Bienvenue jeunes padawans. ♥️ Le forum est officiellement rouvert!
Soyez originaux, mes chéris. Priorisez les opposants et les sang mêlés qui ne descendent pas directement des Trois Grands. Nous nous donnons le droit de les refuser. Merci ♥️ Cliquez.
N'oubliez pas d'aller voter ici aux deux heures pour nous ramener pleins de nouveaux amis/ennemis. ღ

Partagez | 
 

 Il me reste un espoir, cet espoir c'est toi PvTessa

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité
Invité

MessageSujet: Il me reste un espoir, cet espoir c'est toi PvTessa    Dim 5 Avr - 17:54


       

       Tessa & Willy
       Ecris l'histoire, tout ce que tu voudras entre mes lignes.

       Commençons l’histoire, c’est plus simple pour que les rpgistes se repèrent et surtout il serait illogique de parler de William sans parler de Charlie et pourtant c’est ce dont il s’agit. Tout était enfin sur la bonne pente, les attentes enfin récompensées, la fidélité payant toujours puis ce serait trop facile de laisser William vivre son happyness, non c’est plus drôle de tout faire exploser en faisant disparaître Charlie. A la suite de cette soirée dans le motel un peu déprimant, Willou avait ramené la jeune fille, les motos et normalement, emballé c’était pesé. C’était sans compter sur le destin, à peine arrivé la mort de Matthew faisait grand bruit et si William n’en avait que faire, sérieux déjà mourir explosé par une moto, si c’est pas stupide pour un enfant d’Héphaïstos, diantre qu’est ce alors. William aurait clairement pu exploser de rire si sa camarade à la gueule de bois n’avait pas eu l’état d’esprit suffisant pour capter qu’il s’agissait de son frère et là c’était parti pour la dégringolade by Charlie, qui a traité Morgane de girouette, non parce que niveau prouesse, il y a mieux. D’un coup, elle s’était barrée au fin fond des Etats Unis et au lieu de se dire, tien si j’emmenais l’autre mec qui m’aime, elle l’avait laissé tomber, comme une merde, à nouveau. William avait pourtant patienté, installé dans la forge qu’elle revienne le chercher, espérant que ce nous existerait enfin. Oh ils étaient tous passé le voir, le déprimer, lui dire qu’elle ne reviendrait pas mais s’il y a bien une chose que William possède c’est la patience, il avait attendu, des jours, des nuits puis finalement il y avait eu Lily qui était passé. Lily qui d’ailleurs semblait beaucoup mieux vivre l’absence de Matthew que Will, ce qui était aux yeux du fils de Dionysos un bordel immense. Puis de Lily il gardait un très mauvais souvenir, celui de s’être fait enjôlé comme une grosse merde, non mais c’est vrai, c’est quoi ces gens qui oublient les intérêts des autres. Là encore, d’ailleurs elle agissait étrangement, à venir se poser dans le lit comme si c’était son lit, ce qui fit grogner William, c’était le lit de Charlie et elle allait vite descendre la fille d’Aphrodite sinon elle allait se prendre une baigne, enceinte ou non. Son agacement céda place à de l’incompréhension mêlée d’une touche d’inquiétude lorsqu’elle cita le prénom de Quinn, la soeurette avait-elle des problèmes. Il plongea un regard inquiet sur sa camarade qui posait une main sur son front tout en baragouinant des choses, que ça faisait pas mal, que de toute façon mourir par amour, c’est non seulement stupide mais que ça empêche de vivre et que de toute façon puisque William était INCAPABLE de tourner la page Charlie seul, il fallait bien que quelqu’un s’en charge à sa place et elle utilisa son don pour effacer tout cet amour assez puissant faut bien le dire, que William ressentait à l’égard de la fille d’Héphaïstos. Donc à présent que notre petit récapitulatif est fait. Commençons l’histoire quelques temps plus tard, une dizaine de jour peut-être.

William se tenait au bord de l’eau, n’ayant pas vraiment oublié Shaé qui s’éclatait à faire des bonds comme un bébé voulant épater la galerie, et quelle galerie, seul William était prêt du lac et lisait un bouquin sur les jeux de sociétés. Non pas qu’il fasse des cours pour savoir jouer aux petits chevaux, d’ailleurs bordel pour Quinn avait offert ce jeu à sa fille, c’était insupportable de voir la petite se vexer parce que son partenaire ne voulait pas faire une dixième partie de suite. Donc William cherchait un nouveau jeu de société pour la petite Atkins. Si aux premiers abords il semblait agacé d’avoir une nièce, la vérité était tout autre, il pourrait passer des heures avec la petite et se faisait quand même bien avoir par sa nièce qui avait développé l’art de faire les yeux doux, bon dieu que c’était affreux. Willou eut un grognement lorsque mademoiselle Shaé vexé de ne pas avoir de public fit un Splash mémorable à quelques mètres du bord éclaboussant Willy qui eut la réaction escompté dans ce genre de situation

" Bordel ! Tes parents t’ont jamais appris qu’on ne sautait pas sur les gens ! "

Oui c’est vrai que niveau discussion des orques, ça ne devait pas être ça le sujet principal, plutôt bouffe le phoque, non les requins sont pas hyper bons, c’est filandreux. De plus, il faut reconnaître que Shaé avait l’air vachement préoccupée par les sermons de William et faisait des cercles pour bien montrer que ça la bassinait. Du coup, afin de ne pas chopper la crève à cause d’un épaulard mal  élevé par sa famille d’épaulard, William lui montra d’un geste qu’il espérait autoritaire la mer, avant de sourire en la voyant filer à toute allure, pas de doute, les orques c’était génial comme pote. Cependant, maintenant, il n’avait plus envie de lire, il suffisait à la limite d’esquiver Roxy le temps de trouver un nouveau jeu. Plus il y réfléchissait plus il trouvait ça cool d’avoir une nièce en plus d’une petite sœur. Oh il avait toujours eu la petite Skye, adorable et il l’aimait tout simplement c’était THE soeurette mais bon Quinn il l’avait trop attendu, cherché, déprimé pour qu’il la laisse partir sous prétexte que ce n’était pas la sœur modèle et puis d’abord, Roxanne n’était pas mal élevée du tout, donc Quinn était parfaite.

Willy marcha vers la colonie pour chercher une de ses soeurettes même si celle qui partageait son sang allait un peu trop chez les Romains au goût de Will mais il ne pouvait pas vraiment prétendre qu’ils s’en sortiraient sans ces êtres un peu vantard et coincés. Ah si, c’était la stricte vérité, même Skye le pensait, les Romains ils étaient cool mais de loin, sympa à avoir comme alliés mais de loin, comment Quinn arrivait à passer des heures là-bas et entretenir des conversations. Bon dans tous les cas, il fallait que Will trouve une occupation, peut-être s’entraîner à se battre, sauf que voilà, en théorie pour combattre il faut aller sur le terrain adéquat, et non pas s’arrêter sous prétexte qu’une des filles qu’il voyait le plus souvent sur le terrain n’y était pas et se dirigeait vers un point inconnu, laissons l’autre rpgiste choisir ce que son personnage fait. Alors le problème de Tessa, c’est qu’il n’y a que le combat dans sa vie, tout le reste a été complètement explosé par les partisans et donc elle combat non-stop et elle le fait bien, elle sait se battre, elle aime se battre, elle mourra au combat à coup sûr, de quoi faire déprimer tout le monde. William abandonné aussitôt l’idée de combattre, comme par hasard, pour rejoindre sa camarade qui allait en direction d’aucune idée mais ce n’est pas grave. Afin de trouver une phrase d’accroche originale et se trouver au moins une nouvelle meilleure amie, oui non mais je n’ai jamais dit que William avait du succès avec les filles, monsieur Stuart trouva le moyen de sortir à haute voix.

" Tu as perdu un combat et tu dois décompresser ? Je peux venir avec toi ? "

Oui, c’est sûr qu’avec cette tactique d’approche, non seulement elle n’allait pas décompresser, elle n’allait pas aimer mais en plus il allait se prendre un coup. Sauf que Will n’en avait rien à faire et tout joyeusement la rejoint, bon d’accord c’était une fille, les filles dans la liste c’est les êtres encore plus chiants que les chiens qui aboient. Sauf que Tessa, elle était dans la catégorie fille dans un corps de mec, donc techniquement ça passait. En fait Willy était persuadée que c’était une Romaine qui ne le savait pas encore, il devrait peut-être lui dire que le côté des combattants toujours énervés et énervants, c’était à l’autre bout du pays, ou peut-être qu’il devait tout simplement la fermer. Deuxième choix validé par le jury, il allait donc la boucler.



       
BY .SOULMATES

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Il me reste un espoir, cet espoir c'est toi PvTessa    Mer 8 Avr - 17:13


   
William & Tessa

   
Il me reste un espoir, cet espoir c'est toi
   

  La forêt. Oui, la forêt, Tessa cherchait la forêt. Enfin cherchait il faut dire que ce n’est pas ce qui a de compliqué à trouver ça c’est sûr, c’était plus le moyen de retrouver un peu de potentiel parce que là elle n’en menait pas vraiment large. Tessa en voulait à Tanya. Elle ressentait de la haine en pensant à son amie, sa défunte amie. Autant contre elle que contre ses assassins. Elle lui en voulait de l’avoir abandonner, la laisser seule face à cette guerre alors qu’elle lui avait dit qu’elle serait toujours là pour sauver ses fesses. Tu parles, merci pour le sauvetage. Tanya lui manquait surtout, son air légèrement prétentieux, ses sourires malicieux, ses bagarres et ses colères. Tout lui manquait. Elle ne parvenait toujours pas à se dire qu’elle s’en était allée alors qu’elle avait la première lui ouvrir ce monde, la faire s’échapper de son ancienne, son enfance bien derrière elle. Ses souvenirs lui faisaient vraiment mal, surtout que sans cette fille complètement têtue et très certainement chieuse à ses heures perdues, la fille de Déméter avait réussi à s’ouvrir à un monde qui pourtant ne lui avait jamais laissé de place autrement qu’après des arbres et des plantes. Et voilà qu’elle n’était plu là pour la guider à travers tout ça. Tessa devait prendre sur elle et continuer ce qu’elle faisait, mais pas un jour ne passait sans repenser à son amie disparue sans comprendre comment l’oublier, ne plus l’entendre et surtout ne plus la voir partout où elle regardait. Aujourd’hui, la fille de Déméter passa devant les terrains de combat sans s’y entrainer comme à son habitude, non elle avait une toute autre destination en tête. Elle s’y dirigeait d’ailleurs quand un jeune homme brun la rattrapa, l’apostrophant d’une façon qui lui fit faire la moue. Perdre. Elle n’aimait pas ce mot-là, car ça voulait qu’elle n’était pas assez forte pour remplir son objectif et pourtant ça lui arrivait bien trop souvent pour qu’elle puisse dormir sur ses deux oreilles en se disant que le prochain partisan aurait des tas de cotes brisés. Malheureusement non. William donc. Elle le regarda, un peu chamboulée, sans trop comprendre ce qu’il faisait là avec son sourire. Quant à sa réponse elle haussa les épaules avant de reprendre sa route d’un bon pas.

« Forêt. » grognait-elle avec l’intention de bien lui indiquer là où elle allait d’un si bon pas. A lui de choisir, s’il voulait tenter le coup de la suivre en tout cas, Tessa était bien déterminée à rejoindre son berceau, là où elle se sentait bien presque en paix. Déjà qu’elle ne comprenait pas pourquoi William l’avait abordé et comment il faisait pour garder un air réjoui avec ce qui se passait ou c’était passé déjà rien que pour lui. La jeune Morgan en avait entendu parler, beaucoup trop à son goût, bien sûr c’était triste entre les morts et les disparitions des pensionnaires, mais la vie étant ainsi faite, Tessa ne pouvait que rêver d’avoir sa revanche face aux partisans Elle fonçait, traçait entre les arbres, essayant de ne pas briser toutes les branches qu’ils croisaient, ça c’état important pour elle. Se mouvoir faire de bruits ou laisser des marques histoire qu’on puisse bien la suivre à la trace. Qu’elle mauvaise traqueuse elle ferait, bien qu’elle ne soit pas encore une pro là-dedans beaucoup de demi-dieux de son genre la dépassaient mais la détermination est sa meilleure amie ces derniers temps, histoire de remplacer sa haine pour la mort de son amie. Pour cela, qu’elle comprenait parfaitement ceux qui avaient du mal à tourner la page et même si ce n’était pas la même chose qu’à la mort de Joe, Tessa en ressentait quand même le poids de la culpabilité. Elle aurait sans doute pu empêcher sa meilleure amie de perdre la vie au combat, si elle avait été avec elle, si elle avait pu faire quelque chose avant que son dernier souffle s’en aille déjà se mélanger aux vents. Le pire dans tout cela, c’est que la fille de Déméter savait pertinemment que sa meilleure amie était partie presque le sourire aux lèvres, mourir au combat, la mort dont elle avait toujours rêvé. La Grecque lui avait toujours rétorqué que c’était stupide comme mort, c’était stupide de penser ainsi alors qu’on est encore vivant. Tanya lui avait toujours sourit et tapoté sur l’épaule - son sourire victorieux  bien sûr avec une touche de malice - qu’elle ne comptait pas partir tout de suite, mais qu’elle était prête si ça devait lui arriver. Mais si la fille d’Arès y était préparée ce n’était pas le cas de la fille de Déméter. Elle ne s’y attendait pas lorsqu’on l’avait appelé pour lui dire que Tanya était à l’infirmerie en mauvaise état, Tessa n’avait jamais couru aussi vite au chevet de quelqu’un. Quand la jeune Morgan était arrivée c’était déjà la fin, aucun enfant d’Apollon ne pouvait une blessure de telle envergure qui avait déjà pompée toutes les forces. Elle était morte. Tessa s’était effondrée. Le petit ami de Tanya s’en était mieux remis qu’elle visiblement, vu la nana qu’il se tremblait ce qui avait légèrement tendance à donner des envies de meurtre à la fille de Déméter. Comment pouvait-il déjà tourner la page cela ne faisait qu’une année... une année en ce jour que son amie était partie pour toujours. Voilà pourquoi la jeune femme était si tendue et prête à mordre le premier qui s’approcherait. Et voilà que le fils de monsieur se tentait à l’expérience, pourtant il la connaissait - ils se connaissaient. Tessa l’avait déjà vu devant les terrains d’entrainement à regarder pourtant il n’était jamais venu pour s’entrainer ou presque pas. La jeune Morgan n’avait pas la moindre idée pourquoi il faisait parti de ces pensionnaires qui n’avaient juste pas envie de prendre les armes. La haine était si forte en elle qu’elle ne se voyait pas laisser les autres partir au combat, pourtant avant, cela ne l’aurait pas gêné d’être simplement l’éclaireur. Mais à présent, elle n’avait de cesse de demander aux enfants d’Arès et d’Enyo de l’entrainer. Le tir à l’arc, elle avait rapidement laissé tombé car elle voulait faire mal. Ce qui d’un côté lui faisait un peu peur, mais Tanya devait être vengée quoiqu’il arrive.

Ils étaient finalement arrivés à l’abri dans la forêt, et seulement à ce moment-là, Tessa se risqua à lui jeter un nouveau regard. « Tu voulais quelque chose ? » Oui parce qu'il ne venait surement pas pour le simple plaisir de discuter avec son caractère instable. Elle se forçait à garder un ton stable mais sa voix avait tendance à avoir des ratés en ce jour qui lui brisait littéralement le cœur et lui coupait le souffle. Elle cligna des yeux histoire d’arrêter de s’imaginer que la fille d’Arès se trouvait derrière le garçon, avec son fichu sourire plein de malice. Elle s’installa sur un tronc d’arbre et posa sa main sur l’écorce en soupirant doucement. Il ne restait plus qu’à savoir ce que voulait le fils de monsieur D et elle pourrait reprendre sa balade et surtout insulter Tanya de poursuivre sa mission hantons Tessa c’est tellement marrant. Et sacrément énervant pour la jeune femme qui n'en pouvait plus de se remémorer leurs derniers instants, ses derniers instants, son corps sans vie dans son lit. Elle mourrait d'envie de chasser ces visions de sa tête mais ne pouvait pas visiblement oublier si rapidement et tourner la page. Elle le voulait mais non, impossible. Elle leva les yeux vers William, des questions pleins les yeux.

   
Code by Fremione.

   
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Il me reste un espoir, cet espoir c'est toi PvTessa    Sam 11 Avr - 0:13


       

       Tessa & Willy
       Ecris l'histoire, tout ce que tu voudras entre mes lignes.

       Sa salive devait être d’une valeur exceptionnelle, beurk dit comme ça, rien de très glorieux, c’est juste que de l’économiser de la sorte, ça faisait fille aigri, puis c’était quoi son problème à William avec les filles à moins que ce soit les filles qui aient un gros problème avec lui, c’était trop difficile de sourire ? Elles étaient hyper motivante les filles de la colonie, des espèces de cabots à toujours grogner, la seule proche des canidés était pourtant la plus joyeuse et la moins emmerdante à supporter, enfin excepté Quinny, ou alors Roxanne mais est ce que Roxanne comptait vraiment dans le domaine fille, pour le moment c’était juste un bout de chou au caractère pas encore formé ou alors purée la crème du siècle, ce qui collait assez avec le caractère plutôt tranquille de Quinn. Peut-être que la grande guerrière qu’était Tessa aurait dû se détendre un peu, essayer de parler un peu plus et bordel, elle n’attendait même pas. Avec un soupir, se demandant si par hasard il ne tombait pas sur les filles uniquement quand elles avaient leurs règles, ce qui expliquerait sans nul doute qu’elles soient toujours grognons lorsqu’il essayait de communiquer, il se mis à la suivre dans la forêt. Elle allait rapidement entre les différents arbres, semblant marcher au radar, même les branches semblaient vouloir la stopper dans sa course. William y allait avec beaucoup plus de douceur, ne rêvant pas spécialement d’avoir de longues estafilades sur les bras, surtout dans un contexte aussi minable. A force de la suivre, son regard s’assombrit légèrement, elle n’allait pas bien, il n’avait aucune idée sur le pourquoi du comment mais il était évident qu’elle n’était pas dans son état normal, semblant déprimer pour quelque chose qu’il ne pouvait comprendre, encore moins concevoir. De la même manière qu’il avait refusé de laisser cette pauvre petite Hailey malheureuse en amour, épuisée par les abandons de ses amies les plus proche, ce qu’il comprenait puisque la fille qu’il avait aimé durant des années était parti sans lui, brisant le lien entre eux, ce qui étrangement, permettait à Willy de respirer un peu, pour la première fois depuis longtemps en fait.

Pour en revenir à la petite nerveuse devant lui, sa mère ne devait pas adorer le fait qu’elle déglingue tous les arbres de la forêt, en plus ça devait lui faire mal à elle-même. Lorsqu’elle ralentit enfin, William s’immobilisa derrière elle, comme craignant un problème, il pouvait la défendre hein… non en fait le jour où Tessa aurait besoin d’aide pour se défendre, elle ne passerait certainement pas la journée. Elle tourna la tête comme pour vérifier qu’il l’avait bien suivi, un test ? Il l’avait réussi avec brio, son sourire réapparut sur son visage, bêtement et bien vite renvoyé au rang d’indésirable avec la question de la demoiselle, toujours très aimable, très contente d’avoir de la compagnie. Si William aurait pu l’envoyer bouler, se dire qu’après tout, il n’en avait rien à foutre des filles, qu’elles étaient toutes des connes, la douleur qu’il put lire dans ses yeux lui rappela avec force qu’elle souffrait et s’il n’était pas certain de savoir pourquoi, il pensait le deviner. Elle posa ses fesses sur un tronc d’arbre comme si le poids de toute la colonie reposait sur ses épaules. Ce n’était pas le cas et même si beaucoup comptaient sur les combattants de la colonie, jamais au grand jamais un seul des occupants de la colonie ne demanderait à Tessa de sacrifier son bonheur pour les autres. Le regard de la demoiselle n’était pas inexpressif, signe qu’elle était bien consciente de tout ce qui l’entourait, qu’elle ressentait des émotions, le seul problème c’était que dans ce regard brillait une douleur que William n’avait jamais vu ailleurs. Il vint s’asseoir contre elle et l’attrapa dans ses bras, se fichant des grognements qu’elle pousserait forcément, toutes des sauvages ces filles. Avec douceur, pour ne pas s’en prendre une non plus, pas trop maso le William, il frictionna son dos, essayant de la réconforter même s’il n’avait aucun mot pour l’aider à oublier, il aurait pu lui conseiller de boire, beaucoup de ses frères et sœurs auraient d’ailleurs invité la demoiselle à boire. C’est vrai, l’alcool aide à oublier beaucoup de douleur, il s’empare de l’être et empêche toute réflexion mais ce n’est que le côté à la surface de l’iceberg, le reste est bien plus sombre. Les problèmes du corps, la dépendance, le fait de n’avoir aucun intérêt pour les êtres humains, la violence, le changement de caractère, est ce qu’oublier une douleur que le temps finirait par effacer valait le coup d’avoir tous ces désagréments, certes non. Le fils de Dionysos resta quelques secondes comme ça, à ne rien dire, se contentant de faire acte de présence, parce que des fois se sentir en compagnie de quelqu’un aide plus que toutes les formules magiques que peuvent sortir les gens. Finalement, afin qu’elle ne le prenne pas pour un fou, il lui parla.

" Tanya te manque. C’est normal, Tessa et ce n’est pas un mal d’avoir de la peine. Le truc c’est que si tu gardes ça pour toi, tu vas souffrir, te renfermer, devenir aigrie "

Quoi que ça c’était peut-être déjà le cas, il fallait donc éviter de faire des phrases comme ça. William s’arrêta de parler quelques secondes, étant donné qu’il ne voulait pas qu’elle le voit comme un ennemi, il fallait qu’il fasse attention à ne pas faire de généralité, il avait cru comprendre avec son amie Hailey que les gens détestaient ça, enfin surtout les filles mais bon Tessa était bel et bien une fille, certainement une Romaine qui l’ignorait elle-même, mais dans tous les cas, une vrai fille. Avec une hésitation il reprit calmement, comme souvent.

" Si tu le souhaites, tu peux m’en parler à moi. Après tout, je t’ai suivi dans la forêt, je t’embête un peu, je ne risque pas de le répéter, tu peux me faire confiance. "

William essayait de se souvenir depuis combien de temps la meilleure amie de Tessa était morte, cependant il n’était proche ni de l’une, ni de l’autre, en même temps Will et les filles c’était un peu compliqué, même en Tessa il n’était pas sûr de pouvoir faire confiance. Oh, il était entièrement capable d’écouter, d’essayer de réconforter, c’était même dans sa nature de le faire. C’était lorsqu’il fallait s’ouvrir, reconnaître qu’il n’était pas très doué, voir nul à chier, dans tous les domaines possibles et inimaginables que ça devenait compliqué. Il n’avait pas envie qu’on se moque de lui parce qu’il ne savait pas gérer les situations, pas non plus parce qu’il préférait le calme et la tranquillité au combat, enfin tout le contraire de Tessa. Il valait mieux donc qu’il l’écoute et se taise ou qu’il parle uniquement d’elle, là et seulement là. Cette idée lui plaisait énormément et il ferait en sorte de ne pas trop l’ouvrir de son côté.




       
BY .SOULMATES

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Il me reste un espoir, cet espoir c'est toi PvTessa    Mer 6 Mai - 19:35


William & Tessa


Il me reste un espoir, cet espoir c'est toi

Peut-être aurait-elle dû se rendre comme à son habitude aux terrains d’entrainement et se ruiner la santé aux travers de nombreux d’exercices dont l’issue est probablement l’infirmerie. Au lieu de cela, la fille de Déméter avait opté pour se réfugier dans son antre habituel. Ce n’était pas la première fois qu’elle pouvait en retirer du calme et la paix qu’elle cherchait, surtout en ce jour, en cette date. La présence de Tanya, enfin entendons-nous sur le présence car effectivement Tessa devait être la seule à croire voir sa meilleure amie à moins que ce ne soit réellement le cas ce qui lui poserait un sérieux problème.Parce que le coup de dégage s’il te plait, va hanter quelqu’un d’autre, elle connait pas la petite Tanya défunte. Résultat, la jeune femme se trimbalait un fantôme rien que ça, un esprit que elle seule voyait. Bonjour la flippe. Et encore était-ce un esprit ou seulement des hallucinations car elle aimerait la voir et son esprit lui inventait une Tanya avec un visage qui se foutait largement d’elle et de ses réactions.

Sa meilleure amie lui manquait terriblement mais au point de croire l’apercevoir entre les fougères, là quand même pas non. Peut-être était-ce simplement parce que ce jour sonnait très spécial aux yeux et aux oreilles de Tessa. Son anniversaire de mort. Il y a de quoi tirer cette tête non ? Tessa n’avait pas forcément envie de se mêler aux autres ce jour-là, ce qui pouvait aisément se comprendre. Beaucoup s’était rendu compte du fait qu’elle s’était refermée depuis sa mort, privée de sa vengeance Tessa manquait de courage pour affronter la suite de la vie sans son soutien moral. C’était peut-être lâche mais en soit, c’était bel et bien vrai. Elle n’avait personne d’autres qui comptaient réellement. Bien sûr la colonie restait sa maison, mais il lui manquait quelque chose d’essentiel, quelqu’un d’essentiel à son bonheur et son épanouissement. Si tout cela avait été possible c’était bien grâce à la fille d’Arès qui l’avait prise sous son aile depuis son combat dans la forêt de son enfance. Sans elle, Tessa n’aurait jamais rien connu d’autres que la méprise de sa famille, la tristesse de son père et sa forêt. Pour le dernier point c’était plutôt l’inverse, la forêt lui manquait, sa petit cabane dans les arbres lui manquait. Un jour, elle aurait aimé y retourner et aurait invité Tanya à se joindre à elle. Mais à présent qu’elle n’est plu de ce monde. Personne ne fera le chemin avec la fille de Déméter. C’est là que c’est égoïste mais sans Tanya, Tessa est désespérée seule et ne sait pas exactement si ça vaut la peine de se chercher des amis plus proches que de simples bonjours, comment ça va, comme habituellement elle a le droit.

Bien sûr il y a quelques personnes qui compte pour elle, mais ce n’est pas la même chose. ça ne sera plus jamais la même chose, du moins tant que Tanya n’aura pas été vengée. Et ils vont payer. Tessa se bat depuis un an pour rattrapé tout ce temps passer dans les bois à devenir une traqueuse en herbe. A présent, elle veut devenir une guerrière implacable et surtout sa hache n’y tient plus de recevoir le sang des assassins de son amie sur la lame. Ah la vengeance, c’est moche mais pour la fille de Déméter ça lui semble impensable de faire son deuil sans, qui sait peut-être y a t-il un autre moyen de parvenir à ses fins mais pour l’instant, elle ne l’a pas trouvé et n’est pas sûre de souhaiter partir à sa recherche. La vengeance semble bien plus simple même si ça ne plairait pas à sa meilleure amie, vraiment pas d’ailleurs. Malgré leur début plutôt difficile, les deux jeunes filles tenaient à l’autre, comme si elles avaient été sœurs. Mais il faut passer à autres choses à présent mais pas ce jour-là. Non, cette date méritait de ne pas être anonyme parmi tant d’autres. Tessa avait envie de passer cette journée différemment sans trop savoir comment la rendre spéciale pourtant. Ses doigts passèrent entre ses cheveux, les entortillant. Signe manifeste de la tension qui tiraillait son dos, sa nuque. La fille de Déméter était tendue. La présence de William à ses côtés n’arrangeait rien. Pas que ce soit sa faute, mais sa présence indiquait qu’elle ne pouvait pas craquer. Question de fierté en somme. Pourtant, il n’était pas débile vu la lueur dans ses yeux. Tessa se sentait grillée jusqu’à la moelle. Était-elle si transparente que cela ? Savait-il seulement ce que ce jour avait d’important. La fille de Déméter ne savait pas ce qu’il savait et c’est pourquoi, elle joua la carte de la discrétion en lui demandant pourquoi il l’avait suivi. Posée sur son tronc d’arbre, la Grecque gardait les yeux baissés pour éviter de faire un contact visuel avec miss j’hante ma meilleure amie, manquait plus que de passer pour une folle aux yeux de la colonie.

Alors que William semblait jouer la statue soudain, elle l’entendit se déplacer plus que ce qu’elle ne le vit. Elle le sentit la rejoindre sur le tronc, leur petit tronc qui faisait office de banc, si ce n’était pas la classe ça. Sauf que le garçon ne répondait pas à sa question et qu’en plus, elle se crispa complètement quand son bras passa par dessus son épaule, l’enveloppant ainsi. Elle écarquilla les yeux complètement surprise ne s’attendant certainement pas à ça de sa part. En principe, les gens s’en tapent royalement ou ne font pas attention quand quelqu’un souffre. Ils tapotent l’épaule et dise cette phrase toute faite que la roue va tourner et que ça ira mieux. Étrangement, Tessa avait du mal à croire à cela, très étrangement évidemment. Une fois passée sa surprise la jeune femme ne fit pas cas du fait qu’il la serrait quasiment contre lui, encore moins quand sa main passa dans son dos. Parce que bon c’était pas si mal de se sentir moins seule et soutenu tout à coup ? Il avait compris tout seul qu’elle avait mal, mal dans la poitrine. Et cela comptait pour la fille de Déméter qui se sentait particulièrement touchée. N’avait-elle pas voulu que ce jour soit spécial. Alors, elle ne dit rien, ni ne se dégagea de l’emprise du jeune homme. Elle n’en avait pas vraiment l’envie, cette étreinte lui faisait du bien. Elle tiqua légèrement mais assez pour que le fils de Dionysos le sente au prénom de sa meilleure amie. Il savait donc qu’elle était la raison... non que les partisans étaient la raison de son comportement abattu en ce jour. Peut-être devrait-elle lui souffler que s’il en parlait aux autres, elle lui ferait bouffer sa hache... mais pas William. Dans ses souvenirs, le Grec n’était pas le genre à être fameux en potins surtout quand c’était intime et très mauvais pour la réputation de quelqu’un qui a une fierté de merde quand elle se sent démunie et sans défense.

Peut-être qu’il fallait lui dire que justement elle était déjà renfermer et souffrait plus que de raisons de son absence, ne pouvant que trouver du réconfort dans l’idée de faire souffrir ses assassins à son tour. Mais William faisait preuve de gentillesse et de calme à son égard. Alors, encore une fois, elle refoula l’idée de partir loin et de s’enfoncer dans la forêt et se tut simplement, respirant doucement. Bien sûr qu’il avait raison. Mais Tessa ne savait pas comment voir le bout du tunnel toute seule. Au lieu de cela, sous une impulsion venue de je ne sais où, elle se blottit contre son torse. «Elle est morte et ses assassins sont vivants. » Le gros problème de la fille de Déméter. Tanya morte. Eux vivants. Tessa voulait la venger plus que tout, mais n’avait pas le moyen de le faire, pas encore. Au lieu de cela, elle devait vivre avec le poids de la mémoire de sa meilleure amie sur les épaules. Enfouissant sa tête contre le garçon, la voix brisé, « Elle me manque, William. » Un sos peut-être mais aussi le déclencheur du mode Tessa parle. «ça fait un an aujourd’hui. » Un an qu’elle est partie. Un an déjà. « Je veux les retrouver et les tuer, tous jusqu’au dernier. » déclara-t-elle en relevant doucement la tête, sans pour autant s’éloigner du garçon. « Tanya ne voudrait pas, je le sais. Mais je peux plus me regarder en face en sachant que ceux qui l’ont tué sont en vie, qu’ils rient... alors qu’elle est morte. Elle aimait rire et se foutre des autres c’est vrai, mais c’était quelqu’un bien, ma meilleure rencontre. Sans elle, je n’aurai jamais connu la colonie. Sans elle, je serai toujours considérée comme un monstre, un être à part par les miens. Elle m’a sauvé, Will, et moi je suis incapable de lui rendre la pareille. » Ses yeux la piquaient, menaçant de déversant quelques larmes, mais sa voix trahissait déjà bien assez la douleur et la détresse, pas besoin de ça en plus. Elle recula légèrement bien trop consciente de l’utiliser pour se vider, mais il était là... il lui avait dit qu’elle pouvait. Elle ne savait pas et pour le coup, se retrouvait perdue. Incapable de se dépatouiller dans ses sentiments contraires. Et William était là.
Code by Fremione.

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Il me reste un espoir, cet espoir c'est toi PvTessa    Jeu 7 Mai - 0:53


       

       Tessa & Willy
       Ecris l'histoire, tout ce que tu voudras entre mes lignes.

       William n’était pas un expert en sentiment, ne savait pas comment réagir et ce qu’il fallait faire pour rendre le sourire à des gens. D’ailleurs, s’il avait su le faire, Charlie ne serait certainement pas parti sans lui, étrangement, ce constat ne provoquait pas la vague habituelle de désespoir à cette idée de ne pas avoir été emmené. Après tout, ne s’en foutait il pas royalement, bon peut être pas à ce point mais il y avait un enjeu beaucoup plus important qu’une simple fille, aussi intéressante soit elle, à côté de Quinn, c’était extrêmement difficile d’être comparé. Les sentiments de William pour la fille d’Apollon surpassaient tout le reste. Impossible de passer au-dessus de Quinn, cette sœur il l’avait cherché toute sa vie, il avait tout fait pour les réunir, certaines fois avec des moyens pas toujours légaux, ce n’était certainement pas pour l’abandonner dès qu’ils étaient réunies. Alors, s’il n’était pas capable de rendre le sourire à Charlie et que celle-ci avait préféré partir, grand bien lui fasse, il s’occuperait des autres ici, à sa manière et veillerait sur sa petite sœur, c’était là le rôle d’un frère et on lui avait retiré ce rôle beaucoup trop tôt à son goût.

Ce que William n’avait en revanche, pas prévu dans ses plans, c’était de suivre Tessa dans la forêt. Si encore ça s’arrêtait à une ballade entre camarades. Ce n’était rien de tout cela, si elle ne semblait pas vouloir bavarder, elle ne marchait pas beaucoup et avait préféré s’arrêter sur un tronc pour se rendre compte que ce drôle de camarade, pas le plus joyeux, pas le plus bavard et certainement le plus invisible de la colonie avait suivi sans rien dire, ni même abandonner en route. Non, William n’abandonnait jamais, lorsqu’il avait une mission, il la prenait très à cœur et il fallait bien plus que de l’antipathie pour l’éloigner. Il avait donc déposé les armes, métaphoriquement parlant, s’était installé à ses côtés et la maintenait contre son torse, sans savoir quoi dire de plus pour l’inviter à parler. Il ne chercha pas à la forcer, ni même à la relancer, il préférait rester silencieux et écouter la nature autour d’eux et le cœur de Tessa qui battait, semblait-il à Willou, pour s’en sortir. Il savait depuis qu’il avait prononcé le prénom Tanya, qu’elle était la raison de cet abattement soudain, la petite Tessa, si guerrière, semblait être revenu en arrière.

Alors que le jeune demi-dieu songeait qu’elle s’écarterait, qu’elle le repousserait ou bien même qu’elle lui demanderait de s’écarter, elle vint chercher le contact, brisant ses réserves et les remparts qui la maintenait hors de portée des autres. William n’eut pas le moindre sourire pour accueillir cela, se réjouir du malheur des autres, ce n’était pas son truc. Les paroles de Tessa n’étaient pas du tout mystérieuse, quiconque résidait à la colonie savait les raisons de la mort de Tanya et le fait qu’en effet, les personnes à blâmer pour sa mort étaient toujours en vie. Ce n’était pas chose aisée de se lancer à la poursuite de chaque partisan ayant tué un Grec. Cependant, Willy pouvait imaginer la douleur de la fille de Déméter, si quelqu’un avait tué Quinn, il serait devenu fou de douleur. Pas sûr cependant qu’il serait devenu un combattant de la trempe de Tessa, son caractère étant beaucoup plus posé, il aurait été du genre à se refermer comme une huître et à déprimer dans son coin devant ce nouveau tour de la vie. Tessa était donc beaucoup plus forte que lui sur ce point, même s’il n’était pas sûr que ce soit vraiment une bonne chose pour elle.

Sentir la tête de la demoiselle nichée contre son cou le fit frissonner de la tête au pied. Bizarre que de trouver cela agréable alors que la situation ne s’y prête pas trop. Si la phrase précédente de Tessa était dans une voix normale, une conversation normale, la suivante était tout autre, la voix était remplie d’accent douloureux et William pria sincèrement sa bonne étoile pour réussir à la remettre sur pied. Elle lui manquait, il n’y avait pas de recette miracle, certes, les gens pouvaient lui dire qu’elle oublierait avec le temps, que ça passerait. Non, cette douleur serait toujours enfouie en elle, il y aurait des matins où la douleur serait un poids immense, que les larmes monteraient sans raison. William le savait pour le vivre au quotidien, des fois ça allait, la vie se déroulait sans encombre et le jour suivant, le cœur n’y était pas et sa mère lui manquait terriblement, mêlé à cette envie de tout plaquer pour retourner dans sa maison d’enfance. Cependant, il ne pouvait pas lui dire cela, surtout qu’il savait qu’il n’agirait jamais ainsi, veillant sur Quinny jusqu’à son dernier souffle, emploi du temps de frère oblige. Un an qu’elle était morte, le temps passait décidément bien vite.

" Je ne suis pas certain qu’elle voudrait que la mention d’elle te fasse précisément penser à ce jour. "

Tout d’un coup, Tessa changea complètement, sa douleur s’effaça pour laisser place à une rage pure. Will resta interdit quelques secondes en l’entendant énoncer ce qu’il savait une vérité. Oui, elle les traquerait un à un, elle les tuerait un à un, nul doute qu’elle réussirait et l’éclat dans ses yeux invitaient William a osé ne serait-ce que faire remarquer que ce n’était pas une bonne idée. Pourtant, non ce n’était vraiment pas l’idée du siècle. Cela n’apporterait rien à Tessa, aucun réconfort, la vengeance avait ce goût amer dans la victoire que les actions entrepris ne ramènent jamais les défunts. Certes pendant quelques secondes, l’ivresse de la victoire serait là, Tessa serait fière de son combat, mais après, elle ne serait plus la même. Sans savoir pourquoi, William se dit qu’il valait peut être mieux qu’il garde un œil sur cette jeune fille. Elle n’aimerait pas ça, il risquerait de s’en faire une ennemie, parce qu’interférer dans une vengeance n’est vraiment pas recommander pour se faire des potes. Dans un même temps, s’il ne faisait rien, elle se détruirait toute seule et deviendrait une fille dangereuse non seulement pour elle mais pour les autres. William empêcherait cela, il lui promit mentalement.

William ne prit pas la parole, la laissant enchainer avec les raisons qui la poussaient à vouloir venger Tanya. Son regard ne quittait pas celui de la demoiselle, sa main gardait toujours ce même mouvement contre sa peau tandis qu’elle faisait preuve d’une franchise étonnante, surtout venant de la part de miss Tessa. Personne ne voudrait qu’elle se lance dans cette quête pour la mort, elle était assez lucide pour se rendre compte que même la défunte refuserait cela. Il comprenait cependant que ça lui fasse mal au cœur que les meurtriers vivent tout simplement, il ne s’agissait pas simplement d’éclat de rire mais qu’ils respirent toujours. Il ne fit pas le moindre commentaire sur le fait que d’après Tessa, sa meilleure amie était une belle personne. Quand bien même il l’aurait détesté, il ne se serait jamais permis de dire ça à une fille qui pleurait sa mort avec autant de douleur. En revanche, il apprenait des choses qu’il ne connaissait pas sur la jeune fille encore en vie. Ainsi, si elle était ici, c’était l’œuvre de Tanya. Une bien belle amie qu’elle avait là. Il ne comprenait cependant pas qu’elle puisse être considérée comme un monstre par sa famille, elle était mignonne non ?

Voir en Tessa un monstre était donc impossible, physiquement, il n’y avait pas à dire, ce n’était certainement pas la plus à plaindre du campement, même si ce soit Willy qui juge était un peu étonnant dans le sens où depuis pas mal d’années sont regard n’avait été tourné que vers une seule fille mais bon, tout de même il n’était pas aveugle au point de ne pas se rendre compte des jolies filles de la colonie. Il fallait donc reconnaître que Tessa était loin d’être moche, si vraiment il fallait être avare en compliment. Donc pas de quoi se traiter de monstre. Cependant, si elle le vivait ainsi, normal qu’elle voit en Tanya qui l’avait sorti de son malheur une sauveuse et de ce fait, logiquement qu’elle s’en veuille de ne pas avoir pu lui rendre la monnaie de sa pièce. William ne savait pas quoi répondre, pas envie de lui sortir le genre de phrase que tout le monde lui avait forcément pondu à un moment ou à un autre. Il eut un sursaut lorsqu’elle commença à s’écarter de lui et il retira ses mains de son dos pour ne pas être intrusif, même si, pour sa part, il trouvait ce contact plaisant.

" Les gens n’agissent pas pour qu’on leur rende ce qu’ils donnent. Tanya t’a sauvé parce que c’est ce qu’elle voulait faire, tu lui as offert une amitié solide et tu n’as rien à te prouver. Ce n’est pas parce que tu vas tuer les gens qui lui ont ôté la vie qu’elle viendra te voir pour te remercier. Ça ne marche pas comme ça et tu le sais. Tu devrais te trouver un autre objectif, beaucoup plus fort pour que même chez les morts elle puisse être fière de toi et non pas tuer deux ou trois partisans à qui la mort ne te profitera pas. "


William plongea à nouveau son regard dans le sien, elle n'était pas toute seule, plus tout du moins. Il veillerait sur elle, même s'il ne pouvait pas le faire avec une arme dans la main, après tout Will n'était pas vraiment le guerrier du siècle, juste un imbécile des sentiments qui faisait de son mieux pour rendre la vie des gens plus simple et qui, par la suite était toujours celui mis sur la touche. Il avait essayé de rendre heureuse sa mère et de l'aider, au final elle était morte. Il avait essayé d'être le plus adorable possible avec le père de Quinn qui avait préféré ne même pas lui expliquer en face qu'il ne voulait pas de lui, se contentant de lui enlever sa soeur. Chacun de ses choix se retournaient contre lui et plutôt que d'apprendre la leçon, William retombait dans ses vices et essayaient à nouveau, peut être que Tessa ferait mentir ce schéma qui semblait se répéter continuellement, depuis sa naissance mais qui n'affectait pas spécialement le moral de William, à croire qu'il était con d'espérer, tout simplement.
       
BY .SOULMATES

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Il me reste un espoir, cet espoir c'est toi PvTessa    

Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» « La peur ne peut se passer de l'espoir et l'espoir de la peur. » [Aaron Jeong/Lilith Heather]
» Espoir~L'espoir d'un Vie♪
» Jeunesse haitienne: Quel espoir??? Quel avenir???
» Ministre Bellerive un menteur avéré, crée de faux espoir avec le pétrole
» Le bloc Espoir contre des representants de partis au CEP

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Heroes of Honor :: Les anciens RPs-