Bienvenue jeunes padawans. ♥ Le forum est officiellement rouvert!
Soyez originaux, mes chéris. Priorisez les opposants et les sang mêlés qui ne descendent pas directement des Trois Grands. Nous nous donnons le droit de les refuser. Merci ♥ Cliquez.
N'oubliez pas d'aller voter ici aux deux heures pour nous ramener pleins de nouveaux amis/ennemis. ღ

Partagez | 
 

 I just can't wait to be king - Tobias Nash

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité
Invité

MessageSujet: I just can't wait to be king - Tobias Nash    Mer 1 Avr - 17:19


Tobias Henry Nash
« Le Roi n'a que faire des conseils d'une vieille corneille»

   

NomNash Prénom(s) Tobias Henry SurnomsJe suppose que ce sera Toby, mais majesté ça passe aussi ou grand général Date de naissance17 juin Âge22 ans Lieu de naissanceBoston OrigineAméricain Années passé dans votre camp9 ans Statut social •  Roi Célibataire Orientation sexuelle •  Femme. J'aime les femmes AvatarColton Haynes Créditécrire ici

Parent divinArès Pouvoir (un seul)Force décuplée Arme et objet magique (une arme et un objet ou deux armes)Kopis  en  bronze céleste et montre bouclier avec le symbole d’Arès Camp choisiLes Grecs Rêve d'avenirMe faire un collier avec les dents des partisans Particularités (tic, manies, signes distinctifs, peur)Il a peur d'oublier un jour de mettre un caleçon Rien de bizarre à signaler, si ce n'est que son arme c'est son bébé
..IL ETAIT UNE FOIS..
   ..IL Y A BIEN LONGTEMPS.
.


Tobias au rapport les gars ! Alors, faut se présenter on m’a dit, bon je vais être direct le premier qui se fout de ma gueule ou esquisse qu’un mini sourire, je lui pète la gueule ? C’est bien là ? Ouais donc ok, donc mon prénom vous le connaissez. J’ai 22 ans depuis quelques temps. Mon deuxième prénom, j’assume pas, donc on va le zapper comme si de rien n’était. Si vraiment ça vous fait plaisir de le connaître faut lever les yeux et il est là. Je suis un fils d’Arès. Quoi d’autres ? Ma mère bosse au FBI. Oh ouais je vous entends déjà oh trop la classe ! Ben non, c’est vraiment pas trop la classe. Oui, le job rapporte bien, oui c’est stylé de dire que sa mère est membre du FBI mais non quand tu es son fils ce n’est pas très cool. Je vous l’explique rapidos. Ma mère bosse toute la journée jusqu’à pas d’heures. Elle risque de crever une fois sur deux. Elle est jamais là pour mon frère et mes soeurs. Et pire que tout, quand elle est là, elle ne sait même pas cuisiner. Non sans déconner, heureusement que la voisine nous aime bien et nous amène des plats déjà tout prêts non parce que le week-end c’est la mort. Et puis, la voisine et les amis de la famille ont bien essayé de la faire arrêter mais depuis la petite dernière, maman a décidé de ne faire que du bureau et donc d’éviter le terrain. Moi ça m’arrange vraiment, mais je suis bien conscient que ça lui manque mais quelle idée de faire autant d’enfants du coup hein. Enfin, je sais que ce n’est pas de sa faute mais de celle de mon connard de beau père. Ce mec n’est qu’un lâche. Mais reprenons depuis le début, ma mère a fait ses débuts après avoir passé des semaines au centre d’entrainement de Quantico en Virginie pour être enfin à même d’intégrer le FBI. Elle avait 23 ans à ses débuts. Elle a rencontré mon père, sur le terrain, je n’ai pas les détails et honnêtement je ne les veux pas du tout, ça m’irrite de savoir ça. Elle n’était heureusement plus une jeune recrue et avait alors 26 ans, sans être très expérimentée, elle avait déjà une petite réputation plutôt positive de ses chefs grâce à ses capacités. Son ambition malgré très forte, ma mère continua de travailler même enceinte et ne s’arrêta que lorsque le médecin lui ordonna de le faire. Et puis, elle me donna naissance et après son congé maternité c’était repartit. Oh, je sais qu’elle m’aimait mais elle n’avait pas la fibre très maternelle. Son travail passait avant tout même moi. Elle me racontait toujours que des gens comptaient sur elle, alors ça devait être la réponse à je laisse le petit Tobias à la maison avec la voisine. Mes grands-parents habitaient trop loin pour venir me garder et vu que je ne les ai jamais vu, à mon avis ils n’ont jamais accepté le choix de leur fille concernant son orientation professionnelle et le fait de m’avoir alors que je n’avais pas vraiment de père, puisqu’il s’est barré après avoir mis ma mère enceinte, ce qui ne m’a jamais vraiment plu.

Et voilà que quelques années plus tard, ma mère recommençait avec ce con - pardonnez mon langage, ouais on s’en fout je suis d’accord - et hope un petit frère. Bon, j’avais quatre ans, donc j’étais heureux forcément et puis le beau-père au début il restait à la maison alors c’était chouette. Comment ma mère avait-il pu sortir avec un mec pareil ? Parait qu’il était notaire ? Mais même ça, on ne l’a jamais su vu qu’il bossait pas. Plusieurs années après quand j’avais une dizaine d’années j’ai lu dans le journal qu’il avait été rayé du barreau - un sale con jusqu’au bout, clair je suis d’accord avec vous. Et puis, je ne comprenais pas pourquoi maman avait besoin d’un mec. J’étais là moi et maintenant Jonah aussi, on était deux pour veiller sur elle mais non ça ne lui suffisait pas. Franchement, je n’avais qu’une envie quand il est revenu, de grandir vite et de lui mettre la raclée de sa vie pour ma mère. Ouais, parce que j’ai oublié le passage où après m’avoir donné un petit frère, ce qui me plaisait bien du coup car c’est plus drôle à deux, et bien il s’est barré comme ça. Comme mon vrai père quoi. Ma mère était anéanti genre au point de passer de je reste dans ma chambre à frapper dans le mur au retour au bureau en faisant heure supp sur heure supp, jusqu’à que la voisine la remette sur pied mais ça n’a pas été tout de suite faut le dire. Pendant des mois, je ne reconnaissais plus ma maman avec son visage triste et les cernes sous ses yeux. Et puis, heureusement c’était reparti, les pâtes trop cuites avec du ketchup le samedi soir et tout ce qui allait avec. En somme, notre vie avait repris à la différence qu’il y avait Jonah cette fois-ci. Etant l’aîné, j’essayais toujours de lui montrer l’exemple, on était toujours fourré ensemble et les voisins ils trouvaient ça mignon. Ils avaient pas compris hein, non moi je lui apprenais les choses essentielles de la vie, c’est normal il est de mon sang ça se fait et puis maman a toujours dit qu’on doit veiller sur sa famille. Alors du haut de mes cinq ans, c’est ce que je faisais déjà avec maman, Jonah et Arthur, le poisson rouge.

Et puis, après j’ai commencé la maternelle pendant que Jonah il passait encore ses journées avec la voisine, madame Carter. Il disait que j’avais de la chance et j’étais bien d’accord. C’était le paradis. Emploi de l’imparfait parce qu’après la maternelle, j’ai déjà commencé à perdre pied dans les cours moi. Je comprenais pas grand chose il faut dire et plus ça avançait plus ça devenait nébuleux. Madame Carter a du m’emmener chez le docteur pour finalement se rendre à l’évidence que j’étais pas comme les autres enfants, je me battais - j’étais beaucoup plus fort que les autres, j’arrivais pas très bien à déchiffrer les chiffes et j’étais toujours dans la lune. Jonah, lui il semblait plus doué, genre petit intello déjà, limite il pouvait m’aider à faire mes devoirs franchement la honte, mais bon, lui il n’avait pas de force alors on faisait équipe. Et puis, le père de Jonah est revenu. J’aurai voulu le frapper. J’ai essayé mais maman m’a viré dans ma chambre avec Jonah. Lui, il restait calme, il comprenait pas. Mais moi si, il revenait pour faire du mal à maman ! Je pouvais pas le supporter. Ils ont hurlé pendant des heures avant que maman revienne ouvrir la porte. Ils s’étaient mis d’accord que pour Jonah ils allaient essayer de se remettre ensemble. J’étais pas d’accord, mais on ne m’écoutait pas. Jonah, en mode traître, il était content de voir son père bien sûr. Il m’écoutait pas non plus quand je lui disais que maman a été très triste à cause de lui. Ils sont restés ensemble durant trois longues années - très, très longues, je vous jure j’en pouvais plus. Il ne m’aimait pas et moi non plus. Jonah lui par contre, il continuait d’être aux anges et son modèle c’était cet abruti. Maman m’a dit d’être gentil avec lui, mais je ne pouvais pas, je savais qu’il lui ferait du mal et je ne lui pardonnais pas ça. Mais soi-disant, ils étaient heureux maintenant et le reste ce n’était que le passé. Miss Carter était d’accord avec moi, je l’avais entendu parler à maman mais maman ne l’avait pas écouté non plus, ça me rendait fou. J’évacuais ma frustration comme je le pouvais et très souvent ça se finissait dans le bureau du directeur de mon école qui ne comprenait pas comment le comportement d’un gamin de sept pouvait changer aussi souvent.

Mes profs ne me trouvaient pas méchant juste turbulent et je régissais toujours avec promptitude. Le premier à se battre ou à défendre les autres, ce qui m’évitaient encore de ne pas me faire renvoyer mais mes notes n’aidaient en rien ma réputation. Mon beau père ne cessait de dire à ma mère que j’avais des problèmes, qu’il fallait qu’on me soigne, peut-être qu’on m’envoie dans un établissement pour les enfants comme moi et pas parfait comme Jonah. Heureusement, maman ne l’écoutait toujours pas et disait que ça me passerait. En fait, on la voyait tellement peu qu’elle ne savait pas vraiment quel était mon comportement il faut dire. Du coup, je suis devenu le sujet de dispute numéro un entre eux. Jonah craignait qu’ils se séparent nouveau et moi bah j’espérais de tout cœur qu’il arrête de faire pleurer maman. Tous les soirs, c’était le même rituel. On mangeait le repas fait par miss Carter avec mon beau père puis ma mère arrivait et nous saluait tous, et nous disait d’aller nous laver et au lit. Et puis après, je savais qu’ils discutaient dans la cuisine et ils s’engueulaient. Heureusement ou malheureusement, quand maman est tombée enceinte pour la troisième fois, c’était le nouveau sujet de dispute. Il m’oubliait un peu quoi. C’était le gros drame. J’ai jamais trop compris pourquoi, j’étais trop petite mais je sais que maman recommençait à pleurer et que mon beau père partait pendant plusieurs juste pour ne pas nous voir ? C’est ce que je pensais et Jonah était d’accord mais inquiet. Et puis les jumelles sont nées, Alycia et Noélia. Mes deux petites soeurs. J’étais au top de ma vie. Jonah pas, parce qu’il comprenait pas trop pourquoi il pouvait pas avoir un petit frère lui aussi. Maman était encore plus fatiguée et elle est restée longtemps plus longtemps que pour Jonah à la maison mais mon beau père ne restait pas lui. Il venait de temps en temps. Puis il criait et partait à nouveau, laissant maman toute seule. Un jour, il est vraiment parti alors je suis allé retrouvé maman et je lui ai juré de la protéger. Elle m’a souri à travers ses larmes, mais à mon avis elle ne me croyait pas. Alors depuis mes huit ans, j’ai commencé à m’occuper avec miss Carter de ma famille et des jumelles en espérant que jamais il ne reviendrait dans notre vie. J’ai tout appris avec miss Carter, et ça lui plaisait que je donne un coup de main. Je rentrais avec les gamins de l’école et les escortais jusqu’à la maison et puis, bon les devoirs c’était le domaine de Jonah, je galérais déjà sur le mien. Maman m’a inscris au football américain pour me canaliser un peu plus et ça m’aidait bien. J’étais plus calme et concentré après, même si j’étais toujours dyslexique.

Mes petites soeurs grandissaient bien et je les trouvais toujours plus belles, de jour en jour. Et j’espérais qu’elles ne seraient pas comme moi mais plus comme Jonah pour qu’elles puissent avoir une belle vie. Depuis que mon beau père était parti, on s’éclatait bien en famille et le rituel du ketchup avait repris et c’était génial. Même si je devais beaucoup m’occuper de ma fratrie, ça ne me dérangeait pas. Jonah m’aidait toujours quand ce n’était pas lui qui s’attirait des ennuis, parce qu’il avait beau être intelligent, il ne cessait de faire des sales coups au plus grands qui eux, voulaient sa peau. Pas con le gamin, il savait que Tobias le défendrait quoiqu’il arrive. Ma mère souriait enfin à nouveau même si elle ne voulait toujours pas lâcher son travail ce qui me déplaisait beaucoup. Mais les années passaient et malgré mes problèmes, ma vie n’était pas si mauvaise pour une fois depuis les dernières années. Les jumelles n’avaient plus de couches et ça m’arrangeait beaucoup, vraiment beaucoup d’ailleurs. Un jour, dans mon école, on a eu un nouvel élève. Il est vite devenu mon meilleur pote parce que franchement il était cool et ne cessait de rétorquer à notre professeur de math, bon il disait des trucs complètement bizarres que je captais pas du tout, mais ça faisait rager le prof donc voilà. Après il était pas très bon en sport ce qui était dommage parce que j’aurai bien voulu un partenaire. Non, lui on lui refourguait les gourdes, ça me faisait mal au cœur mais au moins les mecs de l’équipe l’appréciaient et l’acceptaient. Il parlait jamais de sa famille, ça c’était bizarre parce que Ian passait la moitié du temps chez moi du coup, on jouait aux jeux vidéos ou il restait très souvent pour le dîner ou dormir le week-end. Maman l’aimait bien. Parait que Ian, le pacifiste, avait une bonne influence sur la pile électrique. Elle savait pas ce que le gentil Ian faisait en cours hein, les avions en papier c’était pas moi. Donc bref, c’est mon meilleur pote et Jonah trainaient de temps en temps avec nous, même si j’aimais pas trop parce que c’était mon pote et je voulais qu’on me le vole.

On a passé une année entière avec Ian à déprimer pendant les cours de géographie et puis, un jour, après l’entrainement on a eu un gros problème. Du genre ENORME. On restait comme à notre habitude sur le petit terrain pour se faire quelques passes, quand tout à coup mon pote s’est mis à hurler et à me dire de courir. J’ai clairement pas compris. Mais j’ai couru poussé par ses hurlements. En principe, dans ces moments-là, on ne réfléchit pas trop. On préfère sauver notre peau parce que c’était bien de ça dont il était question au final. Un gros chat nous poursuivait ! Ouais enfin à l’époque pour moi ça ressemblait à un immense chat trop flippant qui avait l’air de dire je vais te croquer sale gosse ! Flippant vraiment. On a filé donc avec Ian. Il m’entraina dans une usine, dans laquelle, on essayait d’échapper à la bestiole mais finalement, Ian s’est arrêté et m’a regardé gravement. Là, je me suis dis y’a un problème, il est où le Ianou que je connais ? Plus là du tout, à la place j’avais un ... pote avec ... tenez vous bien des poils aux fesses ! Merde ! Ses fesses c’étaient des putain de poils, comme un cul de poulet mais là c’était pas du poulet, non, non c’était des poils  de chèvre ou de mouton mec ! Il a carrément dégainer un poignard en mode spartiate. Je le regardais sans comprendre. Il m’a dit de ne pas m’inquiéter que la cavalerie allait arriver. Encore une fois, j’ai rien compris à ce qu’il disait, comme les trois quart du temps. Tout ce que je savais c’est que je ne pouvais pas laisser mon ami le ... mec au cul de chèvre se battre tout seul, après tout j’étais le plus musclé. J’ai attrapé une barre de métal et attaquais comme mon pote le gros chat qui voulait nous buter. On a tenu par je ne sais quel miracle, je frappais un peu au bol, mais je savais que je faisais mal et que je pouvais le faire encore plus. J’avais de la force et de l’énergie à revendre. J’allais l’achever d’ailleurs mais une flèche m’a évité ce sale boulot, d’ailleurs j’en veux toujours à ce type qui m’a volé mon premier trophée de guerre bordel ! Une fois le choc disparu, Ian et es deux autres m’ont tout expliqué sur moi et ce qui venait de se passer. J’étais un demi-dieu, Ian l’avait senti et m’avait donc protégé tout ce temps et maintenant je devais les suivre à la colonie. J’ai ri parce que c’était complètement con quand même comme histoire. Mais Ian il était sérieux, alors j’ai fermé ma bouche et j’ai dis que je demandais à le voir ça.  Et je l’ai vu, oh ouais ! Accueillis par des bêtes étranges et des adolescents qui se battaient, un vrai paradis pour Tobias. Du coup, bah là j’étais obligé d’y croire quoi.

J’ai rencontré Chiron qui m’a dit que j’étais le bienvenue et que c’était chez moi et tout, et tout puis monsieur D qui lui euh franchement ce mec est bizarre. D’accord c’est un dieu mais... voilà quoi.  Donc on passe ce mini-passage c’est mieux tout de même. Quant à ma famille, Chiron m’a dit qu’il se chargeait de tout et on a pu discuter ensemble puis après j’ai pu revoir ma famille. Je voulais rester à la colonie mais je ne pouvais pas abandonner ma famille. Ils avaient besoin de moi. Mais gentiment, maman m’a dit que je devais rester parmi mes semblables et Jonah m’a assuré qu’il veillerait sur nos femmes. Je l’ai cru mais ce n’est pas pour autant que j’ai changé mes habitudes, je passe souvent les voir pour m’assurer que tout va bien, mais le reste du temps je le consacre à la colonie et à mes camarades Grecs. J’ai pris coup à la vie là-bas. Mon père m’a reconnu deux jours plus tard. J’étais fier comme un paon d’intégrer ce que je considère comme l’élite des bungalow, celui d’Arès.  Je me suis entrainé dur.  Et je n’oubliais jamais ma famille en parallèle. J’ai du l’abandonner pendant certaines périodes comme celle qui concernaient la guerre contre Cronos et puis maintenant après avoir passé un long été à la maison avec ma famille, je suis retourné à la colonie des sang-mêlé regonflé à bloc et étourdi sous le stock des informations entre les Romains et les sept qui ont disparu, sans compter Gaïa et les partisans. Une chose est sûre et certaine, je serai à chaque combat le premier à foutre mon épée dans ceux qui essayeront de toucher à la colonie, parce que c’est ma seconde famille et même ces foutus Romains ne pourront pas berner ma surveillance, dur de faire confiance à des mecs qui ont essayé de vous attaquer il y a de cela quelques mois. Mais bon, on fera avec les boulets malgré tout.
   


Ton prénom ou surnomNH Ton âge 20 ans Que penses-tu du forum ?Je l'aime lui et ses membres T'es arrivé là comment ?Lily Code règlementTurbulent Hélicoptère en formation Nénuphar Un dernier mot Jean-Pierre ?Regardez bien à l'ouest ! (Non mais je suis déjà dehors)
   CODES BY RAINBOWSMILE
Invité
Invité

MessageSujet: Re: I just can't wait to be king - Tobias Nash    Mer 1 Avr - 17:23

reBienvenue à toi !!

Excellent choix de prénom et d'avatar
Bonne chance pour le reste de ta fiche beau gosse Wink
Invité
Invité

MessageSujet: Re: I just can't wait to be king - Tobias Nash    Mer 1 Avr - 17:38

Re bienvenue compatriote Grec !
Invité
Invité

MessageSujet: Re: I just can't wait to be king - Tobias Nash    Mer 1 Avr - 17:42

Merci les gars !
Invité
Invité

MessageSujet: Re: I just can't wait to be king - Tobias Nash    Mer 1 Avr - 17:53

Bienvenue Very Happy
avatar
Coalition ψ Combattant
Ω Tablettes : 1633
Voir le profil de l'utilisateur

Qui es-tu?
Ω Objets:
Ω Relations:
Ω Compétences:

MessageSujet: Re: I just can't wait to be king - Tobias Nash    Mer 1 Avr - 18:08

Re bienvenue sur le forum :)
Ton personnage a l'air fort prétentieux sympathique :3
Sinon bon choix d'acteur
Invité
Invité

MessageSujet: Re: I just can't wait to be king - Tobias Nash    Mer 1 Avr - 18:44



Plus explicite que tous les bienvenues du monde. Merci d'être là
Invité
Invité

MessageSujet: Re: I just can't wait to be king - Tobias Nash    Mer 1 Avr - 23:08

Merci les filles Cool
Mais non Saphir, pas du tout, du tout

Oh tiens, la princesse est là
Invité
Invité

MessageSujet: Re: I just can't wait to be king - Tobias Nash    Mer 1 Avr - 23:34


     
Mon amoureux <3

     


   Félicitation, tu viens d'être validé avec les honneurs du jury. A présent tu peux venir faire la fiesta avec tout le monde.

   Merci d'avoir accepté de faire un mec, si tu aimes pas les jouer pour sauver ma Lily et son avenir. Certes, je ne te rendrais pas les choses faciles, ce ne sera jamais la fille qui dira amen à tout ce que tu dis sous prétexte que tu es un gars, mais tu vas voir mon Toby, on va envoyer du lourd. Histoire parfaite, perso parfait, je t'admire et je te fais l'amour mon fils d'Ares <3

   Cependant il y a quelques petits détails presque rien à régler, une formalité disons le:
   Ici tu pourras réserver ton avatar, et oui ce serait bête qu'on te le pique.
   Ici tu pourras réserver ton prénom et nom de famille parce que tu es unique après tout
   Pour te faire des amis, des ennemis ou tout simplement avoir des liens c'est ici
   Là c'est pour faire des rps avec tous pleins de monde
   Et ici c'est pour que les admins t'aiment, pour que le forum t'aime et pour avoir pleins de nouveaux amis-ennemis
     
Invité
Invité

MessageSujet: Re: I just can't wait to be king - Tobias Nash    Sam 4 Avr - 14:31

J'arrive avec des jours de retard, mais tout de même Bienvenu petit Frangin !!! Very Happy
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: I just can't wait to be king - Tobias Nash    

Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» James Stuart — "Just can't wait to be king"
» It's gonna be legen... wait for it [qui veut :3] dary.
» 02. Wait a minute girl, can you show me to the party ?
» lion king spirit of war
» It's Gonna Be Legen..wait for it..Dairy ! (or not)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Heroes of Honor :: Les anciennes fiches de présentations-