer à redevenir humaine et à prendre ma place. Finalement, je lui ai tout raconté et étrangement ça m’a fait du bien et j’ai pu reprendre du poils de la bête, particulièrement attirée par ce qui concernait la traque. Mon amie m’offrit sa hache en gage d’amitié et aussi, je la cite hein pour éviter que mon petit cul se fasse botter trop souvent. Malgré son caractère de cochon digne des enfants d’Arès apparemment, c’était ma meilleure amie. On combattait ensemble. Bien sûr, elle me protégeait et j’avais tendance à panser ses blessures après parce qu’elle en avait plein hein, partout, un cas pas possible cette fille ! Et elle osait me râler dessus quand je fonçais dans le tas. Bref, on s’engueulait car on s’inquiétait de la sécurité de l’une et de l’autre mais au fond on s’aimait toujours bien. Et puis, la guerre avec Cronos débuta. Je n’ai jamais aimé les partisans, ils n’avaient pas de raison de vouloir détruire le monde. On a tous eu une enfance pourris disons pour la plupart, et voilà qu’eux se la jouaient victimes et souhaitaient mettre tout le monde dans le même panier. J’ai pris part au combat, comme Tanya, déterminée comme jamais. Et puis, Gaïa a tué ma meilleure amie. Tanya est morte au combat comme elle le voulait. Mais je me suis effondrée lorsqu’on m’a dit qu’on ne pouvait plus rien faire pour elle. Je me suis effondrée pour mieux me réveiller au final, j’allais me faire tous les partisans, ces connards avaient tué mon amie. Et ils allaient le payer. A présent, j’ai demandé à un enfant d’Héphaïstos de graver le prénom de Tanya sur la garde de ma hache pour ne jamais l’oublier et qu’elle soit avec moi, à chaque instant. Sans être une vraie guerrière, j’ai décidé de ne plus jamais être faible et de ne jamais plus perdre quelqu’un. Alors je m’y attèle et exécute toujours les ordres et reste à cheval sur le règlement, le visage de Joe me hante encore et toujours et même si je prends plus que de temps en temps des nouvelles de mon vieux père, je n’ai jamais revu Jordan. Dans un sens, je me sens encore coupable malgré les paroles de Tanya, après tout, elle est toujours là avec moi et le sera toujours. Sans faire réellement confiance aux Romains, j’accepte de m’allier avec eux, après tout c’est les ordres. Ce qui compte, c’est que Je la vengerai au final.
   


Ton prénom ou surnomNoria Ton âge 19 ans Que penses-tu du forum ?J'adore le design ! T'es arrivé là comment ?Google m'a aidé Code règlementTornade noire malicieuse Un dernier mot Jean-Pierre ?Qui c'est JP ?
   CODES BY RAINBOWSMILE


Dernière édition par Tessa N. Morgan le Mar 31 Mar - 21:36, édité 2 fois
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Présentation de Tessa    Lun 30 Mar - 18:55

Bienvenue, purée je kiff le gif

Bon courage, si besoin mp moi
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Présentation de Tessa    Lun 30 Mar - 18:57

Bienvenue future camarade !! ( )

Tu es très zoolie.
avatar
Coalition ψ Combattant
Ω Tablettes : 1633
Voir le profil de l'utilisateur

Qui es-tu?
Ω Objets:
Ω Relations:
Ω Compétences:

MessageSujet: Re: Présentation de Tessa    Lun 30 Mar - 19:18

Bienvenue sur le forum :)
Future romaine, j'espère Razz
Bon courage pour ta fiche !
avatar
Divin ψ Olympus team
Ω Tablettes : 263
Voir le profil de l'utilisateur

Qui es-tu?
Ω Objets:
Ω Relations:
Ω Compétences:

MessageSujet: Re: Présentation de Tessa    Lun 30 Mar - 20:15

Bienvenue ! Very Happy
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Présentation de Tessa    Lun 30 Mar - 20:16

Bienvenue
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Présentation de Tessa    Lun 30 Mar - 21:09

Bienvenue Very Happy
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Présentation de Tessa    Lun 30 Mar - 21:19

Bienvenue miss ! :)

Rejoins les Romains, on est les meilleurs //pastaper//
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Présentation de Tessa    Lun 30 Mar - 22:56

Hello miss !! Bienvenue sur le forum
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Présentation de Tessa    Mar 31 Mar - 0:16

Salut gamine, bienvenue parmis nous !!! Very Happy
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Présentation de Tessa    Mar 31 Mar - 19:23

Merci tout le monde pour cet accueil ! Je finis au plus vite !
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Présentation de Tessa    Mar 31 Mar - 22:28


     
Tessa

     


   Félicitation, tu viens d'être validé avec les honneurs du jury. A présent tu peux venir faire la fiesta avec tout le monde.

   Alors, qu'est ce que je peux dire sur ta fiche. J'ai beaucoup aimé le morte au combat comme elle voulait, ça vaut presque le Sois contente, tu meurs en Romaine mais bon étant donné que l'humour sur les potes c'est mal, je vais éviter. Sinon l'histoire est bien, un peu triste pour le pauvre cousin qui s'est sacrifié pour que tu vives :/ ta tante était pas quelqu'un de bien. Bienvenue dans la grande et belle famille des grecques mademoiselle Tessa Very Happy (et je te demanderais un lien dès que tu auras fais ta fiche de lien )
ps: je kiff ton code même s'il est flippant XD


   Cependant il y a quelques petits détails presque rien à régler, une formalité disons le:
   Ici tu pourras réserver ton avatar, et oui ce serait bête qu'on te le pique.
   Ici tu pourras réserver ton prénom et nom de famille parce que tu es unique après tout
   Pour te faire des amis, des ennemis ou tout simplement avoir des liens c'est ici
   Là c'est pour faire des rps avec tous pleins de monde
   Et ici c'est pour que les admins t'aiment, pour que le forum t'aime et pour avoir pleins de nouveaux amis-ennemis
     
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Présentation de Tessa    

Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Fiche de présentation de Tessa Rõry
» présentation de demi lovato
» Modèle de présentation
» Ma présentation ! (Phyllali)
» Présentation de Logan Echolls

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Heroes of Honor :: Les anciennes fiches de présentations-