Bienvenue jeunes padawans. ♥️ Le forum est officiellement rouvert!
Soyez originaux, mes chéris. Priorisez les opposants et les sang mêlés qui ne descendent pas directement des Trois Grands. Nous nous donnons le droit de les refuser. Merci ♥️ Cliquez.
N'oubliez pas d'aller voter ici aux deux heures pour nous ramener pleins de nouveaux amis/ennemis. ღ

Partagez | 
 

 The greatest gift of life is friendship (PV Absynthe)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité
Invité

MessageSujet: The greatest gift of life is friendship (PV Absynthe)   Mar 11 Aoû - 13:57







Absinthe & Sohalia

Anton Chekhov wrote  : “Don't tell me the moon is shining; show me the glint of light on broken glass.”  

La vie dans le camp n'est pas toujours des plus drôles. Cela dit ne connaissant rien d'autre je n'ai guère l'occasion de me plaindre ou de me rendre compte de ce que je perds...Ou de ce que je gagne. Je constate, bien sur, que toute cette organisation "militaire" ne me convient pas du tout mais en dehors de ça je ne suis pas malheureuse....Peut être pas vraiment heureuse non plus mais qui peut se targuer de l'être, sans mentir effrontément ?

J'aimerais...J'aimerais beaucoup de choses, être débarrassé de ce pouvoir pour commencer, vivre une vie normale, ne pas être plus éveillée la nuit que le jour, ne pas craindre la lumière du soleil, être plus forte, moins timide, avoir plus d'amis...Je voudrais tant de chose mais la plupart ne sont pas à ma portée. Pour nombre de ces souhaits je ne peux rien faire, cela ne dépend pas de moi qu'importe à quel point j'essaie. Je suis qui je suis mon pouvoir fera toujours partie de moi, bien sur je le contrôle mieux maintenant et j'évite de l'utiliser, mais les gens m'évitent malgré tout, par précaution. Enfin pas tous, encore heureux mais quand même. Je ne pourrais jamais mener une vie normale, mon pouvoir, ma naissance, le monde dans lequel je vis, tout s'y oppose, je dois me faire une raison. Quant à mes heures de sommeil et ma sensibilité au soleil là encore je n'y peux rien, je dois vivre avec. La timidité par contre je pourrais la combattre, je m'y essaie parfois, mais je me rends compte que la présence des autres ne fait qu'accentuer mon sentiment de solitude, d'inadaptation. Alors peut être que même si j'aime l'idée d'avoir des copains je n'aime pas réellement en avoir. Les amis, les vrais amis, c'est différent par contre, j'en ai peu, triés sur le volet, et ils sont toujours là pour moi, et inversement. Mais même ainsi le temps que je passe avec eux m'épuise, je ne pourrais pas vivre avec eux en permanence, j'ai besoin de temps dédié rien qu'à ma petite personne, je suis ainsi faite. Étrange, non ?

Aujourd'hui toutefois je dois rejoindre Absynthe sur le marché, j'ignore ce qu'elle a derrière al tête mais je me doute que ce sera étonnant et inédit, Absynthe est mon exact opposé sur bien des points, elle est bien plus dévergondée que je ne rêve de l'être et n'a peur de rien quand j'ai plutôt tendance à avoir peur de mon ombre.... Mais on doit se compléter d'une certaine façon parce que j'adore passer du temps avec elle.

Le soleil est levé depuis un moment mais sa lueur ne m'agressera pas aujourd'hui, le ciel est bas des nuages lourds menacent au dessus de nos têtes et d'ici ce soir sans doute l'orage éclatera. Malgré cela et un léger vent rafraîchissant il fait assez chaud, moite même, une ambiance de serre tropicale qui n'est pas très agréable. J'opte donc pour une robe légère d'un blanc immaculé et renonce à une perruque trop chaude et inconfortable. Actuellement mes cheveux ivoire sont ornés de mèches bleutés qui les mettent en valeur. Donner l'impression que j'aime ma chevelure en l'ornant de mèches est la meilleure parade que j'ai trouvé. J'ai tenté les teintures à une époque mais rien ne tient plus de quelques jours, ensuite ça vire au vert moche ou au gris acier pas franchement esthétique.

Chaussant des sandales légères à talons et agrémentant ma tenue de quelques bijoux j'attrape un sac à main assorti à la robe et me dirige vers le marché, appréciant de pouvoir marcher et regarder le ciel alors qu'il sera bientôt midi. Arrivée sur le marché je cherche mon amie des yeux espérant l'apercevoir dans la foule, ce qui n'est jamais difficile, elle a du charisme et tend à se démarquer des autres assez facilement...Je l'envie.



Dernière édition par Sohalia Zélie le Lun 17 Aoû - 7:58, édité 1 fois
Invité
Invité

MessageSujet: Re: The greatest gift of life is friendship (PV Absynthe)   Mer 12 Aoû - 14:48

Peu de personnes pensaient que je pourrais m’entendre avec Sohalia, et pourtant ! La jeune femme et moi étions complémentaires. Elle était l’une des seules à savoir me canaliser lorsque j’allais trop loin. Il faut dire qu’avec sa timidité, je n’aimais pas la mettre dans des situations dans lesquelles elle était trop mal à l’aise. Mais je m’étais aussi fait une promesse : je devais de temps en temps essayer de la décoincer un peu. Bon, je devais faire attention parce qu’un peu avec moi était parfois un peu trop pour elle. Mais peu importe, elle saurait me dire si j’allais trop loin.

Je lui avais donné rendez-vous ce matin au marché avec une idée bien précise dans la tête. Mon amie était réellement une belle jeune femme, mais elle ne s’en rendait pas compte. J’avais donc dans l’esprit de faire en sorte qu’elle prenne vraiment conscience de ses pouvoirs de séduction, et aussi qu’elle obtienne, grâce à cela, plus de confiance en elle. Je m’étais levée à 7h00, comme à mon habitude, et j’avais été petit-déjeûner avec Jan. Le beau brun m’avait expliqué qu’il allait pas mal s’entrainer aujourd’hui et comptait me demander de l’accompagner, mais je lui expliquais que je sortais aujourd’hui et que je le rejoindrais peut-être dans l’après-midi.

Je rentrais dans mon bungalow afin de me faire une beauté avant de rejoindre la jolie blonde. Le temps était plus que correct même s’il faisait tout de même un peu frais. J’optais donc pour un jean de couleur noire, slim, agrémenté d’un top rouge et d’une veste en cuir marron. Des petits escarpins rouge vernis finissaient le tout. Un peu de gloss, un coup de brosse et de lisseur et me voilà prête pour retrouver mon amie. Enfin, j’allais y aller un peu en avance afin de préparer ce que je voulais faire.

Me voilà donc au volant de ma newbeatle. Je me garais tout près du marché et rapidement, j’achetais une belle paire d’escarpins à haut talons ainsi que quelques vêtements à la taille de Soha. Je savais que la jolie blondinette avait du mal à mettre des tenues qui mettaient vraiment ses formes en avant.

« Soha ? Je suis là ! Allez viens ma belle ! Il faut que tu te changes ! Très jolie cette petite robe, mais sincèrement, ces chaussures … C’est pas possible ! Tu crois que c’est comme ça que tu vas trouver ta moitié ? »

L’attrapant par le bras, je l’entrainais dans une des caravanes du marché. Le vendeur m’avait autorisé à l’utiliser contre quelques dollars.

« Tiens, commence par ça ! Petite robe turquoise, veste en cuir beige et bottes en daim à hauts talons. »
Invité
Invité

MessageSujet: Re: The greatest gift of life is friendship (PV Absynthe)   Lun 17 Aoû - 8:10







Absinthe & Sohalia

Anton Chekhov wrote  : “Don't tell me the moon is shining; show me the glint of light on broken glass.”  

L'arrivée de mon amie ne passe pas inaperçue, comme souvent, véritable ouragan d'énergie elle m'attrape et m'entraine vers une caravane et me tend des habits pour que je me change. Je la regarde, un peu ahurie et finit par me débattre quelque peu :

    

▬ «Des bottes ? Et une veste en plus ? Ca va pas non ? Je sais que tu es frileuse mais pas moi. »

De fait n'appréciant guère le soleil je suis particulièrement sensible à la chaleur, je n'aime guère l'été et pour moi il dure un peu plus longtemps que pour les autres, et l'idée de m'habiller chaudement durant cette saison relève de l'hérésie, mode ou pas.
En fait mis à part quand les températures descendent en dessous des 10°, et encore, j'ai tendance à vivre bras, jambes et pieds nus autant que possible, au grand étonnement de mon entourage. Enfin, au grand étonnement, au milieu des satyres et autres centaures je ne fais pas non plus la une en terme d'étonnement pour les nouveaux arrivants, mais les anciens, davantage blasés, s'étonnent de me voir toujours si réchauffée, ils me prennent pour la descendante d'Hephaïstos ou d'Aphrodite. C'est ridicule, les descendantes d'Aphrodite sont toutes des femmes sublimes et les descendants d'Hephaïstos ont généralement une force que je ne possède manifestement pas. Ils croient que ma chaleur me vient de l'intérieur alors qu'en fait je me contente de mieux percevoir celle qui est à l'extérieur, accessible à tous.

Je me rends compte que ma protestation n'est pas la plus adaptée et je continue donc, sans vouloir entrer dans cette fichue caravane :

    

▬ « Et qui a dit que je cherchais ma moitié ? »

Je prends malgré tout le temps de regarder les habits que me montre Absynthe.....Je dois reconnaître qu'ils sont jolis, mais vraiment les regarder me donne chaud, c'est idiot, je finirais par attraper une pneumonie un jour à force de me promener aussi peu habillée, mais je suis comme ça. La mode et moi ne sommes pas vraiment en bon terme, majoritairement à cause de ce souci de températures que je ressens différemment des autres, les vêtements d'hiver me semblent être des instruments de torture et en été les vêtements tout courts me semblent être des instruments de torture, mais bon je ne peux décemment pas rester toute nue toute la journée, je fais donc un effort sans sacrifier aux bottes à la mode telle saison ou aux vestes prisées durant telle autre. Disons que si je suis coquette je tiens encore davantage à mon confort qu'à mon apparence. Là avec une robe aux manches 3/4 j'ai atteint mon maximum niveau vêtements, et puis des chaussures fermées je peux m'y faire, comme aujourd'hui, même si ça impose des collants, mais des bottes ça relève de la torture.

    

▬ « C'est joli Absynthe mais c'est trop chaud pour moi tu sais. Et si moitié il y a il devrait bien s'habituer à mes goûts. »


Je souris à mon amie pour faire passer la pilule, j'aime bien Absynthe et son énergie mais parfois elle ne me laisse pas vraiment assez d'espace pour être moi-même. Comme si celle que je suis ne pouvait pas être heureuse. Je le suis...La plupart du temps. Enfin je m'en contente, disons. Mais au fond je n'ai pas envie de changer...Ou j'ai la trouille, allez savoir.



(Léger édit, je n'avais pas vu la saison et la météo Very Happy mais je reste sur un post sensiblement identique malgré tout.)
Invité
Invité

MessageSujet: Re: The greatest gift of life is friendship (PV Absynthe)   Mar 18 Aoû - 12:08


Sohalia me ferait toujours halluciner. J’étais loin d’être frileuse mais c’est certain que comparé à elle, même un nudiste au cap d’Agde semblerait frileux. Moi qui aimais me balader en escarpins de tout temps, je n’en oubliais pourtant pas mes bas lorsqu’il faisait un temps hivernal, comme aujourd’hui. La température devait avoisiner les deux degrés, et sincèrement, il n’était pas bon pour la peau de la laisser tellement vulnérable au froid. Mais Soha ne semblait pas être le genre de fille à s’embarrasser avec les crèmes hydratantes, exfoliantes et toutes ces sortes de crèmes qui permettaient de garder l’élasticité de la peau ainsi qu’une mine radieuse.

Tout cela pour dire que la jeune femme repoussa en bloc ce que je lui proposais. Je croisais les bras, tapotant du talon, cherchant une solution :

« Allez, rentre, je te promets qu’on ne ressortira pas de là avant qu’on ait trouvé une tenue qui te convienne et qui te mette en valeur. On oublie les bottes, promis … Et le veste … Mais rassure-moi, tu mets de la crème sur ton corps pour te balader quasiment nue avec un froid pareil ? »

Ne lui laissant pas le choix, je la fais monter dans la caravane et je referme derrière elle la porte. Je laisse la robe turquoise sortie et je prends des collants couture noirs, damiers 40, et un petit chapeau noir aussi. Une ceinture marron pour bien marquer sa taille et des escarpins à talons, mais pas trop haut … Autant ne pas la traumatiser dès le départ.

« Tout le monde cherche sa moitié … Dis-moi, il y en a au camp que tu trouves mignons et qui t’intéresseraient ? Car je les connais pour la plupart et je pourrais te dire si tu es leur style. Tu es une superbe nana, mais je trouve parfois dommage que tu te caches derrière des habits de petites filles. Pour les entrainements, passe encore, mais là, sur le marché, tu peux rentrer dans l’homme ou la femme de ta vie ! Il faut qu’il se dise : waouh ! C’est elle … Et tu auras tout ton temps pour lui montrer après tes gouts. Allez, essaie ça … J’ai enlevé les bottes et la veste, tu n’as plus d’excuse ! Et le turquoise va aller à merveille avec tes cheveux … Et après, on passera au maquillage … Allez, hop !»

Je frappais des mains comme pour la motiver. Le moins que l’on puisse dire, c’est que lorsque j’avais quelque chose en tête, il était impossible de me faire changer d’avis.
Invité
Invité

MessageSujet: Re: The greatest gift of life is friendship (PV Absynthe)   Ven 21 Aoû - 20:56







Absinthe & Sohalia

Anton Chekhov wrote  : “Don't tell me the moon is shining; show me the glint of light on broken glass.”  

La jeune fille ne semble pas vbouloir abandonner. Je lève les yeux au ciel et soupire exagérément. Bon d'accord, au fond je trouve ça sympa et puis elle est jolie cette robe, même si Absynthe se projette un peu trop sur moi pour réellement pouvoir me comprendre elle n'en reste pas moins une de mes rares amies et son énergie m'épate toujours.

    

▬ « Tu es incroyable ! Qu'est-ce qui.... Ma tenue me semble très bien à moi ! Et bien sur que je prends soin de moi. »

J'allais demander ce qui n'allait pas avec ma tenue mais je me suis reprise à temps, ne jamais poser de questions, surtout si on n'a pas envie d'entendre une réponse sincère.
Malgré mes protestations appuyées je rentre dans la caravane, de toute façon elle ne me laissera pas faire autrement, donc autant céder, ça nous fera gagner du temps. Quand on traîne avec Absynthe il faut savoir choisir ses batailles, parce qu'elle n'en perd pas beaucoup.  J'observe la tenue qu'elle me choisit, collants, admettons, ils semblent assez légers, enfin....Disons qu'ils seront supportables. Escarpins, ceinture, chapeau. Tout un look donc. Je souris et secoue la tête, Absynthe est vraiment incorrigible, si je la laisse faire elle me changera en son clone en moins de temps qu'il n'en faut pour le dire.

    

▬ « Et que ferais-je d'une moitié dis moi ? D'ailleurs si un homme me voit dans cette tenue et tombe follement amoureux de moi dans la seconde c'est à toi que je devrais le présenter, c'est toi qui lui plairait, au fond, tes goûts, tes choix vestimentaires. Il en saura plus sur toi en me voyant qu'il n'en apprendra sur moi-même. »

Malgré tout je me déshabille pour enfiler la tenue qu'elle me propose,  collants mis à part, j'en porte déjà, des transparents tout légers qui ne tiennent pas chaud, les siens ne m'inspirent guère. Le chapeau aussi reste à l'écart, c'est très voyant tout de même et malgré mes mèches bleutées qui donnent l'impression que j'ai confiance en moi et que je suis extravertie...J'ai tendance à préférer me fondre dans la masse.

    

▬ « Et pour te répondre je n'ai pas tellement fait attention aux garçons du camp, je te l'ai dit, je ne cherche pas ma moitié, ni même une aventure. »

J'ai bien remarqué quelques mecs mignons mais au fond je ne mens pas à mon amie, les garçons ne sont vraiment pas ma préoccupation principale. Quand j'en vois un mignon je profite du spectacle mais quand il a fini de traverser mon champ de vision je ne me retourne pas sur son passage. Je ne rêve pas du prince charmant, probablement parce que je suis très occupée à tenter de m'accepter moi-même. Et puis qui voudrait partager sa vie avec quelqu'un qui vous empêche de mentir ? Et comment pourrais-je vouloir être avec quelqu'un sachant qu'il pourrait à tout instant me dire une vérité que je ne veux pas entendre.


Invité
Invité

MessageSujet: Re: The greatest gift of life is friendship (PV Absynthe)   Lun 24 Aoû - 13:20


Et bien voilà ! Soha coopérait enfin, et c’était pas trop tôt. Bon, je n’y étais pas allée de main morte et j’avais vraiment insisté pour qu’elle se change. Je voulais lui faire comprendre qu’en elle se trouvait une femme séduisante. Vous n’allez pas me dire que certaines femmes aimaient passer inaperçues ! Je ne me projette pas sur mon amie, je veux juste la sublimer. Je suis comme ça de nature … Certains pourraient penser que je préfère être le centre de tout, mais je suis finalement quelqu’un de généreux qui préfère voir tous mes amis ravis et épanouis.

Bien évidemment, Sohalia n’était pas de mon avis. Pour elle, elle était très bien comme ça. Du moins, c’est ce qu’elle pensait. Je la mis néanmoins face à une évidence certaine :

« Chérie, si tu étais si bien dans tes baskets, tu ne raserais pas les murs pour passer inaperçue. J’ai envie de te voir enfin à l’aise, épanouie et que tu comprennes qu’en toi, il y a une femme exceptionnelle ! Et je suis navrée de t’annoncer que cela passe avant tout par ce que tu dégages. Et ce n’est que le début ! »

Lui adressant un clin d’œil qui voulait tout dire, je l’observais se changer. C’était vraiment une belle femme. Oui, je suis en train de mater une amie, mais sans aucune arrière-pensée. Même si nous n’en avons jamais parlé, je sais très bien qu’elle est hétéro, et je ne suis pas du genre à tenter de changer quelqu’un. Pas sur un point de vue sexuel. Regardez Jayce … A aucun moment je n’ai essayé de le ramener vers les femmes.

Bref, mon amie s’était changée et même si elle n’avait pas tout mis, laissant ses collants et refusant le chapeau. Elle était tout de même très jolie et son look était bien plus femme. Je ne pus m’empêcher de rire tandis qu’elle me demandait ce qu’elle ferait d’une moitié. Je levais les yeux au ciel :

« Comme ça au hasard … T’éclater au lit, avoir une personne sur qui compter, avec qui tout partager, et être une femme épanouie ! Regarde-toi, tu es une vraie femme Soha ! Te cacher dans tes robes de petite fille ne te rend pas justice … Si t’étais pas une totale hétéro, je te montrerais ce que c’est de s’amuser. Bon. Fais-moi voir comment tu marches avec des talons. Et après on sortira. Tu verras, le regard des hommes aura changé. »

Invité
Invité

MessageSujet: Re: The greatest gift of life is friendship (PV Absynthe)   Dim 6 Sep - 8:21







Absinthe & Sohalia

Anton Chekhov wrote  : “Don't tell me the moon is shining; show me the glint of light on broken glass.”  

Mon amie est intraitable et incorrigible. Je ne sais pas comment lui expliquer que ce n'est pas dans mon corps que je suis mal mais dans ma tête. Je sais que je suis jolie et bien faite, que je pourrais jouer les séductrices si je le voulais, j'ai un miroir à la maison et je suis consciente de mes atouts. A l'exception de mes cheveux, certaines tueraient pour obtenir cette teinte, personnellement elle me dérange, mais pas vraiment d'un point de vue esthétique, je suis consciente qu'elle met en valeur mon teint d'albâtre et mon regard. Je suis consciente de tout ça mais ce n'est pas pour autant que j'ai envie d'être belle, d'être remarquée. Ce qui me dérange chez moi ce n'est pas mon corps malgré sa tendance à la maladresse, c'est mon pouvoir. C'est de devoir surveiller mes paroles pour éviter de poser une question, c'est de devoir sans cesse tenter d'exercer un contrôle sur un pouvoir dont je n'ai pas encore bien cerné la source. J'ai cru comprendre que pour la plupart de mes camarades ils doivent décider d'utiliser leur pouvoir, ils doivent l'appeler en quelque sorte. Chez moi c'est l'inverse, du moins c'est l'impression que j'ai, le pouvoir est toujours actif sauf si je parviens à l'éteindre....Et je ne suis vraiment pas au point dans ce domaine pour l'instant.

    

▬ «Je sais que je suis superbe, Syn, mais ce n'est pas pour ça que je veux courir me jeter dans les bras du premier beau mec venu. Et même si en plus d'être beau il était intelligent et galant ou je ne sais quoi encore...Je ne veux pas avoir quelqu'un dans ma vie, ou dans mon lit d'ailleurs.»

D'autant plus dans un lit, si je relâche mon attention qui sait ce qui arrivera. Le fameux "tu m'aimes ?" que murmurent langoureusement les actrices de cinéma après l'amour me parait être un piège mortel pour moi. Et puis je n'ai jamais, même enfant, été de celles qui croient que l'amour résout tout. Peut être parce que je suis orpheline, peut être parce que c'est mon caractère, je ne sais pas. Peut être qu'un jour je tomberais amoureuse et ma vision du monde changera, mais je doute qu'une robe, si belle soit-elle - et si voyante soit-elle - changera quoi que ce soit face à l'amour de ma vie. Il faudra bien qu'il m'aime pour autre chose que la robe d'Absynthe.

Avant de sortir je regarde mon amie et répond :
    

▬ «Je sais qu'il aura changé, Syn, mais ce n'est pas ce que je veux...J'aime bien passer inaperçue, ça évite aux gens de venir me parler, ça m'évite d'avoir à surveiller mon pouvoir, mes paroles, c'est reposant.»

Je ne crois pas qu'elle réalise à quel point la compagnie des gens m'épuise, je fais partie de ces gens qui apprécient la solitude au lieu de la fuir, je ne suis jamais si heureuse que chez moi, sous un plaid, livre en main et chocolat chaud à coté de moi. C'est mon univers et j'ai déjà remarqué à plusieurs reprises que pour beaucoup de gens seule = triste. C'est peut être vrai pour eux et je comprends qu'ils recherchent la compagnie des autres mais ce n'est pas pour autant vrai pour tout le monde, même si parfois il est difficile de le leur faire comprendre.

Je sors de la caravane, espérant vraiment qu'une catastrophe au loin attirera les badauds afin que je puisse passer inaperçue, mais c'est peine perdue, dans cette, magnifique, robe turquoise j'attire tous les regards, même si cela ne dure parfois qu'un instant. Je soupire et souris malgré tout pour faire bonne figure et parce qu'Absynthe ne veut que mon bien, même si elle le voit par ses yeux à elle. Je lui jette toutefois avec un clin d'oeil
    

▬ «Tu sais que je me vengerais !»

Au hasard je vote pour une soirée échec un de ces jours, une activité en tête à tête sans musique ni joli garçon, une activité que j'apprécie et qui ne lui plaira pas autant mais ne sera pas non plus un véritable calvaire pour elle, tout comme cette tenue n'a pas que des défauts.


Invité
Invité

MessageSujet: Re: The greatest gift of life is friendship (PV Absynthe)   Mar 8 Sep - 12:13


Je ne savais pas comment m’y prendre avec Soha. Il faut dire que nous étions les totales opposées, l’une et l’autre. J’avais beau adorer la jeune femme, j’avais toujours du mal à comprendre son mal-être. Pourquoi vouloir raser les murs ? Pourquoi avoir peur de ce que l’on dit ? Pourquoi tourner sept fois la langue dans sa bouche avant de parler ? Ben oui, j’étais du genre impulsive, et je disais ce que je pensais, au moment où je le pensais, sans craindre que cela ne blesse quelqu’un. Je suis consciente que ce n’est pas toujours une qualité. Mais au moins, on ne pouvait pas me reprocher d’être hypocrite.

J’avais également du mal à comprendre comment on pouvait ne pas avoir envie de s’éclater au lit ! Après tout, je ne parlais pas forcément d’amour ! Si elle ne voulait pas de sentiment, bon nombre d’hommes, et même de femmes, serait plus que partant ! Mais bon, il devait y avoir un élément que je n’avais pas, qui m’aurait permis de savoir et surtout de comprendre cette envie d’être seule dans sa vie personnelle. Mais bon, elle avait quelques amis, et heureusement ! Puis elle pouvait toujours compter sur moi, en toutes circonstances.

« Faudra quand même qu’un jour je comprenne pourquoi tu es aussi solitaire. Ca ne te ferait pas plaisir de te sentir désirée ? Je t’avoue que j’ai du mal à te comprendre … Je ne réfléchis jamais à ce que je dis aux gens et tout va bien, non ? »

Tout cela n’était pas des reproches. Je n’étais pas de ce style là, pas avec mes amis. Mais je n’arrivais pas à me mettre à la place de la jeune femme et c’était sans doute pour cela que je ne me rendais pas compte de ma maladresse. En sortant du camion, je me rendis compte que plusieurs hommes avaient remarqué la demoiselle. Je ne pus m’empêcher de rire lorsqu’elle me dit qu’elle se vengerait.

« C’est cela … Tu te vengeras en m’obligeant à rester assise sous un arbre ? »

L’attrapant par la main, je ne pus m’empêcher de remarquer un magnifique brun qui avait détourné rapidement le regard lorsque je l’avais capté :

« Quitte à ce qu’il y ait vengeance, autant que j’aille jusqu’au bout. Excusez-moi Monsieur ? J’ai vu que vous regardiez mon amie … Pourtant, elle n’a pas beaucoup de confiance en elle … »

« Elle a bien tort, c’est une magnifique jeune femme.»

Je fis un clin d’œil à Soha, attendant sa réaction.


Invité
Invité

MessageSujet: Re: The greatest gift of life is friendship (PV Absynthe)   Mar 15 Sep - 19:06







Absinthe & Sohalia

Anton Chekhov wrote  : “Don't tell me the moon is shining; show me the glint of light on broken glass.”  

La réplique de mon amie m'arrache un sourire. Je sais bien qu'elle veut bien faire, qu'elle croit vraiment que je ne peux pas être satisfaite de ma vie telle qu'elle est, enfin, non, je reformule, que si je ne suis pas satisfaite c'est par manque d'un homme dans ma vie, ou au moins dans mon lit. Alors qu'en fait ça n'a rien à voir.

Je réponds malgré tout, même si je sais que je ne ferais jamais ça

    

▬ «Je peux aussi te forcer à avouer tous tes secrets devant tout le monde.... Tu m'expose au regard des hommes je t'expose au regard de tous....C'est honnête, non ? »

Un léger sourire adoucit mon propos mais le jeune homme qui me trouve magnifique et qu'elle a arrêté de façon très impolie me met mal à l'aise. Je l'ai déjà remarqué, il ne regarde pas que moi et je le vois régulièrement avec une jeune femme différente à son bras, je n'ai donc vraiment pas envie d'être sur son radar. Pour une raison qui m'échappe, parce qu'au fond il a bien le droit de changer de fille tous les soirs s'il ne leur fait pas de promesses ridicules qu'il ne compte pas tenir, chacun sa vie et sa façon de la mener, il me met mal à l'aise. Je ne sais pas si c'est son regard ou sa démarche, peut être est-il le fils d'un ennemi de ma mère, j'en sais rien mais il ne m'attire vraiment pas, si mignon qu'il soit.

    

▬ « Elle est juste devant vous, et elle a bien d'autres qualités que vous ne découvrirez pas. Bonne journée. »

Je lui tourne ensuite le dos, signalant par là que cette conversation ne m'intéresse nullement. Etre magnifique n'est pas vraiment mon but dans la vie et j'ai très vite appris à cultiver l'anti-conformisme. Des années à lutter contre une insomnie des plus saines pour moi afin de m'adapter au rythme des autres a su me convaincre que j'étais moi-même et que je serais très malheureuse si je tentais de devenir quelqu'un d'autre. Depuis j'ai appris à me connaitre et à me fier à mes instincts, à mes envies, à mes besoins.  Donc plaire aux garçons ne m'intéresse guère, pour l'instant. Peut être qu'un jour un homme me fera changer d'avis, ou la vie et ses péripéties, mais pas pour l'instant.

    

▬ « Tu as prévu autre chose que me montrer à tout le monde comme une vache de concours j'espère ?  »

Syn a toujours des milliers d'idées, parfois trop même, elle aura surement prévu un truc un peu fou et un truc moins fou parce qu'elle sait bien que je refuserais la première idée.
Invité
Invité

MessageSujet: Re: The greatest gift of life is friendship (PV Absynthe)   Mer 16 Sep - 10:48


Si Soha pensait que j’avais des secrets, elle se mettait le doigt dans l’œil. Je n’étais pas ce genre de fille avec un passé torturé, et même si tout n’avait pas forcément été facile, je ne cachais aucun cadavre dans le placard et je n’avais jamais rien caché. Mais si cela lui plaisait de le penser, libre à elle. La seule chose que je n’avouais pas, mais cela n’était en fait qu’un secret pour moi-même puisque beaucoup l’avaient compris, c’était mon amour pour le beau fils d’Hypnos. Mais bon, je saurais nier en bloc si cela venait à être public :

« M’exposer au public ? Tu crois vraiment que ça va me faire peur ? Soha, je n’ai aucun secret, j’assume ce que je suis et ce qu’est mon passé. »

J’hochai donc les épaules et j’observai la réaction de la jeune femme face l’homme que j’avais interpelé. Je ne pus m’empêcher d’écarquiller les yeux devant la froideur de la jolie blonde. L’homme ressemblait clairement à un fils d’Apollon ! Mais bon, si ce n’était pas ce genre de garçon qui l’attirait … Je regardai l’homme repartir, un peu agacé d’avoir été éconduit de cette façon, et je me retournais vers mon amie qui me demanda si je comptais faire autre chose que la montrer comme une bête de concours.

« Tu as fini d’être aussi négative ? Bon sang ! Alors, que dirais-tu qu’on aille se détendre ma belle ? J’ai pris rendez-vous dans un spa, jacuzzzi, massage et le tout à mes frais … Si tu me dis non, je ne comprends vraiment pas ! »

Attrapant le sac où étaient les affaires de Sohalia, je m’avançais vers le spa qui se trouvait à moins de cinq minutes à pieds de la place du marché. Arrivées devant l’enseigne, je me tourne vers Sohalia, voulant être sûre que cela tente la jeune femme.

« Bon, avant que tu ne dises que je te force, c’est toi qui décides : on y va, ou Mademoiselle n’aime pas la détente ? Et après, on fait une activité de ton choix, où j’essaierai de ne râler qu’autant de toi ! »

Invité
Invité

MessageSujet: Re: The greatest gift of life is friendship (PV Absynthe)   Sam 26 Sep - 10:57







Absinthe & Sohalia

Anton Chekhov wrote  : “Don't tell me the moon is shining; show me the glint of light on broken glass.”  

Voilà que j'ai réussi à vexer mon amie, je soupire, exagérément, parce qu'au fond elle me connait et sait comment je fonctionne et se doutait bien que je ne me prêterais pas au jeu si facilement, donc elle savait ce qu'elle faisait.

Lorsqu'elle propose un moment de détente je souris et la laisse m'expliquer le programme de la journée, cela me semble bien plus attrayant que de me montrer sous mon meilleur jour face à des hommes qui ne m'intéressent pas du tout.

    

▬ « La détente ça me convient parfaitement, tant que tu ne tente plus de me caser avec le premier goujat venu, si sexy soit-il. »

Peut être à cause de mon premier et dernier petit ami, peut être par nature, je ne sais pas trop, je ne suis pas attirée par les hommes séduisants physiquement, je suis attirée par un regard tendre ou un sourire timide, je suis attirée par des garçons qui me rassurent en n'ayant pas l'air de tombeurs. Autant dire que c'est chose rare. Et même quand un garçon me plait je ne fais pas le premier pas ou s'il s'y essaye, ce qui est rare avec les timides, je l'éconduis. J'ai beau avoir, comme tout le monde, parfois des fantasmes, parfois envie de compagnie, au fond je sais bien que je ne suis pas prête à être avec quelqu'un, ne serait-ce que parce que je ne maîtrise toujours pas ce pouvoir pourri que m'a légué ma mère.

Tout le monde dit toujours qu'il veut entendre la vérité, que ça blesse mais qu'un mensonge détruit, toutes ces banalités qu'on entend à foison, mais la vérité nue, celle que me balancent les gens, celles dont ils n'avaient parfois pas même conscience eux même, c'est pire que le pire des mensonges, ça ne blesse pas, ça broie, ça écrase chaque millimètre carré de votre cœur, de votre âme, de votre être. La vérité c'est que les gens qui connaissent mon don ont, pour la plupart, peur de moi, peur de ce que je pourrais apprendre, peur de ce qu'ils pourraient apprendre.

Je suis Absynthe jusqu'au spa où elle s'arrête et me rappelle que je ne suis qu'une raleuse. Je souris légèrement et hoche la tête :

    

▬ «Si tu promets qu'il n'y a aucun prétendant caché à l'intérieur prêt à me sauter dessus... Je suis tout à fait pour un moment de détente au spa.»

Même si j'avoue avoir du mal à comprendre pourquoi elle tenait tant à m'habiller différemment pour aller au spa où, généralement, on se déshabille. Mais c'est la logique d'Absynthe, elle m'échappe totalement. Ca ne m'empêche pas de l'adorer, quand je n'ai pas envie de la tuer. Et je présume qu'elle pense exactement pareil à mon sujet. Je pousse la porte et laisse mon amie me précéder, après tout c'est elle qui a réservé.

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: The greatest gift of life is friendship (PV Absynthe)   

Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» "Life is a ticket to the greatest show on earth."
» — bring me to life
» Life in UCLA
» A gift to Haiti from the White House: right-wing dictators for you!
» The Imperial Gift FREE L5R Cards!‏

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Heroes of Honor :: Les anciens RPs-