Bienvenue jeunes padawans. ♥️ Le forum est officiellement rouvert!
Soyez originaux, mes chéris. Priorisez les opposants et les sang mêlés qui ne descendent pas directement des Trois Grands. Nous nous donnons le droit de les refuser. Merci ♥️ Cliquez.
N'oubliez pas d'aller voter ici aux deux heures pour nous ramener pleins de nouveaux amis/ennemis. ღ

Partagez | 
 

 Et c'est reparti pour un tour :D Roxy

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité
Invité

MessageSujet: Et c'est reparti pour un tour :D Roxy   Ven 10 Juil - 19:11

Roxanne Mélissa Atkins
« A notre tour d’écrire l’histoire »
Hello tout le monde, je me présente je me nomme Roxanne. Je suis originaire de New York et je suis née le 1er Janvier 2004.
J'ai rejoint la coalition il y a de cela 15 ans, j’étais là lors de sa formation pour ces raisons : Disons que ma mère travaillait à la paix, qu’elle est tombée amoureuse d’un Romain, qu’on avait aucune raison d’aller chez les fous. Je suis le descendant de Apollon, sa petite fille du côté maternel.
Mon but dans la vie est de Survivre me paraît la chose la plus logique cependant il y a quelque chose qui me ferait arrêter tout ce que je suis en train de faire c'est Perdre Nathan, s’il faut aller le récupérer au fin fond du monde, j’irais, c’est dire l’importance qu’il a. Beaucoup de mes amis ont remarqué que j'avais des tics et manies qui sont Je secoue la tête quand je ne suis pas vraiment d’accord. J’ai aussi la fâcheuse manie de sauter sur le dos de mon meilleur ami pour qu’il arrête de regarder ailleurs.
Et voilà, vous en savez bien plus sur moi, on peut donc passer à autre chose.

GénéreuseEnvahissante
CoopérativeManque de confiance
AttentiveImprudente
EnergiqueCrédule


Puisque je suis dans le camp des demi-dieux (et des dieux même si ce n'est pas le plus important dans notre situation) voilà ce que je pense de l'organisation qui s'est formé et qui a pour but de nous anéantir: Ayant vécu six ans chez les humains, je pensais qu’ils étaient nos alliés contre les monstres ou à la limite qu’on ne risquait rien d’eux. Le fait qu’ils attaquent notre maison m’a légèrement choquée. Cependant, je ne les mets absolument pas tous dans le même panier, je n’ai pas oublié mon meilleur ami d’enfance et je suis certaine qu’il ne m’attaquerait pas. Cependant, pour les opposants qui ont décidé de nous détruire, et bien on ira mettre le bazar dans leurs convictions et on apprendra à cette ridicule partie de la population que nous avoir comme ennemi n’est pas recommandé. Au départ, j’étais même sceptique sur le fait qu’ils avaient des armes susceptible de nous faire mal, pourtant j’ai vu les dégâts et même si mon esprit d’enfant est légèrement contraignant pour se souvenir de tout, je sais parfaitement que ce ne sont pas des jouets qui possèdent. Avec des parents plutôt pacifiques sur les bords, il est compliqué d’avoir une grande envie de combattre, cependant j’ai un meilleur ami légèrement désireux de vouloir faire ses preuves, de ce fait j’ai appris à me battre histoire de pouvoir le couvrir s’il fonce dans le tas, sans oublier qu’il y a aussi mon frère qui a le même désir de tout détruire, bref c’est toujours les mêmes qui protègent les arrières.

Pouvoir ψ Bouclier de lumière. Il faut croire que dès mon plus jeune âge, mon corps savait que j’aurais besoin de protéger les gens. Ce n’est pas toujours évident parce que les émotions compliquent les choses mais je trouve que je me débrouille de mieux en mieux. Je crois aussi que ça pourrait être utile lors des combats de pouvoir utiliser mon don pendant que je défendrais Nathan, Eliott et Heather, pas forcément dans ses ordres, ça dépendra du boulet qui passe à l’action en premier.
Arme ψ Arc. Après avoir essayé tout un tas de truc des épées aux arbalètes en passant par des poignards et bien d’autres choses, l’arc est l’arme de prédilection. Ce n’est pas trop lourd, maniable et puis les professeurs étaient assez intéressants même si avoir son oncle comme professeur c’est insupportable, il faut être la meilleure et ce n’est pas évident, surtout quand les abdos d’un gars de mon âge –ou presque- me préoccupent bien plus.
Objet magique ψ Une peluche qui sert de lampe torche. Oui je sais, c’est démodé et pas franchement le truc que tout le monde souhaite avoir. Pourtant, c’est le premier cadeau de ma mère, c’est très utile quand on est dans le noir et puis si on le sait pas, qui toucherait à une peluche. Seul mes proches savent que ma peluche est magique, les autres doivent penser que je suis une gamine de me trimballer avec une peluche à mon âge.

Maintenant que vous connaissez bien mon personnage, c'est à mon tour de me présenter. Mon pseudo ou mon prénom est Pauli. Je suis âgée de 21 ans et ça fait 10 ans je crois que je suis sur des forums RPG. J'ai découvert Heroes of Honor de la façon suivante En le créant XD et la raison pour laquelle je me suis inscrit est bonne question, peut-être parce que je n’allais pas rester uniquement le compte fondateur. En lisant le règlement, je suis tombé sur ce code raaaaaahhh mon amouuureux .
J'ai choisi cette célébrité pour représenter mon personnage Magdalena Zalejska et le crédit des gifs et images que j'ai utilisé pour ma fiche de présentation sont tumblr.
Puisque j'aime bien parler je vais rajouter que C’est du boulot d’avoir fait tout ça mais que ça en valait la peine. J’ai rien de plus à dire, j’adore le design très hors saison, ça fait bizarre de faire vieillir les persos mais c’est sympa, il y a pas que les rpgistes qui vieillissent.
Caractère bien plus détaillé du personnage:
Ce qui nous forme c’est notre enfance. La mienne s’est passée plutôt étrangement, ce qui doit expliquer le fait que je déteste être toute seule, pas seule dans ma chambre, ça va ça, tout le monde a besoin d’être seul de temps en temps mais le reste du temps, j’ai un peu peur d’être seule. Ce  qui est complètement stupide je le sais, je ne suis plus une petite fille  et je sais très bien que ma famille ne me laissera jamais tomber. Il s’avère que contrairement aux autres descendants des demi-dieux qu’ils soient Romains ou Grecs, même si ça n’a pas la moindre importance, j’ai gardé contact avec le monde humain. Il n’est pas rare d’avoir passé des vacances chez ma grand-mère et d’avoir par la même occasion retrouvé mon ami Tim, même si très rapidement, le fait que Nathan soit dans ma vie et si impressionnant est quelque peu rendu mon ami d’enfance jaloux et à choisir, et bien Nathan passe en priorité. Nathan c’est le pote de la première et de la dernière heure, même si des fois j’ai envie de l’étouffer parce qu’il agit comme un con. Je suis peut-être un peu jalouse comme fille même si c’est pas envers tout le monde, au départ je voulais l’exclusivité de ma mère puis j’ai appris à lever le pied, faut dire que les frères et sœurs sont très mignons. Il faut malheureusement protéger tout ce petit monde et comme je trouve qu’Eliott s’y prend comme un manche, je lui donne un coup de main. J’ai donc décidé de mettre ma vie au service de ma famille, certains trouveraient ça particulièrement lourd mais moi j’aime bien l’idée qu’il faille veiller sur les siens. J’ai remarqué, il y a de cela quelques années après une nuit agitée que j’étais amoureuse de mon meilleur ami, cependant j’ai tellement peur qu’il soit pas du temps dans le même délire que je n’ose même pas lui en parler, ce n’est pas pour autant que je ne le surveille pas. La première fille qui le touche est morte, bon peut être pas parce que j’aurais des problèmes avec Papa et Maman, aucune idée de qui serait le plus flippant. Ah, je manque aussi de prudence, les ennuis m’aiment bien ou alors je les recherche. J’ai décidé de mener mon enquête sur les opposants, j’ai donc squatté chez Tim pour qu’on essaie d’y aller ensemble et ça a dégénéré, du coup je suis rentrée rapidement chez moi avec l’étiquette boulet sur la peau.
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Et c'est reparti pour un tour :D Roxy   Ven 10 Juil - 19:11

Il était une fois
Salut à tous et toutes. Je suis Roxanne pour ceux qui n’ont pas très bien suivi ma carte d’identité. Il y a de cela une vingtaine d’années, ma mère a eu sa période mauvaise fille avec des garçons. Ce qui n’est pas le pire en fait, à moins qu’elle me mente depuis ma naissance, elle n’a aucune idée de qui est mon père. Elle m’a eu très tôt, beaucoup trop tôt pour accepter de faire une place pour moi dans sa vie. J’ai donc fini chez ma grand-mère et contrairement ce qu’on peut dire sur les grands parents à la maison à présent, enfin surtout Papa, ma grand-mère est géniale. Au départ c’était même parfait, je n’avais pas conscience de la différence entre ma famille et celles des autres. Ma mère passait me voir assez souvent et j’adorais ces moments-là. Je ne saurais dire si elle a regretté sa relation avec mon père, surtout lorsqu’on connait son amour pour son mari actuel, en tout cas je trouve ça plutôt sympa d’être venu au monde et je suis contente qu’elle ne m’ait pas laissé tomber, ce qui semble être de coutume chez les demi-dieux. Enfin plutôt les dieux. Donc ma vie chez les humains a duré six ans, ces six ans n’ont pas été de tout repos. J’avais des problèmes d’hyperactivité, le truc c’est que j’étais aussi dans les mauvais coups, sans vraiment comprendre ce qui m’arrivait. Mon amoureux est aussi un passage important de ma vie, enfin amoureux d’enfance, depuis le temps ce n’est plus du tout le cas. Disons qu’être une demi-déesse est une chose assez flippante et que la plupart des mortels ne comprenaient pas ce qu’ils ne pouvaient voir, comme cadeau de naissance j’ai eu une peluche qui faisait de la lumière, personne ne pouvait le voir, évidemment puisque j’étais entouré de mortels. Tim était le seul à me croire et forcément ça m’a relié à lui pendant de nombreuses, très nombreuses années. On s’était même mis en tête que ma mère était une espionne et à chaque fois qu’il l’a rencontré, il cherchait des traces d’espionnes en elle pendant que je m’occupais de faire des câlins. Parce que oui, j’ai beau avoir eu un peu de mal à accepter de ne pas avoir vécu avec elle toute ma vie, j’étais trop heureuse de la voir pour lui faire la tronche. Tim et moi étions donc persuadés que ma mère était une espionne et qu’elle sauvait des vies.

Par un matin d’hiver, tout a dégénéré pour moi. J’étais en vacances à la montagne avec ma grand-mère et les parents de Théo –qui rejoindra plus tard l’histoire-. Je faisais la tête au départ puisque j’avais ni ma mère ni mon meilleur ami, mais le père de Théo est très doué pour occuper les esprits. Les vacances ont donc été géniales, j’adorais être le centre d’attention, faire de la luge, des batailles de boules de neige et même des bonhommes. C’est en rentrant sur New York que ça a été moins sympa. Je suis tombée malade et pour me protéger mon don s’est déclaré. Cette maladie m’a fait louper un rendez-vous avec ma mère. Normalement, Grand maman cochait des cases sur un calendrier et au bout de 7 maman apparaissait, la case numéro six est restée bloquée des jours et des jours. Maman ne voulait plus me voir, Tim ne pouvait passer, j’avais l’impression d’être un monstre bien que je ne contrôlais absolument rien à ce don tout pourri. J’ai bien essayé de passer le temps en jouant aux petits chevaux mais toute seule ou avec le chat, ce n’est pas des plus passionnants. Le jour où maman est arrivée, j’étais totalement terrifiée, il se comportait tous très bizarrement. La proposition de vivre avec maman est tombée comme un cheveu sur la soupe et ce n’était pas le fait de devenir une espionne –qu’on est con étant petit- qui m’inquiétait plutôt celui de quitter ma vie.

Donc, nous voilà arrivé dans l’endroit le plus flippant au monde. Non sérieusement, ça une colonie de vacance ? Même petite j’étais pas assez stupide pour y croire, les gens se baladaient avec des armes… ils se battaient pour un oui ou pour un non et qu’on ne me fasse pas croire que c’était du chahut. Ma grand-mère aurait été choqué de venir ici et je crois bien que j’aurais vite déguerpis aussi s’il n’y avait pas eu de maman à la clé. Les premiers jours, c’est bien simple je ne m’écartais pas d’un centimètre de ma mère, le bébé koala par excellence, elle faisait un pas, j’en faisais un, pas plus compliqué que ça. Bref, ce n’était clairement pas mon élément et je sentais ma grande motivation décliner au fur et à mesure ainsi qu’une envie de retourner chez Grand-Maman mais avec maman. A force d’être ici, il y a bien fallu voler de ses propres ailes, j’ai rencontré les amies de maman mais la rencontre du camp Grec, ce fut mon oncle, non sérieusement ce gars-là mais niveau autorité zero. Dès qu’il me gardait, c’est bien simple je faisais tout ce que je voulais. Il faut reconnaître que ses non étaient tout sauf crédible et que comme tout enfant digne de ce nom, je testais les limites à ne pas franchir avec tout le monde, celles de William devaient être situés extrêmement loin car d’aussi loin que je me souvienne, il ne m’a jamais puni et même ses je vais le dire à ta mère ne faisait pas le moindre effet sur moi, parce qu’il était bien incapable de répéter quoi que ce soit, sinon j’aurais peut être fini puni après avoir escaladé une orque adulte trop mignonne. A moins que ce soit William qui ce serait fait défoncer par ma mère, aucune idée. A l’heure actuelle, avec un peu de plomb dans la cervelle, je me dis que j’étais complètement inconsciente et que si un jour mon frère ou ma sœur commence à faire mumuse avec l’orque de William –même si d’après lui bla bla bla c’est pas son orque – Je les noie tous, l’orque y comprit. Autant vous dire qu’à force de faire mes découvertes toute seule, sans pour autant toucher une seule arme, pas élevée de cette façon, je me détachais un peu de maman, sans que ce soit très impressionnant, disons que je pouvais passer quelques heures –ok j’exagère au bout de trente minutes je déprimais- sans elle. Sauf que sans prévenir, elle s’éloigna assez brutalement un jour. Je la cherchais partout, je crois que toute la journée le camp a résonné de mes appels implorants. Alors que j’étais une fille capable de parler à tout le monde, sans timidité, j’ai finis le reste de la journée assise toute seule dans le bungalow qu’elle revienne. Quand je dis toute seule, comprenez bien que je n’étais pas le moins du monde livré à moi-même, entre Hailey que je faisais totalement flipper sans raison, Skye qui m’invitait à jouer avec William, j’aurais dû être occupée et ne pas vraiment remarquer son absence, mais ça marche difficilement comme les adultes veulent, c’était ma maman et le simple fait qu’elle ne soit pas dans les environs me paniquaient. Autant dire que lorsqu’elle est rentrée du camp Romain, je lui ai littéralement sauté dessus, pas du tout une image pour le coup. Bon d’après ses dires des années plus tard, c’était pour apprendre à maitriser son don, ce que j’ai un peu de mal à croire. C’est comme si à l’heure actuelle, je prétendais que je reste avec Nathan uniquement pour apprendre à me battre… pas crédible. Surtout quand on sait que celui avec qui maman apprenait à s’entraîner est devenu mon père, ils s’entrainaient au lit… il y a pas d’autres explications.

L’étape suivante dans ma vie, c’est la venue au monde de mister Nathan. Très important, bon pas la naissance en elle-même plutôt l’après quand il était dans son berceau et que je le regardais très attentivement pendant que nos mères parlaient. C’était le premier enfant que je voyais au camp Grec en dehors de moi et je comptais bien l’entraîner partout avec moi, même s’il fallait attendre un peu. Peu de temps après sa naissance, tout dégénéra totalement, les gens étaient stressés et je comprenais à moitié la raison, résultat hop envoyé chez Grand-Maman, ce qui pour moi était plus des vacances qu’une réelle inquiétude. Revoir Tim fut même très plaisant après six mois d’absence et je crois qu’il est le premier humain à tout savoir des camps, sans que je n’ai loupé aucun détail et franchement avec le recul, je me dis que c’était peut-être ma plus grosse bêtise, même si nous sommes du même côté. Déjà à l’époque, Nathan le faisait grincer des dents, il semblerait que les garçons n’aient pas ce petit truc qui les fait s’extasier sur les bébés. C’est à cette époque que le pacte avec Tim a été créé, on se retrouverait toujours et bien que nous soyons petits et que ça n’ait pas de valeur, nous n’avons jamais failli à notre promesse et il n’est pas rare que nous soyons ensemble, encore maintenant, même si mes sentiments pour lui ont grandement changé depuis.

Lorsque je suis retournée au camp, parce que j’étais semble-t-il plus en danger au milieu des monstres que chez les tarés qui se faisaient la guerre. Nous avons déserté notre camp pour nous réfugier chez les Romains, sympa cet endroit, il y avait beaucoup plus d’enfants, des cachettes partout et j’avoue, je passais mon temps à enquiquiner Skye en lui sautant dessus à l’improviste pendant qu’elle parlait, enfin je ne suis pas certaine que ce soit le terme exact, avec son ami – Et beaucoup plus d’affinité -. J’ai fait la rencontre du cousin de Maman à cette période même si ce n’es pas le meilleur souvenir que j’aie d’oncle Théo, disons qu’il était toujours dans l’infirmerie avec Reyna, papa et maman du coup y était aussi et que moi rester au chevet de quelqu’un d’autre que de Nathan, ça m’emballait pas du tout. Le truc le plus flippant au monde fut l’absence de convalescence de Reyna, déjà à l’époque le fait qu’elle dirige sans même être très en forme, ce qui faisait râler Thomas, ça ne me semblait pas une bonne idée. Mais de toute façon, je n’étais là que parce que j’étais la fille de Quinn, donc personne ne se préoccupait vraiment de ce que j’entendais ou non. La grande bataille a finalement eu lieu et pour pas que je sois dans les baskets, on m’a refilé la tache débile mais que j’ai pris très au sérieux dans ma grande naïveté, moi je devais protéger Nathan… et je l’ai fait. Il était évident que personne ne viendrait nous trouver, que nous étions protégés lui et moi par nos mères et tous les autres mais j’ai vraiment cru pendant longtemps que j’avais été sa protectrice. La bataille dura assez longtemps pour ce que j’en ai souvenir mais il y avait toujours Thomas dans les parages et bien qu’à l’époque il ne soit pas la personne la plus loquace au monde, il acceptait de raconter ce qui se passait, enjolivant bien des choses. La bataille s’est terminée avec son lot de mort, dont le père de Nathan.

Avec maman nous avons rejoint la maison de Thomas sans que ça ne m’ait perturbé plus que ça. C’est plutôt le cadeau d’après qui m’a perturbé. Peu de temps après, une mission a été envoyé pour ramener le fils de Thomas et très franchement, l’idée de devoir partager ma maman et mon papa m’a fortement déplu au départ, même si Eliott n’est pas si chiant que ça, sauf quand il essaie de parler de Melody ou là, oui il se prend des trucs dans la tronche. La période qui a suivi la bataille a été assez cool, j’étais tout le temps avec Eliott et nous rigolions bien ensemble même si les combats c’était un peu relou, il voulait jouer qu’à la guerre et il fallait ruser pour jouer à autres choses mais je le maitrise.

Quelques années plus tard, une première explosion a eu lieu, des habitations par dizaine se sont effondrées. Les adultes courraient partout et Eliott voulait déjà combattre, du coup nous sommes parti tous les deux pour combattre les ennemis. J’étais armée d’un arc, un cadeau de Reyna il me semble, à moins que ce soit Théo je ne sais plus trop et Eliott de son glaive habituel. Oui lorqu’on y réfléchit, contre des bombes c’est pas du tout utile mais nous étions jeune, nous pensions que la vie ça revenait, un peu comme dans les jeux vidéos, il suffit de faire start et relancer, comme les jeux chez Tim. Etant donné que ce n’est pas le cas, on s’est fait attraper par Thomas, à croire qu’on était prévisible et on avait beau tenter les « ALLEZ PAPA STEUPLAIT ON VEUT SE BATTRE » ça n’a pas marché du tout, voilà que papa nous sortait qu’on était trop petit pour combattre. Parce que leur nouvelle règle était de ne pas entraîner les enfants trop jeunes. Les réunions ont eu lieu, toujours les mêmes qui discutaient de l’avancée du camp, ma maman, pendant ce temps je gardais ma petite sœur.

La surprise a eu lieu quelques jours après la première explosion, nous étions canardés sans arrêt et même si la défense se construisaient pour défendre le camp, il était évident que nous nous en sortirions pas comme ça. Les dieux sont intervenus pour nous aider après que la décision de partir ait été annoncée par le leader du camp, le camp s’est illuminé et des gens hyper grands et flippant même lorsqu’on prétend n’avoir peur de rien ont décidé de faire vieillir tous les gamins afin qu’il y ait le moins de pertes civiles. J’avoue qu’Eliott et moi on a levé la main pour être vieilli même si le terme gamin ne nous plaisait pas trop. Attention, si j’ai fait cela, ce n’est pas pour aller frapper du monstre au petit dej ou venger les morts, plutôt pour suivre Eliott dans ses folies guerrières. En fait, on n’avait pas compris grand-chose, ce vieillissement c’était plus pour les moins de cinq ans. Si je raconte ça alors que personnellement ça ne m’a pas touché, c’est que ma petite sœur en a fait les frais et Nathan aussi, ainsi qu’Heather même si au départ, j’en avais clairement rien à faire de la fille de Reyna et Théo, j’irais même jusqu’à dire qu’après s’être installé dans la ville de l’argo, il y avait le rituel du jeudi, me demandez pas pourquoi où soit ils venaient mangés chez nous, soit l’inverse et Heather c’est le genre de fille qui se bat et qui embête MON frère. Du coup, Eliott et moi on faisait équipe, jusqu’au jour où notre adorable sœur a tout répété à papa, traitresse, et du coup valait mieux faire profil bas derrière. Pour pas trop me faire détester par mon papounet, même si je sais qu’il me kiff, j’ai fait de gros efforts et il s’avère que la petite Heather, est devenue par la suite une de mes meilleures potes si ce n’est la meilleure. L’autre rendez-vous était et est toujours associé à la pire des tortures, Papa –qui doit être complètement maso- gardait comme tradition d’aller manger chez les grands parents d’Eliott le dimanche midi. Si je dis ses grands parents, ce n’est pas pour rien, tout d’abord parce qu’ils étaient toujours sur le dos d’Eliott et que c’est comme si pour eux, il était fils unique, ce qui n’est absolument pas le cas. Du coup Eliott était réellement considéré comme un prince, si ce n’est un roi, et comme toutes les sœurs le but n’est pas vraiment d’être mis sur la sellette alors si petite je me laissais bien sagement remettre à ma place, en grandissant, c’était complètement impossible. J’ai creusé un énorme fossé en plein mois d’août. Eliott s’éclatait avec tout un tas d’arme et je parais juste –c’est dire à quel point c’est l’éclate de jouer avec- sauf que ça se passait très bien jusqu’au moment où son débile de grand père a fait une réflexion comme quoi il ne devait pas se laisser battre par une Grecque. Pour le coup, ça ne sonnait absolument pas comme un compliment et j’ai peut-être été un peu mesquine en répondant sèchement que sa fille était un peu Romaine et qu’elle était un peu morte comme une merde. Ouai cracher sur les morts, c’est pas du tout sympa, je suis aussi consciente d’avoir tapé dans le moral des troupes, surtout lorsque Thomas a dressé la tête à cette remarque avec ce regard rempli de douleur. Sincèrement, j’ai vraiment cru que j’allais m’en prendre une, du coup j’ai vite filé pour m’asseoir à côté de maman, histoire d’être protégée si ça dégénérait. Et oui ça a dégénéré. Sans véritable surprise, les vieux étaient assez agressifs et Thomas gardait le silence plutôt que de défendre, ce que je lui reprocherais durant de très longues années, jusqu’à ce que je m’aperçoive que parfois il vaut mieux se taire que de se lancer dans des batailles de nerfs.

Revenons à monsieur Nash-Steele. Puisqu’il avait bénéficié du vieillissement, il fallait bien le former et pas aux armes contrairement à ce que semblait penser Eliott, oh je ne dis pas que je l’éloignais du combat, j’étais même avec eux et Heather lorsqu’ils s’entraînaient mais, contrairement à eux trois, je n’étais pas fana de leurs combats, savoir lequel cognait le plus fort m’indifférait totalement. Je mentirais en disant que je n’aie pas été très rapidement du côté de Nathan, ce n’était point par stratégie, Eliott était forcément meilleur puisqu’il se battait depuis plus longtemps, non impossible de dire pourquoi j’étais avec Nathan si ce n’est que j’aimais sa compagnie. Pendant quelques mois Eliott fut le seul maître d’arme que nous connaissions car nous étions soit disant un peu jeune pour combattre. Sincèrement, je doute que Reyna ait été dupe tout ce temps mais elle garda notre secret. Heureusement pour nous car l’avantage que nous donna Eliott fut utile une fois dans l’académie. Les années d’académie ou d’école peu importe, ont marqué mon esprit. Il y avait le stress des humains, nous n’étions pas du tout préparés à cela et la génération de nos parents à tous n’étaient plus vraiment partante pour se battre et laisser leurs enfants seuls s’ils venaient à mourir. Si l’on avait écouté Eliott, nous serions partis à l’âge d’à peine douze pour casser la tronche des humains. Ce que j’ai retenu de ces années, excepté le fait que nous étions une bonne petite bande, c’est que les humains étaient imprévisibles, dangereux et qu’il valait mieux ne pas les sous-estimer. La différence entre tous mes camarades et moi, c’était que l’un de mes meilleurs amis était humain et que j’avais vécu au milieu des humains durant mon enfance, assez longtemps pour m’en souvenir et avoir aimé ça. J’avais l’impression d’être coincé entre deux mondes sans savoir comment gérer.

C’est à peu près à ce moment-là que ma crise d’adolescence  se déclencha. Pour faire simple, je ne voulais plus être une demi-déesse puisque c’était dangereux et je voulais retourner chez ma grand-mère. Pendant quelques jours je restais donc avec ma grand-mère uniquement, snobant légèrement le reste de ma famille, et en même temps alors que tout se déroulait selon mon bon vouloir, il y avait ce manque qu’au départ je n’arrivais pas à expliquer, puis je compris que c’était l’absence de Nathan qui me faisait du mal. Je fis mon premier choix décisif à l’âge de 13 ans, je revins dans le campement vers ma vie de demi-déesse –et vers mon Nathan-. Ma conception de la vie était loin d’être très positive, le stress m’avait contaminé et j’étais souvent collé aux autres, craignant plus que tout d’être mise de côté. Vint les découvertes de la vie, tout le monde en parle beaucoup de sa première fois soit en bien soit en mal, afin d’éviter ce problème, nous avons décidé avec Nathan de régler ce problème en le faisant ensemble, en tant que meilleur ami, comme ça aucun imprévu. Le truc c’est que j’avais pas prévu tous les problèmes derrière, ce soir-là j’ai compris que j’étais amoureuse de Nathan, qu’il n’était pas simplement l’ami qui veille sur moi mais celui que je voulais pour toujours avec moi-même si je préférais garder le secret, ayant trop peur que tout soit différent. Le pire fut le mois qui suivit, j’étais en plein stress à l’idée d’être enceinte, je me rendis complètement malade. Disons que même si le compagnon me plaisait énormément et qu’avoir des enfants de Nathan n’aurait pas été trop désagréable. Je voulais juste pas faire comme ma mère, j’étais complètement traumatisée à l’idée de devoir faire comme elle et avoir ce genre de pensée n’aide pas à être en pleine forme, même avec des parents médecins, ma panique surpassait ma logique. J’avais aussi le problème de Nathan, je pouvais compter sur lui en tant qu’amie mais est ce qu’il m’aurait suivi avec le cadeau en plus. Fort heureusement pour moi, au bout d’un mois je fus certaine de ne pas être enceinte et ma santé revint petit à petit.

Depuis cette période, tout se passe à merveille, heureusement pour moi d’ailleurs. Sans être aussi bonne qu’Eliott au combat, je trouvais que c’était de mieux en mieux. Tant mieux parce que lorsque j’étais avec Tim en dehors de la ville, je n’avais personne d’autres que moi pour me protéger des monstres ou autres problèmes, exemple des humains.
Lorsque je fus un peu plus vieille, je décrétais qu’avec Tim j’avais une chance d’aller voir les installations des humains, nous savions où ils étaient et comme j’avais très peu de sang de dieu en moi, je ne risquais rien, je supposai. Sans prévenir personne au campement, nous étions partis lui et moi en expédition et on faillit bien y laisser la vie. J’avais légèrement sous-estimé les humains et leurs technologies. A peine arrivé sur les lieux, j’avais déjà une puissante migraine et je titubais sans trop de raisons, devant plus me fier à mon ami qu’à mes propres sens et mon propre entraînement. Autant vous dire que lorsqu’ils se sont aperçus de notre présence, je n’étais pas plus utile qu’un gamin de trois ans et que sous les tirs nourris de leurs armes, il valait mieux déguerpir. Etrangement, en temps de guerre les gens ne font plus de différence entre ennemis, alliés et neutres, Tim subissait autant le feu des armes que moi mais comme il était plus vif, lorsque je pris une balle dans le bas du dos, je m’écroulai au sol. J’aurais voulu ne pas abandonner mais entre la migraine et ça, difficile de partir très optimiste. Tim qui aurait mieux fait de me laisser et de partir, d’ailleurs je le suppliai avant de m’évanouir de me laisser tomber et de sauver sa vie. Il ne m’écouta heureusement pas. Lorsque je me réveillai, j’étais à l’intérieur du camp avec des tas de bandages, toute seule, ce qui ne présageait rien de bon pour moi. En même temps, lorsque je vis ma mère entrer, j’aurais adoré posséder le pouvoir de disparaître. Sa première réaction fut de m’étouffer, pas d’autres mots en réserve, avant de trouver le moment parfait pour un sermon. Je ne répliquais pas, qu’aurais-je bien pu dire, j’avais complètement foiré même si je trouvais Tim complètement niais de m’avoir ramené à l’infirmerie, il savait pourtant que mes parents étaient dans l’infirmerie tout le temps. C’est comme si je le déposais devant chez lui en balançant oui on a fait du rodéo et il va pas très bien du coup, ce n’est pas malin. Le seul moment où je réagis à son bla bla fut quand elle me consigna. Non mais sérieusement ? comme une enfant je n’avais pas le droit de partir, j’eus très envie de lui dire poliment d’aller voir ailleurs si j’y étais mais vu le regard que je reçus au moment où j’ouvris la bouche, je sais pas je me dégonflai. Très vite le fait que j’occupais l’infirmerie fit le tour du camp, mais oui allez tous me balancer bande de traitres. Sans trop de surprise j’eus la visite de Nathan, alors que je me décalai pour lui laisser de la place sur mon lit, souhaitant sa compagnie plus que tout, la douche froide fut assez désagréable. Dans mon esprit il était impensable que j’emmène Nathan dans des missions suicides, je savais que son aura de demi-dieu était extrêmement puissante, puis même je ne le mettrais pas en danger, pas lui. C’est horrible de se dire ça, mais je ne suis pas sûre de pouvoir vivre avec une culpabilité de ce genre. Il me faisait la tronche et pas qu’un peu, je crains même qu’il voit en mes actions une trahison envers lui et je ne savais pas comment lui expliquer qu’il était tellement plus qu’un ami à mes yeux, je gardais le silence à la place, le laissant parler. De toute façon, il pouvait dire ce qu’il voulait même si on avait voulu s’éviter, on aurait jamais pu, vive les mères ! –oui même si elle m’a puni pour le coup ça le coinçait et l’obligeait à me fréquenter- Après la visite éclair, à mon grand désespoir, de Nath, j’eus le droit à Thomas qui évita toute critique se contentant de faire remarquer que les chiens ne font pas des chats, ce qui en soit était vexant, étant donné qu’elle m’avait puni alors que c’était visiblement le même genre. Il n’empêche que papa resta des heures et des heures à mon chevet, parlant de sujets divers et variés, me faisant tiquer sur mes sentiments sans que je n’accepte de reconnaître qu’il avait raison. Finalement, il lâcha la bombe sur le fait que je risquais de garder la trace de ma mésaventure, il me semble qu’il ait dit bêtise, mais que je n’en garderais aucune douleur. Je ne saurais dire ce qui était le pire à mes yeux apprendre cela, ou le fait qu’il soit fier de dire la deuxième partie de phrase, je m’en moquais de ne pas avoir mal si je devais être moche continuellement. Alors, je pense que c’est un gros problème dans mon esprit mais depuis, je suis tétanisée à la simple idée que le vent soulève mon t-shirt. De ce fait même pour les sorties piscines avec les amis, je ne suis plus là, j’essaie même plus de proposer à Nathan une autre nuit, même si j’en crève d’envie. Je sais que le risque qu’une autre prenne cette place que je convoite existe mais impossible de passer au-dessus. Pour ce qui est de Tim, on se voit toujours, même si j’ai eu un peu de mal à comprendre qu’il m’avait ramené pour me protéger, difficile de voir les choses ainsi lorsqu’on a été puni un mois de sortie.


heureusement qu'on avait dit cours XD
A rajouter, compétences + compléter l'histoire
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Et c'est reparti pour un tour :D Roxy   Ven 10 Juil - 20:10

Salut toi What a Face

Je vais te lire tout bientôt Cool

VIEEEEEEEEEENS LA




//Repartensifflotant//
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Et c'est reparti pour un tour :D Roxy   Ven 10 Juil - 21:52

AAAHHH Il est là mon slip !voleur
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Et c'est reparti pour un tour :D Roxy   Sam 11 Juil - 20:11

T'es mignonne !
J'te dis pas bienvenue, parce que bah, c'est ton forum et que... c'est tout.
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Et c'est reparti pour un tour :D Roxy   Sam 11 Juil - 21:04

Wink c'est mon bébé XD tu es sur le forum pendant ton travail haaaan c'est mal

merci <3
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Et c'est reparti pour un tour :D Roxy   Sam 11 Juil - 21:06

Je suis machiavélique. **
Courage pour le reste.
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Et c'est reparti pour un tour :D Roxy   

Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Et c'est reparti pour un tour ! | Apprenti => Crèp
» sarattie;; ❝ et c'est reparti pour l'échange de salive ❞
» Aide pour la Tour Céladopole
» [Jeu] Les Pronos Biques - On repart pour un Tour ?
» Et c'est repartis pour un tour ✘ Nudge

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Heroes of Honor :: Corbeille du forum :: Corbeille du forum :: Les anciens documents-