Bienvenue jeunes padawans. ♥️ Le forum est officiellement rouvert!
Soyez originaux, mes chéris. Priorisez les opposants et les sang mêlés qui ne descendent pas directement des Trois Grands. Nous nous donnons le droit de les refuser. Merci ♥️ Cliquez.
N'oubliez pas d'aller voter ici aux deux heures pour nous ramener pleins de nouveaux amis/ennemis. ღ

Partagez | 
 

 Qu'est-ce qu'on n'est pas capable de faire pour un livre ? (nathan)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
avatar
Coalition ψ Combattant
Ω Tablettes : 1633
Voir le profil de l'utilisateur

Qui es-tu?
Ω Objets:
Ω Relations:
Ω Compétences:

MessageSujet: Qu'est-ce qu'on n'est pas capable de faire pour un livre ? (nathan)   Mar 21 Juil - 16:14


Qu'est-ce qu'on n'est pas capable de faire pour un livre ?
« La passion est un moteur dont personne ne mesure la puissance. »

Ces derniers jours, il m’était arrivé de drôle d’aventure et la dernière en date était mon agression par un membre de l’agence. Cette histoire avait été bien vite oubliée par mes supérieurs, ne voulant pas désunir notre agence qui était sur le point de se révéler. Je les comprenais, une telle histoire pouvait causer une pagaille et faire fuir quelques demi-dieux craignant pour leur vie. Je n’étais pas une lâche et encore moins quand une vie était en jeu : ma mère. Ainsi, on m’avait mis sous surveillance, au cas où, un autre type tenterait de s’en prendre à moi. A quoi bon refuser ? Surtout que je ne remarquais pas la présence de mon garde du corps, alors, j’avais l’impression de vivre normalement. Je passais le clair de mon temps dans la bibliothèque ou dans le laboratoire à surveiller du coin de l’œil, la cellule où était enfermée ma mère. Je n’avais pas encore eu la force d’aller la voir, de peur qu’elle s’en prenne à moi ou qu’elle devienne agressive. Je m’étais permise de lire son dossier et j’avais constaté avec désarroi qu’elle avait changé de nom.  Il n’y avait aucune mention d’un enfant à sa charge même si elle était considérée comme veuve. Pourquoi me cachait-elle ? Avait-elle peur pour ma peau ? J’étais loin d’être une idiote et j’avais fini par comprendre qu’elle avait certainement redouté ce jour. Son état psychologique était déplorable, dépression sur dépression avec comme addiction l’alcool fort et les médicaments ce qui ne faisait pas un très bon mélange. Elle avait même fini en prison car elle avait volé de la morphine dans une pharmacie d’hôpital. Elle avait tellement changé, son visage s’était déformé par cette consommation de substance illicite et son regard était si vide que j’avais l’impression que son esprit était ailleurs. Ça me faisait mal de la voir dans cet état sans que je ne puisse rien faire. Qu’aurait fait papa à ma place ? Son amour l’aurait forcément poussé à la délivrer coûte que coûte sans prendre garde aux conséquences ou il aurait fait la même chose que moi : attendre une opportunité. Je me détachais de l’écran et une petite sonnerie me ramena à la réalité. Je sortais mon téléphone de ma poche où je fis en gros : sorti du nouveau tome du Trône de Fer. Un sourire s’étira sur mes lèvres et cette possibilité de me changer les idées m’encouragea à me rendre à ma librairie habituelle dans New York.

Après plus d’une heure et demie de transport, je pris un thé à en emporter tout en me dirigeant vers ma boutique préférée. J’adorais cette librairie où il avait une masse de livre important et même si j’avais mon livre magique, il m’arrivait d’en acheter pour le plaisir. Le Trône de Fer faisait partie des exceptions et mon sourire s’agrandit en le voyant en vitrine. En rentrant dans le magasin, je fis signe au vendeur que je connaissais et il avait déjà mon sac avec ce graal de la littérature. Alors que je payais, un mauvais pressentiment m’envahit et mon cœur s’affolait. Je me retournais vivement et je fus nez à nez avec un cyclope qui imita la voix du vendeur. « Bonne journée Mina. »  Son sourire était des plus carnassiers et je sentis sa main attrapée mon bras. Sans que je ne puisse réagir, il tira violemment dessus et me jeta dans une allée de livre. Ma tête cogna durement une table où était entreposée de nouveau livre et un filet de sang glissa sur mon front. J’étais légèrement sonnée par le choc et ma vue était quelque peu trouble. Je tâtonnai autour de moi et je lui lançais un livre en plein visage. Je l’entendis prendre un meuble et je me décalai à temps pour l’éviter. Il grognait des injures contre moi. « Si tu te débats, je vais être obligée d’abimer ton visage avant de t’emmener de force à mon repaire. Sais-tu que ça fait longtemps que j’attends ça ? » J’essuyais mon front qui était légèrement maculé de sang tout en tentant de me relever. Pourquoi étais-je toujours dans les ennuies ? Etait-il trop demandé d’avoir une journée de pause ? Heureusement que le cyclope n’était pas le plus gros que j’ai vu et qu’il avait l’air sans arme tranchant. Enfin, en terme de force, il me dépassait et si je me prenais un seul meuble, je tomberais littéralement dans les pommes. Je regrettais de ne pas avoir emmené avec moi Neals et je me demandais si mon surveillant m’avait suivi jusqu’à New York. La plupart des clients avait quitté le magasin, à part un jeune homme qui semblait observer le monstre. C’était perturbant et j’avais encore une fois, un mauvais pressentiment. Enfin, jusqu’au moment, où il essaya de l’attaquer et que le cyclope lança. « Ce soir sera un gros festin ! »

avatar
Coalition ψ Combattant
Ω Tablettes : 546
Voir le profil de l'utilisateur

Qui es-tu?
Ω Objets:
Ω Relations:
Ω Compétences:

MessageSujet: Re: Qu'est-ce qu'on n'est pas capable de faire pour un livre ? (nathan)   Mar 21 Juil - 17:43


Mina - Nathan


Le trône de fer... J'adore cette saga. Dur à croire qu'après autant d'années l'auteur arrive à continuer son histoire sans que ça tourne en rond et pourtant il y arrivait avec brio ! Et aujourd'hui sort le dernier tome en date et forte heureusement c'est mon jour de permission, comme le hasard fait bien les choses... Non, bande de médisant, j'ai pas calculé mon coup depuis deux mois et trois jours pour être sûr d'avoir ma perm pile aujourd'hui... Bon ok, vous m'avez démasqué. J'ai donc pris ma voiture et direction Times Square, dans ma librairie préférée où j'avais déjà ma réservation faite depuis longtemps. Elle est tenu par... un mec qui a l’œil pour dénicher de bon bouquins.
Après une demi heure de trajet, puis une autre demi heure pour trouver une place de parking, je  me dirige enfin vers « L’œil du lecteur ». Je rentre et je vois le propriétaire à la caisse avec mon sac déjà prêt, je le paye et je décide comme à mon habitude de traîner un peu dans les rayons pour voir s'il y a  du nouveau...

Je vois une jeune femme entrée, je l'ai déjà croisé ici... je crois. Visiblement elle est tout aussi habitué que moi vu que tout comme moi elle se retrouve avec un sac de commande dès son entré... Mais là, je sens les problèmes arriver à grands pas. Il n'y a que nous deux comme client et pendant qu'elle cherche son portefeuille dans son sac, l'homme à la caisse passe rapidement derrière elle avant de briser son charme de dissimulation. Il l'a attrapé et balancé à vitesse grand V, non sans lui avoir souhaité la bonne journée. Apparemment elle s'appelle Mina. Elle a atterri tête la  tête la première sur le coins d'une table, c'est jamais bon ça... Mais c'est quelle se défend, bon elle lui a lancé un livre, mais au moins il y a de l’effort. Le Cyclope lui lance un meuble... bon ok, ça va trop loin, je dois intervenir.

B*rdel, mais qu'est-ce que tu fous Stuart ? Tu vas pas bouffer Mina quand-même ?

Mon pote le cyclope se retourne vers moi, coupé dans son élan. Je me rapproche avec un air un peu sévère.

Bon, déjà il y a la règle numéro une...

La librairie c'est un endroit sacré, une zone neutre, il faut respecter les livres.

Exactement ! Et puis même, tu vas pas faire de mal à ma copine Mina, ça se fait pas de manger mes amis.

Ah ? Tu la connais ? Je savais pas, je croyais que c'était juste une demi-déesse comme les autres moi.

Et bien oui, je la connais, c'est même elle qui m'a conseillé ta boutique quand j'ai emménagé à New York. Aller, range moi un peu le bazar que t'as foutu ici... Et remets ton charme, tu vas faire flipper tous les demi-dieux du quartier.

Stuart s’exécuta l'air un peu penaud. Je tendis la main à la jeune femme pour l'aider à se relever et je lui dis.

Fais pas attention à ce cyclope, il est pas méchant, c'est juste qu'il a de mauvaises habitudes...

Le propriétaire de la boutique me souffle  un magnifique Je t'emmerde Nathan. alors qu'il repose la table à sa place.

Moi aussi je t'adore mon pote... D'ailleurs tu salueras bien ta copine de ma part.

Je retourne ma tête vers la demoiselle, je sors un mouchoir et je lui demande avec le sourire le plus réconfortant possible. Ça va aller ?
avatar
Coalition ψ Combattant
Ω Tablettes : 1633
Voir le profil de l'utilisateur

Qui es-tu?
Ω Objets:
Ω Relations:
Ω Compétences:

MessageSujet: Re: Qu'est-ce qu'on n'est pas capable de faire pour un livre ? (nathan)   Mer 22 Juil - 17:20


Qu'est-ce qu'on n'est pas capable de faire pour un livre ?
« La passion est un moteur dont personne ne mesure la puissance. »

Alors que je m’attendais à des représailles de la part du cyclope. Le jeune homme en question ne l’attaqua pas, bien au contraire, il lui demanda d’arrêter son manège. Je suivais la scène d’un air interloqué. Comment était-il possible d’avoir un ami cyclope ? Mon regard allait du jeune homme au cyclope, essayant de comprendre le sens de toute cette histoire. Peut-être parce que ce jeune homme était comme lui : un cyclope. Mais ça sonnait mal surtout que je ne comprenais pas l’intérêt de me sauver. Après tout, j’étais un fabuleux festin et aucun monstre ne résistait à l’appel d’un demi-dieu. Même si mon odeur n’était pas prononcée, je me faisais souvent démasquer, comme aujourd’hui. Quelle malchance ! Ce n’était pas ma semaine et je me demandais s’il n’était pas temps de m’enfermer dans une cellule, moi-aussi. Après tout, chaque fois que j’osais sortir du bâtiment de l’agence, je me faisais soit attaqué par un de mes camarades, soit par un monstre. Ma mort était-elle si proche ? Je n’espérais guère car j’avais bien envie de marquer l’histoire à ma manière et pour le moment, on oublierait bien vite la petite Mina. Même ma mère n’aurait alors pas conscience que j’ai œuvré pour sa liberté. Je devais être prudente, éviter d’être seule et surveiller chaque coin de rue. J’en étais capable mais c’était si épuisant et si ennuyant que je me laissais surprendre à mon propre jeu. J’eus envie de rire au mensonge du jeune homme qui me faisait passer pour une amie. Et puis quoi encore, il allait déballer une autre ânerie comme partager des relations particulières avec lui. Enfin, si cela me sauvait la vie, je n’allais pas refuser et je pouvais être tolérante sur son imagination. Si je n’entendais pas son cœur, j’aurais cru à son beau baratin et je comprenais pourquoi le cyclope acceptait sans rechigner. Ce qui n’expliquait toujours pas leur amitié, j’avais soit en face de moi un dieu, soit un demi-dieu. En tout cas, sa tête me disait vaguement quelque chose et avec ce coup d’adrénaline, mon cerveau n’était pas prêt à faire de telle prouesse de mémoire.

Lorsqu’il me tendit sa main, je l’acceptais même si ma tête me tournait un peu. J’allais avoir une sacré bosse et ce sang m’indiquait que ce n’était pas une petite égratignure.  Je souris à ses mots, même si j’avais des difficultés à croire qu’il n’était pas méchant. Sans son intervention, j’aurais fini en casse-croute. Je n’ai pas spécialement confiance en mes capacités martiales. La réplique de son ami eut la possibilité de connaître le nom de mon sauveur : Nathan. Je ne connaissais personne de ce nom même si je savais que son visage ne m’était pas inconnu. Lorsqu’il eut fini sa petite discussion dont je ne prenais pas par, voulant simplement m’éclipser. Il me tendit un mouchoir et son sourire le plus réconfortant. Le pire, c’était que ça marchait et j’avais ce sourire nié. « Oui, j’ai connu pire » Je lui montrais ma main entourée d’un bandage et je poursuivis. « Merci beaucoup, je ne sais pas ce que je serai devenue sans vo…Toi, Nathan. » Je me reprenais à temps car on était censé se connaître et si je le vouvoyais, son plan allait tomber à l’eau. Je rougis sous ma bêtise et je me dandinai sur place, mal à l’aise. Je restais cette fille peu sociable et je l’étais davantage face au sexe opposé. Je réussis néanmoins à lui proposer. « Puis-je t’inviter à boire pour te remercier ? » Je fis un sourire timide tout en allant chercher le livre et le reste de mon sac à main. Je plaquai le livre contre mon cœur, en pensant que j’étais folle de risquer ma vie pour ça. Mais, ce n’était pas n’importe quel livre et je me demandais quelle folie, j’étais capable de faire pour l’acheter.  

avatar
Coalition ψ Combattant
Ω Tablettes : 546
Voir le profil de l'utilisateur

Qui es-tu?
Ω Objets:
Ω Relations:
Ω Compétences:

MessageSujet: Re: Qu'est-ce qu'on n'est pas capable de faire pour un livre ? (nathan)   Mer 22 Juil - 18:37


Mina - Nathan

Ouf, elle suit le mouvement de mon mensonge... C'est toujours risque quand on improvise un bobard à deux : que l'autre ne suive pas.
Avec un sourire un peu niai, mais non moins adorable elle me répond que ça va, elle a connu pire, le tout en me montrant un bandage à sa main... ok, c'est le genre de fille qui attire les problèmes.
Elle gigote un peu, visiblement mal à l'aise, elle est timide mais malgré tout, elle me propose de m’offrir un verre pour me remercier... ça a dû lui demander un effort considérable d'oser me demander ça à en juger par le rouge qui lui monte aux joues.
Attendez, Mina, timide, la librairie... Euréka, j'avais déjà regardé mon miroir magique en pensant à elle, je le fais pour toutes les personnes que je croise régulièrement...que je me souvienne, elle aime les livres, ça bon... les plantes et les gâteaux si je me rappel bien... Elle est timide et rêveuse, cool, une occasion de gagner des points avec «l'ennemie » comme diraient les autres de la Coalition.
Alors qu'elle se retourne pour récupérer ses affaires je lui réponds :

Ok Mina, je veux bien que tu m'offres un thé chaud pour ce coup ci, mais  c'est moi qui payes les pâtisseries.

Elle se retourne avec son sac au bras et son livre contre sa poitrine... Je lui fais un sourire amusé en constatant qu'elle avait acheté le même que moi et je lui montre mon sac du magasin pour lui faire comprendre que j'ai son frère jumeaux dedans.
J'ouvre la porte à la demi-déesse et je salues Stuart :

À la prochaine mon vieux.


Ouais à bientôt vous deux. Et encore désolé Mina, je savais vraiment pas... Pour me faire pardonner, je te ferais une réduction sur le prochain livre que tu m'achèteras.

Je guide ma nouvelle amie un peu plus loin dans la rue avant de lui dire :

C'est bon, il devrait plus pouvoir nous entendre à cette distance.
Je lui tends la main en lui faisant un sourire chaleureux et sincère avant de poursuivre.  Enchanté mademoiselle, je m'appelle Nathan, je vous rassure, je ne suis pas un monstre...et je suis ravi de faire votre connaissance. D'ailleurs vous pouvez me tutoyer... et si on pouvait éviter d'avoir à se battre, je préférerai personnellement.

Je prononce ma dernière phrase sur le ton de l'humour pour essayer de la rassurer un peu.
avatar
Coalition ψ Combattant
Ω Tablettes : 1633
Voir le profil de l'utilisateur

Qui es-tu?
Ω Objets:
Ω Relations:
Ω Compétences:

MessageSujet: Re: Qu'est-ce qu'on n'est pas capable de faire pour un livre ? (nathan)   Mer 22 Juil - 20:25


Qu'est-ce qu'on n'est pas capable de faire pour un livre ?
« La passion est un moteur dont personne ne mesure la puissance. »

Sa réponse me rassura et me permit de me détendre. Depuis quand j’étais une fille anxieuse ? Je ne savais pas et je m’étonnais de mon comportement. En tout cas, il jouait avec mes sentiments en me proposant de me payer mes pâtisseries, comment ne pas résister ? Quelle faible petite gourmande, je faisais. J’oubliais un instant toute cette histoire et même la présence de ce cyclope qui aurait pu être la cause de ma mort. Je me retournais face à lui, en plaquant mon livre contre ma poitrine comme si c’était la chose la plus importante à mes yeux. J’avais besoin de ma dose de livres pour supporter le chaos que représentait ma vie. J’avais beau être relaxe, penser positivement, la vérité ne pouvait pas être cachée derrière la masse de livres. Que me restait-il ? Pas grand-chose, seulement, je n’étais pas prête à baisser les bras et à offrir ce que le destin voulait : mon abandon. Je luttais contre des lignes, des traits noirs racontant mes faits et gestes et étant à l’origine de mon histoire. C’était une lutte bien vaine, sans espoir et qui se terminerait comme toutes les histoires : ma mort. Le seul pouvoir que je disposais, était de refouler encore et encore cette lumière blanche vous transportant à jamais dans un monde sans rêve et sans passion. Alors oui, quitte à flirter avec l’ennemi, quitte à mordre la poussière face aux monstres, quitte à repousser toute sorte d’ennui, je voulais vivre. Je souris à mon tour en constatant qu’on avait acheté le même livre et qu’on n’était pas si différent que ça. Ce garçon me plaisait et j’étais contente de pouvoir passer du temps avec une personne comprenant ma passion des livres, ce qui était bien rare. Je passais la porte au moment où il me l’ouvrit et j’émis un petit rire en entendant l’excuse du cyclope. Aurais-je le courage de revenir dans cette librairie ? Je ne savais pas, surtout si ce Nathan n’était pas dans les parages ou que j’emmène de force Neals.

Nous marchâmes dans le silence le plus complet, jusqu’au moment où mon nouvel ami trouvait qu’on était assez loin pour qu’on ne nous entende pas. Mes oreilles percevaient encore les mouvements du cyclope, mais ce n’était pas comparable et je m’abstins de tout commentaire. Lorsqu’il me tendit la main avec son sourire chaleureux et sincère, je serrai sa main rapidement en rougissant légèrement. Il se présenta et m’avoua qu’il n’était pas un monstre. Il essayait de me mettre à l’aise et ça marchait plutôt bien. Je savais que c’était un jeune homme charmant et que je n’avais rien à craindre, enfin pour le moment. Je me présentais à mon tour. « De même, ravie de te rencontrer, Nathan. Je ne t’apprends rien, je m’appelle Mina et je suis comme tu le sais, une demi-déesse si on puit dire. Mon cas est compliqué. » Je souris légèrement à ma bêtise en poursuivant. « Crois-moi, tu n’aimerais pas te prendre un livre en pleine tronche, je suis une fille violente. » Je plissais les yeux pour faire la fille la plus sérieuse au monde, avant de rire toute seule à la bêtise. Je n’étais pas une fille d’Hermès alors mon humour était loin d’être développé. Peut-être que j’aurais dû lire des blagues avant d’en essayer une, mais ce n’était pas le moment de sortir mon gadget. On poursuivit notre chemin jusqu’à s’arrêter devant un salon de thé proposant mille et une saveur et des pâtisseries plus qu’alléchantes. Je m’avançais à la caisse et je commandais un thé pomme/cannelle. Puis, je demandai un donuts couvert d’un glaçage au chocolat blanc. Mes yeux pétillaient de gourmandise et je devais résister pour ne pas le saisir dès qu’il se trouvait sur le plateau. Comme prévu, je payais le montant des thés et on s’installa au fond de la salle où  je pris place de manière à voir la rue dans mon champ de vision. « Si tu n'es pas un monstre, tu es soit un demi-dieu, soit un dieu mais je pencherai plus pour un demi-dieu ayant des relations étranges avec un cyclope. » N’étant pas idiote, je murmurais ses mots à son égard, en faisant attention que personne remarque mon vocabulaire particulier. Je m’interrogeai sur qui pourrait être son parent divin et je n’en avais pour le moment aucune idée. Ainsi, je le dévisageais et je cherchais un indice, en vain car il n’avait rien d’un idiot.

avatar
Coalition ψ Combattant
Ω Tablettes : 546
Voir le profil de l'utilisateur

Qui es-tu?
Ω Objets:
Ω Relations:
Ω Compétences:

MessageSujet: Re: Qu'est-ce qu'on n'est pas capable de faire pour un livre ? (nathan)   Jeu 23 Juil - 3:14


Mina - Nathan

Juste après que je me sois présenté, Mina se présente à son tout, en me dit que sont cas est compliqué en ce qui concerne le fait d'être une demi-déesse... Qu'est-ce que qu'elle veut dire ? Elle doit probablement être une Legue, enfin je suppose... Il doit pas y en avoir beaucoup au PSI. Puis elle me fait une blague sur le fait qu'elle soit une fille violente... Je rigole à cette blague que je trouve pas mal. Nous marchons le long de Times Square jusqu'à tomber sur un tearoom qui à l'air sympa. La jeune femme a les yeux qui pétillent devant toutes ces pâtisseries, c'est adorable. Elle paye les thés alors que je règle son donuts et mon éclaire au chocolat. On va se poser au fond de la salle et elle s'empresse de prendre le siège qui permet de surveiller la rue... Une fois bien installé, elle commence:

Si tu n'es pas un monstre, tu es soit un demi-dieu, soit un dieu mais je pencherai plus pour un demi-dieu ayant des relations étranges avec un cyclope.

Je fais un petit sourire à cette phrase, la formulation est des plus... original.

Ça n'a rien d'étrange comme relation, on est juste ami. Et vu que tu risques de me le demander, oui, j'ai plusieurs amis dans son genre, pas que des cyclope d'ailleurs... Ma philosophie c'est que si une créature parle, c'est que tu peux tenter de négocier avec.

J'ai pas pu me retenir de rire légèrement... Depuis tout à l'heure je vois Mina me scruter dans les moindres détailles, visiblement pour trouver de quelle divinité je descends. Je souris avant de lui dire sur un ton amusé :

Avoue, t'as séché les cours sur la discrétion au PSI ?
Je me suis rendu compte que j'ai été un peu désobligent, je rajoute donc de suite. Je suis désolé, le prends pas mal, je me doute que quand on est pas entouré toute la journée d'autres demi-dieux, c'est pas facile de repérer les indices...
Tu sais quoi, j'ai envie de jouer, pas toi ?
Je n'attends même pas de réponse vu que ma question est rhétorique. Voilà, je vais te donner des indices sur la divinité dont je suis le fils et si tu trouve, je t'offre une autre pâtisserie... Mais vu qu'il faut que je joue aussi, si je te rapporte une pâtisserie que tu aimes tout particulièrement, tu passes le reste de la journée avec moi...
Bon, je suis le fils d'un dieu grec. Techniquement, mon père a son propre royaume sur lequel il règne, mais ce n'est pas l'un des trois grands. Royaume dans lequel tu vas très souvent, c'est claire et net ! Zeus peut pas blairer mon père.
Je commence à me lever et en baissant les yeux, je remarque sa bague, visiblement en bronze céleste... et je sais qu'elle adore les pantes. Bon je te laisse rêvasser à la réponse que tu vas me donner, je dois aller voir un truc à la caisse. Évite d'être trop hypnotisé par la question, petite-fille de Déméter.

Je me dirige vers la caisse et je regarde mon miroir en pensant à Mina et aux gâteaux... Je vois, du rose, rouge... Des fraises ! Je range mon pendentif et regarde le présentoir... parfait. Je demande à la caissière une par du magnifique fraisier avec les éclats de chocolat blanc sur le dessus. Je prends soin de poser la serviette plus ou moins en cloche pardessus l'assiette et je retourne voir mon amie.


"On croit que les rêves, c’est fait pour se réaliser.
C'est ça, le problème des rêves :
C’est que c’est fait pour être rêvé."
avatar
Coalition ψ Combattant
Ω Tablettes : 1633
Voir le profil de l'utilisateur

Qui es-tu?
Ω Objets:
Ω Relations:
Ω Compétences:

MessageSujet: Re: Qu'est-ce qu'on n'est pas capable de faire pour un livre ? (nathan)   Jeu 23 Juil - 14:07


Qu'est-ce qu'on n'est pas capable de faire pour un livre ?
« La passion est un moteur dont personne ne mesure la puissance. »

Alors que je venais de déterminer mon speech, je me jetais sur mon donuts. Mes yeux se fermèrent quelque instant pour savourer plus longtemps et avec plus d’intensité la merveilleuse pâtisserie. C’était divin ! En reposant le gâteau, je ne pus m’empêcher de sourire de gourmandise tout en léchant mes lèvres inférieures et supérieures pour en récupérer les particules sucrées. Désormais, je reposais sur un petit nuage et ma journée ne pouvait plus être déplorable. Je l’écoutais de mon calme habituel en relevant quelques incohérences. Comment pouvait-il avoir d’autres amis monstres ? Même s’ils savaient s’exprimer, la seule chose qui voulait, était de nous engourdir. Peut-être que je m’y prenais mal, c’était certainement le cas et j’aimerais beaucoup avoir de ses conseils. N’étant pas une grande combattante, la seule chose qui me restait, était la diplomatie dont je ne connaissais pas tous les subterfuges. En tout cas, je n’avais jamais vu un demi-dieu comme lui pouvant discuter avec les monstres et cela de manière naturelle. Devais-je me méfier de lui ? Je n’en savais rien et je me sentais si décontracter que je balayais ses idées. A quoi bon se prendre la tête quand on est dans un salon de thé en train de déguster une boisson la saveur si incomparable et la douceur d’un nuage. Son rire était une jolie musique et je me demandais s’il ne se foutait pas de moi. Même si je l’avais vu à l’œuvre, je restais sceptique et je prenais ses paroles pour du sarcasme. Je ne pus m’empêcher de souligner en marmonnant dans ma barbe. « La diplomatie est toute un art dont il faut manier avec des pincettes car la chance tourne toujours. » Philosophe ? Toujours, c’était ça d’avoir comme grand-mère la déesse de la sagesse et ma remarque ressemblait davantage à un conseil. Pour le moment, il avait eu de la chance mais tous les monstres n’avaient pas cette conscience qui les poussait à écouter. La plupart était enchaînée par la soif du sang et ne pouvant si défaire facilement.

Mes yeux le scrutaient comme si j’avais en face de moi une énigme. Il ne semblait pas dangereux, du moins, d’allure et son visage d’ange pouvait bien cacher les pires monstruosités. J’en avais vu à l’agence, des jeunes hommes à la bouille inoffensive qui une fois sur le terrain révèle leur vraie nature. Il était difficile pour moi de vouloir une guerre vu que la sagesse me poussait à la paix et les plantes à réfléchir au dégât d’une telle bataille. Mais ses paroles furent une brise glaciale et mon sourire disparut sur mes lèvres, reprenant mon sérieux. S’il parlait du PSI de cette manière, c’est que j’avais en face de moi, une personne du camp des sang-mêlés. J’avais été stupide de le prendre pour un demi-dieu vivant en dehors de ces camps, comme il en existait des centaines. Mais j’aurais dû m’en apercevoir plus tôt et peut-être qu’il avait déjà appelé ses amis. Puis, la suite de ses paroles ne ramena pas l’ambiance du début et il me jugeait un peu trop facilement. Je ne pus m’empêcher de lui répondre d’une voix froide. « Que sais-tu d’autre sur l’agence ? » Je ne le lâchais pas du regard et même s’il gardait son attitude amicale, son discours m’avait refroidi. Mon sourcil s’arqua en entendant qu’il voulait jouer avec moi. Ce garçon était désobligeant et je ne comprenais toujours pas comment il avait dire une chose pareille auparavant. Que cherchait-il exactement ? Enfin, il semblait bien enjouée de passer la journée à mes côtés et ma petite voix me sommait d’être prudente.

Néanmoins, je me concentrais sur sa petite devinette, notant les détails : parent masculin grecque, royaume autre que le ciel, la mort et l’océan, n’appartement pas aux olympiens et que j’y vais très souvent. Je ne remarquais pas tout de suite qu’il s’était levé car j’étais visiblement concentrée sur ce jeu. Son père était un dieu mineur et il n’y avait pas beaucoup de dieu ayant osé défier Zeus. Puis, le seul monde à part la terre où je me rendais toujours, était les rêves. Donc, il y avait deux choix : Hypnos ou Morphée. Mais, Hypnos avait défié Zeus et l’avait même contraint au sommeil. Je souris, contente de ma réflexion et repensant à ses dernières parole : petite-fille de Déméter. Bon, ce n’était un secret pour personne et je ne savais pas ce qu’il allait faire avec une telle information. Ainsi, je le vis revenir avec une pâtisserie qui camouflait sous une serviette disposée en cloche. « J’ai peut-être séché mes cours de discrétion mais je n’ai jamais raté un cours de mythologie gréco-romaine. Tu es un fils d’Hypnos même si je suis étonnée que tu sois éveillée car le seul que j’ai rencontré, roupillé sans cesse. Tu dois être un cas particulier, je présume ! Alors, qu’est-ce que tu as choisi de ton côté ? » Je le fixai d’un regard plein de défi et j’en oubliais presque sa remarque sur l’agence…

avatar
Coalition ψ Combattant
Ω Tablettes : 546
Voir le profil de l'utilisateur

Qui es-tu?
Ω Objets:
Ω Relations:
Ω Compétences:

MessageSujet: Re: Qu'est-ce qu'on n'est pas capable de faire pour un livre ? (nathan)   Jeu 23 Juil - 15:27


Mina - Nathan

Mina me sort une phrase très bien pensé sur la diplomatie. C'est presque philosophique. Je ne peux qu’acquiescer et murmurer un petit « Il est vrai ».

Visiblement, elle a très mal pris ma phrase le PSI... et elle me demande ce que je sais sur ce sujet, je lui réponds donc le plus sincèrement du monde :

Pas grand chose a vrai dire... Je sais que votre QG est pas loin de New York, comme pour nous, je sais qu'il y a un certain nombres de demi-dieux qui vous ont rejoint et de ce que j'en sais, vous avez des labos où des scientifiques font des recherches et  des expériences sur des gens comme nous... Après, je connais aussi les rumeurs comme quoi vous avez des pistolets laser et des lunettes à rayons X, mais je suis un peu plus sceptique pour cette partie. Évidemment, j'arbore un sourire que je veux complice et amusé en énonçant cette dernière phrase puis je rajoute pour essayer de la détendre un peu. Tu sais ? C'est ma journée de congé, donc si tu tentes rien contre moi, je vais rien te faire de mal. Tu l'as bien vu, je suis diplomate, pas combattant, et c'est pas mon genre d'appeler la cavalerie pour qu'ils fassent le boulot à ma place. Le pire, c'est que tout ce que je viens de dire est vrai...

Quand je me suis levé après ma devinette, je crois qu'elle s'en ait même pas rendu compte. Dés que je reviens elle me lance :

J’ai peut-être séché mes cours de discrétion mais je n’ai jamais raté un cours de mythologie gréco-romaine. Tu es un fils d’Hypnos même si je suis étonnée que tu sois éveillée car le seul que j’ai rencontré, roupillé sans cesse. Tu dois être un cas particulier, je présume ! Alors, qu’est-ce que tu as choisi de ton côté ?

Je suis amusé et impressionné par sa réponse, c'est officielle, j'aime bien cette fille. Elle me regarde avec un regard plein de défit... Mon petit jeu semble l'amuser, tant mieux.

Je regarde Mina avec un air faussement déçu :

Bravo, tu as trouvé du premier coup... ça veut dire que je ne vais pas pouvoir manger ce délicieux fraisier et sa décoration en chocolat blanc.
J'enlève ma cloche de papier pour lui montrer cette belle part de gâteau et je dépose l'assiette devant elle avec un grand sourire de félicitation. Alors mademoiselle Mina... allez-vous passer le reste de cette belle journée avec celui qui est probablement le seul fils d'Hypnos insomniaque de toute l'histoire des  demi-dieux ?
avatar
Coalition ψ Combattant
Ω Tablettes : 1633
Voir le profil de l'utilisateur

Qui es-tu?
Ω Objets:
Ω Relations:
Ω Compétences:

MessageSujet: Re: Qu'est-ce qu'on n'est pas capable de faire pour un livre ? (nathan)   Ven 24 Juil - 19:22


Qu'est-ce qu'on n'est pas capable de faire pour un livre ?
« La passion est un moteur dont personne ne mesure la puissance. »

Toujours méfiante vis-à-vis de ses paroles sur l’agence, j’arborais un visage sans émotion et je préparais secrètement ma fuite. C’était certainement stupide de ma part d’avoir peur, mais il était hors de question que je finisse emprisonner du côté du camp des sang-mêlés. Je ne savais pas si je pourrais résister à la torture. Je ne voulais pas passer pour une traîtresse alors, je préférais avoir les yeux grands ouverts pour prévoir les éventuels dérangements. Pourtant, il avait l’air différent et si son but était de m’enlever, il cachait bien son jeu. Est-ce qu’un homme pouvait être aussi calculateur ? Certainement, la bêtise humaine n’avait pas de limite. Je sentais mon cœur tambouriner sous la pression comme si d’une minute à l’autre, il allait lâcher. J’essayais de garder au maximum mon sang-froid mais ce n’était pas chose aisée. Je n’étais pas invincible et comme tout le monde, j’avais de nombreuses faiblesses. Peut-être que cette rencontre n’était pas un hasard, qu’il me surveillait depuis quelques temps et qu’il avait trouvé le moyen de m’avoir. Tout était plausible et au vu de comment s’y prenait l’agence, je ne serais pas étonné qu’ils utilisent nos procédés. Après tout, combien de sang-mêlés imprudents avaient fini entre nos mains ? Combien de demi-dieux avaient fini en rat de laboratoire ? Pour avoir une telle technologie, il avait fallu de nombreux cobayes et être sûre qu’elle marche pour tous. Enfin, cette partie de l’agence, je n’en étais pas consciente avant de l’intégrer car il n’y circulait que des rumeurs. Ainsi, lorsqu’il émit les premiers sons de son discours, je m’accrochais à ses lèvres et je détectai toutes les phrases qui me semblaient étranges. Ce que je remarquais, c’était qu’il essayait vainement de se rattraper ce qui n’était pas un mal en soi. En tout cas, les informations qu’il avait sur notre agence, me faisaient froid dans le dos car il en savait un paquet. Que devais-je faire ? Essayer de l’abattre ? C’était trop dangereux, peut-être que je devrais parler de lui à mes supérieurs. Après tout, il savait trop de chose et même s’il s’amusait des rumeurs, je n’en riais pas. Je voyais leur camp comme une menace et je n’avais pas tort d’avoir peur.  Je me forçais cependant à sourire de manière amusée tout en me décontractant au moment où il me fit part que j’étais hors de dangers. Je ne pus résister à soupirer de bien-être et à reprendre un peu de couleur. Je laissais malgré tout un petit commentaire. « Tu sembles bien informer à notre sujet, dois-je comprendre que vous avez envoyé des taupes chez nous ? En tout cas, si tu ne tentes rien, je ne ferai rien non plus. Tu te doutes, je ne fais pas partie des forces de frappe alors je ne vais pas me mettre inutilement en danger. » Est-ce que mon choix était le bon ? Je ne savais pas et je n’aurais pas la réponse avant ce soir. Dans tous les cas, je m’interrogeai sérieusement sur son cas même s’il semblait inoffensif aujourd’hui.

Après avoir donné ma réponse à la devinette, je constatais qu’il était à la fois amusé et impressionné. Sans le dire, j’avais compris que j’avais donné la bonne solution. Cela me permit de reprendre confiance en moi et de me détendre davantage. Mais je ne pouvais enlever cette sensation d’être tiré par les cheveux en sa présence car il était du mauvais côté. Je ne devais pas tisser des liens avec l’ennemi surtout qu’ils pourraient m’empêcher de raisonner de manière impartiale. Bien sûr que ce garçon pourrait faire un formidable ami, mais comment réussir à jouer avec les deux tableaux sans se brûler ? Je n’avais pas la réponse et j’avais peur que mes actions me précipitent tout droit à ma perte. Or, je restais amuser et davantage quand il gagna. Il avait choisi une pâtisserie dont je n’aurais jamais cru : un fraisier avec des flocons de chocolats blancs. Comment avait-il su ? D’habitude, on me proposait des gâteaux au chocolat et c’était rare de n’être pas fan du cacao. Moi-même, j’arborais un regard impressionné et si on avait été seuls, j’aurais sûrement applaudi. « Je crois, mon bel ami, vous avez prouvé que vous étiez à même de passer la journée en ma compagnie ! En tout cas, pour un fils d’Hypnos, tu sembles manier les goûts des filles comme un fils d’Aphrodite. » Je souriais à ma petite comparaison tout en lui lançant un clin d’œil. Sans demander mon dû, je dévorais mon donuts et j’attaquais bien rapidement cette nouvelle part de gâteau. Sans m’en rendre compte, mon nez avait les restes de la crème pâtissière. N’ayant pas conscience, je lui demandais. « Qu’as-tu prévu pour cette journée ? Attention à tes propositions, la flamme qui m’anime, pourrait s’éteindre ! » J’émis un petit rire tout en l’observant avec un sourire amusé et espiègle.  

avatar
Coalition ψ Combattant
Ω Tablettes : 546
Voir le profil de l'utilisateur

Qui es-tu?
Ω Objets:
Ω Relations:
Ω Compétences:

MessageSujet: Re: Qu'est-ce qu'on n'est pas capable de faire pour un livre ? (nathan)   Ven 24 Juil - 20:54


Mina - Nathan

Fantastique, elle pense qu'on a des espions chez eux... Je lui réponds amusé :

Tu ne pourrais pas être plus loin de la vérité sur ce coup. Presque tous les demi-dieux que je connais, préféreraient se faire démembrer plutôt que de passer une journée dans vos locaux... Quitte à lui dire la vérité, autant que j'aille jusqu'au bout des fais. À part pour l'emplacement approximatif de votre QG, qui est connu de tous, le reste c'est de la déduction... déjà, tu es une demi-déesse et tu bosse pour eux, donc il y en a d'autre selon toute vraisemblance, en plus plusieurs membres de la coalition avaient été approchés pour vous rejoindre, du coup on sait tous que vous que vous comptez des gens comme nous dans vos rends.
Et pour le labo avec les scientifiques... Vous avez développé une technologie qui a pour but de stopper nos pouvoirs, vos avez obligatoirement besoin de sujets de testes et faire les testes sur vos propres partisans, dans le jargon des stratèges, c'est ce qu'on appelle : une idée de merde... C'est logique... je dirais même plus, c'est évident... on en a tous conscience là où je vis.  


Juste après cette dernière révélation j'ai eu l'idée de la devinette et je l'ai mise en place.

Quand je lui montre le fraisier, elle me regarde impressionnée et détendue... je suis ravi que mon idée fonctionne, j'ai juste envie de passer une bonne journée personnellement. Pendant une fraction de seconde, j'ai cru qu'elle allait applaudir, mais elle se contente de me dire :

Je crois, mon bel ami, vous avez prouvé que vous étiez à même de passer la journée en ma compagnie ! En tout cas, pour un fils d’Hypnos, tu sembles manier les goûts des filles comme un fils d’Aphrodite.

Elle ajoute avec un sourire espiègle qu'elle voudrait connaître le programme pour la journée.

Je lui réponds amusé :

Et bien, mademoiselle, vous m'en voyez ravi. Ce n'est pas tous les jours que je peux passer une agréable journée avec une demi-déesse gentille, intelligente, amusante et ça serait mentir que de dire le contraire, vraiment ravissante tell que toi. En général les gens aiment les compliments, d'autant plus quand ils sont sincères et ça tombe bien, je pense chaque mots que je lui ai dit.
Je dois avouer que je n’avais pas prévu de passer ma journée avec quelqu'un... il y a plusieurs patinoire qui sont ouvertes dans les parcs et même dans le quartier si je me souviens bien... Il y a plein de musées partout évidemment et à ce qu'il paraît, ils ont installé pleins de plantes d'hiver au jardin botanique... Je reste un gentleman, alors, qu'est-ce que tu préférerais faire Mina ?
avatar
Coalition ψ Combattant
Ω Tablettes : 1633
Voir le profil de l'utilisateur

Qui es-tu?
Ω Objets:
Ω Relations:
Ω Compétences:

MessageSujet: Re: Qu'est-ce qu'on n'est pas capable de faire pour un livre ? (nathan)   Sam 25 Juil - 22:46


Qu'est-ce qu'on n'est pas capable de faire pour un livre ?
« La passion est un moteur dont personne ne mesure la puissance. »

Est-ce que ses mots devaient me rassurer ? Pas vraiment, surtout que leur camp semblait dédaigner le nôtre. J’avais toujours été bien traitée et le seul souci que j’avais connu, datait de cette semaine. Comment pouvaient-ils juger un endroit sans y avoir mis les pieds ? Je ne permettais pas de tel commentaire sur leur ville ou leur garnison.  Si eux, ils n’avaient pas d’espion chez nous, pour notre part, oui. Certains demi-dieux étaient prêts à tout surtout quand la rupture de la brume leur a enlevé un être cher. J’en connaissais qui vouait une haine absolue à l’Olympe et voulait faire payer le prix fort. Je ne faisais pas partie de cette catégorie, bien au contraire, toujours d’avis à être pacifiste et régler le problème de manière plus diplomatique. La violence ne réglait rien et était souvent à l’origine de la haine menant droit à la destruction. En tout cas, Nathan était une personne perspicace et j’aurais deux mots à dire aux recruteurs. Il y avait des idiots partout et si on en avait, eux aussi. Je me rassurais comme je pouvais mais il est clair que ces demi-dieux en savaient long sur notre sujet. C’était dérangeant surtout qu’on avait été discret pour la plupart. Quand il aborda les recherches scientifiques, je contrôlais mes émotions pour ne rien laisser paraître. Personne n’était au courant alors pourquoi l’ennemi le serait ? Je n’avais pas besoin de leur pitié et encore moins de leur aide. Seulement, il avait tort car l’agence faisait des tests sur nous. Bien sûr, nous n’étions pas des rats de laboratoire mais elle faisait souvent des prises de sang ou encore des tests physiques. Je n’y avais jamais vu de problème surtout qu’il n’y avait aucun impact sur ma santé. Lorsqu’il changea de sujet, j’en fus ravie car débattre de nos deux camps pourrait être à l’origine d’un conflit inutile. Nous avions des idées opposées et je n’étais pas assez manipulatrice pour le corrompre.

Ainsi, après lui avoir demandé le programme de la journée, il me répondit d’un air amusé. J’étais de nouveau la Mina du début avant de se faire agresser par un cyclope et le thé avait un effet relaxant pour moi. Ses compliments furent à l’origine d’une rougeur sur mes joues et que je me dandine sur ma chaise. J’étais mal à l’aise surtout qu’il avait l’air sincère dans ses propos. Je ne m’attendais pas à une telle déclaration et c’est pour cette raison que je déconnectais un moment avant qu’il ne poursuive. Sa dernière remarque me fit sourire comme une idiote et il est vrai que j’hésitais entre ses propositions. La seule solution que j’apercevais, était de faire les trois activités en même temps : faire du patinage, visiter un musée et aller au jardin botanique. Peut-être qu’en allant à ce fameux jardin, j’aurais de nouvelles idées de plante pour le grand parc de Halcyon hall. J’eus néanmoins un frison en me rappelant de mon agression et je sentis la douleur se raviver dans ma main. Quelle idiote ! Pourquoi étais-je restée stoïque sans réagir ? Je m’étais laissée submerger par ma peur au lieu de me défendre et d’éviter cette sacré coupure. Je le dévisageais de nouveau en finissant au même moment ma dernière pâtisserie. « Un peu de sport ne serait pas plus mal après tant de gourmandise ! » Je souris à ma phrase tout en poursuivant. « Je te propose qu’on fasse toutes les activités que tu as cité et il me semble que c’est possible ! Bien sûr, on devra surveiller le temps ou même si on n’a pas le temps, on pourrait toujours prévoir ça une autre fois. » Je le fixais profondément avant de susurrer. « Enfin, si tu ne tentes pas de m’enlever. » Je ne pus réprimer mon rire et j’en profitais pour m’essuyer le bas de mon visage. Je finis mon thé avant de remettre mon manteau et de me lever tout en m’écriant. « Alors, tu viens ? » Je me dirigeais vers la sortie du salon de thé et je l’attendis en m’appuyant contre le mur à côté de l’établissement.

avatar
Coalition ψ Combattant
Ω Tablettes : 546
Voir le profil de l'utilisateur

Qui es-tu?
Ω Objets:
Ω Relations:
Ω Compétences:

MessageSujet: Re: Qu'est-ce qu'on n'est pas capable de faire pour un livre ? (nathan)   Dim 26 Juil - 9:03


Mina - Nathan

En finissant ma phrase, je me rends compte que mon interlocutrice à de la crème pâtissière sur le nez, mais avant même que j'ai le temps de lui dire, elle me répond qu'elle veut faire les trois activités et elle me fait une blague sur le fait que je la kidnappe, puis elle prend ses affaires me lance un « alors, tu viens ? » le tout avant de sortir. Je remets ma veste, mon écharpe noire et je me dirige vers la sortie, non sans prendre une serviette en papier au passage. Je sorte et je la vois là, posé contre le mur. Je m'approche lentement de Mina, alors que je suis au plus près, je plonge mon regard dans le sien... et je lui essuie le bout du nez le plus délicatement possible. Je lui fais en suite, d'un sourire amusé tout en lui montrant ce qu'il y a sur la serviette :

Alors, comme ça, ton pouvoir divin, c'est de défier les lois de la physique ?

Je recule d'un pat et je lui dis :

Bon, on commence par la patinoire, ils en ont installé une plus loin dans la rue. J'espère que tu as un bon équilibre, t'as été assez blessé pour un moment entre ta main et ton front. Je repense, amusé à sa blague sur l'enlèvement. Il est vrai que je pourrai être tenté d'enlever la belle princesse de son donjon et de l'emmener sur mon beau cheval blanc, mais je ne vois ni tour, ni donjon... et j'ai oublié mon cheval blanc... Donc t'es condamnée à rentrer chez toi ce soir.

On avance sur Times Square tranquillement, j'aime bien cette ambiance hivernal, même si je ne raffole pas du froid, c'est un effet secondaire des tours de garde nocturne à répétition... Toujours est-il que par ce temps, tout à l'air plus calme, plus tranquille, j'aime beaucoup.
D'un coup, je me mets en alerte, j'ouvre l’œil, je viens de me rendre compte que je ne connais pas la propension de Mina à être reconnue par les monstres, surtout avec ses deux blessures... En temps normal, il ne fait aucun doute que l'odeur d'un dieu aussi ancien qu'Hypnos masquerai l'odeur d'une legue comme elle, mais là avec sa blessure fraîche à la tête, j'ai quelques doutes. J'espère qu'elle ne va pas se rendre compte de cette anxiété, en tout cas, mon visage ne laisse rien transparaître. Ah, voilà, j’aperçois la patinoire...
avatar
Coalition ψ Combattant
Ω Tablettes : 1633
Voir le profil de l'utilisateur

Qui es-tu?
Ω Objets:
Ω Relations:
Ω Compétences:

MessageSujet: Re: Qu'est-ce qu'on n'est pas capable de faire pour un livre ? (nathan)   Dim 26 Juil - 11:18


Qu'est-ce qu'on n'est pas capable de faire pour un livre ?
« La passion est un moteur dont personne ne mesure la puissance. »

Attendant contre le mur, je me mis à réfléchir sur cette rencontre particulière. Que devais-je espérer ? Ce n’était pas prévu dans mes plans de faire ami-ami avec l’ennemi et encore moins de passer une journée avec lui. Pourtant, je ne faisais rien pour arrêter cette mascarade car malgré nos différences, j’avais l’impression qu’on pouvait bien s’entendre. De toute évidence, c’était un type bien et je n’avais aucune raison pour le moment de le repousser. N’avais-je pas le droit à un peu d’amusement ? A oublier un instant mon affiliation ? Si seulement, c’était aussi simple, je n’aurais pas besoin d’y réfléchir sérieusement. Tandis que j’étais dans mes pensées, mes oreilles restaient toujours aux acquêts, enfin je n’utilisais pas mon pouvoir à pleine puissance, laissant simplement un petit cercle autour de moi pour détecter toute intrusion. Ainsi, quand Nathan traversa ce fameux cercle, mes muscles se contractèrent prêt à bondir tout en laissant mon regard regardait la rue. Lorsque je sentis un bout de papier essuyé mon nez, j’eus envie de rire par tant d’angoisse de ma part. Je n’étais pas habituée à tant de proximité surtout que j’entendais tout ce qui pouvait se passer autour et à l’intérieur de lui. Un sourire amusé s’étira de nouveau sur ses lèvres tout me montrant la crème que j’avais auparavant sur le nez. Je rougis légèrement tout en pouffant de rire à sa bêtise. Malheureusement, mon pouvoir ne permettait pas de défier les lois physiques mais je me demandais comment il avait pu avoir cette réflexion. J’en profitais pour commenter son interrogation. « Tu es loin du compte ! » Il en profita pour reculer d’un pas ce qui me permettait de me concentrer davantage, n’étant plus perturbé par cette proximité. Il répondit à ma proposition des activités et il était partant pour un peu de patinage. Lorsqu’il fit mention de mes blessures, je lui tirais la langue tout en prenant un petit air boudeur. Comme si j’étais une fille maladroite, encore heureux que je sache faire du patinage.

Puis, il poursuivit sur la blague que j’avais faite sur mon enlèvement. Encore une fois, je pouffais de rire car je me voyais mal en belle princesse et lui en prince chevauchant sa monture blanche. Ce soir, je rentrerais à l’agence et cette nouvelle me rassurant tout en percevant une pointe de déception. D’une voix amusée, je lui répondis. « Quel piètre prince, tu fais ! Comment peut-on oublier son cheval blanc ? Après, on s’étonne que les princesses attendent longtemps avant d’être délivré par des hommes de votre trempe. » Mes yeux brillaient d’espièglerie tout en marchant à ses côtés pour nous rendre à cette fameuse patinoire. J’étais des plus décontractés, qu’avais-je à craindre ? A chaque coin de ruelle, un monstre pouvait surgir de nulle part et goûter à la saveur d’une leg. Dans mon jargon, j’appelais ça une habitude et je n’étais pas d’humeur à jouer la parano. Après tout, je m’étais déjà faite attaquer aujourd’hui alors je ne pouvais pas avoir plus mauvais karma. Même si l’hiver n’était pas ma saison favorite, j’aimais le silence qui y régnait comme si la nature s’était tue un instant. C’était le temps parfait de se poser dans un jardin et d’y lire un bouquin. Mais pour une fois, je laissais le destin dicté ma journée.

On bifurqua à droite où à la place d’une énorme place, il y avait une grande patinoire. En cette froide matinée, beaucoup de new yorkais se laissait tenter pour glisser sur ce drap gelé. Une petite excitation s’éveillait en moi tandis qu’on approchait de la caisse. Sans rien lui demander, je payais notre escapade sur la glace tout en lui chuchotant. « Pas de réflexion sur le fait d’être un gentleman, on est au XXIème siècle et les femmes ne demandent plus la permission ! » Je souris à ma bêtise et je pris les patins que me tendait la caissière. Je m’installais sur un banc où je troquais mes belles bottines pour de jolis patins blancs. Je mis mes effets personnels dans une petite caisse que je tendis à la demoiselle et je m’approchais de l’entrée de la patinoire. Puis, sans l’attendre, j’entrais dans la scène et je me laissais glisser sur la glace. J’eus une petite frayeur au début que je cachais par un rire amusé. Le savant derrière moi, je m’adressais à lui. « Alors, on se laisse distancer ? »

avatar
Coalition ψ Combattant
Ω Tablettes : 546
Voir le profil de l'utilisateur

Qui es-tu?
Ω Objets:
Ω Relations:
Ω Compétences:

MessageSujet: Re: Qu'est-ce qu'on n'est pas capable de faire pour un livre ? (nathan)   Dim 26 Juil - 12:27


Mina - Nathan

J'aime bien aimé sa réponse sur les princes, elle est plus drôle qu'elle ne semble le penser. J'ajoute :

Il est vrai, je suis impardonnable comme prince... Mais il faudrait déjà que la princesse ait envie d'être sauvée... En plus la voiture c'est beaucoup plus discret pour se déplacer à New York.

Une fois arrivé à destination, Mina prit l'initiative de m’offrir ce moment sur la glace et ponctue son action d'une petite phrase sur les gentlemans des temps modernes. Je me contente de lui sourire et de la remercier tout en récupérant mes patins. Alors que je viens de déposer mes chaussures à l'endroit prévu à cet effet, ma charmante amie est déjà sur la glace et me lance :

Alors, on se laisse distancer ?

Je prends un air hésitant et je m'avance prudemment sur la glace, je fais semblant de ne pas avoir d'équilibre et lorsqu'elle se rapproche un peu de moi, je prends mes appuis et je par comme une flèche, je me freine avec un petit dérapage et je retourne vers elle, tout en tournant autour de Mina je lui lance :

Quoi ? Aurais-je oublié de te dire que j'ai fait partie d'une équipe de hockey quand j'étais plus jeune ?


Avec un sourire bienveillant, je me positionne à côté d'elle pour qu'on puisse parler en patinant :

Alors, princesse, et pas question de protester, c'est décidé, ça sera ton surnom... Vu ton amour pour la lecture, j'ai bien pensé t'appeler Belle, mais ça ferai de moi la Bête... ou pire Gaston. Mais je divague. Parle moi un peu de toi...

J'ai très envie d'apprendre à la connaître, c'est une fille sympa, je dirai même que c'est une fille bien. Pour l'instant, je passe un super moment avec elle, je voudrais qu'on devienne amis... Je sais elle est chez « l'ennemie », mais je suis bien devenu pote avec des monstres, c'est quand-même pas cette stupide histoire d'Opposants à la brume qui va m’empêcher de passer de chouette moments avec une fille géniale qui est ma nièce au cinquième degré... enfin si ma généalogie est correcte, au pire c'est une cousine, mais ça m'étonnerai étant donné la « vieillesse » d'Hypnos comparé aux Olympiens. Je regarde donc Mina, attendant patiemment qu'elle me réponde.


"On croit que les rêves, c’est fait pour se réaliser.
C'est ça, le problème des rêves :
C’est que c’est fait pour être rêvé."
avatar
Coalition ψ Combattant
Ω Tablettes : 1633
Voir le profil de l'utilisateur

Qui es-tu?
Ω Objets:
Ω Relations:
Ω Compétences:

MessageSujet: Re: Qu'est-ce qu'on n'est pas capable de faire pour un livre ? (nathan)   Dim 26 Juil - 16:59


Qu'est-ce qu'on n'est pas capable de faire pour un livre ?
« La passion est un moteur dont personne ne mesure la puissance. »

Je pouffais davantage de rire quand il reconnut être un piètre prince. Ses excuses étaient mauvaises et c’est pour cette raison que je croisais les bras en le toisant du regard. Après, fallait-il savoir de quoi il voulait me sauver ? A ma connaissance, je n’ai jamais refusé un sauvetage surtout d’un homme à dos d’un cheval et se présentant comme un prince. Comme si dans les contes, on voyait des voitures. Puis quoi encore, il allait me sauver avec son jet privé. Restons classique, je n’aimais pas qu’on change ma vision des contes de fée surtout que j’en étais une adoratrice secrètement. J’aurais aimé être à la place d’Aurore dans un sommeil éternel jusqu’au moment où ses lèvres connurent le vrai amour ou encore, cette pauvre Blanche Neige mangeant cette pomme empoisonnée et étant délivré de ce charme par le prince. Même s’ils leur arrivaient des mésaventures, leur histoire finissait toujours bien et avec un certain nombre d’enfant à charge. Si je faisais abstraction de ce dernier morceau de phrase, je pourrais être n’importe quelle princesse. Je m’enfonçais littéralement dans ma bêtise mais que faire contre les rêves d’enfant ? Ainsi, je ne fis aucun commentaire et je laissais mon esprit imaginé cette scène pittoresque avec Nathan en habit d’époque. Vous savez, le collant servant de pantalon et la veste tout droit sortie du carnaval de Venise. C’était grotesque et j’étais certaine qu’il aurait plus de classe en habit grecque avec une jolie toge blanche.

La glace eut le loisir de remettre mes neurones en place et d’éviter ce genre de rêverie. Tandis que je patinai vers Nathan, je le vis prendre un air hésitant tout en ayant du mal à tenir son équilibre. Etrange, surtout que toute à l’heure, il m’avait fait une réflexion sur mon équilibre. Alors que je m’approchais, je le remarquais qu’il prenait ses appuis. Tout d’un coup, il partit comme une flèche avant de freiner de manière à faire un dérapage. Frimeur, j’avais envie de crier surtout quand il prit un air à la limite de la prétention tout en s’adressant à moi. C’était de la triche, monsieur avait fait partie d’une équipe de hockey alors que moi, je patinai très rarement. Pourtant, je ne pus m’empêcher de m’exprimer. « C’est moi ou tu cherches à m’impressionner ? Crois-moi que je me ferai un plaisir de tester tes réflexes sur la glace ! » Un petit sourire joueur se dessinait sur mes lèvres alors qu’il prit place à mes côtés et patinait à la même allure. Princesse ? Il manquerait plus qu’il insinue que je sois une petite fille d’Aphrodite et ça serait la cerise sur le gâteau. Je grimaçais à ce surnom délirant. Mais sa dernière phrase me surprit, qu’est-ce qu’il entendait par parler de moi ? Je n’étais pas le genre de personne à dévoiler ma vie et encore moins sans question indiscrète. J’avais l’impression qu’on me braquait une arme et que j’étais sans défense. « En tout cas, si tu avais été une fille, la princesse Aurore t’aurait allé comme un gant si on oublie que tu es un fils d’Hypnos particulier ! » Je me tus avant de lui donner de mauvaise idée de surnom comme m’appeler Philippe. Je restais un instant pensif, me demandant ce que je pouvais dire sur moi et ce n’était pas aussi simple que faire un résumé d’un livre que j’avais lu. J’eus de nouveau une frayeur en évitant de justesse une femme ayant perdu l’équilibre. Je soupirais tout en lançant. « Comment veux-tu que je me concentre ? » Je le regardais droit dans les yeux tout en sentant le poids de la question. « Je ne sais pas, je suis une intellectuelle passionné de science et plus particulièrement de tout ce qui touche aux plantes. L’agence m’a même proposé de reprendre mes études pour pouvoir intégrer prochainement les recherches, ils ont enfin compris que je n’étais pas faite pour le terrain ! » Je lui souris tout en poursuivant. « Sinon, je suis originaire de Chicago et je suis en quelque sorte orpheline. Après, je ne sais pas quoi te dire d’autre donc à ton tour ! » Je rougis légèrement tout en le lâchant du regard et faisant attention à ne pas perdre l’équilibre.

avatar
Coalition ψ Combattant
Ω Tablettes : 546
Voir le profil de l'utilisateur

Qui es-tu?
Ω Objets:
Ω Relations:
Ω Compétences:

MessageSujet: Re: Qu'est-ce qu'on n'est pas capable de faire pour un livre ? (nathan)   Dim 26 Juil - 18:19


Mina - Nathan

Me voyant faire le fière sur mes patins Mina me demande si j'essaie de l’impressionner, je lui répond sur le ton de l'humour et avec mon sourire de plaisantin :

Tout dépend, si ça marche oui, sinon non.

Elle met un petit moment à réfléchir avant de me répondre. Une femme se casse la figure juste devant elle et machinalement j'attrape Mina à l'épaule pour l'aider à garder l'équilibre. Après avoir souligné qu'il est dur de ce concentrer et de patiner en même temps, elle me raconte un peu son histoire et évidemment me demande de faire de même. Je la regarde d'un regard compatissant suite à sa phrase sur le fait qu'elle soit presque orpheline.

Je suis désolé pour toi. Moi aussi, point de vu famille, c'est pas le top... À ma naissance, il y a eu des complications, ma mère aurait dû mourir, mais mon père l'a sauvé en la plongeant dans un sommeil éternel... du coup, c'est elle la vrai Aurore ! J'ai été élevé par ma tante et mon oncle, mais il sont morts juste avant mes dix ans. Les services sociaux m'ont placé à l’orphelinat, puis l'orphelinat m'a placé dans une famille d’accueil et rapidement la famille d'accueil m'a placé en hôpital psychiatrique. Je m’arrête de parler une seconde et lui ajoute. T'inquiète, je suis pas fou, je l'ai jamais été, c'est juste que les humains n'arrive pas du tout à comprendre mon rythme de sommeil. Et donc, pendant cinq ans, les médecins ont testé tous les somnifères, tranquillisants et autres drogue connu afin de voir comment je réagissais. Le 27 décembre, le soir de mes dix-huit ans, je compte sur toi pour me faire un cadeau le moment venu, je me suis endormi dans mon appartement à Seattle et le premier janvier je me suis réveillé au camp, les poches bourré de billets de car... T'image même pas la fortune que ça m'a coûté pour faire rapatrier ma voiture depuis l'autre bout du pays... Voilà en gros mon histoire.

Alors que nous patinons, j'en profite pour regarder un peu les gens patiner... Bon nombre de New-yorkais n'ont pas l'habitude d'être sur la glace, ça me fais sourire... Je regarde Mina, attendant patiemment qu'elle réagisse.


"On croit que les rêves, c’est fait pour se réaliser.
C'est ça, le problème des rêves :
C’est que c’est fait pour être rêvé."
avatar
Coalition ψ Combattant
Ω Tablettes : 1633
Voir le profil de l'utilisateur

Qui es-tu?
Ω Objets:
Ω Relations:
Ω Compétences:

MessageSujet: Re: Qu'est-ce qu'on n'est pas capable de faire pour un livre ? (nathan)   Lun 27 Juil - 12:00


Qu'est-ce qu'on n'est pas capable de faire pour un livre ?
« La passion est un moteur dont personne ne mesure la puissance. »

J’émis un petit sourire taquin lorsqu’il avoua d’essayer de m’impressionner sans pour autant se donner corps et âme. Si j’avais fait la réflexion, c’était parce que ses compétences en terme de patinage m’avaient étonné surtout qu’il s’était fait un plaisir de jouer la comédie. Quel coquin ! En plus, ça l’amusait car son sourire ne le cachait guère. J’avais avec moi, un petit farceur ce qui allait formidablement bien avec ses traits du visage. D’apparence, il semblait être un chic type sympathique et avec qui on aimerait parler. Son attitude était loin d’être antipathique. Puis, je ne sais pas d’une certain façon, je lui faisais confiance même si je ne devais pas être si naïve avec l’ennemi. Je n’avais jamais été une personne malveillante ou jugeant mal les gens autour de moi, j’essayais toujours de voir le meilleur d’eux même si pour certains, ça relevait du défi. Après, comme toute personne, j’avais eu une adolescence difficile où je tournais au ridicule les règles et les personnes les imposant. J’avais eu besoin de leur faire front pour comprendre leur réelle signification. Je me rappelle que j’avais été dévastée par la disparition de Kai et que j’étais devenue du jour au lendemain incontrôlable, ayant très souvent des crises de colère. J’avais toujours cette impression, dès que j’approchais une personne et que je commençais réellement à l’apprécier, celle-ci disparaissait. Actuellement, la personne qui était le plus proche de moi, était Neals et j’avais peur qu’il lui arrive quelque chose, comme si je lui imposais une malédiction en l’adorant.

Lorsque je contais une partie de mon histoire à Nathan, je fus étonné qu’il soit tant à l’écoute. Avec ce que je venais de lui raconter, il pouvait à tout moment tirer sur la corde sensible. Une part de moi était inquiète qui profite de ma bonne foi mais, je le voyais mal appartenir à cette catégorie de personne. Il semblait sincère et j’espérais que ma première impression avait été la bonne. Je perçus un regard compatissant quand j’avouais être presque une orpheline. C’était intriguant de voir l’ennemi sous un autre angle de vue, de l’observer dans la vie de tous les jours et de l’entendre parler de soi. C’est ce qu’il fit, en me narrant son histoire. J’eus un petit sourire quand il compara sa mère à Aurore ce qui prouvait que son père portait un intérêt à lui et à sa mère. Il n’avait pas eu de chance, lui aussi, comme si être un demi-dieu n’était pas compatible avec le fait d’avoir une famille. C’est pour cette raison que j’avais accepté le contrat de l’agence m’interdisant de procréer. Ce n’était pas une vie d’être une demi-déesse et encore moins d’être sans famille, sans repère et sans personne. J’apporterais à cet enfant le malheur et rien d’autre. Mon sourire disparut lorsqu’il aborda son séjour à l’hôpital psychiatrique à cause de sa famille d’accueil. C’était horrible et ça me rappelait les miens en apprenant ce que j’étais réellement. Son histoire se finissait bien vu qu’il appartenait désormais à une communauté comme lui et qu’il avait pu quitter cet enfer. J’essayais de me rappeler de cette date pour ne pas l’oublier et lui souhaiter en temps voulu. Je me tus une minute entière où je percevais le glissement de mes patins sur la glace et le cri des personnes perdant parfois l’équilibre. Puis, il posa son regard sur moi et je détournais un instant les yeux tout en m’adressant à lui. « Ces épreuves nous ont rendu meilleurs ! » Un léger sourire s’étirait sur mes lèvres en voyant dans mon esprit l’image de mon père me lançant un regard fier. « Après tout, à aujourd’hui, la vie a pris un autre tournant et je ne sais pas pour toi mais, j’ai l’impression qu’elle se stabilise enfin. » Même si je connaissais encore des mésaventures, elle n’avait plus la même saveur qu’avant. Quelque chose avait changé. « En tout cas, j’espère que tu me montreras ton carrosse, prince ! » Il voulait m’appeler princesse, je me ferais un plaisir de lui donner ce fabuleux surnom. Je ne savais pas quoi ajouter, patinant silencieusement, percevant le battement régulier du jeune homme et prenant chaque seconde de l’assurance sur mes patins.

avatar
Coalition ψ Combattant
Ω Tablettes : 546
Voir le profil de l'utilisateur

Qui es-tu?
Ω Objets:
Ω Relations:
Ω Compétences:

MessageSujet: Re: Qu'est-ce qu'on n'est pas capable de faire pour un livre ? (nathan)   Lun 27 Juil - 17:27


Mina - Nathan

Ces épreuves nous ont rendu meilleurs !

Voilà de belles paroles de la parts de Mina... Et elles sont probablement vraies, je ne serais pas celui que je suis si je n'avais pas traversé tout ça. Quand à savoir si ça m'a effectivement rendu meilleur, c'est plus dur à dire, je pense sincèrement que je suis quelqu'un de bien, mais de là à dire que je suis meilleur... je n'ai jamais été quelqu'un de mauvais... enfin je crois.
Alors que je suis en train de réviser toutes mes notions de bien et de mal, la demi-déesse ajoute :

Après tout, aujourd’hui, la vie a pris un autre tournant et je ne sais pas pour toi mais, j’ai l’impression qu’elle se stabilise enfin.

Un petit sourire nostalgique se dessine sur mon visage alors que je repense à ma vie d'avant. Pas à mon époque hôpital psychiatrique bien sûr, mais à cette petite période où je me débrouillait seul... Je repense à mon studio dans lequel j'ai fait faire des travaux des rénovation à mes frais, pour le plus grand bonheur du proprio. Je repense à mon petit business pas très légal, mais qui commençait à bien me rapporter... Je me rappelle de la Fac, de cette jolie fille en cours de Grec ancien et de la fête d'anniversaire que j'aurais dû avoir pour mes dix-huit ans... J'aimais bien cette vie, mais ce n'est pas pour autant que je n'apprécie pas celle que j'ai à présent... elles ne sont pas meilleure l'une ou l'autre, elles sont juste... différentes. Avec un petit sourire amusé je lui dis :

J'aimais bien ma vie à Seattle, mais maintenant, je fais parti d'une famille gigantesque qui ne fait que s’agrandir... Aujourd'hui même, j'ai rencontré ma nièce au cinquième degré.

Après, elle rigole en espérant que je lui montre mon carrosse.

Je compte bien te le montrer princesse ! D'ailleurs, si t'as pas de moyen de transport pour la fin de la journée, je peux même te raccompagner... enfin, à un ou deux kilomètres près, j'ai pas très envie de me faire tirer dessus à grand coup de pistolets lasers anti-demi-dieux.

Ma démarche est purement honnête, je me rends bien compte que je pourrai en profiter si je veux, mais je n'ai pas la moindre mauvaise intention derrière la tête... Quand je suis en congé, je suis en congé !

Bon, ça fait un moment qu'on patine, la location va bientôt prendre fin... D'après ce que je sais, au musée d'art et d'histoire, il y a une expo sur les mythes grec... ça te tentes ? On pourras voir des gravures de famille. Et comme ça, on garde le meilleur pour la fin avec le jardin botanique. Faudra juste que je passe acheter un petit truc si on va voir l'expo grec...


"On croit que les rêves, c’est fait pour se réaliser.
C'est ça, le problème des rêves :
C’est que c’est fait pour être rêvé."
avatar
Coalition ψ Combattant
Ω Tablettes : 1633
Voir le profil de l'utilisateur

Qui es-tu?
Ω Objets:
Ω Relations:
Ω Compétences:

MessageSujet: Re: Qu'est-ce qu'on n'est pas capable de faire pour un livre ? (nathan)   Mer 29 Juil - 17:53


Qu'est-ce qu'on n'est pas capable de faire pour un livre ?
« La passion est un moteur dont personne ne mesure la puissance. »

Aucune parole venait interférer notre balade sur la glace, comme si notre esprit s’était envolé et seul notre corps se mouvait. Je n’étais pas troublée et j’observais mon camarade du coin de l’œil. Je ne pouvais pas le blâmer à avoir la tête ailleurs étant donné que cela m’arrivait à certain moment. Pourtant, ma concentration était fixée à ce moment et il m’était difficile de penser à autre chose. Peut-être parce que je ne voulais pas, car je craignais au fond de moi la folie de mon action de partager une journée avec l’ennemi. Je préférais vivre cet instant, plutôt que d’empoisonner cette douce journée par mes pensées paranoïaques. Qu’avais-je ? Je n’étais pas ce genre de personne à regarder sans cesse derrière mon épaule et pourtant, je sentais ce poids m’arracher à mes convictions. Je n’avais jamais été trahie auparavant et j’espérais que ça perdure encore quelques années. Je n’étais pas naïve, un jour ou l’autre, je connaîtrais la déception et mon père m’avait mise en garde. Je devais me méfier du monde qui m’entourait et préparer l’inattendu. C’était impossible à prévoir, mais la seule pensée que ça puisse arriver, pouvait tourner à mon avantage. C’était stupide d’avoir une telle pensée maintenant, je n’avais rien à craindre de Nathan vu qu’il me l’avait garanti et je croyais en lui. Il semblait avoir de l’esprit et surtout une gentillesse qui ne le disposait pas à entrevoir de telle action. Il respirait le bien.

Son visage afficha un sourire amusé tandis qu’il s’adressait à moi. Seattle, c’était à l’opposé de New York et j’imagine que le changement n’avait pas dû être facile. Je souris lorsqu’il me désigna comme étant sa cousine au cinquième degré. Pourquoi pas ? Je n’avais pas tête à me rafraichir l’arbre généalogique des dieux mais je n’étais pas ignorante concernant la position de son père. Alors que je lui demandais avec humour de voir son carrosse, il proposa même de me raccompagner. Quel gentleman ! « Arrête, je vais finir par croire que la prochaine étape serait le baisemain ! » J’eus un petit gloussement amusé tout en poursuivant en chuchotant. « Imagine qu’on nous écoute, ils sont peut-être là à nous quêter et se préparent à arracher le prince de la princesse. Ne devrions-nous pas être davantage prudents ? En tout cas, je ne puis accepter tant de gentillesse de ta part et je n’ai pas envie de te mettre inutilement en dangers ! » J’étais sincère, si on me voyait dans sa voiture près de Millbrook, on allait forcément m’interroger. Je n’avais aucune influence pour faire taire ce genre de ragots et je n’avais pas envie qu’il soit pris pour cible alors qu’il ne me voulait aucun mal. Il valait mieux qu’il ignore son existence d’où refuser d’être raccompagné. Il poursuivit en me proposant cette fois-ci d’aller au musée où se tenait une exposition des mythes grecs et on finirait en beauté par le jardin botanique. Un sourire s’agrandit et j’emprisonnai son bras autour du mien tout en me dirigeant vers la sortie. « Je suis toujours tentée surtout par de telles propositions ! » Ainsi, je remis mes fameuses bottines et je l’attendais en croisant les bras et en lui demandant. « Alors, par où on va et qu’est-ce tu veux acheter ? » Je lui lançais un regard suspicieux et j’étais prête à le suivre, même dans la gueule du loup.

avatar
Coalition ψ Combattant
Ω Tablettes : 546
Voir le profil de l'utilisateur

Qui es-tu?
Ω Objets:
Ω Relations:
Ω Compétences:

MessageSujet: Re: Qu'est-ce qu'on n'est pas capable de faire pour un livre ? (nathan)   Jeu 30 Juil - 13:44


Mina - Nathan

Après que j'ai proposé de la raccompagnée, Mina plaisante de tant de galanterie en disant que si je continue comme ça, après, ça sera le baise main. Puis, elle parle de ce que je tente d'oublier... nous ne sommes pas du même camp et de ce fait, je suis devenu une cible toute désigné pour le PSI en passant ma journée avec cette demi-déesse. Évidemment, elle refuse mon un invitation de la raccompagner et je ne peux réprimer un « Merci » à peine audible à ma propre oreille.
Mina emprisonne mon bras dans le sien et nous quittons la patinoire littéralement bras dessus, bras dessous. Alors qu'elle avait déjà remis ses bottines elle m'attendait debout, les bras croisés et elle me demande par où nous devons aller pour le musée et qu'est ce que je dois acheter. Je lui pointe donc la direction :

Le musée est juste à la sortie de Times Square. Et en ce qui concerne mon achat, c'est un secret... pour le moment.

Nous commençons à marcher et rapidement, on arrive près d'une sorte de papeterie. Je me tourne vers ma nouvelle amie et lui dis :

Bon, normalement, ils ont ce qu'il me faut ici. Tu veux bien m'attendre là ? Je reviens dans deux petites minutes.

Une fois sa réponse donné, je rentre dans la boutique et fort heureusement, je trouve de suite ce qu'il me faut : des post-it et un stylo. Je passe à la caisse et je ressorts en me targuant d'avoir fait encore plus court que prévu.
Histoire de ne pas marcher en silence, je me permets de lui demander :

Alors princesse, tout à l'heure j'ai deviné juste pour Déméter, mais je me demande, c'est qui ton autre grand-parent divin ? Vu ton amour pour les sciences, je pencherai pour Héphaïstos ou Athéna...

Je l'écoute attentivement comme à mon habitude et le temps de quelques phrases, nous arrivons au musée. Je lui ouvre la porte et une fois qu'elle est passé, je m'empresse de me diriger à la caisse pour acheter deux entrés, puis je me tourne vers Mina en lui tendant son entré avec un grand sourire :

Pas de réflexion sur le fait d’être une gentlewoman, on est au XXIème siècle et les hommes ont le droit d'être gentil sans demander la permission !


"On croit que les rêves, c’est fait pour se réaliser.
C'est ça, le problème des rêves :
C’est que c’est fait pour être rêvé."
avatar
Coalition ψ Combattant
Ω Tablettes : 1633
Voir le profil de l'utilisateur

Qui es-tu?
Ω Objets:
Ω Relations:
Ω Compétences:

MessageSujet: Re: Qu'est-ce qu'on n'est pas capable de faire pour un livre ? (nathan)   Ven 31 Juil - 1:18


Qu'est-ce qu'on n'est pas capable de faire pour un livre ?
« La passion est un moteur dont personne ne mesure la puissance. »

J’entendis un merci de la part de Nathan après que j’ai décliné son invitation de me raccompagner. Peut-être était-il rassuré de ne pas devoir se rapprocher aussi près de mon camp ? Je pouvais comprendre son inquiétude étant donné que je ne serais franchement pas apaisée à l’idée d’une telle proximité. Je faisais ce refus car je n’avais pas envie que quelque chose de mal lui arrive. J’avais beau à peine le connaître, je n’étais pas du genre à donner des épées de Damoclès à toutes mes rencontres. Puis, il ne méritait pas un tel sort entre les mains de l’agence. J’aurais de la peine s’il se faisait attraper et qu’il finissait en rat de laboratoire. Je devais déjà sauver ma mère, alors le sauver lui, c’était encore plus dangereux. J’essayais de penser à autre chose et d’oublier un instant toutes ses histoires de camp. Je voulais passer un moment comme un autre, me sentir aussi normal qu’une mortelle et me délivrer durant une journée de mes responsabilités. Ainsi, croisant les bras, je soutenais le regard du jeune homme tout en étirant un sourire par tant de mystère. Qu’est-ce qui voulait acheter au juste ? En tout cas, je surveillerais la boutique et s’il s’arrêtait devant une armurerie, je fuirais en courant. Je répondis à son secret par une voix amusée. « Tu veux déjà me cacher des choses ? C’est mauvais les secrets pour une bonne amitié ! » Je lui fis un léger clin d’œil tout en suivant. Je connaissais assez bien New York et j’arrivais rapidement à me repérer dans la ville et davantage à Times Square. Rapidement, nous nous arrêtâmes devant une sorte de papeterie et ma curiosité était à son comble. J’hésitais à utiliser mon pouvoir pour entendre ce qui pourrait bien acheter. Je ne savais pas si je serais faire la différence entre le frottement de différentes feuilles et c’était le moment ou jamais d’essayer. Lorsqu’il se tourna vers moi en m’annonçant de rester ici, je lui lançais un regard coquin lui promettant d’être aussi sage qu’un enfant aux milieux de jouet. Je fermais les yeux pour laisser mon ouïe faire office de vision et je percevais ses pas se diriger rapidement vers un rayon. J’entendis du plastique et un tas de papier car de légers courants d’air faisaient mouvoir ces bouts de feuille. J’avais une vague idée mais je me sentais tranquilliser qu’il ne s’agit pas d’une arme.

Quand il ressortit de la boutique, je fis l’air de rien en lui proposant de nouveau mon bras comme appuie. Ainsi, notre escapade paraissait plus naturelle et si un quelconque agent me suivait, il penserait qu’il s’agit d’un ami de longue date. A peine qu’on ait repris la route, il m’interrogeait sur ma descendance divine. Je souris tout en levant les yeux au ciel. Je lui répondis d’un ton mystérieux. « Effectivement, tu as bien deviné toute à l’heure et c’est pour cette raison que je te donnerai des indices lorsqu’on sera à l’exposition vu que tu pourras voir mes grands-parents. » Je voulais le faire patienter même s’il avait bien raisonné. Mes paroles s’arrêtèrent au pas de la porte du musée et il s’empressa de m’ouvrir la porte et de se diriger vers les caisses. Il avait prévu son coût, le filou ! Lorsqu’il me présenta les billets avec son grand sourire, je m’attendais bien à ce genre de réplique. Ma réponse adéquate fut de lui tirer la langue tout en faisant mon commentaire. « Arrête d’essayer de me rendre célèbre en me citant de la sorte ! » Je lui tirais sur le bras tout en lui chuchotant. « Si monsieur s’est donné la peine de m’offrir cette entrée, j’attends de lui qu’il me fasse la visite. » Un petit sourire malicieux se dessinait sur le coin de mes lèvres tout en entrant dans la fameuse exposition où des statues et des vases de toute sorte décrivaient différent passage de la mythologie. Je me demandais bien qui pouvait être à l’origine d’une telle exposition à part les dieux eux-mêmes.  

avatar
Coalition ψ Combattant
Ω Tablettes : 546
Voir le profil de l'utilisateur

Qui es-tu?
Ω Objets:
Ω Relations:
Ω Compétences:

MessageSujet: Re: Qu'est-ce qu'on n'est pas capable de faire pour un livre ? (nathan)   Sam 1 Aoû - 15:27


Mina - Nathan

Mina me confirme que j'ai bien deviné pour Déméter, mais qu'elle ne me dira rien avant qu'on soit au musée. Ces derniers mots, la jeune femme les prononces sur le pat de la porte du musée, ce qui a le mérite de me faire sourire.
Après ma petite réplique en lui tendant son billet, elle me lance amusé, qu'il ne me sert à rien d'essayer de la rendre célèbre en la citant de la sorte. Puis, la legue m'annonce que puisque j'ai payé l'entrée, il est à présent de mon devoir de lui faire la visite. Ça va devenir une habitude si ça continue ainsi... de sur-crois, son lien de causalité est complètement foireux... Mais bon, si elle insiste, en plus ça me va me faire de l’entraînement pour la visite que j'ai promis à Diana.
Comme à mon habitude, je lui souris et je lui présente mon bras... je commence à m'habituer au bras dessus bras dessous avec elle :

Et bien, puisque la princesse insiste. Commençons ! Nous avançons jusqu'à une première statue que je reconnais de suit. Voici, l'une des rares statue représentant Achille, on le reconnaît facilement à sa lance et cette protection au talon.

Nous continuons un peu la visite au milieux de toutes ces statues et je raconte aussi bien que possible leur histoires respectives. Puis nous arrivons enfin dans ma salle préféré... celle des gravures... Après tout, j'adore les livre, il n'y a rien de surprenant à ce que dans ce genre d'exposition, mon péché mignons soit donc les gravures. Nous nous arrêtons devant la première, particulièrement bien choisi comme entrer en matière... Les Olympiens :

Cool, une gravure de famille ! Donc on a Aphrodite et sa beauté, Hestia et sa chasteté, Apollon et sa musique, Dionysos avec du vin, Héphaïstos le forgeron, Zeus et Héra le couple... modèle du côté d'Héra. Poséidon le dieu poisson... désolé, c'était pour faire une rime. Hermès le dieu des vol... des voyageurs. Arès, Artémis... Ta grand-mère Déméter. Je bloque sur le visage d'Athéna, je me tourne pour regarder Mina, puis je regarde la gravure... et je le fais facile trois quatre fois. Oh...

Je me penche sur le petit panneau explicatif et sur la traduction qui a été faite du texte présent sur la gravure... Je ne peux retenir un « Affligeant » en lisant leur traduction approximative. Je sorts mes post-it et mon stylo de ma poche, je regarde au alentour, personne d'autre que Mina et moi. Je lui souris et lui chuchote :

Voilà ce que je suis allé acheter tout à l'heure.

Je commence à écrire sur mon bout de papier :


Techniquement, le texte présent sur cette gravure dit plutôt, Voici les grand et puissant Olympiens, Maîtres des cieux, des mers et des terres. Les architectes de notre civilisation et peut-être un jour responsable de notre perte... Et en leur centre, le Dieu des dieux, le puissant Zeus !

Une fois ma traduction faites, je colle mon post-it sur le panneau et je vois Mina incrédule en lisant ce que je viens d'écrire.


"On croit que les rêves, c’est fait pour se réaliser.
C'est ça, le problème des rêves :
C’est que c’est fait pour être rêvé."
avatar
Coalition ψ Combattant
Ω Tablettes : 1633
Voir le profil de l'utilisateur

Qui es-tu?
Ω Objets:
Ω Relations:
Ω Compétences:

MessageSujet: Re: Qu'est-ce qu'on n'est pas capable de faire pour un livre ? (nathan)   Sam 1 Aoû - 18:02


Qu'est-ce qu'on n'est pas capable de faire pour un livre ?
« La passion est un moteur dont personne ne mesure la puissance. »

Il me sourit tout en présentant son bras, signe qu’il voulait emprisonner le mien autour du sien. Ce n’était pas désagréable et je ne me sentais pas mal à l’aise en sa présence. Je passais une bonne journée avec lui et une petite partie de moi commençait à l’apprécier. Il était des plus corrects et on avait en commun des loisirs et des passions. Je regrettais seulement qu’il soit du mauvais côté, car il aurait pu devenir quelqu’un d’important à mes yeux. Or, je devais me contenir et ne pas rendre cette relation plus compliquée qu’elle ne l’est déjà. Qu’est-ce que je ferais si je me retrouvais un jour contre lui ? Serais-je capable de lui asséner un coup ou pire de le tuer ? Je ne pensais pas car je n’étais pas du genre à vouloir du mal aux gens en général, à part si j’avais une bonne raison. Appartenir à la coalition, était-il une bonne raison ? Pour mes supérieurs, ça l’était et je ne savais pas pour ma part. Mon but n’était pas d’exterminer les demi-dieux jusqu’au dernier, juste de protéger la population et qu’il n’ait pas besoin de se sentir inférieur à nous. Après tout, les mortels étaient la création des dieux et en quelque sorte leur propre enfant. Pourquoi devait-il être à l’écart ? Subir les caprices des dieux, sans pour autant leur faire face. C’était injuste, comme ça l’était d’être de leur descendance et de devoir porter ce fardeau. On ne m’avait pas donné satisfaction, bien au contraire, ils m’avaient enlevé mes parents et laissé seule face à ce monde inconnu sans pouvoir me raccrocher à un quelconque pilier. Peut-être que si j’avais croisé plus tôt un membre de la coalition, j’aurais certainement rejoint leur camp et je mènerais une vie bien différente. Je n’étais pas fermée d’esprit et c’est pour cette raison que je m’accordais une journée entière en compagnie d’un.

Nous avancions tous les deux, très proche de l’un de l’autre et il regardait une statue représentant le célèbre Achille ayant baigné dans le Styx où il m’indiqua comment on le reconnaissait. J’aimais beaucoup la partie de la mythologie accordée à la guerre de Troie, j’aimais beaucoup comment une simple pomme avait provoqué tant de mort. Je ne fis aucun commentaire, hochant la tête tout en le souriant. On continua la visite, où il me raconta mille et une histoires me rappelant mes souvenirs de lecture. Il s’exprimait bien et connaissait plein d’anecdote au sujet de certains héros. Puis, on déboucha sur une nouvelle salle composée majoritairement de gravure et mon regard ainsi que le sien s’attarda sur la gravure représentant les Olympiens. Je l’écoutais citer chacun des dieux présents sur cette œuvre mais lorsque son regard croisa celui de ma grand-mère Athéna, il ne cessait d’échanger un regard à moi et à elle. Avait-il compris ? Il est vrai que j’avais la blondeur d’Athéna et j’avais hérité des yeux bleus verts de Déméter. Ainsi, j’appuyais son regard tout en chuchotant. « Qu’est-ce qu’il y a ? Tu penses que j’ai été adopté ? » De l’humour comme toujours, je n’arrivais pas à être sérieux en sa présence surtout que sa tête était quelque chose en cet instant. Mais il se reprit assez vite car il se pencha sur le panneau explicatif et je remarquai comme lui, une traduction laissant clairement à désirer. Je n’imaginais pas les autres panneaux si celui-ci comprenait des erreurs que même un débutant en grec ancien serait reconnaître. C’est à cet instant que Nathan sortit des post-it et un stylo où il fit la correction et colla le bout de papier par-dessus la traduction. Je souris à sa façon d’agir tout en lui demandant. « Pourrais-je faire la prochaine traduction ? » Je ne lui laissais pas le temps de me répondre car je le tirais vers une nouvelle gravure qui représentait l’enlèvement de Perséphone par le Dieu des Enfers et des mondes souterrains, Hadès sur son char et coiffé de la kunée. Je lançais un regard au panneau où je fis une grimace. « Tu en penses quoi de leur traducteur ? On devrait se faire payer à force de corriger leurs bêtises. Ne restons pas là, j’ai bien envie de voir à quoi ressemble ton paternel. Je te laisse me guider vers la gravure en question. » Je lui lançais un sourire amical où je me laissais guider vers le dieu du sommeil et des songes.  

avatar
Coalition ψ Combattant
Ω Tablettes : 546
Voir le profil de l'utilisateur

Qui es-tu?
Ω Objets:
Ω Relations:
Ω Compétences:

MessageSujet: Re: Qu'est-ce qu'on n'est pas capable de faire pour un livre ? (nathan)   Sam 1 Aoû - 22:42


Mina - Nathan

Une fois que Mina a vu ce que j'ai fait, elle me regarde amusé et me demande si elle pourra faire la prochaine traduction. Mais elle ne me laisse pas le temps de répondre, elle me tire par le bras et m'entraîne vers la prochaine gravure, Hadès emmenant Perséphone aux enfers... et dire que d'une certaine façon c'est le premier prince charmant... le côté charmant en moins dans cette histoire ci. Ah... le dieu des enfers condamné à la solitude et qui, un beau jour, rencontre Perséphone et sa beauté légendaire... je peux comprendre Hadès dans une certaine mesure.

Mina et moi-même regardons le panneau explicatif... mais où ils les trouvent leur traducteurs ? La jeune demi-déesse me dit alors en plaisantant que nous devrions nous faire payer pour corriger leurs bêtises. Mais avant même que je puisse esquisser un mouvement pour sortir mes post-it, la petite fille de Déméter me dit qu'elle veut voir mon père... Je cherche du regard une gravure où il apparaît... bingo ! Je me dirige donc vers la gravure en question avec la jeune femme à mon bras. Évidement la gravure représente mon père en train d'endormir Zeus.

Mina, je te présente mon père Hypnos. Papa, je te présente Mina.
Pendant une fraction de seconde, j'ai cru voir la gravure bouger pour faire un signe de la main, mais j'ai sûrement dû rêver. Sur cette magnifique représentation, nous pouvons voir Hypos endormir Zeus pour la deuxième fois « officiellement ».

Je tourne la tête et je vois un autre gravure avec mon père, seul cette fois ci. Il semble que cette tablette soit exposé pour la première fois et il est écrit quelque chose qui me trouble :

HYPNOS. Le Gardien de la Nuit. Celui qui reste Éveillé quand le Monde est Endormi

En lisant ces mots, je deviens pâle. J'ai un petit rire nerveux et je murmure :

Je ne suis pas maudit...


En effet, ce que j'ai cru être une malédiction pendant tant d'années, cette différence entre les autres fils d'Hypnos et moi... C'est pour ça que mon père ne s'est jamais inquiété de mes insomnie, c'est pour ça qu'il semble presque heureux voir même fière du fait que je ne dorme quasiment pas... Je suis, de tous ces fils, celui qui lui ressemble le plus. Mais pourquoi il ne m'a jamais rien dit, pourquoi il m'a laissé déprimer tout ce temps ? Je n'en sais rien, mais une chose est sûre, cette nuit, je vais avoir un discussion avec lui !


"On croit que les rêves, c’est fait pour se réaliser.
C'est ça, le problème des rêves :
C’est que c’est fait pour être rêvé."
avatar
Coalition ψ Combattant
Ω Tablettes : 1633
Voir le profil de l'utilisateur

Qui es-tu?
Ω Objets:
Ω Relations:
Ω Compétences:

MessageSujet: Re: Qu'est-ce qu'on n'est pas capable de faire pour un livre ? (nathan)   Dim 2 Aoû - 15:19


Qu'est-ce qu'on n'est pas capable de faire pour un livre ?
« La passion est un moteur dont personne ne mesure la puissance. »

Je suivais son regard qui atterrit bien vite vers l’œuvre en question. On se dirigea ensemble, suivant le rythme de ses pas et arborant un sourire amusé encore une fois. J’observais la scène gravée, me souvenant de l’histoire en question où Hypnos était chargé d’endormir Zeus et pourtant, le dieu du sommeil n’avait pas été puni par cet affront mais récompenser de la main d’Héra. C’était le seul à pouvoir rendre le dieu des dieux le plus inoffensif dormeur. Un pouvoir remarquable qui faisait taire n’importe quelle âme dérangée et personne ne pouvait lutter contre. Moi-même, chaque nuit, j’étais emprisonnée dans ce monde où je ne pouvais y faire la loi et je subissais les caprices du dieu. Nathan me présenta à son père mais quelque chose me troubla. Je ne sus si c’était mon imagination ou non, mais la gravure s’était animée et la main du dieu du sommeil s’était agitée comme pour dire : enchanté. Je clignais plusieurs fois des yeux, utilisant pour une fois mon odorat comme pour essayer de percevoir l’odeur d’une drogue quelconque mais je ne sentis aucun effluve caractéristique. Je soupirais, me demandant quelle bête m’avait piquée et j’en oubliais même les paroles de mon camarade qui s’efforçait à m’expliquer la scène en question. Je n’aimais pas ce genre de magie, surtout de la part d’un dieu, sans comprendre l’intérêt qu’il avait à porter son attention sur notre rencontre. En quoi pouvait-il être ravi que son fils s’amuse au bras de l’ennemi ? Je n’avais rien contre les dieux et je ne voyais pas comment un simple groupe d’humain pouvait lutter contre le pouvoir divin. C’était au-dessus de nos moyens et ça me faisait rire, les mortels se disant capable de vaincre de telle créature. Je n’avais pas cette ambition et je préférais vivre en harmonie avec eux, plutôt que déclencher une guerre contre ces êtres étant à l’origine de toute notre civilisation.

Or, l’attention de Nathan se portait sur une autre gravure où son père apparaissait seul. Je lisais les écriteaux en grec ancien, sans m’attarder plus longtemps sur une traduction foireuse et je levais les yeux au ciel comme tout dire : encore heureux qu’il fasse son boulot. Pourtant, le demi-dieu devint livide et un rire nerveux sortit de sa gorge, tout en murmurant qu’il n’était pas maudit. Pourquoi le serait-il ? Même si le seul autre enfant d’Hypnos que j’avais pu croiser, dormait aussi longtemps qu’un koala, le fait contraire était tout à fait possible. Il existait des demi-dieux maudits mais c’était souvent à cause de leur méfait ou parce qu’ils avaient hérité de pouvoir trop puissant. La nature avait toujours un juste équilibre et un être à moitié mortel ne pouvait défier les dieux par sa puissance. La balance s’ajustait toujours d’une manière ou d’une autre sans prendre en compte l’être qu’elle venait de soustraire à une loi inviolable. Je posais une main sur son épaule tout en lui répondant. « Tu es le digne fils d’Hypnos, un honneur que tous tes frères et sœurs n’ont pas eu. » J’étais sincère dans mes paroles, j’enviais un peu sa position de pouvoir regarder les autres s’endormir et pourquoi pas, contrôler leur songe. Dans une vie, on passait beaucoup de temps à dormir et c’était un pouvoir si immense de rendre ses nombreuses heures paisibles ou tourmentées. Le sommeil était un cycle important dans la vie et le violenté pouvait être l’origine de conséquence grave et d’une psychologie éreintée. « Si je m’endors, quelle rêve m’offriras-tu ? » C’était une question comme une autre et si j’avais un tel pouvoir, je procurerais très peu de cauchemar à part aux personnes méritantes. Sage parole ou pas, j’agissais rarement comme une idiote et je savais mesurer mes paroles pour laisser passer des idées judicieuses.  

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Qu'est-ce qu'on n'est pas capable de faire pour un livre ? (nathan)   

Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Argentine: ouverture d'un nouveau procès pour crimes de guerre lors de la dicta
» SOS POUR NOUNOURS Border Collié (57) Sarrebourg
» Préval finira par partir avec ces scènes de pillage des magasins par des affamés
» Preval poursuivi pour GENOCIDE: $1.5 Milliards de dommages aux Victimes
» BADMOONZ 3000 pts pour tournoi Haguenau 2010

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Heroes of Honor :: Les anciens RPs-