Bienvenue jeunes padawans. ♥ Le forum est officiellement rouvert!
Soyez originaux, mes chéris. Priorisez les opposants et les sang mêlés qui ne descendent pas directement des Trois Grands. Nous nous donnons le droit de les refuser. Merci ♥ Cliquez.
N'oubliez pas d'aller voter ici aux deux heures pour nous ramener pleins de nouveaux amis/ennemis. ღ

Partagez | 
 

 Chronique des temps Obscurs pour Julian

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité
Invité

MessageSujet: Chronique des temps Obscurs pour Julian   Ven 24 Avr - 9:25


Julian Liam Hobb
« Ils ne savent pas ce qu'on pense d'eux en bas »

   

NomHobb Prénom(s) Julian SurnomsJu Date de naissance8 Septembre Âge22 Lieu de naissanceLa Nouvelle Rome OrigineRomaine Années passé dans votre camp20 ans dont 11 ans dans une cohorte/ 2 ans chez les partisans ensuite Statut social •  Célibataire Orientation sexuelle •  Les filles AvatarMichael Trevino Créditécrire ici

Parent divinPetit Fils de Mercure et de Mars Pouvoir (un seul)Télépathie Arme et objet magique (une arme et un objet ou deux armes)Une poudre blanche contenu dans une fiole qui se remplit une fois toutes les 24h et qui permet d’étourdir les monstres si on en lance dessus (putain cette idée de fou); une spatha, celle de sa soeur Camp choisiOfficiellement les Partisans Rêve d'avenirRetrouver sa soeur Particularités (tic, manies, signes distinctifs, peur)Peur de ne jamais parvenir à retrouver sa soeur
..IL ETAIT UNE FOIS..
   ..IL Y A BIEN LONGTEMPS.
.


La rencontre entre mes parents est tellement balourde qu’ils ne se sont même pas fatigués à l’enjoliver donc étant donné que je suis le fils le plus adorable au monde, hey si c’est vrai,  je vais le faire à leur place. Membre de deux cohortes différentes et ayant un caractère diamétralement opposé, il n’y avait aucune logique pour qu’ils s’entendent. D’ailleurs, sur le champ de bataille, papa était plutôt du genre tranquillou pépère laissant les autres se battre pour lui. Autant vous dire que nous avons pas du tout ce caractère Jo et moi, Jo c’est ma petite sœur, elle va vous dire qu’elle est née la première mais on sait tous que maman dit ça uniquement pour qu’elle arrête de tous nous gonfler ! Afin de donner le beau rôle à papa, même si je sais que c’est tout sauf vrai, je vais dire qu’il lui a fait la cour des jours et des jours se trimballant avec des fleurs, essayant de combattre à ses côtés, la grosse blague d’ailleurs même Jo et moi petit on le battait mais bon j’ai dit que j’enjoliverais pas que ce serait crédible. Maman le trouvait trop mignon avec ses charmantes attentions et ils ont fini par se mettre ensemble et là ce fut un peu le drame, le premier voulait à tout prix la grande famille, le chien – visiblement ils ont loupé ce détail dès notre naissance -  et la maison gigantesque, la seconde était très emballée par juste la grande maison, merci maman de nous avoir autant désirés, ça fait toujours plaisir. Il n’empêche que soit, ils étaient des boulets, ce qui est possible hein, même si ce sont mes parents, le combo préservatif + pilule habituellement ça marche. Alors, il semblerait que quand maman a découvert qu’elle était enceinte qu’elle se soit jeté sur notre papounet, ce qui le faisait extrêmement rire lorsqu’il en parlait et je crois que ça me désespérait complètement, moi on se jette sur moi, ça me fait pas rire. Il n’empêche qu’il a réussi à calmer maman, il faudra qu’il me donne la recette, moi je n’étais pas très douée pour la calmer, il faut croire que les sourires et les je t’aime maman ne marchent pas quand on a fait une bêtise. Donc la grossesse de maman, non c’est pas du tout intéressant, au départ elle combattait, ah les Romaines et leur logique, les filles détendez-vous un peu, vous portez la vie, après on s’étonne que ça donne des enfants comme Jo, et bien oui il ne fallait pas se battre au départ. Très vite, les parents se rendirent compte du petit problème et autant la Nouvelle Légion est bien mieux pour les accouchements vu les dons des gens, autant pour les écographies, une grosse bêtise. Ils sont donc partis tous les deux de la nouvelle légion pour aller dans l’hôpital le plus proche et là, la nouvelle la plus merveilleuse au monde –j’exagère vraiment là- des jumeaux, allez une petite hola pour les enfants Hobb s’il vous plait. Bon c’est certainement ce qui explique l’absence de chien, on a récupéré la soeurette à la place, ma sœur que j’aime même si je la cherche énormément, c’est ma moitié et on a jamais été séparé plus d’une journée, c’est impossible. Maman a super bien pris la nouvelle, enfin bien ça dépend, d’après Papa elle a bien réagi mais connaissant maman, je pense que le monitoring a été explosé et que le médecin a dû avoir peur pour sa vie, dommage que j’ai pas été là, pour sûr que j’aurais rigolé comme une baleine. En même temps, si j’étais là mais pas tellement drôle à l’époque. En plus, d’après mes parents, nous étions chahuteurs Jo et moi, on faisait du catch dans son ventre. Excusez-moi de dire que je trouve ça très bien, on était des guerriers avant même de naître, est ce qu’ils peuvent en dire autant les autres morveux du monde ? Et bah non ! Maman a eu sa phrase déprime avant même qu’on ne naisse, sous prétexte que les combats lui manquaient. La bonne blague, on faisait le show avec Soeurette d’amour. Papa de son côté gavait un peu tout le monde, mes grands-parents se foutent encore de lui soit disant qu’il se pliait en quatre pour maman complètement angoissé à l’idée d’avoir des jumeaux, je ne vois pas pourquoi, nous avons toujours été des enfants modèles, bon sauf pour ce qui est des animaux, je reconnais que je croyais que tous les chats du quartier étaient abandonnés et je les ramenais tous aux parents qui ne trouvaient pas ça génial eux. En même temps, j’avais bien dit que je voulais un animal, personne ne m’écoute jamais.
La naissance ne fut pas non plus une partie de plaisir, non mais ils s’attendaient à quoi ? De valeureux petits Romains et fallait qu’on soit chétif, n’importe quoi. Bon je ne vous fait pas le coup de je suis né le premier, sinon j’en connais une qui va s’empresser de ramener sa fraise et me critiquer que les gars sont macho, bla bla bla, du coup laissons la parler et choisir sa naissance. Bébé nous étions parfait, fin surtout moi parce que même si je m’en souviens pas, je suis sûr qu’elle chouinait trois fois plus. On se ressemblait beaucoup petit, même si en grandissant ce n’est plus trop le cas, nos parents nous habillaient de façon très différentes. Le plus surprenant ce n’était pas notre ressemblance mais le fait que nous étions impossible à séparer, les premières fois, quand l’un des deux pleurait, afin de ne pas réveiller l’autre, ils nous séparaient et comme si un radar interne était en chacun de nous deux, c’était pire, nous hurlions encore plus et ils ont mis longtemps avant de comprendre de quoi il s’agissait. Mes premiers souvenirs que j’ai, je les partage avec  ma petite sœur, ma vie sans elle n’a tout simplement aucun sens, nous sommes un duo depuis toujours. Vu que nos parents voulaient retournés au combat, nous avions été confié à une sorte de crèche pour Legs, ouai ça donne pas envie dit comme ça pourtant c’est comme les cohortes sans la dureté et l’obéissance, parfait pour débuter le truc. Tous les enfants ont pour principe d’être le meilleur que tout le monde et le meilleur moyen de le montrer c’est de taper tous le monde, ça ne nous empêchait absolument pas de tous bien nous entendre mais on se tapait sur la tronche et là, je peux vous dire qu’un duo ça change la vie, seul nous étions déjà pas trop mal dans notre domaine mais comme nous ne pouvions pas taper l’un sur l’autre, enfin pas devant tout le monde plutôt, on s’alliait et je peux vous dire de source sûr qu’il n’y a rien de plus chiant que deux jumeaux ayant le même objectif. Pour ne pas que vous vous fassiez une opinion trop kawaii sur nous deux, je vais vous raconter une autre chose de notre petite enfance, on se volait nos affaires, nous avions l’un comme l’autre des soldats de bois, une armée de trente, sauf que voilà quand on est petit et qu’on est pas net net, on se dit que la couleur violet et la couleur bleu c’est pareil… oui je sais j’étais pas malin, résultat quand j’ai perdu mon soldat –que personne n’a jamais retrouvé, chui sûr que c’est elle en vrai- j’ai piqué un des siens. Résultats on se battait comme des chiffonniers jusqu’à ce que Papa nous attrapa en disant qu’on était des vrais poisons, ouai tout le monde se vexerait à cette insulte, pas nous, on essayait surtout d’atteindre l’autre, ce qui devait encore plus déprimer Papa, il parlait à des murs. Bon malgré nos disputes assez fréquente, nous restons des frères et sœurs, on s’aimait énormément et on dormait ensemble dès qu’on pouvait. Je n’étais pas un trouillard, elle non plus, mais on adorait se rejoindre la nuit pour dormir avec l’autre.

Mon don s’est déclenché un peu avant qu’on rentre dans une cohorte et je dois dire que c’est comme si mon esprit s’était formé dans l’aptitude de pouvoir être en contact direct avec celui de Jo, j’ai toujours su qu’un lien me liait à ma sœur, il suffisait qu’elle se fasse mal pour que je ressente cette même douleur. Le jour où mon don s’est déclenché, j’étais dans ma chambre à jouer dans mon coin, on avait été puni, étrangement le sujet de cette punition m’est sorti de l’esprit, tout ce que je sais c’est que nous séparer était une punition qui marchait, je détestais ça plus que tout et donc quoi de mieux que de développer la télépathie pour contrer l’absence. Je faisais les dialogues entre de mes soldats lorsque j’ai entendu Joanna très nettement. C’était hyper flippant, je l’entendais, j’avais accès à ce qu’elle pensait comme si elle me racontait sa vie au moment où elle s’en souvenait, elle sautait du coq à l’âne et c’était pas franchement agréable et le pire c’est que techniquement je n’avais pas à l’entendre puisque nous n’étions pas ensemble. J’ai couru dans sa chambre, ça je m’en rappelle très bien parce que ma mère me gueulait dessus « Les punitions c’est pas pour que tu les esquives Julian ! » J’en avais rien à faire, je voulais parler à ma sœur et en expliquant tout à toute vitesse, puisque maman me portait, j’aimerais bien qu’elle essaie maintenant, je crois que je ricanerais bien. Il n’empêche que maman s’arrêta d’un coup au seuil de la porte de Joanna en hurlant à papa un truc du genre « Ils déclenchent leurs dons » Le pluriel a tout son sens puisque si je me souviens bien Jo a débloqué ses capacités exactement la même journée, peut être même dans la même période. Mon don était cependant un calvaire autant qu’une bénédiction, c’est cool de pouvoir converser dans l’esprit de sa sœur quand on est séparé, ça servait surtout à ça, toujours être contact même si je savais que ça allait bien pour elle, c’était important de vérifier et elle n’aurait pas aimé que je la délaisse pour une raison de merde, même une très bonne, comme j’aurais détesté qu’elle me laisse tomber ou qu’elle me refuse l’accès à son esprit. Le truc c’est que quand on suit ses pensées lorsqu’on est côte à côte c’est lourd et ça n’a pas été une mince affaire que d’apprendre à le faire sur commande mais c’était dû à beaucoup d’entrainement et puis j’avais l’aide de Joanna, j’ai toujours eu son aide.

Lorsque nous avons été prêt pour rentrer dans une cohorte, nous n’en menions pas large, la peur d’être séparé certainement, je tenais la main de Joanna un peu tremblant à l’idée de ne plus avoir autant de temps avec elle mais il semblerait que les gens comprennent notre lien, nous avions été pris en probatio dans la même cohorte et comment dire, à défaut d’être très agréable avec tout le monde, nous mettions l’ambiance ne serait-ce que lors des parties combats entre plusieurs cohortes, ils nous utilisaient légèrement pour qu’on soit dans deux groupes différents, ce qui accentuaient la puissance de mon don, la peur d’être séparé d’elle me rendait fou et je cherchais ses pensées à elle plus que toutes les autres, il me suffisait ensuite de demander sa position et de la rattraper. Etonnamment ça a été vu comme de la triche et le préteur de l’époque ronchonnait, c’est surtout parce qu’il perdait sans arrêt, le mauvais joueur, du coup nous devions par la suite être ensemble, ce qui m’arrangeait pour ainsi dire. La discipline n’a jamais été un gros problème pour moi, déjà parce que je n’aime pas trop me faire remarquer. Je suis plutôt du genre suiveur, ou plutôt, j’aime mieux veiller sur ma sœur, même si elle déteste ça, ce n’est pas que je la crois plus faible que moi, ça non vraiment pas, ma sœur est bien plus combattive que moi, sauf que cette mongole me fait souffrir en souffrant. Il n’y a rien de pire que de se réveiller le matin et de boiter comme un idiot parce que mademoiselle a pris un mauvais coup en combat, analysez donc le truc, afin de ne pas lui faire plus de mal, j’évitais tout simplement de me battre quand elle se battait.

Notre entrainement était donc bien huilé et tout le monde au camp avait bien compris que nous séparer était la pire des punitions, c’était même pire que ça de mon côté, je suffoquais continuellement et mon esprit cherchait toujours à entrer en contact avec le sien, ce qui est un peu compliqué lorsque la demoiselle fait des choses qui exige sa concentration, qu’est ce que j’y peux si j’aime beaucoup ma sœur moi. Bon bien sûr, cette vision du duo changea un petit peu lorsqu’on eut nos premières aventures amoureuses, là chaud d’aller dans son esprit ou même pour elle valait mieux ne pas qu’on échange nos pensées bien ringardes sur les couples, donc au niveau de l’adolescence on s’écarta un petit peu, de la même manière qu’un enfant et ses parents, on s’aimait bien mais on se collait plus autant, ce qui n’empêchait pas le fait que si on se parlait pas de la journée, je déprimais un petit peu, beaucoup… ok complètement. Fort heureusement pour moi, cette période ne dura pas quarante ans, pour cause, je les ai pas… Il y eut ce petit Cronos qui se décida à venir emmerder les Romains, oh mais sérieusement, le gars il n’avait que ça à faire décimer les troupes. Je ne sais plus pourquoi on a levé la main dans un même mouvement avec Jo pour une quête, le plaisir d’être ensemble certainement, il fut évident pour tout le monde de nous laisser y aller avec une des bestioles de la légion, non j’exagère, Mathias me tuerait s’il apprenait que je le traite de bestiole, quoi qu’il me tuerait certainement dans tous les cas en fait. La quête était juste trop chiante, gravir une montagne pour chopper un truc en haut, je traînais des pieds en les suivant, je ne m’attendais pas vraiment à ce genre de quête. Ils devaient avoir cent mètres d’avance quand un monstre leur bloqua le chemin. Ouai, je sais, normalement on a l’air un peu plus motivé quand ya un monstre, mais Mathias et Joanna sont des sales gamins qui partagent pas, le temps que j’arrive à plus de monstre, du coup ouai normal que je boude ce qui faisait ronronner le premier, je vais lui foutre mon poings dans la gueule à son ronron de merde moi. Du coup je boudais encore plus et traçait tout en ouvrant mon esprit à Joanna pour communiquer avec. Lorsque le chemin devint plus escarpé, sérieusement, je ne remercierais jamais assez le connard de dieu qui s’est dit tien on va les faire passer par là, nous marchions à la file indienne, laissons à Mathias le loisir de passer devant, l’avantage des griffounettes, il pouvait glisser et remonter sans se faire de mal.  Nous le suivions silencieusement, concentrés jusqu’au moment le plus horrible de toute ma vie. Le bruit de roche qui tombe me stressa complètement et je lançai un regard paniqué à Joanna pour la prévenir, bêtement, de faire attention, sauf qu’au moment où je disais ça, le sol friable céda sous ses pieds. Alors, à cet instant, je vous avoue qu’aucune logique n’effleura mon esprit, ma sœur glissait, il était naturel que je me jette sur elle pour l’attraper, à la place de refermer mes doigts sur quelque chose, je basculai aussi dans le vide, me faisant percuter à toute vitesse par un léopard qui me péta au moins trois côtes au passage. Plaqué contre la roche, je gémissais de douleur, d’inquiétude aussi et je cherchai sans cesse l’esprit de Joanna, essayant de communiquer avec elle. Je rampai jusqu’au vide et l’observai sous mes pieds cherchant le chemin le plus logique pour la rejoindre et la remonter, il était évident qu’elle allait bien hein ? Elle devait juste s’être assommée, ce qui expliquait que je n’ai plus accès à son esprit. Mathias descendit puisque ses coussinets –c’est trop mignon ça – adhéraient bien mieux au sol que moi. Je crois bien que je n’ai jamais autant fait chier quelqu’un dans son esprit, j’arrêtai pas de lui dire « dépêche toi Mathias. » « Tombe pas » « Je l’entends plus. » « Tu la vois ? » Je n’arrive même pas à comprendre comment il a pu rester calme durant toute sa descente se contentant de me rappeler qu’il faisait de son mieux. Evidemment être dans ses pensées, c’est avoir accès à ce qu’il pense et comment dire que lorsqu’il sentit l’odeur fraiche de la mort, ainsi que celle du sang, ma douleur devint incroyable, l’impression qu’on venait de briser mon cœur en deux. Je coupais tout contact pour me recroqueviller sur moi-même, me balançant d’avant en arrière, ce qui n’arrangeait pas la douleur physique de mes côtes mais qui m’empêchait de devenir complètement fou. Lorsque Mathias remonta, je ne saurais dire comment il a accompli l’exploit de me ramener au camp avec lui, je devais être le pire des poids morts.

Une fois rentré, je fus, bien évidemment, envoyé à l’infirmerie mais je n’en garde pas spécialement de souvenir, je ressassais sans cesse la mort de ma sœur, essayant de savoir ce que j’aurais pu faire pour l’empêcher de glisser. Ma seule certitude était que les dieux nous avaient envoyé dans un coupe gorge ou seul l’agilité d’un animal nous avait été bénéfique. Melodie passa pas mal de temps avec moi, bien qu’on ne soit pas de la même cohorte, nous avions toujours été des potes. Elle stressait pour moi soit disant que je perdais du poids, je crois qu’elle stressait surtout de son état. Quelle idée de tomber enceinte alors que les dieux étaient tous des gros cons, j’ai été sympa, je ne lui ai pas dit tout ce que je pensais. De toute façon, elle s’en tirait bien, même si ça l’empêchait de devenir Préteur de suite, l’occasion se représenterait pour elle et ce serait un bon leader. C’est au contact de Melodie que je constatai que je n’arrivais plus à utiliser mon don, assez flippant comme truc, je déprimai encore plus de cet absence de don en fait, si c’est possible de déprimer plus qu’à la mort de sa jumelle. Une fois remis, physiquement, parce que le moral même la présence de mes parents ne m’avaient finalement été d’aucun secours, je décidais d’aller prier les dieux, histoire qu’ils me rendent ma sœur, leur laissant tout de même le bénéfice du doute sur leur ingratitude, j’étais même prêt à partir aux enfers à la manière d’Orphée pour la tirer de là. Aucun dieu ne répondit à mes requêtes, ce qui renforça le fossé entre eux et moi. Fossé qui ne cessa pas de s’agrandir au fil du temps. Tout d’abord, j’avais beau connaître mes camarades, être ici sans la compagnie de Jo était insupportable, je passais plus de temps à l’infirmerie qu’autre chose parce que je vivais pour le danger et que donner des coups signifie bien souvent, en recevoir aussi. Je ne vais pas mentir, si je restais parmi les Romains ce n’était nullement pour l’adoration des dieux, ce qu’ils faisaient étaient ignoble et le fait qu’ils n’apparaissent jamais était ma plus grande rage, je les détestais sauf qu’il y avait des bons leaders, des gens qui valaient la peine de suivre parce qu’ils étaient comme nous autre. Tout ça était une routine que j’avais accepté, sans être pleinement joyeux, j’arrivais à vivre, à parler aussi avec les gens, mon don ne s’étant cependant plus jamais manifesté, j’étais un demi-dieu sans pouvoir comme s’il refusait d’être présent si l’esprit de ma sœur ne pouvait être infiltré, ça me mettait un peu à nu et combien de fois j’ai vu les gens se tourner vers moi comme inquiet à l’idée que je lise leurs pensées avant de se souvenir que je ne pouvais plus. Donc, avant de partir en cacahuète sur l’absence de don, il y eut ce jour où ma meilleure pote et la meilleure de nos centurions mourut comme une merde et que les dieux ne vinrent pas la remercier d’avoir tout donné pour la légion, sympa les dieux, ils auraient pu au moins faire tomber une pluie. Durant toutes les funérailles, j’espérais que les dieux feraient un geste, même tout petit pour remercier cette file d’avoir préféré la légion à sa famille, ce qui nous avaient tous bien servi, on va pas se mentir, avoir des guerriers ce n’est jamais suffisant. Les dieux ne firent rien, nada, que dalle, limite s’ils étaient pas tous en train de se trouver la prochaine mère ou le prochain père de leurs enfants. Résultat, le soir même, j’annonçai mon départ de la légion et de la nouvelle Rome puis filait sans chercher à ce que les gens me retiennent. Trop c’est trop, j’avais perdu ma sœur qui était quand même la personne la plus chère à mon cœur et sans qui la vie était tout sauf drôle, j’avais perdu une de mes meilleures potes et bah les dieux pouvaient toujours se brosser pour que je le aide dans leurs plans machiavéliques.

Je n’étais pas bon pour vivre avec les hommes, parce que je cherchais un peu trop les emmerdes je crois, bref visible comme le nez au milieu de la figure. Un soir que je venais de me bastonner avec un idiot fini pour de la bouffe, un gars installé sur une palissade m’appela, et encore je suis sympa, le terme adéquat est plutôt, me siffla comme un chien et je me jetai dessus, histoire de lui apprendre le respect ou la crainte. En fait, pendant que je cognais dessus, il me fit une proposition étrange, étrange certes mais qui eut le don de me faire réfléchir. Il me proposait de rejoindre le camp des partisans. Oui, c’est vrai, à mes yeux les partisans sont des illuminés pour la plupart. Pourtant, ce sont les seules qui ont une vision de la vie qui me permet d’avancer et d’avoir un but. C’est bien simple, il y a trois sortes de partisans à mon sens, les illuminés avec qui je ne m’entendrais jamais, ceux-là qui veulent détruire l’humanité, qui pensent que Cronos c’est leur pote et qu’elle va leur offrir monts et merveilles, je les évite pour ne pas avoir de migraine à force de me demander comment ils arrivent à débiter autant de bêtises. Le deuxième groupe sont ceux qui ont un but à accomplir, des vengeances, cependant je ne les rejoins pas entièrement. Si je suis entièrement contre les dieux, jamais je ne ferais de mal aux Romains ni aux Grecs, je ne les tiens pas pour responsable, ils sont sous la coupe des dieux, aveuglés et puis même sans parler de ça, je ne vais pas tuer mes anciens camarades, hors de question. Cela pose même quelques petits problèmes. En particulier lorsqu’un jour que j’étais avec un partisan, manque de bol nous sommes tombés sur un Romain perdu hors de sa quête, mon « partenaire » s’est empressé de lui courir dessus pour le tuer et du coup je me suis empressé de courir derrière pour l’en empêcher, ce qui bien sûr n’a pas été vu comme tel. Résultat des courses, j’avais une haine immense envers le partisan qui est mort quelques jours plus tard… pas de ma faute… presque pas… bon ok si. Faut dire que merde, tuer à la limite, ce sont des camps ennemis, sur le papier et tuer pour ne pas être tué ça me va mais là, non, moi j’appelle ça de la cruauté et provoquer l’agonie de quelqu’un pour le plaisir, je n’ai pas aimé.  J’irais même jusqu’à dire qu’il l’a blessé à mort et qu’il est parti sans même l’achever, je suis resté à côté de mon ancien camarade, heureusement inconnu de ma part, je crois que j’ai donné niveau mort, jusqu’à ce qu’il meurt. Pas surprenant que je n’ai pas fait preuve de charité et sauvé mon camarade d’un groupe de Grec par la suite, chacun sa merde. Le troisième groupe de partisan, je les aime bien, c’est un peu comme des touristes, on se demande vraiment ce qu’ils foutent là mais bon au moins ils sont cool. Cronos périt, qu’on me dise pas responsable hein, j’étais dans la bataille, certes pas vraiment en train de tuer les autres camps, manquerait plus que ça, mais j’étais présent et j’essayais de tuer les dieux, ce qui ne fonctionnait pas. Ah oui, parce que j’ai oublié de donner mon plan, ma quête chez les partisans, en réalité, je vais aider les partisans à faire tomber les dieux, ensuite, je vais récupérer ma soeurette aux enfers et après tout sera parfait. Le fait que Cronos soit un poltron incapable de gagner me fit rager, vive le camp de mauviette.

Un des meilleurs moments et la preuve que ma loyauté va aux deux camps, fut le jour où Adrian nous a rejoint. Je n’étais pas très proche de lui chez les Romains mais alors chez les partisans, limite mon meilleur pote. J’étais vraiment content qu’il soit là et je me sentais un peu moins seul, je pris quelques nouvelles et fut assez peu surpris du fait que notre brave Reyna avait eut la position de préteur, au moins les Romains avaient un valeureux chef et je pense honnêtement que s’ils entraient en guerre contre les dieux, je serais plus que ravi de leur prêter main forte.

En attendant cette nouvelle alliance, il y a eut l’épisode Thanatos, c’est arrivé lors d’une soirée conseil des partisans où j’étais pour on ne sait quelle raison, sauf que quand ils ont proposé de séquestrer le dieu de la mort, mais j’ai trouvé ça trop génial ! J’y suis allé en premier, dans le but, toujours le même de pouvoir récupérer ma sœur, ce qui a bien sûr foiré mais au moins, on ne pourra pas dire que j’ai pas réussi à capturer un dieu, qui a été libéré par Percy, mais quel fouteur de merde celui-là et deux Romains, pas mes potes non plus pour le coup.

Depuis l’épisode Thanatos, je me tenais tranquille chez les partisans, essayant juste de participer un peu aux réunions pour les freiner un peu dans leur envie de faire couler le sang Romain et Grec. Ils n’écoutaient rien, du coup j’ai abandonné l’idée, j’essaie juste d’être avec les Partisans normaux qui en veulent juste aux dieux et je laisse les autres à leur soif de sang en priant pour qu’ils meurent vite afin qu’on ait plus leurs idées de vengeance morbides qui contaminent les esprits les plus simples. Tout aurait pu être niquel si quelques mois plus tard, alors que j’étais pas là, fort heureusement d’ailleurs parce que je crois que j’aurais buté Jayson si je l’avais vu faire, Adrian avait été tué par un partisan. Mais de mieux en mieux, après avoir déglingué nos potes Grecs et Romains, c’est mieux de s’attaquer aux partisans. Le truc, c’est qu’Adrian était un Romain infiltré, . Ouai, je sais les espions c’est mal et malgré tout je lui en veux aussi parce qu’il était pour les dieux alors que même lui, ils ne l’avaient pas gâté. Il n’empêche que ça m’a fait sacrément de la peine de le savoir mort, j’espère au moins qu’il est avec Joanna et qu’il veille sur sa petite bouille.

   


Ton prénom ou surnomButterfly Ton âge 22 Que penses-tu du forum ?Hâte de rp   T'es arrivé là comment ?La panthère blanche Code règlementjupiter Lune Hébé Un dernier mot Jean-Pierre ?Ou qu'elle est ma soeur?
   CODES BY RAINBOWSMILE


Dernière édition par Julian L. Hobb le Mar 28 Avr - 20:06, édité 3 fois
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Chronique des temps Obscurs pour Julian   Ven 24 Avr - 10:53

Bienvenue à toi !! Very Happy

Woooooah très bon choix d'avatar *w*
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Chronique des temps Obscurs pour Julian   Ven 24 Avr - 11:14

Bienvenue Wink

je rejoins Hailey Very Happy
avatar
Divin ψ Olympus team
Ω Tablettes : 263
Voir le profil de l'utilisateur

Qui es-tu?
Ω Objets:
Ω Relations:
Ω Compétences:

MessageSujet: Re: Chronique des temps Obscurs pour Julian   Ven 24 Avr - 19:09

Bienvenue ! Very Happy
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Chronique des temps Obscurs pour Julian   Ven 24 Avr - 22:59

Bienvenue M'sieur
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Chronique des temps Obscurs pour Julian   Sam 25 Avr - 1:12

hey bienvenu gamin ! :3
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Chronique des temps Obscurs pour Julian   Sam 25 Avr - 15:17

Bienvenue Very Happy
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Chronique des temps Obscurs pour Julian   Sam 25 Avr - 15:20

Bienvenue ici
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Chronique des temps Obscurs pour Julian   Sam 25 Avr - 15:44

Bienvenue !
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Chronique des temps Obscurs pour Julian   Dim 26 Avr - 22:36

Mais je le connais ce garçon

Bienvenue
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Chronique des temps Obscurs pour Julian   Mar 28 Avr - 10:34

Bienvenue Suspect
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Chronique des temps Obscurs pour Julian   Mar 28 Avr - 19:11

merci à tous Very Happy

Mathias, tu crois Rolling Eyes ?
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Chronique des temps Obscurs pour Julian   Mar 28 Avr - 20:32


 
Ju

 


Félicitation, tu viens d'être validé avec les honneurs du jury. A présent tu peux venir faire la fiesta avec tout le monde.

Vous me faites bosser les trois loulous tsss Very Happy C'est marrant de voir la même histoire d'un autre point de vue. Bon par contre, c'est quoi ce changement de camp, bon même si tu m'as l'air de tuer les partisans de l'intérieur, c'est pas très bien ça. Faut revenir chez les Romains, on va te ramener nous tu vas voir, par la peau des fesses Very Happy

Cependant il y a quelques petits détails presque rien à régler, une formalité disons le:
Ici tu pourras réserver ton avatar, et oui ce serait bête qu'on te le pique.
Ici tu pourras réserver ton prénom et nom de famille parce que tu es unique après tout
Pour te faire des amis, des ennemis ou tout simplement avoir des liens c'est ici
Là c'est pour faire des rps avec tous pleins de monde
Et ici c'est pour que les admins t'aiment, pour que le forum t'aime et pour avoir pleins de nouveaux amis-ennemis
 
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Chronique des temps Obscurs pour Julian   

Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le soleil brille, temps idéal pour promener...
» HAITIENS, SPÉCIALEMENT LES CAPOIS: QUE SONT DEVENUES LES FLEURS DU TEMPS PASSÉ?
» (m) julian schratter ⊹ my head is a jungle with you inside
» Hide & Seek {Kyle}
» maj du 29/01

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Heroes of Honor :: Les anciennes fiches de présentations-