Bienvenue jeunes padawans. ♥ Le forum est officiellement rouvert!
Soyez originaux, mes chéris. Priorisez les opposants et les sang mêlés qui ne descendent pas directement des Trois Grands. Nous nous donnons le droit de les refuser. Merci ♥ Cliquez.
N'oubliez pas d'aller voter ici aux deux heures pour nous ramener pleins de nouveaux amis/ennemis. ღ

Partagez | 
 

 • ADALIND J. GRIFFIN (terminée)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité
Invité

MessageSujet: • ADALIND J. GRIFFIN (terminée)   Mer 8 Oct - 21:36


adalind jaden griffin
« maybe i'm wasting my young years. »

   

Nomgriffin Prénom(s) adalind jaden Surnomsx Date de naissance01/02/1995 Âge19 ans Lieu de naissancelondres Origineanglaise Années passées dans votre campquelques années Statut social •  célibataire Orientation sexuelle •  hétérosexuelle Avatarhannah reid Créditmoi, monroe.

Élémentvégétation Parent divindéméter Pouvoir (un seul)capacité à maîtriser les plantes. Arme et objet magique (une arme et un objet ou deux armes) • arc en bois des forêts d'artémis, sifflet d'argent pour appeler élefthéria, sa panthère et seule amie. (rapport à démeter souvent associée à cybèle, qui eut pour attribut la panthère.) Camp choisigrec Rêve d'avenirstop.
story.



"alors en fait, j'ai grandi dans des favelas et passé mon enfance à tirer avec des putains de guns. nah j'rigole."

< Es tut mir leid, Mädchen. > … < Je suis désolé, ma fille. > Les voici de nouveau ces paroles, elles se sont ranimées, aussi actives, aussi vivantes qu’à ce moment, il y a si longtemps, où elles ont pénétré en moi, où elles appuient, elles pèsent de toute leur puissance, de tout leur énorme poids … et sous leur pression quelque chose en moi d’aussi fort, de plus fort encore se dégage, se soulève, s’élève … les paroles qui sortent de ma bouche le portent, l’enfoncent là-bas … < Warum, warum das alles? > … < Pourquoi ? Pourquoi tout ça ? >
< Ich hoffe, dass du dich an mich ... > … < J’espère que tu te souviendras de moi … > Ces paroles viennent d’une forme que le temps a presque effacée … il ne reste qu’une présence … celle de cet étrange objet, au toucher glacial, mais chaleureux, tellement chaleureux … et qui sentait les fleurs de papa. Je le serre contre moi.  
- Alors, tu vas vraiment faire ça ? <  Évoquer tes souvenirs d’enfance  > … Comme ces mots te gênent, tu ne les aimes pas. Mais reconnais que ce sont les seuls mots qui conviennent. Tu veux < évoquer tes souvenirs  > … il n’y a pas à tortiller, c’est bien ça.
- Oui, je n’y peux rien, ça me tente, je ne sais pas pourquoi …
Je me souviens de … d’un homme, il était grand et pas vraiment musclé. C’est mon père.  Je devais avoir cinq ou six ans, peut-être ... je cours jusqu’à lui, me jetant dans ses bras. Son odeur réconfortante, celle de son manteau de cuir usé, qui sentait le terreau, la serre, l’eau. Il sentait les fleurs, et j’aimais à me réfugier dans ses bras. Avec lui mes problèmes, mes craintes de petite fille en apprentissage de la vie s’évaporaient comme neige au soleil. Ah ! je le revois, qui se retourne, avec son sourire malicieux. Il cache quelque chose … derrière son dos. Une … surprise ? Je m’entends crier d’impatience. Et dans sa main, une superbe fleur, un dahlia, si ma mémoire m’est fidèle. Oui, un dahlia bleu turquoise, avec de magnifiques reflets irisés. < Papa, elle est magnifique ! > Je crie, parfaitement heureuse, et prends le petit pot où vit la fleur, délicatement. Oui, il me fallait peu pour être heureuse, à cette époque.  < Je l’ai créée pour toi, ma fille. > Il m’étreint de ses grands bras réconfortants.  
Mon père était de ces personnes qui aimaient à créer, inventer, imaginer. Il se plaisait à faire éclore des plantes inconnues, à partir de croisements que je ne comprenais pas à six ans. Il arrivait à faire que les fleurs aient des couleurs superbes, où qu’elles arrivent à avoir des tailles improbables. C’est ce qui l’a séduit … ma mère … déméter, oui.
J’aimais à m’asseoir sur ses genoux, les soirs d’hiver, devant la cheminée.  Après le repas … il me racontait ses souvenirs d’enfance … à lui-même. Mais … une question toujours me taraudait, et jamais .. je ne pouvais m’empêcher de la lui poser … il me répondait toujours la même chose.
- Papa, raconte-moi, qui est  <  mutter > ?
- Ah, ma fille. Toujours cette question. Tu aurais aimé la rencontrer, je sais …
J’avais du mal à aller plus loin, car je voyais ses yeux bleus comme l’océan se couvrir d’un voile humide. Ce sujet était sensible … mais je voulais savoir.
- Elle était comment, ma mère ?
- Ah, si tu savais ! Elle était simplement la plus belle. Non pas par son physique, mais par sa bonté d’âme. Elle était douce, joyeuse, et s’intéressait toujours à mes fleurs. Qu’elle aimait les fleurs …
Sa voix se brisait sensiblement. Je reposais ma tête sur lui, toujours en soif de réponses.
- Un jour tu comprendras, Adalind.
Mais réellement, l’ai-je compris un jour ?

Ah ! flashback. J’ai 14 ans. C’est encore frais dans ma mémoire. Et ! C’est atroce. Je voudrais l’oublier. L’oublier ! Mon père … il est paniqué … pour la première fois ! J’ai peur. Et quelle peur de mes 14 ans ! Il rentre en fracas dans la maison de mon enfance.
- Adalind, viens avec moi.
Sa voix est sèche, et calme, pourtant dans ses yeux régnaient une peur paternelle improbable.
-Quoi ?
- KOMMEN HIER JETZT.
< VIENS ICI TOUT DE SUITE. > Il a parlé, l’allemand. Il hurle, d’une voix furieuse, mais complètement incontrôlée … Je m’active et le suit dehors, ne pouvant qu’obéir.
- Monte dans la voiture.
- Mais pour …
- Dépêche-toi.
- Explique-moi papa !
- Plus tard. Dans la voiture.
J’ai peur … et, il ne me rassure pas  … mais je suis furieuse, en soif d’explications … J’y monte, et ferme la porte brutalement dans un mélange de rage, de peine et … et surtout de peur. Papa démarre prestement, et sort du domaine en faisant s’envoler une myriade de graviers qui recouvraient le sol. Je regardais la maison s’éloigner à une vitesse affolante, inconsciente que je ne la reverrais probablement jamais. Je regarde mon géniteur par le rétroviseur, le regard ferme.
- Alors ? dis-je d’une voix un peu trop sèche
- Je t’emmène à un endroit assez spécial, mais surtout, ne t’inquiètes pas.
- Ahah merci, ça me fait encore plus peur. C’est où ?
- Long Island. Colonie des sang-mêlés.
- Colonie des quoi ? J’ai mal entendu.
- Colonie des sang-mêlés.
- C’est quoi ?
- Une colonie.
- Et pou..
- Attends, laisse-moi me concentrer, la route est difficile ici.
Il pleuvait, oui. C’était une route de campagne sinueuse, avec mille virages serrés. Il accéléra, pourtant. Je m’accrochai à la poignée, au-dessus de ma fenêtre.
- Mais pourquoi t’accélères, si c’est dangereux ?!
- Je sais ce que je fais, on n’a pas tout notre temps.
- Mais pourquoi ? On va juste à une colonie je te signale !
- …
Il freina tout net, mais dérapant à cause de la route trempée. Je le vis se tourner vers moi, et par son regard, je sentais que c’était d’une importance capitale. Il me prit la main pour me rassurer, et la sienne était froide, mais chaleureuse.
- Écoute-moi. Notre chemin jusqu’à Long Island doit être rapide. J’espère qu’il ne sera pas parsemé d’obstacles assez dangereux, mais c’est envisageable.
- … genre … quoi comme obstacles ?
Mon père regarda par la fenêtre, vérifiant quelque chose que je ne compris pas.
- Tu as confiance en moi ?
- Oui.
-Tu sais que je ne te ferais pas de blagues ?
-Oui.
- Que je ne suis pas du genre humoristique dans ces conditions ?
- Oui.
- Alors écoute-moi attentivement. Des êtres vivants peu communs auront peut-être envie de te détruire.
- Hein ? Mais qu’ ..
- Écoute-moi ! Ces êtres vivants, on appelle cela des monstres.
- T’as dis que tu me ferais pas de blagues ! Des monstres, je vais pas y croire, là !
- Je ne te fais pas de blagues ! Ces monstres, tu en as déjà entendu parler.
- Ah oui, lesquels ? disai-je, sceptique.
- Ceux de la mythologie grecque.
- Tu veux dire que des monstres de la mythologie grecque vont m’attaquer? T’es pas sérieux, là ?
Papa se bouffa les lèvres. Il démarra une seconde fois, au quart de tour.
- D’autres personnes t’expliqueront mieux que moi.
Une puissante accélération me jeta au fonde de mon siège. Ma précieuse conscience, alerte, me murmura d’observer le rétroviseur. Une camionnette noire surgit à nos arrières, à une impressionnante vitesse. Je me tournai vers mon père, en panique. On voyait les veines de sa tête ressortir tant il dût faire preuve de contrôle et de concentration.
- Les monstres nous poursuivent en voiture ?!
- Ce ne sont pas des monstres.
Je regardai encore nos poursuivants, et là voilà qui accélérait pour nous dépasser. Et …. Oh, je ne veux vous le conter … c’est si douloureux … Je criai.  Le tatata des kalachnikovs,  les cris des freins, et je hurlai de plus belle. La voiture déviait et … je me tournai prestement vers mon père … ah ! c’est atroce, il … son sang … j’agrippai le volant et bifurquai pour freiner.  Les bourreaux filèrent sur la route.
- Papa …
Les larmes me montèrent aux yeux, je voyais flou. Son sang s’échappait en quantité, il s’était pris … deux balles. Des tremblements incontrôlables m’assaillirent, me rendant compte de la situation. Mes rapides cours de secourisme me permirent d’appuyer sur ses blessures, évitant ainsi que trop de sang ne s’échappât. Mais déjà, il tournait la tête vers moi, lâchant ses derniers râles. < Es tut mir leid, Mädchen. > … < Je suis désolé, ma fille. > Non, non … il me préparait à se mourir. Je hurlai, en sanglots puissants, peut-être à lui, à moi-même … < Warum, warum das alles ? > Je me penchai sur son corps libérant l’âme. Mes mains tachées de sang caressaient sa joue, et je l’enlaçai, passant doucement mes bras sous sa tête, et posant ma tête contre son torse qui … respirait avec difficulté. < Ich hoffe, dass du nich an mich … > Et sa main laissa s’échapper un objet dont je ne prêtai pas attention pour l’instant. < Dad … > Ma voix était brisée par mes sanglots qui étreignaient ma gorge rouge. Je me redressai, et c’est à ce moment que la camarde cruelle cueillit son âme comme l’on cueille une rose, et je recueillis son dernier souffle sur mon visage trempé de larmes.
- Dad !
Ce syllabe qui s’échappa de ma bouche fut la plus douloureuse. Jamais un cri ne résonna plus fort, jamais un cri ne troua plus les cœurs. Il était mort et … je n’avais plus de raisons, moi-même, de vivre … Je n’avais plus rien à faire sur ce monde de cruautés infâmes. Mais déjà des bras sales me saisissaient, telle une bête déchaînée. Ils me tiraient et m’éloignaient de mon cher père, et je hurlais, hurlais à m’en saigner la gorge, hurlais à m’en étouffer, hurlais à m’en tuer. Je luttais pour rester à ma place, auprès de lui, mais ces sales me serraient de plus belle. Avec toute la force du désespoir je me débattais. Et perdis conscience.
Je me réveillai, la vue trouble. Il faisait … jour, et j’étais dans un lit inconfortable …. Un immonde se tenait près de moi.
- Tu t’es réveillée !
Il me parla. Je lui jetais un regard noir, haineuse et apeurée.
- Où est mon père ?
Je sentais une grande colère grandir dans mon cœur. Ils m’avaient enlevé à mon père, empêché de faire mon deuil. L’infâme se fait penaud et timide.
- Je suis désolé m …
- Où est-il ?
- Il .. On a retrouvé ça …
Il me tend un sifflet.  Un sifflet joliment sculpté, en un bois poli et gravé de dessins et d’inscriptions étranges. Je ne cherchais pas à les comprendre. Un sourire fin se dessina sur mes lèvres, et je le serrais contre mon cœur. C’est la seule chose qui restait de mon cher père, ma vie, mon tout, celui qui m’a fait vivre. Et puis, il y avait ça …
- Ah, et ça aussi, elle est vraiment magnifique.
C’était ma fleur ! Elle est fanée, desséchée …. Je la prends délicatement, et à l’instant où elle effleure ma peau, elle se régénère, reprend vie, se revigore. Reprend sa beauté d’antan. C’est un miracle … Et si … si seulement j’avais le pouvoir de … de donner cela à lui, à mon feu géniteur. Je jettai un regard sidéré au jeune sang mêlé qui m’avait donné l’héritage.

  
   


Ton prénom ou surnomvictoria Ton âge 14 ans Que penses-tu du forum ?à voir. T'es arrivé là comment ?top sites Code règlementadepte jeune griffon. Un dernier mot Jean-Pierre ?
   CODES BY RAINBOWSMILE


Dernière édition par Adalind J. Griffin le Dim 12 Oct - 16:30, édité 4 fois
Invité
Invité

MessageSujet: Re: • ADALIND J. GRIFFIN (terminée)   Mer 8 Oct - 21:42

Welcoooooooooooome
Bonne chance pour ta fiche
Invité
Invité

MessageSujet: Re: • ADALIND J. GRIFFIN (terminée)   Mer 8 Oct - 21:49

Bienvenuuuue !

J'adore l'avatar, à la fois doux, mélancolique et tendre. Elle est adorable (a)
Bon courage pour ta fiche !
Invité
Invité

MessageSujet: Re: • ADALIND J. GRIFFIN (terminée)   Mer 8 Oct - 22:16

Oh elle est trooop mignonneeeee (dire ça en Zeus...)

bienvenuuue Very Happy
Invité
Invité

MessageSujet: Re: • ADALIND J. GRIFFIN (terminée)   Jeu 9 Oct - 12:30

Bienvenue Very Happy

Bon choix d'avatar ange

Bon courage pour ta fiche et si tu as des questions, hésite pas Very Happy
Invité
Invité

MessageSujet: Re: • ADALIND J. GRIFFIN (terminée)   Jeu 9 Oct - 12:52

Bonjour et bon courage
Invité
Invité

MessageSujet: Re: • ADALIND J. GRIFFIN (terminée)   Jeu 9 Oct - 17:39

merci à vous vous êtes adorables. ♥
pour l'avatar, j'ai choisi hannah reid, ma chanteuse préférée, celle du groupe london grammar. elle est exceptionnelle. ♥
Invité
Invité

MessageSujet: Re: • ADALIND J. GRIFFIN (terminée)   Jeu 9 Oct - 18:11

Bienvenue à toi ! Very Happy

Je suis d'accord, ton avatar est top. *w* *va écouter le groupe *

Courage pour ta fiche.


Dernière édition par Reyna A. R.-Arellano le Jeu 9 Oct - 18:24, édité 1 fois
Invité
Invité

MessageSujet: Re: • ADALIND J. GRIFFIN (terminée)   Jeu 9 Oct - 20:19

Bonsoir et bienvenuuue

Alors je vois que tu as mis terminée dans le titre de ta fiche. je me permets de demander si c'est bon du coup ?
Invité
Invité

MessageSujet: Re: • ADALIND J. GRIFFIN (terminée)   Jeu 9 Oct - 20:57

pour la fiche c'est ok, mais les codes sont littéralement introuvables. '-'
Invité
Invité

MessageSujet: Re: • ADALIND J. GRIFFIN (terminée)   Jeu 9 Oct - 21:19

• Pour le code de règlement, tu trouveras ce que c'est qu'en lisant tout le règlement. Wink

• Pour ton histoire. Je suis admirative de ton style d'écriture, mais en aucun cas je ne retrouve l'histoire de ton personnage dedans. Qui est-elle ? D'où vient-elle ? Qui est sa famille mortelle ? Comment est-elle arrivée à la colonie ? Comment a-t-elle réagit en apprenant qu'elle était une nouvelle demi-déesse ? etc. Et tout autant de réponses sans questions :/
Invité
Invité

MessageSujet: Re: • ADALIND J. GRIFFIN (terminée)   Jeu 9 Oct - 21:32

'-'.
ah et bien là aussi, il faut bien lire! j'avoue que j'ai un peu malmené la métaphore, mais il faut savoir réfléchir pour le coup haha. elle a passé toute son existence dans l'ombre, oubliée, mal-aimée. savoir que d'entrée elle n'avait plus foi, et apprendre que son parent est divin n'a fait qu'écraser son espérance. pourquoi s'est elle réfugiée à la colonie? la force du désespoir. et ma qu'elle est ici et bien ... elle réalise que tout est vain. j'ai surtout disserté sur les pourquoi de sa présenc et sur ses sentiments. j'imagine qu'il faut que je précise? (j'avais mis trop de temps à faire ça là. :c)
Invité
Invité

MessageSujet: Re: • ADALIND J. GRIFFIN (terminée)   Jeu 9 Oct - 21:48

Oui mais on a aucune indication sur sa chronologie. Quand est-ce que ça se passe et comment ces sentiments sont-ils venus ? Quand je lis ta présentation je comprend ce qui lui passe par la tête, quelles sont ses pensées. C'est ça que je lis, mais pas son histoire concrètement parlant. Une personne qui voudra un lien par exemple et qui viendra lire ta fiche pour te proposer une idée ne sera pas capable de te proposer quoi que ce soit car elle n'aura l'impression que d'apprendre l'opinion de ton perso en aucun cas elle ne verra son histoire. :/

Il faut que tu nous détailles plus. Pour nous ce n'est pas une histoire mais les pensées de ton personnage. Nous sommes intéressées sans aucun doute, mais que lui est-il arrivé concrètement ? Il faut que ça figure dans ta présentation.

Exemple : Roxanne est née dans une banlieue. Sa mère était une écrivain peu connue mais dont le talent avait attiré Apollon. ...Lorsqu'elle arriva à la colonie, elle n'avait alors que 4 ans. Ramener à temps par un satyre qui n'avait pu sauvé la mère de l'enfant.

Qui est son père ? A quelle âge a-t-elle arrivée à la colonie. Où vivait-elle ?Tous ces petits détails-là.
N'hésite pas à regarder les fiches des autres membres pour t'aider à voir ce que tu dois mettre dedans.
Invité
Invité

MessageSujet: Re: • ADALIND J. GRIFFIN (terminée)   Ven 10 Oct - 21:29

Bienvenue =3
(quoi ? Ne dit-on pas "mieux vaut tard que jamais "?)
Invité
Invité

MessageSujet: Re: • ADALIND J. GRIFFIN (terminée)   Dim 12 Oct - 16:31

un grand merci à vous tous. ♥
TERMINÉE. 8D
Invité
Invité

MessageSujet: Re: • ADALIND J. GRIFFIN (terminée)   Ven 31 Oct - 1:36

Du nouveau ici?
avatar
Maître du Jeu
Ω Tablettes : 641
Voir le profil de l'utilisateur

Qui es-tu?
Ω Objets:
Ω Relations:
Ω Compétences:

MessageSujet: Re: • ADALIND J. GRIFFIN (terminée)   Dim 9 Nov - 16:20

Bonjour, dead1
Cela fait plus de deux semaines que tu as posté ta fiche. As-tu besoin d'un délai ?
Sans nouvelles de toi, je me vois dans l'obligation de déplacer ta fiche dans les fiches en danger. Si nous restons sans signes de ta part, elle sera archivée d'ici une semaine et ton compte supprimé le 16 novembre


Heroes of Honor
© ZIGGY STARDUST.
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: • ADALIND J. GRIFFIN (terminée)   

Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Terminé] Un bon petit film [Emma]
» .~oO Cloud D. Cross | The Ashbringer Oo~. [ Retouches terminées]
» Hermione Granger ( terminée)
» 101 TH AIRBORNE (Armée terminée en 1 semaine de quickpainting)
» Azur, adorable petite boule de poils bleue. (Terminé. )

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Heroes of Honor :: Les anciennes fiches de présentations-