Bienvenue jeunes padawans. ♥️ Le forum est officiellement rouvert!
Soyez originaux, mes chéris. Priorisez les opposants et les sang mêlés qui ne descendent pas directement des Trois Grands. Nous nous donnons le droit de les refuser. Merci ♥️ Cliquez.
N'oubliez pas d'aller voter ici aux deux heures pour nous ramener pleins de nouveaux amis/ennemis. ღ

Partagez | 
 

 Ne crois pas tout ce qu'on raconte, ce qu'on peut lire dans les contes [Morgane]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
Divin ψ Olympus team
Ω Tablettes : 263
Voir le profil de l'utilisateur

Qui es-tu?
Ω Objets:
Ω Relations:
Ω Compétences:

MessageSujet: Ne crois pas tout ce qu'on raconte, ce qu'on peut lire dans les contes [Morgane]   Jeu 28 Mai - 20:04

Ne crois pas tout ce qu'on raconte, ce qu'on peut lire dans les contes
   feat. Morgane la girouette
Bon, récapitulons un peu : j’avais déniché une future leader pour les grecs, participé à une quête minable avec l’autre morveux, Arès et Hestia, puis dragué une romaine. Que faire maintenant ?
Tout en réfléchissant à la question, je descendis sur Terre, à New York. Rien de mieux pour réfléchir que de se promener et se fondre un peu dans la masse. Enfin la masse… Il était tôt et le quartier était encore peu fréquenté, les gens faisant tous ou presque la grasse matinée. Ce n’était pas une de ces rues bondées à toute heure de la journée et c’était tant mieux, car il n’y avait rien de pis pour penser qu’un boucan monstre, mais en même temps un peu de bruit ne pouvait qu’être bienfaisant à la pensée.
Mais ce n’était pas comme ça que j’allais trouver quoi faire, quoiqu’en un sens, je faisais quelque chose : me balader et réfléchir à la situation. Sauf que ce n’était pas comme cela que les choses allaient avancer, il me fallait une idée concrète pour prendre le pouvoir et laisser l’autre gamin faire mumuse dans le camp grec encore quelques milliers d’années, amnésique si possible. Pour le moment, je faisais, lentement mais surement, monter ma popularité chez les demi-dieux pour me faire aimer d’eux, ainsi, s’ils me suivent, peut-être que leurs parents suivront aussi. Mais il ne fallait pas compter que sur cela, il me fallait autre chose, quelque chose qui puisse retourner tout le monde contre le morveux. Pour le moment, il se débrouillait très bien tout seul, mais comme personne chez les demi-dieux savaient où il se cachait et sous quelle identité, ils ne pouvaient se retourner contre lui. En revanche, les dieux savaient parfaitement où se trouvaient les amnésiques infiltrés même s’ils ne suivaient pas très attentivement le bordel que cela entraîne dans le camp grec de se coltiner l’autre gamin, il fallait trouver une solution pour leur montrer tout ça et malheureusement, faire une petite visite entre dieux du camp attirerait beaucoup trop l’attention. Je ferais bien venir quelques témoins à Olympe pour qu’ils puissent témoigner de la bêtise du gosse, mais du coup, son identité serait révélée et ils feraient alors tout pour le renvoyer sur l’Olympe, à mon plus grand regret. Mais si jamais il est démasqué, alors je ferais ça.
Bon, nous verrons cela plus tard. Il y a aussi toujours cette histoire de leader et j’ai bien compris qu’il ne faut pas compter sur les infiltrés pour en mettre un à la tête du camp. Comme d’habitude, c’est à moi de faire la sale boulot. Lily m’avait proposé de venir au camp, donner des cours pour que les demi-dieux puissent apprendre encore mieux à se défendre et surtout, des cours pour l’autre gosse qui n’est vraiment pas doué, mais j’avais beaucoup plus intéressant. J’allais plutôt parler à quelqu’un d’apte à la raisonner et à la faire devenir leader et peut-être qu’en passant, j’irais papoter avec un demi-dieu, ou mieux un infiltré autre que le morveux, pour voir, de l’intérieur pour une fois, l’avancé du camp, de l’alliance avec les romains et de ce qu’il pense de Lily, car si je veux la faire devenir leader, faudrait quand même qu’elle soit bien vu des autres.
Soudain, je sentis qu’un conducteur perdait le contrôle de sa voiture. Il ne pleuvait pas pourtant, la route était complètement sèche, et aucun animal n’avait traversé la chaussé. La personne au volant ne devait pas être très douée, ils donnaient leur permis à n’importe qui aujourd’hui. Je me tournai et observai la scène, la voiture fonçait sur moi et je n’aurais eu aucun soucis à l’éviter, mais je me rendis compte alors que c’était une fille de Demeter qui était au volant. Ceci expliquant peut-être cela, c’était peut-être pour cette raison qu’elle n’arrivait pas à conduire. Après tout, ça mère était la déesse de l’agriculture et des moissons, elle avait donc un certain rapport à la terre et il semblait logique que ses enfants aient aussi un certain rapport à la terre. Quelle idée alors de rompre ce rapport en entrant dans une voiture… Normale qu’elle ne sache pas conduire après. Je me demandais vraiment comment elle avait pu avoir son permis. Dans une pochette surprise ? Mais je crois qu’elle faisait partie du camp grec, ce serait donc un bon moyen de tâter le terrain avant de faire un petit tour au camp. En fait, sa perte de contrôle de sa voiture tombait au bon moment, fallait juste que je l’évite au dernier moment, cela attirerait son attention et ferait style j’ai survécu in extremis, car si je ne l’évite pas, autant cela ne choquerait pas la demi-déesse, autant les humains autour ne feraient que nous regarder après et ce ne serait pas super génial.
Voilà donc pourquoi, au dernier moment, j’ai évité cette voiture et l’arrêtai grâce à la télékinésie tout en faisant croire qu’elle venait de se stopper toute seule. Je m’approchai de la portière du conducteur dont, toujours grâce à la télékinésie, la vitre s’ouvrit toute seule et je regardais la fille de Demeter qui n’avait décidément pas l’air futé. J’entrai dans sa tête et cherchait son nom… Erreur… C’était la girouette dont avait parlé Lily… La soit belle, soit débile… Pas de chance, elle avait l’air de faire partie de la seconde catégorie avec cette histoire de voiture.
© Gasmask    
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Ne crois pas tout ce qu'on raconte, ce qu'on peut lire dans les contes [Morgane]   Ven 29 Mai - 13:15


Poséidon ∞ Morgane
Ce matin, je m’étais réveillée seule dans le lit double de la maison familiale. Mon cerveau pas réveillé me fit souffler un prénom, avant que je me rende compte de moi-même que c’était stupide de l’appeler. Je n’aimais pas revenir en ce lieu, non pas que je déteste chez moi, cette décoration, le simple fait d’être ici. C’était plutôt la solitude qui me posait des gros problèmes. Je tâtonnais dans le noir à la recherche de mon portable et posai un regard, les yeux brillants d’amour, sur le message d’Hailey. Je n’étais donc pas la seule à souffrir de cet éloignement un peu forcé. Je lui aurais bien demandé de m’accompagner mais il semblerait que malgré les sentiments très fort que me portait la fille de Nyx, sentiments plus que partagés, ce n’était pas facile de la décoller de Lily-Rose. C’est pas faute d’avoir essayé mais il semblerait que la fille d’Aphrodite exerce un contrôle sur sa meilleure amie, loin d’être négligeable et qui me poussai à devoir faire les voyages seuls, ce qui était assez chiant, même si j’étais presque toujours en train de l’appeler, interrompant les entraînements oh combien passionnant des Grecs. Sérieusement, qui s’entraîne tous les jours, une fois que les réflexes sont là, c’est comme le vélo ça s’oublie pas. Qu’importe, je textotais la jeune fille un peu trop matinale pour moi en lui apprenant que je viendrais à la colonie dans l’après-midi. Une fois cette information communiqué, j’entrepris la tâche pénible de prendre des médicaments et tout un tas d’herbe médicinale pour la colonie. Oui, c’est vrai nous avions Quinn qui avait découvert un pouvoir fort intéressant et utile pour garder les gens en vie, cependant se reposer uniquement sur les dons d’une fille flirtant avec le danger, hum ce n’était clairement pas dans mes plans et j’avais beau trouver toute cette ambiance de guerre lourde, tous ces combats, ces morts, inutiles, il fallait bien faire attention à leur petit cul.

Je croisais mon père en descendant les marches de verre, son sourire avait quelque chose qui me poussait à faire de même. Je savais qu’il avait très mal vécu ma descente aux enfers suite à la mort d’Adrian et je ne pouvais que le remercier d’avoir envoyé Hailey sur mon chemin, même si, sur le coup je n’avais pas du tout apprécié qu’il se mêle de ma vie de demi-déesse, même s’il le savait et qu’il composait avec depuis toujours. J’acceptais sans broncher son bisou sur mon front et ses recommandations pour ma conduite. Ça va, je ne conduisais pas si mal que ça, c’était les gens autour les facteurs de stress. Si je l’écoutais, j’aurais un chauffeur pour me déposer partout et à toute heure du jour et de la nuit. Si l’idée était alléchante, ce rôle avait été plus ou moins celui d’Adrian et je n’avais pas envie de passer des heures dans une voiture avec quelqu’un d’autre que lui, sauf Hailey, peut-être mais comme je disais précédemment, elle était un peu trop partante pour suivre Lily-Rose dans toutes ses idées et je me voyais mal arriver pour les séparer. Puis, sans parler de tout ça, j’avais mon permis, j’avais passé des heures et des heures sur ce foutu permis, je pouvais en profiter un peu, vu le fric qui y était passé.

Une fois dans ma voiture, avec tout mon matériel pour sauver les gens qui veulent mourir, oui les pensionnaires Grecs, c’est pareil, je démarrais. Je pourrais mentir pour la suite, inventer tout un tas d’excuse : la route n’était pas bonne, le soleil m’aveuglait,  j’étais au téléphone, n’importe quoi, je ne le ferais pas. La raison pour laquelle je manquai de percuter ce pauvre humain, qui n’était pas du tout un humain, selon moi, c’était que j’étais une conductrice de merde. Ma voiture n’étant pas magique, n’étant pas non plus pourri au point de s’arrêter toute seule, je tournais la tête vers le gars qui se tenait non loin de moi. Comme si c’était pas déjà suffisant de contrôler ma voiture à ma place, voilà que le monsieur s’approchait et jouait avec ma fenêtre pour venir, papoter, voir qui conduisait, aucune idée, il ne dit pas le moindre mot, se contentant de me regarder avec le genre de regard qui glace le sang. Il se baladait dans mes pensées ? Non mais il avait qu’à demander s’il voulait ce genre d’information, je n’avais pas la moindre idée de comment fermer mon esprit aux intrusions intempestives des demi-dieux, le seul que je connaissais capable de venir dans les esprits n’était pas un télépathe mais plutôt quelqu’un qui projetait sa conscience. Je soupirais donc à mon interlocuteur un peu gonflé, mais je pense qu’il vaudrait mieux que je la ferme étant donné que j’avais manqué de l’écraser.

« Si vous voulez des réponses, je sais parler et je peux les fournir de moi-même Morgane Blake, fille de Déméter et d’un industriel pharmaceutique. Normalement, le principe pour rester en vie en étant demi-dieu et en utilisant ses pouvoirs avec un tel manque de prudence, c’est pas de rester planter là. Montez, qu’on s’éloigne avant que les humains ne me voient, ce qui m’embêterait assez. Quel est votre nom au fait ? »


Voilà, au moins, moi je faisais des efforts de conversations et je ne m’éclatai pas à pénétrer des pensées qui ne lui appartenaient pas. Je cherchais quel souvenir déclencher pour l’emmerder et qu’il dégage de mon esprit. Du coup, je me mis à réciter mentalement le nom des médicaments que j’emmenais à la colonie Grecque avec leurs propriétés, les effets indésirables et leurs utilisations. Je pense que le message était assez clair, dégage de mon esprit, tu n’as rien à y faire. Tout ce que les gens voulaient savoir, je leur disais, je ne manquais pas de conversations pour le coup et même si ça n’était pas le cas, le principe des demi-dieux c’était d’être discret. Merde si lui vivait que dans le monde des demi-dieux, je passais à la télé assez souvent, j’étais connue dans le monde mortel et donc je n’aimerais pas trop qu’on me prenne pour une sorcière, une magicienne, la réputation de mon père en pâtirait. Fanta trouva que c’était le meilleur moment pour intervenir, elle se mit à grogner sur l’individu un peu intrusif, ce qui ne manqua pas de m’étonner en fait, ce chien prenait les mauvaises habitudes d’Hailey que d’être toujours agressive.


code by Silver Lungs
avatar
Divin ψ Olympus team
Ω Tablettes : 263
Voir le profil de l'utilisateur

Qui es-tu?
Ω Objets:
Ω Relations:
Ω Compétences:

MessageSujet: Re: Ne crois pas tout ce qu'on raconte, ce qu'on peut lire dans les contes [Morgane]   Sam 30 Mai - 15:22

Ne crois pas tout ce qu'on raconte, ce qu'on peut lire dans les contes
   feat. Morgane la girouette
Tient, mais elle n’était pas aussi débile que j’avais cru le comprendre : elle pensait que je n’étais pas humain voiture et avait compris que je lisais dans son esprit et avais arrêté sa voiture. Je devais vraiment m’attendre à quelque chose de tellement horrible en fait qu’elle semble nettement mieux que dans mon imagination, ce qui est un bon point pour elle. On verra par la suite pourquoi Lily la surnomme la Girouette. Par contre, elle m’étonnait par sa naïveté ; elle semblait prête à révéler tout ce que je pouvais savoir en lisant ses pensées, à croire que pour elle, la télépathie ne servait à rien puisqu’elle voulait tout dire toute seule. Elle soupira bruyamment avant de dire :
« Si vous voulez des réponses, je sais parler et je peux les fournir de moi-même Morgane Blake, fille de Déméter et d’un industriel pharmaceutique. Normalement, le principe pour rester en vie en étant demi-dieu et en utilisant ses pouvoirs avec un tel manque de prudence, c’est pas de rester planter là. Montez, qu’on s’éloigne avant que les humains ne me voient, ce qui m’embêterait assez. Quel est votre nom au fait ? »
Tient, elle ne disait tout de même pas tout malgré qu’elle pensait être prête à tout révéler : elle ne mentionnait rien de sa réflexion sur le fait que je ne sois pas humain. Comme quoi, il était tout de même préférable de rester connecté à ses pensées pour ne rien louper.
En revanche, je n’aimai pas du tout recevoir des ordres, surtout d’une misérable demi-déesse. Enfin, elle avait raison, nous attirions le regard avec cet accident. La faute à qui !? Pas la mienne en tout cas, ce n’était pas moi qui avais perdu le contrôle de ma voiture.
Soudain, elle se mit à réciter les noms des médicaments dans sa tête pour tenter en vain de me faire sortir. J’éclatai de rire ; elle était décidemment très amusante cette girouette, mais ce n’était certainement pas ainsi qu’elle me ferait sortir de son esprit. Je sentais que j’allais bien rire avec elle.
C’est alors que le chien se mit à grogner. Génial, une chienne agressive accompagnait la girouette ! Que j’en avais de la chance ! Et en plus elle était à l’avant côté passager, si la girouette souhaitait vraiment que, l’animal allait finir à l’arrière, hors de question de l’avoir à l’avant.
Je lançais un regard glacial à la bête qui se tut immédiatement avant de tourner les yeux vers la demi-déesse pour lui dire :
« Vaut mieux s’éloigner en effet, mais hors de question de vous laisser au volant, c’est moi qui conduit. Et je suis Peters Neró, fils de Poséidon. »
Nous allions bien voir si je pouvais lui faire croire tout ce que je voulais, et surtout si elle aussi pensait que je n’avais pas une tête de Peters. Bon par contre, pour le nom de famille, je n’étais vraiment pas original puisque c’était le mot pour « eau » en grec moderne (en écriture francisée), j’espérais qu’elle ne le remarquerait pas. Peut-être qu’en « demi-dieu » je pourrais lui faire dire plus de truc, nous verrons bien. Et puis surtout, je sentais que si je révélais ma véritable identité, elle me vénérerait où un autre truc dans le genre et ce ne serait absolument pas discret au milieu de toute cette population, et puis elle ne voulait pas être prise pour une sorcière donc mieux valait ne rien dire pour le moment et voir si ma fausse identité marchait mieux sur elle que sur Roseann. Et j’étais très curieux de comprendre pourquoi elle était surnommée la Girouette.
J’ouvris sa portière et m’écartai pour la laisser sortir.
« Au fait, c’est très intéressant toutes ses informations sur les médicaments. »
© Gasmask    
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Ne crois pas tout ce qu'on raconte, ce qu'on peut lire dans les contes [Morgane]   Mer 3 Juin - 23:42


Poséidon ∞ Morgane
Le fait que je récite des médicaments n’eut pas du tout l’effet escompté, il semblerait même que ça le fasse rire. Humour de merde bonjour, je ne récitais pas de médicaments avec des noms bizarres, aucune de mes phrases n’étaient étrange. Le fait qu’il rigole était donc légèrement flippant. Peu importe, il arrive que suite à un choc ou un évènement inquiétant, comme d’avoir manqué de se faire écraser par une voiture, et une conductrice peu concentrée sur sa conduite, un détail que cela, les neurones disjonctent. Certains deviennent fou lorsqu’ils échappent à la mort, peut-être était-ce le cas de cette personne mais pour le coup, n’ayant jamais eu à faire face à ce genre de problème psychiatrique, je devais bien reconnaître que je n’avais pas la solution à ses problèmes. Est-ce que ça voulait dire qu’il était sorti de mon esprit, j’aurais aimé croire que oui mais les gens ayant des pouvoirs et sachant les maîtriser, ce qui n’était absolument pas mon cas, les utilisent bien plus que de raison. En même temps, lorsque j’y réfléchissais, je n’étais peut être pas sensé déclenché des sables mouvants un peu partout, déjà parce que c’était très épuisant pour ma personne mais parce que c’est complètement inutile dans la vie de tous les jours. Oui, pour les demi-dieux très combattifs, ayant envie de gloire, de triomphe, de batailles et de salir leurs fringues, je pouvais aisément concevoir qu’enterrer ses ennemis, ça avait quelque chose de sympa. Pour moi, en revanche, niet, ça ne m’intéressait pas.

L’inconnu lança un tel regard à Fanta que ma pauvre petite bête essaya de disparaître, avant que je ne l’attrapasse (c’est quoi ce temps de merde oO) pour lui caresser sa petite tête brune. Ce contact à la base réalisé pour la rassurer n’eut pas l’effet escompté puisqu’elle tenta de se planquer dans mes vêtements, ce qu’elle aurait certainement réussi à faire si le sombre inconnu n’avait pas décidé de me virer du volant. Je le jaugeai du regard quelques secondes, est ce que vraiment j’avais une tête à laisser n’importe qui conduire ma voiture. Je m’apprêtai à refuser tout nettement, me lancer dans une discussion sans fin ou de toute façon, comme toujours, personne ne voudrait céder et donc on camperait comme deux mongoles devant la portière de ma voiture. Ça ce serait passé de la sorte si quelques illustres inconnus ne fixaient pas ma voiture avec insistance, l’effet vitre teintée ça a toujours son petit côté inquiétant. Avec un maximum de bonne foi, parce qu’il était vraiment tombé sur la personne la plus gentille – ou la plus inconsciente j’ai pas encore décidée – au monde pour céder le volant à un illustre inconnu. En même temps, il ne me laissait guère le choix, m’ouvrant la portière, comme un chauffeur, attrapant sa main de mauvaise grâce, je me levais pour lui laisser le siège. Je m’installai donc à côté, caressant toujours le pelage de mon animal avant de me tourner vers lui et de demander légèrement intriguée.

« Vous êtes fils de Poséidon, vous le savez mais vous êtes pas à la colonie, comment vous faites ? J’ai essayé de mon côté de vivre une vie de mortelle lambda, sans pouvoirs, sans liens avec cette colonie mais c’est difficile. Quel est votre secret ? »


S’il y avait une recette miracle, je voulais la connaître, même s’il était un peu tard pour protéger Adrian, je pouvais toujours éviter à Hailey une mort inutile, mon cœur se serra douloureusement à cette idée. Mon existence était liée à la sienne dorénavant et je n’avais guère d’espoir sur le fait qu’elle abandonne le camp Grec, même pour moi. Elle ferait la navette entre les deux mondes, peut-être, ou se détournerait complètement de moi pour participer aux combats, mener des troupes à la victoire ou à la mort. Rien que l’idée de devoir subir ça toute ma vie me donnait envie de pleurer. Comment pouvait-elle voir de l’espoir là où il n’y avait que désolation. Je pourrais lui offrir des parties de paint ball ou trucs bien virils, bien désespérants, sans qu’elle ne mette sa vie en danger mais si mademoiselle Steele décidait qu’Hailey ferait un pas à droite, et bien elle le ferait. Convaincre Lily-Rose étant un des talents que je ne possédais pas, j’allais devoir me coltiner la colonie jusqu’à ce qu’Hailey cesse de vouloir être dans l’ombre de la fille d’Aphrodite, ce qui me semblait improbable. Je ne pouvais pas non plus en vouloir à Hailey, j’aurais fait n’importe quoi pour elle ou pour Adrian et si je n’avais pas exactement pu le prouver à mon défunt copain, à moins que se laisser mourir pour le rejoindre soit une preuve assez méritante pour être notée. Il s’avère que pour Hailey, je faisais des efforts, sans devenir une fan des entrainements ou même des rondes, nouveau délire de Lily-Rose, une idée complètement conne d’après moi, si un seul partisan parvient à déceler les gens qui rôdent, c’est la fin du camp, il sera anéanti mais bon laissons les pros faire, je me contenterais de rester dans l’infirmerie à essayer de garder en vie les rescapés, la seule chose que je savais faire et assez intéressante pour qu’Hailey reste avec moi, en fin de compte.

Après avoir cogité quelques secondes, je captais qu’il trouvait amusant le fait que je récite des médicaments, c’était donc pour ça qu’il avait rigolé et non pas pour une traumatisme mental infligé par ma faute. Le résultat de cette constatation était mitigé, d’un côté ne pas être responsable des problèmes de quelqu’un me soulageait énormément, mais de l’autre ça prouvait que rester dans ma tête semblait lui convenir. Je toussotai avant de rappeler, assez franche.

« Si vous voulez savoir le cours de mes pensées, il suffit de me le demander, être dans mon esprit me déplait assez, est ce que vous aimeriez qu’un autre demi-dieu fasse de même avec vous ? Ravie cependant que de vous instruire sur les médicaments pouvant vous être utile vous plaise. Sait on jamais, un jour vous pourriez en avoir besoin vous aussi. »


Raisonner les fortes têtes, manquait plus que ça. J’abandonnai la lutte, de toute façon, il était à coup sûr plus têtu que moi, je le laissai donc s’éclater dans mes pensées, au pire il pouvait me juger, je m’en fichais pas mal, j’appuyais ma tête contre la vitre, regrettant que ce soit lui qui me conduise plutôt qu’Adrian.



code by Silver Lungs
avatar
Divin ψ Olympus team
Ω Tablettes : 263
Voir le profil de l'utilisateur

Qui es-tu?
Ω Objets:
Ω Relations:
Ω Compétences:

MessageSujet: Re: Ne crois pas tout ce qu'on raconte, ce qu'on peut lire dans les contes [Morgane]   Lun 8 Juin - 19:25

Ne crois pas tout ce qu'on raconte, ce qu'on peut lire dans les contes
   feat. Morgane la girouette
Elle trouvait flippant et anormal que je rigole suite à sa récitation des médicaments. Je ne voyais pas ce qu’il y avait de bizarre la dedans, c’était elle après tout qui était étrange à réciter ces médicaments, à croire qu’elle ne pense qu’à soigner les gens sans jamais s’occuper d’elle celle-là.
Et voilà que maintenant elle me prenait pour un fou, comment voulez-vous que je ne rigole pas après ? Mon sourire s’élargit pendant que j’attendais qu’elle sorte de sa voiture.
J’apprenais au passage qu’elle ne savait pas du tout utiliser ses pouvoirs, c’était bon a savoir. C’était surement pour cette raison qu’elle suivait les gens sans vraiment réfléchir, d’où alors son nom de girouette _ je ne trouvais pas d’autre explication au surnom donné par Lily, excepté si elle avait le pouvoir d’indiqué le sens du vent. Son pouvoir était donc de déclencher les sables mouvants… Ben ça pourrait être utile si seulement elle savait utiliser son don, sinon ce devait plus l’embêter qu’autre chose. Je me demandais vraiment comment elle pouvait survivre en dehors du camp, d’après ses propres pensées et ce que j’avais vu de sa conduite, elle n’avait pas l’air très douée.
La demi-déesse tenta vainement de rassurer sa chienne, qui d’après ses pensées se nommait Fanta. Et moi qui pensai que le fanta était une boisson, sauf si on boit un chien ?! Ça ferait un drôle de cocktail mais pourquoi pas.
Elle finit par me céder le volant et passa sur le siège passager. Je m’installai à la place du conducteur et fis démarrer la voiture pendant qu’elle demandait :
« Vous êtes fils de Poséidon, vous le savez mais vous êtes pas à la colonie, comment vous faites ? J’ai essayé de mon côté de vivre une vie de mortelle lambda, sans pouvoirs, sans liens avec cette colonie mais c’est difficile. Quel est votre secret ? »
Très bonne question tient. C’est trop facile de vérifier si quelqu’un, un fils de moi surtout, était un jour dans le camp grec, pareil pour le camp romain si elle demande à Lily qui demande à Reyna. Mais en même temps, est-ce qu’elle vérifierait ? Elle n’avait pas trop l’air du genre de personne à vérifier les dires des gens autour d’elle donc cela passerait peut-être. Mouais, il y a des chances pour que cela marche. Le camp romain est le mieux, il y a moins de chance pour qu’elle s’y intéresse plus que ça.
La voiture recula, retrouva la route, avant de s’éloigner tranquillement des spectateurs indésirables qui suite à notre départ repartaient déjà à leur routine habituelle. Que c’est débile un humain ! Ca ne s’intéresse qu’à sa petite vie inintéressante !
Bon, sa question suivante au moins est plus facile, là je peux inventer tous les mensonges que je veux, c’est plus amusant. Surtout qu’elle ne pourra jamais mettre en pratique ma « recette miracle » puisqu’elle ne quittera jamais le camp, puisqu’Haley ne le fera jamais. Parfait ! Laissons libre cours à mon imagination alors.
Tient, je me reconcentre sur ses pensées et voilà que je tombe sur la phrase « Comment pouvait-elle voir de l’espoir là où il n’y avait que désolation. », en plus d’être une girouette pas très douée, elle était pessimiste. Elle partait mal dans la vie celle-là. Dans la vie d’un demi-dieu, valait quand même mieux être optimiste, mais pas trop quand même pour que cela ne devienne pas mauvais, si l’on voulait avoir la moindre chance de survie. Car si l’on croit que l’on a une chance de vivre, même infime, on a plus de chance de gagner le combat et de continuer à vivre. Elle avait vraiment tout à apprendre.
Et d’après ses pensées, Lily avait un don pour commander les gens. Quand je disais qu’elle devait être la leader officielle du camp grec ! Et il semblerait que Lily ait suivit mon conseil sur les rondes. Bien ! Mais cette pauvre Morgane était vraiment débile, cette idée était loin d’être conne, et si justement les partisans découvrait qu’au contraire il n’y avait pas de ronde, ils en profiteraient pour faire assaut sur le camp. Cetpte fille-là n’était certainement pas une grande stratège. Il valait mieux en effet qu’elle reste à l’infirmerie se contenter du peu qu’elle savait faire.
C’est alors qu’elle comprit enfin que je n’étais pas fou mais que je trouvais amusant qu’elle récite ses médicaments. En plus d’être maladroite, nullement stratège et pessimiste, voilà qu’en plus elle était lente d’esprit. Ce n’était pas avec de telles recrues que les demi-dieux allaient pouvoir survivre ; je comprenais beaucoup mieux les interrogations mentales de Lily sur sa survie inouïe. J’aurais bien adopté sa suggestion qu’elle soit toujours vivante parce qu’elle était belle, car il ne fait aucun doute que l’autre gamin aurait pu la trouver assez belle pour faire en sorte qu’elle survive, mais comme il faisait mumuse au camp, il fallait bien abandonner cette solution. Alors c’est juste que les monstres la trouve tellement conne qu’ils ne veulent pas l’attaquer de peur d’être contaminé par sa bêtise.
Après avoir compris cela, elle toussota avant de dire :
« Si vous voulez savoir le cours de mes pensées, il suffit de me le demander, être dans mon esprit me déplait assez, est ce que vous aimeriez qu’un autre demi-dieu fasse de même avec vous ? Ravie cependant que de vous instruire sur les médicaments pouvant vous être utile vous plaise. Sait-on jamais, un jour vous pourriez en avoir besoin vous aussi. »
Elle pensa alors qu’elle « abandonnait la lutte »… Quelle lutte ? M’enfin, j’abandonnai moi à essayer de la comprendre !
« Mais c’est beaucoup plus amusant de suivre le cours de votre pensée en direct, surtout que vous risqueriez d’oublier de relater quelque détail fort amusant de vos pensées. Cela vous permet en plus d’éviter d’avoir à trop parler, ça doit être long de relater toutes ses pensées à la seconde près. Quant à moi, personne n’a essayé de lire mes pensées, et je suis sûr que la personne ne trouverait pas cela intéressant du tout. Je n’ai jusque-là jamais eu besoin d’avoir connaissance des médicaments, j’arrive à me débrouiller sans, mais comme vous dîtes, on ne sait jamais. Je n’ai pas de recette miracle quant à la survie en dehors du camp. Je vagabonde sans cesse, ne restant jamais plus d’une semaine au même endroit pour le pas attirer les monstres et même là, il faut se battre à peu près tout le temps. Cela m’étonnerait que ce soit le genre de vie qui vous plaise si déjà vous n’aimez pas vous battre. Vous vous rendez au camp grec c’est ça ? »
J’avais finalement pu esquiver sa question du camp, tant mieux, mais si elle s’acharnait, je ne pourrais plus contourner la question et je devrais alors sortir une belle invention.
Pendant ce temps, la voiture vagabondait dans les rues de New York, faisant un peu le tour de la ville si l’on peut dire, car en si peu de temps il était impossible de faire le tour d’une cité aussi imposante. J’étais d’ailleurs à peu près certain que cette humaine ignorait plus de la moitié du plan de sa ville. Les mortels ne prenaient jamais le temps d’apprendre à connaitre leur habitat, ils se contentaient de ce qu’il leur fallait pour vivre une routine bien redondante et énervante.
© Gasmask    
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Ne crois pas tout ce qu'on raconte, ce qu'on peut lire dans les contes [Morgane]   

Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Ne crois pas tout ce qu'on raconte, ce qu'on peut lire dans les contes [Morgane]
» Tout ce que tu crois savoir, n'est rien de plus que le fruit de ton imagination, une joyeuse illusion.
» [En cours]Reprendre ce qui a été pris [Rang A]
» Freya ― Je crois que tout ce qui ne nous tue pas nous rend simplement plus...bizarre.
» T'écrire est souvent plus facile que te parler ♪ ♦ Lisabeth & Lilieth

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Heroes of Honor :: Les anciens RPs-